14 Janvier 2022 , FR . Indonésie : Merapi , La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Iles Tonga : Hunga Tonga-Hunga Ha’apai , Equateur / Galapagos : Wolf .

Home / blog georges Vitton / 14 Janvier 2022 , FR . Indonésie : Merapi , La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Iles Tonga : Hunga Tonga-Hunga Ha’apai , Equateur / Galapagos : Wolf .

14 Janvier 2022 , FR . Indonésie : Merapi , La Réunion : Piton de la Fournaise , Colombie : Nevado del Ruiz , Iles Tonga : Hunga Tonga-Hunga Ha’apai , Equateur / Galapagos : Wolf .

14 Janvier 2022.

 

 

Indonésie , Merapi :

La croissance du dôme de lave du mont Merapi .

Le mont Merapi est entré dans une éruption effusive le 4 janvier 2021. Activité d’éruption effusive sous la forme de la croissance du dôme de lave, de la formation de nuages chauds et de la chute de lave. Contrairement aux précédentes éruptions effusives du Merapi, cette éruption de 2021 a 2 centres d’éruption, à savoir dans le dôme de lave Sud-Ouest et le dôme de lave central du cratère.

Ces deux dômes de lave continuent de croître. Au 7 janvier 2022, le volume du dôme de lave Sud-Ouest est de 1 670 000 m3 et le dôme de lave central est de 3 007 000 m3. Le taux de croissance du dôme de lave Sud-Ouest est de 5 700 m3 / jour et le taux du dôme de lave central est relativement fixe. Sur la base de données sur le volume du dôme de lave, un modèle a été fait de la libération de nuages chauds d’avalanches pour faire une carte des dangers potentiels.
 
Les résultats de la modélisation ont montré que si le volume du dôme de lave Sud-Ouest s’élevait à 3 millions de m3 , un glissement de terrain provoquerait la chute de nuages chauds dans les rivières Boyong, Bebeng, Krasak et Putih jusqu’à un maximum de 5 km. Pour le dôme de lave central, si le volume s’élevait à 1 million de m3 , alors l’avalanche de nuages chauds atteindrait une distance de 5 km vers la rivière Gendol.

Source : BPPTKG.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué du 14 Janvier 2022 – 10h45

L’éruption débutée le 22/12/2021 aux alentours de 3h30 heure locale se poursuit. Sur les dernières 24h, l’amplitude du trémor est relativement stable, avec une légère baisse sur les dernières 6h.
Les fluctuations dans l’amplitude du trémor sont liées en partie au niveau du lac de lave qui varie en fonction du mode de dégazage, de l’érosion du conduit éruptif et des ouvertures sporadiques des tunnels qui permettent une vidange du cône. Les ouvertures dans les tunnels génèrent une baisse de pression au niveau du cône et au sein des tunnels, et par conséquent une baisse de l’amplitude du trémor.

Les mauvaises conditions météorologiques persistent sur le site éruptif. Cependant ce matin un plafond nuageux relativement haut a permis quelques observations. Celles-ci montrent que les
projections de lave au niveau du cône sont toujours présentes et dépassent occasionnellement la hauteur du cône . Régulièrement des débordements du lac de lave sont observés ainsi que de nombreuses résurgences de coulées de lave au toit du champ en tunnels de lave en aval du cône.

Le front du dernier bras de coulée mis en place le long du rempart sud de l’Enclos Fouqué depuis plusieurs jours ne progresse que très lentement compte tenu des pentes relativement faibles dans le secteur.


Sur les dernières 24h :
– Les déformations de surface montrent toujours une déflation au niveau de la zone sommitale, liée à la vidange du réservoir de magma localisée sous le sommet (à environ 2-2,5 km de profondeur) alimentant le site éruptif.
– 33 séismes volcano-tectoniques, de faible magnitude (<1), ont été enregistrés sous le sommet. Cette sismicité est liée à la vidange du réservoir de magma localisée sous le sommet, fragilisant son toit.
– Du fait des très mauvaises conditions météorologiques sur le site éruptif, une seule estimation des débits de lave a pu être faite sur les dernières 24h par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne) (les acquisitions se faisant toutes les 15 minutes). Ce débit était estimé à 4 m3/s.

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos)

Source : OVPF

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Nevado del Ruiz
Le niveau d’activité continue au : Niveau d’activité jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICIO GEOLÓGICO COLOMBIANO rapporte que :

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a montré une augmentation du nombre de tremblements de terre enregistrés et de l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était caractérisée par l’apparition de tremor volcaniques continus, d’impulsions de tremor, de séismes de longue et de très longue période, qui présentaient des niveaux d’énergie modérés et un contenu spectral variable. Ces séismes ont été localisés principalement dans le cratère Arenas et ses environs. Certains de ces signaux étaient associés à des émissions de cendres, confirmées par les caméras installées dans la zone du volcan et par le rapport des responsables du parc naturel national de Los Nevados.

La sismicité générée par la fracturation de la roche a augmenté en nombre de séismes et en énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était localisée principalement dans les secteurs Sud-Est, Nord-Ouest et dans le cratère Arenas du volcan, ainsi que dans une moindre mesure dans les secteurs Sud-Ouest et ses environs. La profondeur des séismes variait entre 0,5 et 7,7 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 1,8 ML (Magnitude Locale) correspondant à deux séismes enregistrés le 7 janvier à 08h16 et 08h17 (heure locale), situés à 2,6 km au Sud-Est du cratère Arenas, à des profondeurs de 3,6 et 3,8 km , respectivement.

Source : SGC.

Photo : Auteur Inconnu.

 

Iles Tonga , Hunga Tonga-Hunga Ha’apai :

Avis public des services géologiques des Tonga surveillant l’éruption du volcan Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai (HTHH) publié à 9h50, le 14 Janvier 2022.

Les observations des images satellites captées depuis 4h20 ce matin le 14 Janvier 2022 sont les suivantes.
Le volcan Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai est entré en éruption à 4 h 20 ce matin, élevant un panache à une altitude de 5 à 20 km au-dessus du niveau de la mer. Le panache de cendres, de vapeur et de gaz s’est dispersé dans un rayon de 210 km autour du volcan au-dessus de Tongatapu, du groupe des iles ‘Eua et Ha’apai  .
Une odeur de soufre est signalée à Tongatapu et à ‘Eua. Il est conseillé de porter des masques lors des déplacements.

Les cendres volcaniques peuvent ne pas être perceptibles ou visibles dans l’air. Si vous sentez vos yeux ou des signes d’irritation, cela indique que des cendres sont présentes dans l’air . Si des particules de couleur foncée sont observées sur les surfaces extérieures à grande échelle, cela peut également être un signe de chute de cendres. Il est conseillé de rester à l’intérieur et de protéger vos récoltes d’eau de pluie.
Veuillez informer les autorités locales si une activité anormale se produit ou contactez le 7401331. L’avis sera émis à 12h30 plus tard dans la journée.

 

Le volcan sous-marin Hunga-Tonga-Hunga-Ha’apai est de nouveau entré en éruption, envoyant des cendres, de la vapeur et du gaz à 20 km dans les airs.
Une alerte au tsunami est en place pour toutes les îles du Royaume des Tonga, car l’activité volcanique affecte le niveau des eaux côtières. Il est conseillé aux gens de rester hors de l’eau et loin de la côte.

La vague maximale du tsunami a été enregistrée par le marégraphe de Nuku’alofa à 12h30 et était d’environ 30 cm, et une fluctuation du niveau de la mer a été observée.

Des changements dans les niveaux d’eau de mer ont également été détectés sur la côte Sud des Samoa à la suite de l’éruption de ce matin.

Sources : Tonga Geological Services , nzherald.co.nz .

Photos : Ioana Kalo Sugar. Himawari 8.

