12 Janvier 2022. FR. Equateur / Galapagos / Isabella : Wolf , La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Vulcano , Chili : Nevados de Chillan , Italie / Sicile : Etna , Nouvelle Zélande : Ruapehu .

Home / blog georges Vitton / 12 Janvier 2022. FR. Equateur / Galapagos / Isabella : Wolf , La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Vulcano , Chili : Nevados de Chillan , Italie / Sicile : Etna , Nouvelle Zélande : Ruapehu .

12 Janvier 2022. FR. Equateur / Galapagos / Isabella : Wolf , La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Vulcano , Chili : Nevados de Chillan , Italie / Sicile : Etna , Nouvelle Zélande : Ruapehu .

12 Janvier 2022.

 

Equateur / Galapagos / Isabella , Wolf :

L’activité du volcan Wolf est maintenue

Le ministre Gustavo Manrique a survolé la région du volcan Wolf sur l’ile Isabela, confirmant que l’activité éruptive se poursuivait. Les coulées de lave sont situées à moins de cinq kilomètres de la côte, du côté Est de l’île.
« La direction prise par les coulées de lave et le développement général de l’éruption nous permet de souligner que la population d’iguanes roses demeure en sécurité », a déclaré le ministre Manrique.
Le magma a parcouru environ 15 kilomètres depuis le début de l’activité, s’est déplacé à travers d’anciens champs de lave d’éruptions précédentes et la végétation de la zone aride des Galapagos, où les forêts de bois de rose, de chala, de romarin et d’autres espèces de la flore indigène et endémique prédominent.

« Il y a très peu de faune emblématique dans la zone d’impact de l’éruption ; cependant, les espèces ont évolué avec ces processus naturels qui font partie de la dynamique normale des écosystèmes des Galapagos. Les populations d’iguanes, de tortues et d’oiseaux se trouvent au Nord du volcan, où historiquement moins d’activité volcanique a été enregistrée », a ajouté Danny Rueda, directeur du parc national des Galapagos.
Les éruptions volcaniques sont des processus naturels qui ont donné naissance aux îles Galapagos. Le ministère de l’Environnement, de l’Eau et de la Transition écologique continue de surveiller ce phénomène pour documenter les changements pouvant survenir dans l’écosystème.

RAPPORT QUOTIDIEN D’ACTIVITE DU VOLCAN WOLF, Mercredi 12 janvier 2022.

Du  : 10 Janvier 2022 , 11 : 00 : 00 Au : 11 Janvier 2022 , 11:00 :00

Niveau d’activité de surface : très élevé
Tendance de surface : Descendante
Interne : élevé
Tendance interne : Descendante

Sismicité : La sismicité a été réalisée avec les données de la station FER1

Volcano-Tectoniques ( VT) 1
Tremors d’émissions (TREMI) 1

 

Emission / colonne de cendres :

Les émissions de gaz provenant des images satellites se dirigent vers le Sud-Ouest.

Autres paramètres de surveillance :
Le système satellite MIROVA a signalé 2 alertes thermiques extrêmes (16030 et 18190 MW) et 1 haute (971 MW). Le système satellite FIRMS a signalé des centaines d’alertes thermiques au cours des dernières 24 heures.

Observation:
Au moment de la publication de ce rapport, les images satellites (Source : GOES16) associées au volcan Wolf montrent une diminution de la quantité de gaz émis (Source : Mounts), ainsi que le nombre d’alertes thermiques générées (Source : Mirova, Firms ). On estime que les coulées de lave sont très proches (ou entrant) de la mer .

Sources : Parque Nacional Galápagos , IGEPN .

Photos : Parque Nacional Galápagos , Jeffo Marquez

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué du 12 Janvier 2022 , 9h00.

L’éruption débutée le 22 Décembre 2021 aux alentours de 3h30 heure locale se poursuit. Sur les dernières 48h, l’amplitude du trémor est en augmentation. Des fluctuations dans l’amplitude du trémor peuvent toujours se produire ; elles sont liées en partie au niveau du lac de lave qui varie en fonction du mode de dégazage, de l’érosion du conduit éruptif et des ouvertures sporadiques des tunnels qui permettent une vidange du cône.

