06 Juillet 2022. FR. Italie : Stromboli , Guatemala : Fuego , Italie / Sicile : Etna , Guatemala : Santiaguito , Colombie : Puracé .

Home / blog georges Vitton / 06 Juillet 2022. FR. Italie : Stromboli , Guatemala : Fuego , Italie / Sicile : Etna , Guatemala : Santiaguito , Colombie : Puracé .

06 Juillet 2022. FR. Italie : Stromboli , Guatemala : Fuego , Italie / Sicile : Etna , Guatemala : Santiaguito , Colombie : Puracé .

06 Juillet 2022.

 

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 27 Juin 2022 au 03 Juillet 2022. (date d’émission 05 Juillet 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Dans cette période , une activité explosive normale de type strombolienne a été observée. La fréquence horaire totale des explosions était presque constante sur des valeurs faibles (3-4 événements / h). L’intensité des explosions était faible à moyenne , à la fois dans la zone du cratère Nord et dans la zone du cratère Centre-Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de changements significatifs, à l’exception de l’événement anormal de basse fréquence enregistré le 29/06.
3) DEFORMATIONS DU SOL : Dans la période sous examen, les réseaux de surveillance des déformations du sol de l’île n’ont pas enregistré de variations significatives.
4) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau bas
Rapport C/S dans le panache sur des valeurs moyennes élevées (C/S = 12,57).
Flux de CO2 sur le sol du cratère (Pizzo) sur des valeurs moyennes (environ 7000 g/m2*g).
Le rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique se situe à des valeurs moyennes élevées (R/Ra 4,35).
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était à un niveau bas.

a) Vue d’ensemble de la terrasse du cratère avec les noms des secteurs et leurs emplacements ;

Observations de l’activité explosive captées par les caméras de surveillance :
Le cratère N1, avec deux points d’émission, situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions de faible intensité (moins de 80 m de haut) à moyenne (moins de 150 m de haut) émettant des matières fines (cendres) parfois mêlée à des matériaux grossiers (bombes et lapilli) . Le cratère N2 a montré un dégazage diffus continu, parfois impulsif. La fréquence moyenne des explosions était presque constante avec 2-3 événements / h.
Dans la zone Centre-Sud, les cratères C et S1 n’ont pas montré d’activité explosive significative. Dans le détail, le cratère S2, avec deux points d’émission, a montré des explosions d’intensité majoritairement faible (moins de 80 m de haut) et parfois moyenne (moins de 150 m) émettant des matière fine. La fréquence des explosions variait entre absente et moins de 1 événement/h.

b) Explosion par la bouche (côté Pizzo) présente dans le secteur N1.

Observations sur le terrain suite à l’inspection dans la zone sommitale.
Dans le cadre du projet départemental de l’ONU les matins des 29 et 30 juin, les chercheurs ont observé l’activité éruptive entre le Pizzo et les abris de l’Elipista et ceux de la Roccette. L’activité en général est faible tant en intensité des explosions qu’en nombre d’événements.
Dans la zone Centre-Sud (Photo A) il y avait un dégazage faible et discontinu dans la partie Sud (S2), le cratère S1 n’a montré aucun dégazage, tandis qu’au cratère central (C) le dégazage était très doux et localisé le long des parois d’une petite bouche fermée de forme circulaire présente sur le fond du cratère.
Dans la zone Nord, le cratère N2 a montré un dégazage modeste et discontinu le 29 juin qui était alors absent le matin du 30 juin. Cependant, il y avait aussi une intense activité de dégazage à partir d’un évent positionné sur le côté externe de N2 (côté Sciara) (Photo A). Le cratère le plus actif était N1, où il y avait au moins 2 évents principaux, le premier faisait face au Pizzo et produisait des émissions de cendres les deux jours, parfois abondantes et prolongées dans le temps (notamment le 30 juin ; Photo B) ; le deuxième évent, face à la Sciara, a émis des cendres mélangées à des produits incandescents grossiers le 29 juin, tandis que le lendemain de son activité a montré une diminution de la teneur en matériaux grossiers, résultant plus similaire au premier évent avec une émission de cendres abondante. Cette activité était presque silencieuse et non associée à des explosions.

Source et photos : INGV.

Lire l’article :  https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/662-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2022-07-05/file

 

Guatemala , Fuego :

BULLETIN SPÉCIAL VOLCANOLOGIQUE , MISE À JOUR SUR L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE .

Suite au bulletin spécial BEFGO n°056-2022 émis le 4 juillet, l’activité effusive du volcan Fuego a diminué, cependant il maintient toujours une coulée de lave de 200 mètres de longueur en direction du ravin Ceniza. . Au cours des dernières heures, l’activité dans le cratère a généré des explosions faibles, modérées et quelques fortes accompagnées d’une faible onde de choc et de colonnes de cendres abondantes avec des hauteurs de 4 800 mètres au-dessus du niveau de la mer (15 748 pieds) qui sont dispersées à l’Ouest et au Sud-Ouest du complexe volcanique, à une distance d’environ 30 kilomètres. Des chutes de cendres sont signalées dans les communautés de Santa Sofía, Morelia, Panimaché I et II, El Porvenir et d’autres dans ces directions.
Les paramètres de suivi sismique et acoustique, ainsi que les observations faites sur le terrain par les observateurs de l’Observatoire du volcan Fuego (OVFGO) indiquent que la coulée de lave va disparaître dans les prochaines heures ou jours. Cependant, il convient de tenir compte du fait qu’il existe toujours la probabilité d’augmentations soudaines de l’activité dans les jours ou semaines à venir, ce qui pourrait générer davantage de coulées de lave dans d’autres ravins, des périodes prolongées de dégazage et des avalanches modérées à fortes dans l’un des canyons.  

Il faut considérer les pluies qui génèrent des valeurs élevées de précipitations  autour du volcan Fuego, car elles remobilisent le matériel précédemment déposé dans les ravins. Principalement, l’activité éruptive du mois de mars a accumulé des matériaux abondants dans le ravin de Ceniza, de sorte que des lahars modérés à forts continueront à être générés, provoquant un envasement et un débordement de matériaux dans les parties inférieures à la hauteur du passage des véhicules entre Osuna et Siquinalá. Par conséquent, toutes les précautions nécessaires doivent être prises, principalement l’après-midi et la nuit, lorsque les lahars descendent.

Source : Insivumeh.

Photo : Gustavo Chigna.

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 27 Juin 2022 au 03 Juillet 2022. (date d’émission 05 Juillet 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage des cratères sommitaux.
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique de fracturation, amplitude de tremor à des niveaux moyens-élevés.
3) INFRASONS : Activité infrasonore fluctuante, sources concentrées près de la Bocca Buova
4) DEFORMATIONS DU SOL : Les données GNSS montrent une reprise de l’inflation.
5) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen
Le flux de CO2 du sol est à des valeurs moyennes faibles.
La pression partielle de CO2 dissous dans l’aquifère montre des valeurs dans la variabilité saisonnière.
Les dernières données sur l’Hélium se réfèrent à la date du 23/06/2022 et se situent à des valeurs moyennes-élevées.
6) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale était à un niveau élevé en correspondance avec l’activité effusive qui s’est terminée le 16 juin. Dans les jours qui ont suivi, surtout cette dernière semaine, le niveau était bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Au cours de la semaine sous revue, le suivi de l’activité volcanique de l’Etna a été réalisé grâce à l’analyse des images du réseau de caméras de surveillance de l’INGV, Etneo Observatory (INGV-OE).
Globalement, l’état d’activité des cratères sommitaux n’a montré aucun changement par rapport à ce qui avait été observé la semaine précédente . En particulier, l’activité de dégazage des cratères sommitaux a été principalement réalisée par les cratères d’effondrements situés dans le secteur Nord-Ouest de la Bocca Nuova  , caractérisés par un dégazage intense parfois impulsif  .
Le Cratère Sud-Est, en revanche, a montré un dégazage répandu lié aux systèmes de fumerolles présents le long des bords du cratère.
Enfin, le cratère de la Voragine ne montre aucune activité de dégazage, tandis que de faibles missions de gaz affectent de petites fumerolles dans les parois internes du cratère Nord-Est, dont le fond du cratère est bloqué.

Source : INGV.

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/661-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Etna-del-2022-07-05/file

Photo : Gio Giusa

 

Guatemala , Santiaguito :

BULLETIN SPÉCIAL VOLCANOLOGIQUE : MISE À JOUR SUR L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE.

Dans le suivi du bulletin BESAN 003-2022, il est signalé que le complexe volcanique de Santa María-Santiaguito continue dans une période de forte activité extrusive qui, au cours des derniers mois, a construit une coulée de lave en blocs, qui commence dans la partie supérieure du flanc Sud-Ouest du dôme Caliente et se déplace le long du canal de San Isidro. Aujourd’hui, cette coulée de lave a une longueur approximative de 3385 mètres. La topologie ou la forme de cette coulée de lave est dominée par des blocs empilés instables, tant dans sa partie supérieure que sur ses bords latéraux et sa partie frontale, qui, lorsqu’ils s’effondrent, peuvent fréquemment provoquer des avalanches et des coulées pyroclastiques de caractéristiques faibles à modérées, favorisant l’incandescence et l’émission de cendre fine facilement déplacée par le vent.

Simultanément, au cours des mois précédents, un dégazage constant, de faibles explosions et des avalanches de caractéristiques modérées à fortes ont été générés à partir du dôme Caliente.

Ce niveau d’activité devrait se poursuivre dans les semaines à venir et la possibilité d’autres effondrements de matériaux et de la coulée de lave augmentant ses dimensions latérales et verticales n’est pas exclue. Avec aussi des explosions faibles à modérées qui produisent des dégazages et des colonnes de cendres à 3 500 mètres d’altitude (11 482 pieds).

Source et photo : Insivumeh.

 

Colombie , Puracé :

Bulletin hebdomadaire sur l’activité du volcan Puracé – Chaîne volcanique Los Coconucos
Le niveau d’activité du volcan continue au Niveau d’activité Jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

À partir de l’analyse et de l’évaluation des informations obtenues grâce au réseau de surveillance du volcan Puracé – chaîne volcanique Los Coconucos, au cours de la semaine entre le 28 juin et le 4 juillet 2022, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN – Observatoire volcanologique et sismologique de Popayán informe que :

Au cours de cette semaine, la forte occurrence de tremblements de terre associés au mouvement des fluides à l’intérieur du volcan se poursuit. Au total, 663 événements sismiques ont été présentés, dont 117 étaient associés à des processus de fracturation des roches (type VT) et 562 à la dynamique des fluides dans des conduits volcaniques ; parmi ces derniers, 464 ont été classés comme événements de type longue période (type LP), 39 ont été associés à la fois aux mécanismes de rupture et à la dynamique des fluides et ont été classés comme type hybrides (type HB), 29 ont été classés comme événements de basse fréquence (type BF), six (6) sous forme de tremblements de terre de type « tornillos » (type TO) et 46 sous forme d’impulsions de tremor de faible énergie (type TR).

Le réseau géodésique de stations GNSS (Global Navigation Satellite System) pour la surveillance de la déformation du sol continue d’enregistrer un processus associé à l’inflation.

En ce qui concerne la surveillance des gaz volcaniques, les émissions de flux de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées par les stations télémétriques, ont montré un comportement stable, atteignant des valeurs de débit dans les stations permanentes avec un maximum émis de 1709 t/j pour le 28 juin . Pour le suivi de l’activité de surface, les images obtenues au cours de la semaine grâce aux caméras Web Anambío, Mina, Lavas Rojas et Cerro Sombrero ont montré un dégazage du système volcanique, avec une colonne blanche orientée préférentiellement vers le Nord-Ouest .

Par conséquent, il est conclu que des variations importantes de l’activité volcanique continuent d’être enregistrées, conformément au comportement attendu au niveau d’activité III (niveau jaune), qui pourrait évoluer vers des états d’activité plus importante. Le Service géologique colombien continue de surveiller l’évolution du phénomène volcanique et signalera tout changement qui pourrait survenir en temps opportun.

Source : SGC.

Photo : Ingeominas.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search