8 Juin 2024.

 

Islande , Péninsule de Reykjanes :

L’activité de l’éruption volcanique est restée assez constante ces derniers jours. La terre a cessé de s’enfoncer à Svartsengi
Mise à jour le 7 juin à 15h20

Activité continue dans un cratère qui reste assez constante
La lave coule principalement vers le Nord-Ouest
La terre a cessé de s’enfoncer à Svartsengi
Évaluation des risques mise à jour. Une pollution par les gaz pourrait être constatée à Grindavík

L’éruption de la série de cratères Sundhnúks se poursuit et cela fait maintenant neuf jours qu’elle a commencé. Depuis le mardi 4 juin, un seul cratère était actif. La lave s’écoule principalement vers le Nord-Ouest en direction de Sýlingarfell, où le lit de lave s’épaissit, mais de là, il y a des coulées de lave actives au Nord de Sýlingarfell.

Image satellite du 5 juin montrant le lit de lave de Svartsengi et Grindavík. Sur la photo, vous pouvez également voir le cratère et la lave qui en coulent au Nord-Ouest jusqu’à Sýlingarfell et au Sud vers Hagafell. L’image est une image dite « proche infrarouge » où la végétation et d’autres organismes photosynthétiques apparaissent dans des rouges différents. Cette représentation convient également pour distinguer les nouvelles laves des laves beaucoup plus anciennes et des zones qui ont été la proie d’incendies de forêt.

L’équipe d’imagerie de l’Institut national d’histoire naturelle et d’arpentage a traité les données collectées par les experts d’Efla, Verkís et Svarma lors d’un vol de drone au-dessus des centres d’éruption le 3 juin. Les données montrent que la superficie du lit de lave est passée à 8,6 km2 et que son volume est d’environ 36 millions de m3.

Sur la base de ces mesures, la coulée de lave moyenne issue de l’éruption de l’après-midi du 29 mai au 3 juin est estimée à environ 30 m3/s. Ces résultats sont basés sur des données couvrant environ 70 % de la largeur de la lave, mais on suppose qu’il n’y a eu aucun changement significatif dans la largeur de la lave en dehors de cette zone entre les mesures. Après ces mesures, le changement dans l’activité de l’éruption a entraîné une diminution du nombre de cratères actifs, et un cratère est actif depuis le 4 juin. Il n’y a pas eu de mesures de coulées de lave depuis lors, mais à titre de comparaison, la coulée de lave de la dernière éruption de la série de cratères Sundhnúks a été estimée à 3-4 m3/s lorsqu’un cratère était actif.

 

La terre a cessé de s’enfoncer à Svartsengi
Dans les premiers jours après l’éruption, l’affaissement du sol a été mesuré dans la région de Svartsengi , ce qui a indiqué que plus de magma s’écoulait de la zone d’accumulation de magma vers la surface que n’y coulait depuis les profondeurs. Les mesures de déformation effectuées ces derniers jours montrent que l’affaissement du terrain semble s’être arrêté, et il est donc probable que le flux de magma depuis les profondeurs vers la zone d’accumulation de magma soit désormais comparable à celui qui se trouve en surface dans la série de cratères de Sundhnúks.

Surveillance des changements possibles dans l’accumulation de magma sous Svartsengi
Comme mentionné dans la dernière mise à jour, c’était la première fois, depuis le début de l’activité volcanique dans la série de cratères Sundhnúks en décembre 2023, que l’affaissement était mesuré à Svartsengi lors d’une éruption. Hier, l’Institut des géosciences de l’Université a publié les premières données rocheuses et géochimiques de l’éruption en cours. Les données montrent que la composition chimique du magma qui remonte maintenant à la surface n’est pas différente de celle qui est apparue lors des quatre dernières éruptions volcaniques de la série de cratères de Sundhnúks, mais est similaire à celle du magma du début de l’éruption de Geldingaðalur en 2021. Ces résultats sont le signe que la zone de collecte de magma sous Svartsengi est en train de changer. Pour le moment, il n’est pas possible d’évaluer exactement le type de changements en cours, mais dans un avenir proche, davantage de données seront collectées et analysées pour tenter de les éclairer.

Source : IMO.

Photos : IMO , MBL . IS

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin d’activité hebdomadaire : Volcan Nevado del Ruiz

Concernant le suivi de l’activité du VOLCAN NEVADO DEL RUIZ, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), une entité rattachée au MINISTERE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, rapporte que :

Dans la semaine du 28 mai au 3 juin 2024, le volcan a continué avec un comportement instable. Par rapport à la semaine précédente, les principales variations des paramètres surveillés ont été :
– La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a diminué dans le nombre de séismes enregistrés et dans l’énergie sismique libérée. Les signaux de longue période associés à l’émission continue de cendres étaient moins récurrents et présentaient des niveaux d’énergie faibles et inférieurs à ceux enregistrés la semaine précédente. L’enregistrement des signaux sismiques associés aux émissions pulsatiles de cendres et de gaz dans l’atmosphère avec des niveaux d’énergie variables entre faibles et modérés s’est poursuivi. Grâce aux caméras photographiques utilisées pour surveiller le volcan et aux rapports occasionnels du personnel du parc naturel national Los Nevados dans la zone volcanique, plusieurs émissions de cendres associées à certains de ces signaux ont été confirmées. La confirmation de ce phénomène a été limitée en raison de la forte nébulosité qui continue d’être observée dans la région.
– L’activité sismique associée à la fracturation des roches à l’intérieur de l’édifice volcanique a diminué en nombre de tremblements de terre enregistrés et a maintenu des niveaux similaires dans l’énergie sismique libérée.

Les tremblements de terre ont été localisés dans le cratère Arenas et, principalement, sur les flancs Est-Nord-Est, Est-Sud-Est, Nord et Nord-Est, à des distances inférieures à 8 km du cratère. Les profondeurs des événements variaient entre moins de 1 et 8 km par rapport au sommet du volcan. La plus forte magnitude de la semaine a été de 1,3, correspondant au séisme enregistré le 30 mai à 22h31, situé à environ 4 km au Nord du cratère, à 5 km de profondeur. De plus, il a été enregistré une sismicité liée à l’activité du dôme de lave (protubérance ou monticule) situé au fond du cratère. Cette sismicité était de courte durée et de faible niveau d’énergie.
– Sur le volcan, l’émission de vapeur d’eau et de gaz dans l’atmosphère depuis le cratère Arenas se poursuit.
Les taux de dégazage du dioxyde de soufre (SO₂) étaient variables et ont montré une diminution.

La hauteur maximale de la colonne de gaz, estimée au-dessus du sommet du volcan, était de 900 m en vertical, le 2 juin, et de 1 800 m en dispersion, le 1er juin. La direction de dispersion de la colonne de gaz au cours de la semaine a été variable avec une tendance préférentielle vers le flanc Nord-Ouest du volcan. Le 1er juin, un rapport de chute de cendres a été reçu du secteur de la Vallée des Tombeaux dans le Parc National Naturel de Nevados, associé à l’émission de cendres du signal enregistré à 02h23.
– Lors du suivi de l’activité de surface, depuis les plateformes de surveillance satellitaire, la détection d’anomalies thermiques au fond du cratère Arenas a continué d’être limitée par les conditions de forte nébulosité dans la zone. Les anomalies détectées étaient peu nombreuses et leurs niveaux d’énergie étaient faibles à modérés. Le 1er juin, il est à noter qu’il y a eu à nouveau une bonne observation de l’anomalie thermique qui n’avait pas été observée depuis avril.

Source : SGC

Photo : COLOMBIAN AIR FORCE

 

Indonésie , Merapi :

RAPPORT D’ACTIVITÉ DU MONT MERAPI 31 mai – 6 juin 2024 , Publié le 07 juin 2024

RÉSULTAT D’OBSERVATION
Visuel
Le temps autour du mont Merapi est généralement clair le matin et la nuit, tandis qu’il est brumeux de midi au soir. De la fumée blanche, fine à épaisse, de pression faible à modérée et de 300 m de haut a été observée depuis le poste d’observation du mont Merapi Selo le 6 juin 2024 à 09h40 WIB. Cette semaine, des nuages ​​chauds sont descendus 3 fois vers le Sud-Ouest (en amont de la rivière Bebeng) jusqu’à un maximum de 1 000 m. Des avalanches de lave ont été observées 141 fois en amont de la rivière Bebeng sur une distance maximale de 1 800 m. Il a été observé que la morphologie du dôme Sud-Ouest avait changé en raison des activités de croissance du dôme, des avalanches de nuages ​​chauds et des avalanches de lave.

Le point chaud le plus élevé a été observé à 243 °C, soit une température inférieure à la température de mesure précédente. La morphologie du dôme médian est relativement constante. Le point chaud le plus élevé a été observé à 226,4 °C, soit une température supérieure à la température de mesure précédente. Sur la base de l’analyse de photos aériennes, le volume du dôme Sud-Ouest a été mesuré à 2 335 200 m3 et celui du dôme central à 2 362 800 m3.

Sismicité
Cette semaine, la sismicité du mont Merapi a enregistré :
3 tremblements de terre d’avalanches de nuages ​​chauds (APG),
16 séismes volcaniques peu profonds (VTB),
80 fois les tremblements de terre à phases multiples (MP),
2 tremblements de terre basse fréquence (BF),
418 tremblements de terre d’avalanches(RF),
11 tremblements de terre tectoniques (TT).
L’intensité des tremblements de terre cette semaine est inférieure à celle de la semaine dernière.

Déformation
La déformation du mont Merapi surveillée par EDM cette semaine a montré un taux de raccourcissement de 0,3 cm/jour.

