17 Novembre 2020. FR . Italie : Stromboli , Guatemala : Santiaguito , Nouvelle Zélande : White Island , Pérou : Sabancaya .

Home / blog georges Vitton / 17 Novembre 2020. FR . Italie : Stromboli , Guatemala : Santiaguito , Nouvelle Zélande : White Island , Pérou : Sabancaya .

17 Novembre 2020. FR . Italie : Stromboli , Guatemala : Santiaguito , Nouvelle Zélande : White Island , Pérou : Sabancaya .

17 Novembre 2020.

 

Italie , Stromboli :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE STROMBOLI [MISE À JOUR n. 2] , 16 Novembre 2020 10:53 (09:53 UTC) .

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo  rapporte qu’à 9 h 17 min 50 s UTC à travers les caméras de surveillance, une explosion de plus grande intensité a été observée dans la zone Centre-Sud. Les produits émis sont retombés abondamment le long de la Sciara del Fuoco.

Du point de vue sismique, le phénomène, bien visible à toutes les stations sismiques de Stromboli, a été caractérisé par une séquence d’événements explosifs et de glissements de terrain qui ont débuté à 9h17 (UTC) pour une durée de 4 minutes. En ce qui concerne l’amplitude du tremor volcanique, aucune variation significative n’est signalée.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement et dans tous les cas dans les 3 heures suivant ce communiqué de presse.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE STROMBOLI [MISE À JOUR n. 3] 16 Novembre 2020 12:03

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo , annonce que l’événement explosif qui a eu lieu à 09:17:50 UTC, dans la zone Centre-Sud de la terrasse du cratère Stromboli, était d’une plus grande intensité.
Il a produit un nuage dense de cendres à environ 1 km de haut au-dessus du sommet du volcan, et un flux pyroclastique qui s’est déversé le long de la Sciara del Fuoco atteignant rapidement la ligne de côte, s’étendant sur la surface de la mer sur environ 200 m.

Après cet événement, d’une durée de quelques minutes, l’activité explosive normale du volcan s’est poursuivie.
Du point de vue sismique, les signaux aux stations sismiques de Stromboli montrent une séquence d’événements explosifs qui commence à 9:17:10 UTC (dont le plus important à 9:17:48 UTC) et qui a une durée d’un peu plus 4 minutes. Les explosions ont été également accompagnées de signaux sismiques attribuables à des glissements de terrain.
En ce qui concerne l’amplitude du tremor volcanique, aucune variation significative n’est signalée.

 

À partir des données des inclinomètres de Timpone del Fuoco, une anomalie de 0,05 µrad peut être observée en raison de l’explosion majeure de 9,17 UTC.
Les signaux du réseau GPS ne montrent aucune variation significative.
D’autres mises à jour seront communiquées rapidement.

Deux explosions majeures à Stromboli, les 10 et 16 novembre 2020 , 16 novembre 2020

Ces derniers jours, Stromboli s’est montré plutôt «agité», générant deux événements éruptifs qui peuvent être qualifiés d’explosions majeures.

Le premier événement a eu lieu à 21h04 (heure locale) le 10 novembre 2020 et a affecté la zone Centre-Sud de la terrasse du cratère. L’événement a duré environ 6 minutes et a produit une colonne éruptive verticale. Les produits en éruption ont été principalement dispersés le long de la Sciara del Fuoco, provoquant un laminage généralisé des produits pyroclastiques  .

Le phénomène s’est développé en générant au moins trois autres explosions de moindre intensité que la plus grande et s’est terminé à 21h10 le même jour.

Du point de vue sismique, le phénomène, bien visible sur toutes les stations sismiques de Stromboli, a été caractérisé par une séquence d’événements basse fréquence qui a débuté à 21h03 le 10 novembre 2020, avec une amplitude du tremor volcanique sans variations significatives ( Figure 1). À 23 h 11, tous les paramètres surveillés sont revenus à une activité normale.

Figure 1 – Sismogrammes enregistrés par la station sismique «IST3» de l’Observatoire INGV-Etneo, des deux explosions majeures du 10 novembre 2020 (à gauche) et du 16 novembre 2020 (à droite). Vous pouvez voir la queue plus épaisse et plus longue dans le sismogramme de ce dernier, qui est l’effet du glissement de terrain de matériel impliqué dans l’écoulement pyroclastique sur la Sciara del Fuoco.Après quelques jours, aujourd’hui 16 novembre, à 10h17 (heure locale) une nouvelle explosion majeure a été observée, toujours générée dans la terrasse du cratère. Les produits émis sont retombés en abondance le long de la Sciara del Fuoco, tandis que pendant quelques minutes des cendres et des lapilli sont retombés sur la ville de Stromboli, dans la localité de Scari.L’événement a produit un nuage dense de cendres à environ un kilomètre de haut au-dessus du sommet du volcan, et un courant pyroclastique qui s’est déversé le long de la Sciara del Fuoco, atteignant rapidement la côte et s’étendant à la surface de la mer sur environ 200 mètres. .

