18 Juin 2019. FR. Guatemala : Pacaya , Etats – Unis : Crater Lake , Costa Rica : Turrialba / Poas , Italie : Campi Flegrei .

Home / blog georges Vitton / 18 Juin 2019. FR. Guatemala : Pacaya , Etats – Unis : Crater Lake , Costa Rica : Turrialba / Poas , Italie : Campi Flegrei .

18 Juin 2019. FR. Guatemala : Pacaya , Etats – Unis : Crater Lake , Costa Rica : Turrialba / Poas , Italie : Campi Flegrei .

18 Juin 2019.

 

 

Guatemala , Pacaya :

Type d’activité: Strombolienne
Morphologie: Stratovolcan composite
Localisation géographique: 14 ° 22’50˝ Latitude N; 90 ° 36’00˝ Longitude O.
Hauteur: 2,552msnm.
Conditions météo: partiellement nuageux
Vent: Nord à 5 km / h
Précipitations: 0,5 mm

Activité:
Présence de fumeroles de dégazage de couleur blanche et bleue qui s’élève à une hauteur de 200 m au-dessus du cratère, qui sont dispersées vers le Sud. La nuit et en début de matinée, on note l’incandescences des coulées de lave en direction du Nord-Ouest. De petites avalanches sont générées à l’avant du flux. Les stations sismiques enregistrent des tremors associés à la remontée du magma et des gaz. Des explosions stromboliennes projettent des matériaux incandescents s’élevant à 15-25 m au dessus du cratère Mc Kenney.

Source : Insivumeh

Photo : tn8.tv

 

 

Etats-Unis , Crater Lake :

« Le 9 juin, vers 18h00 UTC (11h00, heure du Pacifique), un séisme de niveau M1.3 s’est produit sous le  Crater Lake , à une profondeur d’environ 2 km sous le niveau de la mer. L’événement a été suivi d’une douzaine d’événements au cours des 12 heures suivantes. Identifiés sur spectrogrammes: tous les événements sont de nature VT. Tous les séismes, à l’exception du premier, ont été clairement observés sur une seule station (WIZ-Wizard Island).
L’utilisation d’un seul événement comme modèle pour rechercher d’autres séismes similaires permet souvent de détecter des séismes supplémentaires qui ne sont pas évidents grâce aux observations par spectrogramme. Ceci s’appelle une approche de filtre adapté. L’exécution de cette analyse sur cet essaim détecte jusqu’à 50 événements (valeur de corrélation croisée> = 0,7).

L’interprétation la plus utile de ce résultat est que tous les séismes observés se produisent dans un espace confiné, probablement le long du même bloc de failles.
Au sens strict, cette séquence ressemble fort à une séquence principale de réplique-choc, ce qui plaiderait pour que la source soit glissée sur une faille régionale.
En fouillant dans les archives, la dernière mention d’un essaim remonte à mai 2015 avec des tremblements de terre de M 4+ de type VT (aucun localisé). Avant cela, en avril 2014, il y a eu environ 20 séismes VT (4 localisés) à peu près à la même profondeur et au même endroit. En octobre 2014, 3 VT n’étaient pas localisés, mais leur heure P-S correspondant au WIZ était cohérente avec l’essaim actuel. Tout cela pour dire que la région source que nous voyons lors de ce séisme pourrait être la même que celle observée lors des deux essaims de 2014.  »

Source : USGS / Crater Lake National Park

Photo : Tatiana DeLeon

 

Costa Rica , Turrialba / Poas :

Rapport quotidien de l’état des volcans. OVSICORI-UNA
Date: 17 Juin 2019
Mise à jour à: 10:42:00.

Volcan Turrialba:

Aucune éruption n’est rapportée.

L’activité sismique est similaire à celle d’hier.
Au moment de ce rapport, les vents soufflent du Nord-Ouest.
Le dégazage est maintenu , principalement composé de vapeur d’eau.

Volcan Poas:

Aucune éruption n’est rapportée.

Publiée par OVSICORI-UNA sur Lundi 17 juin 2019

L’activité sismique est similaire à celle d’hier.
Au moment de la rédaction de ce rapport, les vents soufflent du Nord-Est.
Lorsque le temps le permet, on observe un dégazage dans les fumerolles aériennes du volcan et dans le lac qui recouvre la bouche A (ancien dôme).

Source : OVSICORI.

Video : OVSICORI , Mars 2019.