Comme sur une majeure partie de la Réunion, les mauvaises conditions météorologiques persistent sur le site éruptif. Cependant quelques observations ont pu être faites à la faveur de courtes éclaircies. Celles-ci montrent que les projections de lave au niveau du cône sont toujours présentes et dépassent occasionnellement la hauteur du cône  . Régulièrement des débordements du lac de lave sont observés ainsi que de nombreuses résurgences de coulées de lave au toit du tunnel de lave en aval du cône.

Les images de la webcam de l’OVPF-IPGP-IRT située au Piton de Bert montrent que le nouveau bras de coulée mis en place ces dernières 48h, et qui longe le rempart Sud, est toujours actif .
Le front de ce bras de coulée ne progresse que très lentement compte tenu des pentes relativement faibles dans le secteur.

Sur les dernières 24h :
– Quatre séismes volcano-tectoniques, de faible magnitude (<0.5), ont été enregistrés sous le sommet.
– Les déformations de surface montrent toujours une déflation au niveau de la zone sommitale, liée à la vidange du réservoir de magma localisée sous le sommet (à environ 2-2,5 km de profondeur) alimentant le site éruptif.


– Du fait des très mauvaises conditions météorologiques sur le volcan, aucun débit de lave n’a pu être estimé par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne).

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos)

Source et photos : OVPF

Lire l’article https://www.ipgp.fr/sites/default/files/ovpf_20220112_09h00_communique_eruption.pdf

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 03 Janvier 2022 au 09 Janvier 2022. (date d’émission 11 Janvier 2022)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Les valeurs de température sont stables à la fois sur le bord du cratère et sur la face interne.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : aucune donnée mise à jour.
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : flux de SO2 à un niveau élevé
4) Géochimie des gaz fumeroliens : aucune mise à jour disponible
5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Les valeurs de flux de CO2 du sol mesurées à la base du cône ont montré une légère augmentation, atteignant des valeurs moyennes-élevées.

6) Géochimie des aquifères thermiques : Les paramètres physico-chimiques des sites Camping Sicilia et Bambara sont stables.
7) Sismicité locale : Valeurs très faibles dans la fréquence d’occurrence des événements de plus basse fréquence (VLP).
8) Sismicité régionale : Aucun séisme avec Ml> = 1,0 n’a été localisé dans la zone de l’île de Vulcano.
9) Déformations – GNSS : Le réseau GNSS ne montre pas de variations au cours de la période sous revue.
10) Déformations – inclinométrie : Le réseau inclinométrique ne montre pas de variations significatives au cours de la semaine d’examen.
11) Autres observations : Gravimétrie : Les stations gravimétriques continues n’ont pas enregistré de variations significatives au cours de la période considérée.
GB-RAR : Les résultats du suivi GB-RAR pour la période du 14 décembre 2021 au 10 janvier 2022, montrent une stabilité générale de la zone, avec des déformations le long de la LOS inférieures à 1 mm.
GNSS mobile : les stations GNSS mobiles ne présentent aucun changement significatif.

FLUX DE SO2 DANS LA ZONE DU CRATERE
Les valeurs journalières moyennes enregistrées au cours de la dernière semaine sont en ligne avec les valeurs de la période précédente. Dans la période suivant la hausse enregistrée depuis septembre et qui avait culminé début novembre, la valeur journalière moyenne de stabilisation du flux de SO2 a diminué à un niveau élevé (~ 120 t/j).

FLUX DE CO2 À LA BASE DU CONE DE LA FOSSA ET DANS LA ZONE DE VULCANO PORTO
Les flux de CO2 du sol (acquis automatiquement par le réseau VULCANOGAS), dans les derniers jours de la période d’observation, ont montré une tendance à la hausse modérée dans tous les sites. Dans les sites de Camping Sicilia et Rimessa, les valeurs actuelles restent élevées, bien qu’inférieures à celles atteintes au point culminant de la crise actuelle, tandis que dans les sites de Palizzi (P4max) et Faraglione, en revanche, les flux ont presque atteint les valeurs maximales des 12 derniers mois.

