17 Juin 2020. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Japon : Nishinoshima , Islande : Grímsvötn .

Home / blog georges Vitton / 17 Juin 2020. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Japon : Nishinoshima , Islande : Grímsvötn .

17 Juin 2020. FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Japon : Nishinoshima , Islande : Grímsvötn .

17 Juin 2020.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin hebdomadaire du 08 Juin 2020 au 14 Juin 2020 (date d’émission 16 Juin 2020)

RÉSUMÉ DU STATUT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est souligné:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité strombolienne intra-cratère modérée au Nouveau Cratère Sud-Est; explosions stromboliennes sporadiques avec de petites émissions de cendres dans la Voragine.
2) SISMOLOGIE: Sismicité liée à de faibles événements de fracturation, niveau de tremor élevé.
3) INFRASONS: Activité infrasonore modérée.

4) DÉFORMATIONS: La tendance à l’inflation, attribuable à la reprise de la pressurisation du système magmatique, est à nouveau clairement visible dans la série temporelle des données GNSS et les changements dans les composantes planimétriques et altimétriques de la station ELAC (Isola Lachea Acitrezza) ont diminué ou se sont inversées. Les séries chronologiques des stations d’inclinaison ne montrent pas de variations significatives.
5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen-bas. Les valeurs de débit de CO2 du sol sont maintenues à des niveaux moyens. La pression partielle de CO2 dissous ne présente pas de variations importantes. Les dernières données relatives au rapport C / S mesurées au cratère de la Voragine (échantillonnage au 12 juin) sont des valeurs moyennes-basses. Il n’y a pas de nouvelles données disponibles sur le rapport isotopique de l’hélium. Le dernier chiffre (22 mai) concernait des valeurs moyennes-élevées.
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone supérieure est faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine du 8 au 14 juin 2020, le suivi de l’activité de l’Etna a été réalisé grâce à l’analyse des images des caméras de surveillance de l’INGV, Observatoire Etneo (INGV-OE). Les observations sur quelques jours ont été limitées en raison de conditions météorologiques défavorables.

DEM de la zone sommitale de l’Etna avec zoom des secteurs liés au système SEC-NSEC (A) et des cratères BN et VOR (B) réalisés par photogrammétrie aérienne, qui montrent la morphologie intra-cratère des deux secteurs.

Pendant ce temps, l’activité éruptive dans les cratères sommitaux de l’Etna est restée à des niveaux assez bas. Le dégazage habituel s’est poursuivi depuis les bouches ouvertes du Cratère Nord-Est, dde la Voragine et du Cratères Sud-Est / Nouveau Cratères Sud-Est  et des différentes zones fumeroliennes sur les bords des cratères.
En particulier, dans la zone du « cône de la selle » du Nouveau Cratères Sud-Est, l’activité strombolienne intra-cratère s’est poursuivie, ce qui a généré des éruptions fluctuantes; les jets de matériau pyroclastique incandescent ont rarement dépassé le bord de la bouche  . Aucune émission de cendres n’a été observée.

Le cratère de la Voragine, après une période sans aucune manifestation éruptive, a produit des explosions uniques accompagnées de petites émissions de cendres les 11 et 12 juin . Le matin du 14 juin, une séquence d’environ 10 petites explosions a eu lieu dans le même cratère , qui a lancé des matériaux incandescents juste au-dessus du bord du cratère et produit de petites bouffées de cendres.

Tremor volcanique: Au cours de la semaine en question, l’amplitude moyenne du tremor volcanique est restée à des niveaux élevés ). La localisation de la source du tremor est localisée dans la zone du Nouveau Cratères Sud-Est à des profondeurs superficielles.

Source : INGV.

Lire l’article en entier file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/BollettinoEtna20200616%20(1).pdf

Photos : Gio Giusa , INGV.

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire du 08 Juin 2020 au 14 Juin 2020 (date d’émission 16 Juin 2020)

RÉSUMÉ DU STATUT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est souligné:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Au cours de cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée accompagnée d’activités de dégazage et d’éclaboussures. La fréquence horaire des explosions a oscillé entre des valeurs moyennes (11-15 événements / h) à la seule exception du 12 juin avec 16 événements / h (valeur moyenne-élevée). L’intensité des explosions était variable de faible à élevée à la fois dans la zone du cratère Nord et dans la zone du cratère Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE: Les paramètres sismologiques ne présentent pas de variations significatives.
4) DÉFORMATIONS: Il n’y a pas de variations significatives. Au cours de la semaine, le réseau GNSS haute fréquence a rencontré des problèmes techniques à la station de référence SVIN qui ont été résolus par des techniciens d’ING INGV.

