May 16, 2024. EN. Alaska : Spurr , Chile : Laguna del Maule , Indonesia : Marapi , Colombia : Puracé , Japan : Sakurajima .

16 Mai 2024.

 

Alaska , Spurr :

The Alaska Volcano Observatory (AVO) has detected a small increase in volcano seismic activity at Mount Spurr, which may indicate an intrusion of new magma deep beneath the volcano. An extended recent outage of the local seismic network from February to April 2024 limits precise determination of the onset of this activity, but elevated seismicity has been seen since the network returned on April 3. Since then, AVO has located an average of four earthquakes per day, with a peak of 33 recorded on April 26. These have typically been smaller than magnitude 1.0, and range in depth from near the summit of the volcano to as much as 18 miles (30 km) below sea level. This activity represents an increase in earthquake rate and occurrence of deeper (>12.4 miles or 20 km) low frequency earthquakes compared to recent years. These low frequency earthquakes are likely related to the migration of fluids. Minor uplift of the ground surface at the volcano of ~0.4 inches (~1 cm) has also been observed in local GPS data since November 2023, which is a deviation from the long-term trend and may be related to the seismicity. No significant changes to the ice and snow cover or gas and steam emissions have been observed in association with these geophysical observations. In clear viewing conditions, minor steaming is commonly visible from fumaroles in the summit crater region.

Earthquakes located under Mount Spurr, Alaska from January 1, 2023 to May 14, 2024. The top panel shows earthquake depths through time and the bottom panel shows earthquakes per day. The size of the circles in the top panel reflects the magnitude of the earthquakes as shown in the legend. An increase in the amount and occurrence of deep low frequency earthquakes began in April 2024. A seismic network outage in early 2024 limited AVO’s ability to locate earthquakes. The increase in earthquakes in summer 2023 is related to nearby glaciers and not associated with volcanic activity.

Mount Spurr is monitored by an eleven-station seismic network, four continuous GPS receivers, four infrasound sensors, and web cameras. Data from five of the eleven stations are currently coming into AVO in real time, but the other six stations in the network are only recording data locally. AVO plans to restore real-time feeds from those stations and recover the stored data during maintenance visits this summer, beginning on May 20, 2024. Additional regional seismic stations and infrasound sensors located throughout south-central Alaska provide supporting data. AVO also monitors the volcano using satellite monitoring, lightning data, pilot reports, and airborne and ground observations to detect changes in the snow and ice surfaces, thermal emissions, and volcanic ash, steam, and gas emissions. AVO conducted a short observational overflight on May 14, 2024, and another to measure gas emissions and make observations is planned for June.

The activity that we have observed at Mount Spurr over the past six weeks is consistent with the intrusion of magma deep beneath the volcano. Such an intrusion can cause subtle inflation or swelling of the volcano and generate earthquakes through the release magmatic gasses.

Steaming from the summit crater at Mount Spurr is visible during an overflight on May 14, 2024. The steam source is a fumarole (steam vent) inside of the summit crater, which is snow-free and yellowish, due to sulfur precipitating from the plume. Photograph is taken looking toward the south.

While these observations suggest that increased activity may be occurring deep beneath Mount Spurr, there is no indication that an eruption may occur soon, if at all. Intrusions of new magma under volcanoes do not always result in volcanic eruptions and activity may decline without an eruption occurring, such as during the previous intrusion under Mount Spurr that occurred in 2004. Prior to a significant eruption, AVO would expect months of volcanic unrest that would allow advanced warning. This would likely consist of a greater increase and shallowing of earthquakes, increased uplift of the ground surface as magma rises to shallower levels in the Earth’s crust, and signs of increased heat and magmatic gas emissions, such as localized melting of summit glaciers and debris flows.

If Mount Spurr were to erupt, the primary hazard would be airborne ash and ashfall on down-wind communities. The slopes of the volcano would also be affected by pyroclastic flows, and lahars, or mudflows formed from the melting of ice and snow due to volcanic activity, could inundate drainages on all sides of the volcano, particularly on the south and east flanks.

Source : AVO

Photos : AVO , Haney Matthew / AVO/USGS.

 

Chile , Laguna del Maule :

Special Report on Volcanic Activity (REAV), del Maule regions, Laguna del Maule volcanic complex, May 15, 2024, 10:45 a.m. local time (mainland Chile)

The National Geology and Mining Service of Chile (Sernageomin) announces the following PRELIMINARY information, obtained through the monitoring equipment of the National Volcanic Monitoring Network (RNVV), processed and analyzed at the Southern Andean Volcano Observatory (Ovdas):

On Wednesday May 15, 2024, at 10:45 a.m. local time (2:45 p.m. UTC), monitoring stations installed near the Laguna del Maule volcanic complex recorded a seismic swarm associated with the fracturing of rocks (volcano-tectonic). At the time of issuing this report, more than 100 events have been recorded.

The characteristics of the largest earthquake after its analysis are as follows:

ORIGINAL TIME: 10:15 a.m. local time (2:15 a.m. UTC)
LATITUDE: 36.086° S
LONGITUDE: 70.488°E
DEPTH: 4.2 km
LOCAL MAGNITUDE: 1.7 (ML)

Observation :
At the time of issuing this report, we continue to record volcano-tectonic seismicity but of lower energy (low to moderate).

The technical volcanic alert is maintained at YELLOW level.

Seismology
The seismological activity of the period was characterized by the recording of:
338 seismic events of type VT, associated with the fracturing of rocks (Volcano-Tectonics). The most energetic earthquakes had a Local Magnitude (ML) value, both equal to 1.4 located 3.8 km South-South-East of the center of the lagoon and an average depth of 7.5 km.

Fluid Geochemistry
No anomalies have been reported in the emissions of sulfur dioxide (SO2) into the atmosphere in the area near the volcanic complex, according to data published by the Tropospheric Monitoring Instrument (TROPOMI) and the Ozone Monitoring Instrument (OMI) Sulfur Dioxide Group.

Geodesy
The geodetic activity of the period was characterized by:
-Changes in magnitudes in the horizontal and vertical components, highlighting the vertical components of all stations which are decreasing their magnitudes.
-Changes in line lengths, where magnitudes also decrease, but trend direction is maintained.
-Analysis with the InSAR technique shows a loss of coherence due to snowfall in the area.
The changes observed during the period are attributed to adverse meteorological processes that affect the instrumental response of the stations; however, inflation continues, but with a decrease in the magnitude of the deformation;

Surveillance cameras
The images provided by the fixed camera, installed near the volcanic complex, did not record degassing columns or variations linked to surface activity.

Activity remained at levels considered low, suggesting stability of the volcanic complex. The technical volcanic alert is maintained in:
YELLOW TECHNICAL ALERT: Changes in the behavior of volcanic activity

Source : Sernageomin

Photos : Sernageomin , RudiR/ commons.wikimedia.org .

 

Indonesia , Marapi :

PVMBG reported that unrest at Marapi (on Sumatra) was ongoing during 8-14 May. White gas-and-steam plumes rose 200-300 m above the summit and drifted in multiple directions on most days; no emissions were visible on 10 May. An eruptive event was recorded on 10 May, though plumes were not visible.

Lahars generated by intense rainfall occurred around 2100 on 11 May and caused several fatalities, evacuations, and widespread damage in the Agam Regency. The lahars originated in the Malana or Lona drainage on Marapi’s flank and significantly impacted several areas including in the Agam, Tanah Datar, Padang Panjang, and Padang Pariaman districts. Aid efforts were delayed by damage to bridges and several sections of roads between villages.

Close to 200 homes were damaged or missing, around 72 hectares of fields were affected, and mosques were damaged. Search-and-rescue efforts were suspended overnight during 11-12 May due to lack of light and continuing flooding in upstream areas. As of 1300 on 13 May there were 15 people that remained missing. The number of evacuees totaled 1,159 in the Agam Regency and 2,039 in the Tanah Datar Regency. Accordion to a news report the death toll reached 43 people on 15 May. The Alert Level remained at 3 (on a scale of 1-4), and the public was warned to stay 4.5 km away from the active crater

Seismicity observation:

4 emission earthquakes with an amplitude of 1.6 to 6.1 mm and earthquake duration of 10 to 18 seconds.
1 Distant tectonic earthquake with an amplitude of 3.1 mm, and duration of the earthquake of 62 seconds.
1 Continuous tremor with an amplitude of 0.5 to 2 mm, dominant value of 0.5 mm.

Sources : Pusat Vulkanologi et Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Antara News, GVP.

Photo : Sumatera Barat Indonesia.

 

Colombia , Puracé :

Popayan, May 15, 2024, 3:30 p.m.

Regarding the monitoring of the activity of the PURACE VOLCANO – LOS COCONUCOS VOLCANIC CHAIN, the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), an entity attached to the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, reports that:

From yesterday until the time of publication of this bulletin, the seismic activity associated with fracture processes, as well as that linked to the movement of fluids, maintained a behavior similar to that observed in previous days, with a downward trend the number of earthquakes. The fracture events were located mainly under the crater of the Puracé volcano and, to a lesser extent, on the eastern flank. Depths were between 0.5 and 2.4 km. The maximum magnitude calculated was 1.5 ML, corresponding to an earthquake recorded yesterday at 6:21 p.m.

Seismicity linked to the movement of fluids continues to be concentrated in the crater sector and on its northern flank, at depths less than 2.0 km.
In the images obtained this morning, it was not possible to have a clear view of the crater. Ground deformation processes and the concentrations of carbon dioxide (CO2) and sulfur dioxide (SO2) gases maintain the observed trend, with values that remain above the known baselines for this volcano.

The SGC confirms that the alert state of the PURACE VOLCANO continues at ORANGE: volcano with significant changes in the monitored parameters.

Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Popayán, Servicio Geologico Colombiano (SGC) reported that the number of both volcanic tremor (VT) and long-period (LP) seismic events at Puracé were stable during 7-13 May with only a slight increase in both the number and intensity of LP events on 9 May. The VT events had low magnitudes and were located at depths up to 4 km beneath the volcano and its E flank. The largest VT events were a M 1.8 recorded at 23h51 on 7 May and at 22h02 on 10 May. LP earthquakes were located in similar areas as the VT events, at depths less than 2 km. Earthquakes indicating magma movement were recorded during 7-9 May. Inclement weather sometimes prevented visual observations of emissions, though during the second part of the week diffuse fumarolic emissions from the crater and the crater rim were visible. Both carbon dioxide and sulfur dioxide emissions remained above baseline levels. The Alert Level remained at Orange (the second highest level on a four-color scale).

Source : SGC, GVP.

Photo : SGC.

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 6-13 May with nighttime crater incandescence. Very small eruptive events were recorded. Sulfur dioxide emissions were high, averaging 2,000 tons per day on 7 May. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 1 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Source: Japan Meteorological Agency (JMA), GVP.

Photo : Wulkany świata

 

16 Mai 2024. FR. Alaska : Spurr , Chili : Laguna del Maule , Indonésie : Marapi , Colombie : Puracé , Japon : Sakurajima .

16 Mai 2024.

 

Alaska , Spurr :

L’Observatoire des volcans d’Alaska (AVO) a détecté une légère augmentation de l’activité sismique du volcan Spurr, ce qui pourrait indiquer une intrusion de nouveau magma en profondeur sous le volcan. Une récente panne prolongée du réseau sismique local de février à avril 2024 limite la détermination précise du début de cette activité, mais une sismicité élevée a été observée depuis le retour du réseau le 3 avril. Depuis lors, l’AVO a localisé en moyenne quatre tremblements de terre par jour, avec un pic de 33 enregistré le 26 avril. Ceux-ci sont généralement inférieurs à la magnitude 1,0 et s’étendent en profondeur depuis près du sommet du volcan jusqu’à 30 km sous le niveau de la mer. Cette activité représente une augmentation du taux de tremblements de terre et la survenue de tremblements de terre de basse fréquence plus profonds (> 12,4 miles ou 20 km) par rapport aux années récentes. Ces séismes de basse fréquence sont probablement liés à la migration de fluides. Un léger soulèvement de la surface du sol au niveau du volcan d’environ 0,4 pouce (~ 1 cm) a également été observé dans les données GPS locales depuis novembre 2023, ce qui constitue un écart par rapport à la tendance à long terme et peut être lié à la sismicité. Aucun changement significatif dans la couverture de glace et de neige ou dans les émissions de gaz et de vapeur n’a été observé en association avec ces observations géophysiques. Dans des conditions d’observation claires, de légères vapeurs sont généralement visibles depuis les fumerolles dans la région du cratère sommital.

Tremblements de terre situés sous le mont Spurr, en Alaska, du 1er janvier 2023 au 14 mai 2024. Le panneau supérieur montre les profondeurs des tremblements de terre dans le temps et le panneau inférieur montre les tremblements de terre par jour. La taille des cercles dans le panneau supérieur reflète la magnitude des tremblements de terre, comme le montre la légende. Une augmentation de la quantité et de l’occurrence des tremblements de terre profonds à basse fréquence a commencé en avril 2024. Une panne du réseau sismique début 2024 a limité la capacité de l’AVO à localiser les tremblements de terre. L’augmentation des tremblements de terre à l’été 2023 est liée aux glaciers proches et non associée à l’activité volcanique.

Le mont Spurr est surveillé par un réseau sismique de onze stations, quatre récepteurs GPS continus, quatre capteurs infrasons et des caméras Web. Les données de cinq des onze stations arrivent actuellement dans AVO en temps réel, mais les six autres stations du réseau n’enregistrent que localement les données. AVO prévoit de restaurer les flux en temps réel de ces stations et de récupérer les données stockées lors des visites de maintenance cet été, à partir du 20 mai 2024. Des stations sismiques régionales supplémentaires et des capteurs infrasons situés dans tout le centre-sud de l’Alaska fournissent des données à l’appui. AVO surveille également le volcan à l’aide de la surveillance par satellite, des données sur la foudre, des rapports de pilotes et des observations aériennes et terrestres pour détecter les changements dans les surfaces de neige et de glace, les émissions thermiques et les émissions de cendres volcaniques, de vapeur et de gaz. AVO a effectué un court survol d’observation le 14 mai 2024, et un autre pour mesurer les émissions de gaz et faire des observations est prévu pour juin.

L’activité que nous avons observée au mont Spurr au cours des six dernières semaines est cohérente avec l’intrusion de magma en profondeur sous le volcan. Une telle intrusion peut provoquer une légère inflation ou un gonflement du volcan et générer des tremblements de terre par la libération de gaz magmatiques.

La vapeur provenant du cratère sommital du mont Spurr est visible lors d’un survol le 14 mai 2024. La source de vapeur est une fumerolle (évent de vapeur) à l’intérieur du cratère sommital, qui est sans neige et jaunâtre, en raison de la précipitation du soufre provenant du panache. . La photographie est prise vers le Sud.

Bien que ces observations suggèrent qu’une activité accrue pourrait se produire en profondeur sous le mont Spurr, rien n’indique qu’une éruption pourrait se produire bientôt, voire pas du tout. Les intrusions de nouveau magma sous les volcans n’entraînent pas toujours des éruptions volcaniques et l’activité peut diminuer sans qu’une éruption ne se produise, comme lors de la précédente intrusion sous le mont Spurr qui s’est produite en 2004. Avant une éruption importante, l’AVO s’attendrait à des mois d’agitation volcanique qui permettrait un avertissement préalable. Cela consisterait probablement en une augmentation et une diminution plus importantes des tremblements de terre, un soulèvement accru de la surface du sol à mesure que le magma monte à des niveaux moins profonds dans la croûte terrestre, et des signes d’augmentation des émissions de chaleur et de gaz magmatiques, tels que la fonte localisée des glaciers sommitaux et des coulées de débris .

Si le mont Spurr devait entrer en éruption, le principal danger serait les cendres en suspension dans l’air et les chutes de cendres sur les communautés situées sous le vent. Les pentes du volcan seraient également affectées par des coulées pyroclastiques, et des lahars, ou coulées de boue formées par la fonte des glaces et de la neige due à l’activité volcanique, pourraient inonder les drainages de tous les côtés du volcan, en particulier sur les flancs Sud et Est.

Source : AVO

Photos : AVO , Haney Matthew / AVO/USGS.

 

Chili , Laguna del Maule :

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV), régions del Maule, complexe volcanique Laguna del Maule, 15 Mai 2024, 10h45 heure locale (Chili continental)

Le Service national de géologie et des mines du Chili (Sernageomin) annonce les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce à l’équipement de surveillance du Réseau national de surveillance volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire des volcans des Andes du Sud (Ovdas) :

Le Mercredi 15 Mai 2024 , à 10h45 heure locale (14h45 UTC) , les stations de surveillance installées à proximité du complexe volcanique Laguna del Maule ont enregistré un essaim sismique associé à la fracturation des roches ( volcano-tectonique). Au moment de l’émission de ce rapport , on comptabilise plus de 100 évènements.

Les caractéristiques du séisme le plus important après son analyse sont les suivantes :

HEURE D’ORIGINE : 10h15 heure locale (2h15 UTC)
LATITUDE : 36,086° S
LONGITUDE : 70,488°E
PROFONDEUR : 4,2 km
MAGNITUDE LOCALE : 1,7 (ML)

Observation :

Au moment de l’émission de ce rapport , on continue d’enregistrer une sismicité volcano-tectonique mais de plus faible énergie ( basse à modérée) .

L’alerte technique volcanique est maintenue au niveau JAUNE.

Sismologie
L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
338 événements sismiques de type VT, associés à la fracturation des roches (Volcano-Tectonique). Les séismes les plus énergétiques avaient une valeur de Magnitude Locale (ML), toutes deux égales à 1,4 situées à 3,8 km au Sud-Sud-Est du centre de la lagune et une profondeur moyenne de 7,5 km.

Géochimie des Fluides
Aucune anomalie n’a été signalée dans les émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère dans le secteur proche du complexe volcanique, selon les données publiées par le Troposphérique Monitoring Instrument (TROPOMI) et l’Ozone Monitoring Instrument (OMI) Sulphur Dioxyde Group.

Géodésie
L’activité géodésique de la période a été caractérisée par :
-Changements de magnitudes dans les composantes horizontales et verticales, mettant en évidence les composantes verticales de toutes les stations qui diminuent leurs magnitudes.
-Changements dans les longueurs de lignes, où les ampleurs diminuent également, mais la direction des tendances est maintenue.
-L’analyse avec la technique InSAR montre une perte de cohérence due aux chutes de neige dans la zone.
Les changements observés au cours de la période sont attribués à des processus météorologiques défavorables qui affectent la réponse instrumentale des stations ; cependant, l’inflation se poursuit, mais avec une diminution de l’ampleur de la déformation ;

Caméras de surveillance
Les images fournies par la caméra fixe, installée à proximité du complexe volcanique, n’ont pas enregistré de colonnes de dégazage ni de variations liées à l’activité de surface.

L’activité est restée à des niveaux considérés comme faibles, suggérant une stabilité du complexe volcanique. L’alerte technique volcanique est maintenue en :
ALERTE TECHNIQUE JAUNE : Modifications du comportement de l’activité volcanique

Source : Sernageomin

Photos : Sernageomin , RudiR/ commons.wikimedia.org .

 

Indonésie , Marapi :

Le PVMBG a signalé que les troubles sur le Marapi (à Sumatra) se poursuivaient du 8 au 14 mai. Des panaches blancs de gaz et de vapeur s’élevaient de 200 à 300 m au-dessus du sommet et dérivaient dans plusieurs directions la plupart du temps ; aucune émission n’était visible le 10 mai. Un événement éruptif a été enregistré le 10 mai, même si les panaches n’étaient pas visibles.

Des lahars générés par des pluies intenses se sont produits vers 21 heures le 11 mai et ont causé plusieurs morts, des évacuations et des dégâts étendus dans la régence d’Agam. Les lahars sont originaires du bassin versant de Malana ou Lona sur le flanc du Marapi et ont eu un impact significatif sur plusieurs zones, notamment dans les districts d’Agam, Tanah Datar, Padang Panjang et Padang Pariaman. Les efforts d’aide ont été retardés par les dégâts causés aux ponts et à plusieurs tronçons de routes reliant les villages.

Près de 200 maisons ont été endommagées ou ont disparues, environ 72 hectares de champs ont été touchés et des mosquées ont été endommagées. Les efforts de recherche et de sauvetage ont été suspendus pendant la nuit du 11 au 12 mai en raison du manque de lumière et des inondations persistantes dans les zones en amont. Le 13 mai à 13 heures, 15 personnes étaient toujours portées disparues. Le nombre de personnes évacuées s’est élevé à 1 159 dans la régence d’Agam et à 2 039 dans la régence de Tanah Datar. Selon un reportage, le bilan des morts a atteint 43 personnes le 15 mai. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et le public a été averti de rester à 4,5 km du cratère actif.

 

Observation de la sismicité:

4 tremblements de terre d’émissions d’une amplitude de 1,6 à 6,1 mm et durée du séisme de 10 à 18 secondes.
1 Séisme tectonique lointain d’une amplitude de 3,1 mm,  et durée du séisme de 62 secondes.
1 Tremor continu d’une amplitude de 0,5 à 2 mm, valeur dominante de 0,5 mm.

Sources : Pusat Vulkanologi et Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Antara News, GVP.

Photo : Sumatera Barat Indonesia.

 

Colombie , Puracé :

Popayán, 15 mai 2024, 15h30 m.

Concernant le suivi de l’activité du  VOLCAN PURACÉ – CHAÎNE VOLCANIQUE LOS COCONUCOS, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), une entité rattachée au MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, rapporte que :

Depuis hier jusqu’au moment de la publication de ce bulletin, l’activité sismique associée aux processus de fracture, ainsi que celle liée au mouvement des fluides, ont maintenu un comportement similaire à celui observé les jours précédents, avec une tendance à la baisse du nombre de tremblements de terre . Les événements de fracture se sont localisés principalement sous le cratère du volcan Puracé et, dans une moindre mesure, sur le flanc Est. Les profondeurs étaient comprises entre 0,5 et 2,4 km. La magnitude maximale calculée était de 1,5 ML, correspondant à un séisme enregistré hier à 18h21 .

La sismicité liée au mouvement des fluides continue d’être concentrée dans le secteur du cratère et sur son flanc Nord, à des profondeurs inférieures à 2,0 km.
Dans les images obtenues ce matin, il n’était pas possible d’avoir une vue dégagée sur le cratère. Les processus de déformation du sol et les concentrations des gaz dioxyde de carbone (CO2) et dioxyde de soufre (SO2) maintiennent la tendance observée, avec des valeurs qui restent supérieures aux lignes de base connues pour ce volcan.

Le SGC confirme que l’état d’alerte du VOLCAN PURACÉ se poursuit à ORANGE : volcan avec des changements importants dans les paramètres surveillés.

L’Observatorio Vulcanológico y Sismológico de Popayán, Servicio Geologico Colombiano (SGC) a signalé que le nombre d’événements sismiques de tremor volcanique (VT) et de longue période (LP) sur le Puracé était stable du 7 au 13 mai, avec seulement une légère augmentation dans le nombre et l’intensité des événements LP le 9 mai. Les événements VT avaient de faibles magnitudes et étaient situés à des profondeurs allant jusqu’à 4 km sous le volcan et son flanc Est. Les événements VT les plus importants étaient un M 1,8 enregistré à 23 h 51 le 7 mai et à 22 h 02 le 10 mai. Les séismes LP ont été localisés dans des zones similaires à celles des événements VT, à des profondeurs inférieures à 2 km. Des tremblements de terre indiquant un mouvement du magma ont été enregistrés du 7 au 9 mai. Le mauvais temps a parfois empêché les observations visuelles des émissions, bien que pendant la deuxième partie de la semaine, des émissions fumeroliennes diffuses du cratère et du bord du cratère étaient visibles. Les émissions de dioxyde de carbone et de dioxyde de soufre sont restées supérieures aux niveaux de référence. Le niveau d’alerte est resté à orange (le deuxième niveau le plus élevé sur une échelle à quatre couleurs).

Source : SGC, GVP.

Photo : SGC.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima de la caldeira d’Aira) du 6 au 13 mai avec une incandescence nocturne du cratère. De très petits événements éruptifs ont été enregistrés. Les émissions de dioxyde de soufre étaient élevées, atteignant en moyenne 2 000 tonnes par jour le 7 mai. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 1 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP.

Photo : Wulkany świata

 

May 02, 2024. EN. Indonesia : Ruang , Tonga : Tofua , United States : Yellowstone , Japan : Sakurajima , Colombia : Chiles / Cerro Negro .

May 2 , 2024.

 

Indonesia , Ruang :

PVMBG reported that seismicity significantly increased at Ruang on 29 April and the signals indicated magma moving towards the surface. Earthquakes began to be felt at 00h15 on 30 April. At 01h15 the earthquakes intensified; residents in neighboring Tagulandang Island reportedly felt continuous shaking, heard loud roaring, and saw an ash plume rising about 2 km above the summit. Activity continued to escalate and at 01h30 the Alert Level was raised to 4 (the highest level on a scale of 1-4). The public was warned to stay 7 km away from the active crater and residents on Tagulandang within 6 km were instructed to evacuate. A webcam photo from 02h32 on 30 April showed lava being ejected above the summit; an eruptive event was recorded in seismic data at 02h35. According to the Darwin VAAC ash plumes had risen to 15.2 km (50,000 ft) a.s.l. by 0300 and to 19.2 km (63,000 ft) a.s.l. by 03h20, and by 06h20 were expanding radially; the plumes may have risen to 23 km (75,400 ft) a.s.l. or more based on other expert analysis.