SISMICITÉ LOCALE
Au cours de la semaine considérée, le taux d’occurrence des micro secousses avec un pic spectral supérieur à 1 Hz n’a pas montré de changements significatifs par rapport à la semaine précédente . En ce qui concerne les événements de plus basse fréquence (VLP ; pic spectral inférieur à 1 Hz), la phase de décroissance se confirme, observée à partir de la dernière décade de décembre 2021, caractérisée par un taux d’occurrence très faible.

Source et graphique : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/584-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Vulcano-del-2022-01-11/file

Photo : G. De Astis (INGV-Rome1)

 

Chili , Nevados de Chillan :

Les paramètres de sismicité associés aux processus de fracturation des matériaux rigides (type VT) ont enregistré une diminution du nombre d’événements et de leur énergie associée, tandis que les événements associés à la dynamique des fluides (type LP et VLP) ont également enregistré une légère diminution du nombre d’événements et des niveaux d’énergie par rapport à la période précédente. Il y a eu une légère augmentation du nombre d’événements d’impulsion de tremor ( type TR) avec une légère diminution des niveaux d’énergie associés. Les événements de type explosif (type EX) ont montré une légère augmentation en quantité et une diminution des niveaux d’énergie associés pour la période.
L’événement de type VT de plus haute énergie, avec une magnitude locale (ML) de 1,7, était situé à 6,5 km à l’Est (E) du cratère actif et à une profondeur de 3 km.

De l’analyse des images fournies par les caméras de surveillance appartenant à OVDAS ainsi que des images satellites, il a été observé que l’arrêt dans l’avancée des coulées de lave « L7 » et « L8 » est maintenu. En revanche, il y a eu un apport de matière nouvelle dans la zone du cratère actif mais sans que cela génère une morphologie nette en surface du fait de l’intermittence de l’apport ou de sa faible intensité.

L’activité explosive, au cours de la période évaluée, était généralement caractérisée par une faible teneur en pyroclastes et une dominance de vapeur d’eau. Cependant, des événements significatifs ont été enregistrés les 24 et 25 décembre, avec une hauteur de colonne maximale de 1860 m au-dessus du point d’émission et une forte teneur en pyroclastes.
Il y a eu une diminution de la fréquence des épisodes de lueur nocturne, caractérisés par des événements de basse altitude et de faible distribution, à l’exception des impulsions occasionnelles qui ont eu lieu le 25 décembre.

Selon les données obtenues par le réseau de stations GNSS installées sur le volcan, la transition d’une phase déflationniste à une phase inflationniste est observée, avec des stations enregistrant une tendance à la hausse avec des taux de 0,5 cm/mois, tandis que les stations inclinométriques ont montré des variations de direction, celles-ci étant plus évidentes dans les stations proches du cratère actif.
Douze (12) alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone avec une valeur maximale de 32 MW le 21 décembre, une valeur considérée comme modérée pour ce volcan. Des anomalies de radiance ont également été détectées les 16, 19, 21, 24, 26, 29 et 31 décembre à partir de l’analyse d’images Sentinel 2-L2A.
L’équipement de mesure de gaz DOAS a enregistré une valeur d’émission maximale de dioxyde de soufre (SO2) de 451 t/j pour les 19 et 31 décembre alors que l’émission moyenne enregistrée était de 196 t/j. Preuve qu’une baisse des émissions de gaz se poursuit par rapport à la période précédente, probablement liée à une obstruction partielle des conduits d’émission.

Source : SEGEMAR.

Photo : 24 Horas

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 03 Janvier 2022 au 09 Janvier 2022. (date d’émission 11 Janvier 2022)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ.

