17 Avril 2021. FR . Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , La Réunion : Piton de la Fournaise , Alaska : Semisopochnoi , Guatemala : Pacaya . 

Home / Alaska / 17 Avril 2021. FR . Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , La Réunion : Piton de la Fournaise , Alaska : Semisopochnoi , Guatemala : Pacaya . 

17 Avril 2021. FR . Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , La Réunion : Piton de la Fournaise , Alaska : Semisopochnoi , Guatemala : Pacaya . 

17 Avril 2021.

 

 

Saint Vincent , Soufrière Saint Vincent :

Le Centre de recherche sismique de l’Université des Antilles (UWI-SRC) et l’Organisation nationale de gestion des urgences (NEMO) ont signalé que l’éruption effusive de Soufrière Saint-Vincent (souvent simplement appelée «La Soufrière») est devenue explosive le 9 avril après une période d’une sismicité accrue, d’ émissions de gaz et d’une croissance rapide du dôme. Des essaims de tremblements de terre ont été enregistrés du 22 au 25 mars et le 5 avril, signifiant un changement dans le schéma d’éruption. De petits tremblements de terre associés à la croissance du dôme ont été enregistrés le 7 avril. Des épisodes de tremor indiquant le mouvement du magma et des fluides près de la surface ont commencé à 03h00 le 8 avril et ont de nouveau été enregistrés à 05h30, 08h00, 10h15 et 13h00, augmentant lentement en magnitude. Cinq tremblements de terre de type longue période et deux brefs essaims d’événements de type VT se sont produits entre les épisodes de tremor ; une évacuation des cendres s’est produite lors du dernier épisode. Les émissions de dioxyde de soufre ont été identifiées dans les données satellitaires et des nuages ​​de vapeur et de gaz étaient visibles depuis l’Observatoire de Belmont. Plus tard dans la soirée, des matériaux incandescents au-dessus de la zone d’évent étaient visibles sur les images de la webcam, et les vues de l’observatoire indiquaient que le dôme avait considérablement grossi. Le niveau d’alerte a été élevé à rouge vers 18 h 30, et le premier ministre a émis un ordre d’évacuation pour la zone rouge dans la partie Nord de l’île, affectant 16 000 à 20 000 personnes.

Une éruption explosive a commencé à 8 h 40 le 9 avril lorsqu’un panache de cendres s’est élevé à 8 km (27 900 pi) d’altitude et a dérivé principalement vers l’Est-Nord-Est. Des cendres sont retombées sur l’île, affectant des communautés telles que Châteaubelair et Petite Bordel, l’observatoire, Belmont et les zones environnantes à l’extrémité Sud de l’île, et forçant la fermeture de l’aéroport international d’Argyle (20 km au Sud). NEMO a déclaré que les évacuations dans les zones orange et rouge ont été entravées par d’importantes chutes de cendres et une mauvaise visibilité, mais que le soir, la plupart des habitants avaient été évacués. Une deuxième période d’émissions vigoureuses des cendres a commencé à 14 h 45 et s’est d’abord élevée d’environ 4 km (13 100 pi) d’altitude. La foudre était visible dans le panache ascendant. Des explosions successives et des impulsions de cendres ont alimenté le panache pendant des heures et il est passé à 16 km (52 ​​000 pi) d’altitude. Une troisième série explosive a commencé à 18 h 35. Des dégagements de cendres ont eu lieu toute la nuit, provoquant des chutes de cendres à travers Saint-Vincent et atteignant la Barbade, à environ 165 km à l’Est, ce qui a eu un impact significatif sur les résidents de cette île.

Des périodes de tremors en bandes ont commencé à 3 h 30 le 10 avril, durant des périodes de 20 à 30 minutes avec des intervalles de 1 à 3 heures. Les épisodes de tremor étaient associés à une activité explosive et à des impulsions plus fortes d’émissions de cendres à des altitudes plus élevées. Les panaches de cendres ont atteint 10,6 à 16 km (35000-52000 pi) d’altitude durant la journée. Le VAAC de Washington a déclaré que les panaches de cendres du 9 au 10 avril avaient dérivé jusqu’à 1 200 km vers l’Est-Sud-Est et environ 3 000 km vers l’Est-Nord-Est. L’aéroport international Grantley Adams (GAIA) de la Barbade a également fermé ses portes.

14 avril 2021. Cette image radar satellite montre les modifications du volcan La Soufrière sur St Vincent.
Au milieu de l’image se trouve la grande dépression qu’est le cratère sommital qui contenait les dômes de lave de 1979 et 2021.Les explosions qui ont commencé le 9 avril 2021 ont détruit les deux dômes, créant un cratère plus petit mesurant environ 800 m diamètre. La base de ce cratère est très déformée dans l’image en raison de la présence de cendres dans l’air, de l’éruption en cours et de la manière dont les images radar sont acquises.  Analyse photo: Dr Adam Stinton Montserrat Volcano Observatory

Des chutes de cendres ont continué à se répandre le 10 avril; l’épaisseur du dépôt variait de moins de 1 mm à Colonaire (~ 12,5 km Sud-Sud-Est) à 10-15 mm à Rabacca (~ 7,4 km Sud-Sud-Est). Les scientifiques ont signalé l’obscurité à l’observatoire à 16 h 17; la vidéo montrait des chutes de cendres intenses et continues. Les données satellitaires ont confirmé que des explosions avaient creusé le dôme de lave 2020-2021 et des parties du dôme de 1979, laissant un grand cratère.

Pendant la nuit du 10 au 11 avril, des cendres sont à nouveau tombées sur toute l’île, ainsi que dans les Grenadines (vers le Sud-Sud-Ouest), la Barbade et Sainte-Lucie (50 km au Nord-Nord-Est). Les explosions du début du 11 avril ont été suivies de pannes d’électricité et d’eau généralisées sur l’île, comme l’a rapporté le NEMO, et certaines maisons se sont effondrées sous l’importance des chutes de cendres. À partir de midi, les périodes entre les épisodes de tremors de forte amplitude sont passées de 1,5 à 4 heures à 5 / 8 heures. Le VAAC a rapporté que tout au long de la journée, les panaches de cendres se sont élevés de 12,2 à 16 km (40 000-52 000 pi) d’altitude et ont continué à dériver sur de longues distances vers l’Est-Nord-Est, l’Est et le Sud-Est. Une grande explosion à 4 h 15 le 12 avril a produit un panache de cendres qui s’est élevé à 12,8 km (42 000 pi) d’altitude. Des coulées pyroclastiques sont descendues dans plusieurs vallées sur les flancs Sud et Ouest, atteignant la côte à Morne Ronde (4,3 km à l’Ouest), Larikai (3,5 km à l’Ouest Nord-Ouest) et la baie des Trois Loupes (3,5 km au Nord-Ouest). Les dommages à la végétation étaient importants le long de la côte Ouest, s’étendant de la baie de Larikai à la baie de Turner. Le modèle de sismicité a de nouveau changé . Les épisodes de tremor de forte amplitude ont cessé, mais deux épisodes de faible amplitude et un de haute amplitude ont été enregistrés de 6 h00 à 17 h. L’explosivité ou l’évacuation notable des cendres a coïncidé avec les épisodes; l’espacement entre les événements explosifs a augmenté.

Une série d’explosions vulcaniennes a commencé à 6 h 30 le 13 avril et a duré environ 30 minutes. Le VAAC a déclaré qu’un panache de cendres dense s’élevait à 11 km (35000 pi) d’altitude et a dérivé Est et Sud-Est, ainsi que Nord et Nord-Est. Les coulées pyroclastiques ont parcouru environ 6 km à l’Ouest, ont atteint l’océan à Wallibou Bay et se sont étendues au-delà du littoral au-dessus de la mer. Les scientifiques ont observé la côte Ouest plus tard dans la journée et ont noté que des coulées pyroclastiques avaient descendu toutes les vallées de Larikai (Ouest) à Wallibou, un tronçon d’environ 5 km de long. Des dépôts de Lahar ont été observés dans la région de Sandy Bay. Le VAAC a noté qu’à 18 h 50, une nouvelle émission de cendres était passée à 7,6 km (25 000 pi) d’altitude et était associée à une anomalie thermique. L’UWI-SRC a déclaré qu’une importante explosion avait été enregistrée vers 23 h 00. Des écoulements pyroclastiques pendant la nuit sont descendus vers l’Est dans le drainage de la rivière Rabacca. L’Observatoire du volcan de Montserrat a déclaré qu’une odeur de soufre et des chutes de cendres mineures de Soufrière Saint-Vincent ont été observées sur leur île (390 km Nord-Nord-Ouest).

Les mesures quotidiennes de SO2 par satellite ont été remarquables à partir du 9 avril. Bien que l’explosion initiale à 8 h 40 ait montré des émissions de SO2 relativement mineures, des émissions de cendres et de SO2 plus fortes et continues ont commencé plus tard le 9 avril (à 14 h 45) et se sont poursuivies le lendemain, se transformant en événements explosifs discrets qui se sont poursuivis au moins jusqu’au 14 avril. Les données satellitaires ont montré environ 0,4 téra-gramme (Tg) de SO2 dans le panache le 10 avril, avec une certaine injection stratosphérique. Simon Carn a noté que cela fait de l’éruption de La Soufrière la plus grande émission tropicale de SO2 depuis l’éruption de Nabro en 2011, et la plus importante des Caraïbes depuis le début des mesures par satellite en 1979. Le panache de SO2 s’est initialement étendu vers le Nord-Est, l’Est et le Sud-Est sur l’ Océan Atlantique. Les mesures effectuées du 11 au 13 avril ont montré des résultats similaires de 0,4 à 0,6 Tg SO2 selon l’altitude. Le bord oriental du panache de gaz a atteint environ 4 700 km de la côte Ouest de l’Afrique le 12 avril, et 2 000 km à l’intérieur des terres jusqu’au Mali et au Niger le 13 avril.

BULLETIN D’ACTIVITE SUR LA SOUFRIÈRE, 16 AVRIL 2021 , 18h00 .

– L’activité sismique à La Soufrière s’est poursuivie comme auparavant avec des tremors et un essaim quasi constant de séismes de types longues périodes et hybrides.
– Il y a eu un épisode de tremor de haut niveau à 6 h 15, qui a duré environ trois minutes, suivi de plus de deux heures de tremor de niveau inférieur généré par une activité explosive et une ventilation.

– Des mesures du flux de dioxyde de soufre (masse) à La Soufrière ont de nouveau été entreprises le long de la côte Ouest, donnant un flux moyen de SO2 de 460 tonnes par jour.
– Aucune conclusion ne peut encore être tirée quant à l’importance du flux de SO2 tant qu’une base de données plus robuste n’aura pas été établie grâce à des mesures répétées au cours des prochains jours.
– Le SO2 est un gaz volcanique et le flux est la mesure de la masse de SO2 dans le panache (un courant de gaz évacué par le volcan).
– La présence de SO2 indique que du magma frais provenant d’une source plus profonde dégaze, indiquant que l’éruption se poursuit.
– Le réseau de surveillance GPS montre un signal cohérent avec l’activité éruptive montrée jusqu’à présent.
– Les stations GPS de Belmont (SVGB) et de Georgetown (SVGG) continuent de suivre leur tendance Nord-Est et Nord-Ouest respectivement.
– Le volcan continue de faire éruption bien que l’activité explosive semble avoir pris fin en ce moment.
– Son schéma actuel d’activité sismique peut indiquer la croissance d’un dôme de lave, mais cela n’a pas encore été confirmé.
– Des explosions accompagnées de chutes de cendres, de taille similaire ou plus grande, pourraient reprendre à l’avenir et toucher Saint-Vincent et les îles voisines.
– Le volcan est au niveau d’alerte Rouge

Source : GVP ,  UWI / Nemo .

Photos : UWI , Capella Space

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué du 16/04/2021 – 16h00

L’éruption débutée le 09/04/2021 à 19h (apparition du trémor) se poursuit. L’intensité du trémor volcanique (indicateur d’une émission de lave en surface) sur les dernières 24h est restée
relativement stable (Figure 1). Une mission de l’OVPF-IPGP réalisée ce matin avec le concours de la Section aérienne de gendarmerie et du PGHM a permis de sauver et de récupérer une station sismologique qui était sous la menace d’une coulée de lave située à environ 300 m en amont  .

