06 Aout 2020. FR . Papouasie Nouvelle Guinée : Manam , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja / Irazu , Japon / Îles Ryukyu : Suwanosejima .

Home / blog georges Vitton / 06 Aout 2020. FR . Papouasie Nouvelle Guinée : Manam , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja / Irazu , Japon / Îles Ryukyu : Suwanosejima .

06 Aout 2020. FR . Papouasie Nouvelle Guinée : Manam , Islande : Sismicité / Péninsule de Reykjanes , Costa Rica : Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja / Irazu , Japon / Îles Ryukyu : Suwanosejima .

06 Aout 2020.

 

 

Papouasie Nouvelle Guinée , Manam :

4,08 ° S, 145,037 ° E
Dénivelé 1807 m

Le RVO a rapporté que la sismicité sur Manam a commencé à augmenter le 16 juillet et a fluctué entre des niveaux faibles et modérés jusqu’au 29. Une augmentation lente et régulière des valeurs RSAM a été enregistrée le 30 juillet, et le RVO a déclaré qu’un observateur avait signalé que des matériaux incandescents avaient été éjectés du sommet. Le VAAC de Darwin a noté qu’une anomalie thermique soutenue et intense était visible sur les images satellites le même jour. Du 31 juillet au 1er août, des panaches de cendres ont dérivé vers le Nord-Ouest à une altitude de 4,3 (14000 pi) d’altitude. et une coulée de lave au sommet était visible.

L’île de Manam, large de 10 km, située à 13 km au large de la côte nord de la Papouasie-Nouvelle-Guinée continentale, est l’un des volcans les plus actifs du pays. Quatre grandes vallées radiales s’étendent du sommet non végétalisé du stratovolcan basaltique / andésitique conique de 1807 m de haut jusqu’à ses flancs inférieurs. Ces « vallées d’avalanche » canalisent les coulées de lave et les avalanches pyroclastiques qui ont parfois atteint la côte. Cinq petits centres satellitaires sont situés près du littoral de l’île sur les côtés Nord, Sud et Ouest. Deux cratères sommitaux sont présents; les deux sont actifs, bien que la plupart des éruptions historiques proviennent du cratère Sud, concentrant les produits éruptifs pendant une grande partie du siècle dernier dans la vallée Sud-Est. Des éruptions historiques fréquentes, généralement d’échelle légère à modérée, ont été enregistrées depuis 1616. Des éruptions occasionnelles plus importantes ont produit des coulées pyroclastiques et des coulées de lave qui ont atteint les zones côtières plates et sont entrées dans la mer, affectant parfois les zones peuplées.

Sources: GVP ,Observatoire du volcan Rabaul (RVO), Darwin Volcanic Ash Advisory Center (VAAC).

Photo : Jhay Mawengu

 

Islande , Sismicité / Péninsule de Reykjanes :

Essaim de tremblement de terre au large Nord-Islande :
À 15h16 hier, 4 août, un tremblement de terre de magnitude 3,3 s’est produit au nord d’Eyjafjörður. C’était ressenti à Ólafsfjörður. L’essaim de tremblements de terre est toujours en cours.

Essaim de tremblements de terre à Reykjanes :
Un essaim de tremblements de terre a commencé par Fagradalsfjall dans la péninsule de Reykjanes le 19 juillet. Le plus grand tremblement de terre mesuré dans l’essaim était de M5,0 à 23h36 le 19 juillet. Les plus grands tremblements de terre de l’essaim ont été largement ressentis dans la partie Sud-Ouest de l’Islande. L’activité a légèrement diminué.

