23 Septembre 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Mexique : Popocatepetl .

Home / blog georges Vitton / 23 Septembre 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Mexique : Popocatepetl .

23 Septembre 2020. FR . Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Equateur : Sangay , Mexique : Popocatepetl .

23 Septembre 2020.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

Bulletin hebdomadaire, du 14 Septembre 2020 au 20 Septembre 2020. (date d’émission 22 Septembre 2020)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT D’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité strombolienne variable avec émission de cendres au Nouveau Cratère Sud-Est.
Émissions de cendres sporadiques et faibles dans le cratère de la Voragine.
Activité strombolienne intra-cratère sporadique au Cratère Nord-Est.
2) SISMOLOGIE: faible activité sismique de fracturation; amplitude moyenne du tremor volcanique fluctuant dans la gamme des valeurs moyennes.
3) INFRASONS: activité infrasonore modérée.

Regard à l’intérieur du Cratère Nord-Est (1911), le sommet momentané de l’Etna avec ses 3320 m.

4) DEFORMATIONS: Les réseaux de surveillance de la déformation des sols de l’Etna n’ont pas montré de changements significatifs au cours de la semaine dernière
5) GÉOCHIMIE: Le flux de SO2 se situe à un niveau moyen-bas
Le débit de HCl est à un niveau bas Les valeurs de débit de CO2 se rétablissent légèrement par rapport aux semaines précédentes tout en maintenant des niveaux bas.
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines est à des valeurs moyennes.
Rapport C / S – Aucune nouvelle donnée disponible (dernière mesure en date du 17/07/2020)
Rapport isotopique de l’Helium – Aucune nouvelle donnée disponible (dernière mesure du 31/08/2020)
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau moyen-bas.

Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique au niveau des cratères sommitaux de l’Etna a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de la section INGV de Catane, Observatoire Etneo (INGV-OE ). En raison de conditions météorologiques défavorables, la visibilité était très limitée.

Les deux puits d’effondrement présents à la hauteur de la BN1 (Bouche de 1968) dans le Cratère de la Bocca Nuova. Le Cratère Sommital  « Bocca Nuova′′ avec sa voisine ′′ Voragine « , occupent la zone centrale  des cratères (3250-3270 m. ) .

Au cours de la semaine, l’activité strombolienne a été principalement observée au Nouveau Cratère Sud-Est (NSEC), avec une intensité et une fréquence variables, qui a produit des émissions discontinues de cendres qui se sont dispersées rapidement . Dans les phases de plus grande intensité, il a été possible d’observer la chute de matériaux incandescents sur le bord du cratère et dans certains cas également le long du flanc Sud du cratère  .
En ce qui concerne le cratère de la Voragine (VOR), des émissions de cendres faibles et sporadiques ont été observées .
Au cours de la période surveillée, bien que par intermittence, l’activité strombolienne intra-cratère s’est poursuivie au Cratère Nord-Est (NEC).

Tremor volcanique:
L’amplitude moyenne du tremor volcanique a montré une tendance similaire à celle de la semaine dernière, avec des oscillations presque exclusivement dans la gamme des valeurs moyennes . La source du tremor était située entre 2800 et 3000 m d’altitude , dans la zone du Nouveau Cratère Sud-Est

Source : INGV.

Photos : Gio Giusa .

Lire l’article http://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/370-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20200922/file

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire, du 14 Septembre 2020 – 20 Septembre 2020. (date d’émission 22 Septembre 2020)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT D’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité volcanique explosive normale de type strombolienne sur des niveaux allant de moyen-bas à moyen-élevé (8-16 événements / h) et avec une intensité moyenne-faible dans la zone des cratères Nord et moyenne-haute dans la zone Centre- Sud.
2) SISMOLOGIE: Les paramètres sismologiques ne montrent pas de variations significatives.
4) DÉFORMATIONS: Les réseaux de surveillance de la déformation des sols de l’île n’ont pas montré de changements significatifs au cours de la période sous revue.
5) GÉOCHIMIE: Flux de SO2 moyen-faible
Il n’y a pas de mises à jour sur les données de flux de CO2 du sol.
Rapport C / S – Données non disponibles. Les dernières valeurs sont à des niveaux moyen-bas (5,45, mesures du 13/09/2020)
Rapport isotopique de l’Helium – Données non disponibles. Les dernières mesures se situent à des valeurs moyennes-basses
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau moyen-bas .

 

Dans la période sous observation, l’activité éruptive de Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance INGV-OE situées à 190 m, Punta dei Corvi et 400 m.

Dans la zone du cratère Nord, le cratère N1, avec trois points d’émission, a produit des explosions d’intensité faible à moyenne (moins de 150 m de haut) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). L’évent N2 a montré principalement une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers. La fréquence moyenne des explosions variait de 2 à 14 événements / h.
Dans la zone Centre-Sud, les explosions émettaient principalement des matériaux fins parfois mélangés à des matériaux grossiers avec une intensité moyenne-élevée (les produits émis dépassaient souvent 250 m de hauteur). La fréquence des explosions variait de 1 à 7 événements / h .

L’amplitude du tremor volcanique avait généralement des valeurs comprises entre faible et moyen-faible.

Source : INGV.

Photo : Webcam.

Lire l’article  : http://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/371-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20200922/file

 

Equateur , Sangay :

RAPPORT SPÉCIAL SUR LE VOLCAN SANGAY N ° 5-2020

Mise à jour – Diminution de l’activité éruptive

Après l’éruption enregistrée tôt le matin du 20 septembre à 04h20 – Heure locale (Figure 1-a), le volcan Sangay a enregistré un retour aux niveaux d’activité éruptive observés entre mai 2019 et les premières semaines de septembre 2020. Les enregistrements sismiques montrent toujours la survenue d’explosions et d’émissions de cendres, mais beaucoup moins énergétiques et similaires à celles observées dans les mois précédant l’événement du 20 septembre, comme observé dans l’enregistrement sismique de la figure 1-b.

Fig. 1 – un enregistrement sismique de la station TAIS du 19 au 20 septembre 2020. Notez l’augmentation de 09h20 temps universel (04h20 heure locale). Sur la Fig.1 – b Sismogramme de la même station TAIS pour la période du 21 au 22 septembre, où le retour aux niveaux d’activité habituels observés depuis mai 2019 est apprécié.

Selon les observations directes et les rapports du VAAC de Washington, les hauteurs d’émission varient actuellement entre 1 et 2 km au-dessus du cratère du volcan, avec des nuages ​​de cendres se dispersant principalement vers l’ouest (Fig.2).

Les modèles de dispersion des nuages ​​de cendres montrent que la diminution de leur hauteur réduit la probabilité de nouvelles chutes de cendres, mais cela peut changer soudainement. Un phénomène courant après de grosses chutes comme celui enregistré le 20 septembre, est la remobilisation des cendres précédemment déposées, qui génère des chutes de moindre intensité mais qui peuvent être répétitives.

Comme on l’a vu les mois précédents, après les phases explosives, des lahars secondaires peuvent être générés à la suite de l’élimination du matériau déposé dans la zone supérieure du volcan en raison de fortes pluies. Ce phénomène est principalement limité aux canaux des rivières Volcán et Upano.

Fig. 2. Hauteur des colonnes d’émission de cendres pour l’année 2020. Les hauteurs dans les jours après le 20 septembre ont considérablement diminué, revenant aux valeurs précédant l’activité de dimanche dernier. La direction du vent dominant est  l’Ouest et la vitesse moyenne est de 10 m / s (Source: Washington VAAC).

SCÉNARIOS ERUPTIFS

Sur la base des informations disponibles sur l’activité éruptive, et sur les connaissances géologiques de ce volcan, l’Institut géophysique propose les scénarios éruptifs décrits ci-dessous. Il est à noter que ces scénarios sont établis à un moment donné, en fonction de l’activité enregistrée sur le volcan, ainsi que de ses tendances d’évolution. Par conséquent, ils sont applicables tant que l’activité ne présente pas de changement notable et doivent être revus si les conditions du volcan le justifient. Bien qu’une probabilité d’occurrence de chaque scénario ne soit pas établie, si la possibilité d’occurrence de chacun est présentée, qualitativement.

 

Scénario le plus probable: l’activité éruptive se poursuit, avec moins d’intensité que celle enregistrée le 20 septembre

L’activité éruptive se poursuit en alternant des phases de plus grande activité éruptive avec les émissions des colonnes de cendres de plus de 2 km de hauteur et des phases de moindre activité (colonnes de cendres de moins de 2 km de haut), mais avec une diminution significative par rapport à la plus grande éruption enregistrée le 20 septembre. Ce scénario implique l’émission continue de coulées de lave vers le flanc Sud-Est, avec les effondrements conséquents du front de lave, qui produisent des coulées pyroclastiques qui descendent à travers les sources du fleuve Volcán (Fig. 3). Dans ce scénario, les principaux phénomènes pouvant affecter la population sont: (1) de légères chutes de cendres dues à l’activité explosive caractéristique du volcan et à la remobilisation des matériaux déposés par les événements précédents. Le mouvement des nuages ​​de cendres est contrôlé par la direction et la vitesse du vent, qui à cette période de l’année est généralement fort et est dirigé vers l’Ouest; et (2) la génération de coulées de débris (lahars) dans les fleuves Volcán et Upano, associées à la grande quantité de matières volcaniques déposées et aux fortes pluies, typiques de cette région. La possibilité d’avoir des augmentations spécifiques du taux d’émission de lave est également mise en évidence, générant des augmentations des chutes de cendres pendant quelques heures, puis revenant à une activité plus pulsante. Sur la base des données dont nous disposons à ce jour, ce scénario est le plus probable à court terme et représente l’activité typique des 100 dernières années d’activité du volcan Sangay.

Scénario moins probable: nouvelle éruption majeure

Le volcan présente un schéma ascendant d’activité éruptive, associé à une forte augmentation du taux d’émission de magma. Dans ce scénario, une phase explosive plus importante pourrait être générée, comme celle qui s’est produite en 1628, au cours de laquelle de fortes chutes de cendres ont été signalées à Riobamba, même comparable à l’activité enregistrée le 20 septembre. Ce scénario se caractériserait par la génération de nouveaux flux pyroclastiques de volume et de portée beaucoup plus importants, ainsi que par la formation de colonnes d’émission de plus grande hauteur et teneur en cendres, ce qui entraînerait de grands impacts au niveau régional, en particulier dans l’agriculture et l’élevage. . Ce type d’éruption est similaire à ceux qui se sont produits sur les volcans Tungurahua (2006) et Reventador (2002). En cas d’éruption plus importante, il n’est pas exclu que des parties du nouveau ravin sur le flanc Sud-Est puissent s’effondrer, générant des coulées de débris (Lahars) de plus grande ampleur que celles précédemment observées dans les fleuves Volcán et Upano. Cependant, sur la base des données disponibles à ce jour, ce scénario est hautement improbable à court terme.

L’IGEPN garde un œil sur l’évolution de l’activité du volcan Sangay et rendra compte de ses détails.

Source : IGEPN / MA, MR, MOI / Institut géophysique / Ecole polytechnique nationale.

 

Mexique , Popocatepetl :

22 septembre, 11h00 (22 septembre, 16h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, selon les systèmes de surveillance du volcan Popocatepetl, 126 exhalaisons et 450 minutes de tremor ont été identifiées. Ces événements se sont accompagnés d’émissions de gaz et de cendres. En raison des conditions nuageuses toutes les émissions n’ont pas pu être observées. De plus, hier à 21h14, un tremblement de terre de type volcano-tectonique d’une magnitude calculée de M2,1 a été enregistré.

Au moment de ce rapport, il n’y a pas de visibilité vers le volcan, cependant au cours de la matinée une émission constante de gaz volcaniques et de cendres a été observée, qui se disperse dans une direction Sud-Ouest .

Le CENAPRED exhorte à ne pas se rapprocher du volcan et en particulier du cratère, en raison du danger posé par la chute de fragments balistiques et, en cas de fortes pluies, de rester à l’écart du fond des ravins en raison du danger de coulées de boue et de débris.

Le sémaphore d’alerte volcanique Popocatépetl est sur la PHASE JAUNE 2.

Source : Cenapred .

Photo : Webcamdemexico

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search