13 Octobre 2020. FR . Nouvelle Zélande : Ruapehu , Argentine / Chili : Nevados de Chillan , Pérou : Sabancaya , Guatemala : Pacaya .

Home / Argentine / 13 Octobre 2020. FR . Nouvelle Zélande : Ruapehu , Argentine / Chili : Nevados de Chillan , Pérou : Sabancaya , Guatemala : Pacaya .

13 Octobre 2020. FR . Nouvelle Zélande : Ruapehu , Argentine / Chili : Nevados de Chillan , Pérou : Sabancaya , Guatemala : Pacaya .

13 Octobre 2020.

 

 

Nouvelle Zélande : Ruapehu :

Mise à jour du statut du mont Ruapehu: des troubles volcaniques mineurs se poursuivent alors que la température du Crater Lake est basse. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1.
Publié: Mar 13 oct.2020 14:15 PM

Le niveau d’alerte volcanique reste à 1
Le code couleur de l’aviation reste au vert

De nouvelles observations lors d’une visite de Crater Lake ainsi que les résultats de récents vols de mesure de gaz indiquent que l’activité volcanique sur le Ruapehu reste faible. Le lac de cratère (Te Wai ā-moe) s’est refroidi à environ 12 ° C à la fin de septembre et se situe actuellement autour de 15 ° C. Des observations de surveillance récentes indiquent que du gaz volcanique passe dans le lac. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1.

Le lac de cratère de Ruapehu (Te Wai ā-moe) a une longue histoire de réchauffage et de refroidissement, chaque cycle durant généralement plusieurs mois. Dans le cycle le plus récent, la température du lac a atteint un maximum de 41 ° C en avril, puis s’est refroidie régulièrement à 12 ° C à la fin septembre. Au cours des deux dernières semaines, le lac s’est légèrement réchauffé à 15 ° C, ce qui est une observation normale.

 

Depuis que le lac a commencé à se refroidir, nous avons effectué quatre vols pour mesurer le flux de gaz volcaniques à travers le Crater Lake. Nous avons également prélevé des échantillons d’eau du lac pour une analyse plus approfondie en laboratoire. Les résultats de récents vols de mesures de gaz montrent des variations du H2S (sulfure d’hydrogène), du CO2 (dioxyde de carbone) et du SO2 (dioxyde de soufre). Le SO2 et le H2S sont relativement stables tandis que le CO2 diminue par rapport à son pic en mai de cette année. Ceci est cohérent avec des réactions chimiques plus géothermiques que magmatiques, et est typique de l’activité du mont Ruapehu au cours des dernières années. La chimie de l’eau du lac est restée largement stable tout au long de cette même période.

Crater Lake a deux principaux évents submergés, à savoir les évents Nord et Central. Les observations du lac au cours des derniers mois ont révélé que ces évents étaient calmes. À la fin de la semaine dernière, notre équipe de surveillance des gaz a observé une remontée d’eau claire et une décoloration du lac en raison du mélange de sédiments et de nappes jaune vif de soufre élémentaire sur les deux zones d’évent.

Ces observations et mesures indiquent toutes que les zones d’évents sous-jacentes sont ouvertes aux gaz volcaniques et aux fluides géothermiques entrant dans le lac.

Le niveau d’intensité des tremors volcaniques a été variable mais est resté faible au cours des trois derniers mois, et de petits tremblements de terre continuent d’être localisés près du volcan.

Aucune de ces observations n’est inhabituelle pour le mont Ruapehu. Toutes les observations au cours des derniers mois indiquent que le volcan reste dans des troubles volcaniques mineurs et au niveau d’alerte volcanique 1.

Aerial view of Crater Lake on October 9, 2020 showing two regions of upwelling in the lake. 

Vue aérienne du lac Crater le 9 octobre 2020 montrant deux régions d’upwelling dans le lac.

 

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1. Le niveau d’alerte volcanique reflète le niveau actuel d’activité volcanique et ne constitue pas une prévision d’activité future. Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il se trouve dans un état d’agitation volcanique. Il n’y a pas de changement dans le code couleur de l’aviation et il reste au vert.

Le GNS Science et le Centre national de surveillance des géorisques continuent de surveiller de près le mont Ruapehu à la recherche d’autres signes d’activité. Le GeoNet surveille le mont Ruapehu via un réseau de capteurs sismiques et acoustiques, de récepteurs GPS, de capteurs dans le lac et de visites dans la région du lac, et de survols de mesures de gaz.

 Source : Geonet  – Geoff Kilgour / Volcanologue de service.

Photo : Bradd Scott / Geonet.