Aperçu de la semaine du 27 juillet au 2 août :
Près de 1200 tremblements de terre ont été localisés avec le réseau sismique SIL de l’OMI cette semaine, considérablement moins que la semaine précédente quand ils étaient autour de 5200. Même si le nombre de tremblements de terre a diminué entre les semaines, l’activité sismique est toujours au-dessus de la moyenne sur une longue période. Les plus grands tremblements de terre de la semaine ont été de M3.4 et se sont produits dans la calotte glaciaire de Mýrdalsjökull le 27 juillet et à Fagradalsfjall sur la péninsule de Reykjanes le 31 juillet. L’OMI a reçu des rapports de ressentis des villes voisines pour ces deux tremblements de terre. Le tremblement de terre de Mýrdalsjökull est le plus grand tremblement de terre depuis août 2018. Comme ces dernières semaines, des essaims sismiques sont toujours en cours sur la péninsule de Reykjanes et au large du Nord -Islande. Environ 660 tremblements de terre ont été détectés sur la péninsule de Reykjanes soit plus de la moitié de tous les tremblements de terre détectés en Islande cette semaine. Les tremblements de terre les plus importants ont été le M3.4 mentionné précédemment et un tremblement de terre de M3.0 au même endroit. La plupart des tremblements de terre enregistrés sur la péninsule de Reykjanes ont été localisés dans la partie orientale de Fagradalsfjall et au Nord de Grindavík. Plus de 270 tremblements de terre ont été enregistrés à l’embouchure d’Eyjafjörður dans le nord de l’Islande et le plus grand tremblement de terre a été de M2.9. Un tremblement de terre mineur, M0.3, a été enregistré sur le volcan Hekla et huit tremblements de terre sur le volcan Grímsvötn, le plus grand de M1.3.

Source : Vedur is .

Photo : Ómar Ragnarsson.

 

Costa Rica , Turrialba / Poas / Rincon de la Vieja / Irazu :

Bulletin hebdomadaire du programme de surveillance volcanique, 3 août 2020 .

Volcan Turrialba :
Lat: 10,025 ° N; Long: 83,767 ° O;
Hauteur: 3340 m 
Niveau d’activité actuel: 3 (volcan en éruption)
Dangers potentiellement associés: gaz, émission de cendres, projections balistiques proximales.

Plusieurs émissions de cendres diluées ont été observées, et au moins une impulsion courte légèrement plus dense (le 1er août). L’activité sismique a un niveau de fond stable depuis au moins le mois de janvier 2020, et des évènements de type LP / tremors de mars à avril ont marqué le changement d’activité au cours des 2 derniers mois. La contraction et l’affaissement du massif Turrialba-Irazú se poursuivent. Les ratios CO2 / SO2 et CO2 / SO2 sont stables, les pics sporadiques enregistrés en juillet sont apparus. Le rapport CO2 / SO2 et le flux de SO2 montrent une légère tendance à la baisse. Aucune anomalie thermique n’a été détectée par l’analyse MODIS.

Volcan Poas :
Lat: 10,2 ° N; Long: 84 233 ° O;
Hauteur: 2780 m. 
Niveau d’activité actuel: 2 (volcan actif)
Dangers potentiellement associés: gaz, éruptions souterraines, projections balistiques proximales .

Aucune éruption n’a été détectée. L’activité sismique continue de diminuer depuis mai. Un petit tremor de faible amplitude a été enregistré lié à l’activité hydrothermale de surface. L’extension du volcan observée avec des mesures GPS dans les mois précédents s’est arrêtée. Maintenant, il n’y a pas de déformation significative. Le rapport CO2 / SO2 montre une augmentation avec beaucoup d’instabilité qui est liée à l’interaction avec l’eau météorique. Le rapport H2S / SO2 est stable, avec moins de pics sporadiques qu’en avril-mai. Une légère diminution du flux de SO2 est observée de mai à juin. Le niveau du lac a continué de baisser depuis le 4 juillet, mais on estime que l’évaporation n’est pas aussi efficace qu’au début de juillet. La concentration de SO2 du niveau du point de vue du parc national n’a pas dépassé 5 ppm au cours de la semaine écoulée.

Volcan Rincon de la Vieja :
Lat: 10,83 ° N; Long: 85,324 ° O;
Hauteur: 1895 m 
Niveau d’activité actuel: 3 (volcan en éruption)
Dangers potentiellement associés: gaz, éruptions phréatiques, projections balistiques proximales, lahars.

