10 Octobre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Hawaii : Kilauea , Equateur : Reventador , Mexique : Popocatepetl , Italie : Vulcano .

Home / blog georges Vitton / 10 Octobre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Hawaii : Kilauea , Equateur : Reventador , Mexique : Popocatepetl , Italie : Vulcano .

10 Octobre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Hawaii : Kilauea , Equateur : Reventador , Mexique : Popocatepetl , Italie : Vulcano .

10 Octobre 2021.

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

Le coté Nord du cône du volcan Cumbre Vieja , à La Palma , s’est effondré tôt ce samedi matin, entraînant l’émission de coulées dans plusieurs directions, rapporte Itahiza Dominguez de l’Institut volcanologique des Canaries (Involcan). L’Institut géographique national (IGN) a localisé 37 mouvements sismiques au cours de l’aube, dont le plus grand, enregistré à Fuencaliente à 14 kilomètres de profondeur, a atteint une magnitude de 4,1. Le nuage de cendres provoqué par le volcan s’est tourné vers le Sud, selon le dernier rapport du Volcanic Ash Advisory Centres (VAAC) de Toulouse. Tous les aéroports des Canaries, sauf celui de La Palma, fonctionnent sans incident et, selon les prévisions, le resteront tout au long de la journée de ce samedi.

Le panache marin engendré par la rencontre de la lave avec la mer ne doit pas être sous-estimé, mais ne doit pas non plus provoquer d’alarme. Le choc thermique entre la lave (environ 1.200°C) et l’eau de mer (environ 24 °C) génère essentiellement de la vapeur d’eau (nuage blanc) et de l’acide chlorhydrique (HCL). Il est suggéré d’accorder une attention particulière aux prévisions du vent pour surveiller les changements éventuels de direction du panache et agir en conséquence. Les services d’urgence travaillant à moins de 1 km du delta devraient porter des lunettes et des masques à gaz. Le lavage des yeux est également recommandé après toute exposition, car les symptômes ne sont souvent perçus que plus tard.

Une mesure de l’émission d’acide chlorhydrique (HCl) par le panache marin a été effectuée le mercredi 6 octobre dernier par l’utilisation d’un capteur optique éloigné de type OP-FTIR. Le taux d’émission enregistré était de 0,5 kg par seconde, soit 43,2 tonnes par jour.

Plusieurs effondrements sur la face nord du volcan La Palma accélèrent le flux de coulées

La face Nord du cône de l’éruption du volcan Cumbre Vieja à La Palma a subi une série d’effondrements dans les premières heures et l’après-midi de samedi, qui ont impliqué que les coulées issues du cratère se sont dispersées dans plusieurs directions et ont accéléré leur vitesse, ont confirmé des sources à l’Institut de volcanologie des Canaries (Involcan) et l’Institut géologique et minier d’Espagne (IGME) . Cette nouvelle coulée de lave « suit son propre chemin à l’intérieur de la zone d’exclusion », selon les mots de la volcanologue et porte-parole du comité scientifique du Plan d’urgence volcanique des Canaries (Pevolca), Maria José Blanco. 

L’aéroport de La Palma reprend de l’activité, rapporte Aena, même si les travaux de nettoyage se poursuivent dans les zones qui ne sont pas encore opérationnelles.

Copernicus a mis à jour dans l’après-midi de ce samedi la cartographie de la zone touchée par le volcan ‘Cumbre Vieja’, à El Paso (La Palma). La lave a déjà recouvert depuis le début de l’éruption le 19 septembre, un total de 497 hectares , touché ou détruisant jusqu’à présent 1 281 bâtiments et infrastructures.

Sur les 1 281 infrastructures endommagées par la lave, 1 186 ont été détruites et 95 ont été endommagées; alors qu’il y a 497 hectares de terrain recouvert et 5 576 hectares supplémentaires ont pu être endommagés. En ce qui concerne les routes, 38,3 kilomètres de voies détruites et 3,1 kilomètres pourraient être endommagés.

La branche de la coulée Sud du volcan de La Palma est actuellement de retour, mais elle pousse en épaisseur, de sorte qu’elle pourrait avancer vers la mer (dans une période actuellement indéterminée de temps) par l’inertie de son propre poids, comme l’a expliqué ce samedi le directeur technique du Plan d’urgence volcanique des Canaries (Pevolca), Miguel Angel Morcuende. « Ce soir a vu la rupture du cône qui a entraîné l’incorporation d’un certain nombre de blocs dans la coulée principale et de nouvelles coulées qui se sont orientées principalement dans la zone nord », a-t-il observé lors de la conférence de presse qui a suivi le Comité scientifique.

Il a fait remarquer que la coulée qui est situé plus au Nord-Ouest se dirige vers la Calle Paraiso d’El Paso et a perdu de la force au cours de la matinée, de sorte qu’elle n’est pas inquiétant, même si elle est toujours surveillée. En outre, il y a une deuxième coulée immédiatement au Sud de celle-ci qui a également perdu de l’intensité et une troisième qui colle à la coulée principale « et qui est celle qui est la plus inquiétante. 

Sources : El Pais , Involcan ,

Photos : Sue Hulett , Involcan , Copernicus , Isamu Kitafuji .

 

Hawaii , Kilauea :

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea est en éruption. Ce matin du 9 octobre 2021, de la lave continue d’émerger d’un seul évent dans la paroi Ouest du cratère Halema’uma’u. Toute l’activité de lave est confinée dans le cratère Halema’uma’u dans le parc national des volcans d’Hawai’i. La sismicité et les taux d’émission de gaz volcaniques restent élevés.

Observations du Sommet :
Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) restent élevés, avec un taux d’émission mesuré d’environ 5 300 tonnes par jour le 8 octobre 2021, similaire aux mesures effectuées le 7 octobre. La sismicité reste élevée mais stable. Les inclinomètres du sommet continuent d’enregistrer une inclinaison déflationniste.

Le matin du 8 octobre 2021, les scientifiques du HVO ont effectué un survol de routine en hélicoptère de l’éruption en cours au sein du cratère Halema’uma’u au sommet du Kīlauea. Cette photo d’ensemble du lac de lave a été capturée depuis le Nord-Est, avec la fissure Ouest en éruption à droite du cadre et un certain nombre d’îles du lac de lave de décembre 2020 à mai 2021 visibles au centre.

Observations du lac de lave du cratère Halema’uma’u :
La lave continue d’émerger d’un seul évent dans le mur Ouest du cratère Halema’uma’u et les fontaines de lave de l’évent ont des hauteurs soutenues d’environ 15 mètres (49 pieds). L’extrémité Ouest du lac montre une altitude maximale d’environ 779 mètres (2556 pieds) au-dessus du niveau de la mer telle que mesurée par les équipes de terrain le 8 octobre, ce qui représente une augmentation totale d’environ 36 mètres (118 pieds) depuis que la lave a émergé le 29 septembre. Le lac de lave est au-dessus de la base de l’évent et la fontaine a construit un rempart d’éclaboussures autour d’elle avec une ouverture à l’Est. La fontaine alimente le lac en lave par un écoulement à travers l’ouverture du rempart. L’évent auparavant actif dans la partie Sud du lac n’est plus visible. L’île centrale et plusieurs des plus petits îlots orientaux du lac de lave 2020 se trouvent toujours au-dessus de la surface du lac, ainsi qu’une île du rempart Ouest de 2020 dans la partie Nord-Ouest du lac. Le lac de lave n’est pas de niveau sur toute sa surface en raison de l’emplacement de l’évent à l’extrémité Ouest. Les zones plus proches de l’évent sont environ 3 mètres (10 pieds) plus élevées que les parties Nord et Sud du lac et 8 mètres (26 pieds) plus hautes que l’extrémité Est du lac de lave. Les coulées actives de lave et de croûte se concentrent désormais principalement sur la partie Ouest du lac de lave.

Source : HVO.

Photo : USGS.

 

Equateur , Reventador :

RAPPORT QUOTIDIEN DE L’ETAT DU VOLCAN REVENTADOR , Samedi 09 Octobre 2021.
Information Geophysical Institute – EPN.

Niveau d’activité Superficiel: Haut , Tendance de surface : Pas de changement .
Niveau d’activité interne: Modéré , Tendance interne : Pas de changement.

Sismicité : Du 08 Octobre 2021, 11:00h au 09 Octobre 2021 , 11:00h : 

Les statistiques sismiques ont été réalisées à la station de Cascales, en raison de l’intermittence persistante dans le réseau local du volcan Reventador.

Explosion (EXP) 78 événements
Tremors d’émissions (TREMI) 5  événements.

