08 Mars 2019 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonesie : Merapi , Chili : Chaiten , Philippines : Mayon , Montserrat : Soufrière Hills .

Home / blog georges Vitton / 08 Mars 2019 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonesie : Merapi , Chili : Chaiten , Philippines : Mayon , Montserrat : Soufrière Hills .

08 Mars 2019 . FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Indonesie : Merapi , Chili : Chaiten , Philippines : Mayon , Montserrat : Soufrière Hills .

08 Mars 2019 .

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du jeudi 7 mars 2019 à 11h45 (Heure locale).

L’activité éruptive qui a repris le 19 février 2019 au Piton de la Fournaise aux alentours de 19h10 heure locale se poursuit.
Suite à l’ouverture d’une nouvelle fissure le 05 mars 2019 (entre 09h et 19h, heure locale), au nord–ouest du Piton Madoré (1800m d’altitude), à une distance d’environ 150 m de l’évent éruptif du 19 février, de nouvelles fissures éruptives se sont ouvertes ce matin dans le secteur. Au moins 6 points d’émission étaient visibles ce matin aux alentours du Piton Madoré.
Faute de reconnaissance aérienne par une équipe de l’OVPF (du fait des mauvaises conditions météorologiques) il est impossible pour l’instant d’affirmer si ces 6 points d’émission sont toutes de nouvelles fissures éruptives ou si certaines sont des hornitos (formations de monticules projetant de la lave, nées de la surpression au sein d’un tunnel de lave).

Bulletin d’activité du jeudi 7 mars 2019 à 15h00 (Heure locale) .

L’activité éruptive qui a repris le 19 février 2019 au Piton de la Fournaise aux alentours de 19h10 heure locale se poursuit. Une légère hausse de l’intensité du trémor éruptif est observée depuis 24h.

L’activité éruptive qui a repris le 19 février 2019 au Piton de la Fournaise aux alentours de 19h10 heure locale se poursuit. Une légère hausse de l’intensité du trémor éruptif est observée depuis 24h. ( ©OVPFIPGP)

– Sur les dernières 36 heures, 7 séismes volcano-tectoniques superficiels sommitaux (au dessus du niveau de la mer) ont été enregistrés. De nombreux séismes (qui ne peuvent être comptabilisés) de faible magnitude sont également enregistrés au niveau du site éruptif.
– Après une déflation de l’édifice liée au transfert de magma qui s’est produit le 18/02/2019, les déformations de la zone sommitale ne montrent pas de signaux particuliers.
– Les concentrations en CO2 dans le sol en champ proche (secteur gîte du volcan) restent élevées.
– Sur les dernières 36 heures, les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plateforme HOTVOLC (OPGC – université d’Auvergne), fluctuaient entre <1 et 12 m3/s (ces mesures peuvent être affectées/minorées par la couverture nuageuse).

;

 

Comme indiqué dans le communiqué de l’OVPF de ce matin (11h45 heure locale), suite à l’ouverture d’une nouvelle fissure le 05 mars 2019 (entre 09h et 19h, heure locale), au nord–ouest du Piton Madoré (1800m d’altitude), à une distance d’environ 150 m de l’évent éruptif du 19 février, de nouvelles fissures éruptives se sont ouvertes ce matin dans le secteur. Au moins 6 points d’émission étaient visibles aux alentours du Piton Madoré. Par contre faute de reconnaissance aérienne par une équipe de l’OVPF (du fait des mauvaises conditions météorologiques) il est impossible pour l’instant d’affirmer si ces 6 points d’émission sont toutes de nouvelles fissures éruptives, ou si il s’agit d’extensions de celle ouverte le 19 février, ou si certaines sont des hornitos (formations de monticules projetant de la lave, nées de la surpression au sein d’un tunnel de lave).

Figure 2 : Prises de vue du site éruptif le 06 mars 2019 au matin. (© Corail hélicoptère) (© Corail hélicoptère)

La présence de nombreux séismes de faible magnitude dans le secteur du site éruptif actuel confirme que le milieu, déjà très fragilisé, continue à se fissurer du fait de la pressurisation du système d’alimentation en profondeur qui se poursuit. Nous ne pouvons exclure l’ouverture de nouvelles fissures que ce soit au niveau du site éruptif actuel, ou en amont ou en aval de ce dernier dans les prochains jours.

Niveau d’alerte : Alerte 2-2.

Source : OVPF

Video : Ben celui ci

 

Indonésie , Mérapi :

7,54 ° S, 110,446 ° E
Altitude : 2910 m

Le mont Merapi émet des cendres chaudes.

Le volcan Merapi a connu une augmentation de son activité volcanique jeudi, émettant des cendres chaudes deux fois le matin.
La première éruption a eu lieu à 7h44, atteignant 1 200 mètres d’altitude et a duré 121 secondes, tandis que la seconde s’est produite à 10h17, pour atteindre 1 000 mètres et 97 secondes.
Malgré l’intensification de l’activité, les résidents ont été priés de rester calmes et de continuer leurs activités normalement.

Une épaisse fumée s’échappe du mont Merapi à la frontière entre Yogyakarta et Java central lundi matin. Des cendres seraient tombées à plusieurs endroits de la régence voisine de Klaten. (The Jakarta Post / Tarko sudiarno)

«Les résidents sont toujours à une distance de sécurité [de la cendre chaude]», écrit le Centre de recherche et de développement technologiques sur les catastrophes géologiques (BPPTKG) sur son compte Twitter.
Le dernier développement n’ayant pas été considéré comme une menace pour les résidents locaux vivant sur les pentes du Merapi, le BPPTKG a décidé de maintenir le niveau d’alerte à WASPADA (prudence), le deuxième plus haut niveau du système d’alerte à quatre niveaux du pays.

Toutefois, il a été conseillé aux résidents et aux touristes de se tenir à l’écart d’un rayon de 3 km autour du sommet de la montagne pour éviter tout danger possible.  

Le PVMBG a signalé qu’au cours de la période du 22 février au 5 mars, le volume du dôme de lave du cratère au sommet du Merapi n’avait pas changé depuis la dernière mesure de 466 000 mètres cubes estimée le 21 février. Il n’y avait aucun changement morphologique apparent; la majeure partie de la lave extrudée est tombée dans la partie supérieure du bassin versant de la rivière Gendol sur le flanc Sud-Est. Les coulées de blocs et de cendres ont parcouru le bassin de Gendol entre 600 et 1 100 m les 25 et 27 février, et le 2 mars, 10 coulées ont parcouru jusqu’à 2 km. Des avalanches incandescentes étaient visibles la nuit. Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 1 à 4) et les résidents ont été avertis de rester en dehors de la zone d’exclusion de 3 km.

Source : The Jakarta Post. PVMBG , GVP .

 

Chili , Chaiten : 

Durant la période évaluée , il a été enregistré un total de 42 évènements sismiques parmi lesquels 37 ont été classés comme étant de type volcano-tectoniques ( VT) , associés à des processus de fracturation de roches . L’évènement de plus grande énergie présentait une magnitude locale (ML) égale à M 1,8 , et était localise à 1,7 Kmà l’Est-Nord-Est du centre du dôme , à une profondeur de 3,3 km . Egalement , il a été enregistré 5 évènements sismiques de type hybrides (HB), en relation avec un mécanisme complexe ( processus de fracturation de matériel rigide et dynamique des fluides à l’intérieur de l’édifice volcanique) , le plus important présentait une valeur de déplacement réduit ( DRc) égale à 3,1 cm2. 

Les images fournies par les caméras IP installées autour du volcan, ont montré une activité superficielle d’une hauteur maximale de 700m et une incandescence durant la nuit .

Aucune émission de dioxyde de soufre (S02) n’a été signalée dans l’atmosphère du secteur près du bâtiment volcanique, selon les données publiées par le Groupe sur le dioxyde de soufre de l’Observatoire de l’ozone (http://mon2.gsfc.nasa.gov/). ) et le service national d’information et de données satellitaires sur l’environnement (NESDIS) (http://satepsanoine.nesdis.noaa.gov).

Il a été rapporté 9 alertes thermiques dans la zone associée au complexe volcanique au cours de la période, avec une Puissance Volcanique Rayonnée ( PVR) maximale de 2,5 MW , valeur considérée comme faible , selon les données traitées par l’observation en infrarouge moyen de l’activité volcanique (MIROVA) (http://www.mirovaweb.it/) et par la Surveillance thermique temporelle des points chauds globaux (MODVOLC) (http://modis.higp.hawaii.edu/).

L’ activité reste à des niveaux considérés comme faibles et suggèrent une relative stabilité du système volcanique .

En raison de ce qui précède, l’avertissement volcanique est maintenu au niveau:
NIVEAU VERT: Changements dans le comportement de l’activité volcanique – Temps probable pour une éruption: SEMAINES / MOIS.

Source : Sernageomin.

Photo : Paty Santini

 

Philippines , Mayon :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN MAYON , 08 mars 2019 , 08:00 AM .

Le réseau de surveillance sismique du volcan Mayon a enregistré six (6) séismes volcaniques et deux (2) événements de chute de roche au cours de la période d’observation de 24 heures. Deux de ces tremblements de terre étaient liés à des éruptions phréatiques qui se sont produites à 8h11 hier et à 6h27 aujourd’hui. Ces événements phréatiques ont généré un panache de cendres grisâtres de 500 et 300 m de haut depuis le sommet avant de dériver vers le Sud-Ouest, respectivement. On a observé une émission modérée de panaches chargés de vapeur blanche avant leur dérive vers l’Ouest-Nord-Ouest, l’Ouest-Sud-Ouest et l’Ouest. L’ incandescence du cratère du sommet pouvait être observée la nuit. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées à une moyenne de 988 tonnes / jour le 7 mars 2019. Les données de nivellement précises obtenues du 25 janvier au 3 février 2019 indiquent une légère déflation de l’édifice par rapport au 08-13 décembre 2018. Cependant, les données d’inclinaison GPS et électroniques montrent l’inflation des pentes moyennes depuis juin 2018.

Panache de gaz et de cendres légères du Mayon au coucher du soleil aujourd’hui (webcam Resthouse)

 

Le niveau d’alerte 2 prévaut actuellement sur le volcan Mayon. Cela signifie que le Mayon est à un niveau d’agitation modéré. Le DOST-PHIVOLCS rappelle au public que des explosions soudaines, des effondrements de lave, des courants de densité pyroclastiques ou PDC et des chutes de cendres peuvent toujours se produire et menacer des zones situées dans les pentes supérieures à moyennes du Mayon. Le DOST-PHIVOLCS recommande de pénétrer dans la zone de danger permanent (PDZ) de six kilomètres de rayon et dans une zone de danger étendue (ZDC) préventive de sept kilomètres de rayon dans le secteur Sud-Sud-Ouest à Est-Nord-Est, qui s’étend de Anoling, Camalig à Sta. Misericordia, Sto. Domingo soit strictement interdite. Les personnes résidant à proximité de ces zones dangereuses doivent également observer les précautions associées aux chutes de pierres, aux PDC et aux chutes de cendres.

Le volcan Mayon émet une petite quantité de cendres grisâtres vers 6h27 vendredi.

Les canaux de cours d’eau / rivières actifs et ceux identifiés comme étant des zones continuellement à risque lahar sur tous les secteurs du volcan doivent également être évités, en particulier lors de conditions météorologiques extrêmes en cas de précipitations abondantes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan, car des cendres et des débris balistiques aériens provenant d’explosions soudaines et des PDC pourraient présenter des risques pour les aéronefs.

Source : Phivolcs

Photos : Volcanodiscovery.

 

Montserrat , Soufrière Hills :

Rapport hebdomadaire du MVO pour la période du 22 février 2019 au 1er mars 2019.

L’activité sur le volcan de Soufrière Hills reste faible.
Le réseau sismique n’a enregistré aucun événement volcanique cette semaine.
Les flux de SO2 ont été mesurés par hélicoptère les 22 et 27 février, avec huit passages par jour. Les valeurs moyennes de flux étaient de 541 tonnes par jour le 22 et de 184 tonnes par jour le 27.

Des écoulements pyroclastiques peuvent survenir à tout moment sans préavis de n’importe quel côté du volcan, y compris dans Gages, d’où ils peuvent se rendre rapidement à Plymouth. Les chenaux traversant la vallée de Belham peuvent être détruits ou fortement modifiés par des crues éclair ou des lahars. Il faut donc faire preuve de prudence en traversant la vallée pendant et après les précipitations.
Le niveau de risque est au niveau 1.

Il n’y a pas d’accès public à la zone V, y compris Plymouth. Les zones maritimes E et W ne transitent de jour qu’entre le lever et le coucher du soleil (les bateaux peuvent naviguer dans cette zone mais ne doivent pas s’arrêter). Quiconque ignore ces restrictions est passible de poursuites.

Source : MVO

Photo : BatakLagu.com

 

 

 

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search