5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 est à un niveau moyen. Il n’y a pas de mise à jour disponible pour la valeur CO2 / SO2, le dernier chiffre (09/02/20) était sur les valeurs moyennes. Le rapport isotopique de l’hélium dissous dans l’aquifère (échantillonnage du 09/06/20) est comparable à la figure précédente et reste sur des valeurs moyennes. Il n’y a pas de mise à jour pour le flux de CO2 émis par les sols dans la zone de Pizzo au-dessus de La Fossa.
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau moyen-bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES.
Pendant la période sous observation, l’activité éruptive de Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190 m, Punta Corvi, altitude 400 m et Pizzo) et à partir des données recueillies lors d’une inspection effectuée le 13 juin. En raison des conditions météorologiques défavorables des 9 et 10 juin, l’observation de l’activité explosive a été limitée.

La terrasse du cratère vue par la caméra thermique située sur le Pizzo sopra la Fossa avec la délimitation des zones de cratère de la zone Centre-Sud et Nord (respectivement AREA N, AREA C-S). Les abréviations et les flèches indiquent les noms et les emplacements des bouches actives, la zone au-dessus de la terrasse du cratère est divisée en trois plages de hauteurs liées à l’intensité des explosions.

Les 8, 9 et 10 juin, le groupe de caméras de la zone opérationnelle des réseaux de surveillance instrumentale des phénomènes volcaniques de l’Observatoire Etneo de Catane a mené une campagne de restauration et de maintenance des systèmes d’observation et de transmission de données, endommagés lors de la événement paroxystique du 3 juillet 2019  . Dans le détail, une caméra infrarouge a été installée au Pizzo sopra la Fossa et la maintenance a été effectuée sur la caméra infrarouge située à une altitude de 190 m.
Lors de l’inspection effectuée le matin du 13 juin, des données complémentaires ont été collectées pour la caractérisation morphologique de la terrasse du cratère et l’activité explosive. Le cratère N1 se compose de deux bouches: la plus septentrionale qui produit une intense activité explosive émettant des matériaux grossiers, dont les produits retombent sur le plateau et l’autre bouche qui produit un matériau pyroclastique de volume modeste qui retombe sur la Sciara. Le cratère N2 est un cône bien structuré avec une bouche sur son flanc Sud-Est (similaire à celui observé en février dernier). Son activité explosive produit des matériaux fins (cendres) parfois mélangés à des matériaux grossiers. La bouche S1 est un cône, dans lequel aucune activité n’a été observée tandis que le cratère S2 est un cône beaucoup plus grand et plus profond qu’en février, dont le bord comprend la zone centrale C avec deux bouches, dont une profonde qui produit une activité de gonflement / éclaboussures. Dans l’après-midi des 15 et 16 juin, les détonations ainsi que les mouvements d’air, provenant probablement de N1, se sont fait ressentir jusqu’à la ville de Stromboli. Il faut considérer que le phénomène a probablement été accentué par la direction de dispersion du panache-vent vers la zone.

Quant à l’intensité de l’activité explosive, le cratère N1, avec deux bouches, situé dans la zone Nord, a produit principalement des explosions d’intensité moyenne à élevée (les produits de nombreuses explosions ont dépassé 150 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes) qui ont chuté abondamment avec une distribution radiale. La bouche N2 a montré une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux fins (cendres) parfois mélangés à des gros. La fréquence moyenne des explosions était comprise entre 7 et 10 événements / h. Dans la zone Centre-Sud, l’embouchure S1 située sur le cône face à la Sciara a produit des explosions de faible intensité de matériau fin tandis que l’embouchure située dans le cratère S2 a produit des explosions de faible à élevé émettant des matériaux principalement fins. Les deux évents situés dans la zone Centre ont produit en continu une intense activité d’éclaboussures parfois interrompue par des explosions de matériaux grossiers de faible intensité. La fréquence des explosions était comprise entre 2 et 6 événements / h.

