11 Juin 2024.

 

Indonésie , Semeru :

Communiqué de presse sur les avalanches de lave incandescentes sur le G. SEMERU, JAVA EST.

Le lundi 10 juin 2024 à 00h42 WIB, des avalanches de lave incandescentes ont été observées sur le mont Semeru, à l’Est de Java avec une distance de glissement de 2500 mètres en direction de Besuk Kobokan. Les observations visuelles du 10 juin 2024, de 00h00 à 06h00 WIB, ont montré que des incidents d’avalanches de lave incandescente ont été observés 28 fois avec une distance de glissement de 1 000 à 2 500 mètres en direction de Besuk Kobokan.

L’activité du mont Semeru montre qu’une activité éruptive, des nuages ​​chauds et des avalanches de lave se produisent toujours, mais ils sont rarement observés visuellement car ils sont gênés par le temps brumeux. Outre le risque de formation de nuages ​​chauds, le potentiel de coulées de lahars est également encore élevé compte tenu des précipitations assez élevées sur le mont Semeru. L’accumulation de matière résultant d’éruptions (éruptions et coulées de lave) a le potentiel de se transformer en avalanches de lave incandescentes, ou nuages ​​chauds. Les avalanches de lave et/ou les nuages ​​chauds qui se sont déposés le long des cours d’eau qui prennent leur source au sommet du mont Semeru ont le potentiel de se transformer en lahar s’ils interagissent avec l’eau de pluie. En dehors de cela, l’interaction de dépôts à haute température de matériaux d’avalanche de lave ou de nuages ​​chauds avec l’eau de la rivière présente un potentiel d’éruptions secondaires.

Au cours de cette période, le nombre de tremblements de terre enregistrés montre que l’activité sismique sur le mont Semeru est toujours élevée, notamment les éruptions, les avalanches et les tremors  harmoniques. Les tremblements de terre volcaniques et harmoniques profonds qui sont encore enregistrés indiquent qu’il y a toujours de l’approvisionnement sous la surface du mont. Semeru ainsi que la libération de matériaux à la surface et le processus d’accumulation de matériaux issus de l’éruption autour du cratère Jonggring Seloko. La surveillance des déformations avec un inclinomètre continu et un équipement GPS à la fin de la période d’observation était relativement plate, indiquant qu’il n’y avait pas d’augmentation de la pression. Cependant, en mai 2024, un modèle d’inflation a été observé, indiquant une augmentation de la pression sur le corps volcanique. Cette condition est corrélée au transfert de pression de l’intérieur du corps volcanique vers la surface ainsi qu’à la libération de matière lors d’ éruptions.

 

 

Sur la base des résultats de l’analyse et de l’évaluation, le niveau d’activité du mont Semeru reste au niveau III (SIAGA) avec des recommandations adaptées aux dernières menaces de danger potentielles. En lien avec le niveau d’activité du Mont Semeru au Niveau III (SIAGA) il est recommandé :

Les personnes/visiteurs/touristes n’exercent aucune activité dans le secteur Sud-Est le long de Besuk Kobokan, à 13 km du sommet (centre de l’éruption). En dehors de cette distance, les gens ne mènent pas d’activités à moins de 500 mètres de la rive du fleuve le long de Besuk Kobokan car ils risquent d’être affectés par l’expansion des nuages ​​chauds et des coulées de lahars jusqu’à une distance de 17 km du sommet.
Les gens ne se déplacent pas dans un rayon de 5 km autour du cratère/sommet du volcan Semeru car il est sujet au danger de projections de pierres .
La communauté est attentive au potentiel de nuages ​​chauds, d’avalanches de lave et de lahars le long des rivières/vallées qui prennent leur source au sommet du volcan Semeru, en particulier le long de Besuk Kobokan, Besuk Bang, Besuk Kembar et Besuk Sat, ainsi qu’au potentiel de lahars dans les petites rivières qui sont des affluents de la rivière Besuk Kobokan.

Source : PVMBG

Photos : PVMBG , Oystein lund Andersen ( archive).

 

Alaska , Shishaldin :

Des troubles mineurs se poursuivent sur le volcan Shishaldin, avec de petits tremblements de terre et des tremors de basse fréquence survenus au cours des dernières 24 heures. Des émissions de vapeur et de gaz provenant du sommet ont été observées dans les données satellite.

Des chutes de pierres mineures associées à des événements d’effondrement dus au sol instable dans et à proximité du cratère sommital peuvent se produire. Les événements d’effondrement peuvent générer de petits nuages ​​​​de poussière probablement composés de cendres à grains fins. Les nuages ​​​​de poussière diffus se dissipent rapidement et peuvent produire des dépôts de forme irrégulière près du sommet. La dernière éruption importante produisant des cendres a eu lieu en novembre 2023.

Des capteurs sismiques et infrasons locaux, des caméras Web et un réseau géodésique sont utilisés pour surveiller le volcan Shishaldin. En plus du réseau de surveillance local, l’AVO utilise les réseaux géophysiques à proximité, les données régionales d’infrasons et de foudre , ainsi que les images satellite pour détecter les éruptions.

Source : AVO

Photo : Beesley, Nick

 

Colombie , Puracé :

Popayán, 10 juin 2024, 16h00 m.

Du suivi de l’activité du VOLCAN PURACÉ – CHAÎNE VOLCANIQUE LOS COCONUCOS, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), une entité rattachée au MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, rapporte que :

Jusqu’au moment de la publication de ce bulletin, et par rapport à ce qui a été enregistré hier, l’activité sismique associée au mouvement des fluides et à la fracturation des roches à l’intérieur du volcan, reste à des niveaux similaires à ceux observés ces derniers jours, tant en nombre d’événements qu’ en énergie libérée. Les événements de cette activité sismique se sont localisés dans le secteur du cratère du volcan Puracé, à des profondeurs inférieures à 3 km.


Au cours de la journée, des caméras Web ont capturé des images montrant des processus de dégazage à l’intérieur du cratère et dans la fumerolle latérale, avec des émissions blanches qui se dispersaient en fonction de la direction des vents dans la zone. En raison des vents forts dans la partie supérieure du volcan, il n’a pas été possible de calculer la hauteur de la colonne de gaz. En revanche, le processus de déformation du sol et les concentrations des gaz dioxyde de carbone (CO2) et dioxyde de soufre (SO2) maintiennent la tendance observée, avec des valeurs qui restent supérieures aux lignes de base connues pour ce volcan.

Le SGC confirme que l’état d’alerte du VOLCAN PURACÉ se poursuit à ORANGE : volcan avec des changements importants dans les paramètres surveillés.

Source et photo : SGC

 

La Martinique , Montagne Pelée :

Bilan hebdomadaire , Institut de physique du globe de Paris / Observatoire volcanologique et sismologique de Martinique

Activité de la Montagne Pelée , Saint-Pierre, le 7 juin 2024 à 14h00 locales (GMT-4)

Aucun séisme d’origine volcanique n’a été observé cette semaine.
Entre le 31 mai 2024 à 16h00 (TU) et le 7 juin 2024 à 16h00 (TU), l’OVSM n’a enregistré aucun séisme de type volcano-tectonique.
La semaine précédente, l’OVSM avait enregistré 16 séismes d’origine volcanique. En date du 7 juin 2024 et durant les 4 dernières semaines écoulées, l’OVSM a donc observé un total de 35 séismes volcaniques, soit une moyenne de 8 à 9 séismes par semaine.

Lors des phases de réactivation volcanique de volcans similaires à la Montagne Pelée, il est habituel d’observer une activité sismique variable en intensité et en fréquence.
Pour plus de détails sur les observations et interprétations de l’activité volcanique sur le plus long terme, se reporter aux bulletins mensuels de l’OVSM.
Le niveau d’alerte est actuellement JAUNE : vigilance.

Source : Direction de l’OVSM-IPGP

Photo : OVSM IPGP.

 

Guatemala , Santiaguito :

Conditions atmosphériques : Temps clair.
Vent : De l’Ouest.
Précipitations : 47,0 mm.

Activité:
L’Observatoire du complexe volcanique Santa María-Santiaguito rapporte une activité volcanique sur le Dôme Caliente. Pendant la nuit et tôt le matin, une incandescence a été observée par intermittence sur le dôme et les côtés du dôme, produit de l’extrusion constante de lave en blocs. Quelques explosions modérées ont été observées qui ont élevé des colonnes de cendres à des hauteurs allant jusqu’à 700 mètres au-dessus du dôme, produisant des coulées pyroclastiques à courte distance vers les flancs Ouest, Sud-Ouest et Sud du dôme Caliente, empilant les matériaux dans des promontoires sur les flancs susmentionnés.

Ces explosions se produisent à raison de 1 à 3 par heure et sont accompagnées de faibles bruits de dégazage semblables à ceux d’une turbine d’avion. Le dégazage est constant, avec des colonnes faibles à modérées de vapeur d’eau et d’autres gaz magmatiques à des hauteurs de 300 à 400 mètres au-dessus de la coupole du dôme, que le vent déplace vers le Sud-Est. Dans l’après-midi et le soir, les pluies prévues pourraient provoquer la descente de lahars dans les canaux qui descendent du dôme Caliente. L’activité reste à un niveau élevé, il est donc possible qu’avec les explosions ou sous l’effet de la gravité, une partie des matériaux accumulés s’effondre et que des coulées pyroclastiques sur de longues distances soient générées vers le Sud-Ouest, le Sud et le Sud-Est.

Source : Insivumeh

Photo : Annie Winson , earthobservatory.sg

 

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *