28 Septembre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Alaska : Pavlof , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili / Argentine : Nevados de Chillan .

Home / Alaska / 28 Septembre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Alaska : Pavlof , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili / Argentine : Nevados de Chillan .

28 Septembre 2021. FR. Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Alaska : Pavlof , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili / Argentine : Nevados de Chillan .

28 Septembre 2021.

 

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

27 Septembre 2021 , 11h00 UTC.

L’activité éruptive se poursuit sur La Palma.
Depuis le dernier communiqué et jusqu’à 24 heures hier 26 septembre, il y a eu peu de sismicité dans la zone éruptive, avec un seul séisme localisé ,à 21h03 UTC de magnitude 2,5 (mbLg). Tout au long de cette matinée, entre 4h00 et 7h00 UTC, un essaim sismique a eu lieu dans la zone avec 16 séismes situés entre 7 et 14 km de profondeur.

Le plus grand séisme s’est produit à 06h05 UTC avec une magnitude de 3,2 (mbLg). La valeur de l’amplitude moyenne du tremor volcanique est restée autour des valeurs moyennes durant la journée d’hier et a commencé à augmenter fortement à partir de 21h00. Il a atteint une valeur maximale à 00h00 aujourd’hui et à partir de ce moment jusqu’à 9h00 du matin, il a fortement chuté, coïncidant avec les observations d’une diminution du débit de surface.

Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre une légère déflation dans la verticale de LP03 et dans une moindre mesure dans celle de LP04. Ces résultats sont compatibles avec ceux obtenus à l’aide d’InSAR, dans lesquels aucune variation significative n’est observée entre les images Sentinel1 des 20 et 26 septembre.

Ce matin, en raison de la diminution de l’émission de cendres dans l’atmosphère, l’IGN a émis un VONA (Volcano Observatory Notice for Aviation) communiquant cette diminution et la diminution de la hauteur maximale atteinte par la colonne éruptive dans les différentes impulsions. Ce VONA a été envoyé, conformément aux protocoles de l’Aviation Civile Internationale, au VAAC (Volcanic Ash Advisory Center) de Toulouse, à l’ACC Canarias (Area Control Center) et à l’AEMET (State Meteorological Agency).

L’IGN continue de surveiller l’activité, ayant renforcé sa présence sur l’île, où le CAVE (Centre d’Attention et de Surveillance des Eruptions) a été implanté et travaille quotidiennement à la collecte d’échantillons de matériel volcanique pour analyse in situ et postérieure.

 

L’Institut géographique national a confirmé que le volcan présente actuellement « des impulsions de colonnes de fumée et de gaz.

L’agence a également détecté 16 tremblements de terre dans la zone Nord de Fuencaliente, au Sud du volcan. Le plus intense a été localisé à 06h05 et à une profondeur de 10 kilomètres, et en général, tous sont au-dessus de la magnitude deux et à des profondeurs comprises entre 9 et 13 kilomètres.

Cette augmentation de la sismicité peut être due au réajustement de la roche encaissante dans laquelle se trouve la poche de magma qui s’écoule du nouveau volcan ou elle peut également être liée à l’injection de nouveau magma .  

Le volcan a expulsé quelque 46,3 millions de mètres cubes de matériaux

« L’éruption fissurale continue de montrer le même mécanisme strombolien depuis sa création que celui qui se concentre sur le cône principal. Le processus continuera à montrer des impulsions avec une activité volcanique accrue et bien qu’il y ait eu une période où les explosions stromboliennes ont cessé dans le cône, cela peut se reproduire brusquement », a expliqué Maria José Blanco, directrice du Centre géophysique des Canaries, appartenant à l’Institut géographique national (IGN).

L’estimation du volume total de matières émises en coulées et dans le cône est d’environ 46,3 millions de mètres cubes. « Les changements observés au cours des dernières heures dans le comportement visible de l’éruption peuvent être liés à un changement dans le conduit qui alimente cette émission. » Blanco a expliqué que le nuage de cendres se déplacera vers le Sud-Est du centre émetteur et pourrait affecter la zone entre La Palma, La Gomera et Tenerife dans les prochains jours.

« Il reste deux coulées. Celle du Sud a des vitesses très basses et celle du Nord a été divisée en deux bras par la montagne de Todoque. Celui qui va dans le Nord a trouvé une pente moins importante et a ralenti,  et se reconnecte avec le bras qui va vers le Sud qui avance à une vitesse plus élevée parce qu’il est dans un creux », a détaillé Blanco.

28/09 : La coulée de lave qui avance sur Todoque en direction de la côte se trouve déjà à environ 1200 mètres de la mer, selon des sources gouvernementales des Canaries. Lundi en fin d’après-midi, un nouveau flux de matière volcanique est sorti du cône principal et descend au-dessus des coulées précédentes avec plus de vitesse, étant plus fluide. Le volcan de Cumbre Vieja a de nouveau augmenté ses explosions et ses émissions de lave dans l’après-midi après plusieurs heures d’inactivité relative, a confirmé l’Institut géographique national (IGN). Dans la matinée, il y avait eu un bref arrêt de l’activité, au cours duquel l’émission de lave, de fumée et de cendres a cessé. La direction du Plan de prévention des risques volcaniques des Canaries (Pevolca) a ordonné dimanche soir le confinement d’environ 300 personnes de quatre quartiers de la municipalité de Tazacorte si jamais la lave atteignait la mer.

Source : IGN , El Pais.

Photos : Alexis Martin / Involcan , Volker Hildebrand , Nacho González Oramas Fotógrafo .

Carte : Copernicus .

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 20 Septembre 2021 au 26 Septembre 2021 , Arequipa, 27 Septembre 2021.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement d’une moyenne de 29 explosions quotidiennes , avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 2 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

 

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 1067 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 29 explosions a été enregistrée quotidiennement . Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) associés à des fracturations rocheuses ont été localisés principalement dans le Nord-Est et l’Est du Sabancaya et ont présenté des magnitudes comprises entre M2,0 et M4,5. 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur  Nord ( environs du volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 2  km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Sud , Sud-Est ,  Est , Nord- Ouest , Sud – Ouest et Nord- Est du Sabancaya.  Les enregistrements par satellites ont identifiés la présence de 1 anomalies thermiques ( valeur maximale de 3 MW ) associées à la présence d’un corps de lave à la superficie du cratère du volcan  . 

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : IGP.

Photo : Martin Rietze.

 

Alaska , Pavlof :

55°25’2″ N 161°53’37 » O,
Altitude du sommet : 8261 pi (2518 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

La sismicité est restée élevée au cours de la dernière journée avec de petites explosions détectées dans les données infrasons la nuit dernière à 20h16 ADKT (04h16 UTC) et ce matin à 07h16 AKDT (15h16 UTC). Une petite émission de cendres a été observée dans les images de la caméra Web à 16h01 AKDT hier (27 septembre à 00h01 UTC). Aucune activité n’a été observée sur les images satellites partiellement nuageuses.

De petites explosions accompagnées d’émissions de cendres de faible niveau peuvent se produire à tout moment et constituent généralement un danger à proximité immédiate du sommet. Le niveau d’agitation du Pavlof peut changer rapidement et la progression vers une activité éruptive plus importante peut se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Le volcan Pavlof est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO.

Photo : Ben David Jacob.

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

Mise à jour du statut d’activité du mont Ruapehu : le lac du cratère (Te Wai ā-moe) se refroidit maintenant
Publié: mar. 28 sept. 2021 09:30

Le niveau d’alerte volcanique reste à 1
Le code couleur de l’aviation reste au vert
Une autre phase de chauffage est passée sur le mont Ruapehu. Au cours des deux derniers mois, la température du lac du cratère (Te Wai ā-moe) est passée de 20 °C à 39,5 °C, culminant le 4 septembre 2021, et s’est maintenant refroidie à 28 °C. Le niveau d’alerte volcanique au mont Ruapehu reste au niveau 1.
En règle générale, sur des périodes de plusieurs mois, le lac du cratère du Ruapehu (Te Wai ā-moe) subit des cycles de chauffage et de refroidissement.

Fin décembre 2020, le lac s’est réchauffé à 43 °C, marquant le point culminant de ce cycle. Plus tard en avril 2021, un 2e cycle a atteint un maximum de 41 °C. Le dernier cycle est le troisième cette année et la phase de chauffe a duré de début juillet à début septembre 2021, durant laquelle la température est passée de 20 °C à 39 °C.
La température du lac du cratère Ruapehu (Te Wai ā-moe) se refroidit maintenant.

