May 02, 2024. EN. Indonesia : Ruang , Tonga : Tofua , United States : Yellowstone , Japan : Sakurajima , Colombia : Chiles / Cerro Negro .

May 2 , 2024.

 

Indonesia , Ruang :

PVMBG reported that seismicity significantly increased at Ruang on 29 April and the signals indicated magma moving towards the surface. Earthquakes began to be felt at 00h15 on 30 April. At 01h15 the earthquakes intensified; residents in neighboring Tagulandang Island reportedly felt continuous shaking, heard loud roaring, and saw an ash plume rising about 2 km above the summit. Activity continued to escalate and at 01h30 the Alert Level was raised to 4 (the highest level on a scale of 1-4). The public was warned to stay 7 km away from the active crater and residents on Tagulandang within 6 km were instructed to evacuate. A webcam photo from 02h32 on 30 April showed lava being ejected above the summit; an eruptive event was recorded in seismic data at 02h35. According to the Darwin VAAC ash plumes had risen to 15.2 km (50,000 ft) a.s.l. by 0300 and to 19.2 km (63,000 ft) a.s.l. by 03h20, and by 06h20 were expanding radially; the plumes may have risen to 23 km (75,400 ft) a.s.l. or more based on other expert analysis.

PVMBG noted that at 08h35 dense gray-to-black ash plumes rose at least 5 km and drifted E and S. A webcam photo from 08h27 showed multiple pyroclastic density currents descending the flanks. According to a characterization by BNPB the eruption ejected incandescent lava high above the summit and lightning was frequently seen in the plumes. Tephra fell over a more extensive area compared the 16-18 April eruption phase; gravel-sized tephra fell in Apengsala, about 8 km NNE from Ruang’s central vent, and outside of the exclusion zone. According to a news report residents felt shock waves from the explosions. At least three eruptive events were recorded during 12h00-18h00 that produced gray-and-black ash plumes at least as high as 1.5 km. The VAAC noted that by 15h10 the high-level plume had detached from the summit and was drifting W and SW, and ash between 13.7-19.2 km (45,000-63,000 ft) a.s.l. continued to be identified drifting WNW at least through 09h40 on 1 May. Ash plumes continued to be identified in satellite images, rising to 3 km (10,000 ft) a.s.l. and drifting N and SE at least through 12h40 on 1 May.

According to a news report the eruption and the presence of ash and ashfall caused the closure of seven airports, scheduled to reopen on 1 May: the Sam Ratulangi International Airport (98 km SW in Manado, North Sulawesi), the Gorontalo Airport (371 km SW), the Siau/Sitaro Airport (40 km N), the Bolaang Mongondow Airport (215 km SW), the Tahuna/Naha Airport (150 km N), the Pohuwato Airport (445 SW), and the Pogogul Airport (460 km WSW). On 1 May about 123 residents were evacuated to Bitung City by boat. Ashfall was notable at the Sam Ratulangi International Airport with delays affecting about 7,000 passengers.

Sources: Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG, also known as CVGHM), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Darwin Volcanic Ash Advisory Centre (VAAC), Andrew Tupper, Natural Hazards Consulting, Antara News, GVP.

Photos : PVMBG , Dwikoen Sastro .

 

Tonga , Tofua :

Tonga Geological Services reported that activity at Tofua increased on 26 April and was characterized as having an unusual pattern of activity. A total of 45 eruptive events were identified in data from 09h56 on 26 April to 02h46 on 28 April. An intensifying thermal anomaly was also identified in satellite images. At 22h00 on 28 April an ash plume was identified in a satellite image rising 4-6 km above the summit and drifting NW; it was no longer visible 4 hours later. A SW-drifting plume of sulfur dioxide was also identified in a few satellite images. The number of thermal anomalies over the volcano decreased during 28-30 April, and though sulfur dioxide emissions continued to be detected, the flux had decreased. Mariners were advised to stay 2 km away from the island.

The low, forested Tofua Island in the central part of the Tonga Islands group is the emergent summit of a large stratovolcano that was seen in eruption by Captain Cook in 1774. The summit contains a 5-km-wide caldera whose walls drop steeply about 500 m. Three post-caldera cones were constructed at the northern end of a cold fresh-water caldera lake, whose surface lies only 30 m above sea level. The easternmost cone has three craters and produced young basaltic-andesite lava flows, some of which traveled into the caldera lake. The largest and northernmost of the cones, Lofia, has a steep-sided crater that is 70 m wide and 120 m deep and has been the source of historical eruptions, first reported in the 18th century. The fumarolically active crater of Lofia has a flat floor formed by a ponded lava flow.

Sources: Tonga Geological Services, Government of Tonga  , GVP.

Photo : Tonga Ministry of Lands, Survey, and Natural Resources

 

United States , Yellowstone :

Wednesday, May 1, 2024, 9:56 AM MDT (Wednesday, May 1, 2024, 15:56 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
Steamboat Geyser erupted on April 3—the second major water eruption of the geyser so far in 2024.

May means the start of the field season in Yellowstone, and teams will be in the park setting up the seasonal semi-permanent GPS network and performing maintenance on continuous monitoring sites in the latter half of the month. During May 20-22, members of the Yellowstone Volcano Observatory consortium will also gather in Mammoth Hot Springs for the biennial coordination meeting, where they will share scientific results and discuss monitoring and research priorities. The meeting will also include a public event in Gardiner, Montana.

Seismicity
During April 2024, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 152 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a micro earthquake of magnitude 3.1 located about 10 miles north-northeast of West Yellowstone, Montana, on April 23 at 3:30 AM MDT.

April seismicity in Yellowstone was marked by two swarms:
1. An ongoing swarm of 86 earthquakes, located approximately 10 miles north-northeast of West Yellowstone, MT, occurred April 23–30. The largest earthquake in the sequence was the magnitude 3.1 mentioned above.
2. A swarm of 19 earthquakes, located approximately 6 miles north of West Yellowstone, MT, occurred April 28–29. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.7 on April 28 at 11:58 PM MDT.

Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.

Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of April, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by seasonal changes related to snowmelt and groundwater conditions. The caldera has subsided by about 3 cm (1.2 in) since the end of September. A slight amount of subsidence (less than 1 cm, or a fraction of an inch) has occurred at Norris Geyser Basin over the past two months.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO.

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 22-29 April with nighttime crater incandescence. Sulfur dioxide emissions averaged 1,800 tons per day on 22 April. Very small eruptive events were occasionally recorded during 22-26 April. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 2 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Source: Japan Meteorological Agency (JMA) , GVP

Photo : S.Nakano ( archive)

 

Colombia , Chiles / Cerro Negro :

Weekly Activity Bulletin: Chiles Volcanic Complex and Cerro Negro (CVCCN)

From the monitoring of the activity of the CHILES AND CERRO NEGRO VOLCANOES, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), reports that:

Compared to the previous week, between April 23 and 29, 2024, an increase in seismic occurrence and a decrease in energy released were observed. The predominance of seismicity associated with the fracture of rocks continues in the region of the two volcanoes, although earthquakes associated with the movement of fluids continue to be recorded, some of them with very low frequency contents , which could imply movement of magmatic components within the volcanic complex. .

Two sources of fracture earthquakes were observed, the first with dispersed seismicity located towards the South-East of the Chiles volcano, at distances between 0.5 and 14 km, with depths between 3 and 11 km relative to its summit (4700 m above sea level) and a maximum magnitude of 1.3. The second source was located in the collapse zone north of the summit of the Chiles volcano, at distances less than 2 km, with depths between 2 and 5 km from its summit (4,700 m above sea level) and a maximum magnitude of 1.7.
Volcanic deformation processes recorded by sensors installed on the ground and by remote satellite sensors continue. The evolution of activity in the CVCCN is the result of internal processes derived from the complex interaction between the magmatic system, the hydrothermal system and the geological faults of the area. Therefore, the probability of the occurrence of energetic earthquakes that can be felt by residents in the CVCCN zone of influence persists.

Volcanic activity remains in a YELLOW ALERT state: Active volcano with changes in the behavior of the base level of monitored parameters and other manifestations.

Source et photo : SGC

02 Mai 2024. FR . Indonésie : Ruang , Tonga : Tofua , Etats- Unis : Yellowstone , Japon : Sakurajima , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

02 Mai 2024.

 

Indonésie , Ruang :

Le PVMBG a signalé que la sismicité avait considérablement augmenté sur le Ruang le 29 avril et que les signaux indiquaient que le magma se déplaçait vers la surface. Les tremblements de terre ont commencé à se faire sentir à 0 h 15 le 30 avril. À 1 h 15, les tremblements de terre se sont intensifiés ; Les habitants de l’île voisine de Tagulandang auraient ressenti des tremors continus, entendu de forts rugissements et vu un panache de cendres s’élever à environ 2 km au-dessus du sommet. L’activité a continué de s’intensifier et à 1 h 30, le niveau d’alerte a été porté à 4 (le niveau le plus élevé sur une échelle de 1 à 4). Le public a été averti de rester à 7 km du cratère actif et les habitants de Tagulandang dans un rayon de 6 km ont reçu l’ordre d’évacuer. Une photo webcam de 02h32 le 30 avril montrait de la lave éjectée au-dessus du sommet ; un événement éruptif a été enregistré dans les données sismiques à 02h35. Selon le Darwin VAAC, les panaches de cendres s’étaient élevés à 15,2 km (50 000 pieds) d’altitude vers 03h00 et jusqu’à 19,2 km (63 000 pieds) d’altitude à 3 h 20 et à 6 h 20, ils étaient en expansion radiale ; les panaches peuvent avoir atteint 23 km (75 400 pieds) d’altitude ou plus sur la base d’autres analyses d’experts.

Le PVMBG a noté qu’à 8 h 35, des panaches denses de cendres grises à noires s’élevaient d’au moins 5 km et dérivaient vers l’Est et le Sud. Une photo webcam de 8 h 27 montrait de multiples courants de densité pyroclastique descendant les flancs. Selon une caractérisation du BNPB, l’éruption a éjecté de la lave incandescente au-dessus du sommet et des éclairs ont été fréquemment observés dans les panaches. Des tephras sont retombés sur une zone plus étendue que lors de la phase d’éruption du 16 au 18 avril ; du téphra de la taille d’un gravier est tombé à Apengsala, à environ 8 km au Nord-Nord-Est de l’évent central du Ruang, et en dehors de la zone d’exclusion. Selon un rapport , les habitants ont ressenti les ondes de choc provoquées par les explosions. Au moins trois événements éruptifs ont été enregistrés entre 12h00 et 18h00, produisant des panaches de cendres grises et noires atteignant au moins 1,5 km de hauteur. Le VAAC a noté qu’à 15 h 10, le panache de haut niveau s’était détaché du sommet et dérivait vers l’Ouest et le Sud-Ouest, et des cendres entre 13,7 et 19,2 km (45 000 et 63 000 pieds) d’altitude ont continué à être identifiées, dérivant vers l’Ouest-Nord-Ouest au moins jusqu’à 9 h 40 le 1er mai. Des panaches de cendres ont continué d’être identifiés sur les images satellite, s’élevant jusqu’à 3 km (10 000 pieds) d’altitude et en dérive vers le Nord et le Sud-Est au moins jusqu’à 12 h 40 le 1er mai.

Selon un rapport , l’éruption et la présence de cendres et de chutes de cendres ont provoqué la fermeture de sept aéroports, dont la réouverture est prévue le 1er mai : l’aéroport international Sam Ratulangi (98 km au Sud-Ouest de Manado, Sulawesi Nord), l’aéroport de Gorontalo (371 km Sud-Ouest), l’aéroport de Siau/Sitaro (40 km au Nord), l’aéroport de Bolaang Mongondow (215 km au Sud-Ouest), l’aéroport de Tahuna/Naha (150 km au Nord), l’aéroport de Pohuwato (445 km au Sud-Ouest) et l’aéroport de Pogogul (460 km Ouest-Sud-Ouest). Le 1er mai, environ 123 habitants ont été évacués par bateau vers la ville de Bitung. Des chutes de cendres ont été notables à l’aéroport international Sam Ratulangi avec des retards affectant environ 7 000 passagers.

Sources: Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG, also known as CVGHM), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Darwin Volcanic Ash Advisory Centre (VAAC), Andrew Tupper, Natural Hazards Consulting, Antara News, GVP.

Photos : PVMBG , Dwikoen Sastro .