D’un point de vue sismique, le phénomène était clairement visible sur toutes les stations sismiques de Stromboli et a été caractérisé par une séquence d’événements explosifs et des glissements de terrain qui ont débuté à 10h17, pour une durée de 4 minutes (figure 1). En ce qui concerne l’étendue du tremor volcanique, aucun changement significatif n’a été signalé. À 14 h 10, tous les paramètres surveillés sont revenus à une activité normale.

Les images prises par les caméras de surveillance thermique (SCT) et visuelle (SCV) montrent le début de l’explosion et les écoulements de matière chaude sur la Sciara del Fuoco . On note également comment, dans les secondes précédant le début de l’explosion, un petit évent (hornito) placé immédiatement sous le bord du cratère a augmenté son activité (figure 2).

Figure 2 – Comparaison entre les images enregistrées par la caméra thermique « SCT » sur le côté nord de la Sciara del Fuoco avant et après l’explosion du 16 novembre 2020. On note la disparition d’un morceau du bord du cratère en correspondance avec le hornito qui s’était agrandi  quelques secondes avant l’explosion.

Les événements de ce type ne sont pas rares et font partie de l’activité normale du volcan. Les plus grandes explosions sont produites depuis les bouches de la terrasse du cratère et sont caractérisées par une plus grande énergie et une plus grande fréquence d’activité ordinaire, et de plus grands volumes de magma émises. Ils peuvent survenir à des intervalles souvent irréguliers. Ils provoquent fréquemment la rechute de bombes volcaniques, de lapilli et de fragments de roche, même assez grands, dans la partie sommitale du volcan, mais, par rapport à une activité normale, à des distances plus importantes de l’évent éruptif. Par conséquent, tant le point de vue du Pizzo sopra la Fossa qu’une partie des sentiers qui y mènent peuvent être affectés par ces retombées de matériaux volcaniques.

Source : INGV.

Photos et vidéo : INGV.

 

Guatemala , Santiaguito :

BULLETIN SPÉCIAL VOLCANOLOGIQUE, 16 novembre 2020, 09h12 heure locale

Type d’activité: Peléenne
Morphologie: Complexe de dômes dacitiques
Situation géographique: 14 ° 44 ’33 ˝ Latitude N; 91 ° 34’13˝ Longitude O.
Hauteur: 2500 m.

EXPLOSION AVEC FLUX PYROCLASTIQUES
L’observatoire volcanologique du complexe volcanique du Santa María Santiaguito rapporte un événement d’explosion modérée qui a provoqué l’émission d’une colonne de cendres à une hauteur de 3600 mètres d’altitude et la descente de coulées pyroclastiques le long des flancs du dôme Caliente. Cet événement a été enregistré aux stations sismiques STG3 et STG8 vers 7 h 15. (heure locale). Le flux pyroclastique le plus long est descendu dans la partie supérieure du lit de la rivière San Isidro, sur le flanc Sud-Ouest du dôme, sans atteindre les endroits peuplés ni causer de dommages. Le vent a déplacé le nuage de cendres dans une direction Sud-Ouest, vers les zones de San Marcos Palajunoj et ses environs.

Ce type d’événement est dû à l’accumulation instable de blocs de lave et de pyroclastes fins sur le dôme Caliente, entraînant leur détachement et leur canalisation sous forme d’avalanches et de coulées pyroclastiques. Ce type d’événement explosif peut être répété au cours des heures et des jours suivants, car il fait partie de l’activité de type Vulcanienne et Peléenne qui caractérise ce complexe de dômes.

L’INSIVUMEH assure une surveillance visuelle et instrumentale grâce à ses observateurs et stations STG3 et STG8, qui enregistrent l’activité sismique générée sut le complexe volcanique de Santa María-Santiaguito.

Source : Insivumeh.