 

Argentine / Chili , Nevados de Chillan :

Les paramètres de sismicité associés à la fois aux processus de fracturation des matériaux rigides (types VT) et à la dynamique des fluides au sein du complexe volcanique (types LP et TR) ou à l’activité de surface (type EX) sont restés à des niveaux similaires à ceux des dernières périodes.
L’événement de type VT d’énergie la plus élevée, avec une magnitude locale (ML) de 2,4, a été localisé à 1,3 km au Sud-Est (SE) du cratère actif avec une profondeur de 1,9 km.
Les images fournies par les caméras de surveillance nous ont permis d’observer que la dynamique d’activité effusive et explosive s’est poursuivie pendant cette quinzaine de jours. L’activité effusive est caractérisée par l’extrusion de lave, qui s’accumule au niveau du cratère et s’avance en dehors de la limite Nord du cratère actif, générant un écoulement qui à ce jour atteint 615 m depuis le bord de celui-ci. L’activité explosive a présenté des hauteurs de colonne maximales de 1500 m, avec une teneur modérée en particules et une teneur plus élevée en gaz volcaniques. Certains épisodes isolés ont montré une forte teneur en pyroclastes rougeâtres.
Lorsque les conditions météorologiques le permettaient, il était possible d’enregistrer l’incandescence nocturne.
D’après les données obtenues du réseau de stations GNSS et d’inclinomètres installés sur le volcan, on observe que la tendance à la relaxation du système se maintient, présentant des variations mineures.

 

13 alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone avec une valeur maximale de 6 MW, valeur jugée faible.

La zone impactée est considérée comme la plus proche du cratère avec un rayon de 2 km.

CONCLUSIONS
Le cycle éruptif du complexe volcanique du Nevados de Chillán continue d’évoluer régulièrement, avec l’avancée de la coulée de lave observée sur le versant Nord, ajoutée à la légère augmentation des dimensions du dôme de lave logé dans le cratère, corroboré par des images satellites. .

De plus, les données des stations GNSS ont montré quelques variations mineures à la baisse au cours de cette période. Cependant, l’enregistrement de sismicité associé à la dynamique des fluides et des explosions, les alertes thermiques, et l’enregistrement de dégazage et d’incandescence de faible hauteur sont cohérents avec le développement de ce type de corps magmatiques en surface.

On considère que le processus actuel fait partie d’une dynamique éruptive intermittente avec émission de matière magmatique vers la surface et avec un faible niveau d’explosivité, il ne montre pas de signes qui suggèrent pour le moment une plus grande déstabilisation.

Source : Segemar .

Photo : Josefauna .

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: 5 au 11 octobre 2020, Arequipa, 12 octobre 2020
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés; c’est-à-dire avec l’enregistrement continu d’ explosions avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 3,9 km de haut au dessus du sommet du volcan et leur dispersion qui en résulte. Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé la survenue de 2027 tremblements de terre d’origine volcanique associés à la circulation de fluides magmatique sous le Sabancaya. En outre, une moyenne de 34 explosions a été enregistrée quotidiennement.  Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) ont été localisés principalement au Nord-Est et au Nord-Ouest du Sabancaya.

Ceux-ci présentaient des magnitudes comprises entre M1.0 et M2.9. Le séisme le plus représentatif (M2.9) a été enregistré le 11 octobre à 7 h 25, à 16 km au Nord-Ouest du Sabancaya et à 9 km de profondeur.
Le suivi de la déformation de la structure volcanique, à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides), ne présente pas d’anomalies significatives; cependant, une légère déflation (contraction) du flanc Sud-Est du Sabancaya est observée depuis le 3 octobre. La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 3,9 km d’altitude au dessus du sommet du volcan, qui étaient dispersées vers les secteurs Sud-Est, Est, Sud-Ouest et Ouest du Sabancaya. Les villes de Lluta et Huanca ont signalé un léger impact dû à des chutes de cendres. La surveillance satellitaire a permis d’identifier la présence de 4 anomalies thermiques avec des valeurs comprises entre 5 MW et 24 MW, associées à la présence d’un corps de lave à la surface du cratère du volcan.

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique orange.

Source : IGP

Photo : Ingemmet.

 

Guatemala , Pacaya :

Type d’activité: strombolienne.
Morphologie: stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 22’50˝ Latitude N; 90 ° 36’00˝ Longitude O.
Hauteur: 2 552 msnm.
Conditions atmosphériques: Nuageux
Vent: De l’Est à 2 km / h
Précipitations: 0,4 mm.

Activité:
L’activité strombolienne se poursuit avec des explosions faibles à modérées qui soulèvent la matière volcanique à des hauteurs de 75 à 125 mètres au-dessus du cratère Mackenney. Cette activité est accompagnée par les bruits de locomotives sporadiquement sans produire de grondements ou d’ondes de choc sensibles dans les communautés proches du volcan. On observe un dégazage de vapeur d’eau et d’autres gaz magmatiques blancs à bleus, s’élevant à 300 mètres au-dessus du cratère et se déplaçant vers le Sud. La coulée de lave signalée hier sur le flanc Nord reste active sur une longueur d’environ 160 mètres, tandis que la coulée de lave vers l’Ouest s’est calmée. On peut s’attendre à ce que de nouvelles coulées de lave émergent au cours des prochaines heures ou des prochains jours. Les stations PCG et PCG5 enregistrent un tremor constant dû à la remontée du magma et des gaz vers la surface. Les recommandations du bulletin spécial BEPAC n ° 92-2020 restent valables.

Source : Insivumeh .

Photo : Reneramo. via Sherine France.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search