Photo : auteur inconnu

 

Italie , Campi Flegrei :

Mieux que des diamants! Minéraux rares à la Solfatara de Pozzuoli. par Massimo Russo

La Solfatara de Pozzuoli est un cratère volcanique de la caldera des Campi Flegrei, célèbre dans le monde entier pour ses fumerolles les plus chaudes de la région et pour la variété de minéraux qui leur est associée. Mais une autre raison d’intérêt pour les minéralogistes tient au fait que, ici même, trois nouvelles espèces de minéraux ont été découvertes pour la première fois au monde: la Dimorphine, la Voltaiite et la Russoite, cette dernière se trouvant actuellement exclusivement ici. Dans le volcan phlégréen, la Dimorphine et la Russianite ne sont présentes que dans la fumerole du cratère à la température la plus élevée, Bocca Grande (T = environ 160 ° C), tandis que la Voltaiite a été trouvée dans une grotte, effondrée dans les années 1980, dont les fumerolles avaient une température voisine de 100 ° C.
L’étude systématique des minéraux de la Solfatara de Pozzuoli a débuté en 1791 avec Scipione Breislak, géologue et naturaliste romain; auparavant, le soufre, le realgar, le chlorammonium et l’alun étaient déjà connus. Le tournant de la connaissance s’est produit avec Arcangelo Scacchi, qui a relaté ses observations dans les ouvrages de 1841 et 1849, puis avec Antonio Parascandola, en 1951. Les contributions des auteurs cités figurent dans la bibliographie ci-jointe. De nos jours, la section napolitaine de l’INGV Osservatorio Vesuviano, en collaboration avec le département de chimie de l’Université de Milan, a poursuivi ses recherches sur les phases solides trouvées aux points d’émission des fumerolles, en utilisant les instruments les plus modernes disponibles pour le traitement et l’ analyse minéralogique. Les techniques utilisées sont différentes: par exemple, la diffractométrie aux rayons X (XRD), tant sur les minéraux en poudre que sur les monocristaux, pour identifier les espèces présentes, et le microscope électronique à balayage (SEM), pour effectuer des investigations morphologiques des cristaux. Le SEM peut être équipé d’un spectromètre de dispersion d’énergie (EDS), qui permet une analyse chimique élémentaire des substances solides.

Regardons ces trois minéraux de près:
La dimorphine (dimorphite) – sulfure d’arsenic, formule chimique As4S3 – est un sublimé et a été découverte pour la première fois au monde par Arcangelo Scacchi, en 1849. Elle s’appelait dimorphine car elle apparaissait dans deux cristallisations différentes; récemment, plus de 160 ans après sa découverte, elle a été retrouvée dans la fumerole appelé Bocca Grande (figure 1).

Figure 1 – Dimorphine (dimorphite – As4S3). Elle se présente sous forme de cristaux jaune citron très brillants, ne dépassant pas un millimètre, dans la fumerole de Bocca Grande (photo de Maurizio Torre). Dans le cadre, le même minéral  observé au MEB (photographie d’Italo Campostrini).

La russoite – dont la formule chimique est (NH4) ClAs2O3 (H2O) 0,5 – est un autre sublimé. Cette espèce n’a été identifiée pour la première fois dans le monde qu’en 2015, dans la Bocca Grande. La reconnaissance du nouveau minéral a été approuvée par l’IMA (International Mineralogical Association) en 2016 (figure 2). À l’heure actuelle, aucune découverte n’est connue dans d’autres endroits du monde. L’espèce porte ce nom car ses découvreurs l’ont dédiée à l’auteur de cet article.

Figure 2 – Russoite [(NH4ClAs2O3 (H2O) 0,5]]. Elle apparaît en cristaux incolores ou légèrement jaunâtres, avec un habitus hexagonal à la fois simple (pas plus grand que 0,4 mm) et, rarement, groupé dans une « rosette », dans la fumerole Bocca Grande  . (photographie de Massimo Russo). Dans le cadre, le même minéral observé au SEM (photographie d’Italo Campostrini).

Le troisième minéral est une incrustation fumerolienne, la voltaite, dont la formule chimique complexe est K2Fe2 + 5Fe3 + 3Al (SO4) 12 · 18H2O (figure 3). C’est une espèce peu fréquente dans la Solfatara. Elle a été identifié en 1792 par Scipione Breislak, mais décrit pour la première fois dans le monde par Arcangelo Scacchi en 1841. Le minéral a été dédié au grand physicien italien Alessandro Volta (1745-1827).

Figure 3 – Voltaite [K2Fe2 + 5Fe3 + 3Al (SO4) 12 · 18H2O]. Elle se présente rarement dans de petits agrégats cristallins noirs, cubiques, octaédriques ou cubiques-octaédriques d’une taille de 0,2 mm, dans des fumerolles à basse température situées dans des grottes situées au bord du cratère. Sur cette image, nous la voyons associé au pickeringite aghiforme [MgAl2 (SO4) 4 • 22H2O] (photographie de Massimo Russo). Dans le cadre , le même minéral observé au SEM (photographie d’Italo Campostrini).

Actuellement, des espèces minérales présentes dans la zone de la Solfatara et ses environs (Antiniana et Pisciarelli Agnano) 43 sont vérifiées, 13 partiellement caractérisés par le manque de données disponibles et d’autres actuellement à l’étude.

Source : Massimo Russo , INGV Vulcani.

Lire l’article original : https://ingvvulcani.wordpress.com/2019/06/17/altro-che-diamanti-minerali-rari-alla-solfatara-di-pozzuoli/?fbclid=IwAR1zrabZcd_NHzZalXCSNaeXH5d7sSVyrtDSA8ByWYwl6jV_ZImKvNX2afk

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search