 

Tonga , Tofua :

Les Services géologiques des Tonga ont signalé que l’activité sur Tofua avait augmenté le 26 avril et était caractérisée comme ayant un schéma d’activité inhabituel. Au total, 45 événements éruptifs ont été identifiés dans les données allant de 9 h 56 le 26 avril à 2 h 46 le 28 avril. Une anomalie thermique qui s’intensifie a également été identifiée sur les images satellite. Le 28 avril à 22 heures, un panache de cendres a été identifié sur une image satellite s’élevant de 4 à 6 km au-dessus du sommet et dérivant vers le Nord-Ouest ; il n’était plus visible 4 heures plus tard. Un panache de dioxyde de soufre dérivant vers le Sud-Ouest a également été identifié sur quelques images satellite. Le nombre d’anomalies thermiques au-dessus du volcan a diminué entre le 28 et le 30 avril et, même si des émissions de dioxyde de soufre ont continué à être détectées, le flux a diminué. Il est conseillé aux navigateurs de rester à 2 km de l’île.

L’île basse et boisée de Tofua, dans la partie centrale du groupe des îles Tonga, est le sommet émergent d’un grand stratovolcan observé en éruption par le capitaine Cook en 1774. Le sommet contient une caldeira de 5 km de large dont les parois chutent abruptement à environ 500 mètres . Trois cônes post-caldeira ont été construits à l’extrémité Nord d’un lac de caldeira d’eau douce froide, dont la surface se situe à seulement 30 m au-dessus du niveau de la mer. Le cône le plus à l’Est possède trois cratères et a produit de jeunes coulées de lave basaltique-andésite, dont certaines se sont déversées dans le lac de la caldeira. Le plus grand et le plus septentrional des cônes, Lofia, possède un cratère aux parois abruptes de 70 m de large et 120 m de profondeur et a été à l’origine d’éruptions historiques, signalées pour la première fois au XVIIIe siècle. Le cratère avec des fumerolles actives de Lofia a un fond plat formé par une coulée de lave .

Sources : Services géologiques des Tonga, gouvernement des Tonga , GVP.

Photo : Tonga Ministry of Lands, Survey, and Natural Resources

 

Etats- Unis , Yellowstone :

Mercredi 1er mai 2024, 9h56 MDT (mercredi 1er mai 2024, 15h56 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet :9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Le Steamboat Geyser a présenté une éruption le 3 avril, soit la deuxième éruption majeure du geyser jusqu’à présent en 2024.

Mai signifie le début de la saison sur le terrain à Yellowstone, et des équipes seront dans le parc pour installer le réseau GPS saisonnier semi-permanent et effectuer la maintenance des sites de surveillance continue dans la seconde moitié du mois. Du 20 au 22 mai, les membres du consortium de l’Observatoire du volcan Yellowstone se réuniront également à Mammoth Hot Springs pour la réunion de coordination biennale, où ils partageront leurs résultats scientifiques et discuteront des priorités en matière de surveillance et de recherche. La réunion comprendra également un événement public à Gardiner, Montana.

Sismicité
En avril 2024, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 152 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un micro-séisme de magnitude 3,1 situé à environ 16 km au Nord-Nord-Est de West Yellowstone, dans le Montana, le 23 avril à 3 h 30 HAR.

La sismicité d’avril à Yellowstone a été marquée par deux essaims :
1. Une série continue de 86 tremblements de terre, situés à environ 16 km au Nord-Nord-Est de West Yellowstone, MT, qui s’est produite du 23 au 30 avril. Le plus grand séisme de la séquence était de magnitude 3,1 mentionné ci-dessus.
2. Une série de 19 tremblements de terre, situés à environ 6 miles au Nord de West Yellowstone, MT, qui se sont produits les 28 et 29 avril. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était d’une magnitude de 1,7 le 28 avril à 23 h 58 HAR.

De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois d’avril, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement causé par les changements saisonniers liés à la fonte des neiges et aux conditions des eaux souterraines. La caldeira s’est affaissée d’environ 3 cm (1,2 po) depuis fin septembre. Un léger affaissement (moins de 1 cm, ou une fraction de pouce) s’est produit dans le bassin Norris Geyser au cours des deux derniers mois.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur volcan Sakurajima , dans la caldeira d’Aira) du 22 au 29 avril avec une incandescence nocturne du cratère. Les émissions de dioxyde de soufre s’élevaient en moyenne à 1 800 tonnes par jour le 22 avril. De très petits événements éruptifs ont été occasionnellement enregistrés du 22 au 26 avril. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Sources :Japan Meteorological Agency (JMA) , GVP

Photo : S.Nakano ( archive)

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activités hebdomadaire : Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Du suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Par rapport à la semaine précédente, entre le 23 et le 29 avril 2024, une augmentation de l’occurrence sismique et une diminution de l’énergie libérée ont été observées. La prédominance de la sismicité associée à la fracture des roches se poursuit dans la région des deux volcans, bien que l’on continue à enregistrer des tremblements de terre associés au mouvement des fluides, certains d’entre eux avec des contenus de très basse fréquence, ce qui pourrait impliquer un mouvement de composants magmatiques à l’intérieur du complexe volcanique. .

Deux sources de séismes de fracture ont été observées, la première avec une sismicité dispersée située vers le Sud-Est du volcan Chiles, à des distances comprises entre 0,5 et 14 km, avec des profondeurs comprises entre 3 et 11 km par rapport à son sommet (4700 m d’altitude) et une magnitude maximale de 1,3. La deuxième source était située dans la zone d’effondrement au Nord du sommet du volcan Chiles, à des distances inférieures à 2 km, avec des profondeurs comprises entre 2 et 5 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et une magnitude maximale de 1,7.
Les processus de déformation volcanique enregistrés par des capteurs installés au sol et par des capteurs satellites distants se poursuivent. L’évolution de l’activité dans le CVCCN est le résultat de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, le système hydrothermal et les failles géologiques de la zone. Par conséquent, la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN persiste.

L’activité volcanique reste en état d’ALERTE JAUNE : Volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations.

Source et photo : SGC

April 3, 2024. EN. New Zealand : White island , United States : Yellowstone , Italy : Stromboli , Colombia : Cerro Machin , Italy / Sicily : Etna .

April 03 , 2024.

 

New Zealand , White island :

Whakaari/White Island continues to emit low levels of volcanic gas and steam accompanied by hydrothermal activity. The Volcanic Alert Level remains at Level 2. Published: Wed Apr 3 2024 1:00 PM

Recent flights over Whakaari/White Island to measure gas emissions and observe surface activity showed continued hydrothermal activity, including minor geysering. Low to moderate gas and steam emissions continue. There is no evidence of any volcanic eruptions, and the overall activity remains low. The Volcanic Alert Level remains at level 2.

Our latest airborne gas measurements from 26 March 2024 showed Sulphur Dioxide (SO2) levels increased marginally compared to the previous measurements a month prior (29 February 2024). Over the past twelve months there has been a slight upward trend of SO2 emissions but, overall, emissions of the three key gas species we monitor, Carbon Dioxide (CO2), Hydrogen Sulphide (H2S), and SO2, remain within the low to moderate range.

Images taken during an observation flight on 20 March 2024 showed minor geysering in parts of the crater area, caused by the continuous emission of steam and gas (grey areas in Figure 1) through muddy pools. The emitted gases also form sulphur and other salt deposits (yellow and white areas in Figure 1). The grey and green colours of the pools and the lake are mainly a result of dissolved sulphur combined with suspended sediments. These hydrothermal phenomena are typical for Whakaari/White Island. Steam and gas plumes are sometimes visible above the island from the coast, especially when the air is cool and relatively calm.

Figure 1: Aerial view of Whakaari/White Island, 20 March 2024 showing grey coloured pool in 2019 Crater (centre) with geysering. Photograph credit: Brad Scott, GNS Science.

Whilst we are currently unable to monitor the island in real-time with instrumentation on the ground, we continue to make observation and gas measurement flights every few weeks to monitor overall level of activity of the volcano. These are complemented by satellite-based ground deformation data approximately every 10 days, allowing us to monitor ground deformation trends. Daily satellite-based SO2 emission measurements complement our more sensitive but less frequent gas measurement flights. Neither of these satellite techniques have detected significant changes in the overall activity at the volcano over the past few months.

The Volcanic Alert Level remains at Level 2 (moderate to heightened unrest) and the Aviation Colour Code remains at Yellow, acknowledging the current level of activity, but also continuing to consider the greater level of uncertainty in our interpretation due to the current lack of consistent, usable real-time data.

Source : Geonet / Volcanologue de service : Yannik Behr.

Photos : Brad Scott, GNS Science.

 

United States , Yellowstone :

Monday, April 1, 2024, 12:16 PM MDT (Monday, April 1, 2024, 18:16 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
There were no major eruptions of Steamboat Geyser during the month of March, although minor eruptions have been ongoing since the middle of the month, suggesting that a major eruption could occur within the next few days to weeks. The geyser has erupted once so far in 2024 (on February 26).

Seismicity
During March 2024, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 96 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a minor earthquake of magnitude 2.7 located about 5 miles north of West Yellowstone, Montana, on March 9 at 8:50 PM MST.

March seismicity in Yellowstone was marked by two swarms:
1. A swarm of 24 earthquakes, located approximately 14 miles east-northeast of West Yellowstone, MT, occurred March 4–6. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.3 on March 6 at 8:52 AM MST.
2. A swarm of 12 earthquakes, approximately 11 miles west of Old Faithful in Yellowstone National Park, occurred March 14–15. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.5 on March 14 at 9:35 PM MDT.

Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.

Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of March, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by seasonal changes related to snowmelt and groundwater conditions. The caldera has subsided by 2–3 cm (about 1 in) since the end of September. No significant deformation has occurred at Norris Geyser Basin since the end of summer.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO

 

Italy , Stromboli :

WEEKLY BULLETIN, from March 25, 2024 to March 31, 2024. (issue date April 2, 2024)

SUMMARY STATEMENT OF ACTIVITY

In light of the monitoring data, it appears:
1) VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS: Normal Strombolian activity was observed during this period. The total hourly frequency was between the average values (5-13 events/h). The intensity of the explosions was low in the areas of the North and South-Central craters.
2) SISMOLOGY: The monitored seismological parameters do not show significant variations.
3) GROUND DEFORMATIONS: Ground deformation monitoring networks do not show significant variations.
4) GEOCHEMISTRY: SO2 flux at medium level
The CO2 flux in the summit zone is at average values.
C/S ratio in the plume: there are no updates.
Helium isotope ratio in the thermal aquifer slightly decreasing compared to average values.
CO2 flux in Scari: stable values at average levels.
5) SATELLITE OBSERVATIONS: Thermal activity observed by satellite was generally low level with some rare and isolated thermal anomalies of moderate level.

VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS
In the observed period, the eruptive activity of Stromboli was characterized through the analysis of images recorded by the INGV-OE surveillance cameras located at Pizzo (SPT), at altitude 190m (SCT-SCV) and at Punta dei Corvi (SPCT). and thanks to drone surveys carried out on March 18 and 19. The explosive activity was mainly produced by 2 (two) eruptive vents located in the northern area of the crater and by 2 (two) vents located in the south central area.

Observations of explosive activity captured by surveillance cameras
In the area of the North crater (N), with a mouth located in sector N1 and a mouth located in sector N2, explosive activity was observed which was constant in sector N1 and sporadic in sector N2. The intensity, in both sectors, was low (less than 80 m in height). The products emitted in the eruption were mainly coarse materials (bombs and lapilli). The average frequency of explosions oscillated between 3 and 6 events/h.
In the South-Central (CS) zone, sectors C and S1 did not show significant activity. In sector S2, comprising two emission points, the explosions were mainly of low intensity (less than 80 m in height) and sometimes medium (less than 150 m in height) emitting fine materials sometimes mixed with coarse materials. The average frequency of explosions varied between 3 and 8 events/h.

Observations of March 18 and 19
On March 18 and 19, as part of the activities of the DPC-INGV Implementation Convention and in collaboration with the UN and Dynamo projects, observations were carried out using drones and observations from the ground at 400 meters of altitude, for the morpho-structural objectives of the crater area and the Sciara del Fuoco of Stromboli. Thanks to the processing of the acquired data, the digital terrain model was updated to 30 cm and the orthomosaic to 10 cm resolution of the Sciara del Fuoco and the North-West part of the crater area. The thermal survey highlighted the existence of two modest anomalies, the first delimited by a green rectangle located between 750 and 700 m altitude and 80 m long, the second delimited by a white circle has a width of approximately 50 m and is located between 700 and 650 m.

Shaded terrain, orthomosaic and thermal orthomosaic model of the Sciara del Fuoco and crater area updated on March 19 (respectively, A, B and C. In (D) RGB and (E) thermal detail of the anomaly thermal number 1 indicated in the green rectangle.

Anomaly number 1 has a relative temperature of 67° while number 2 has a relative temperature of 48° C (± 2°). These anomalies, not visible during the May 2023 survey but emerging during the survey last October, are located in the area of the upper part of the Sciara del Fuoco where the canyon was formed during the effusive activity of the fall 2022. The nature of these thermal anomalies is likely associated with the detachment and gravitational sliding of materials located on the crest and base of the canyon shoulder, exposing the underlying portions. Furthermore, it appears from the results that the edge of the N1 crater is elongated towards the North-West while in the S2 sector of the South-Central zone of the crater, the cone of scoria put in place over the last few months is visible. .

Source : INGV

Photos : Stromboli stati d’animo / Sebastiano Cannavo. , INGV.

 

Colombia , Cerro Machin :

Weekly Activity Bulletin: Cerro Machín Volcano

Regarding the monitoring of the activity of the CERRO MACHÍN VOLCANO, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), reports that:

For the week of March 26 to April 1, 2024, the recording of seismicity associated with the fracturing of rocks inside the volcanic edifice continued. Compared to the previous week, this seismic activity presented a notable decrease in the number of earthquakes recorded and the seismic energy released. The earthquakes were located on the western flank and in the central zone of the volcanic edifice, at distances less than 2 km from the main dome.

Depths varied between 1 and 5 km. The largest earthquake was 1.4, corresponding to the earthquake recorded on March 26 at 12:03 a.m. m., at a depth of 3 km. This earthquake was reported as felt by residents near the volcano.

The other parameters measured and used for the diagnosis of volcanic activity did not present significant changes during the period evaluated.

The alert status for volcanic activity remains at: YELLOW ALERT: ACTIVE VOLCANO WITH CHANGES IN THE BEHAVIOR OF THE BASE LEVEL OF MONITORED PARAMETERS AND OTHER MANIFESTATIONS.

Source et photo : SGC

 

Italy / Sicily , Etna :

MONTHLY BULLETIN, March 2024 (issue date April 2, 2024)

SUMMARY STATEMENT OF ACTIVITY

In light of the monitoring data, it appears:

1) VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS: Degassing activity mainly affecting the Bocca Nuova Crater and secondarily the South-East Crater.
2) SEISMOLOGY: Low seismic activity due to fracturing. Average amplitude of volcanic tremors fluctuating mainly in the average level.
3) INFRASOUND: Moderate infrasound activity with sources located near the Bocca Nuova crater.
4) GROUND DEFORMATIONS: During the last month of observation, the ground deformation monitoring networks did not record any significant variations.
5) GEOCHEMISTRY: SO2 flux at an average and increasing level
The CO2 flow is stable, at average values
The partial pressure of CO2 dissolved in groundwater presents values included in seasonal variability.
The helium isotopic ratio is high.
6) SATELLITE OBSERVATIONS: Thermal activity observed by satellite was generally weak.

VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS
Between the end of February and March, the monitoring of the volcanic activity of Etna was carried out through the analysis of images from the surveillance camera network of the National Institute of Geophysics and Volcanology, Osservatorio Etneo (INGV-OE) and thanks to a helicopter flight carried out by INGV staff.

During the period, the activity of the summit craters did not show variations compared to the previous period (Rep. N. 09/2024 ETNA) and in general compared to what has been observed since the beginning of 2024. The state of activity of Etna was characterized by ordinary degassing activity mainly affecting the two craters BN1 and BN2 located inside the Bocca Nuova crater. As already reported in previous months, it is a degassing with impulsive regime and emission of gas at high temperature which feeds visible glows at night and with the formation of vapor rings at the level of BN2.

Images of the summit area of Etna taken during the flyover carried out on approximately March 3. by INGV staff. The degassing of Etna is essentially dominated by Bocca Nuova and secondarily by the South-East Crater (d, b). Finally, Voragine continues to be obstructed and devoid of activity while the North-East Crater presents very weak intra-crater fumarolic activity (c, a)

The second crater which contributes to the degassing of the Etna plume is represented by the South-East crater, by a field of fumaroles located on the northern edge of the crater and by a vent located in the eastern area of the crater (Fig.3.2, 3.3). Finally, the Northeast crater continues to show weak degassing from a limited area of intra-crater fumaroles, while Voragine shows no activity.

Source : INGV

Photos : etnaguide ( archive) : INGV

03 Avril 2024. FR . Nouvelle Zélande : White island , Etats-Unis : Yellowstone , Italie : Stromboli , Colombie : Cerro Machin , Italie / Sicile : Etna .

03 Avril 2024.

 

Nouvelle Zélande , White island :

Whakaari/White Island continue d’émettre de faibles niveaux de gaz volcanique et de vapeur accompagnés d’une activité hydrothermale. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2. Publié : mercredi 3 avril 2024 13h00

Des vols récents au-dessus de Whakaari/White Island pour mesurer les émissions de gaz et observer l’activité de surface ont montré une activité hydrothermale continue, y compris des geysers mineurs. Les émissions faibles à modérées de gaz et de vapeur persistent. Il n’y a aucune preuve d’éruption volcanique et l’activité globale reste faible. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

Nos dernières mesures de gaz aéroportées du 26 mars 2024 ont montré que les niveaux de dioxyde de soufre (SO2) ont légèrement augmenté par rapport aux mesures précédentes un mois auparavant (29 février 2024). Au cours des douze derniers mois, il y a eu une légère tendance à la hausse des émissions de SO2 mais, dans l’ensemble, les émissions des trois principales espèces de gaz que nous surveillons, le dioxyde de carbone (CO2), le sulfure d’hydrogène (H2S) et le SO2, restent dans la fourchette faible à modérée.

Des images prises lors d’un vol d’observation le 20 mars 2024 ont montré des geysers mineurs dans certaines parties de la zone du cratère, provoqués par l’émission continue de vapeur et de gaz (zones grises sur la figure 1) à travers des mares boueuses. Les gaz émis forment également des dépôts de soufre et d’autres sels (zones jaunes et blanches sur la figure 1). Les couleurs grises et vertes des mares et du lac résultent principalement du soufre dissous combiné aux sédiments en suspension. Ces phénomènes hydrothermaux sont typiques de Whakaari/White Island. Des panaches de vapeur et de gaz sont parfois visibles au-dessus de l’île depuis la côte, surtout lorsque l’air est frais et relativement calme.

Figure 1 : Vue aérienne de Whakaari/White Island, 20 mars 2024, montrant une piscine de couleur grise dans le cratère 2019 (au centre) avec un geysering. Crédit photographique : Brad Scott, GNS Science.

Bien que nous ne soyons actuellement pas en mesure de surveiller l’île en temps réel avec des instruments au sol, nous continuons à effectuer des vols d’observation et de mesure des gaz toutes les quelques semaines pour surveiller le niveau global d’activité du volcan. Celles-ci sont complétées par des données satellitaires sur la déformation du sol environ tous les 10 jours, ce qui nous permet de surveiller les tendances de déformation du sol. Les mesures quotidiennes des émissions de SO2 par satellite complètent nos vols de mesure des gaz, plus sensibles mais moins fréquents. Aucune de ces techniques satellitaires n’a détecté de changements significatifs dans l’activité globale du volcan au cours des derniers mois.

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2 (troubles modérés à intensifiés) et le code couleur de l’aviation reste au jaune, reconnaissant le niveau d’activité actuel, mais continuant également à prendre en compte le plus grand niveau d’incertitude dans notre interprétation en raison du manque actuel de cohérence des données exploitables en temps réel.

Source : Geonet / Volcanologue de service : Yannik Behr.

Photos : Brad Scott, GNS Science.

 

Etats-Unis , Yellowstone :

Lundi 1er avril 2024, 12h16 MDT (lundi 1er avril 2024, 18h16 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet : 9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Il n’y a pas eu d’éruption majeure du Steamboat Geyser au cours du mois de mars, bien que des éruptions mineures se soient produites depuis le milieu du mois, ce qui suggère qu’une éruption majeure pourrait se produire dans les prochains jours ou semaines. Le geyser est entré en éruption une fois jusqu’à présent en 2024 (le 26 février).

Sismicité
En mars 2024, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 96 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un tremblement de terre mineur de magnitude 2,7 situé à environ 8 km au Nord de West Yellowstone, dans le Montana, le 9 mars à 20h50 HNR.

La sismicité de mars à Yellowstone a été marquée par deux essaims :
1. Une série de 24 tremblements de terre, situés à environ 22 km à l’Est-Nord-Est de West Yellowstone, dans le Montana, qui se sont produits du 4 au 6 mars. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était d’une magnitude de 1,3 le 6 mars à 8h52 MST.
2. Une série de 12 tremblements de terre, à environ 18 kilomètres à l’Ouest d’Old Faithful, dans le parc national de Yellowstone, qui s’est produite du 14 au 15 mars. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était d’une magnitude de 1,5 le 14 mars à 21h35 HAR.

De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois de mars, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement causé par les changements saisonniers liés à la fonte des neiges et aux conditions des eaux souterraines. La caldeira s’est affaissée de 2 à 3 cm (environ 1 po) depuis fin septembre. Aucune déformation significative ne s’est produite au bassin Norris Geyser depuis la fin de l’été.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE , du 25 Mars 2024 au 31 Mars 2024 . (date d’émission 02 Avril 2024)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il ressort :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Une activité strombolienne normale a été observée au cours de cette période. La fréquence horaire totale se situait entre les valeurs moyennes (5-13 événements/h). L’intensité des explosions était faible dans les zones des cratères Nord et Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de variations significatives.
3) DÉFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de suivi des déformations du sol ne montrent pas de variations significatives.
4) GÉOCHIMIE : flux de SO2 à niveau moyen
Le flux de CO2 dans la zone sommitale se situe à des valeurs moyennes.
Rapport C/S dans le panache : il n’y a pas de mises à jour.
Rapport isotopique de l’hélium dans l’aquifère thermique en légère diminution par rapport aux valeurs moyennes.
Flux de CO2 à Scari : valeurs stables à des niveaux moyens.
5) OBSERVATIONS SATELLITE : L’activité thermique observée par satellite était généralement de faible niveau avec quelques anomalies thermiques rares et isolées de niveau modéré.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période observée, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée à travers l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance INGV-OE situées au Pizzo (SPT), à l’altitude 190m (SCT-SCV) et à Punta dei Corvi (SPCT). et grâce à des relevés par drone réalisés les 18 et 19 mars. L’activité explosive a été principalement produite par 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone Nord du cratère et par 2 (deux) évents situés dans la zone Centre Sud.

Observations de l’activité explosive captées par les caméras de surveillance
Dans la zone du cratère Nord (N), avec une embouchure située dans le secteur N1 et une embouchure située dans le secteur N2, une activité explosive a été observée qui était constante dans le secteur N1 et sporadique dans le secteur N2. L’intensité, dans les deux secteurs, était faible (moins de 80 m de hauteur). Les produits émis en éruption étaient majoritairement des matériaux grossiers (bombes et lapilli). La fréquence moyenne des explosions oscillait entre 3 et 6 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud (CS), les secteurs C et S1 n’ont pas montré d’activité significative. Dans le secteur S2, comportant deux points d’émission, les explosions étaient majoritairement de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) et parfois moyenne (moins de 150 m de hauteur) émettant des matières fines parfois mélangées à des matières grossières. La fréquence moyenne des explosions variait entre 3 et 8 événements/h.

Observations des 18 et 19 mars
Les 18 et 19 mars, dans le cadre des activités de la Convention de mise en œuvre DPC-INGV et en collaboration avec les projets ONU et Dynamo, des observations ont été réalisées à l’aide de drones et des observations depuis le sol à 400 mètres d’altitude, pour les objectifs morpho-structuraux de la zone du cratère et de la Sciara del Fuoco de Stromboli. Grâce au traitement des données acquises, le modèle numérique de terrain a été mis à jour à 30 cm et l’orthomosaïque à 10 cm de résolution de la Sciara del Fuoco et de la partie Nord-Ouest de la zone du cratère . Le relevé thermique a mis en évidence l’existence de deux anomalies modestes , la première délimitée par un rectangle vert situé entre 750 et 700 m d’altitude et 80 m de long, la seconde délimitée par un cercle blanc a une largeur d’environ 50 m et est situé entre 700 et 650 m.