PVMBG noted that at 08h35 dense gray-to-black ash plumes rose at least 5 km and drifted E and S. A webcam photo from 08h27 showed multiple pyroclastic density currents descending the flanks. According to a characterization by BNPB the eruption ejected incandescent lava high above the summit and lightning was frequently seen in the plumes. Tephra fell over a more extensive area compared the 16-18 April eruption phase; gravel-sized tephra fell in Apengsala, about 8 km NNE from Ruang’s central vent, and outside of the exclusion zone. According to a news report residents felt shock waves from the explosions. At least three eruptive events were recorded during 12h00-18h00 that produced gray-and-black ash plumes at least as high as 1.5 km. The VAAC noted that by 15h10 the high-level plume had detached from the summit and was drifting W and SW, and ash between 13.7-19.2 km (45,000-63,000 ft) a.s.l. continued to be identified drifting WNW at least through 09h40 on 1 May. Ash plumes continued to be identified in satellite images, rising to 3 km (10,000 ft) a.s.l. and drifting N and SE at least through 12h40 on 1 May.

According to a news report the eruption and the presence of ash and ashfall caused the closure of seven airports, scheduled to reopen on 1 May: the Sam Ratulangi International Airport (98 km SW in Manado, North Sulawesi), the Gorontalo Airport (371 km SW), the Siau/Sitaro Airport (40 km N), the Bolaang Mongondow Airport (215 km SW), the Tahuna/Naha Airport (150 km N), the Pohuwato Airport (445 SW), and the Pogogul Airport (460 km WSW). On 1 May about 123 residents were evacuated to Bitung City by boat. Ashfall was notable at the Sam Ratulangi International Airport with delays affecting about 7,000 passengers.

Sources: Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG, also known as CVGHM), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Darwin Volcanic Ash Advisory Centre (VAAC), Andrew Tupper, Natural Hazards Consulting, Antara News, GVP.

Photos : PVMBG , Dwikoen Sastro .

 

Tonga , Tofua :

Tonga Geological Services reported that activity at Tofua increased on 26 April and was characterized as having an unusual pattern of activity. A total of 45 eruptive events were identified in data from 09h56 on 26 April to 02h46 on 28 April. An intensifying thermal anomaly was also identified in satellite images. At 22h00 on 28 April an ash plume was identified in a satellite image rising 4-6 km above the summit and drifting NW; it was no longer visible 4 hours later. A SW-drifting plume of sulfur dioxide was also identified in a few satellite images. The number of thermal anomalies over the volcano decreased during 28-30 April, and though sulfur dioxide emissions continued to be detected, the flux had decreased. Mariners were advised to stay 2 km away from the island.

The low, forested Tofua Island in the central part of the Tonga Islands group is the emergent summit of a large stratovolcano that was seen in eruption by Captain Cook in 1774. The summit contains a 5-km-wide caldera whose walls drop steeply about 500 m. Three post-caldera cones were constructed at the northern end of a cold fresh-water caldera lake, whose surface lies only 30 m above sea level. The easternmost cone has three craters and produced young basaltic-andesite lava flows, some of which traveled into the caldera lake. The largest and northernmost of the cones, Lofia, has a steep-sided crater that is 70 m wide and 120 m deep and has been the source of historical eruptions, first reported in the 18th century. The fumarolically active crater of Lofia has a flat floor formed by a ponded lava flow.

Sources: Tonga Geological Services, Government of Tonga  , GVP.

Photo : Tonga Ministry of Lands, Survey, and Natural Resources

 

United States , Yellowstone :

Wednesday, May 1, 2024, 9:56 AM MDT (Wednesday, May 1, 2024, 15:56 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » W,
Summit Elevation 9203 ft (2805 m)
Current Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: GREEN

Recent Work and News
Steamboat Geyser erupted on April 3—the second major water eruption of the geyser so far in 2024.

May means the start of the field season in Yellowstone, and teams will be in the park setting up the seasonal semi-permanent GPS network and performing maintenance on continuous monitoring sites in the latter half of the month. During May 20-22, members of the Yellowstone Volcano Observatory consortium will also gather in Mammoth Hot Springs for the biennial coordination meeting, where they will share scientific results and discuss monitoring and research priorities. The meeting will also include a public event in Gardiner, Montana.

Seismicity
During April 2024, the University of Utah Seismograph Stations, responsible for the operation and analysis of the Yellowstone Seismic Network, located 152 earthquakes in the Yellowstone National Park region. The largest event of the month was a micro earthquake of magnitude 3.1 located about 10 miles north-northeast of West Yellowstone, Montana, on April 23 at 3:30 AM MDT.

April seismicity in Yellowstone was marked by two swarms:
1. An ongoing swarm of 86 earthquakes, located approximately 10 miles north-northeast of West Yellowstone, MT, occurred April 23–30. The largest earthquake in the sequence was the magnitude 3.1 mentioned above.
2. A swarm of 19 earthquakes, located approximately 6 miles north of West Yellowstone, MT, occurred April 28–29. The largest earthquake in the sequence was a magnitude 1.7 on April 28 at 11:58 PM MDT.

Earthquake sequences like these are common and account for roughly 50% of the total seismicity in the Yellowstone region.

Yellowstone earthquake activity is currently at background levels.

Ground Deformation
During the month of April, continuous GPS stations in Yellowstone caldera showed subsidence, which has been ongoing since 2015, interrupted in summer months by a pause or slight uplift caused by seasonal changes related to snowmelt and groundwater conditions. The caldera has subsided by about 3 cm (1.2 in) since the end of September. A slight amount of subsidence (less than 1 cm, or a fraction of an inch) has occurred at Norris Geyser Basin over the past two months.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO.

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 22-29 April with nighttime crater incandescence. Sulfur dioxide emissions averaged 1,800 tons per day on 22 April. Very small eruptive events were occasionally recorded during 22-26 April. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 2 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Source: Japan Meteorological Agency (JMA) , GVP

Photo : S.Nakano ( archive)

 

Colombia , Chiles / Cerro Negro :

Weekly Activity Bulletin: Chiles Volcanic Complex and Cerro Negro (CVCCN)

From the monitoring of the activity of the CHILES AND CERRO NEGRO VOLCANOES, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), reports that:

Compared to the previous week, between April 23 and 29, 2024, an increase in seismic occurrence and a decrease in energy released were observed. The predominance of seismicity associated with the fracture of rocks continues in the region of the two volcanoes, although earthquakes associated with the movement of fluids continue to be recorded, some of them with very low frequency contents , which could imply movement of magmatic components within the volcanic complex. .

Two sources of fracture earthquakes were observed, the first with dispersed seismicity located towards the South-East of the Chiles volcano, at distances between 0.5 and 14 km, with depths between 3 and 11 km relative to its summit (4700 m above sea level) and a maximum magnitude of 1.3. The second source was located in the collapse zone north of the summit of the Chiles volcano, at distances less than 2 km, with depths between 2 and 5 km from its summit (4,700 m above sea level) and a maximum magnitude of 1.7.
Volcanic deformation processes recorded by sensors installed on the ground and by remote satellite sensors continue. The evolution of activity in the CVCCN is the result of internal processes derived from the complex interaction between the magmatic system, the hydrothermal system and the geological faults of the area. Therefore, the probability of the occurrence of energetic earthquakes that can be felt by residents in the CVCCN zone of influence persists.

Volcanic activity remains in a YELLOW ALERT state: Active volcano with changes in the behavior of the base level of monitored parameters and other manifestations.

Source et photo : SGC

02 Mai 2024. FR . Indonésie : Ruang , Tonga : Tofua , Etats- Unis : Yellowstone , Japon : Sakurajima , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

02 Mai 2024.

 

Indonésie , Ruang :

Le PVMBG a signalé que la sismicité avait considérablement augmenté sur le Ruang le 29 avril et que les signaux indiquaient que le magma se déplaçait vers la surface. Les tremblements de terre ont commencé à se faire sentir à 0 h 15 le 30 avril. À 1 h 15, les tremblements de terre se sont intensifiés ; Les habitants de l’île voisine de Tagulandang auraient ressenti des tremors continus, entendu de forts rugissements et vu un panache de cendres s’élever à environ 2 km au-dessus du sommet. L’activité a continué de s’intensifier et à 1 h 30, le niveau d’alerte a été porté à 4 (le niveau le plus élevé sur une échelle de 1 à 4). Le public a été averti de rester à 7 km du cratère actif et les habitants de Tagulandang dans un rayon de 6 km ont reçu l’ordre d’évacuer. Une photo webcam de 02h32 le 30 avril montrait de la lave éjectée au-dessus du sommet ; un événement éruptif a été enregistré dans les données sismiques à 02h35. Selon le Darwin VAAC, les panaches de cendres s’étaient élevés à 15,2 km (50 000 pieds) d’altitude vers 03h00 et jusqu’à 19,2 km (63 000 pieds) d’altitude à 3 h 20 et à 6 h 20, ils étaient en expansion radiale ; les panaches peuvent avoir atteint 23 km (75 400 pieds) d’altitude ou plus sur la base d’autres analyses d’experts.

Le PVMBG a noté qu’à 8 h 35, des panaches denses de cendres grises à noires s’élevaient d’au moins 5 km et dérivaient vers l’Est et le Sud. Une photo webcam de 8 h 27 montrait de multiples courants de densité pyroclastique descendant les flancs. Selon une caractérisation du BNPB, l’éruption a éjecté de la lave incandescente au-dessus du sommet et des éclairs ont été fréquemment observés dans les panaches. Des tephras sont retombés sur une zone plus étendue que lors de la phase d’éruption du 16 au 18 avril ; du téphra de la taille d’un gravier est tombé à Apengsala, à environ 8 km au Nord-Nord-Est de l’évent central du Ruang, et en dehors de la zone d’exclusion. Selon un rapport , les habitants ont ressenti les ondes de choc provoquées par les explosions. Au moins trois événements éruptifs ont été enregistrés entre 12h00 et 18h00, produisant des panaches de cendres grises et noires atteignant au moins 1,5 km de hauteur. Le VAAC a noté qu’à 15 h 10, le panache de haut niveau s’était détaché du sommet et dérivait vers l’Ouest et le Sud-Ouest, et des cendres entre 13,7 et 19,2 km (45 000 et 63 000 pieds) d’altitude ont continué à être identifiées, dérivant vers l’Ouest-Nord-Ouest au moins jusqu’à 9 h 40 le 1er mai. Des panaches de cendres ont continué d’être identifiés sur les images satellite, s’élevant jusqu’à 3 km (10 000 pieds) d’altitude et en dérive vers le Nord et le Sud-Est au moins jusqu’à 12 h 40 le 1er mai.

Selon un rapport , l’éruption et la présence de cendres et de chutes de cendres ont provoqué la fermeture de sept aéroports, dont la réouverture est prévue le 1er mai : l’aéroport international Sam Ratulangi (98 km au Sud-Ouest de Manado, Sulawesi Nord), l’aéroport de Gorontalo (371 km Sud-Ouest), l’aéroport de Siau/Sitaro (40 km au Nord), l’aéroport de Bolaang Mongondow (215 km au Sud-Ouest), l’aéroport de Tahuna/Naha (150 km au Nord), l’aéroport de Pohuwato (445 km au Sud-Ouest) et l’aéroport de Pogogul (460 km Ouest-Sud-Ouest). Le 1er mai, environ 123 habitants ont été évacués par bateau vers la ville de Bitung. Des chutes de cendres ont été notables à l’aéroport international Sam Ratulangi avec des retards affectant environ 7 000 passagers.

Sources: Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG, also known as CVGHM), Badan Nacional Penanggulangan Bencana (BNPB), Darwin Volcanic Ash Advisory Centre (VAAC), Andrew Tupper, Natural Hazards Consulting, Antara News, GVP.

Photos : PVMBG , Dwikoen Sastro .

 

Tonga , Tofua :

Les Services géologiques des Tonga ont signalé que l’activité sur Tofua avait augmenté le 26 avril et était caractérisée comme ayant un schéma d’activité inhabituel. Au total, 45 événements éruptifs ont été identifiés dans les données allant de 9 h 56 le 26 avril à 2 h 46 le 28 avril. Une anomalie thermique qui s’intensifie a également été identifiée sur les images satellite. Le 28 avril à 22 heures, un panache de cendres a été identifié sur une image satellite s’élevant de 4 à 6 km au-dessus du sommet et dérivant vers le Nord-Ouest ; il n’était plus visible 4 heures plus tard. Un panache de dioxyde de soufre dérivant vers le Sud-Ouest a également été identifié sur quelques images satellite. Le nombre d’anomalies thermiques au-dessus du volcan a diminué entre le 28 et le 30 avril et, même si des émissions de dioxyde de soufre ont continué à être détectées, le flux a diminué. Il est conseillé aux navigateurs de rester à 2 km de l’île.