Source : INGV .

Lire l’article en entier file:///C:/Users/Utilisateur/AppData/Local/Packages/Microsoft.MicrosoftEdge_8wekyb3d8bbwe/TempState/Downloads/BollettinoStromboli20200616%20(1).pdf

Photos : Stromboli adventures , INGV.

 

Japon , Nishinoshima :

L’ile de Nishinoshima continue son activité .

L’île volcanique inhabitée  de Nishinoshima, située à près de 1 000 km au Sud-Est de  Tokyo  , a connu une augmentation du nombre d’ explosions ces derniers jours. L’éruption en cours a commencé à la mi-décembre 2019, ce qui était la quatrième phase éruptive depuis 2013, la même éruption durant laquelle une nouvelle île avait été formée, couvrant les vestiges de l’ancienne île créée par la première éruption signalée en 1973.

Les derniers bulletins de la Japan Meteorological Agency, sur l’état du volcan, indiquent que depuis le 12 juin 2020, une activité explosive a été observée à travers le satellite Himawari, des impulsions de cendres provenant principalement et maintenant par seulement un cratère actif  . Les matériaux s’élèvent à 2,6 kilomètres au-dessus du point d’émission, se dispersant vers l’Est. Dans les images, vous pouvez voir les dépôts de matériaux particulaires ou fragmentés (cendres) accompagnés de petites bombes volcaniques sur les pentes éjectées du petit cratère.
L’activité  sur Nishinoshima a été continue au cours de cette dernière phase éruptive. L’activité effusive a prédominé au cours de cette période . Les coulées de lave ont été presque persistantes et dans toutes les directions, atteignant les eaux de l’océan Pacifique, confirmées par des images thermiques présentant des anomalies considérées comme élevées à très élevées au cours de la récente éruption.

 

Les autorités maintiennent un rayon de restriction de 2,5 km à parti du cratère, en raison de l’émission de cendres et des coulées de lave dispersées sur l’île, avec une trajectoire vers ses côtes. Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun impact.

Source : EarthQuakesTime

Photos : Garde côtière japonaise via Sherine France .

 

Islande , Grímsvötn :

Preuves que le volcan Grímsvötn se prépare pour la prochaine éruption.
Le Conseil consultatif scientifique s’est réuni la semaine dernière pour examiner les troubles volcaniques actuels à Reykjanes et pour faire rapport sur les dernières mesures effectuées sur le volcan Grímsvötn . 16 Juin 2020.

Le comité consultatif scientifique s’est réuni mercredi 10 juin dernier pour examiner les troubles volcaniques en cours à Reykjanes et pour discuter des dernières mesures effectuées sur le volcan Grímsvötn. La réunion a été suivie par des scientifiques de l’Office météorologique islandais, de l’Université d’Islande – Institut des sciences de la Terre, de HS-Orka, d’Islande Geosurvey et de l’Agence environnementale d’Islande. Des représentants de la protection civile, de l’ISAVIA-ANS et du service de police du sud de l’Islande y ont également participé.

Vue d’ensemble de la sismicité autour de Grindavík depuis le vendredi de la semaine dernière. Le séisme de M3,5 a été détecté le samedi 13 juin

Une inflation a recommencé près de Grindavík:
À la mi-mai, les données de déformation (mesures GPS et InSAR) ont recommencé à montrer des signes d’inflation, suggérant qu’une troisième intrusion depuis le début de cette année se produisait à l’Ouest de Thorbjörn. L’intrusion a commencé vers la mi-mai, mais l’activité sismique a commencé à augmenter vers la fin du mois (30 mai). Depuis 2000, environ 2000 tremblements de terre ont été détectés et plusieurs événements sont localisés à l’Est de Thorbjörn, à quelques kilomètres au Nord de la ville de Grindavík. Le plus grand tremblement de terre de cet essaim s’est produit le samedi 13 juin et avait une magnitude de 3,5.