Modèle ombré du terrain, orthomosaïque et orthomosaïque thermique de la Sciara del Fuoco et de la zone du cratère mis à jour le 19 mars (respectivement, A, B et C. En (D) RVB et (E) détail thermique de l’anomalie thermique numéro 1 indiqué dans le rectangle vert .

L’anomalie numéro 1 a une température relative de 67° tandis que la numéro 2 a une température relative de 48° C (± 2°). Ces anomalies, non visibles lors du relevé de mai 2023 mais émergeant lors du relevé d’octobre dernier, sont situées dans la zone de la partie supérieure de la Sciara del Fuoco où le canyon s’est formé lors de l’activité effusive de l’automne 2022. La nature de ces anomalies thermiques est probablement associée au détachement et au glissement gravitationnel de matériaux situés sur la crête et à la base de l’épaulement du canyon, exposant les parties sous-jacentes. Par ailleurs, il ressort des résultats que le bord du cratère de N1 est allongé vers le Nord-Ouest tandis que dans le secteur S2 de la zone Centre-Sud du cratère, le cône de scories mis en place au cours des derniers mois est visible.

Source : INGV

Photos : Stromboli stati d’animo / Sebastiano Cannavo. , INGV.

 

Colombie , Cerro Machin :

Bulletin d’activité hebdomadaire : Volcan Cerro Machín

Concernant le suivi de l’activité du VOLCAN CERRO MACHÍN, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Pour la semaine du 26 mars au 1er avril 2024, l’enregistrement de sismicité associé à la fracturation des roches à l’intérieur de l’édifice volcanique s’est poursuivi. Par rapport à la semaine précédente, cette activité sismique a présenté une diminution notable du nombre de tremblements de terre enregistrés et de l’énergie sismique libérée. Les tremblements de terre ont été localisés sur le flanc Ouest et dans la zone centrale de l’édifice volcanique, à des distances inférieures à 2 km du dôme principal.

Les profondeurs variaient entre 1 et 5 km. Le plus grand séisme a été de 1,4, correspondant au séisme enregistré le 26 mars à 00h03. m., à une profondeur de 3 km. Ce tremblement de terre a été signalé comme ressenti par des habitants à proximité du volcan.

Les autres paramètres mesurés et utilisés pour le diagnostic de l’activité volcanique n’ont pas présenté de changements importants au cours de la période évaluée.

L’état d’alerte pour l’activité volcanique reste à : ALERTE JAUNE : VOLCAN ACTIF AVEC CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DU NIVEAU DE BASE DES PARAMÈTRES SURVEILLÉS ET AUTRES MANIFESTATIONS.

Source et photo : SGC

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN MENSUEL , Mars 2024 (date d’émission 02 Avril 2024)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il ressort :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage affectant principalement le Cratère de la Bocca Nuova et secondairement du Cratère Sud-Est.
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique due à la fracturation. Amplitude moyenne des tremors volcaniques fluctuant essentiellement dans le niveau moyen.
3) INFRASONS : Activité infrasonore modérée avec des sources situées à proximité du cratère de la Bocca Nuova.
4) DÉFORMATIONS DU SOL : Au cours du dernier mois d’observation, les réseaux de suivi des déformations du sol n’ont pas enregistré de variations significatives.
5) GÉOCHIMIE : flux de SO2 à un niveau moyen et croissant
Le flux de CO2 est stable, sur des valeurs moyennes
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines présente des valeurs comprises dans la variabilité saisonnière.
Le rapport isotopique de l’hélium est élevé.
6) OBSERVATIONS SATELLITE : L’activité thermique observée par satellite était généralement faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Entre fin février et mars, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé à travers l’analyse des images du réseau de caméras de surveillance de l’Institut National de Géophysique et Volcanologie, Osservatorio Etneo (INGV-OE) et grâce à un survol en hélicoptère effectué par le personnel d’INGV.

Au cours de la période, l’activité des cratères sommitaux n’a pas montré de variations par rapport à la période précédente (Rép. N. 09/2024 ETNA) et en général par rapport à ce qui a été observé depuis le début de 2024. L’état d’activité de l’Etna a été caractérisé par une activité de dégazage ordinaire affectant principalement les deux cratères BN1 et BN2 situés à l’intérieur du cratère de la Bocca Nuova. Comme déjà rapporté les mois précédents, il s’agit d’un dégazage avec régime impulsif et émission de gaz à haute température qui alimentent des lueurs visibles la nuit et avec formation d’anneaux de vapeur au niveau de BN2  .

Images de la zone sommitale de l’Etna prises lors du survol effectué le 3 mars environ. par le personnel d’INGV. Le dégazage de l’Etna est essentiellement dominé par la Bocca Nuova et secondairement par le Cratère Sud-Est (d, b). Enfin, la Voragine continue d’être obstruée et dépourvue d’activité tandis que le Cratère Nord-Est présente une très faible activité fumerolienne intra-cratérique (c, a)

Le deuxième cratère qui contribue au dégazage du panache de l’Etna est représenté par le cratère Sud-Est , par un champ de fumerolles situé sur le bord Nord du cratère et par un évent situé dans la zone orientale du cratère (Fig.3.2, 3.3). Enfin, le cratère Nord-Est continue de montrer un faible dégazage à partir d’une zone limitée de fumerolles intra-cratère, tandis que la Voragine ne montre aucune activité.

Source : INGV

Photos : etnaguide ( archive) : INGV

March 02, 2024. EN. United States : Yellowstone , Alaska : Shishaldin , Indonesia : Marapi , Colombia : Nevado del Ruiz , Guatemala : Santiaguito .

March 02 , 2024.

 

United States , Yellowstone :

Friday, March 1, 2024, 12:31 PM MST (Friday, March 1, 2024, 19:31 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
Steamboat geyser erupted in the early morning hours of February 26 — its first eruption of 2024.

Seismicity
During February 2024, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 125 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a minor earthquake of magnitude 2.6 located about 9 miles north of Yellowstone Lake in Yellowstone National Park on February 23 at 8:02 PM MST.

Mammoth Hot Springs and New Blue Spring with Mount Everts in the background.

February seismicity in Yellowstone was marked by two swarms:
1. A swarm of 49 earthquakes, located approximately 15 miles south-southwest of Mammoth, occurred February 18–19. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 2.1 on February 18 at 10:05 PM MST.
2. A swarm of 15 earthquakes, approximately 7 miles north of West Yellowstone, MT, occurred February 2–4. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.3 on February 3 at 5:10 PM MST.
Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.
Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of February, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by seasonal changes related to snowmelt and groundwater conditions. The caldera has subsided by about 2.5 cm (about 1 in) since the end of September. No significant deformation has occurred at Norris Geyser Basin since the end of summer.

Source : YVO

Photo : YVO/A. Falgoust

Alaska , Shishaldin :

Low-level unrest continues at Shishaldin Volcano. Seismicity remains slightly elevated and intermittent minor steaming from the summit crater continues. Satellite data show no evidence of elevated surface temperatures or emissions of sulfur dioxide gas, further indicating that unrest remains at a low level. Minor rock falls or collapse events from the unstable ground in and near the summit crater remain likely. These events may generate very small clouds of fine-grained ash that dissipate quickly in the immediate vicinity of the summit.

No significant eruptive activity has occurred since November 2023.

Local seismic and infrasound sensors, web cameras, and a geodetic network are used to monitor Shishaldin Volcano. In addition to the local monitoring network, AVO uses nearby geophysical networks, regional infrasound and lighting data, and satellite images to monitor the volcano.

Source : AVO

Photo : Reedy, Brian

 

Indonesia , Marapi :

An eruption of Mount Marapi occurred on Saturday, March 2, 2024 at 06:22 WIB with the height of the ash column observed at ± 300 m above the summit (± 3191 m above sea level). The ash column was observed to be gray with thick intensity, oriented towards the West. This eruption was recorded on a seismograph with a maximum amplitude of 4.6 mm and a duration of 49 seconds.

SEISMICITY OBSERVATIONS:
5 eruption/explosion earthquakes with an amplitude of 4.4 to 11.9 mm and an earthquake duration of 35 to 49 seconds.
8 emission earthquakes with an amplitude of 3.1 to 8.5 mm and earthquake duration of 36 to 65 seconds.
1 Low frequency earthquake with an amplitude of 1.5 mm and an earthquake duration of 17 seconds.
3 deep volcanic earthquakes with an amplitude of 3.8 to 10.2 mm, and an earthquake duration of 35 to 49 seconds.
1 Continuous tremor with an amplitude of 0.5 to 2 mm, dominant value of 1 mm.

RECOMMENDATION
1. Communities around Mount Marapi and climbers/visitors/tourists should not enter and conduct activities within a 4.5 km radius of the eruption center (Verbeek crater) of Mount Marapi.
2. Communities living around the valleys/streams/river banks that originate at the summit of Mount Marapi should always be aware of the potential threat of lahars that may occur, particularly during the rainy season.

Source et photo : Magma Indonésie

 

Colombia , Nevado del Ruiz : 

Weekly bulletin on the activity of the Nevado del Ruiz volcano

From the monitoring of the activity of the NEVADO DEL RUIZ VOLCANO, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC) reports that:

In the week of February 20 to 27, 2024, the volcano continued with unstable behavior. Compared to the previous week, the main variations in the parameters monitored were:
– Seismicity linked to fluid dynamics inside volcanic conduits has increased both in the number of earthquakes recorded and in seismic energy released. The seismic signals were associated with pulsatile emissions of ash and gas into the atmosphere with energy levels between low and moderate. Thanks to the cameras used to monitor the volcano and reports from SGC Staff or Los Nevados National Natural Park officials in the volcanic area, several ash emissions have been confirmed. There were also some temperature changes related to the emitted material associated with some of the seismic signals. To a lesser extent, low-energy seismicity was recorded associated with the activity of the lava dome (bulge or mound) located at the bottom of the crater.

– Seismic activity associated with the fracturing of rocks inside the volcanic edifice has decreased in the number of earthquakes recorded and in the seismic energy released. The earthquakes were located in the Arenas crater and on the East-Northeast, North-West and South-West flanks of the volcano, up to a maximum distance of approximately 12 km from the crater. The magnitude of the events was less than 1 and their depths varied between less than 1 and 8 km from the summit of the volcano.

– The volcano continued to emit water vapor and gases into the atmosphere. Sulfur dioxide (SO2) outgassing rates were variable and decreased compared to the previous week. The maximum height of the gas or ash column was 1,800 m vertically and 2,000 m dispersed, both values were measured on the volcanic summit on February 27. The direction of dispersion of the column was variable with a tendency towards the northwest and southwest flanks of the volcano.
– In monitoring surface activity, from satellite monitoring platforms, the detection of thermal anomalies at the bottom of Arenas crater continued with low to moderate energy levels.

The alert status for volcanic activity remains at: YELLOW ALERT: ACTIVE VOLCANO WITH CHANGES IN THE BEHAVIOR OF THE BASE LEVEL OF MONITORED PARAMETERS AND OTHER MANIFESTATIONS

Source et photo : SGC

 

Guatemala , Santiaguito :

Geographical location:
14°44′ 33˝ North latitude;
91°34’13˝ West longitude.
Altitude: 2,500 meters above sea level.

Atmospheric conditions: Clear weather.
Wind: northeast
Precipitation: 0.0 mm.

Activity:
The Observatory reports activity in the Caliente dome, with moderate and continuous degassing in the southwest and west directions. There were between 2 to 6 explosions per hour. Moderate and strong explosions raise columns of water vapor and ash to heights of up to 3,400 m (10,498 ft) and cause short-distance pyroclastic flows mainly down the eastern and southern flanks -East. Detachment of boulders from the dome and the edges of the lava flow continues occasionally. Heavy avalanches and audible sounds of volcanic activity are possible. Activity remains at a high level, so there remains the possibility that with explosions or under the effect of gravity, part of the accumulated materials collapse and pyroclastic flows over long distances are generated towards the South. West, South, South-East and East.

Source : Insivumeh.

Photo : Travelsol GT via Shérine France.

02 Mars 2024. FR. Etats-Unis : Yellowstone , Alaska : Shishaldin , Indonésie : Marapi , Colombie : Nevado del Ruiz , Guatemala : Santiaguito .