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage à taux variable de tous les cratères sommitaux. Émissions sporadiques et faibles de cendres très diluées du cratère de la Bocca Nuova.
2) SISMOLOGIE : Augmentation modérée du taux de séismes, faibles dégagements d’énergie ; amplitude moyenne des tremors à faible niveau
3) INFRASONS : augmentation modérée de l’activité infrasonore.
4) DEFORMATIONS DU SOL : Au cours de la dernière semaine, les réseaux de surveillance des déformations du sol n’ont pas enregistré de changements significatifs.
5) GÉOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen-bas
Flux de CO2 au sol enregistrés par le réseau Etnagas à des niveaux moyens.
Pression partielle de CO2 dissous sur des valeurs conformes à la tendance saisonnière.
Il n’y a pas de mise à jour sur le rapport isotopique de l’hélium dans les manifestations périphériques (dernières données du 16.12.2021 sur des niveaux moyens-élevés).
Il n’y a pas de mises à jour pour le rapport C/S.
6) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale observée par satellite était faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES

Au cours de la semaine sous revue, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé grâce à l’analyse d’images du réseau de caméras de surveillance de l’INGV, de l’Observatoire de l’Etna (INGV-OE) et grâce à des observations à distance par le personnel INGV. Au début de la semaine, les observations étaient souvent rendues difficiles par des conditions météorologiques défavorables. La période a été caractérisée par une activité de dégazage variable de tous les cratères sommitaux , avec une activité de dégazage soutenue au cratère de la Bocca Nuova et quelques points à haute température au Cratère Sud-Est.

Source : INGV

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/585-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Etna-del-2022-01-11/file

Photo : Gio Giusa.

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

BULLETIN D’ALERTE VOLCANIQUE, mer. 12 janvier 2022 14h30 ;

Le niveau d’alerte volcanique reste à 1
Le code couleur de l’aviation reste au vert

Un récent essaim de tremblements de terre s’est produit sous le sommet du Ruapehu. Toutes les données de surveillance du Ruapehu indiquent que les troubles volcaniques restent à des niveaux mineurs. Le niveau d’alerte volcanique du mont Ruapehu reste au niveau 1.

Des tremblements de terre se produisent régulièrement dans le parc national de Tongariro, et vers la partie Sud autour du Ruapehu, nous les enregistrons souvent près de Waiouru et du village du parc national. Il existe deux grands styles de tremblements de terre au niveau des volcans : les tremblements de terre volcaniques (qui incluent le tremor) qui sont directement liés au mouvement des fluides (magma et/ou le système hydrothermal), et les tremblements de terre tectoniques qui résultent de la fracturation des roches (mouvement sur de petites failles) .  

Depuis le 30 décembre 2021, nous avons enregistré une séquence de séismes tectoniques situés sous la zone sommitale du Ruapehu. Jusqu’à présent, il y a eu au moins 30 tremblements de terre distincts dans cette séquence. Comparé aux enregistrements historiques, le nombre de tremblements de terre avec des épicentres étroitement confinés à la zone du sommet est inhabituel. Bien que ces essaims de tremblements de terre soient rares, aucune de nos données de surveillance ne suggère que le volcan présente des niveaux d’activité accrus.

Il n’y a eu aucune réponse observable à partir d’autres données de surveillance continue telles que la température du Crater Lake (Te Wai ā-moe), le niveau du lac ou le tremor volcanique. Par conséquent, notre évaluation actuelle est qu’une libération de contrainte relativement profonde s’est produite sous le volcan, mais cela n’a pas affecté le système hydrothermal du volcan.

Notre équipe effectuera un vol de mesures de gaz programmé et échantillonnera le lac du cratère du Ruapehu (Te Wai ā-moe) dans les prochains jours, si le temps le permet.

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1, ce qui reflète le niveau actuel de troubles volcaniques. Le niveau d’alerte volcanique ne doit pas être utilisé pour prévoir une activité future.

Le code de couleur de l’aviation reste à la couleur verte.

Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il est dans un état d’agitation volcanique.

Source : Geonet / Geoff Kilgour Duty Volcanologue

Photo : Bradd Scott / GNSS

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search