08 Avril 2018. FR . Sinabung , Lascar , Copahue , Pacaya , Nevados de Chillan .

Home / blog georges Vitton / 08 Avril 2018. FR . Sinabung , Lascar , Copahue , Pacaya , Nevados de Chillan .

08 Avril 2018. FR . Sinabung , Lascar , Copahue , Pacaya , Nevados de Chillan .

08 Avril 2018. 

 

Sinabung , Indonésie :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Délivré: 06 Avril 2018.
Volcan: Sinabung (261080)
Code couleur actuelle de l’aviation: ROUGE
Code couleur aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Sinabung
Numéro de l’avis: 2018SIN92
Localisation du volcan: N 03 deg 10 min 12 sec E 98 deg 23 min 31 sec
Région: Sumatra du Nord, Indonésie
Altitude du sommet: 7872 pi (2460 m)

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 09:07 UTC (16:07 local). L’éruption et l’émission de cendres se poursuivent.

Hauteur du nuage volcanique:
La meilleure estimation du sommet des nuages de cendres est d’environ 7460 M (23872 pieds) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source de données de hauteur: observateur au sol.

Autres informations sur le nuage volcanique:
Nuage de cendres se déplaçant vers l’Ouest et le Sud.

Remarques:
On peut observer des avalanches chaudes sur les pentes Est-Sud-Est et Sud-Sud-Est qui atteignent des distances de 3500 mètres depuis le sommet.

Niveau d’activité de niveau IV (AWAS). Le Sinabung (2460 m d’altitude) est en éruption constante depuis 2013 .
Le 6 avril 2018 à 16.07, il y a eu une éruption avec une colonne de fumée éruptive grise, atteignant l’altitude de 7460 m au-dessus du niveau de la mer ou environ 5000 m au-dessus du sommet. Cette éruption est suivie par un nuage chaud d’éruption qui est descendu vers le Sud-Ouest sur une distance d’environ 3500 m, le nuage de cendres s’étendant au Sud-Ouest. Le séisme d’éruption a été enregistré de 16.07 à 19.55. Avant l’éruption , on observait une fumée de couleur blanche , d’intensité faible , de pression  faible , jusqu’à 50 à 500 m au-dessus du pic. Le vent souffle de façon faible à modérée vers le Nord et  l’Est.

Grâce à l’enregistrement des sismographes du 29 Mars 2018 , il a été enregistré :
1 tremblement de terre d’éruption .
85 tremblements de terre d’émission .
1 tremblement de terre à basse volcanique .
1 tremblements de terre de phase / hybrides
1 Séisme volcanique peu profonds (VB)
1 tremblement de terre tectonique local .

Recommandations:
Les communautés/ visiteurs ne doivent pas effectuer d’ activités dans un rayon de 3 km autour du sommet, et par secteur , à 7 km vers le Sud-Sud-Est, à 6 km à l’Est-Sud-Est et à 4 km au Nord-Est.
Les dépôts ont formé un barrage en amont sur la rivière Laborus . Les personnes vivant dans des bassins fluviaux en aval , et autour de la rivière Laborus doivent maintenir une vigilance parce que ces barrages peuvent s’effondrer à tout moment et ne plus retenir le volume d’eau , avec pour résultat en aval des lahars / inondations.

 

Source : Magma , VSI.

Photos : Firdaus Surbakti , Sadrah Peranginangin.

 

Lascar , Chili :

Durant cette période , il a été enregistré 65 évènements sismiques parmi lesquels 47 ont été classés comme volcano-tectoniques ( type VT) , associés à des processus de fracturation de roches . Le séisme de plus grande énergie  présentait une magnitude locale ( ML) égale à 1,4 , et a été localisé à 0,1 km au Nord du cratère actif., à une profondeur de 3,7 km . De même , il a été enregistré 10 séismes de type longue période ( LP) en relation avec la dynamique des fluides à l’intérieur de l’édifice volcanique , avec des valeurs de déplacement réduits inférieures à 9 cm2. Enfin , il a été enregistré 8 séismes de longue période , dénommés « Tornillos », associés à la résonnance des fluides magmatiques et hydrothermaux , à l’intérieur de l’édifice volcanique , avec des valeurs de déplacement réduits inférieures à 2 cm2.

Les images obtenues par la caméra IP ont montré un dégazage récurrent provenant du cratère principal, atteignant une hauteur maximale de près de 600 m au-dessus du cratère actif.
A partir des données de trois (3) stations GNSS situées sur le volcan, il n’a pas été notés d’importants changements dans la position des stations, ce qui indique qu’il n’y a pas de déplacement de la surface associée aux activités internes du volcan.
Les équipement de spectrométrie par absorption différentielle   (DOAS) a pu seulement enregistrer trois jours de mesures des émissions de dioxyde de soufre (S02)  , dont la moyenne quotidienne a montré des valeurs de débit de 776, 737 et 451 t / jour , correspondant aux jours 24, 25 et 27 mars, respectivement. Ces valeurs sont à des niveaux modérés pour ce volcan.

Aucune alerte thermique n’a été rapportée dans la zone associé au volcan  selon les données traitées par les moyen infrarouge d’ Observation de l’activité volcanique (Mirova) (http://www.mirovaweb.it/) et par la surveillance thermique globale en quasi-temps réel  MODVOLC (http://modis.higp.hawaii.edu/).

L’activité enregistrée au cours des dernières semaines a montré des caractéristiques similaires aux périodes précédentes où des explosions phréatiques mineures ont eu lieu, en particulier durant  les années 2013 et 2015, montrant une occurrence simultanée de tremblements de terre de type VT et de type  » Tornillos » ainsi que l’absence d’incandescence normalement observée , suggérant de petits bouchons de la colonne magmatique située dans le cratère à des profondeurs différentes .
Bien que la sismicité demeure avec des niveaux d’énergie considérés comme faibles, on considère que ce qui précède a augmenté la probabilité d’explosions mineures avec une zone d’affectation également mineure. En conséquence, une zone de 2 km est estimée dangereuse autour du cratère principal et son alerte volcanique est modifiée en:

NIVEAU JAUNE: Changements dans le comportement de l’activité volcanique – Temps probable pour une éruption: SEMAINES / MOIS.

Source : Sernageomin.

 

Copahue , Chili :

Pendant cette période, il a été enregistré 83 événements sismiques classés comme volcano-tectoniques (VT), associés à des processus de fracturation de roches . L’événement le plus énergétique affichait une grandeur locale (ML) égale à 2,2 et était situé à 8,3 km à l’Est (E) du cratère actif El Agrio, à une profondeur de 5,1 km.

De même, 204 tremblements de terre associés à la dynamique des fluides à l’intérieur du volcan, parmi lesquels 98 ont été classés comme événements de type longue période (LP), avec une petite valeur de décalage enregistrée ( RDC) maximale de 3,2 cm2. De plus,  106 séismes de type très longue période (VLP ) ont été enregistrés, avec une valeur maximale de déplacement réduite de 12,8 cm2.

Depuis l’explosion du 24 Mars, une augmentation de la ligne du signal de tremor  a été enregistré,  de sorte que le niveau d’alerte a été changé le même jour (REAV_201740324_1950) pour atteindre une valeur maximale de déplacement réduite (RDC) de 11  cm2 (valeur considérée élevée pour ce volcan). Après ce jour , le 25 Mars , le signal de tremor a chuté à des niveaux de bases moyen (1 cm2)  avec des augmentations ponctuelles en corrélation avec des augmentations plus faibles de la colonne de gaz. Le 26 Mars , le signal de tremor a montré une augmentation progressive , avec des fluctuations , mais toujours avec une tendance à la hausse, atteignant un niveau de déplacement réduit proche de 3 cm2 (valeur modérée).

Afin de visualiser les changements morphologiques résultant de l’augmentation de l’activité ou des explosions enregistrées et grâce à la collaboration avec l’ONEMI régionale de Biobío, un survol a été effectué le 3 avril, au cours duquel la présence du lac de cratère a été observée , reconstitué fin  2017, ainsi qu’une une colonne constante de gaz de teinte blanchâtre à des hauteurs proches de 400 m . D’autre part, les températures maximales enregistrées ne dépassent pas 88 ° C dans le centre d’émission principal à l’intérieur du cratère.

Les caméras IP installées à proximité du volcan ont enregistré un dégazage constant du cratère actif (El Agrio) avec une hauteur maximale de 1000 m . Selon les données fournies par deux stations GNSS actives installées sur le volcan , aucune déformation superficielle n’est observée attribuable aux changements dans la dynamique interne du volcan.

Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées par l’équipement de spectrométrie par absorption différentielle (DOAS) correspondant à la station Mellizas, située à 5 km à l’est-nord-est (ENE) du cratère actif, présentaient une valeur moyenne pour la période de 641 ± 70 t / jour, et une valeur quotidienne maximale de 1686 t / jour rapportée le 28 mars. Les émissions de SO2 sont dans les niveaux normaux pour ce volcan.