02 Mars 2024.

 

Etats-Unis , Yellowstone :

Vendredi 1er mars 2024, 12h31 MST (vendredi 1er mars 2024, 19h31 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet : 9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Le geyser Steamboat est entré en éruption tôt le matin du 26 février – sa première éruption de 2024.

Sismicité
En février 2024, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 125 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un tremblement de terre mineur de magnitude 2,6 situé à environ 9 miles au Nord du lac Yellowstone, dans le parc national de Yellowstone, le 23 février à 20h02 (heure française).

Mammoth Hot Springs et New Blue Spring avec le mont Everts en arrière-plan.

La sismicité de février à Yellowstone a été marquée par deux essaims :
1. Une série de 49 tremblements de terre, situés à environ 24 kilomètres au Sud-Sud-Ouest de Mammoth, se sont produits les 18 et 19 février. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était d’une magnitude de 2,1 le 18 février à 22h05 MST.
2. Un essaim de 15 tremblements de terre, à environ 7 miles au Nord de West Yellowstone, MT, s’est produit du 2 au 4 février. Le plus grand séisme de la séquence était d’une magnitude de 1,3 le 3 février à 17h10 HNR.
De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.
L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois de février, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement causé par les changements saisonniers liés à la fonte des neiges et aux conditions des eaux souterraines. La caldeira s’est affaissée d’environ 2,5 cm (environ 1 po) depuis fin septembre. Aucune déformation significative ne s’est produite au bassin Norris Geyser depuis la fin de l’été.

Source : YVO

Photo : YVO/A. Falgoust

Alaska , Shishaldin :

Les troubles de faible intensité se poursuivent sur le volcan Shishaldin. La sismicité reste légèrement élevée et une légère émission de vapeur intermittente provenant du cratère sommital continue. Les données satellitaires ne montrent aucune preuve de températures de surface élevées ou d’émissions de dioxyde de soufre, ce qui indique en outre que les troubles restent à un faible niveau. Des chutes de pierres mineures ou des effondrements dus au sol instable dans et à proximité du cratère sommital restent probables. Ces événements peuvent générer de très petits nuages de cendres à grains fins qui se dissipent rapidement à proximité immédiate du sommet.

Aucune activité éruptive significative ne s’est produite depuis novembre 2023.

Des capteurs sismiques et infrasons locaux, des caméras Web et un réseau géodésique sont utilisés pour surveiller le volcan Shishaldin. En plus du réseau de surveillance local, l’AVO utilise les réseaux géophysiques à proximité, les données régionales d’infrasons et de foudre, ainsi que les images satellite pour surveiller le volcan.

Source : AVO

Photo : Reedy, Brian

 

Indonésie , Marapi :

Une éruption du mont Marapi s’est produite le samedi 2 mars 2024 à 06h22 WIB avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 300 m au-dessus du sommet (± 3191 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant grise avec une intensité épaisse , orientée vers l’Ouest. Cette éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 4,6 mm et une durée de 49 secondes.

OBSERVATIONS DE LA SISMICITE:
5 séismes d’éruption/explosion avec une amplitude de 4,4 à 11,9 mm et une durée de séisme de 35 à 49 secondes.
8 tremblements de terre d’émissions d’une amplitude de 3,1 à 8,5 mm et durée du séisme de 36 à 65 secondes.
1 Séisme de basse fréquence d’une amplitude de 1,5 mm et d’une durée de séisme de 17 secondes.
3 tremblements de terre volcaniques profonds avec une amplitude de 3,8 à 10,2 mm, et une durée de séisme de 35 à 49 secondes.
1 Tremor continu d’une amplitude de 0,5 à 2 mm, valeur dominante de 1 mm.

RECOMMANDATION
1. Les communautés autour du mont Marapi et les grimpeurs/visiteurs/touristes ne doivent pas entrer et mener des activités dans un rayon de 4,5 km autour du centre de l’éruption (cratère Verbeek) du mont Marapi.
2. Les communautés qui vivent autour des vallées/ruisseaux/berges des rivières qui prennent leur source au sommet du Mont Marapi doivent toujours être conscientes de la menace potentielle de lahars qui peut survenir, en particulier pendant la saison des pluies.

Source et photo : Magma Indonésie

 

Colombie , Nevado del Ruiz : 

Bulletin hebdomadaire sur l’activité du volcan Nevado del Ruiz

Du suivi de l’activité du VOLCAN NEVADO DEL RUIZ, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC) rapporte que :

Dans la semaine du 20 au 27 février 2024, le volcan a continué avec un comportement instable. Par rapport à la semaine précédente, les principales variations des paramètres surveillés ont été :
– La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a augmenté à la fois en nombre de séismes enregistrés et en énergie sismique libérée. Les signaux sismiques étaient associés à des émissions pulsatiles de cendres et de gaz dans l’atmosphère avec des niveaux d’énergie compris entre faibles et modérés. Grâce aux caméras utilisées pour surveiller le volcan et aux rapports du Personnel du SGC ou responsables du Parc National Naturel Los Nevados dans la zone volcanique, plusieurs émissions de cendres ont été confirmées. Il y a aussi eu quelques changements de température relatif au matériau émis associé à certains des signaux sismiques. Dans une moindre mesure, une sismicité de faible niveau d’énergie a été enregistrée associée à l’activité du dôme (renflement ou monticule) de lave situé au fond du cratère.

– L’activité sismique associée à la fracturation des roches à l’intérieur de l’édifice volcanique a diminué dans le nombre de tremblements de terre enregistrés et dans l’énergie sismique libérée. Les tremblements de terre ont été localisés dans le cratère Arenas et sur les flancs Est-Nord-Est, Nord-Ouest et Sud-Ouest du volcan, jusqu’à une distance maximale d’environ 12 km du cratère. La magnitude des événements était inférieure à 1 et leurs profondeurs variaient entre moins de 1 et 8 km par rapport au sommet du volcan.

– Le volcan a continué à émettre de la vapeur d’eau et des gaz dans l’atmosphère. Les taux de dégazage du dioxyde de soufre (SO2) étaient variables et ont diminué par rapport à la semaine précédente. La hauteur maximale de la colonne de gaz ou de cendres était de 1 800 m verticalement et de 2 000 m dispersés, les deux valeurs ont été mesurées sur le sommet volcanique le 27 février. La direction de dispersion de la colonne était variable avec une tendance vers les flancs Nord-Ouest et Sud-Ouest du volcan.
– Dans le suivi de l’activité de surface, depuis les plateformes de surveillance satellitaire, la détection d’anomalies thermiques au fond du cratère Arenas s’est poursuivie avec des niveaux d’énergie faibles à modérés.

L’état d’alerte pour l’activité volcanique reste à : ALERTE JAUNE : VOLCAN ACTIF AVEC CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DU NIVEAU DE BASE DES PARAMÈTRES SURVEILLÉS ET AUTRES MANIFESTATIONS

Source et photo : SGC

 

Guatemala , Santiaguito :

Localisation géographique:
14 °44′ 33˝ Latitude Nord;
91°34’13˝ Longitude Ouest.
Altitude :  2 500 mètres au-dessus du niveau de la mer.

Conditions atmosphériques : Temps clair .
Vent : nord-est
Précipitations : 0,0 mm.

Activité:
L’Observatoire rapporte une activité dans le dôme Caliente, avec un dégazage modéré et continu dans les directions Sud-Ouest et Ouest. Il y avait entre 2 à 6 explosions par heure. Des explosions modérées et fortes soulèvent des colonnes de vapeur d’eau et de cendres jusqu’à des hauteurs allant jusqu’à 3 400 m (10 498 pieds) et provoquent des coulées pyroclastiques sur de courtes distances descendant principalement vers les flancs Est et Sud-Est. Le détachement de blocs rocheux du dôme et des bords de la coulée de lave se poursuit occasionnellement. De fortes avalanches et des bruits audibles d’activité volcanique sont possibles. L’activité reste à un niveau élevé, il reste donc la possibilité qu’avec les explosions ou sous l’effet de la gravité, une partie des matériaux accumulés s’effondre et des flux pyroclastiques sur de longues distances soient générés vers le Sud-Ouest, le Sud, le Sud-Est et l’Est.

Source : Insivumeh.

Photo : Travelsol GT via Shérine France.

February 03, 2024. EN. United States : Yellowstone , Hawaii : Kilauea , Colombia : Chiles / Cerro Negro , Ecuador : Sangay , Indonesia : Semeru .

February 03 , 2024.

 

United States , Yellowstone :

Thursday, February 1, 2024, 12:15 PM MST (Thursday, February 1, 2024, 19:15 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
There were no eruptions of Steamboat Geyser in January, although minor activity began at the geyser on about January 20 and continued through the end of the month. This suggests that the geyser will erupt soon, possibly in the first half of February.

Seismicity
During January 2024, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 226 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a minor earthquake of magnitude 3.3 located about 10 miles north-northeast of Old Faithful in Yellowstone National Park on January 3 at 5:10 PM MST.

December seismicity in Yellowstone was marked by two swarms:

1. A swarm of 119 earthquakes, located approximately 10 miles north-northeast of Old Faithful, occurred January 1–10. The largest earthquake in the sequence was also the largest of the month (described above).

2. A swarm of 38 earthquakes occurred approximately 9 miles east-northeast of West Yellowstone, MT, during January 6–7. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 2.1 event on January 5 at 4:24 PM MST.

Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.

Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of January, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by seasonal changes related to snowmelt and groundwater conditions. The caldera has subsided by slightly more than 2 cm (about 1 in) since the end of September. No significant deformation has occurred at Norris Geyser Basin since the end of summer.

Source : YVO

Photo : Mammoth hot spring , Jon Sullivan /wikipedias

 

Hawaii , Kilauea :

Friday, February 2, 2024, 5:05 PM HST (Saturday, February 3, 2024, 03:05 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » W,
Summit Elevation 4091 ft (1247 m)
Current Volcano Alert Level: WATCH
Current Aviation Color Code: ORANGE

Kīlauea is not erupting. The ongoing seismic swarm continues with most earthquakes occurring beneath the Koaʻe fault zone 5-8 miles (8-12 km) southwest of Kīlauea caldera. There have been roughly 15-20 earthquakes per hour in this region for most of the day. There continue to be a few scattered earthquakes within Kīlauea caldera, but no significant clusters of activity.

This image shows ground deformation during the recent intrusive activity at Kīlauea volcano. Unlike previous shared interferograms, note that this one is isolated to a one-day timeframe from 6 p.m. HST on January 31 through 6 p.m. HST on February 1, 2024. It therefore highlights the volcanic signals, with reduced interference from sources of data noise. Colored fringes denote areas of ground deformation, with more fringes indicating more deformation. Each color cycle represents 1.5 cm (0.6 in) of ground motion toward or away from the satellite (the direction of motion depends on the sense of color change). The complex patterns indicate overall deflation of the summit area as magma moved underground to the southwest, where the patterns show uplift (up to about 50 centimeters, or 20 inches) and spreading (along with subsidence) due to intrusion of a dike (a vertical sheet of magma). Comparing this to the previous image, which was posted earlier today and that spanned up until January 31 at 6 PM, shows that the dike intrusion moved farther to the SW, consistent with patterns of seismicity. Data are from the COSMO-SkyMed constellation of radar satellites, provided by the Italian Space Agency (Agenzia Spaziale Italiana) through the Hawaiʻi Supersite.

Tiltmeters at Sand Hill and Uēkahuna bluff continue to show ground motion at consistent directions and rates, suggesting that the summit region is deflating as magma moves from this region to the southwest.

A significant amount of lava has been intruded south and southwest of Kīlauea caldera since Saturday, January 27th, 2024. Models suggest an accumulation of as much as 40 million cubic yards (30 million cubic meters) in the region to the southwest of the caldera during this event. As long as the intrusion continues, there is a chance that an eruption could occur within or southwest of the caldera with little advanced warning.

Upgrades to the network may continue to cause intermittent outages that are affecting public access to monitoring data. HVO maintains internal access to volcano monitoring data and will continue to report on volcanic activity. We apologize for any inconvenience during this dynamic time.

Kīlauea volcano alert level and aviation color code remain at WATCH/ORANGE as the situation remains dynamic. HVO will continue to issue daily Kīlauea updates; additional notices will be issued as activity warrants.

Source : HVO

Photos : COSMO-SkyMed , USGS/ M. Patrick.