L’île basse et boisée de Tofua, dans la partie centrale du groupe des îles Tonga, est le sommet émergent d’un grand stratovolcan observé en éruption par le capitaine Cook en 1774. Le sommet contient une caldeira de 5 km de large dont les parois chutent abruptement à environ 500 mètres . Trois cônes post-caldeira ont été construits à l’extrémité Nord d’un lac de caldeira d’eau douce froide, dont la surface se situe à seulement 30 m au-dessus du niveau de la mer. Le cône le plus à l’Est possède trois cratères et a produit de jeunes coulées de lave basaltique-andésite, dont certaines se sont déversées dans le lac de la caldeira. Le plus grand et le plus septentrional des cônes, Lofia, possède un cratère aux parois abruptes de 70 m de large et 120 m de profondeur et a été à l’origine d’éruptions historiques, signalées pour la première fois au XVIIIe siècle. Le cratère avec des fumerolles actives de Lofia a un fond plat formé par une coulée de lave .

Sources : Services géologiques des Tonga, gouvernement des Tonga , GVP.

Photo : Tonga Ministry of Lands, Survey, and Natural Resources

 

Etats- Unis , Yellowstone :

Mercredi 1er mai 2024, 9h56 MDT (mercredi 1er mai 2024, 15h56 UTC)

44°25’48 » N 110°40’12 » O,
Altitude du sommet :9 203 pieds (2 805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : NORMAL
Code couleur aviation actuel : VERT

Travaux récents et actualités
Le Steamboat Geyser a présenté une éruption le 3 avril, soit la deuxième éruption majeure du geyser jusqu’à présent en 2024.

Mai signifie le début de la saison sur le terrain à Yellowstone, et des équipes seront dans le parc pour installer le réseau GPS saisonnier semi-permanent et effectuer la maintenance des sites de surveillance continue dans la seconde moitié du mois. Du 20 au 22 mai, les membres du consortium de l’Observatoire du volcan Yellowstone se réuniront également à Mammoth Hot Springs pour la réunion de coordination biennale, où ils partageront leurs résultats scientifiques et discuteront des priorités en matière de surveillance et de recherche. La réunion comprendra également un événement public à Gardiner, Montana.

Sismicité
En avril 2024, les stations sismographiques de l’Université de l’Utah, responsables de l’exploitation et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 152 tremblements de terre dans la région du parc national de Yellowstone. L’événement le plus important du mois a été un micro-séisme de magnitude 3,1 situé à environ 16 km au Nord-Nord-Est de West Yellowstone, dans le Montana, le 23 avril à 3 h 30 HAR.

La sismicité d’avril à Yellowstone a été marquée par deux essaims :
1. Une série continue de 86 tremblements de terre, situés à environ 16 km au Nord-Nord-Est de West Yellowstone, MT, qui s’est produite du 23 au 30 avril. Le plus grand séisme de la séquence était de magnitude 3,1 mentionné ci-dessus.
2. Une série de 19 tremblements de terre, situés à environ 6 miles au Nord de West Yellowstone, MT, qui se sont produits les 28 et 29 avril. Le plus grand tremblement de terre de la séquence était d’une magnitude de 1,7 le 28 avril à 23 h 58 HAR.

De telles séquences sismiques sont courantes et représentent environ 50 % de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone est actuellement à des niveaux de fond.

Déformation du sol
Au cours du mois d’avril, les stations GPS continues dans la caldeira de Yellowstone ont montré un affaissement continu depuis 2015, interrompu pendant les mois d’été par une pause ou un léger soulèvement causé par les changements saisonniers liés à la fonte des neiges et aux conditions des eaux souterraines. La caldeira s’est affaissée d’environ 3 cm (1,2 po) depuis fin septembre. Un léger affaissement (moins de 1 cm, ou une fraction de pouce) s’est produit dans le bassin Norris Geyser au cours des deux derniers mois.

Source : YVO

Photo : Sapphire Pool , YVO.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur volcan Sakurajima , dans la caldeira d’Aira) du 22 au 29 avril avec une incandescence nocturne du cratère. Les émissions de dioxyde de soufre s’élevaient en moyenne à 1 800 tonnes par jour le 22 avril. De très petits événements éruptifs ont été occasionnellement enregistrés du 22 au 26 avril. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Sources :Japan Meteorological Agency (JMA) , GVP

Photo : S.Nakano ( archive)

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activités hebdomadaire : Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Du suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Par rapport à la semaine précédente, entre le 23 et le 29 avril 2024, une augmentation de l’occurrence sismique et une diminution de l’énergie libérée ont été observées. La prédominance de la sismicité associée à la fracture des roches se poursuit dans la région des deux volcans, bien que l’on continue à enregistrer des tremblements de terre associés au mouvement des fluides, certains d’entre eux avec des contenus de très basse fréquence, ce qui pourrait impliquer un mouvement de composants magmatiques à l’intérieur du complexe volcanique. .

Deux sources de séismes de fracture ont été observées, la première avec une sismicité dispersée située vers le Sud-Est du volcan Chiles, à des distances comprises entre 0,5 et 14 km, avec des profondeurs comprises entre 3 et 11 km par rapport à son sommet (4700 m d’altitude) et une magnitude maximale de 1,3. La deuxième source était située dans la zone d’effondrement au Nord du sommet du volcan Chiles, à des distances inférieures à 2 km, avec des profondeurs comprises entre 2 et 5 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et une magnitude maximale de 1,7.
Les processus de déformation volcanique enregistrés par des capteurs installés au sol et par des capteurs satellites distants se poursuivent. L’évolution de l’activité dans le CVCCN est le résultat de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, le système hydrothermal et les failles géologiques de la zone. Par conséquent, la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN persiste.

L’activité volcanique reste en état d’ALERTE JAUNE : Volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations.

Source et photo : SGC

March 28, 2024. EN. Aleutian Islands : Atka , Iceland : Reykjanes Peninsula , Indonesia : Dukono , Japan : Sakurajima , Costa Rica : Poas .

March 28 , 2024.

 

Aleutian Islands , Atka :

AVO/USGS Volcanic Activity Notice

Current Volcano Alert Level: ADVISORY
Previous Volcano Alert Level: NORMAL
Current Aviation Color Code: YELLOW
Previous Aviation Color Code: GREEN

Issued: Wednesday, March 27, 2024, 9:06 PM AKDT
Source: Alaska Volcano Observatory
Notice Number: 2024/A287
Location: N 52 deg 19 min W 174 deg 8 min
Elevation: 5030 ft (1533 m)
Area: Aleutians

Volcanic Activity Summary:
A small, short-lived explosion was detected at the Atka volcanic complex this evening at 19:36 AKDT March 27 (03:36 UTC March 28), and AVO is increasing the Aviation Color Code to YELLOW and the Volcano Alert Level to ADVISORY. The event was detected in local infrasound and seismic data and was followed by a few minutes of elevated seismic tremor. Processing of the local infrasound data indicates the explosion originated from the summit crater of Korovin, one of several volcanoes within the Atka volcanic complex. No ash emissions have been observed in satellite images.

East flank of Korovin volcano as viewed off the NE shore of Atka Island from the M/V Steadfast. From left to right, volcanic features are Konia and Korovin.

Remarks:
The Atka volcanic complex forms the northern part of Atka Island, located about 16 km north of the community of Atka and 1,761 km southwest of Anchorage. The Atka volcanic complex includes a possible older caldera and several younger vents, including Korovin Volcano, Mount Kliuchef, and Sarichef Volcano. Korovin Volcano, a 1553-m-high (5030 ft) stratovolcano, has been the site of most historical volcanic activity, and has a small, roiling crater lake that occasionally produces energetic steam emissions. Korovin has erupted several times in the past 200 years, including 1973, 1987, and 1998, and has likely had small ash emissions as recently as 2005. Typical recent Korovin eruptions produce minor amounts of ash and occasional but small lava flows. Reports of the height of the ash plume produced by the 1998 eruption ranged as high as 10,600 m (35,000 feet) above sea level. Mount Kliuchef is composed of a series of five vents aligned northeast–southwest. The two main summit vents of Kliuchef appear relatively young and the easternmost was probably the source of an 1812 eruption that is sometimes attributed to Sarichef.

Source : AVO

Photo : Schaefer, Janet ( courtesy of the AVO/ADGGS. )

 

Iceland : Reykjanes Peninsula :

Activity of the volcanic eruption remains steady . Continued hazard due to volcanic gas
Updated 27. March at 14:00 UTC

High levels of SO2 (Sulfur Dioxide) were measured over the weekend. Gas dispersion forecast can be followed here .
This concentration of SO2 is considered very unhealthy. It is important to pay close attention to developments in air quality.
Eruption tremor has remained consistent since then, as has the activity in the three craters. Lava continues to flow southward from the craters mostly atop the lava field formed during the first days of the eruption. The following image shows the extension of the lava field as extrapolated from satellite images (ICEYE). The latest acquisition was on 26 March and it shows the widening of lava field towards the west, south of Hagafell, as well as further lava advancement towards the east and the south of the active vents.

Striped areas indicate regions where changes occurred in the lava field between March 20 and 26. The red-striped part of the area signifies area where lava had not flowed previously in this eruption. Light purple areas denote areas where lava flowed from eruptions in February and January.

Uplift continues in Svartsengi but at a slower rate than prior to previous eruptions or dike intrusions in recent months. This suggests that magma is still accumulating beneath Svartsengi despite ongoing eruption. Little to no seismic activity has been detected in the area.

High levels of SO2 measured past few days
Since friday (22 mars) two additional stations to monitor the concentrations of SO2 at the ground have been installed. VÍ, in collaboration with Almannavarnir, located them at Blue Lagoon and in the harbour area in Grindavík. Both stations are streaming data to the UST website, loftgæði.is.

Early yesterday morning, at around 03:00, the station in BL revealed levels of SO2 up to 7000 microgram/m3, and this morning at around 04:00 the station in Grindavík (Nesvegur) measured concentrations up to 9000 micrograms/m3. Such concentrations are considered unhealthy and people are recommended to follow the instructions provided by UST and Embætti landlæknis (link). On the 26th March, the station in Hafnir also showed high concentrations of SO2 up to about 2000 microgram/m3 around midday. The amount of SO2 released by the eruption and the meteorology in the area are still creating the conditions for severe gas pollution in the peninsula.

Source : IMO.

Photos : IMO , mbl.is’s webcams.

 

Indonesia , Dukono :

An eruption of Mount Dukono occurred on Thursday, March 28, 2024 at 2:44 p.m. WIT with the height of the ash column observed at ±1,200 m above the summit (±2,287 m above the level of the sea). The ash column was observed to be white to gray in color with thick intensity, oriented towards the North-West. At the time of writing, the eruption was still ongoing.

Seismicity:
26 eruption/explosion earthquakes with an amplitude of 4 to 25 mm and an earthquake duration of 29.67 to 54.89 seconds.
1 local tectonic earthquake with an amplitude of 5 mm, and duration of the earthquake 43.23 seconds.
4 distant tectonic earthquakes with an amplitude of 4-20 mm, earthquake duration 69.92-97.36 seconds.
1 Continuous tremor with an amplitude of 0.5 to 2 mm, dominant value of 1 mm.

RECOMMENDATION
(1) People around Mount Dukono and visitors/tourists are advised not to do activities, climb or approach Malupang Warirang Crater within a 3 km radius.
(2) Since eruptions with volcanic ash occur periodically and the distribution of ash follows the wind direction and speed, so the ash landing area is not fixed, it is recommended for People around Mount Dukono always wear masks/nose and mouth coverings to use when needed to avoid the threat of volcanic ash on the respiratory system.

Pusat Vulkanologi dan Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG) reported that Dukono continued to erupt during 20-26 March. Gray-and-white emissions rose as high as 450 m above the summit. The Alert Level remained at Level 2 (on a scale of 1–4), and the public was warned to remain outside of the 3-km exclusion zone.

Sources : Magma Indonésie , GVP

Photo : PVMBG

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 18-25 March. An explosion at 1952 on 18 March produced an ash plume that rose 1.2 km above the crater rim and drifted SE and ejected large blocks 800-1,100 m from the vent. Very small eruptions and nighttime incandescence were observed at the summit crater during other days of the report period. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 2 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Sources : Agence météorologique japonaise (JMA) , GVP.

Photo : Rizal M.

 

Costa Rica , Poas :

Latitude: 10.2
Longitude: -84,233
Altitude: 2,687 meters

Activity observed:
A small eruption was recorded by a network of seismographs and infrasound sensors on March 25, 2024 at 3:28 p.m. local time. Fumarolic degassing remains strong and vigorous through the fumaroles that lie at the almost dry bottom of the active crater. The seismic signal of volcanic tremor with frequencies between 0.8 and 4 Hz continues to be recorded continuously. This tremor is associated with the strong release of jets or jets of vapors, gases and aerosols through narrow fumarole ducts, which produces a loud noise in the fumarole vents. On March 25, the temperature of the fumarole, which features glowing light and pink-lilac-blue flames, was measured remotely with an infrared camera, recording 302 degrees Celsius. The SO2 concentration at Visitor’s Viewpoint recorded a maximum of 3 parts per million this morning according to the ExpoGAS sensor. Meanwhile, the MultiGAS system located on the western rim of the crater indicates gas ratios around stable values, SO2/CO2 between 0.3 and 0.9 and H2S/SO2 between 0.2 and 0.6.

Between March 22 and 25, 2024, the SENTINEL 5 satellite detected significant quantities of SO2 gas emitted by Poás: on March 22, 277 tons and on March 25, 252 tons. Several officials from the Poás Volcano National Park and neighbors in the vicinity of the volcano to the west have reported health problems in recent days, especially at night: headaches, nausea, irritation of the mucous membranes (eyes, nose, mouth, skin), nosebleeds. It is recommended to take measures to minimize or avoid health effects, such as reducing exposure time to gases and volcanic particles, sleeping in spaces with quality air, and using masks to protect the respiratory system from gases and particles.

Environmental conditions:
The predominant wind direction is from the South-South-West with a speed of 8 km/h (IMN). The summit of Poás remains clear.
Activity Level: Warning (2)

Source : Ovsicori.

28 Mars 2024. FR. Iles Aléoutiennes : Atka , Islande : Péninsule de Reykjanes , Indonésie : Dukono , Japon : Sakurajima , Costa Rica : Poas .

28 Mars 2024.

 

Iles Aleoutiennes , Atka :

Avis d’activité volcanique AVO/USGS

Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Niveau d’alerte volcanique précédent : NORMAL
Code couleur aviation actuel : JAUNE
Code couleur aviation précédent : VERT

Émis : mercredi 27 mars 2024, 21h06 AKDT
Source : Observatoire du volcan d’Alaska
Numéro d’avis : 2024/A287
Localisation : N 52 degrés 19 min W 174 degrés 8 min
Altitude: 5030 pieds (1533 m)
Région : Aléoutiennes

Résumé de l’activité volcanique :
Une petite explosion de courte durée a été détectée sur le complexe volcanique d’Atka ce soir à 19h36 AKDT le 27 mars (03h36 UTC le 28 mars), et j’AVO augmente le code couleur de l’aviation à JAUNE et le niveau d’alerte volcanique à AVIS . L’événement a été détecté dans les données infrasons et sismiques locales et a été suivi de quelques minutes de tremors sismiques élevés. Le traitement des données infrasons locales indique que l’explosion provient du cratère sommital de Korovin, l’un des nombreux volcans du complexe volcanique d’Atka. Aucune émission de cendres n’a été observée sur les images satellite.

 

Flanc Est du volcan Korovin vu au large de la côte Nord-Est de l’île Atka depuis le M/V Steadfast. De gauche à droite, les caractéristiques volcaniques sont Konia et Korovin.

Remarques:
Le complexe volcanique d’Atka forme la partie Nord de l’île d’Atka, située à environ 16 km au nord de la communauté d’Atka et à 1 761 km au Sud-Ouest d’Anchorage. Le complexe volcanique d’Atka comprend une possible caldeira plus ancienne et plusieurs cheminées plus jeunes, notamment le volcan Korovin, le mont Kliuchef et le volcan Sarichef. Le volcan Korovin, un stratovolcan de 1 553 m de haut, a été le site de la plus grande activité volcanique historique et possède un petit lac de cratère bouillonnant qui produit occasionnellement des émissions de vapeur énergétique. Le Korovin est entré en éruption à plusieurs reprises au cours des 200 dernières années, notamment en 1973, 1987 et 1998, et a probablement émis de petites émissions de cendres aussi récemment qu’en 2005. Les éruptions récentes typiques du Korovin produisent des quantités mineures de cendres et des coulées de lave occasionnelles mais petites. Les rapports faisant état de la hauteur du panache de cendres produit par l’éruption de 1998 variaient jusqu’à 10 600 m (35 000 pieds) au-dessus du niveau de la mer. Le mont Kliuchef est composé d’une série de cinq évents alignés Nord-Est-Sud-Ouest. Les deux principales cheminées sommitales du Kliuchef semblent relativement jeunes et la plus orientale a probablement été à l’origine d’une éruption de 1812 parfois attribuée au Sarichef.

Source : AVO

Photo : Schaefer, Janet ( courtesy of the AVO/ADGGS. )

 

Islande , Péninsule de Reykjanes :

L’activité de l’éruption volcanique reste stable. Danger persistant dû au gaz volcanique
Mis à jour le 27 mars à 14h00 UTC

Des niveaux élevés de SO2 (dioxyde de soufre) ont été mesurés au cours du week-end.
Cette concentration de SO2 est considérée comme très malsaine. Il est important de prêter une attention particulière à l’évolution de la qualité de l’air.
Les tremors d’éruption sont restés constants depuis lors, tout comme l’activité dans les trois cratères. La lave continue de couler vers le Sud depuis les cratères, principalement au sommet du champ de lave formé au cours des premiers jours de l’éruption. L’image montre l’extension du champ de lave extrapolée à partir d’images satellite (ICEYE). La dernière acquisition a eu lieu le 26 mars et montre l’élargissement du champ de lave vers l’Ouest, au Sud de Hagafell, ainsi qu’une nouvelle progression de la lave vers l’Est et le Sud des cheminées actives.

Les zones rayées indiquent les régions où des changements se sont produits dans le champ de lave entre le 20 et le 26 mars. La partie rayée en rouge de la zone signifie la zone où la lave n’avait pas coulé auparavant lors de cette éruption. Les zones violet clair désignent les zones où la lave s’est écoulée lors des éruptions de février et janvier.

Le soulèvement se poursuit à Svartsengi, mais à un rythme plus lent qu’avant les éruptions précédentes ou les intrusions de dykes de ces derniers mois. Cela suggère que le magma s’accumule toujours sous le Svartsengi malgré l’éruption en cours. Peu ou pas d’activité sismique n’a été détectée dans la zone.

Niveaux élevés de SO2 mesurés ces derniers jours
Depuis vendredi (22 mars), deux stations supplémentaires pour surveiller les concentrations de SO2 au sol ont été installées , en collaboration avec Almannavarnir, localisées à Blue Lagoon et dans la zone portuaire de Grindavík. Les deux stations diffusent des données sur le site Web de l’UST, loftgæði.is.

Tôt hier matin, vers 03h00, la station de BL a révélé des niveaux de SO2 allant jusqu’à 7 000 microgrammes/m3, et ce matin vers 04h00, la station de Grindavík (Nesvegur) a mesuré des concentrations allant jusqu’à 9 000 microgrammes/m3. De telles concentrations sont considérées comme mauvaises pour la santé et il est recommandé aux personnes de suivre les instructions fournies par l’UST et Embætti landlæknis . Le 26 mars, la station de Hafnir a également montré des concentrations élevées de SO2 pouvant atteindre environ 2 000 microgramme/m3 vers midi. La quantité de SO2 libérée par l’éruption et les conditions météorologiques de la région créent toujours les conditions d’une grave pollution gazeuse dans la péninsule.

Source : IMO.

Photos : IMO , mbl.is’s webcams.

 

Indonésie , Dukono :

Une éruption du mont Dukono s’est produite le jeudi 28 mars 2024 à 14 h 44 WIT avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 1 200 m au-dessus du sommet (± 2 287 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant de couleur blanche à grise avec une intensité épaisse , orientée vers le Nord-Ouest. Au moment de la rédaction de ce rapport, l’éruption était toujours en cours.

Sismicité :
26 séismes d’éruptions / explosions d’une amplitude de 4 à 25 mm et d’une durée de séisme de 29,67 à 54,89 secondes.
1 séisme tectonique local d’une amplitude de 5 mm, et durée du séisme 43,23 secondes.
4 tremblements de terre tectoniques lointains d’une amplitude de 4-20 mm, durée du séisme 69,92-97,36 secondes.
1 Tremor continu d’une amplitude de 0,5 à 2 mm, valeur dominante de 1 mm.

RECOMMANDATION
(1) Il est conseillé aux personnes autour du mont Dukono et aux visiteurs/touristes de ne pas faire d’activités, d’escalader ou de s’approcher du cratère Malupang Warirang dans un rayon de 3 km.
(2) Étant donné que des éruptions avec des cendres volcaniques se produisent périodiquement et que la distribution des cendres suit la direction et la vitesse du vent, de sorte que la zone d’atterrissage des cendres n’est pas fixe, il est recommandé aux personnes autour du mont Dukono de toujours porte des masques/nez et des couvre-bouche à utiliser en cas de besoin pour éviter la menace de cendres volcaniques sur le système respiratoire.

Le Pusat Vulkanologi et Mitigasi Bencana Geologi (PVMBG) a signalé que le Dukono avait continué son éruption du 20 au 26 mars. Les émissions grises / blanches ont atteint 450 m au-dessus du sommet. Le niveau d’alerte est resté au niveau 2 (sur une échelle de 1 à 4) et le public a été averti de rester en dehors de la zone d’exclusion de 3 km.

Sources : Magma Indonésie , GVP

Photo : PVMBG

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima , dans la caldeira d’Aira) du 18 au 25 mars. Une explosion à 19 h 52 le 18 mars a produit un panache de cendres qui s’est élevé de 1,2 km au-dessus du bord du cratère , a dérivé vers le Sud-Est et a éjecté de gros blocs à 800-1 100 m de l’évent. De très petites éruptions et une incandescence nocturne ont été observées dans le cratère sommital au cours des autres jours de la période du rapport. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

 

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Sources : Agence météorologique japonaise (JMA) , GVP.

Photo : Rizal M.

 

Costa Rica , Poas :

Latitude : 10,2
Longitude : -84 233
Altitude : 2 687 mètres

Activité observée :
Une petite éruption a été enregistrée par un réseau de sismographes et de capteurs infrasons le 25 mars 2024 à 15h28, heure locale. Le dégazage fumerolien reste fort et vigoureux à travers les fumerolles qui se trouvent au fond presque sec du cratère actif. Le signal sismique de tremor volcanique avec des fréquences comprises entre 0,8 et 4 Hz continue d’être enregistré en continu. Ce tremor est associé à la forte libération de jets ou de jets de vapeurs, de gaz et d’aérosols à travers des conduits fumeroliens étroits, ce qui produit un bruit fort dans les évents des fumerolles. Le 25 mars, la température de la fumerolle, qui présente une lumière rougeoyante et des flammes rose-lilas-bleu, a été mesurée à distance avec une caméra infrarouge, enregistrant 302 degrés Celsius. La concentration de SO2 au Visitor’s Viewpoint a enregistré ce matin un maximum de 3 parties par million selon le capteur ExpoGAS. Pendant ce temps, le système MultiGAS situé sur le bord Ouest du cratère indique des ratios gazeux autour de valeurs stables, SO2/CO2 entre 0,3 et 0,9 et H2S/SO2 entre 0,2 et 0,6.

Entre le 22 et le 25 mars 2024, le satellite SENTINEL 5 a détecté des quantités importantes de gaz SO2 émis par le Poás : le 22 mars 277 tonnes et le 25 mars 252 tonnes. Plusieurs responsables du Parc National du Volcan Poás et des voisins des environs du volcan à l’Ouest ont signalé ces jours-ci des problèmes de santé, notamment la nuit : maux de tête, nausées, irritation des muqueuses (yeux, nez, bouche, peau), saignements de nez . Il est recommandé de prendre des mesures pour minimiser ou éviter les effets sur la santé, comme réduire le temps d’exposition aux gaz et aux particules volcaniques, dormir dans des espaces avec un air de qualité et utiliser des masques pour protéger le système respiratoire des gaz et des particules.

Conditions environnementales:
La direction du vent prédominante est du Sud-Sud-Ouest avec une vitesse de 8 km/h (IMN). Le sommet du Poás reste dégagé.
Niveau d’activité : Avertissement (2)

Source : Ovsicori.

March 14, 2024. EN. Nicaragua : Massaya , Iceland : Reykjanes Peninsula , Vanuatu : Ambae , Indonesia : Marapi , Japan : Sakurajima .

March 14 , 2024.

 

Nicaragua , Massaya :

According to news articles, INETER reported that gas emissions increased at Masaya’s Santiago Crater in February, small landslides occurred from the inner NW crater wall, and the level of the lava lake had slightly increased. The report noted that SINAPRED recommended limits on the number of people and the time spent at the viewing area at the crater rim. A larger landslide occurred on 2 March and covered the active lava lake. A satellite image from 3 March showed a much smaller thermal anomaly on the crater floor compared to a 22 February image. According to an 8 March news article, INETER reported that small landslides continued to occur, originating from the inner SW and NW crater walls; a more notable landslide was recorded at 0900. The lava lakes remained covered with the deposits. Constant gas emissions rose from vents possibly on the crater floor and from fractures on the inner walls, though the gas flux was at lower rate, estimated to be 25-30 percent of the normal values. Seismicity was low with RSAM values around 23. The report noted that the Parque Nacional Volcán Masaya may partially open, though the public was warned to stay 800 m away from Santiago Crater.

Masaya volcano in Nicaragua has erupted frequently since the time of the Spanish Conquistadors, when an active lava lake prompted attempts to extract the volcano’s molten « gold » until it was found to be basalt rock upon cooling. It lies within the massive Pleistocene Las Sierras caldera and is itself a broad, 6 x 11 km basaltic caldera with steep-sided walls up to 300 m high. The caldera is filled on its NW end by more than a dozen vents that erupted along a circular, 4-km-diameter fracture system. The Nindirí and Masaya cones, the source of observed eruptions, were constructed at the southern end of the fracture system and contain multiple summit craters, including the currently active Santiago crater. A major basaltic Plinian tephra erupted from Masaya about 6,500 years ago. Recent lava flows cover much of the caldera floor and there is a lake at the far eastern end. A lava flow from the 1670 eruption overtopped the north caldera rim. Periods of long-term vigorous gas emission at roughly quarter-century intervals have caused health hazards and crop damage.

Sources : Copernic, La Prensa (Nicaragua), El 19 Digital , GVP.

Photo : gvp / Jaime Incer.

 

Iceland , Reykjanes Peninsula:

Continued increased likelihood of an eruption. Likely sequence of events over the next several days:
Updated 12. March at 17:00 UTC

The volume of magma beneath Svartsengi continues to increase, which could result in a new dike intrusion and possibly an eruption.
An eruption could occur with very short notice, possibly less than 30 minutes.
The most likely eruption site is between Stóra-Skógafell and Hagafell.
Model calculations show that magma accumulation at Svartsengi continues at a steady rate. In previous events a magma intrusion has formed when the volume of accumulated magma has reached 8 to 13 million cubic meters. The total volume accumulated now has already reach this threshold. Pressure buildup therefore continues to increase in the magma chamber and likelihood of a new dike intrusion and even an eruption in the next days is increased.

140 earthquakes have been detected in the vicinity of the Sundhnúkur crater row and Grindavík since Friday. The majority of these earthquakes have been minor or below magnitude 1.0 whilst the largest measured event was a M2.8 on Friday evening, at around 5km depth just SE of Þorbjörn. Seismic activity in the area has increased slightly in the past few days compared to last week, which can possibly be linked to calmer winds and optimal weather conditions for earthquake detections.

The IMO has updated the hazard assessment map. The hazard level remains unchanged from the last map. The new hazard assessment map took effect at 15:00 today, Tuesday, March 12th and is valid until March 19th, barring any changes to the situation.

Unusually rythmic pattern of unrest, upto this point.
As reported last week, the behavior of the dike propagation on March 2nd differed in some ways to the previous dike formations. Scientists will continue to gather data and infer if the event on March 2nd indicates possible changes to the unusually rythmic pattern of unrest with magma accumulation at Svartsengi and repeated dyke intusions and eruptions.

These events of unrest have previously been compared to the unrest in Krafla that started in 1975. During a period of 10 years, 20 magma intrusions occurred with 9 of them culminating in a volcanic eruption (See image below). In the Krafla unrest magma always intruded into the same dike, but at different scales of magnitude. However, the eruptions did not follow a similarly regular pattern as observed so far in the Sundhnúkar crater row and has in fact been unusually rythmic.

Source : IMO

Photos : IMO , Siggi Anton

 

 Vanuatu , Ambae :

The major unrest volcanic activity at Ambae is continuing at Lake Voui. Latest field observations and ongoing data analysis has confirmed that Ambae volcanic activity conditions is unstable at the major unrest level. The Ambae volcano activity is likely to continue at similar level, consistent with Volcanic Alert Level 2. The danger zone for life safety is limited at 2 km radius from the 2017-2018 active vents and flowing creeks during heavy rain.

Latest observation photos from the field showed that ongoing obvious emission of volcanic steam and/or gases and/or ashes are emitted from active vents inside Lake. With this ongoing volcanic activity, people of Ambae and neighboring islands can observe the volcanic cloud at the summit of Ambae Island. Volcanic hazards remain at the volcano summit area and flowing creeks (e.g. remobilization of remaining ash from 2017 and 2018 eruption). At this major unrest state, volcanic ash and acid rain can be also expected at villages located around the volcano summit specially those exposed to prevailing trade winds when the volcanic cloud reaching few kilometers in height.

On 8 March the Vanuatu Meteorology and Geohazards Department (VMGD) reported that emissions from the active vents at Ambae were ongoing based on recent field observations and photographs. The emissions contained gas, or steam, or ash, or some combination of all three. The Alert Level remained at 2 (on a scale of 0-5), and the public was warned to stay outside of the Danger Zone, defined as a 2-km radius around the active vents in Lake Voui, and away from drainages during heavy rains.

Sources : Vanuatu Meteorology and Geohazards Department  (VMGD) , GVP.

Photo : air taxi vanuatu ( archive).

 

Indonesia , Marapi :

An eruption of Mount Marapi occurred on Thursday, March 14, 2024 at 1:32 p.m. WIB with the height of the ash column observed at ± 1000 m above the summit (± 3891 m above sea level). The ash column was observed to be gray with thick intensity, oriented towards the East. At the time of writing, the eruption was still ongoing.

VOLCANO OBSERVATORY NOTICE FOR AVIATION – VONA

Issued : March 14 , 2024 .
Volcano : Marapi (261140)
Current Aviation Colour Code : ORANGE
Previous Aviation Colour Code : orange
Source : Marapi Volcano Observatory
Notice Number : 2024MAR026
Volcano Location : S 0 deg 22 min 52 sec E 100 deg 28 min 23 sec
Area : West Sumatra, Indonesia
Summit Elevation : 9251 FT (2891 M)

Volcanic Activity Summary :
Eruption with volcanic ash cloud at 06h32 UTC (13h32 local).

Volcanic Cloud Height :
Best estimate of ash-cloud top is around 12451 FT (3891 M) above sea level or 3200 FT (1000 M) above summit. May be higher than what can be observed clearly. Source of height data: ground observer.

Other Volcanic Cloud Information :
Ash cloud moving from east to southeast. Volcanic ash is observed to be gray. The intensity of volcanic ash is observed to be thick.

Remarks :
Eruption recorded on seismogram with maximum amplitude 30.3 mm and maximum duration 36 second. Tremor recorded on seismogram with maximum amplitude 2 mm.

PVMBG reported that eruptive activity at Marapi (in Sumatra) continued from March 6-12. Plumes of white and gray ash rose 250 to 700 m above the summit and drifted in several directions from March 6 to 8. White plumes of steam and gas rose 150 to 250 m above the summit and drifted northeast, east, and southeast from March 9 to 12. The alert level remained at 3 (on a scale of 1 to 4) and the public was warned to stay 4.5 km from the active crater.

Source et photo : Magma Indonésie.

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 4-11 March with nighttime crater incandescence. Very small eruptive events occasionally occurred during 4-8 March. An explosion at 03h59 on 9 March produced an ash plume that rose 800 m above the crater rim and drifted SE, and ejected large blocks 1.3-1.7 km from the vent. Eruptive events at 15h40 on 10 March and at 05h32 on 11 March generated ash plumes that rose 1.2-1.3 km above the crater rim and drifted E. An ash plume from an explosion at 21h32 on 11 March rose 1.4 km above the crater rim and drifted NE; large blocks were ejected 500-700 m from the vent. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 2 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Sources : Japan Meteorological Agency (JMA) , GVP.

Photo : Rizal M.

14 Mars 2024. FR. Nicaragua : Massaya , Islande : Péninsule de Reykjanes , Vanuatu : Ambae , Indonésie : Marapi , Japon : Sakurajima .

14 Mars 2024.

 

Nicaragua , Massaya :

Selon des articles de presse, l’INETER a rapporté que les émissions de gaz ont augmenté dans le cratère Santiago du Masaya en février, que de petits glissements de terrain se sont produits à partir de la paroi intérieure du cratère Nord-Ouest et que le niveau du lac de lave a légèrement augmenté. Le rapport note que le SINAPRED recommande de limiter le nombre de personnes et le temps passé dans la zone d’observation au bord du cratère. Un glissement de terrain plus important s’est produit le 2 mars et a recouvert le lac de lave actif. Une image satellite du 3 mars a montré une anomalie thermique beaucoup plus petite au fond du cratère par rapport à une image du 22 février. Selon un article de presse du 8 mars, l’INETER a signalé que de petits glissements de terrain continuaient de se produire, provenant des parois intérieures du cratère Sud-Ouest et Nord-Ouest ; un glissement de terrain plus notable a été enregistré à 9 heures. Les lacs de lave sont restés recouverts de dépôts. Les émissions constantes de gaz ont augmenté à cause des évents éventuellement au fond du cratère et des fractures sur les parois internes, bien que le flux de gaz ait été plus faible, estimé à 25-30 pour cent des valeurs normales. La sismicité était faible avec des valeurs RSAM autour de 23. Le rapport note que le parc national du volcan Masaya pourrait s’ouvrir partiellement, bien que le public ait été averti de rester à 800 m du cratère Santiago.

Le volcan Masaya au Nicaragua est entré en éruption fréquemment depuis l’époque des conquistadors espagnols, lorsqu’un lac de lave actif a incité à tenter d’extraire « l’or » fondu du volcan jusqu’à ce qu’il se révèle être une roche basaltique après refroidissement. Il se trouve dans la caldeira massive , datant du Pléistocène , de Las Sierras et est lui-même une large caldeira basaltique de 6 x 11 km avec des parois abruptes atteignant 300 m de haut. La caldeira est remplie à son extrémité Nord-Ouest par plus d’une douzaine d’évents qui ont grandi le long d’un système de fractures circulaire de 4 km de diamètre. Les cônes Nindirí et Masaya, à l’origine des éruptions observées, ont été construits à l’extrémité Sud du système de fractures et contiennent plusieurs cratères sommitaux, dont le cratère Santiago actuellement actif. Un téphra basaltique plinien majeur est apparu sur le Masaya il y a environ 6 500 ans. Des coulées de lave récentes couvrent une grande partie du fond de la caldeira et il y a un lac à l’extrémité Est. Une coulée de lave issue de l’éruption de 1670 a dépassé le bord Nord de la caldeira. Des périodes d’émissions de gaz vigoureuses à long terme, à intervalles d’environ un quart de siècle, ont entraîné des risques pour la santé et des dommages aux cultures.

Sources : Copernic, La Prensa (Nicaragua), El 19 Digital , GVP.

Photo : gvp / Jaime Incer.

 

Islande , Péninsule de Reykjanes :

Probabilité toujours accrue d’une éruption . Déroulement probable des événements au cours des prochains jours :
Mise à jour le 12 mars à 17h00 UTC.

Le volume de magma sous Svartsengi continue d’augmenter, ce qui pourrait entraîner une nouvelle intrusion de dyke et éventuellement une éruption.
Une éruption pourrait survenir dans un délai très court, peut-être moins de 30 minutes.
Le site d’éruption le plus probable se situe entre Stóra-Skógafell et Hagafell.
Les calculs du modèle montrent que l’accumulation de magma à Svartsengi se poursuit à un rythme constant. Lors d’événements précédents, une intrusion magmatique s’est formée lorsque le volume de magma accumulé a atteint 8 à 13 millions de mètres cubes. Le volume total accumulé a désormais déjà atteint ce seuil. L’accumulation de pression continue donc d’augmenter dans la chambre magmatique et la probabilité d’une nouvelle intrusion de dykes, voire d’une éruption dans les prochains jours, augmente.

Depuis vendredi, 140 tremblements de terre ont été détectés à proximité de la rangée de cratères de Sundhnúkur et de Grindavík. La majorité de ces tremblements de terre ont été mineurs ou inférieurs à une magnitude de 1,0, tandis que l’événement le plus important mesuré était de M2,8 vendredi soir, à environ 5 km de profondeur, juste au Sud-Est de Þorbjörn. L’activité sismique dans la zone a légèrement augmenté ces derniers jours par rapport à la semaine dernière, ce qui peut éventuellement être lié à des vents plus calmes et à des conditions météorologiques optimales pour la détection des tremblements de terre.

L’OMI a mis à jour la carte d’évaluation des risques. Le niveau de danger reste inchangé par rapport à la dernière carte. La nouvelle carte d’évaluation des risques est entrée en vigueur aujourd’hui mardi 12 mars à 15 heures et est valable jusqu’au 19 mars, sauf changement de situation.

Un rythme de troubles inhabituellement rythmé, jusqu’à présent.
Comme indiqué la semaine dernière, le comportement de la propagation des dykes le 2 mars différait à certains égards de celui des formations de dykes précédentes. Les scientifiques continueront de collecter des données et de déduire si l’événement du 2 mars indique des changements possibles dans le schéma inhabituellement rythmique des troubles avec une accumulation de magma à Svartsengi et des intrusions et éruptions répétées de dykes.

Ces événements de troubles ont déjà été comparés aux troubles du Krafla qui ont commencé en 1975. Au cours d’une période de 10 ans, 20 intrusions de magma se sont produites, dont 9 ont abouti à une éruption volcanique. Lors des troubles du Krafla, le magma a toujours pénétré dans le même dyke, mais à des échelles de grandeur différentes. Cependant, les éruptions n’ont pas suivi un schéma aussi régulier que celui observé jusqu’à présent dans la rangée de cratères de Sundhnúkar ( photo) et ont en fait été inhabituellement rythmées.

Source : IMO

Photos : IMO , Siggi Anton

 

 Vanuatu , Ambae :

L’activité volcanique majeure sur Ambae se poursuit dans le lac Voui. Les dernières observations sur le terrain et l’analyse des données en cours ont confirmé que les conditions d’activité volcanique d’Ambae sont instables au niveau des troubles . L’activité du volcan Ambae est susceptible de se poursuivre à un niveau similaire, conforme au niveau d’alerte volcanique 2. La zone de danger pour la sécurité des personnes est limitée à un rayon de 2 km des bouches d’évents actives de 2017-2018 et des ruisseaux qui coulent en cas de fortes pluies.

Les dernières photos d’observation sur le terrain ont montré que des émissions évidentes et continues de vapeur volcanique et/ou de gaz et/ou de cendres sont émises par des évents actifs à l’intérieur du lac. Avec cette activité volcanique continue, les habitants d’Ambae et des îles voisines peuvent observer le nuage volcanique au sommet de l’île d’Ambae. Des risques volcaniques subsistent dans la zone du sommet du volcan et dans les ruisseaux (par exemple, remobilisation des cendres restantes des éruptions de 2017 et 2018). Dans cet état de troubles majeurs, des cendres volcaniques et des pluies acides peuvent également être attendues dans les villages situés autour du sommet du volcan, en particulier ceux exposés aux alizés dominants lorsque le nuage volcanique atteint quelques kilomètres de hauteur.

Le 8 mars, le Département de météorologie et de géorisques de Vanuatu (VMGD) a signalé que les émissions des évents actifs d’Ambae se poursuivaient sur la base d’observations et de photographies récentes sur le terrain. Les émissions contenaient du gaz, de la vapeur, ou des cendres, ou une combinaison des trois. Le niveau d’alerte est resté à 2 (sur une échelle de 0 à 5) et le public a été averti de rester en dehors de la zone de danger, définie comme un rayon de 2 km autour des bouches d’évents actives du lac Voui, et à l’écart des drainages lors de fortes pluies.  

Sources : Département de météorologie et de géorisques de Vanuatu (VMGD) , GVP.

Photo : air taxi vanuatu ( archive).

 

Indonésie , Marapi :

Une éruption du mont Marapi s’est produite le jeudi 14 mars 2024 à 13h32 WIB avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 1000 m au-dessus du sommet (± 3891 m au-dessus du niveau de la mer). La colonne de cendres a été observée comme étant grise avec une intensité épaisse , orientée vers l’Est. Au moment de la rédaction de ce rapport, l’éruption était toujours en cours.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Publié : 14 mars 2024 .
Volcan : Marapi (261140)
Code couleur aviation actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : Observatoire du Volcan Marapi
Numéro d’avis : 2024MAR026
Localisation du volcan : S 0 deg 22 min 52 sec E 100 deg 28 min 23 sec
Zone : Ouest de Sumatra, Indonésie
Altitude du sommet : 9 251 pieds (2 891 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 06h32 UTC (13h32 locale).

Hauteur des Nuages Volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres se situe à environ 12 451 pieds (3 891 m) au-dessus du niveau de la mer ou 3 200 pieds (1 000 m) au-dessus du sommet. Peut être supérieur à ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant d’Est en Sud-Est. Les cendres volcaniques sont grises. L’intensité des cendres volcaniques est observée comme étant épaisse.

Remarques :
Éruption enregistrée sur sismogramme avec une amplitude maximale de 30,3 mm et une durée maximale de 36 secondes. Tremor enregistré sur sismogramme avec une amplitude maximale de 2 mm.

Le PVMBG a signalé que l’activité éruptive du Marapi (à Sumatra) s’est poursuivie du 6 au 12 mars. Des panaches de cendres blanches et grises se sont élevés de 250 à 700 m au-dessus du sommet et ont dérivé dans plusieurs directions du 6 au 8 mars. Des panaches blancs de vapeur et de gaz se sont élevés de 150 à 250 m au-dessus du sommet et ont dérivé vers le Nord-Est, l’Est et le Sud-Est du 9 au 12 mars. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et le public a été averti de rester à 4,5 km du cratère actif.

Source et photo : Magma Indonésie.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima de la caldeira d’Aira) du 4 au 11 mars avec une incandescence nocturne du cratère. De très petits événements éruptifs se sont produits occasionnellement du 4 au 8 mars. Une explosion à 03h59 le 9 mars a produit un panache de cendres qui s’est élevé à 800 m au-dessus du bord du cratère et a dérivé vers le Sud-Est, et a éjecté de gros blocs à 1,3-1,7 km de l’évent. Les événements éruptifs à 15 h 40 le 10 mars et à 5 h 32 le 11 mars ont généré des panaches de cendres qui se sont élevés de 1,2 à 1,3 km au-dessus du bord du cratère et ont dérivé vers l’Est. Un panache de cendres provenant d’une explosion à 21 h 32 le 11 mars s’est élevé de 1,4 km au-dessus du bord du cratère et a dérivé vers le Nord-Est; de gros blocs ont été éjectés à 500-700 m de l’évent. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Sources : Agence météorologique japonaise (JMA) , GVP.

Photo : Rizal M.

February 29, 2024. EN. Japan : Sakurajima , Indonesia : Tangkuban Perahu , Mexico : Popocatepetl , Colombia : Chiles / Cerro Negro , Hawaii : Kilauea .

February 29 , 2024.

 

Japan , Sakurajima :

JMA reported ongoing eruptive activity at Minamidake Crater (Aira Caldera’s Sakurajima volcano) during 17-26 February with nighttime crater incandescence. Very small eruptive events were recorded during 17-23 February. An explosion at 17h34 on 24 February generated an ash plume that rose 400 m above the crater rim before entering weather clouds, and ejected blocks as far as 1.2 km away from the vent. The Alert Level remained at 3 (on a 5-level scale), and the public was warned to stay 2 km away from both craters.

The Aira caldera in the northern half of Kagoshima Bay contains the post-caldera Sakurajima volcano, one of Japan’s most active. Eruption of the voluminous Ito pyroclastic flow accompanied formation of the 17 x 23 km caldera about 22,000 years ago. The smaller Wakamiko caldera was formed during the early Holocene in the NE corner of the caldera, along with several post-caldera cones. The construction of Sakurajima began about 13,000 years ago on the southern rim and built an island that was joined to the Osumi Peninsula during the major explosive and effusive eruption of 1914. Activity at the Kitadake summit cone ended about 4,850 years ago, after which eruptions took place at Minamidake. Frequent eruptions since the 8th century have deposited ash on the city of Kagoshima, located across Kagoshima Bay only 8 km from the summit. The largest recorded eruption took place during 1471-76.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP

Photo : Deniss García Mendoza

 

Indonesia , Tangkuban Parahu :

Press release on the volcanic activity of Mount Tangkuban Parahu, February 28, 2024.

Mount Tangkuban Parahu is an active volcano located in West Bandung Regency and Subang Regency, West Java Province. This volcano has 9 craters of which the two main craters are in the summit area, namely Kawah Ratu and Upas Crater. The eruption of Mount Tangkuban Parahu generally takes the form of a phreatic eruption of Kawah Ratu. The last increase in volcanic activity at Mount Tangkuban Parahu took place in 2019. The eruption phase had started on July 26, 2019 at 3:48 p.m. WIB, an eruption occurred in the Ratu crater with a column of mud mixed with some ash reaching a height of 200 meters from the bottom of the crater, of a thick blackish gray color. Continuous eruptive activity was observed until August 9, 2019. The distribution of sandy materials generally fell to the crater floor, while eruption ash was scattered around the crater depending on wind direction and speed.

On February 28, 2024 at 05:30 WIB and 06:01 WIB, an emission earthquake was recorded with an amplitude of 42 mm and 56 mm and an earthquake duration of 8 minutes. The results of checks around the Ratu, Ecoma and Domas craters on February 28, 2024 revealed no new deposits of volcanic material in these three craters.

The latest developments in the activities of Mount Tangkuban Parahu until February 28, 2024 at 12:00 WIB, based on the results of visual and instrumental monitoring, are as follows:

The results of checks around the Ratu, Ecoma and Domas craters on February 28, 2024 revealed no new deposits of volcanic material in these three craters. Smoke emissions in the three craters showed no increase in height, pressure or thickness.

Volcanic activity at Mount Tangkuban Parahu during the February 2024 period is dominated by low-frequency earthquakes which indicate shallow or near-surface fluid movement activity. In February, there was a relative increase in the number of low-frequency earthquakes, correlated with an increase in precipitation intensity. This increase could occur due to changes (build-up) in pressure at shallow depths due to an increase in the amount of rain that fell this month, while this is an indication of a build-up of pressure from deep magma which has not been observed.
Results of deformation monitoring with an inclinometer and electronic distance measuring (EDM) equipment this month showed no significant trend of additional subsurface pressure in response to swelling of the body of Mount Tangkuban Parahu.

Seismic amplitude (RSAM) graph of Mount Tangkuban Parahu for the period January 1, 2019 to February 28, 2024 RATU station (top) and TOWER station (bottom).

One should be aware of the potential danger posed by a phreatic eruption, that is, one that occurs without a clear or significant increase in volcanic symptoms. If a phreatic eruption occurs, it may be accompanied by ash falls and ejections of material around the crater.
Based on the results of visual and instrumental assessments, the activity level of Mount Tangkuban Parahu on February 28, 2023 at 12:00 WIB is still at Level I (normal) with recommendations for the public and visitors/tourists:
Do not approach the bottom of the crater, do not linger too long and do not spend the night in the active craters area of Mount Tangkuban Parahu.
Move away/leave the area around the crater immediately if an increase in intensity/thickness of smoke from the crater is observed and/or you smell a strong odor of gas to avoid the potential danger of exposure to toxic gases or phreatic eruptions.

Source et photos : PVMBG

 

Mexico , Popocatepetl :

CENAPRED reported that eruptive activity continued at Popocatépetl during 21-27 February. The seismic network recorded daily periods of high-frequency, low-amplitude tremor that lasted from about 90 minutes to almost 22 hours. The Washington VAAC reported that daily ash plumes visible in webcam and satellite images generally rose to 5.2-6.7 km (17,000-22,000 ft) a.s.l. and drifted predominantly E, SE, S, and SW. The ash emissions were continuous for periods of time with remnant ash continuing to be visible in subsequent satellite images, drifting 75-140 km before dissipating. At 11h51 on 24 February a dense ash plume rose to 7.6 km (25,000 ft) a.s.l. and drifted ENE; the plume was visible in satellite images the next day drifting almost 225 km SE. Several ash emissions lasting 1-2 hours each were visible in webcam and satellite images during 26-27 February.

Based on information from El Centro Nacional de Comunicación y Operación de Protección Civil (CENACOM), CENAPRED noted that minor ashfall was reported in Hueyapan (17 km SSW), Tetela del Volcán (20 km SW), and Jiutepec (59 km SW) in the state of Morelos on 21 February and in the municipalities of Jiutepec (60 km WSW), Atlatlahucán (30 km WSW), Cuautla (43 km SW), Tlaltizapan (65 km SW), and Ciudad Ayala in Morelos, and in Huaquechula (30 km SE) and Tlapanalá (39 km SE), Puebla, on 22 February. The Alert Level remained at Yellow, Phase Two (the middle level on a three-color scale) and the public was warned to stay 12 km away from the crater.

Sources : Centro Nacional de Prevencion de Desastres (CENAPRED), Washington Volcanic Ash Advisory Center (VAAC) , GVP.