Aucune alerte thermique n’a été signalée dans la zone associée à l’édifice volcanique au cours de la deuxième quinzaine, d’après les données traitées par l’Observation par Infrarouge Moyen  de l’Activité Volcanique (MIROVA) (http://www.mirovaweb.it/) et par les données de la surveillance thermique temporelle des points chauds globaux  MODVOLC  (http://modis.higp.hawaii.edu/). 

L’activité actuelle est encadrée dans un processus qui a apparemment commencé en Novembre 2017 avec l’enregistrement de tremblements de terre de type VT et plus tard au cours de cette année (activité toujours présente) avec l’apparition de tremblements de terre de type VLP et l’augmentation du signal de tremor, qui suggère une contribution du magma avec des couches profondes et le début d’une interaction avec le système hydrothermal, pas encore avec une grande efficacité calorique compte tenu de la grande quantité d’eau présente dans le cratère. Cette activité permet l’apparition d’explosions phréatiques mineures, telles que celles du 24 mars, qui peuvent affecter la zone près du cratère El Agrio et, lorsque le corps magmatique atteint des couches moins profondes, le processus peut se transformer en émissions de cendres continues et finalement à une activité strombolienne comme les années précédentes.

Par conséquent, le niveau d’alerte est conservé au niveau:

NIVEAU JAUNE: Changements dans le comportement de l’activité volcanique – Temps probable pour une éruption: SEMAINES / MOIS.

Observation: Il est recommandé d’appliquer préventivement des restrictions d’accès dans une zone proche du cratère avec un rayon de 1 kilomètre.

Source : Sernageomin

 

Pacaya , Guatemala :

Type d’activité: Strombolienne
Morphologie: Stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 22’50˝Latitude N; 90 ° 36’00˝Longitude W.
Altitude : 2,552msnm.
Conditions météo: Claires.
Vent: Nord
Précipitations: 0.0 mm.

Activité:
Des fumerolles blanches et bleues sont observées, se dissipant vers le Sud. Le cratère Mackenney présente des explosions de type Strombolien , éjectant du matériel incandescent à 40 mètres au dessus du cratère. L’activité maintient deux coulées de lave, la première vers le flanc Sud avec une longueur de 200 mètres, la seconde en direction du flanc Sud-Ouest de 200 mètres de longueur. La station sismique PCG enregistre des tremblements sismiques dus au dégazage et à la remontée constante du magma et aux explosions.

Source : Insivumeh

Photo : Berner Villela

 

Nevados de Chillan , Chili :

Le Chili relève le niveau d’ alerte suite à la menace d’éruption sur le volcan Chillan.

Depuis décembre, plusieurs éruptions de cendres ont suggéré une augmentation de l’activité, ce qui a incité les autorités à porter l’alerte au niveau orange.

 

 

CHILLAN, Chili – Une colonne de fumée blanche et une série de secousses sur le Nevados de Chillan ont incité les autorités à relever le niveau d’alerte en prévision d’une éruption possible sur l’un des volcans les plus actifs du Chili.
Entouré par une forêt dense et des rivières, ce complexe volcanique, qui comprend 17 cratères, est situé à environ 550 kilomètres (300 miles) au sud de Santiago dans la région de Bio Bio dans les Andes chiliennes.

Depuis 2015, le niveau d’alerte est resté au jaune – le deuxième plus bas des 4 niveaux – mais depuis décembre, plusieurs éruptions de cendres ont suggéré une activité accrue, incitant les responsables à élever l’alerte d’un niveau, à l’orange.

Le vendredi 6 avril, des équipes de police et des experts du Service national de géologie et d’exploitation minière (Sernageomin), déployés à 3 200 mètres d’altitude, ont vu une énorme colonne de fumée blanche s’élever de un des cratères.
Le Sernageomin a également détecté un flux inhabituel de lave dans le cratère qui pourrait déborder à tout moment, et les données de 10 stations de surveillance, qui suivent la situation à la minute près, ont enregistré quelque 4000 secousses et environ 800 explosions.

Selon Alvaro Amigo, responsable du réseau de surveillance volcanique du Sernageomin, la décision a été prise d’élever le niveau d’alerte à l’orange, juste en dessous du plus haut niveau.
Incapable de déterminer exactement quand une éruption sera probable, les experts surveillent constamment la situation depuis l’observatoire volcanique de Temuco, une ville dans le Sud des Andes, à quelque 600 kilomètres au Sud de Santiago.
Entre 1861 et 2003, le Nevados de Chillan est entré en éruption environ 10 fois, avec des amplitudes variables sur l’Indice d’Explosivité Volcanique.

Le dernier cas enregistré date de 1973, bien que l’éruption n’ait causé ni décès ni dégâts majeurs.

Source : Rappler.com

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search