12 Mai 2021. FR . Italie : Stromboli , Italie / Sicile : Etna , Islande : Geldingadalur , Philippines : Bulusan , Chili : Cerro Hudson .

Home / blog georges Vitton / 12 Mai 2021. FR . Italie : Stromboli , Italie / Sicile : Etna , Islande : Geldingadalur , Philippines : Bulusan , Chili : Cerro Hudson .

12 Mai 2021. FR . Italie : Stromboli , Italie / Sicile : Etna , Islande : Geldingadalur , Philippines : Bulusan , Chili : Cerro Hudson .

12 Mai 2021.

 

 

Italie , Stromboli :

Bulletin hebdomadaire, du 03 Mai 2021 au 09 Mai 2021. (date d’émission 11 Mai 2021)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT D’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité volcanique explosive normale de type strombolienne accompagnée d’une activité de projection parfois intense dans la zone N2. La fréquence totale des événements a montré des valeurs comprises entre des niveaux moyens (10 événements / h) et moyens-élevés (17 événements / h).
L’intensité des explosions variait de faible à moyenne-élevée dans la zone du cratère Nord et moyenne-haute dans la zone Centre-Sud
2) SISMOLOGIE: Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de variations significatives.
3) DEFORMATIONS: La variation de la composante radiale de la station TDF a débuté le 2 mai 2021 et s’est poursuivie pendant la semaine, jusqu’au 4 mai 2021.
4) GÉOCHIMIE: flux de SO2 à niveau moyen
Le rapport C / S dans le panache se situe à des valeurs moyennes, en légère augmentation
Le rapport isotopique de l’Hélium montre des valeurs moyennes.
5) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau modéré.

Photo de la zone du cratère de Stromboli le 31 mars réalisée avec a) modèle ombré du terrain, les lignes de différentes couleurs délimitent les différentes zones du cratère; b) orthomosaïque, les lignes de couleurs différentes délimitent les différentes zones du cratère; c) ortho-image thermique superposée au modèle de terrain ombré, les anomalies thermiques sont identifiables au blanc rouge jaune, les zones froides sont bleues.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période sous observation, l’activité éruptive de Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance INGV-OE situées à une altitude de 190 m, Punta Corvi et une altitude de 400 m.

Caractérisation morpho-structurelle de la zone du cratère suite à l’inspection du 8 mai 2021 .
Dans le cadre des activités du projet UNO et de la convention DPC / all. A, une ortho photo et un DSM (Digital Surface Model) de la zone du cratère avec une résolution de 7 et 25 cm, respectivement, ont été traités. L’observation directe sur site et l’analyse morpho structurale des zones précitées ont permis de vérifier les évolutions suivantes par rapport à la dernière mise à jour morphologique du 31 mars 2021 et d’évaluer l’état des évents actifs:
(1) La zone du cratère N1 s’est élargie de 8 m dans la direction Sud-Ouest et possède 3 évents actifs
(2) Dans la zone du cratère N2, 2 cônes de scories d’un diamètre d’environ 20 m et deux autres coalesceurs avec un axe d’élongation maximum de 25 m se sont formés, là où il y avait auparavant des dépressions de cratère. Il a 4 bouches actives.
(3) Les zones de cratère CS2 et CS1 sont maintenant en train de fusionner et il y a au moins 10 bouches à l’intérieur, dont 7 sont actives. Le bord Sud-Ouest s’est élargi de quelques mètres dans le sens Sud-Ouest .
(4) La zone du cratère CS3 est restée inchangée et a un évent inactif.

 

Description de l’activité explosive capturée par les caméras de surveillance.
Dans la zone du cratère Nord, le cratère N1 a produit des explosions d’intensité variable de faible à moyenne-élevée (parfois les produits atteignaient 250 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). L’évent N2, à quatre points d’émission, a montré une activité explosive d’intensité variable de faible à moyenne-élevée (parfois les produits atteignaient 250 m de hauteur) émettant des matériaux principalement grossiers avec une activité de projection qui était intense pendant de courts intervalles le 6 mai. La fréquence moyenne des explosions variait de 8 à 13 événements / h.
Dans la zone Centre-Sud, il y avait au moins trois points d’émission avec des explosions, émettant des matériaux grossiers et fins , avec une intensité moyenne et parfois élevée (les produits dépassaient 250 m de hauteur).
L’activité explosive a montré des valeurs de fréquence horaire moyenne comprises entre 1 et 4 événements / h.

COMMUNIQUÉ ACTIVITÉ VOLCANIQUE – STROMBOLI , 11 Mai 2021 .

Depuis environ 08:00 heures le 11 Mai, jusqu’à 11:30 heures (temps UTC), on observe par les caméras de surveillance et le personnel INGV sur le terrain, une activité volcanique caractérisée par une activité intense de projections dans le secteur du cratère Nord. En particulier, l’activité a été discontinue avec des phases plus intenses entre 8:10 h et 09:00 h et entre 09:45 h30 et 10:45 h, suivie ensuite de phases courtes et plus discontinues. Le secteur du cratère Centre-Sud a produit une activité explosive d’intensité variable et intense. Dans l’ensemble, l’activité s’est posée à un niveau moyen à élevé pour rester à un niveau moyen en cours d’après-midi.
 
 
Le flux de SO2 a montré des valeurs oscillantes entre un niveau moyen et moyen élevé, avec des stades progressifs et une augmentation constante en coïncidence avec les activités de projections intenses. Depuis le mois d’avril, on observe une tendance à l’augmentation du régime de dégazage.
En même temps, à partir de 08:05 heures (temps UTC), une augmentation du niveau de tremor des stations sommitales a été observée, qui a atteint des valeurs moyennes à élevées jusqu’à 11:30 heures UTC pour ensuite revenir aux niveaux précédents. L ‘ évolution des signaux VLP n’a pas montré de variations ni en nombre ni  en amplitude, qui se maintient à des niveaux faibles.
Les données de déformation des sols disponibles ne montrent aucune variation significative.

Source et photos : INGV.

Lire l’article :  https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/497-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli20210511/file

 

Italie / Sicile , Etna : 

Bulletin hebdomadaire, du 03 Mai 2021 au 09 Mai 2021. (date d’émission 11 Mai 2021)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT D’ACTIVITÉ:

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence:

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES: Activité de dégazage des cratères sommitaux et activité strombolienne discontinue au Cratère Sud-Est, accompagnée de faibles émissions de cendres.
2) SISMOLOGIE: activité sismique d’essaim significative, faible niveau de tremor
3) INFRASONS: Augmentation de l’activité infrasonore.
4) DEFORMATIONS: Il n’y a pas de variations significatives dans la série chronologique des réseaux de surveillance de la déformation des sols.
5) GÉOCHIMIE: flux de SO2 à niveau moyen-bas
Le flux de CO2 du sol montre des valeurs moyennes.
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines atteint les valeurs de fond.
Aucune nouvelle donnée du rapport C / S n’est disponible.
Les valeurs du rapport isotopique de l’hélium restent à des niveaux élevés, bien qu’en baisse (échantillonnage du 23/04/2021).
6) OBSERVATIONS SATELLITES: L’activité thermique dans la zone du sommet est à un niveau bas.

Dégazage du sommet de l’Etna avec la zone centrale des cratères (Voragine et Bocca Nuova) à gauche et le cratère Sud-Est à droite.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine, le suivi de l’activité volcanique au niveau des cratères sommitaux de l’Etna a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de la Section INGV de Catane, Observatoire Etneo (INGV-OE).
Au cours de la semaine en question, les cratères sommitaux ont été affectés par une activité de dégazage variable associée à une activité strombolienne discontinue au niveau du Cratère Sud-Est. En particulier, une activité strombolienne intermittente et faible a été observée à l’embouchure Est du Cratère Sud-Est  , parfois accompagnée de petites bouffées de cendres grises-brunes, immédiatement dispersées dans la zone sommitale  .

Tremor volcanique:
L’ampleur du tremor était faible. Les emplacements des sources montrent une dispersion notable sous les cratères centraux et le Cratère Sud-Est. Les profondeurs varient entre 0,5 et 2,5 km d’altitude.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/496-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20210511/file

Photo: Giò Giusa

 

Islande , Geldingadalur :

Les fontaines de magma s’élève à 300 mètres dans les airs .

Les projections volcaniques qui s’élèvent du cratère de Geldingadalur atteignent une hauteur de 300 mètres lorsque la puissance est à son plus haut. Le cratère qui a été crée mesure maintenant environ 50 mètres de haut.

Le volcanologue Þorvaldur Þórðarson dit que le débit de la coulée de lave du cratère de Geldingadalur est toujours de l’ordre de 5 à 10 mètres cubes par seconde, et même plus proche de dix mètres cubes. Des résultats mis à jour des mesures de la coulée de lave et des éruptions sont attendus aujourd’hui.

Vers 13 heures hier, lundi, les jets du cratère étaient extrêmement hauts. Ils ont été vus depuis de nombreux endroits. Par exemple, ils étaient clairement visibles à travers la fenêtre de l’agence de presse Ríkisútvarp à Efstaleit / Reykjavík. Ils se manifestent toujours à un rythme régulier. L’éruption semble s’être arrêtée pendant quelques minutes avant de repartir à nouveau dans le cratère et le magma est projeté à des centaines de mètres dans les airs. C’est un spectacle impressionnant, même à des kilomètres.

