27 Décembre 2018. FR. Italie / Sicile : Etna , Indonésie : Anak Krakatau , Philippines : Mayon , Pérou : Sabancaya .

Home / blog georges Vitton / 27 Décembre 2018. FR. Italie / Sicile : Etna , Indonésie : Anak Krakatau , Philippines : Mayon , Pérou : Sabancaya .

27 Décembre 2018. FR. Italie / Sicile : Etna , Indonésie : Anak Krakatau , Philippines : Mayon , Pérou : Sabancaya .

27 Décembre 2018.

 

De retour. Que de choses se sont passées en quelques jours…

 

Italie / Sicile , Etna :

L’éruption latérale de l’Etna qui a débuté le 24 décembre 2018 , par Marco Neri.

Le matin du 24 décembre 2018, une nouvelle éruption latérale d’Etna a commencé. Le phénomène était caractérisé par l’intrusion d’un dyke magmatique sur le haut du flanc Est du volcan, générant un essaim sismique intense et des déformations remarquables du sol.
L’essaim sismique a commencé à 8 h 30 UTC, soit 9 h 30, heure locale, et a impliqué l’ édifice de l’Etna dans différents secteurs, avec des épicentres situés principalement près des cratères du sommet et dans la Valle del Bove, ainsi que des hypocentres situés à 0 et 3 km au-dessous du niveau de la mer. Au cours des trois premières heures, environ 300 chocs se sont produits (figure 1); parmi eux, les événements à haute énergie étaient principalement situés dans la zone du sommet. Par la suite, la sismicité a affecté la Valle del Bove avec des secousses de magnitude supérieurs ou égaux à M 4,0.

 

Figure 1 – Panneau de commande de la salle d’opération de l’Institut national de géophysique et de volcanologie – Osservatorio Etneo, comprenant l’essaim sismique (panneaux en-dessous) et les caméras de surveillance vidéo (panneaux du haut), le matin du 24 décembre 2018 (Photos de M. Neri).

Le début de l’essaim sismique a coïncidé avec une augmentation de l’intensité des émissions gazeuses des cratères du sommet. Au cours de la matinée, à partir de la Bocca Nuova et du cratère du Nord-Est, des émissions isolées de cendres de couleur brune/rougeâtre et grise se sont produites. Vers 11h00 UTC (12 heures, heure italienne), une fissure éruptive d’environ 2 km de long s’est ouverte et orientée dans le sens NNO-SSE (Figure 2).


Figure 2 – Une fissure éruptive s’est ouverte près du bord du mur occidental de la Valle del Bove, prise le 24 décembre 2018 (photo de B. Behncke).

La fissure éruptive s’est étendue de la base Sud-Est du nouveau cratère du Sud-Est au mur Ouest de la Valle del Bove, atteignant une altitude minimale d’environ 2 400 mètres d’altitude. Une seconde petite fissure éruptive s’ouvrit un peu plus au nord, à environ 3000 mètres au dessus du niveau de la mer, entre le Nouveau Cratère Sud-Est et le cratère Nord-Est, et produisit presque exclusivement une faible activité strombolienne durant quelques dizaines de minutes. Dans le même temps, le cratère Nord-Est et la Bocca Nuova ont également produit une activité strombolienne continue d’intensité variable. Dans l’ensemble, le nuage de cendres (Figure 3) généré par l’ensemble des évents éruptifs a produit un panache de cendres très épais et foncé, poussé par le vent dans le quadrant Sud-Est du volcan.

Figure 3 – Nuage éruptif produit par l’ouverture de la fracture éruptive, prise du sud le 24 décembre 2018 (photo de B. Behncke).

Les cendres volcaniques sont principalement tombées dans les environs de Zafferana Etnea et de Santa Venerina (figure 4).

Figure 4 – Chute de cendres volcaniques sur un trottoir à Zafferana Etnea, le 24 décembre 2018 (photo de B. Behncke).

Au cours de sa propagation, la fissure éruptive ouverte dans la Valle del Bove a alimenté des coulées de lave qui ont entièrement traversé le mur Ouest de la vallée, atteignant son fond et se sont tassées à 17h00 UTC le 24 décembre, à des altitudes variables 1650 et 1800 mètres (figure 5).

Figure 5 – Coulées de lave alimentées par la fissure éruptive ouverte le 24 décembre 2018 le long du mur Ouest de Valle del Bove. (Photo par B. Behncke).

Aux premières heures du 25 décembre, l’éruption est toujours en cours. Une coulée de lave continue de couler dans la Valle del Bove, alimentée par la fracture éruptive dont la bouche inférieure est située à environ 2400 m d’altitude, le long du mur occidental de la vallée. Les cratères sommitaux, et en particulier les cratères de la Bocca Nuova et du Cratère Nord-Est, produisent une activité strombolienne continue qui alimente un panache gazeux riche en cendres volcaniques. L’essaim sismique qui accompagne l’éruption continue; depuis hier matin, depuis environ vingt-quatre heures, plus de sept cent cinquante chocs sismiques ont été enregistrés par le réseau sismique de l’INGV Osservatorio Etneo..

Notes historiques sur les éruptions latérales dans la Valle del Bove:

La Valle del Bove est une imposante dépression érosive formée il y a environ 10 000 ans par l’effondrement du secteur qui a affecté le flanc Est du volcan. La vallée a plus de 1000 mètres de profondeur (le long de son mur Ouest), une largeur d’un peu plus de 5 km et une longueur d’environ 7,5 km, avec un long axe dans la direction ONO-ESE. En raison de sa position et de sa morphologie, la vallée accueille facilement les coulées de lave qui ont surgi du sommet du volcan, et en particulier du Nouveau Cratère du Sud-Est et de ses bouches environnantes. De plus, le mur occidental de la vallée contient de nombreuses fractures éruptives qui peuvent être attribuées, du point de vue structurel, aux activités éruptives latérales des secteurs Nord et Sud de l’Etna, à savoir des fractures éruptives orientées dans les directions SO-NE et NE-SO respectivement. Lorsque les éruptions durent suffisamment longtemps (mois ou années), les coulées de lave ont la possibilité de s’étendre au-delà de la limite Est de la vallée de Bove, menaçant ainsi les centres urbains qui y sont situés.

Dans cette région, la plus récente éruption majeure a eu lieu en 1991-1993, lorsque les laves ont complètement enseveli la partie Sud de la vallée, complètement rempli le Val Calanna sous-jacent et ensuite sérieusement menacé la ville de Zafferana Etnea, atteignant les banlieues. Auparavant, d’autres éruptions secondaires dangereuses pour les centres habités situés du côté Est de l’Etna avaient eu lieu en 1989, 1979, 1950-1951, 1851-1853, 1689, 1446 et 1285.

Source : INGV Vulcani , Marco Neri . 

Retrouver l’article : https://ingvvulcani.wordpress.com/2018/12/25/leruzione-laterale-etnea-iniziata-il-24-dicembre-2018/

Photos : Marco Neri , Boris Behncke , Luca Giuffrida .

 

 

Indonésie , Anak Krakatau :

Le 22 décembre, comme les jours précédents, le G. Anak Krakatau poursuivait son éruption . Visuellement, les éruptions présentaient une fumée élevée allaient de 300 à 1500 mètres au-dessus du sommet du cratère. En séismicité, les tremblements de terre étaient enregistrés en continu avec une amplitude excessive (58 mm). À 9h03, une éruption s’est produite et après une longue période, des informations sur le tsunami ont été fournies. Sur la base des images satellites reçues par le PVMBG, la majeure partie du corps de l’ Anak Krakatau a été perdue, ce qui aurait par la suite provoqué des tsunamis dans plusieurs régions des provinces de Lampung et de Banten.

 

Carte de l’ Anak Krakatau après le glissement de terrain survenu le 22 décembre 2018 , par Citra Sentinel. La marque rouge montre la partie manquante du corps d’Anak Krakatau par rapport à la vue du 11 novembre 2018.

Après le tsunami, l’activité de l’ Anak Krakatau est toujours élevée. Visuellement, le volcan est clairement visible jusqu’à ce qu’il soit recouvert de brouillard. Il a été observé que le cratère principal émettait une fumée grise / noire, avec une intensité faible, jusqu’à une hauteur d’environ 500 mètres au dessus du sommet, avec des vents soufflant faiblement à modérément vers le Nord et le Sud-Ouest. La séismicité est toujours dominée par des tremblements continus d’une amplitude de 32 mm (valeur dominante de 25 mm). Le 26 décembre, des cendres volcaniques ont été signalées dans plusieurs régions, notamment à Cilegon, Anyer et Serang. L’équipe d’intervention d’urgence du PVMBG a immédiatement procédé à une vérification sur le terrain afin de confirmer l’incident et de récolter des cendres volcaniques , qui seront ensuite analysées par le bureau du PVMBG.

La carte de la région exposée aux catastrophes (KRB), montre que la quasi-totalité du corps du mont Anak Krakatau, dont le diamètre est de ± 2 km, est une zone exposée aux catastrophes. Les dangers potentiels des activités de l’ Anak Krakatau sont aujourd’hui des jets de matériaux incandescents, des coulées de lave provenant du centre de l’éruption et des nuages ​​chauds pointant vers le sud. Bien que la distribution des cendres volcaniques dépende de la direction et de la vitesse du vent, le niveau d’activité de l’ Anak Krakatau a été augmenté du niveau II (WASPADA) au niveau III (SIAGA) au 27 décembre 2018 à 05h00  . En ce qui concerne le niveau d’activité de niveau III (Siaga), il est recommandé de ne pas autoriser la communauté à s’approcher du mont Anak Krakatau dans un rayon de 5 km autour du cratère. Lorsque des cendres tombent, les gens sont priés de porter un masque et des lunettes lors de leurs activités à l’extérieur de la maison. Les habitants des zones côtières des provinces de Banten et de Lampung doivent rester calmes et peuvent mener leurs activités comme d’habitude en suivant toujours les instructions du BPBD local, .