Depuis le début des troubles volcaniques, en janvier de cette année, le soulèvement total mesuré dans la région est estimé à environ 12 cm. Entre les périodes d’inflation, une légère déflation a été observée, reflétant probablement le refroidissement du magma intrus ou l’interaction avec le système géothermique. Les résultats de la modélisation numérique montrent que cette troisième intrusion se produit à peu près dans la même zone que les précédentes, soit à environ 1 km à l’Ouest de Thorbjörn, à une profondeur de 3-4 km, avec une largeur de quelques centaines de mètres et orientée NE- SW pour environ 6 km. Le volume médian estimé de magma accumulé au cours de ce troisième épisode d’intrusion est estimé à 1,2 million de m3. L’activité sismique se produit sur une zone plus grande que l’extension de l’intrusion elle-même et cela est probablement dû au changement de contrainte induit par la croûte qui affecte un secteur plus large de la péninsule…/…

Preuves que le volcan Grímsvötn se prépare pour la prochaine éruption :
Lors de la réunion du SAB, le statut du volcan Grímsvötn a également été discuté, car l’Institut des sciences de la Terre et l’Office météorologique islandais ont fait effectuer de nouvelles mesures début juin.
Pendant sa période active, comme c’est le cas depuis l’éruption en 1996, le Grímsvötn entre en éruption en moyenne tous les 5 à 10 ans. La dernière éruption s’est produite en 2011 et ce fut un événement assez important et puissant. Entre les éruptions, les données de déformation indiquent l’accumulation progressive de nouveau magma en profondeur et l’augmentation de la pression dans le système. Au cours des dernières semaines, des scientifiques de l’OMI ont mesuré le SO2 dans le coin Sud-Ouest de la caldeira du Grímsvötn, près de l’endroit où les dernières éruptions en 2004 et 2011 ont eu lieu. «C’est la première fois que nous mesurons autant de SO2 sur un volcan en Islande qui n’est pas en phase éruptive et sa présence est révélatrice de magma à faible profondeur», explique Melissa Anne Pfeffer, spécialiste à l’OMI qui a participé au voyage sur Vatnajökull ces derniers jours. En plus du niveau élevé de SO2, Melissa rapporte également que la zone où l’activité géothermique peut être détectée à la surface du volcan a considérablement augmenté.

 

Spécialiste de l’Office météorologique islandais effectuant des mesures de gaz sur le Grímsvötn ces derniers jours. Cette photo est prise à proximité de l’endroit où la dernière éruption de 2011 a eu lieu. (Photo: OMI / Melissa Anne Pfeffer)

En 1953, Sigurður Þórarinsson a suggéré une corrélation entre les jökulhlaup (inondations glaciaires) et les éruptions du Grímsvötn. Lorsque la pression dans le système volcanique augmente en raison de l’accumulation de magma et si un grand volume d’eau est stocké dans le lac, la libération de pression suite à l’élimination de l’eau lors d’une inondation pourrait faciliter la remontée du magma à la surface et déclencher, dans ce cas, une éruption. Ce genre de scénario s’est produit plusieurs fois sur le Grímsvötn, la dernière fois en 2004, mais aussi en 1934 et 1922.

Image satellite en juin 2012 de la caldeira sous-glaciaire du Grímsvötn avec dans le bas de l’image le Grímsfjall et le lac subglaciaire à l’air libre à la suite de l’éruption de 2011.

Chances d’éruption commençant à la fin d’une inondation glaciaire (jökulhlaups):
Les conditions actuelles du volcan Grímsvötn sont telles que le niveau de l’eau est assez élevé et que la pression dans la chambre magmatique en dessous de la caldeira a atteint des valeurs comparables à celles d’avant la dernière éruption. Par conséquent, la possibilité d’une éruption déclenchée par une inondation glaciaire, qui pourrait se produire dans les semaines ou les mois à venir, doit être envisagée. Cependant, ce n’est peut-être pas le cas, et la prochaine inondation glaciaire pourrait ne pas conduire à une éruption.

Pour discuter davantage de l’état actuel du volcan Grimsvötn et des dernières observations, le comité consultatif scientifique se réunira à nouveau le 18 juin.

Source : Vedur is.

Lire l’article en entierhttps://en.vedur.is/about-imo/news/evidences-that-grimsvotn-volcano-is-getting-ready-for-the-next-eruption

Photos : Vedur is , Visit Reykjanes , OMI / Melissa Anne Pfeffer , NASA’s Earth Observatory  .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search