26 Juillet 2022.

 

 

Japon , Sakurajima :

Le Sakurajima (Japon) et Vulcano (cône de La Fossa, Eoliennes) : deux volcans avec divers phénomènes éruptifs et comportements en commun.

Hier, dans le Sud du Japon, l’un des stratovolcans les plus célèbres d’Extrême-Orient est revenu au stade d’ éruption : le Sakurajima, situé près de la grande ville de Kagoshima.
L’éruption s’est produite à 08h05 heure locale, avec une explosion qui a lancé des bombes et des blocs jusqu’à environ 2,5 km du cratère. Aucun bulletin ne fait état de dégâts ou de blessés mais dimanche soir les habitants des communes les plus proches du volcan (une centaine) ont été évacués et le JMA a relevé le niveau d’alerte à 5, le plus élevé du Japon. Cependant, les bulletins indiquent que les trajectoires balistiques des matériaux volcaniques éjectés par les explosions pourraient affecter une zone jusqu’à environ 3 km du cratère principal. Et ces dernières semaines, certaines colonnes de cendres se sont élevées jusqu’à 2,8 km d’altitude sur le bord du cratère. Les vidéos télévisées tournées hier depuis la ville de Kagoshima montrent une colonne éruptive d’environ 1,5 km de haut, très sombre et donc riche en cendres, typique des éruptions classées comme vulcaniennes (comme l’est le lancement typique de blocs et de bombes).

Le volcan Sakurajima est un volcan à conduit ouvert, l’un des plus actifs au monde, situé dans la caldeira d’Aira et produit en grande partie ses propres éruptions de type vulcaniennes comme celle qui s’est produite hier. A partir d’octobre 1955 débute une séquence de ces types d’éruptions, toujours en cours, qui voit l’alternance de deux cratères actifs : le cratère Minamidake et le cratère Showa. C’est à partir du premier de ces deux cratères que se produit le cycle vulcanien actuellement visible.

Même le cratère de La Fossa sur l’île de Vulcano, au cours des siècles passés, a traversé de longues décennies d’activité de conduit ouvert comme le Sakurajima, avec des phénomènes éruptifs très similaires, même si actuellement sur Vulcano le conduit du cratère de La Fossa est fermé et seul un dégazage est observé. Aussi le cône de La Fossa et les cônes maintenant inactifs de Vulcanello sont situés à l’intérieur d’une caldeira et ont traversé une longue période éruptive (au Moyen Âge et un peu plus tard) d’activité contemporaine ou presque contemporaine.

Outre le style éruptif et certains caractères structuraux similaires, les similitudes entre les deux volcans ne s’arrêtent pas là et concernent également les récits éruptifs. Autrefois, le volcan japonais était une île mais – comme cela s’est produit avec Vulcano et Vulcanello, également à l’époque médiévale – suite à l’éruption de 1914, l’île a rejoint un autre morceau de terre : la péninsule d’Osumi.

 

L’ observatoire météorologique du sud-ouest du Japon indique qu’une étude sur site du volcan Sakurajima n’a trouvé aucun changement significatif dans la région. Le volcan a connu une éruption explosive dimanche soir.

L’observatoire a relevé son niveau d’alerte d’éruption au plus haut (5). C’est la première fois que l’alerte de niveau cinq, qui nécessite une évacuation, est émise pour le Sakurajima.
Lundi matin, l’observatoire a envoyé une équipe d’enquête pour déterminer exactement où les roches volcaniques ont atterri et pour évaluer les dégâts.
L’équipe a trouvé des cendres volcaniques dans les parties Nord et Est du volcan mais n’a trouvé aucun changement remarquable. Un relevé aérien à l’aide d’un hélicoptère a été entravé par des nuages au-dessus du cratère.

Les responsables mettent en garde contre d’autres éruptions d’une ampleur similaire, car les mouvements de la croûte là-bas indiquent que le volcan reste gonflé même après l’éruption.

Sources : INGV, 3.nhk.or.jp

Photos :  Via INGV , Koki Arima.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité extraordinaire des volcans Chiles et Cerro Negro.
Le niveau d’activité des volcans reste au NIVEAU JAUNE ■ (III) : CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE

D’après le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC) rapporte que :

À la suite des changements dans l’activité du complexe volcanique Chiles – Cerro Negro (CVCCN) et de son comportement instable, aujourd’hui, 25 juillet 2022, un poste de commandement unifié (PMU) a eu lieu, dans lequel Il a discuté non seulement de l’activité du CVCCN, mais aussi certaines actions de prévention et d’atténuation pour réduire la vulnérabilité et réduire le risque en cas d’augmentation éventuelle de l’activité de ce complexe volcanique.
Depuis l’information rapportée dans le Bulletin Extraordinaire du 23 juillet 2022, le comportement de l’activité a montré une accélération de l’énergie sismique libérée reflétée dans la taille des séismes, mettant en évidence la survenue d’un séisme associé à la fracturation des roches de magnitude 5,7 le 25 juillet à 8h33, soit le plus grand événement enregistré depuis le début de la surveillance continue à partir de novembre 2013. Ce tremblement de terre a été ressenti à certains endroits dans les départements de Nariño, Putumayo, Caquetá et Cauca, et Province de Carchi en Equateur, causant quelques dégâts aux bâtiments, notamment en Equateur. Le tremblement de terre était situé à 15 km au Sud-Est du sommet du volcan Chiles et à 8 km de profondeur par rapport au même sommet (4700 m d’altitude).

Depuis le 23 juillet au moment de la publication de ce bulletin, un total de 19 tremblements de terre d’une magnitude égale ou supérieure à 2,5 ont été enregistrés, qui, en raison de leur nature superficielle, ont été ressentis dans la municipalité de Cumbal (Département de Nariño), se démarquant également, ceux inscrits aujourd’hui 25 juillet à 8h38. de magnitude 3,9, à 9h41 avec 3.4 et à 9h57 avec une magnitude de 3,2. De plus, la légère augmentation de l’enregistrement de sismicité liée au mouvement des fluides au sein du système volcanique est mise en évidence, enregistrant un maximum quotidien de 75 tremblements de terre le 24 juillet, dépassant les 64 tremblements de terre du 20 juillet. Ces manifestations sismiques se sont accompagnées de déformations du sol (observées instrumentalement) qui ont débuté fin mars 2022 et se poursuivent à ce jour.

Selon ce qui a été discuté dans ce poste de commandement unifié (PMU) tenu aujourd’hui, 25 juillet 2022, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, par l’intermédiaire du SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN, rapporte que le CVCCN continue à un niveau d’activité jaune (changements dans le comportement de l’activité volcanique ). Sur la base du comportement actuel de cette sismicité et de ce qui a été historiquement enregistré dans cette région volcanique active, la possibilité de la survenue de davantage de tremblements de terre à haut niveau d’énergie, qui peuvent être ressentis et peuvent altérer la qualité de vie des populations de la région , n’est pas exclue dans la zone d’influence volcanique.

Source : SGC

Photo : Agence uno , Biobiochiles

 

Hawaii , Kilauea :

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet :4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE

Résumé de l’activité :
L’éruption au sommet du volcan Kīlauea, dans le cratère Halema’uma’u, s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Toute l’activité de lave récente a été confinée au cratère et les données actuelles indiquent que ce scénario est susceptible de se poursuivre. Aucun changement significatif n’a été noté au sommet ou dans l’une ou l’autre des zones de faille.

Observations du sommet :
L’éruption de lave depuis l’évent Ouest dans le cratère Halema’uma’u dans le lac de lave actif s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Le niveau de lave de la surface active du lac est resté au niveau des digues de délimitation. De vastes suintements le long de la marge Ouest se sont poursuivis jusqu’à environ 19 h HST la nuit dernière et ne sont plus actifs pour le moment. Les mesures d’un survol le 19 juillet 2022 ont indiqué que le fond du cratère a augmenté d’environ 133 mètres (437 pieds) au total . Les inclinomètres du sommet continuent de montrer une déflation constante depuis environ 7 h HST hier matin. Un taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) d’environ 1 300 tonnes par jour (t/j) a été mesuré le 21 juillet 2022. Le tremor du sommet est stable pour le niveau de référence à long terme de cette éruption.

Observations de la zone de Rift :
Aucune activité inhabituelle n’a été notée le long de la zone de Rift Est ou de la zone de Rift Sud-Ouest ; des taux constants de déformation du sol et de sismicité se poursuivent le long des deux. Les mesures des stations de surveillance continue des gaz sous le vent de Puʻuʻōʻō dans la zone du Rift Sud-Est restent inférieures aux limites de détection du SO2, ce qui indique que les émissions de SO2 de Puʻuʻōʻō sont négligeables.

Source : HVO

Photo : USGS/ L. Gallant.

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 18 Juillet 2022 2022 au 24 Juillet 2022 , Arequipa, 25 Juillet 2022.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement d’une moyenne de 30 explosions quotidiennes , avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 1,5 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 262 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 30 explosions a été enregistrée quotidiennement , en plus d’enregistrement d’évènements  de type Volcano-Tectoniques (VT) associés à des fracturations rocheuses à l’intérieur du volcan Sabancaya .

 Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur  Nord ( environs du volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 1,5  km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Sud-Ouest , Sud-Est et Est du  Sabancaya.  Les enregistrements par satellites ont identifiés la présence de 9 anomalies thermiques , avec une valeur maximale de 52 MW , associées à la présence d’un corps de lave à la superficie du cratère du volcan.

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : Cenvul

Photo : Ingemmet

 

Mexique , Popocatepetl :

25 juillet, 11h00 (25 juillet, 16h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, selon les systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 17 exhalaisons de faible intensité ont été détectées, accompagnées de vapeur d’eau et de gaz volcaniques, parfois accompagnées de cendres . De plus, 18 minutes de tremor de faible amplitude et deux tremblements de terre de type volcano-tectoniques ont été enregistrés, le premier enregistré hier à 23h04 et le second aujourd’hui à 7h57 heure locale, tous deux d’une magnitude de 1,7.

Au cours de la matinée et au moment de ce rapport, une émission de vapeur d’eau, de gaz et parfois une légère quantité de cendres a été observée, qui se disperse vers l’Ouest.

Le CENAPRED exhorte à NE PAS APPROCHER le volcan et surtout le cratère, en raison du danger de chute de fragments balistiques et, en cas de fortes pluies, de rester à l’écart du fond des ravins en raison du danger de coulées de boue et de débris.

Le feu de circulation d’alerte volcanique du Popocatépetl est en JAUNE PHASE 2.

Source : Cenapred.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *