09 Aout 2021. Fr . Alaska : Great Sitkin , Alaska : Semisopochnoi , Indonésie : Plateau de Dieng , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Nouvelle Zélande : White Island , Chili : Nevados de Chillan .

Home / Ambae / 09 Aout 2021. Fr . Alaska : Great Sitkin , Alaska : Semisopochnoi , Indonésie : Plateau de Dieng , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Nouvelle Zélande : White Island , Chili : Nevados de Chillan .

09 Aout 2021. Fr . Alaska : Great Sitkin , Alaska : Semisopochnoi , Indonésie : Plateau de Dieng , Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Nouvelle Zélande : White Island , Chili : Nevados de Chillan .

09 Aout 2021.

 

De retour après de (trop) courtes vacances.

Alaska , Great Sitkin :

52°4’35 » N 176°6’39 » O,
Altitude du sommet : 5709 pi (1740 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE.

Le Great Sitkin , fumée et incandescence au-dessus du dôme de lave, capturé par Peggy Kruse, le 5 août 2021

Une activité sismique élevée se poursuit sur le volcan Great Sitkin, mais aucun signe clair d’activité explosive n’a été enregistré sur les stations locales ou sur les instruments infrasons régionaux au cours de la dernière journée. Des températures de surface élevées ont été observées sur une image satellite, mais toutes les autres vues par satellite et caméra Web du volcan au cours de la dernière journée ont été obscurcies par les nuages. Les températures de surface élevées sont le résultat d’un épanchement de lave dans le cratère sommital qui dure depuis près de deux semaines.

Dôme de lave actif du volcan Great Sitkin, 06h52 HDT (7h52 AKDT), 5 août 2021. La vue est orientée vers le Nord. 

Une activité explosive occasionnelle, un épanchement de lave continu, ou les deux, restent des résultats possibles de la période de troubles actuelle. La durée des troubles est incertaine. Le volcan Great Sitkin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO

Photo : Kruse, Peggy , Dave Ward.

 

Alaska , Semisopochnoi :

51°55’44 » N 179°35’52 » Est,
Élévation du sommet 2625 pi (800 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Les troubles se poursuivent sur le volcan Semisopochnoi. L’activité explosive et un tremor sismo-acoustique sont en cours , de multiples explosions énergétiques ont été enregistrées au cours des dernières 24 heures. Le bruit du vent a augmenté aujourd’hui, ce qui a quelque peu obscurci les signaux géophysiques du réseau local. Aucune activité n’a été détectée sur les données régionales. Hier soir, un autre petit nuage de cendres a été généré et est apparu pour la première fois sur une image de caméra Web à 21 h 03 AKDT (5 h 03 UTC, 7/8/2021) le 6 août 2021. Environ 30 minutes plus tard, la caméra Web du CEPE (située environ 5 km au Nord-Est de l’évent actif) était en partie saupoudré de chutes de cendres , obscurcissant la vue du cratère Nord, indiquant à nouveau que des chutes de cendres se produisaient sur certaines parties de l’île Semisopochnoi. Les émissions de cendres et de vapeur au cratère Nord étaient évidentes dans les images de la caméra Web obscurcies par les cendres jusqu’à 23h33 AKDT (7h33 UTC, 8/7/2021). Un petit nuage de cendres a été observé dans les données GOES-17 à 4:40:31 UTC, le 7/8/2021, mais il s’est rapidement dissipé et s’est étendu à moins de 50 km au-delà de l’évent du cratère Nord. La hauteur du nuage de cendres était incertaine, mais probablement inférieure à 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Les émissions de dioxyde de soufre du volcan étaient également évidentes dans les données satellitaires au cours de la dernière journée.

Panache d’éruption du Semisopochnoi, avec l’aimable autorisation de Nora Rojek, R/V Tiglax, 3 août 2021.

De petites éruptions produisant des dépôts de cendres mineurs à proximité du cratère Nord actif du mont Cerberus et des nuages ​​de cendres à moins de 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer ont caractérisé l’activité récente et ne montrent aucun signe de ralentissement. De petites explosions peuvent se poursuivre et pourraient être difficiles à détecter dans les données sismiques, infrasons, satellites et caméras Web, en particulier dans de mauvaises conditions météorologiques.

Le Semisopochnoi est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des capteurs d’infrasons régionaux et des instruments de détection de foudre.

Source : AVO

Photo : Nora Rojek, R/V Tiglax, 3 août 2021.

 

Indonésie , Plateau de Dieng :

Communiqué de presse sur l’activité du cratère Siglagah, Complexe G. Dieng – Central Java, 31 juillet 2021

Le mont Dieng est un complexe volcanique dont l’activité s’étend sur 16 cratères. Actuellement, le suivi est effectué sur 2 (deux) cratères principaux qui sont les plus actifs, à savoir le cratère Sileri et le cratère Timbang. L’activité volcanique du complexe du mont Dieng a été observée visuellement et instrumentalement depuis le poste d’observation des volcans (PGA) situé dans le village de Karangtengah, district de Batur, régence de Banjarnegara, province de Java central. La dernière éruption phréatique a eu lieu le 29 avril 2021.

Flux de boue au cratère Siglagah le 31 juillet 2021.

Le niveau d’activité du mont Dieng est de niveau I (normal) depuis le 2 octobre 2017.

Le 30 juillet 2021, une coulée de boue s’est produite dans le cratère Siglagah, dans le complexe volcanique de Dieng. Le cratère Siglagah (7o11’29,9″ de latitude sud et 109o54’03,6″ de longitude est) est situé dans le hameau de Rejosari, village de Pranten, district de Bawang, régence de Batang, Java central.

Le centre de l’éruption se trouve dans l’une des fractures de la région du cratère Siglagah qui se trouve sur le flanc d’une colline. Des coulées de boue se sont produites autour du cratère avec un rayon de moins de 10 mètres de la source de l’éruption. Le matériau dominant émis par l’éruption est la boue. Un bruit de rafale semblable à un bruit sourd a été parfois entendu jusqu’à 100 mètres de la source d’émission.

Données de surveillance :
Visuel : Observation et inspection du cratère Siglagah directement sur le terrain en juillet 2021, observation d’émissions de gaz blanches faibles à épaisses, pression des gaz faible à forte, colonne d’émission de gaz de 10 à 30 mètres de haut. Le bruit des émissions de gaz était modéré à fort. Le 31 juillet 2021, un bang faible à modéré a été entendu et une coulée de boue d’environ 10 mètres au Nord et d’une hauteur d’environ 1 à 3 mètres a été observée.
Sismicité : les enregistrements sismiques du 1er au 30 juillet 2021 consistent en 12 tremblements de terre tectoniques lointains, 34 tremblements de terre tectoniques locaux et 12 tremblements de terre volcaniques profonds (VA).

Analyse:
L’éruption qui s’est produite le 30 juillet 2021 dans le cratère Siglagah n’a pas été précédée d’une augmentation significative des tremblements de terre volcaniques, indiquant qu’il n’y avait pas d’apport de magma à la surface. Les rafales qui se produisent sont davantage causées par une surpression et une activité de surface.

Danger potentiel:
Compte tenu de la nature et des caractéristiques des cratères du complexe G. Dieng, le potentiel d’une éruption phréatique du cratère Siglagah peut encore se produire sans être précédé d’une augmentation de l’activité visuelle et sismique. La menace potentielle de danger se présente sous la forme d’éclats de boue autour du cratère.

Le cratère Siglagah après la coulée de boue, visuellement et instrumentalement ne montrait aucun symptôme indiquant un changement dans la nature de l’éruption ou une augmentation de la menace potentielle de danger. Le niveau d’activité du mont Dieng est fixé au niveau I (normal).

Source : PVMBG.

Photos : cratère Siglagah / PVMBG ,  cratère Sileri , Dieng-Plateau, Øystein Lund Andersen.

 

Islande , Geldingadalur / Fagradalsfjall :

AFFICHÉ LE 7 AOUT 2021
Brève mise à jour sur l’éruption de Fagradalsfjall du 7 août-2021

Au cours des dernières semaines, il n’y a pas eu grand-chose à signaler sur l’éruption de Fagradalsfjall. Cela a changé ce soir. L’éruption semble être entrée dans une nouvelle phase stable. Avec une éruption constante, plutôt qu’une activité toutes les quelques heures et rien ne se passe pendant plusieurs heures après cela.  

La lueur rouge du cratère illumine le champ de lave à proximité duquel s’élèvent trois tunnels dont s’élève du gaz. La lave coule du cratère vers Meradalir à proximité et une partie de la lave coule sous terre.

La majeure partie de la coulée de lave se dirige vers Meradalir au moment de la rédaction de cet article. Une partie de la coulée de lave se produit sous terre et cette coulée de lave se dirige vers le Sud de Meradalir, juste au-dessus de la vallée de Nátthagi. Cela peut être observé car du gaz provient maintenant de ce champ de lave et l’augmentation des émissions de gaz montre que de la lave fraîche s’écoule sous la croûte de la lave. Les chemins de la lave en surface peuvent changer sans avertissement à tout moment.

Mise à jour le 7 août-2021 à 13:48 UTC

Aujourd’hui (7-août-2021) à 08h00 UTC, l’éruption s’est arrêtée. Le tremor harmonique a chuté rapidement car l’arrêt de l’éruption a été rapide après avoir duré deux jours et demi. Pourquoi cela se produit reste incertain. A la rédaction de cette mise à jour à 13h49 UTC l’éruption reste inactive.

Source : icelandgeology.net

Photo : webcam mbls

 

Nouvelle Zélande , White Island :

Flux de chaleur élevé en cours sur Whakaari/White Island. Le niveau d’alerte volcanique reste à 2.
Publié: lun. 9 août 2021 16:00

Le niveau d’alerte volcanique reste à 2
Le code couleur de l’aviation reste au jaune

Un vol de mesure de gaz et des observations thermiques et visuelles par hélicoptère ont été effectués sur Whakaari/White Island la semaine dernière pour renforcer nos systèmes de surveillance automatisés actuellement dégradés.