Le survol du site éruptif a permis de constater :
– que le front de coulée situé dans le haut des Grandes Pentes est désormais figé,
– l’activité de coulée se focalise désormais sur le plateau en aval du site éruptif, avec la mise en place d’un régime en tunnels de lave montrant de nombreuses résurgences (Figure 3),
– les trois cônes éruptifs sont désormais entièrement clos latéralement, ne laissant s’échapper la lave que par leur bouche sommitale et par tunnels (Figures 3 et 4). Une fusion entre les
deux cônes les plus en aval est en train de s’opérer .
Des retombées de cheveux de Pélé ont été observées dans le secteur du Baril à Saint Philippe.

Sur les dernières 24 heures, 17 séismes volcano-tectoniques superficiels (entre le niveau de la mer et la surface) ont été enregistrés sous les cratères sommitaux.
Le sommet du volcan montre toujours une faible déflation (dégonflement), de l’ordre d’un centimètre, en lien avec la vidange du réservoir magmatique superficiel située sous le cratère Dolomieu à 1,5-2 km de profondeur qui alimente actuellement le site éruptif.
Les flux de CO2 dans le sol sont toujours en augmentation en champ lointain (Plaine des Cafres et Plaine des Palmistes) mais en baisse en champ proche (Gîte du volcan) depuis ce matin. Ces
paramètres seront à suivre ces prochains jours car une augmentation en champ lointain suggère un nouvel apport de magma profond (niveau mantellique).
Les flux de SO2 associés à l’éruption et mesurés par le réseau DOAS « NOVAC » montrent une diminution depuis le 13/04 qui se confirme pour la journée du 15/04 avec une valeur moyenne de 1100 tonnes/jour. Les débits de lave associés ont été estimés pour la journée du 15/04 à une moyenne de 6,6 m3 /sec. Il est à noter que les mauvaises conditions météorologiques des derniers jours ont pu affecter la précision des mesures mais la baisse semble se confirmer avec les données du jour.
Pour comparaison les débits de surface estimés à partir des données satellites via la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne) ont relevés des valeurs comprises entre 4 et
12m3/sec sur les dernières 24 heures.

Evolution du débit de lave (en m3/s) estimé à partir du taux de dégazage mesuré par spectroscopie DOAS par la station NOVAC de l’OVPF-IPGP située au Piton de Bert depuis le début de l’éruption le 09/04/2021. Les différentes couleurs correspondent aux différentes hypothèses concernant l’origine du magma, bleu : magma superficiel dégazé, orange : magma provenant du réservoir superficiel, gris : magma profond riche en gaz (©réseau NOVAC – OVPF-IPGP).

 

Source : OVPF.

Lire l’article https://www.ipgp.fr/sites/default/files/ovpf_20210416_16h00_communique_eruption_3.pdf

Photos : OVPF.

 

Alaska , Semisopochnoi : 

51 ° 55’44 « N 179 ° 35’52 » E,
Altitude du sommet : 2625 pi (800 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ROUGE

Les émissions de cendres soutenues se poursuivent sur le Semisopochnoi, à la suite d’une activité éruptive de faible niveau observée plus tôt dans la semaine. Les images satellite du 12 avril montrent des émissions de cendres de faible niveau et de nouveaux dépôts de cendres sur le flanc Est-Sud-Est du volcan s’étendant jusqu’à la côte. Les conditions météorologiques nuageuses ont obscurci les vues du volcan une grande partie de la semaine, bien qu’une activité explosive ait été détectée occasionnellement par des capteurs d’infrasons régionaux tout au long de la semaine confirmant des émissions de cendres de faible niveau.


L’imagerie du satellite Sentinel-3 capture un panache éruptif du volcan Semisopochnoi dérivant vers le sud-est et s’étendant sur> 330 km de l’évent.

L’activité éruptive s’est poursuivie au petit matin du 15 avril et un panache de cendres était visible s’étendant sur plus de 350 km vers le Sud-Est du volcan avec des hauteurs de 6 km au-dessus du niveau de la mer. Sur la base de la longueur et de la hauteur du panache de cendres et de la nature soutenue des émissions de cendres, l’AVO a élevé le code de couleur à ROUGE et le niveau d’alerte à AVERTISSEMENT le 15 avril. Le panache se dirige maintenant vers le Nord à environ 10 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Des capteurs régionaux d’infrasons ont détecté des explosions hier soir et tôt ce matin. Les conditions nuageuses commencent à obscurcir les vues du volcan. L’AVO continuera de suivre la situation de près.