Pendant le cycle de chauffage, la couleur du lac est passée à un gris plus foncé, passant par une couleur bleu-vert. Ceci est typique car les sédiments au fond du lac sont perturbés lors de l’afflux de fluides chauds et sont en suspension dans l’eau du lac.
Le flux de chaleur modélisé dans le lac est maintenant passé de 350 à 400 MW au pic du chauffage à environ 200 MW (mégawatt).
Le lac ne déborde actuellement pas dans la rivière Whangaehu.

La surveillance de routine du mont Ruapehu comprend des vols de mesure de gaz et un échantillonnage de l’eau du lac Crater (Te Wai ā-moe).

Les résultats de ces visites et de notre surveillance continue de l’activité sismique volcanique, des niveaux de tremors, de la température du lac et du niveau d’eau indiquent que les principaux paramètres de surveillance restent dans les limites normales.

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1, ce qui reflète le niveau actuel de troubles volcaniques. Le niveau d’alerte volcanique ne doit pas être utilisé pour prévoir une activité future.

Le code de couleur de l’aviation reste à la couleur verte.

Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il est dans un état d’agitation volcanique.

Le niveau d’alerte volcanique 1 indique que les principaux dangers sont ceux attendus pendant les troubles volcaniques : décharges de vapeur, gaz volcaniques, tremblements de terre, glissements de terrain et activité hydrothermale. Bien que le niveau d’alerte volcanique 1 soit principalement associé à des dangers environnementaux, des éruptions peuvent toujours se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Le GNS Science et le Centre national de surveillance des géorisques continuent de surveiller de près le mont Ruapehu pour d’autres changements.

Source : Geonet / Craig Miller / Volcanologue de service.

Photos : Bradd Scott , Geonet , Photovolcanica .

 

Chili / Argentine , Nevados de Chillan :

Les paramètres de sismicité associés aux processus de fracturation des matériaux rigides (type VT) sont restés à des valeurs similaires par rapport à la période précédente, tandis que les événements liés à la dynamique des fluides (type LP, TR et EX) ont enregistré une diminution de la quantité et de l’énergie libérée, bien que, présentant une intensification vers la fin de la quinzaine. Il est à noter que durant cette quinzaine il y a eu des signaux de tremor harmoniques.
L’événement de type VT de plus haute énergie, avec une magnitude locale (ML) de 2,4, était situé à 4,3 km à l’Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif et à une profondeur de 4,9 km.
A partir de l’analyse des images fournies par les caméras de surveillance appartenant à OVDAS ainsi que des images satellitaires, on constate que l’avance des flux L5 et L6 était pratiquement nulle, avec de faibles variations observées en début de quinzaine. L’absence d’enregistrement de radiance thermique anormale observée dans les écoulements L5 et L6 montre leur refroidissement superficiel. À son tour, l’emplacement d’un troisième dôme de lave se démarque, qui a été localisé dans le cratère actif vers la fin de la période évaluée dans ce rapport.

L’activité explosive a présenté des hauteurs de colonnes maximales de 1060 m. Lorsque les conditions météorologiques le permettaient et durant le début de la quinzaine, il a été possible d’enregistrer des colonnes de hauteur modérée avec une forte charge en pyroclastes. Vers la fin de la période d’analyse, des colonnes majoritairement blanchâtres ont été observées, mettant en évidence l’occurrence d’explosions isolées avec une forte charge de matériau pyroclastique brun provenant du centre du cratère. Une coulée pyroclastique a été identifiée le 3 septembre dans une direction Nord-Est et d’une portée de 550 m. Il a été possible d’enregistrer une incandescence de faible intensité pendant la nuit.

Selon les données obtenues par le réseau de stations GNSS installées sur le volcan, le processus inflationniste de faible magnitude se maintient avec des taux de déformation verticale maximale de 0,9 cm/mois. Les lignes de base de suivi et les composantes horizontales ont également enregistré ce processus avec de légers changements dans leur comportement. Les stations inclinométriques sont restées stables à l’exception des changements dus aux conditions climatiques.

Sept (7) alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone avec une valeur maximale de 2 MW le 15 septembre, considérée comme faible pour ce volcan. À leur tour, des anomalies de radiance ont été détectées les 10 et 15 septembre à partir de l’analyse d’images Sentinel 2-L2A.
L’imagerie thermique a permis d’observer des températures maximales de 290°C dans la zone d’émission lors des explosions et de 60°C pour les coulées de lave L5 et L6.

Source : Segemar.

Photos : Cesar Lara Cancino , Segemar .

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search