Ces mesures et observations montrent que les températures maximales des évents actifs restent élevées à environ 520°C. Nous continuons à observer la lueur nocturne sur les images de la webcam.

Des niveaux modérés de dioxyde de carbone (CO2) et de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurés dans l’air sous le vent du volcan, similaires à ceux mesurés le 20 juillet.

Les données du radar satellitaire montrent de faibles niveaux de déformation du sol autour de l’évent actif et de la zone du lac.

L’interprétation combinée de ces informations consolide les preuves d’une intrusion de magma frais à des niveaux peu profonds depuis juin 2021. En raison des conditions très humides de l’évent, nous n’avons aucune observation visuelle de lave fraîche à la surface. Cependant, nos indicateurs de surveillance suggèrent que le magma est probablement présent à des niveaux très peu profonds.

Le niveau d’activité actuel correspond à des niveaux modérés d’agitation. En tant que tel, le niveau d’alerte volcanique reste à 2 et le code de couleur de l’aviation reste au jaune.

Les équipements qui assurent une surveillance en temps réel sur l’île sont actuellement dégradés et nous continuons à travailler sur les options de restauration.

Notre surveillance actuelle consiste en deux webcams sur l’île et une depuis Whakatane. Ces caméras fournissent des images toutes les 10 minutes. La surveillance sismique en temps réel de l’île est actuellement dégradée et ne fournit que des données intermittentes d’une station sur deux. Sur l’île, les stations de mouvement au sol GNSS continuent de fonctionner. Nous complétons ces mesures avec des techniques satellitaires mesurant les mouvements du sol et les émissions de gaz à grande échelle de dioxyde de soufre (SO2), ainsi que des mesures régulières de gaz dans l’air et des vols d’observation.

Source : Geonet / Craig Miller /Volcanologue de service.

Photo : Geonet

 

Chili , Nevados de Chillan :

Les paramètres de sismicité associés aux processus de fracturation des matériaux rigides (type VT) et à la dynamique des fluides (types LP, VLP, TR et EX) sont restés à des valeurs similaires, bien qu’avec une certaine alternance dans les niveaux d’énergie libérée.
L’événement VT de plus haute énergie, avec une magnitude locale (ML) de 2,3, était situé à 4,7 km à l’Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif et à une profondeur de 3,6 km.
A partir de l’analyse des images fournies par les caméras de surveillance appartenant à l’OVDAS ainsi que des images satellites, on observe que l’émission des coulées L5 et L6 s’est maintenue, dont les fronts atteignent 1101 m et 894 m depuis le bord du cratère. La vitesse maximale de la coulée de lave L5 pour cette période est de 0,1 m/h, tandis que la coulée L6 n’a montré une avancée que fin juillet lorsqu’une nouvelle impulsion a été détectée avançant de 100 m en 4 jours. Au cours de cette quinzaine, un nouveau centre d’émission associé à une activité explosive situé au Sud-Est du centre d’émission L5 a été identifié, suggérant une surface concentrée se dirigeant vers L5. Les deux coulées de lave présentent un degré élevé d’instabilité, les effondrements de la partie médiane et distale étant courants.

L’activité explosive a présenté des hauteurs de colonnes maximales de 1900 m, avec des explosions à haute teneur en pyroclastes récurrentes. Une augmentation est également observée dans la récurrence des coulées pyroclastiques proximales avec une distribution préférentielle vers les versants Nord-Est et Nord-Nord-Est, avec une portée maximale de 555 m à partir du bord du cratère. À son tour, le niveau élevé d’intensité, de distribution et de fréquence des événements incandescents associés aux explosions avec chute de blocs incandescents qui affectent les versants Nord, Est, Ouest et Sud, avec une portée maximale de 500 m, s’est maintenu.
Selon les données obtenues par le réseau de stations GNSS installées sur le volcan, une légère modification de la déformation enregistrée a été observée. Les composantes verticales des stations ont montré une déflation avec un maximum de -0,3 cm/mois. Les lignes de base de surveillance entre les stations, les composantes horizontales et les stations inclinométriques ont maintenu leurs tendances avec des amplitudes inférieures à celles de la période précédente mais cohérentes avec la sortie de matières particulaires. D’après ce qui a été dit, le processus déflationniste associé à l’émission de lave en surface se poursuit.
Quarante-sept (47) alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone avec une valeur maximale de 93 MW au 30 juillet, considérée comme modérée pour ce volcan. À leur tour, des anomalies de radiance ont été détectées les 17, 19, 22, 24 et 29 juillet à partir de l’analyse d’images Sentinel 2-L2A.
L’imagerie thermique a permis d’observer des températures qui dépassaient 360 °C dans la zone d’émission lors des explosions, 308 °C pour le flux L5 et 337 °C pour L6. On note une augmentation de la température moyenne de la coulée L5, qui s’est maintenue tout au long de la quinzaine, tandis que dans la coulée L6 les températures ont augmenté associées à la nouvelle impulsion de lave vers la fin du mois.

Source : Segemar Argentine.

Photo : Joséfauna.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search