Pluies / lahars:De légères pluies ont été enregistrées dans la zone du volcan, qui n’ont pas généré de lahars.

 

Colonne d’émission/cendres :
Des émissions de gaz et de cendres ont été observées jusqu’à 1200 mètres au-dessus du niveau du cratère dans une direction Ouest et Nord-Ouest. Le VAAC de Washington a signalé des émissions de cendres entre 1338 et 1638 mètres au-dessus du sommet dans une direction Nord-Ouest et Ouest.

Autres paramètres de surveillance :
Aucune alerte thermique n’a été enregistrée au cours des dernières 24 heures.

Observation:
Le secteur du volcan a été en grande partie dégagé de la nuit dernière jusqu’au début de la matinée d’aujourd’hui. La nuit et au petit matin, des explosions, des incandescences dans le cratère et des roulements de blocs ont été observés jusqu’à 500 mètres sous le sommet sur tous les flancs du volcan. En ce moment c’est nuageux

Niveau d’alerte: Orange.

Source et photo : IG-EPN.

 

Mexique , Popocatepetl :

09 octobre, 11h00 (09 octobre, 16h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, selon les systèmes de surveillance du volcan Popocatepetl, 54 expirations accompagnées de vapeur d’eau et de gaz volcaniques ont été identifiées. De plus, 14 minutes de tremors ont été enregistrées.

Pendant la majeure partie de la période couverte par ce rapport, il n’y avait aucune visibilité vers le volcan, en raison de conditions nuageuses. Cependant, pendant les premières heures de la matinée, il a été observé que les émissions de gaz volcaniques étaient rares et dispersées vers l’Ouest.   Pour le moment il n’y a pas de visibilité.

Le CENAPRED recommande de NE PAS S’APPROCHER du volcan et surtout du cratère, en raison du danger que représentent les chutes de fragments balistiques et, en cas de fortes pluies, de rester à l’écart du fond des ravins en raison du danger de coulées de boue et de débris.

Le feu de signalisation volcanique du Popocatépetl est en JAUNE PHASE 2.

Source : Cenapred.

 

Italie , Vulcano :

Vulcano est un système volcanique actif situé à l’extrémité Sud de l’alignement Salina-Lipari-Vulcano dans l’archipel des îles Éoliennes. Depuis environ 5500 ans et à ce jour, le centre volcanique actif est représenté par le cône de tuf de La Fossa qui surplombe la ville de Porto di Levante. Sa dernière éruption a eu lieu entre août 1888 et le 22 mars 1890. Jusqu’à il y a environ 400 ans, le petit centre éruptif de Vulcanello était également pleinement actif.

La Fossa et le Vulcanello naissent au sein d’une caldeira d’origine volcano-tectonique qui s’est formée en plusieurs phases et qui tire son nom du cône principal (Figure 1). La Fossa a eu une intense activité éruptive dans les temps historiques (2000 dernières années), souvent en même temps que Vulcanello et, en ne considérant que les 500 dernières années, il y a deux cycles d’éruptions prolongées (1727-1739; 1888-1890), parmi lesquels il y a eu quelques événements éruptifs très brefs rapportés dans les chroniques historiques (1771, 1786, 1823-24, 1873, 1876, 1878-79, 1886), tels que des explosions et des émissions de cendres et de « gros rochers de feu » ou, surtout, des rugissements effrayants. 

L’activité après 1888-1890 et les épisodes récents des troubles de la Fossa di Vulcano
Pendant au moins vingt ans après l’éruption de 1888-1990, l’activité des fumerolles et l’émission de gaz ont subi un recul et une forte baisse. Mais l’état du volcan a encore changé, et depuis le début du siècle dernier il y a eu quelques épisodes de troubles (terme utilisé dans le langage international pour décrire un état d' »agitation » d’un volcan).

En 1916, c’est le Pr Ottorino De Fiore qui constate un réveil marqué de l’activité fumerolienne dans le secteur N-NW de La Fossa, mesurant des températures élevées en deux points différents : 352°C à cheval sur le bord Nord du cratère (d ‘une nouvelle fracture radiale , avec tendance NS) et 416 ° C (à partir d’une autre fracture sur la paroi interne du cratère, en dessous de la première, avec tendance EW).