 

Colombia , Chiles / Cerro Negro :

Weekly activity bulletin of the Chiles and Cerro Negro Volcanic Complex (CVCCN)

Regarding the monitoring of the activity of the CHILES AND CERRO NEGRO VOLCANOES, the MINISTRY OF MINES AND ENERGY, through the COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC), reports that:

For the period evaluated between February 20 and 26, in low and fluctuating levels, both the occurrence and the seismic energy released increased, maintaining the predominance of earthquakes linked to rock fracture. With low frequency, seismic events associated with the movement of fluids within the volcanic system continue to be recorded, some of them with very low frequency contents.

The fracture earthquakes were located very concentrated towards the southern sector of the Chiles volcano, at distances less than 3.5 km and at depths between 2.5 and 5 km compared to its summit (4,700 m altitude ) and a few other events were scatteredly located with a maximum magnitude of 2.6. None of the earthquakes were reported to be felt by residents in the area of volcanic influence.

In addition, volcanic deformation processes recorded by ground-mounted sensors and remote satellite sensors continued.
The evolution of activity in the CVCCN is the result of internal processes derived from the complex interaction between the magmatic system, the hydrothermal system and the geological faults of the area. Thus, the probability of the occurrence of energetic earthquakes that can be felt by residents of the CVCCN zone of influence continues.

Volcanic activity remains on YELLOW ALERT Status: Active volcano with changes in baseline behavior of monitored parameters and other manifestations

Source et photo : SGC

 

Hawaii , Kilauea : 

Wednesday, February 28, 2024, 6:59 AM HST (Wednesday, February 28, 2024, 16:59 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » W,
Summit Elevation 4091 ft (1247 m)
Current Volcano Alert Level: ADVISORY
Current Aviation Color Code: YELLOW

Activity Summary: 
Kīlauea volcano is not erupting. Low to moderate rates of seismicity at the summit and along the Koaʻe fault system southwest of the summit continues following an intrusion of magma into the area at the end of January.

Summit Observations: 
Seismicity beneath the summit and extending 5-7 miles (8-11 km) southwest of the caldera under the Koaʻe fault zone continues. Earthquakes are dispersed widely from the summit to the southwest. There were 8 earthquakes recorded around the summit over the past 24 hours. Depths beneath the summit are 0.5-5 miles (1–8 km) below the surface, and magnitudes are typically below M2.0.

Ground deformation remains low with tiltmeters near Sand Hill showing modest changes in the past day.

Sulfur dioxide (SO2) gas emission rates have remained low since October 2023. An SO2 emission rate of approximately 117 tonnes per day was recorded on February 22.

Rift Zone Observations: 
Seismicity in Kīlauea’s upper East Rift Zone and Southwest Rift Zone remain low. No unusual activity has been noted along the middle and lower sections of Kīlauea’s East Rift Zone. We continue to closely monitor both rift zones.

Source : HVO

Photo : USGS / N. Deligne

 

29 Février 2024. FR. Japon : Sakurajima , Indonésie : Tangkuban Parahu , Mexique : Popocatepetl , Colombie : Chiles / Cerro Negro , Hawaii : Kilauea . 

29 Février 2024.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima , dans la caldeira d’Aira) du 17 au 26 février avec une incandescence nocturne du cratère. De très petits événements éruptifs ont été enregistrés du 17 au 23 février. Une explosion à 17h34 le 24 février a généré un panache de cendres qui s’est élevé à 400 m au-dessus du bord du cratère avant de pénétrer dans les nuages météorologiques et a éjecté des blocs jusqu’à 1,2 km de l’évent. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP

Photo : Deniss García Mendoza

 

Indonésie , Tangkuban Parahu :

Communiqué de Presse sur l’activité volcanique du Mont Tangkuban Parahu , 28 février 2024 .

Le mont Tangkuban Parahu est un volcan actif situé dans la régence de Bandung Ouest et la régence de Subang, dans la province de Java Ouest. Ce volcan possède 9 cratères dont les deux principaux cratères se trouvent dans la zone du sommet, à savoir Kawah Ratu et Crater Upas. L’éruption du mont Tangkuban Parahu prend généralement la forme d’une éruption phréatique du Kawah Ratu. La dernière augmentation de l’activité volcanique au mont Tangkuban Parahu a eu lieu en 2019. La phase d’éruption avait commencé le 26 juillet 2019 à 15h48 WIB, une éruption s’est produite dans le cratère Ratu avec une colonne de boue mélangée à un peu de cendres atteignant une hauteur de 200 mètres depuis le fond du cratère, d’une épaisse couleur gris noirâtre. Une activité éruptive continue a été observée jusqu’au 9 août 2019. La répartition des matériaux sableux retombait généralement au fond du cratère, tandis que les cendres d’éruption étaient dispersées autour du cratère en fonction de la direction et de la vitesse du vent.

Le 28 février 2024 à 05h30 WIB et 06h01 WIB, un séisme d’émission a été enregistré avec une amplitude de 42 mm et 56 mm et une durée du séisme de 8 minutes . Les résultats des contrôles autour des cratères Ratu, Ecoma et Domas du 28 février 2024 n’ont révélé aucun nouveau dépôt de matière volcanique dans ces trois cratères.

Les derniers développements des activités du mont Tangkuban Parahu jusqu’au 28 février 2024 à 12h00 WIB, sur la base des résultats de la surveillance visuelle et instrumentale, sont les suivants :

Les résultats des contrôles autour des cratères Ratu, Ecoma et Domas du 28 février 2024 n’ont révélé aucun nouveau dépôt de matière volcanique dans ces trois cratères. Les émissions de fumée dans les trois cratères n’a montré aucune augmentation en hauteur, en pression ou en épaisseur.

L’activité volcanique du mont Tangkuban Parahu au cours de la période de février 2024 est dominée par des tremblements de terre de basse fréquence qui indiquent une activité de mouvement des fluides à faible profondeur ou près de la surface. En février, il y a eu une augmentation relative du nombre de séismes de basse fréquence, corrélée à une augmentation de l’intensité des précipitations. Cette augmentation pourrait se produire en raison de changements (accumulation) de pression à faible profondeur dus à une augmentation de la quantité de pluie tombée ce mois-ci, alors qu’il s’agit d’une indication d’une accumulation de pression provenant du magma profond qui n’a pas été observée.
Les résultats de la surveillance des déformations avec un inclinomètre et un équipement de mesure électronique de distance (EDM) ce mois-ci n’ont montré aucune tendance significative de pression supplémentaire sous la surface en réponse au gonflement du corps du mont Tangkuban Parahu.

Graphique d’amplitude sismique (RSAM) du mont Tangkuban Parahu pour la période du 1er janvier 2019 au 28 février 2024 Station RATU (en haut) et station TOWER (en bas).

Il faut être conscient du danger potentiel que représente une éruption phréatique, c’est-à-dire une éruption qui se produit sans augmentation claire ou significative des symptômes volcaniques. Si une éruption phréatique se produit, elle peut s’accompagner de chutes de cendres et d’éjections de matière autour du cratère.
Sur la base des résultats des évaluations visuelles et instrumentales, le niveau d’activité du mont Tangkuban Parahu le 28 février 2023 à 12h00 WIB est toujours au niveau I (normal) avec des recommandations pour le public et les visiteurs/touristes :
Ne pas s’ approcher du fond du cratère, ne pas s’attarder trop longtemps et ne pas passer la nuit dans la zone des cratères actifs du mont Tangkuban Parahu.
Éloignez-vous/quittez immédiatement la zone autour du cratère si une augmentation de l’intensité/de l’épaisseur de la fumée du cratère est observée et/ou si vous sentez une forte odeur de gaz pour éviter le danger potentiel d’exposition à des gaz toxiques ou d’éruptions phréatiques.

Source et photos : PVMBG

 

Mexique , Popocatepetl :

Le CENAPRED a signalé que l’activité éruptive s’est poursuivie sur le Popocatépetl du 21 au 27 février. Le réseau sismique a enregistré des périodes quotidiennes de tremors de haute fréquence et de faible amplitude qui ont duré entre 90 minutes et près de 22 heures. Le VAAC de Washington a rapporté que les panaches de cendres quotidiens visibles sur les images webcam et satellite s’élevaient généralement à 5,2-6,7 km (17 000-22 000 pieds) d’altitude et dérivaient principalement vers l’Est, le Sud-Est, le Sud et le Sud-Ouest. Les émissions de cendres ont été continues pendant un certain temps, les cendres restantes continuant d’être visibles sur les images satellite ultérieures, dérivant de 75 à 140 km avant de se dissiper. À 11h51 le 24 février, un dense panache de cendres s’est élevé à 7,6 km (25 000 pieds) d’altitude et a dérivé vers l’Est-Nord-Est ; le panache était visible sur les images satellite le lendemain, dérivant à près de 225 km au Sud-Est. Plusieurs émissions de cendres d’une durée d’une à deux heures chacune étaient visibles sur les images webcam et satellite les 26 et 27 février.

Sur la base des informations fournies par El Centro Nacional de Comunicación y Operación de Protección Civil (CENACOM), le CENAPRED a noté que des chutes de cendres mineures ont été signalées à Hueyapan (17 km au sud-sud-ouest), à Tetela del Volcán (20 km au sud-ouest) et à Jiutepec (59 km au sud-ouest) en dans l’État de Morelos le 21 février et dans les municipalités de Jiutepec (60 km à l’ouest-sud-ouest), Atlatlahucán (30 km à l’ouest-sud-ouest), Cuautla (43 km au sud-ouest), Tlaltizapan (65 km au sud-ouest) et Ciudad Ayala à Morelos et à Huaquechula ( 30 km au SE) et Tlapanalá (39 km au SE), Puebla, le 22 février. Le niveau d’alerte est resté au jaune, phase deux (le niveau intermédiaire sur une échelle à trois couleurs) et le public a été averti de rester à 12 km du cratère.

Sources : Centro Nacional de Prevencion de Desastres (CENAPRED), Washington Volcanic Ash Advisory Center (VAAC) , GVP.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité hebdomadaire du Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Concernant le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Pour la période évaluée entre le 20 et le 26 février, dans des niveaux faibles et fluctuants, tant l’occurrence que l’énergie sismique libérée ont augmenté, maintenant la prédominance des tremblements de terre liés à la fracture des roches. Avec une faible fréquence, les événements sismiques associés au mouvement des fluides au sein du système volcanique continuent d’être enregistrés, certains d’entre eux avec des contenus de très basse fréquence.

Les séismes de fracture ont été localisés très concentrés vers le secteur Sud du volcan Chiles, à des distances inférieures à 3,5 km et à des profondeurs comprises entre 2,5 et 5 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et quelques autres événements ont été localisés de manière dispersée avec un maximum magnitude de 2,6. Aucun des tremblements de terre n’a été signalé comme étant ressenti par les habitants de la zone d’influence volcanique.

De plus, les processus de déformation volcanique enregistrés par des capteurs installés au sol et par des capteurs satellites distants se sont poursuivis.
L’évolution de l’activité dans le CVCCN est le résultat de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, le système hydrothermal et les failles géologiques de la zone. Ainsi, la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN continue.

L’activité volcanique reste en ALERTE JAUNE Statut : Volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations

Source et photo : SGC

 

Hawaii , Kilauea : 

Mercredi 28 février 2024, 6 h 59 HST (mercredi 28 février 2024, 16 h 59 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur aviation actuel : JAUNE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea n’est pas en éruption. Des taux de sismicité faibles à modérés au sommet et le long du système de failles de Koa’e au Sud-Ouest du sommet se poursuivent suite à une intrusion de magma dans la zone fin janvier.

Observations du sommet :
La sismicité sous le sommet et s’étendant sur 8 à 11 km au Sud-Ouest de la caldeira sous la zone de faille de Koa’e se poursuit. Les tremblements de terre sont largement dispersés du sommet vers le Sud-Ouest. Huit tremblements de terre ont été enregistrés autour du sommet au cours des dernières 24 heures. Les profondeurs sous le sommet se situent entre 1 et 8 km sous la surface et les magnitudes sont généralement inférieures à M2,0.

La déformation du sol reste faible, les inclinomètres près de Sand Hill montrant de légers changements au cours de la dernière journée.

Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) sont restés faibles depuis octobre 2023. Un taux d’émission de SO2 d’environ 117 tonnes par jour a été enregistré le 22 février.

Observations de la zone de rift :
La sismicité dans la zone supérieure du Rift Est et la zone du Rift Sud-Ouest du Kīlauea reste faible. Aucune activité inhabituelle n’a été notée le long des sections moyennes et inférieures de la zone du rift Est du Kīlauea. Nous continuons de surveiller de près les deux zones de fracture.

Source : HVO

Photo : USGS / N. Deligne