 

Colombia , Chiles / Cerro Negro :

Weekly activity bulletin of the Chiles and Cerro Negro Volcanic Complex (CVCCN)

Regarding the monitoring of the activity of the CHILES AND CERRO NEGRO VOLCANOES, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), reports that:

Seismic activity, between January 23 and 29, 2024, showed low levels of occurrence and energy released, similar to those recorded during the previous week. The predominant seismicity continues to be linked to the fracturing of the rocks of the volcanic edifice, although the seismicity linked to the processes associated with the movement of fluids inside the conduits increased during this week.

The seismicity associated with the fracturing of the rocks of the volcanic system was located mainly towards the southern sector of the Chiles volcano, at distances of up to 4 km, depths of up to 6 km from its summit (4,700 m d altitude) and a maximum magnitude of 2.5. None of these earthquakes were reported as felt.
Volcanic deformation processes are maintained, according to recordings from ground-mounted sensors and remote satellite sensors.
The evolution of activity in the CVCCN continues, due to internal processes derived from the complex interaction between the magmatic, hydrothermal system and the geological faults of the area, such that the probability of occurrence of energetic earthquakes that may be felt by residents of the CVCCN area of influence.

Volcanic activity remains on YELLOW ALERT Status: Active volcano with changes in baseline behavior of monitored parameters and other manifestations

Source et photo : SGC

 

Ecuador , Sangay :

DAILY REPORT ON THE STATE OF THE SANGAY VOLCANO, Friday February 2, 2024.
Information Geophysical Institute – EPN.

Surface activity level: High, Surface trend: No change
Internal activity level: High, Internal trend: No change

Seismicity: From February 1, 2024, 11:00 a.m. to February 2, 2024, 11:00 a.m.:

The number of seismic events recorded at the reference station over the past 24 hours is shown below. The level of seismic activity of the volcano remains high.

Explosion Event (EXP): 126

Precipitation/Lahars:
Rains were recorded in the volcano area without generating mudslides or debris. **In the event of heavy rains, these could remobilize the accumulated materials, generating mud and debris flows which would descend the sides of the volcano and flow into adjacent rivers.**

Emissions/ash column:
Due to weather conditions, no gas or ash emissions were observed using surveillance cameras. No ash emissions were also observed via the GOES-16 satellite system and no reports were received from the VAAC in Washington.

Other monitoring parameters:
The FIRMS satellite system recorded 4 thermal anomalies and the MIROVA-MODIS satellite system recorded 1 thermal anomaly, over the last 24 hours.

Observation:
Since yesterday afternoon, thanks to the camera system, it has been observed that the volcano has remained cloudy most of the time. During the night of yesterday and early today, several descents of incandescent material could be observed between 500 and 1000 meters below the level of the crater. At the time of this report, the volcano is completely cloudy.

Alert level: yellow

Source : IGEPN.

Photo :  Eqphos_fotografía

 

Indonesia , Semeru :

Mount Semeru exhibited an eruption on Friday, February 2, 2024 at 3:21 p.m. WIB with the height of the ash column observed at ± 1300 m above the summit (± 4976 m above sea level). The ash column was gray in color with thick intensity, oriented towards the northeast. This eruption was recorded on a seismograph with a maximum amplitude of 23 mm and a duration of 124 seconds.

SEISMICITY OBSERVATIONS
32 eruption/explosion earthquakes with an amplitude of 10 to 22 mm and a seismic duration of 61 to 165 seconds.
1 lahar earthquake with an amplitude of 24 mm and an earthquake duration of 2330 seconds.

RECOMMENDATION
1. Do not carry out any activities in the South-East sector along Besuk Kobokan, 13 km from the summit (center of the eruption). Apart from this distance, people do not carry out activities within 500 meters of the river bank (river boundary) along Besuk Kobokan as they may be affected by the expansion of warm clouds and lahar flows up to a distance of 17 km from the summit.
2. Do not practice activities within a 5 km radius around the crater/summit of the Mount Semeru volcano as it is subject to the risk of stone projection.

Source et photo : Magma Indonésie.

03 Février 2024. FR. Etats-Unis : Yellowstone , Hawaii : Kilauea , Colombie : Chiles / Cerro Negro , Equateur : Sangay , Indonésie : Semeru .

03 Février 2024.

 

Etats-Unis , Yellowstone :

Jeudi 1er février 2024, 12h15 MST (jeudi 1er février 2024, 19h15 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet 9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Il n’y a pas eu d’éruption du Steamboat Geyser en janvier, bien qu’une activité mineure ait commencé au geyser vers le 20 janvier et se soit poursuivie jusqu’à la fin du mois. Cela suggère que le geyser entrera bientôt en éruption, peut-être dans la première quinzaine de février.

Sismicité
En janvier 2024, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 226 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un tremblement de terre mineur de magnitude 3,3 situé à environ 16 km au Nord-Nord-Est d’Old Faithful dans le parc national de Yellowstone le 3 janvier à 17h10 HNR.

La sismicité de décembre à Yellowstone a été marquée par deux essaims :

1. Un essaim de 119 tremblements de terre, situés à environ 16 km au Nord-Nord-Est d’Old Faithful, s’est produit du 1er au 10 janvier. Le plus grand séisme de la séquence était également le plus important du mois (décrit ci-dessus).

2. Un essaim de 38 tremblements de terre s’est produit à environ 9 miles à l’Est-Nord-Est de West Yellowstone, MT, du 6 au 7 janvier. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était un événement de magnitude 2,1 le 5 janvier à 16h24 MST.

De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois de janvier, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement causé par les changements saisonniers liés à la fonte des neiges et aux conditions des eaux souterraines. La caldeira s’est affaissée d’un peu plus de 2 cm (environ 1 po) depuis fin septembre. Aucune déformation significative ne s’est produite au bassin Norris Geyser depuis la fin de l’été.

Source : YVO

Photo : Mammoth hot spring , Jon Sullivan /wikipedias

 

Hawaii , Kilauea :

Vendredi 2 février 2024, 17h05 HST (samedi 3 février 2024, 03h05 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Le Kīlauea n’entre pas en éruption. L’essaim sismique en cours se poursuit, la plupart des tremblements de terre se produisant sous la zone de faille de Koa’e, à 8-12 km au Sud-Ouest de la caldeira du Kīlauea. Il y a eu environ 15 à 20 tremblements de terre par heure dans cette région pendant la majeure partie de la journée. Il continue d’y avoir quelques tremblements de terre dispersés dans la caldeira du Kīlauea, mais aucun groupe d’activité significatif.

Cette image montre la déformation du sol lors de la récente activité intrusive du volcan Kīlauea. Contrairement aux interférogrammes partagés précédents, notez que celui-ci est isolé sur une période d’une journée à partir de 18 heures le 31 janvier jusqu’à 18 h le 1er février 2024. Il met donc en avant les signaux volcaniques, avec une interférence réduite des sources de bruit des données. Les franges colorées indiquent des zones de déformation du sol, un plus grand nombre de franges indiquant une plus grande déformation. Chaque cycle de couleur représente 1,5 cm (0,6 po) de mouvement du sol vers ou loin du satellite (la direction du mouvement dépend de la sensation de changement de couleur). Les modèles complexes indiquent une déflation globale de la zone du sommet alors que le magma s’est déplacé sous terre vers le Sud-Ouest, où les modèles montrent un soulèvement (jusqu’à environ 50 centimètres ou 20 pouces) et une propagation (accompagnée d’un affaissement) en raison de l’intrusion d’un dyke (un dyke vertical ).   En comparant cela à l’image précédente, qui a été publiée plus tôt dans la journée et qui s’est étendue jusqu’au 31 janvier à 18 heures, on montre que l’intrusion du dyke s’est déplacé plus loin vers le Sud-Ouest, ce qui est cohérent avec les modèles de sismicité. Les données proviennent de la constellation de satellites radar COSMO-SkyMed, fournies par l’Agence spatiale italienne (Agenzia Spaziale Italiana) via le Supersite Hawai’i.

Les inclinomètres de Sand Hill et de la falaise d’Uēkahuna continuent de montrer des mouvements du sol dans des directions et des vitesses constantes, ce qui suggère que la région sommitale se dégonfle à mesure que le magma se déplace de cette région vers le Sud-Ouest.

Une quantité importante de lave a été infiltrée au Sud et au Sud-Ouest de la caldeira du Kīlauea depuis le samedi 27 janvier 2024. Les modèles suggèrent une accumulation allant jusqu’à 40 millions de yards cubes (30 millions de mètres cubes) dans la région au Sud-Ouest de la caldeira pendant cet évènement. Tant que l’intrusion se poursuit, il existe un risque qu’une éruption se produise à l’intérieur ou au Sud-Ouest de la caldeira avec peu d’avertissement préalable.

Les mises à niveau du réseau peuvent continuer à provoquer des pannes intermittentes qui affectent l’accès du public aux données de surveillance. Le HVO conserve un accès interne aux données de surveillance des volcans et continuera à rendre compte de l’activité volcanique. Nous nous excusons pour tout inconvénient pendant cette période dynamique.

Le niveau d’alerte du volcan Kīlauea et le code couleur de l’aviation restent sur ATTENTION/ORANGE car la situation reste dynamique. Le HVO continuera de publier des mises à jour quotidiennes sur le Kīlauea ; des avis supplémentaires seront émis en tant que justification d’activité.

Source : HVO

Photos : COSMO-SkyMed , USGS/ M. Patrick.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité hebdomadaire du Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Concernant le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

L’activité sismique, entre le 23 et le 29 janvier 2024, a montré de faibles niveaux d’occurrence et d’énergie libérée, similaires à ceux enregistrés au cours de la semaine précédente. La sismicité prédominante continue d’être liée à la fracturation des roches de l’édifice volcanique, même si la sismicité liée aux processus associés au mouvement des fluides à l’intérieur des conduits a augmenté au cours de cette semaine.


La sismicité associée à la fracturation des roches du système volcanique était localisée principalement vers le secteur Sud du volcan Chiles, à des distances allant jusqu’à 4 km, des profondeurs allant jusqu’à 6 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et une magnitude maximale de 2.5. Aucun de ces tremblements de terre n’a été signalé comme ressenti.
Les processus de déformation volcanique sont maintenus, selon les enregistrements des capteurs installés au sol et des capteurs satellites distants.
L’évolution de l’activité dans le CVCCN se poursuit, en raison de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, hydrothermal et les failles géologiques de la zone, de telle sorte que la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN.

L’activité volcanique reste en ALERTE JAUNE Statut : Volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations

Source et photo : SGC

 

Equateur , Sangay :

RAPPORT QUOTIDIEN DE L’ETAT DU VOLCAN SANGAY , Vendredi 02 Février 2024 .
Information Geophysical Institute – EPN.

Niveau d’activité Superficiel: Haut , Tendance de surface : Sans changement
Niveau d’activité interne: Haut , Tendance interne : Sans changement

Sismicité : Du 01 Février 2024 , 11:00h au 02 Février 2024 , 11:00h : 

Le nombre d’événements sismiques enregistrés à la station de référence au cours des dernières 24 heures est présenté ci-dessous. Le niveau d’activité sismique du volcan reste élevé.

Evénement d’explosion (EXP) : 126

 

Précipitations / Lahars :
Des pluies ont été enregistrées dans la zone du volcan sans générer de coulées de boue ni de débris. **En cas de fortes pluies, celles-ci pourraient remobiliser les matériaux accumulés, générant des coulées de boue et de débris qui descendraient les flancs du volcan et se déverseraient dans les rivières adjacentes.**

Colonne émissions/cendres :
En raison des conditions météorologiques, aucune émission de gaz ou de cendres n’a été observée grâce aux caméras de surveillance. Aucune émission de cendres n’a non plus été observée via le système satellite GOES-16 et aucun rapport n’a été reçu du VAAC de Washington.

Autres paramètres de surveillance :
Le système satellite FIRMS a enregistré 4 anomalies thermiques et le système satellite MIROVA-MODIS a enregistré 1 anomalie thermique, au cours des dernières 24 heures.

Observation:
Depuis hier après-midi, grâce au système de caméras, on a observé que le volcan est resté nuageux la plupart du temps. Dans la nuit d’hier et tôt aujourd’hui, plusieurs descentes de matière incandescente ont pu être observées entre 500 et 1000 mètres sous le niveau du cratère. Au moment de ce rapport , le volcan est complètement nuageux.

Niveau d’alerte : jaune

Source : IGEPN.

Photo :  Eqphos_fotografía

 

Indonésie , Semeru :

Le mont Semeru a présenté une éruption le vendredi 2 février 2024 à 15h21 WIB avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 1300 m au-dessus du sommet (± 4976 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres était de couleur grise avec une intensité épaisse , orientée vers le nord-est. Cette éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 23 mm et une durée de 124 secondes.