Fréquence journalière et nombre cumulé de micro-secousses enregistrés à la station IVCR sur la période 01/03/2021 – 30/09/2021

Une nouvelle phase de réchauffement des fumerolles du cratère débute fin 1977 et subit une série de fluctuations, associées à des variations importantes de la contribution des « gaz magmatiques », c’est-à-dire ceux directement produits par le dégazage du magma (CO2, SO2, H2S ). En février 1980 une température relativement élevée (315 ° C) a été mesurée, mais au cours de cette année et jusqu’en janvier 1984 les géochimistes ont observé des valeurs de température décroissantes et seulement de légers changements dans la composition chimique des fluides émis.

La température des fumerolles sur le bord du cratère augmente plusieurs fois pour atteindre 650 °C en 1991 et 690 °C en juin 1993. Une augmentation de la surface d’exhalation est observée (de 50 m2 en 1983 à 650 m2 en 1990), accompagnée d’une augmentation du taux d’émission. Le 28 janvier 1991, un événement sismique de longue durée a été enregistré (Magnitude 2,6). Au cours des années suivantes, la température des gaz s’est progressivement abaissée, mais l’activité d’expiration a continué à connaître des périodes de plus grande intensité et d’extension surfacique en 2004-2005 et en 2009.

La situation actuelle et les évolutions du système en cours

A partir de juillet 2021, et notamment de début septembre, les systèmes de surveillance d’INGV ont mis en évidence la variation de certains signaux géophysiques et géochimiques, notamment ceux liés à l’activité du système hydrothermal qui alimente les fumerolles du cratère de la Fossa et la zone de dégazage de la Grotte dei Palizzi, située à la base Sud du cône. En particulier, une augmentation de la température de ces fumerolles et une variation de la composition des gaz ont été observées, avec une plus grande contribution des composants directement liés au dégazage magmatique (CO2 et SO2). L’augmentation du rapport isotopique de l’Hélium (un indicateur magmatique typique), enregistrée par la section INGV de Palerme est cohérente avec cette variation.

La température des gaz fumeroliens a augmenté jusqu’à des valeurs maximales de 340°C , avec des points sur la face interne du cratère où la croissance a dépassé 100°C. Le dégazage diffus le long du bord Sud du cratère a également augmenté.

Enregistrement automatique des changements de température (°C) dans les fumerolles du bord du versant Nord du cône de La Fossa (extrait du Bulletin de surveillance géochimique de l’île de Vulcano, août 2021).

Les caractéristiques de ces gaz suggèrent une origine à partir du dégazage d’un magma de composition latite qui existerait à des profondeurs comprises entre 3,5 et 4 km (d’autres épisodes de troubles survenus en 2004 et 2009 semblent être associés à des corps magmatiques légèrement plus superficiels ).

D’un point de vue sismique, à partir du 13 septembre une augmentation significative de la micro-sismicité a été observée dans la zone du cratère de La Fossa . Cette sismicité de faible énergie, généralement localisée dans le premier kilomètre de profondeur sous le cône, est liée à la fois à des phénomènes de résonance des conduits et à des processus de fracturation en milieu hydrothermal, où les roches altérées ont de mauvaises propriétés mécaniques.

La phase d’augmentation actuelle était également caractérisée par la présence d’événements sismiques (appelés VLP, Very Long Period  ) avec un contenu fréquentiel plus faible que celui observé pour les micro-chocs typiquement enregistrés sur la Fossa. Ces signaux sismiques n’ont jamais été enregistrés au cours des 15 dernières années, et leur présence est compatible avec une augmentation des fluides qui induit une pressurisation des conduits et des phénomènes de résonance conséquents.

En ce qui concerne les déformations du sol, à partir de la mi-août les mesures GPS ont montré une modeste expansion de la zone du cône de la Fossa. Ce processus s’est accéléré à la mi-septembre, et est toujours en cours, avec des déplacements maximum allant jusqu’à 1 cm (vers le Nord, du côté Nord du cône). Cette déformation du sol semblerait également confirmée par les mesures INSAR réalisées par le CNR-IREA, qui indiqueraient un déplacement vertical d’environ 1 cm.

Source : INGV.

Lire l’article en entier : https://ingvvulcani.com/2021/10/05/lisola-di-vulcano-e-le-sue-attivita-recenti/?utm_content=buffer8780c&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer&fbclid=IwAR1LfeIIQAOMtWWv5C6Oc6fLaP5iasPnsOLnIw9oNeUlgCGMopQqEeJe_DA

Photos : INGV , Boris Behncke, Viaggi e Vulcani.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search