Quelques petites éruptions phréatiques ont été enregistrées à une fréquence de 1 à 2 par jour, mais rarement avec une manifestation de surface. L’activité sismique est instable: le RSAM est très
variable, toujours sans tendance claire, le tremor ne présente pas de périodicité, les éruptions apparaissent profondes (presque pas de signal infrason). Les mesures géodésiques montrent une tendance significative à l’expansion et à l’inflation. Le potentiel de réduction des oxydes mesuré dans une source chaude montre une diminution brutale depuis début juillet, tandis que la conductivité présente le changement inverse. Aucune anomalie thermique n’a été détectée par l’analyse MODIS.

Volcan Irazu :
Lat: 9,979 ° N; Long: 83,852 ° O;
Altitude: 3432 m 
Niveau d’activité actuel: 1 (actif)
Dangers potentiellement associés: glissements de terrain.

 

 

Quelques jours après le dernier glissement de terrain, l’Ovisocri a fait ce survol. En haut à gauche, dans un ton brun, vous pouvez voir une partie du matériau qui s’est effondré.

La sismicité reste stable. La concentration de CO2 dans la zone Nord montre une légère baisse depuis juillet. Le nombre de glissements de terrain enregistrés est passé de 1 à 2 par jour à 1 tous les 3 à 4 jours. Malgré la baisse des précipitations, le glissement de terrain principal maintient une accélération continue, de sorte que la vitesse verticale atteint désormais 7 m / an. Une rupture totale peut se produire dans un court laps de temps (jours à semaines). Bien qu’il soit prévu que la grande majorité du volume ira vers l’Ouest et le Nord, la possibilité qu’une partie de celui-ci glisse dans le secteur de Prusia  n’est pas exclue. Le volume en mouvement estimé pourrait être de l’ordre de 10 millions de mètres cubes, ce qui pourrait générer des chutes de poussière dans la Vallée Centrale. La chute de cette masse pourrait provoquer une déstabilisation brutale de la zone à l’Est de la fissure principale, c’est-à-dire là où se trouvent les antennes opérationnelles.

Source : Ovsicori .

Photos : Ovsicori , RSN,  Federico Chavarría Kopper .

 

Japon / Îles Ryukyu ,  Suwanosejima :

29,638 ° N, 129,714 ° E
Élévation : 796 m

Le JMA a signalé qu’ une incandescence nocturne dans le cratère Ontake du Suwanosejima était parfois visible du 24 au 31 juillet. Des événements éruptifs occasionnels ont été enregistrés. Une explosion à 12h00 le 27 juillet a généré un panache gris qui s’est élevé jusqu’à 2 km au-dessus du bord du cratère. Le VAAC de Tokyo a rapporté que du 1er au 3 août, les panaches de cendres ont atteint 1,8 à 2,4 km (6000-8000 pieds) d’altitude , et ont dérivé vers le Nord-Ouest et l’Ouest. Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 5 niveaux).

L’île de Suwanosejima, en forme de fuseau, longue de 8 km, dans le Nord des îles Ryukyu, se compose d’un stratovolcan andésitique avec deux cratères sommitaux historiquement actifs. Le sommet du volcan est tronqué par un grand cratère brisé s’étendant jusqu’à la mer sur le flanc Est formé par l’effondrement de l’édifice. Le Suwanosejima, l’un des volcans les plus fréquemment actifs du Japon, était dans un état d’activité strombolienne intermittente depuis l’ Otake, le cratère sommital du Nord-Est, qui a commencé son activité en 1949 et qui a duré jusqu’en 1996, après quoi les périodes d’inactivité se sont allongées. La plus grande éruption historique a eu lieu en 1813-14, lorsque d’épais dépôts de scories ont recouvert les zones résidentielles, et le cratère Sud-Ouest a produit deux coulées de lave qui ont atteint la côte Ouest. À la fin de l’éruption, le sommet de l’Otake s’est effondré, formant une grande avalanche de débris et créant la caldeira de Sakuchi en forme de fer à cheval, qui s’étend jusqu’à la côte Est. L’île est restée inhabitée pendant environ 70 ans après l’éruption de 1813-1814. Les coulées de lave ont atteint la côte Est de l’île en 1884. Seulement environ 50 personnes vivent sur l’île.

Sources: GVP , Agence météorologique japonaise (JMA), Centre consultatif des cendres volcaniques de Tokyo (VAAC).

Photo : Yukio Hayakawa, 1998 (Gunma University).

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search