Pluie et lahars
Cette semaine, il n’y a pas eu de pluie au poste d’observation du mont Merapi et aucun écoulement supplémentaire n’a été signalé dans les rivières qui prennent leur source sur le mont Merapi.

Conclusion
Sur la base des résultats d’observations visuelles et instrumentales, il a été conclu que : L’activité volcanique du mont Merapi est encore assez élevée sous forme d’activité éruptive effusive. L’état d’activité est réglé au niveau « SIAGA ».

Source : BPPTKG

Photos : BPPTKG , imamismadin

 

Chili , Laguna del Maule :

Sismologie

L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
830 événements sismiques de type VT, associés à la fracturation des roches (Volcano-Tectonique). Le séisme le plus énergétique avait une valeur de magnitude locale (ML) égale à 3,0, situé à 2,4 km au Sud-Sud-Est du centre de la lagune, à une profondeur de 4,7 km.
10 événements sismiques de type LP, associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du système volcanique (Longue Période). La taille du plus grand séisme évalué à partir du paramètre Déplacement Réduit (DR) était égale à 2,2 cm2.

Géochimie des fluides
Aucune anomalie n’a été signalée dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur proche du complexe volcanique, selon les données publiées par le Troposphérique Monitoring Instrument (TROPOMI) et l’Ozone Monitoring Instrument (OMI) Sulphur Dioxyde Group.

Anomalies thermiques des satellites
Au cours de la période, aucune alerte thermique n’a été enregistrée dans la zone associée au complexe volcanique, selon le traitement analytique des images satellite Sentinel 2-L2A, en combinaison de bandes de fausses couleurs.

Géodésie
L’activité géodésique de la période a été caractérisée par :
– Légers changements de direction des composantes horizontales des stations GNSS.
– Changements d’ampleur (accélération) dans les composantes verticales des stations GNSS.
– De légers changements d’amplitude dans les lignes de surveillance GNSS.
Ainsi, à partir des données géodésiques obtenues au cours de la période, on observe des déplacements de tendance similaires aux périodes précédentes, avec de légères variations d’ampleur et conformément au processus inflationniste enregistré depuis 2012 par le réseau de surveillance géodésique OVDAS, avec des taux maximaux qui ne dépassent pas 1,4. cm/mois, une valeur similaire à la moyenne historique.

Caméras de surveillance
Les images obtenues à l’aide d’une caméra fixe, installée à proximité du complexe volcanique, n’ont pas enregistré de colonnes de dégazage ni de variations liées à l’activité de surface.

Analyse géomorphologique satellitaire
Aucun changement morphologique attribuable à l’activité volcanique n’est reconnu à partir des images Planet Scope et Sentinel L2-2A.
L’apparition d’un nouvel essaim et la sismicité avec ML 3.0 excluent la tendance à la baisse observée ces derniers mois. Les taux de déformation montrent des tendances similaires à celles enregistrées historiquement, avec de légères variations d’ampleur cohérentes avec le processus inflationniste enregistré depuis 2012.
En raison de ce qui précède, son alerte technique est maintenue ALERTE TECHNIQUE JAUNE : Modifications du comportement de l’activité volcanique

Observation:
La zone concernée est considérée comme celle située dans un rayon de 2 km autour de la zone de dégazage passif du CO2.

Source : Sernageomin

Photo : OAVV

 

Indonésie , Lewotobi Laki-laki :

Une éruption du mont Lewotobi Laki Laki s’est produite le samedi 8 juin 2024 à 04h57 WITA avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 800 m au-dessus du sommet (± 2384 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant grise avec une intensité épaisse , orientée à l’Ouest et au Nord-Ouest. Cette éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 47,3 mm et une durée de 574 secondes.

OBSERVATIONS DE LA SISMICITE
5 séismes d’éruption/explosion avec une amplitude de 10,3 à 47,3 mm et une durée de séisme de 167 à 784 secondes.
25 séismes volcaniques peu profonds d’une amplitude de 4,4 à 14,8 mm et d’une durée de séisme de 7 à 11 secondes.
9 tremblements de terre volcaniques profonds avec une amplitude de 5,1 à 20 mm et une durée de séisme de 9 à 16 secondes.
1 séisme tectonique local d’une amplitude de 3,7 mm, et durée du séisme de 34 secondes.
3 tremblements de terre tectoniques lointains d’une amplitude de 8,1 à 47,3 mm, et d’une durée de séisme de 65 à 149 secondes.

RECOMMANDATION
1. Les communautés autour du mont Lewotobi Laki Laki et les visiteurs/touristes n’exercent aucune activité dans un rayon de 2 km du centre de l’éruption et dans un secteur de 3 km dans la direction Nord-Nord-Est et de 5 km dans la direction  du Secteur Nord Est.

2. Le public doit rester calme et suivre les instructions du gouvernement régional et ne pas croire aux rumeurs dont l’origine n’est pas claire.

Source et photo : Magma Indonésie.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *