13 Juin 2020. FR. Equateur : Sangay , Indonésie : Merapi , Hawaii : Mauna Loa , Guatemala : Pacaya .

Home / blog georges Vitton / 13 Juin 2020. FR. Equateur : Sangay , Indonésie : Merapi , Hawaii : Mauna Loa , Guatemala : Pacaya .

13 Juin 2020. FR. Equateur : Sangay , Indonésie : Merapi , Hawaii : Mauna Loa , Guatemala : Pacaya .

13 Juin 2020.

 

 

Equateur , Sangay :

Résumé:
Le volcan Sangay continue son processus éruptif actuel commencé le 7 mai 2019 (un total de 402 jours jusqu’à la publication de ce rapport). Des chutes de cendres ont été enregistrées ces derniers jours dans des zones éloignées du volcan en raison de vents forts qui ont dirigé les cendres vers les provinces de Chimborazo, Cañar, Bolívar, Guayas, Santa Elena, Tungurahua et Cotopaxi.

 

Au cours des dernières 24 heures, une légère augmentation de l’activité éruptive a été enregistrée avec une hauteur d’émission de gaz et de cendres plus élevée, atteignant entre 1,5 et 2,8 km au-dessus du niveau du cratère, une augmentation de l’importance des nuages ​​de des cendres à l’Ouest et au Sud-Ouest, atteignant jusqu’à plus de 600 km du volcan, et une augmentation du nombre d’anomalies thermiques situées sur le flanc Sud-Est du volcan, associées à une émission plus élevée de lave. Par conséquent, l’activité de surface est caractérisée comme ÉLEVÉE avec une tendance à la hausse. Une impulsion d’activité sismique associée à cette augmentation de l’activité de surface a également été détectée.

Figure 1. Graphique multiparamétrique de l’activité du volcan Sangay de mai 2019 au 12 juin 2020. a: activité sismique (nombre d’événements par jour) détectée à la station PUYO (source: IG-EPN); b: émissions de SO2 (tonnes par jour) détectées par le capteur satellite Sentinel-5P (TROPOMI: carrés rouges; source: MOUNTS) et par l’IGEPN (DOAS: barres vertes); c: hauteur des nuages ​​de cendres (m au-dessus du niveau du cratère) détectée par le capteur satellite GOES-16 (source: Washington VAAC); d: puissance d’émission thermique (mégawatt) détectée par le capteur satellite MODIS (source: MODVOLC) et estimation du volume de lave accumulé (millions de m3, les lignes fines représentent la plage d’erreur).

Sur la base des paramètres de surveillance, il est évident que le processus éruptif se poursuit (figure 1). Par conséquent, on estime que le scénario le plus probable à court terme est que l’activité se poursuivra avec les mêmes phénomènes observés jusqu’à la date de publication de ce rapport. Cependant, la possibilité d’une variation soudaine de l’activité du volcan n’est pas exclue, les scénarios éruptifs potentiels sont détaillés à la fin de l’annexe technico-scientifique. L’Institut géophysique de l’École nationale polytechnique est attentif au processus éruptif actuel du volcan Sangay et informera en temps utile de toute variation de son comportement.

Déformation:
Pour l’analyse de la déformation, le traitement interférométrique des images du radar à synthèse d’ouverture (InSAR) a été effectué, avec des images Sentinel-1 de l’Agence spatiale européenne (ESA), à l’aide du logiciel LICSBAS (COMET). La figure  correspond à une carte de vitesse obtenue sur la base d’InSAR avec des images Sentinel-1 en orbite descendante du 04 janvier 2019 au 03 juin 2020.

Figure 5. Carte des vitesses de déformation obtenues par InSAR, basée sur des images Sentinel-1 de l’orbite descendante dans le volcan Sangay, entre le 04 janvier 2019 et le 03 juin 2020. Traitement avec le logiciel LICSBAS (COMET).

Les zones représentées en couleur orange-rouge enregistrent le déplacement des flancs du volcan à une vitesse supérieure ou égale à 40 mm / an en ligne de vue depuis le satellite (LOS). Ce déplacement est considéré comme une déformation positive appelée « inflation ». Dans la partie Sud-Est de la carte, représentée en gris, la cohérence est faible en raison de matériaux volcaniques récents, déposés dans la zone en raison de l’activité actuelle (coulées de lave et dépôts pyroclastiques). Ces dépôts nouveaux et changeants empêchent la mesure de la déformation dans cette zone.

Changements dans la zone du sommet :
Pendant la période éruptive actuelle du volcan Sangay, deux centres d’émission avec différents types d’activité ont été identifiés. Le cratère central est caractérisé par la génération de colonnes d’émission de gaz et de cendres, qui sont transportées en fonction de la vitesse et de la direction du vent, et l’évent de Ñuñurco, caractérisé par l’émission de coulées de lave. Ce dernier a été à l’origine des changements les plus importants de la morphologie du volcan. Ces changements sont associés aux taux d’émission élevés des coulées de lave par l’évent et en raison de ce type d’activité, une forte érosion a été observée sur le flanc Sud-Est.

Figure 8. Ci-dessus: Premier survol du volcan Sangay (17 mai 2019), on observe: a. champ de fumerolles aligné, b. coulée de lave, c. cratère central, d. petits dépôts pyroclastiques (Source: IGEPN). En bas à gauche (18 décembre 2019): observation du canal érodé par la lave et les coulées pyroclastiques. En bas à droite (10 juin 2020): observation du chenal qui s’est agrandi (largeur et profondeur). (Source: avec la permission de J. ANHALZER).

Cette érosion progressive a entraîné la formation d’une importante ravine à travers laquelle les nouvelles coulées de lave et les courants de densité pyroclastique (coulées pyroclastiques) dérivés de l’effondrement de leurs fronts sont canalisés. Les caméras fixes du système de surveillance intégré ECU911 dans la province de Morona Santiago, ont confirmé que cette ravine a augmenté en taille, en longueur, en largeur et en profondeur  …/…

Source : IGEPN

Lire l’article en entierhttps://www.igepn.edu.ec/servicios/noticias/1818-informe-especial-del-volcan-sangay-n-3-2020.

 

Indonésie , Merapi :

Rapport sur l’ activité du volcan Merapi, du 5 au 11 juin 2020 .

RÉSULTATS D’OBSERVATION
Visuel
Le temps autour du mont Merapi est généralement ensoleillé le matin et la nuit, tandis que la journée jusqu’au soir est brumeuse. On note une fumée blanche, d’épaisseur faible à épaisse avec une faible pression. La hauteur maximale de fumée de 350 m a été observée depuis le poste d’observation de Kali Merapi le 11 juin 2020 à 8 h 10  .
L’analyse morphologique de la zone du cratère basée sur des photos du secteur Sud-Est n’a montré aucun changement dans la morphologie du dôme. Le volume du dôme de lave basé sur des mesures utilisant des photos aériennes avec drone le 19 février 2020 soit 291 000 m3.

Sismicité :
Cette semaine, la sismicité du mont Merapi a enregistré :
72 tremblements de terre d’émission (DG),
45 tremblements de terre de Phase Multiples (MP),
9  tremblements de terre de basse fréquence (LF),
13 tremblements de terre d’avalanches. (RF),
17 tremblements de terre tectonique (TT).
L’intensité de la sismicité cette semaine est plus élevée que la semaine dernière.

Déformation :
La déformation du Merapi qui a été surveillée par EDM et GPS cette semaine n’a pas montré de changements significatifs. 

Pluie et lahars :
Cette semaine, il y a eu de la pluie dans le poste d’observation du mont Merapi avec l’intensité de pluie la plus élevée de 10 mm / heure pendant 60 minutes au poste de Babadan le 5 juin 2020. Il n’y a eu ni lahar ni écoulement supplémentaire dans les rivières qui descendent du mont Merapi.

Conclusion:
Sur la base des résultats des observations visuelles et instrumentales, il a été conclu que:
1. Le dôme de lave est actuellement dans un état stable.
2. L’activité volcanique du mont Merapi est encore assez élevée et est déterminée par le niveau d’activité « WASPADA ».

Source : BPPTKG.

Photo : Tempo .

 

Hawaii , Mauna Loa :

19 ° 28’30 « N 155 ° 36’29 » O,
Élévation du sommet 13681 pi (4170 m)
Niveau actuel d’alerte volcanique: AVIS
Code couleur actuel de l’aviation: JAUNE

Résumé de l’activité:
Le volcan Mauna Loa n’est pas en éruption. Les taux de déformation et de sismicité n’ont pas changé de façon significative au cours de la semaine dernière et restent supérieurs aux niveaux de fond à long terme.

Observations:
Au cours de la semaine dernière, les sismomètres du HVO ont enregistré 107 tremblements de terre de petite magnitude sur le volcan. La plupart de ces tremblements de terre se sont produits à des profondeurs peu profondes de moins de 8 kilomètres (~ 5 milles) sous le niveau de la mer. Le plus grand tremblement de terre a été un événement de magnitude 2,8 (M2,8) qui s’est produit sous la région de Pahala le 10 juin.

Les mesures du système de positionnement mondial (GPS) montrent une inflation du sommet à long terme qui augmente lentement, compatible avec l’approvisionnement en magma du système de stockage peu profond du volcan.

Les concentrations de gaz et les températures des fumerolles au sommet et à Sulphur Cone , dans la zone de Rift Sud-Ouest restent stables.

Les webcams ne montrent aucun changement au paysage.

Source et photo : HVO.

 

Guatemala , Pacaya :

Type d’activité: Strombolienne.
Morphologie: stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 22’50˝ Latitude N; 90 ° 36’00˝Longitude O
Hauteur: 2552msnm
Conditions atmosphériques: partiellement nuageux.
Vent: nord-est
Précipitations: 0,0 mm.

Activité :
On note des fumerolles de dégazage de couleur blanches qui se dispersent au Sud et au Sud-Ouest. Des explosions stromboliennes sont également générées qui expulsent des matériaux incandescents de 25 à 75 m au-dessus du cratère. Les stations sismiques enregistrent des tremors associés à la remontée du magma et des gaz à la surface. Deux coulées de lave sont actives au Nord et au Nord-Ouest.

Source : Insivumeh .

Photo : David Rojas .

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search