 

Le volcan en éruption sur la péninsule de Reykjanes continue de surprendre les scientifiques de la Terre, près de deux mois après son démarrage. Selon les dernières analyses, la coulée de lave a augmenté de 70% et l’éruption est deux fois plus puissante qu’elle l’a été la plupart du temps jusqu’à présent. «Pour qu’une éruption se développe dans sa huitième semaine , c’est inhabituel et il n’y a aucun signe que nous soyons sur le point de voir cela s’arrêter. Il s’agit d’un type d’éruption différent de celui que nous avons l’habitude de voir », explique le géophysicien Magnús Tumi Guðmundsson.
Les données montrent que 95% des éruptions sont les plus puissantes au début, puis perdent progressivement ou soudainement de l’énergie. L’éruption près de Fagradalsfjall semble être une exception à cette règle. «Une augmentation significative de la coulée de lave s’est produite à Fagradalsfjall ces dernières semaines», confirme un communiqué de presse du département des sciences de la terre de l’Université d’Islande.

L’augmentation du flux de lave semble aller de pair avec les fontaines de lave qui sont régulièrement lancées haut dans le ciel. Le nouveau champ de lave du volcan couvre désormais 1,8 kilomètres carrés et a une masse totale d’environ 30 millions de mètres cubes.

La plupart des éruptions proviennent d’une chambre magmatique sous un volcan central. La pression et la taille de la chambre déterminent la durée et l’ampleur de l’éruption. «Mais cette éruption semble être contrôlée par le canal d’éruption et par combien il peut transporter. Le canal qui s’est ouvert était particulièrement étroit et long », indique le rapport de l’université, ajoutant que les preuves suggèrent qu’il s’élargit avec le temps.

Magnús Tumi dit que les données confirment ce que beaucoup ont instinctivement ressenti: que l’éruption grandit. Ce n’était pas certain avant, cependant, car l’éruption autrefois stable est devenue plus volatile, il est donc plus difficile de comparer.

 Magnús Tumi dit qu’il est très inhabituel qu’une éruption gagne en force deux mois plus tard. Il dit qu’il n’y a aucun signe que les développements actuels changent, et aucun moyen de savoir quand l’éruption s’arrêtera, ou pendant combien de temps elle continuera à se développer. 

Source : RUV.

Photo: Hólmfríður Dagný Friðjónsd – RÚV , MBL .

 

Philippines , Bulusan : 

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN BULUSAN , 12 mai 2021 , 08h00 .

Au cours des dernières 24 heures, le Bulusan Volcano Network a enregistré cent soixante-six (166) tremblements de terre volcaniques. Les données de déformation du sol issues de la surveillance électronique en temps réel de l’inclinaison ont enregistré une inflation soutenue des pentes supérieures qui a commencé le 6 mars 2021, compatible avec l’inflation à court terme de l’édifice mesurée par une surveillance GPS continue depuis février 2021. Ces paramètres indiquent généralement que des processus hydrothermaux peu profonds se produisent sous l’édifice.

Le statut d’alerte de niveau 1 prévaut désormais sur le volcan Bulusan, ce qui signifie qu’il est actuellement dans un état anormal. Il est rappelé aux collectivités locales et au public que l’entrée dans la zone de danger permanent (PDZ) d’un rayon de 4 kilomètres doit être strictement interdite et que la vigilance dans la zone de danger étendu (EDZ) de 2 kilomètres sur le secteur Sud-Est doit être exercée en raison de la possibilités accrues d’éruptions phréatiques soudaines et dangereuses. Les autorités de l’aviation civile doivent également conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan, car les cendres de toute éruption phréatique soudaine peuvent être dangereuses pour les aéronefs. En outre, les personnes vivant dans les vallées et le long des canaux fluviaux / rivières , en particulier dans les secteurs Sud-Est, Sud-Ouest et Nord-Ouest de l’édifice, doivent être vigilantes contre les écoulements et les lahars chargés de sédiments lors de pluies abondantes et prolongées en cas d’éruption phréatique. Le DOST-PHIVOLCS surveille de près l’état du volcan Bulusan et tout nouveau développement sera communiqué à toutes les parties prenantes concernées.

Source et photo : Phivolcs.

 

Chili , Cerro Hudson :

Pour la période évaluée, l’activité sismique associée à la fracturation  rocheuse (évènements de type VT), dont les emplacements sont autour de la caldeira, montre une légère augmentation de la quantité et de l’énergie des événements par rapport à la période précédente.
Deux événements d’énergie plus élevée se détachent les 17 et 23 avril, tous deux avec une magnitude locale (ML) de 2,9. Ils étaient situés à 4,1 km et 4,2 km, tous deux au Sud-Sud-Ouest (SSW) du centre de la caldeira avec une profondeur de 4,1 et 1,8 km respectivement.

L’activité sismique associée à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan (type LP et HB) a montré une augmentation du nombre d’événements LP de longue période par rapport à la quinzaine précédente, bien qu’ils aient montré une diminution de l’énergie libérée. Il est à noter qu’aucun séisme hybride n’a été identifié au cours de la période analysée.
Les données fournies par les stations GNSS ont enregistré des variations de 0,7 cm / mois dans la station située à l’Ouest-Nord-Ouest du bâtiment volcanique, cependant cette variation serait imputable à des effets saisonniers.
Aucune activité de surface anormale n’a été enregistrée pour la période évaluée.

Source : Cegemar.

Photo : Sernageomin.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search