OBSERVATIONS DE LA SISMICITE
32 séismes d’éruptions/explosions d’une amplitude de 10 à 22 mm et d’une durée sismique de 61 à 165 secondes.
1 séisme de lahar d’une amplitude de 24 mm et d’une durée de séisme de 2330 secondes.

RECOMMANDATION
1. Ne mener aucune activité dans le secteur Sud-Est le long du Besuk Kobokan, à 13 km du sommet (centre de l’éruption). En dehors de cette distance, les gens ne mènent pas d’activités à moins de 500 mètres de la rive du fleuve (frontière du fleuve) le long de Besuk Kobokan car ils risquent d’être affectés par l’expansion des nuages ​​chauds et des coulées de lahars jusqu’à une distance de 17 km du sommet.
2. Ne pratiquez pas d’activités dans un rayon de 5 km autour du cratère/sommet du volcan Mont Semeru car il est sujet au risque de projection de pierres .

Source et photo : Magma Indonésie.

January 04, 2024. EN. United States : Yellowstone , Italy / Sicily : Etna , Italy : Stromboli , Indonesia : Gamalama , Japan : Suwanosejima .

January 04 , 2024 .

 

United-States , Yellowstone :

Tuesday, January 2, 2024, 11:04 AM MST (Tuesday, January 2, 2024, 18:04 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
Steamboat Geyser erupted on December 30—its 9th major water eruption of 2023.

Seismicity
During December 2023, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 89 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a minor earthquake of magnitude 2.1 located about 3 miles northeast of West Thumb in Yellowstone National Park on December 16 at 8:19 PM MST.

December seismicity in Yellowstone was marked by three swarms:

1. A swarm of 16 earthquakes, located approximately 4 miles northeast of West Yellowstone, MT, occurred December 8–14. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.7 event on December 11 at 11:59 PM MST.

2. A swarm of 14 earthquakes occurred approximately 3 miles northeast of West Thumb, in Yellowstone National Park, during December 16–17. The largest earthquake in the sequence was also the largest of the month (described above).

3. An ongoing swarm, approximately 12 miles south of West Thumb, in Yellowstone National Park, began on December 29. 11 earthquakes occurred during December 29–31. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.9 event on December 29 at 9:37 PM MST.

Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.

Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of December, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by groundwater accumulation from snowmelt and runoff. Approximately 2 cm (0.8 in) of subsidence has occurred in the caldera since the end of September. No significant deformation has occurred at Norris Geyser Basin since the end of summer.

Source : YVO

Photo : Sara Peek

 

Italy / Sicily , Etna :

WEEKLY BULLETIN, from December 25, 2023 to December 31, 2023. (issue date January 2, 2024)

SUMMARY STATEMENT OF ACTIVITY

In light of the monitoring data, it appears:
1) VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS: Degassing activity at the Bocca Nuova Crater (BN) and the South-East Crater (CSE).
2) SEISMOLOGY: Low seismic activity due to fracturing; stationarity of volcanic tremor parameters.
3) INFRASOUND: Moderate activity, the sources were located in correspondence with the Bocca Nuova crater.
4) GROUND DEFORMATIONS: Over the past week, ground deformation monitoring networks have not recorded any significant changes.
5) GEOCHEMISTRY: The SO2 flux in the plume is at average values
Soil CO2 fluxes are at average values
Partial pressure of CO2 dissolved in groundwater shows values within seasonal variability
There are no updates to the helium isotope ratio
6) SATELLITE OBSERVATIONS: Thermal activity observed by satellite was generally low level with rare and isolated anomalies of moderate level.

VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS
During the week, monitoring of the volcanic activity of Etna was carried out through the analysis of images from the surveillance cameras of the INGV, Osservatorio Etneo (INGV-OE). Adverse weather conditions limited remote observation of volcanic activity only on 12/31. During the remainder of the period, occlusions due to cloud cover were limited

During the period examined, the activity of Etna was characterized by variable degassing activity at the level of the Bocca Nuova crater (BN) and the Southeast crater (CSE), while the crater of the Voragine (VOR) and the North-East East crater (CNE) remain obstructed. presenting limited gas releases produced by small fumaroles.

Source : INGV

Photo : Gio Giusa

 

Italy , Stromboli :

WEEKLY BULLETIN, from December 25, 2023 to December 31, 2023. (issue date January 2, 2024)

SUMMARY STATEMENT OF ACTIVITY

In light of the monitoring data, it appears:

1) VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS: Ordinary explosive volcanic activity of the Strombolian type coupled with splashing and a major explosion on December 30. The frequency of total explosive activity was medium level with low to medium intensity in the North Crater area. and between low and high in the Center-South zone.
2) SEISMOLOGY: The monitored seismological parameters do not show significant variations, with the exception of the major explosive sequence recorded on 12/30.
3) GROUND DEFORMATIONS: The ground deformation monitoring networks did not show significant variations over the period under examination.
4) GEOCHEMISTRY: SO2 flux at medium level
CO2 flux in the summit zone, increasing values, high values
C/S ratio in the plume there are no updates: on medium-high values (last measurement of 11/19/2023)
The helium isotope ratio in the thermal aquifer increases to high-very high values. (last collection on December 11, 2023)
CO2 flow in Scari: the data continues to remain at average values, increasing.
5) SATELLITE OBSERVATIONS: Thermal activity observed by satellite was generally weak.

VOLCANOLOGICAL OBSERVATIONS
During the observed period, the eruptive activity of Stromboli was characterized thanks to the analysis of images recorded by the network of INGV-OE surveillance cameras on the visible and thermal (elevations 190m, 400m and Punta Corvi). Overall, the eruptive activity consisted of classic ordinary explosive activity coupled with a major event produced by the South Central Crater area.
Regarding the ordinary explosive activity, this was produced by an eruptive vent located in the area of the N1 crater and by two in the area of the N2 crater, while in the area of the Center-South crater, the activity was produced by two vents located in sector S2; the vents located in sectors S1 and C did not show eruptive activity but only degassing. The average/daily frequency of total explosive activity produced by the two crater areas remained at an average level. The component of erupted products was variable but mainly coarse materials (bombs/lapilli) mixed with fine materials (ashes) in both areas of the crater. The intensity of the explosive activity was between a low and medium level and between low and high, respectively in the North and Central-South zones. The projection activity observed in previous weeks continued with a variable regime over the entire period at the N2 vent of the North zone and between the 27th and the 30th at the S2 vent of the CS zone. .

Ordinary explosive activity on December 30 was interrupted by an explosive event classified as the largest produced by the South Central Crater area. The event developed as a sequence of 6 explosions which occurred between 9:52.58 p.m. and 9:57.28 p.m. (GMT) and lasted a total of approximately 4 minutes and 30 seconds. In detail by order of energy associated with the explosions and the eruptive event, the sequence was characterized by the appearance of the major explosion at 9:52.58 p.m., by another non-major event but with energy greater than the regular at 9:54:15 p.m., and finally for a final prolonged explosive transient with fountain characteristics lasting approximately 40 seconds between 9:55:53 and 9:57:28. These main eruptive manifestations of the sequence were interspersed with four other ordinary explosions occurring at 21:53:20, 21:53:40, 21:54:54 and 21:55:44.
The major explosion had a vertical development during which it produced significant fallout of pyroclastic products out of the crater terrace which flowed along the Sciara del Fuoco.

Source : INGV.

Photos : Stromboli Stati d’animo . INGV.

 

Indonesia , Gamalama : 

Press release on the activity of G. GAMALAMA LEVEL II (WASPADA).

Geographically, the Gamalama volcano in the north of the Moluccas is located at 0°48′ N and 127°19′ E with a height of 1715 m above sea level. Administratively, it includes the city area from Ternate, in the province of North Moluccas. Mount Gamalama is an active volcano with a recorded eruption history since 1538 with an eruption interval of between 1 and 50 years. Mount Gamalama is monitored visually and instrumentally from the Volcano Observation Post (PGA) located in Ternate Town, North Moluccas.

The seismicity of Mount Gamalama since January 2023 is dominated by distant tectonic earthquakes, local tectonic earthquakes and deep volcanic earthquakes (VA). Deep volcanic earthquakes (VA) are generally recorded at 2 to 3 events per day. The smoke escaping from the crater is generally observed to be white, weak to thick, at a height of 5 to 300 meters above the summit. The current activity level has been at Level II (WASPADA) since March 10, 2015. The character of the eruption generally occurs in the central crater with relatively short eruption precursors. The last eruption took place on October 4, 2018, beginning with the recording of 7 volcanic earthquakes in the hour before the eruption. The height of the eruptive column reached 250 meters from the summit.

The latest developments on G. Gamalama’s activities until January 4, 2024 at 06:00 WIT are as follows:

There was a significant increase in deep volcanic (VA) earthquakes on January 4, 2024. Earthquake records on January 4, 2024 from 00:00 to 06:00 WIT recorded 45 deep volcanic earthquakes with an amplitude of 4 at 46mm. This increase in deep volcanic earthquakes shows an increase in pressure inside the body of Mount Gamalama due to increased magmatic activity, but so far no surface earthquakes have been recorded.
From December 1, 2023 to January 3, 2024, 34 emissions earthquakes, 57 deep volcanic earthquakes, 55 local tectonic earthquakes, 359 distant tectonic earthquakes and 6 lahar earthquakes were recorded.
Crater degassing activity was observed between December 1, 2023 and January 3, 2024, emitting fine white crater smoke from a height of 10 to 120 meters.
In general, the activity of Mount Gamalama from December 1, 2023 to January 4, 2024 at 06:00 WIT tends to fluctuate and is always dominated by deep volcanic earthquakes, local tectonic earthquakes, and distant tectonic earthquakes that are linked to regional tectonic activity around the Halmahera Islands.

Under conditions like those above, and given the characteristics of the precursors to the Mount Gamalama eruption, the potential hazard most likely to occur is a phreatic eruption with the current hazard in the form of material ejection from the main crater hitting an area. with a radius of 1.5 km around the center of the eruption. Light ash showers may occur with distance and intensity depending on wind direction and speed.

Based on the results of observations and analysis of visual and instrumental data, the activity level of Mount Gamalama is still at level II (WASPADA).

Source : PVMBG

Photo : IST

 

Japan , Suwanosejima :

JMA reported that the eruption at Suwanosejima’s Ontake Crater continued during 25 December 2023-1 January 2024. No explosions were detected, though large blocks were ejected as far as 300 m from the vent. Eruption plumes rose 1-1.6 km above the crater rim during 27-28 December, 30 December, and 1 January, and drifted SW, S, SE, and E. Ashfall was reported in Toshima village (3.5 km SSW), though dates were not specified. The Alert Level remained at 2 (on a 5-level scale) and the public was warned to stay at least 1 km away from the crater.

The 8-km-long island of Suwanosejima in the northern Ryukyu Islands consists of an andesitic stratovolcano with two historically active summit craters. The summit is truncated by a large breached crater extending to the sea on the east flank that was formed by edifice collapse. One of Japan’s most frequently active volcanoes, it was in a state of intermittent Strombolian activity from Otake, the NE summit crater, between 1949 and 1996, after which periods of inactivity lengthened. The largest recorded eruption took place in 1813-14, when thick scoria deposits blanketed residential areas, and the SW crater produced two lava flows that reached the western coast. At the end of the eruption the summit of Otake collapsed, forming a large debris avalanche and creating the open Sakuchi caldera, which extends to the eastern coast. The island remained uninhabited for about 70 years after the 1813-1814 eruption. Lava flows reached the eastern coast of the island in 1884. Only about 50 people live on the island.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP.

Photo : Masanori Genko

 

 

04 Janvier 2024 . FR. Etats-Unis : Yellowstone , Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Indonésie : Gamalama , Japon : Suwanosejima .

04 Janvier 2024 .

 

Etats-Unis , Yellowstone :

Mardi 2 janvier 2024, 11 h 04 MST (mardi 2 janvier 2024, 18 h 04 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet : 9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Le Steamboat Geyser est entré en éruption le 30 décembre, sa 9e éruption d’eau majeure en 2023.

Sismicité
En décembre 2023, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 89 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un tremblement de terre mineur de magnitude 2,1 situé à environ 3 miles au Nord-Est de West Thumb dans le parc national de Yellowstone le 16 décembre à 20h19 HNR.