Une vue aérienne de la côte Sud-Est de l’île de Semisopochnoi montre Sugarloaf peak (centre gauche) avec un cône de flanc (premier plan) qui a été à l’origine de l’une des coulées de lave les plus récentes. Sugarloaf a éclaté à l’extérieur de la marge Sud d’une caldeira de 8 km de large sur Semisopochnoi. Le mont Cerberus a été construit dans la caldeira et se trouve à l’horizon gauche. 

De petites éruptions produisant de petits dépôts de cendres à proximité du volcan sont typiques de l’activité pendant les troubles sur le Semisopochnoi depuis septembre 2018. Les stations sismiques locales sont hors ligne depuis le 11 novembre 2020. De nouvelles explosions pourraient se produire à tout moment sans avertissement.

Le semisopochnoi est surveillé à distance par des capteurs de détection de foudre et par des satellites . Un réseau de capteurs d’infrasons sur l’île d’Adak peut détecter les émissions explosives du Semisopochnoi avec un léger retard (environ 13 minutes) si les conditions atmosphériques le permettent.

Source : AVO.

Photos : Dietterich, Hannah , U.S. Navy .

 

Guatemala , Pacaya : 

ACTIVITÉ:
Le volcan reste très actif, principalement avec des épanchements de lave, à travers les fissures du flanc Sud-Ouest, formant une coulée de lave qui atteint environ 3700 mètres de longueur totale. Ce flux se déplace dans diverses directions entre les flancs Sud-Ouest, Ouest et Est dans des endroits connus comme La Breña et La Finca Campo Alegre, Finca El Gringo, des plantations de café et d’avocat en feu et d’autres types de végétation. Le front du flux se trouve à 390 mètres des premières maisons du village de Patrocinio et avance. Un autre front Sud actif est à 385 m du village d’El Rodeo, ce flux obstrue la route entre El Rodeo et Buena Vista. En raison de cette activité, il n’est pas exclu que de nouvelles coulées de lave et de plus grosses colonnes éruptives émergent dans les prochains jours car le niveau d’activité reste élevé. La station sismique PCG enregistre des tremors (vibrations internes) associés à la remontée du magma et au déplacement des coulées de lave. L’activité enregistrée dans le cratère Mackenney est maintenue avec de faibles explosions parfois accompagnées de cendres grises, que le vent déplace vers l’Est.

L’INSIVUMEH a signalé que l’éruption du cratère Mackenney sur le Pacaya s’est poursuivie du 7 au 13 avril. Les explosions du 6 au 7 avril ont produit des panaches de cendres qui se sont élevés à 1 km au-dessus du sommet et ont dérivé de 10 km vers l’Ouest et le Sud-Ouest. Des projections balistique ont été éjectées à 50-150 m au-dessus du sommet. Les explosions du 8 au 9 et du 11 au 12 avril ont produit des panaches de cendres qui ont atteint 1 km et ont dérivé jusqu’à 10 km au Nord-Est, à l’Ouest et au Sud-Ouest.

La coulée de lave sur les flancs Ouest et Sud-Ouest était longue de 3,7 km et continuait à être alimentée. Des blocs de lave incandescents ont été projetés du front d’écoulement et la végétation a été incendiée. La lave a avancé vers l’Ouest sur la ferme de La Breña et vers le Sud-Ouest vers El Patrocinio et El Rodeo, près de la ferme de Campo Alegre. Le 12 avril, les flux ont brûlé les plantations de café et d’avocat de La Breña. Le 13 avril, les coulées de lave mesuraient 3,8 km de long et étaient à moins de 370 m des maisons d’El Patrocinio. Un autre front d’écoulement se trouvait à 250 m à l’Est d’El Rodeo et a obstrué la route qui relie El Rodeo, El Caracol et Los Pocitos.

Source : Insivumeh

Photo : Conred .

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search