Conditions morphologiques :
D’après les données de Sentinel Image datées des 11 décembre 2003 et du 23 décembre 2018, il apparaît que certaines des pentes des secteurs Ouest à Sud semblent avoir subi des glissements de terrain, comme le montre la comparaison des images avant et après le tsunami.


Depuis le 20 décembre 2018, il a été observé qu’il existe sur le volcan un type d’éruption Surtseyenne, à savoir que le flux de lave ou de magma sort directement au contact de l’eau. Cela signifie que le volume de magma libéré augmente et que le trou du cratère s’agrandit. Il se peut qu’un nouveau cratère se creuse plus près du niveau de l’eau.
Du 22 décembre 2018 au présent, l’éruption s’est déroulée sans interruption. Des bruits d’éruption se font entendre plusieurs fois par minute. Actuellement, l’activité éruptive est toujours en cours, notamment sous la forme d’éruptions stromboliennes accompagnées de coulées de lave incandescentes et de nuages ​​chauds.
Le 26 décembre 2018, l’éruption a pris la forme de nuages ​​chauds et d’éruption Surtseyenne. Ces nuage chaud ont entraîné des pluies de cendres, y compris celles enregistrées le 26 décembre 2018 à 17h15 WIB. Au poste de Kalianda, à 12 heures, , il a été signalé un rugissement de haute intensité.

Source : PVMBG

Photo : sukamdani_gunners543 Indonesian navy, warship , via Sherine France.

 

Philippines , Mayon :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN MAYON , 27 décembre 2018 , 10h00.

Deux (2) éruptions phréatiques ont été observées à 08h17 et à 08h28 aujourd’hui. Ces événements ont généré un panache de cendres blanc grisâtre à gris  qui s’est élevé respectivement à 600 et 200 mètres au-dessus du sommet avant de dériver vers le Sud-Ouest.

Avant ces événements, le réseau de surveillance sismique du volcan Mayon avait enregistré un (1) séisme volcanique au cours de la période d’observation de 24 heures. L’ incandescence du cratère du sommet pouvait être observée la nuit. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées en moyenne à 1943 tonnes / jour le 25 novembre 2018. Les données de nivellement précises obtenues les 22 et 31 octobre 2018 indiquent une inflation de l’édifice dans le secteur Sud-Est, tandis que le secteur Nord indiquait une déflation à court terme du 30 août au 3 septembre 2018. Cependant, dans l’ensemble, le volcan reste gonflé par rapport aux lignes de base de 2010. Les données d’inclinaison électroniques montrent en outre une inflation prononcée des pentes moyennes à compter du 25 juin 2018, probablement en raison d’une intrusion asismique de magma sous l’édifice.

Le niveau d’alerte 2 prévaut actuellement sur le volcan Mayon. Cela signifie que le Mayon est à un niveau d’agitation modéré. Le DOST-PHIVOLCS rappelle au public que des explosions soudaines, des effondrements de lave, des courants de densité pyroclastiques ou PDC et des chutes de cendres peuvent toujours se produire et menacer des zones sur les pentes supérieures et moyennes du Mayon. Le DOST-PHIVOLCS recommande que pénétrer dans la zone de danger permanent ou ZDP de 6 km de rayon et dans une zone de danger étendue de 7 km de rayon ou EDZ de précaution dans le secteur Sud-Sud-Ouest à Est-Nord-Est, qui s’étend de Anoling, Camalig à Sta. Misericordia, Sto. Domingo soit  strictement interdit. Les personnes résidant à proximité de ces zones dangereuses doivent également observer les précautions associées aux chutes de pierres, aux PDC et aux chutes de cendres. Les canaux des cours d’eau / rivières et ceux identifiés comme étant des zones continuellement à risque de lahar sur tous les secteurs du volcan devraient également être évités, en particulier lors de conditions météorologiques extrêmes, en cas de précipitations abondantes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan, car des cendres et des débris balistiques aériens provenant d’explosions soudaines et de PDC pourraient présenter des risques pour les aéronefs.

Source : Phivolcs.

Photo : CNN Philippines , via Sherine France .

 

Pérou , Sabancaya :

Une moyenne de 19 EXP / jour a été enregistrée. L’activité associée au mouvement des fluides (type longue période) continue à prédominer. Les tremblements de terre associés à la remontée du magma (types hybrides) restent très peu nombreux et peu énergétiques.  
Les colonnes de gaz et de cendres éruptives ont atteint une hauteur maximale de 2900 m au-dessus du cratère. La dispersion de ces matériaux s’est produite dans un rayon d’environ 40 km, principalement vers les secteurs Nord-Est, Est et Sud-Est. 

Le flux de gaz volcanique (SO2) a enregistré le 17 décembre une valeur maximale de 2300 tonnes / jour, considérée comme une valeur importante. 
La déformation de la surface du bâtiment volcanique présente des changements importants. 
Le système de satellites MIROVA a enregistré 2 anomalies thermiques, avec des valeurs comprises entre 2 et 7 MW de VRP (Energie Volcanique Rayonnée).

En général, l’activité éruptive maintient des niveaux modérés. Aucun changement significatif n’est attendu dans les prochains jours.

Source : IGP

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search