 

Nouvelle Zélande , White Island :

L’émission de cendres se poursuit sur Whakaari / White Island. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.
Publié: Mar 17 nov.2020 11:00

Les observations faites hier confirment que Whakaari / White Island continue d’émettre des cendres volcaniques avec le panache de vapeur et de gaz. Les quantités de gaz CO2 et SO2 ont diminué. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

Mercredi dernier (11 novembre 2020), une période d’émission de cendres a commencé sur Whakaari / White Island. Des dépôts de cendres ont été observés sur certaines des caméras de l’île, et parfois, un panache plus sombre que d’habitude a été signalé sur le continent. Les images satellites fournies à l’époque par MetService, gracieuseté de l’Agence météorologique japonaise, ont confirmé l’émission de cendres, mais des images ultérieures n’ont montré que peu ou pas de cendres apparentes.

Les vols de mesure et d’observation du gaz du lundi 16 novembre 2020 ont encore signalé de petites quantités de cendres dans le panache (voir image ci-dessous). Dans l’ensemble, les observations indiquent un niveau d’émission de cendres plus faible au cours des derniers jours.

Les analyses de laboratoire des cendres montrent qu’elle comprennent des minéraux hydrothermaux et d’anciens matériaux volcaniques (sédiments de cendres), et qu’aucun nouveau magma n’est présent. Les particules de cendres sont des matériaux érodés de la zone de ventilation 2019 par le flux de vapeur et de gaz. Depuis le mercredi 11 novembre 2020, le dépôt de cendres sur certaines fenêtres de la webcam a rendu difficile la visualisation de la zone de ventilation active, et les cendres déposées sur les panneaux solaires ont réduit leur capacité à charger certaines de nos stations de surveillance.

Les quantités de gaz volcaniques CO2 (dioxyde de carbone) et SO2 (dioxyde de soufre) transportées dans le panache continuent d’être élevées , au-dessus des niveaux de fond, mais sont maintenant légèrement inférieures aux mesures de la semaine dernière. Le lundi 16 novembre 2020, les émissions de CO2 étaient de 1937 tonnes / jour et de SO2 de 710 tonnes / jour. Auparavant (jeudi 12 novembre 2020), les émissions de CO2 étaient de 2390 tonnes / jour et de SO2 de 618 tonnes / jour.

Par beau temps, des panaches de gaz, de vapeur et peut-être de cendres seront vus s’élever au-dessus de l’île et s’échapper sous le vent. Si une activité explosive produit un nuage de cendres important, la probabilité que les cendres affectent le continent reste très faible. Depuis l’émission de cendres de la semaine dernière, aucun impact n’a été signalé au-delà de Whakaari / White Island. Dans des conditions de vent favorables, le panache actuel peut être remarqué sur le continent sous la forme de faibles pluies acides.

 

Au cours de la semaine dernière, une séquence de petits tremblements de terre et un tremblement de terre volcanique plus important que la normale ont été localisés à proximité du volcan. Le tremor volcanique de bas niveau se poursuit. Cette activité sismique variée n’est pas inhabituelle pour Whakaari / White Island.

L’émission élevée de gaz volcanique combinée à l’augmentation de l’activité sismique confirment que Whakaari / White Island est dans une période d’agitation accrue. En conséquence, le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2 et le code couleur de l’aviation reste au jaune.

Le niveau d’alerte volcanique reflète le niveau actuel d’agitation ou d’activité volcanique et ne constitue pas une prévision d’activité future.

Le GNS Science et le centre national de surveillance des géorisques surveillent en permanence Whakaari / White Island pour détecter les changements d’activité. D’autres mises à jour seront fournies au besoin.

Source : Geonet / Mike Rosenberg Volcanologue de service.

Photos : Geonet  , Rotorua Daily Post.

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: 09 au 15 Novembre 2020 , Arequipa, 16 Novembre 2020.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement continu d’explosions avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 3,3 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 2264 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 54 explosions a été enregistrée quotidiennement d’intensité faible à moyenne. Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) ont été localisés principalement dans le Nord-Est du Sabancaya et ont présenté des magnitudes comprises entre M2,4 et M3,7 . Le séisme le plus représentatif (M3,7) a été enregistré le 12 Novembre à 12h55 , à 15km au Nord-Est du Sabancaya et à 15 km de profondeur.

 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur Sud-Est du Sabancaya et du secteur Nord ( volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 3,3 km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées au Nord-Ouest, Nord , et au Nord-Est du Sabancaya. La surveillance par satellite a permis d’identifier la présence de 11 anomalies thermiques avec des valeurs comprises entre 3 MW et 63 MW, associées à la présence d’un corps de lave à la surface du cratère du volcan.

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : IGP.

Photo : Andina .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search