La sismicité de décembre à Yellowstone a été marquée par trois essaims :

1. Une série de 16 tremblements de terre, situés à environ 6 km au Nord-Est de West Yellowstone, dans le Montana, se sont produits du 8 au 14 décembre. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était un événement de magnitude 1,7 le 11 décembre à 23 h 59 MST.

2. Un essaim de 14 tremblements de terre s’est produit à environ 3 miles au Nord-Est de West Thumb, dans le parc national de Yellowstone, du 16 au 17 décembre. Le plus grand séisme de la séquence était également le plus important du mois (décrit ci-dessus).

3. Un essaim continu, à environ 19 kilomètres au Sud de West Thumb, dans le parc national de Yellowstone, a commencé le 29 décembre. 11 tremblements de terre se sont produits du 29 au 31 décembre. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était un événement de magnitude 1,9 le 29 décembre à 21h37 HNR.

De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois de décembre, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement provoqué par l’accumulation d’eau souterraine due à la fonte des neiges et au ruissellement. Environ 2 cm (0,8 po) d’affaissement se sont produits dans la caldeira depuis fin septembre. Aucune déformation significative ne s’est produite au bassin Norris Geyser depuis la fin de l’été.

Source : YVO

Photo : Sara Peek

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 25 Décembre 2023 au 31 Décembre 2023. (date d’émission 02 Janvier 2024)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il ressort :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage au Cratère de la Bocca Nuova (BN) et au Cratère Sud-Est (CSE).
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique due à la fracturation ; stationnarité des paramètres de tremor volcanique.
3) INFRASONS : Activité modérée, les sources ont été localisées en correspondance avec le cratère de la Bocca Nuova.
4) DÉFORMATIONS DU SOL : Au cours de la semaine dernière, les réseaux de surveillance des déformations du sol n’ont pas enregistré de changements significatifs.
5) GEOCHIMIE : Le flux de SO2 dans le panache est à des valeurs moyennes
Les flux de CO2 du sol sont à des valeurs moyennes
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines montre des valeurs dans la variabilité saisonnière
Il n’y a aucune mise à jour du rapport isotopique de l’hélium
6) OBSERVATIONS SATELLITE : L’activité thermique observée par satellite était généralement de faible niveau avec des anomalies rares et isolées de niveau modéré.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé grâce à l’analyse des images des caméras de surveillance de l’INGV, Osservatorio Etneo (INGV-OE). Des conditions météorologiques défavorables ont limité l’observation à distance de l’activité volcanique uniquement le 31/12. Pendant le reste de la période, les occlusions dues à la couverture nuageuse ont été limitées

Au cours de la période examinée, l’activité de l’Etna a été caractérisée par une activité de dégazage variable au niveau du cratère de la Bocca Nuova (BN) et du cratère Sud-Est (CSE), tandis que le cratère de la Voragine (VOR) et le cratère Nord-Est Est (CNE) restent obstrués. présentant des dégagements gazeux limités produits par de petites fumerolles.

Source : INGV

Photo : Gio Giusa

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 25 Décembre 2023 au 31 Décembre 2023. (date d’émission 02 Janvier 2024)

ÉTAT RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il ressort :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité volcanique explosive ordinaire de type strombolien couplée à des éclaboussures et une explosion majeure le 30 décembre. La fréquence de l’activité explosive totale était de niveau moyen avec une intensité entre faible et moyenne dans la zone du cratère Nord. et entre basse et haute dans la zone Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de variations significatives, à l’exception de la séquence explosive majeure enregistrée le 30/12.
3) DÉFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de suivi des déformations du sol n’ont pas montré de variations significatives sur la période sous examen.
4) GEOCHIMIE : flux de SO2 à niveau moyen
Flux de CO2 dans la zone sommitale, valeurs croissantes, valeurs élevées
Rapport C/S dans le panache il n’y a pas de mises à jour : sur des valeurs moyennes-élevées (dernière mesure du 19/11/2023)
Le rapport isotopique de l’hélium dans l’aquifère thermique augmente jusqu’à des valeurs élevées-très élevées. (dernier prélèvement le 11 décembre 2023)
Flux de CO2 à Scari : les données continuent de se maintenir à des valeurs moyennes, en augmentation.
5) OBSERVATIONS SATELLITE : L’activité thermique observée par satellite était généralement faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période observée, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée grâce à l’analyse des images enregistrées par le réseau de caméras de surveillance INGV-OE sur le visible et le thermique (élévations 190m , 400m et Punta Corvi). Dans l’ensemble, l’activité éruptive consistait en une activité explosive ordinaire classique couplée à un événement majeur produit par la zone du cratère Centre-Sud.
En ce qui concerne l’activité explosive ordinaire, celle-ci a été produite par un évent éruptif situé dans la zone du cratère N1 et par deux dans la zone du cratère N2, tandis que dans la zone du cratère Centre-Sud, l’activité a été produite par deux évents situés dans le secteur S2 ; les évents situés dans les secteurs S1 et C n’ont pas montré d’activité éruptive mais seulement un dégazage. La fréquence moyenne/quotidienne de l’activité explosive totale produite par les deux zones de cratère est restée à un niveau moyen . La composante des produits en éruption était variable
mais principalement des matériaux grossiers (bombes/lapilli) mélangé à des matériaux fins (cendres) dans les deux zones du cratère. L’intensité de l’activité explosive était comprise entre un niveau faible et moyen et entre faible et élevé, respectivement dans les zones Nord et Centre-Sud. L’activité de projections observée les semaines précédentes s’est poursuivie avec un régime variable sur toute la période au niveau de l’évent N2 de la zone Nord et entre le 27 et le 30 au niveau de l’évent S2 de la zone CS.

L’activité explosive ordinaire le 30 décembre a été interrompue par un événement explosif classé comme le plus important produit par la zone du cratère Centre-Sud. L’événement s’est développé comme une séquence de 6 explosions qui se sont produites entre 21h52.58 et 21h57.28 (heures en GMT) et ont duré au total environ 4 minutes et 30 secondes. En détail par ordre d’énergie associé aux explosions et à l’événement éruptif, la séquence a été caractérisée par l’apparition de l’explosion majeure à 21h52.58, par un autre événement non majeur mais d’énergie supérieure à l’ordinaire à 21h: 54:15 , et enfin pour un dernier transitoire explosif prolongé avec des caractéristiques de fontaine d’une durée d’environ 40 secondes entre 21:55:53 et 21:57:28. Ces principales manifestations éruptives de la séquence ont été entrecoupées de quatre autres explosions ordinaires survenues à 21:53:20, 21:53:40, 21:54:54 et 21:55:44.
L’explosion majeure a eu un développement vertical au cours duquel elle a produit d’importantes retombées de produits pyroclastiques hors de la terrasse du cratère qui se sont déversés le long de la Sciara del Fuoco.

Source : INGV.

Photos : Stromboli Stati d’animo . INGV.

 

Indonésie , Gamalama : 

Communiqué de Presse sur l’activité du G. GAMALAMA NIVEAU II (WASPADA).

Géographiquement, le volcan Gamalama au nord des Moluques est situé à 0°48′ N et 127°19′ E avec une hauteur de 1715 m au-dessus du niveau de la mer. Sur le plan administratif, il comprend la zone de la ville de Ternate, dans la province des Moluques du Nord. Le mont Gamalama est un volcan actif dont l’histoire des éruptions est enregistrée depuis 1538 avec un intervalle d’éruption compris entre 1 et 50 ans. Le mont Gamalama est surveillé visuellement et instrumentalement depuis le poste d’observation du volcan (PGA) situé dans la Ville de Ternate, Moluques du Nord.

La sismicité du Mont Gamalama depuis janvier 2023 est dominée par des séismes tectoniques lointains, des séismes tectoniques locaux et des séismes volcaniques profonds (VA). Les tremblements de terre volcaniques profonds (VA) sont généralement enregistrés à raison de 2 à 3 événements par jour. On observe généralement que la fumée qui s’échappe du cratère est blanche, faible à épaisse, à une hauteur de 5 à 300 mètres au-dessus du sommet. Le niveau d’activité actuel est au niveau II (WASPADA) depuis le 10 mars 2015. Le caractère de l’éruption se produit généralement dans le cratère central avec des précurseurs d’éruption relativement courts. La dernière éruption a eu lieu le 4 octobre 2018, commençant par l’enregistrement de 7 tremblements de terre volcaniques dans l’heure précédant l’éruption. La hauteur de la colonne éruptive atteignait 250 mètres du sommet.

Les derniers développements sur les activités de G. Gamalama jusqu’au 4 janvier 2024 à 06h00 WIT sont les suivants :

Il y a eu une augmentation significative des tremblements de terre volcaniques profonds (VA) le 4 janvier 2024. Les enregistrements des tremblements de terre du 4 janvier 2024 de 00h00 à 06h00 WIT ont enregistré 45 tremblements de terre volcaniques profonds d’une amplitude de 4 à 46 mm. Cette augmentation des tremblements de terre volcaniques profonds montre une augmentation de la pression à l’intérieur du corps du mont Gamalama en raison d’une activité magmatique accrue, mais jusqu’à présent, aucun tremblement de terre en surface n’a été enregistré.
Du 1er décembre 2023 au 3 janvier 2024, 34 séismes d’émissions, 57 séismes volcaniques profonds, 55 séismes tectoniques locaux, 359 séismes tectoniques lointains et 6 séismes de lahars ont été enregistrés.
Une activité de dégazage du cratère a été observée entre le 1er décembre 2023 et le 3 janvier 2024, émettant une fine fumée blanche de cratère d’une hauteur de 10 à 120 mètres.
En général, l’activité du mont Gamalama du 1er décembre 2023 au 4 janvier 2024 à 06h00 WIT a tendance à fluctuer et est toujours dominée par les tremblements de terre volcaniques profonds, les tremblements de terre tectoniques locaux et les tremblements de terre tectoniques lointains qui sont liés à l’activité tectonique régionale autour des îles Halmahera.

Dans des conditions comme celles ci-dessus, et compte tenu des caractéristiques des précurseurs de l’éruption du Mont Gamalama, le danger potentiel le plus susceptible de se produire est une éruption phréatique avec le danger actuel sous la forme d’une éjection de matière depuis le cratère principal frappant une zone. avec un rayon de 1,5 km autour du centre de l’éruption. De légères pluies de cendres peuvent survenir avec une distance et une intensité qui dépendent de la direction et de la vitesse du vent.

Sur la base des résultats des observations et de l’analyse des données visuelles et instrumentales, le niveau d’activité du Mont Gamalama est toujours au niveau II (WASPADA).

Source : PVMBG

Photo : IST

 

Japon , Suwanosejima :

Le JMA a rapporté que l’éruption du cratère Ontake du Suwanosejima s’est poursuivie du 25 décembre 2023 au 1er janvier 2024. Aucune explosion n’a été détectée, bien que de gros blocs aient été éjectés jusqu’à 300 m de l’évent. Les panaches d’éruption se sont élevés de 1 à 1,6 km au-dessus du bord du cratère les 27 et 28 décembre, le 30 décembre et le 1er janvier, et ont dérivé vers le sud-ouest, le sud, le sud-est et l’est. Des chutes de cendres ont été signalées dans le village de Toshima (3,5 km au sud-sud-ouest), bien que les dates aient été non spécifié. Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à au moins 1 km du cratère.

L’île de Suwanosejima, longue de 8 km, dans le nord des îles Ryukyu, est constituée d’un stratovolcan andésitique avec deux cratères sommitaux historiquement actifs. Le sommet est tronqué par un grand cratère brisé s’étendant jusqu’à la mer sur le flanc est et formé par l’effondrement de l’édifice. L’un des volcans les plus actifs du Japon, il était dans un état d’activité strombolienne intermittente à partir de l’Otake, le cratère sommital nord-est, entre 1949 et 1996, après quoi les périodes d’inactivité se sont prolongées. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu en 1813-1814, lorsque d’épais dépôts de scories ont recouvert les zones résidentielles et que le cratère sud-ouest a produit deux coulées de lave qui ont atteint la côte ouest. À la fin de l’éruption, le sommet de l’Otake s’est effondré, formant une grande avalanche de débris et créant la caldeira ouverte de Sakuchi, qui s’étend jusqu’à la côte est. L’île est restée inhabitée pendant environ 70 ans après l’éruption de 1813-1814. Des coulées de lave ont atteint la côte est de l’île en 1884. Seule une cinquantaine de personnes vivent sur l’île.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP.

Photo : Masanori Genko