 

Equateur / Galapagos , Wolf :

Mise à jour de l’activité du volcan Wolf – Île Isabela, archipel des Galapagos

Résumé :
Le volcan Wolf (hauteur : 1710 m d’altitude) situé dans la partie Nord de l’île Isabela dans l’archipel des Galapagos, a entamé une nouvelle phase éruptive à 23h20 le 6 janvier 2022, heure des Galapagos (00h20 le 7 janvier 2022 , heure de l’Équateur continental). L’évolution de cette éruption a été suivie par des stations sismiques et différents systèmes satellitaires, grâce auxquels il a été possible de vérifier principalement l’émission , l’avancée des coulées de lave et les colonnes de gaz. Les données de déformation analysées jusqu’au 5 janvier (date de la dernière image de la constellation Sentinel-1-ESA), ont mis en évidence une déformation importante avant l’éruption du 6 janvier sur l’île Isabela de l’archipel des Galapagos. Les coulées de lave ont été émises par au moins 3 fissures situées sur le flanc Sud-Est du volcan, et ont atteint une distance maximale d’env. 16,5 km, sans atteindre la marge côtière (Fig. 1. mise à jour le  11 Janvier 2022), et ils ont couvert une superficie approximative de 7,4 km2.

 

Des centaines d’alertes thermiques satellitaires ont été enregistrées quotidiennement en relation avec ces coulées de lave, qui ont progressivement diminué ces derniers jours, ce qui peut être interprété comme une diminution du taux d’émission de lave, ou leur refroidissement progressif. De même, le dégazage du dioxyde de soufre (SO2) estimé par les systèmes satellitaires a considérablement diminué , passant de 60 mille tonnes au 07 Janvier 2022 à 8,1 mille tonnes au  12 Janvier 2022. L’activité interne du volcan enregistrée par les capteurs sismiques les plus proches (Station FER01 – Volcan Fernandina) montre une tendance légèrement à la baisse. Tout cela nous permet de conclure que l’activité tant interne que superficielle du volcan Wolf est sur une tendance à la baisse à la date de publication de ce rapport. Cependant, un rebond de l’activité éruptive ne peut être exclu, comme ce qui s’est passé lors de l’éruption de 2015.

Images satellites
Grâce aux images satellites (GOES-16), il a été possible d’observer l’évolution de l’activité éruptive du volcan Wolf. Cette éruption est caractérisée par l’émission de coulées de lave et de colonnes d’émission de gaz volcanique à travers une fissure radiale sur le flanc Sud-Est.

Image satellite du 11 janvier 2022 du satellite Sentinel-2. Sur l’image, on observe une colonne de gaz dirigée vers le sud-ouest, ainsi que la trace thermique (IR) de la coulée de lave active émise par le flanc sud-est du volcan Wolf.

Coulées de lave
Les coulées de lave ont été émises à travers au moins 3 fissures situées entre l’altitude de 1290 m (évent actif le 7 janvier) à 1090 m d’altitude (altitude de l’évent actif à la date d’émission de ce rapport) sur le flanc Sud-Est de le volcan . Les coulées de lave ont atteint une extension approximative de 16,5 km à partir de l’évent le plus élevé et ont couvert une superficie d’environ 7,4 km2 . De plus, il a été possible d’observer des incendies produits par les températures élevées des coulées de lave en interaction avec la végétation de la zone. Au cours de sa trajectoire, l’écoulement a changé de direction sur environ 11,6 km le long de la pente, prenant un cours vers la marge côtière. Cependant, la distance séparant le front de la coulée de lave de la mer jusqu’au 11 Janvier 2022 est d’environ 3 km en ligne droite .

Dégazage (Alertes VAAC et SO2 détectés)
Les colonnes d’émission de gaz volcaniques se sont dispersées principalement vers le Sud-Ouest, à l’exception du 7 janvier, où elles se sont dirigées vers l’Ouest et le Nord-Est. Les alertes de cendres émises par le VAAC de Washington associées à ces colonnes de gaz n’ont été générées que les 7 et 8 janvier. Les hauteurs signalées sont passées de 2 600 mètres au-dessus de l’évent le 7 janvier à 300 mètres le 8 janvier, pour ensuite passer inaperçues ; ce qui implique que l’intensité des émissions a diminué. Il est à noter qu’il n’y a pas de populations à proximité du volcan ou en direction des colonnes éruptives. De plus, des systèmes satellitaires ont permis d’obtenir des données de dégazage de dioxyde de soufre (SO2) associées à l’éruption du volcan Wolf. Les valeurs de SO2 détectées par le système Mounts sont passées de 60 000 tonnes le 7 janvier à 8 100 le 12 janvier , indiquant une diminution de l’activité de surface du volcan, comme l’ont enregistré d’autres systèmes satellitaires.

Source : IGEPN.

Photos : IGEPN , Diario Libre

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search