18 Février 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Kanlaon , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent .

Home / blog georges Vitton / 18 Février 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Kanlaon , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent .

18 Février 2021. FR . Italie / Sicile : Etna , Colombie : Nevado del Ruiz , Philippines : Kanlaon , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent .

18 Février 2021.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

COMMUNICATION SUR L’ACTIVITE DE L’ETNA [MISE À JOUR n. 133].

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo , annonce que pendant la nuit et à l’aube du 17 février, l’embouchure orientale du cratère sud-est était le site d’une activité strombolienne continue, qui a presque complètement cessé à 06h15. Il y a eu également des explosions sporadiques du cratère de la Voragine, en particulier à 03h20, 03h35 et 03h44.
À partir d’environ 19h UTC la nuit dernière, l’amplitude moyenne du tremor volcanique s’est à peu près stabilisée dans la fourchette des valeurs moyennes, montrant entre 3h et 4h UTC aujourd’hui  une légère augmentation.

 

Par la suite, le paramètre a montré une diminution , atteignant pendant environ deux heures des valeurs presque à la transition avec le niveau bas.
La localisation du trémor volcanique est localisée dans la zone des cratères sommitaux, affectée par les différentes sources qui sont activées sous chaque cratère actif unique, dans une plage de profondeur comprise entre 2500m et 2800m. Au cours de la phase de légère augmentation de l’amplitude du tremor (entre 3h et 4h UTC), la source du tremor était principalement située sous le cratère Sud-Est.
En ce qui concerne les signaux infrasonores, après la faible activité qui a caractérisé les heures qui ont immédiatement suivi l’épisode de fontaine de lave hier après-midi, il y a eu en fin de soirée une reprise de l’activité explosive, qui dès les premières heures d’aujourd’hui est devenue encore plus intense, avec un taux d’occurrence élevé et une énergie transitoire jusqu’à environ 6h UTC. Par la suite, jusqu’à l’instant présent, l’activité infrasonore diminue.

Les données de déformation des réseaux GPS et inclinométriques ne montrent pas de changements significatifs.

Au début de l’épisode paroxystique en fin d’après-midi du 16 février 2021, l’accumulation rapide des bombes et des déchets et le début d’émission d’une coulée de lave ont provoqué l’éboulement d’une partie du cône du Cratère du Sud-Est .. Le glissement de ce matériel chaud s’est transformé en flux pyroclastique, qui a parcouru environ 1.5 km sur la paroi Ouest de la vallée du Bove, vers l’Est du volcan. Par la suite, l’activité s’est développée dans la manière classique d’un paroxysme Etnéen, avec de hautes fontaines de lave et des coulées de lave (toutes en direction de la vallée du Bove) et une colonne éruptive de plusieurs kilomètres de haut, poussée par le vent vers le Sud, causant des retombées de cendres et lapilli sur de nombreux centres habités, y compris la ville de Catane.

La vidéo de la première minute de cette vidéo a été enregistrée depuis Tremestieri Etneo, à 20 km au Sud du volcan, et est reproduite ici accélérée 2.5 fois par rapport à la vitesse réelle. Par la suite, on voit l’enregistrement de la caméra de surveillance thermique placée sur Monte Cagliato, sur le versant oriental de l’Etna,  (10 minutes qui sont compressées en 30 secondes de vidéo).

Ce n’est pas la première fois qu’un phénomène de ce type se manifeste sur l’Etna. Au cours de la phase d’intensification rapide de l’activité explosive début du paroxysme du 13-14 décembre 2020, la bouche Sud du même Cratère du Sud-Est (aussi connue sous le nom de ′′ bouche de selle ′′) a été le lieu de trois flux pyroclastiques qui ont parcouru plusieurs centaines de mètres à la base Sud-Ouest du cône. Un événement plus significatif s’est produit le 11 février 2014, lorsqu’une partie du flanc oriental du Cratère du Sud-Est a été ébranlée générant un flux pyroclastique d’environ 3 km de long dans la vallée du Bove.
 
COMMUNICATION SUR L’ACTIVITE DE L’ETNA [MISE À JOUR n. 134].
L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo  , annonce qu’à l’aide de caméras de surveillance un nouveau débordement de lave du Cratère du Sud-Est est observé, qui a commencé peu avant 22h30 UTC. La coulée de lave descend le versant Est du cône, se dirige vers la Valle del Bove. L’amplitude du tremor augmente et est élevée.
 
COMMUNICATION SUR L’ACTIVITE DE L’ETNA [MISE À JOUR n. 135].
L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, annonce qu’une activité de fontaine de lave est en cours au Cratère Sud-Est. La coulée de lave rapportée dans le précédent communiqué de presse a actuellement parcouru environ 1 km, avec un front à une altitude d’environ 2700 m. Une colonne éruptive se dirige vers le Sud-Est.
 
 
 
COMMUNICATION SUR L’ACTIVITE DE L’ETNA [MISE À JOUR n. 136].
L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo,, annonce qu’en plus de la coulée de lave rapportée dans le communiqué de presse précédent (n.135), il y a un deuxième flux qui se déverse depuis le flanc Nord du Cratère Sud-Est, se dirigeant vers la Valle del Leone.
L’amplitude moyenne du tremor volcanique montre des valeurs élevées avec une tendance croissante. La source du tremor est située sous le Cratère Sud-Est, dans une plage de profondeur de 2800 à 2900 m.
L’activité infrasonore semble être élevée, à la fois pour la fréquence d’apparition des transitoires infrasonores et pour leur amplitude. Les sources infrasonores sont situées au Cratère Sud-Est.
 

COMMUNICATION SUR L’ACTIVITE DE L’ETNA [MISE À JOUR n. 137].
L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, rapporte que l’activité de fontaine de lave s’est terminée vers 00h55 UTC. Les coulées de lave avancent encore lentement mais ne sont plus alimentées. La principale coulée de lave s’étend sur le fond de la Valle del Bove à une altitude juste en dessous de 2000 m, après avoir parcouru 3,5 à 4 km Un flux plus petit dirigé vers la Valle del Leone mesure environ 1 km de long avec un front à une altitude d’environ 2900 m. Un autre débordement s’est produit sur le flanc Sud du Cratère Sud-Est, alimentant un petit écoulement vers le Sud-Ouest.

Le nuage éruptif a été poussé par le vent vers le Sud-Est, provoquant des retombées de cendres et de lapilli sur les localités de ce secteur du volcan.
Après avoir atteint la valeur maximale vers 00h10, l’amplitude moyenne du tremor volcanique a diminué rapidement et a maintenant des valeurs moyennes, bien inférieures à celles qui ont été enregistrées avant la fontaine de lave. La source du tremor est située en coïncidence avec le Cratère Sud-Est, à une profondeur d’environ 2800 m au-dessus du niveau de la mer.
L’activité infrasonore a également diminué de manière significative, avec de faibles valeurs à la fois dans le taux d’occurrence et dans l’amplitude moyenne des transitoires infrasonores.
Les données de déformation du réseau GPS n’ont pas enregistré de variations significatives, tandis que les signaux du réseau inclinométrique ont montré des variations limitées en concomitance avec l’activité éruptive.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement.

Source : INGV. Boris Behncke .

Photos : Gio Giusa .

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin d’activité hebdomadaire du volcan Nevado del Ruiz

Le niveau d’activité continue au Niveau d’activité jaune ou (III): changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que:

La sismicité générée par la fracturation de la roche a augmenté en nombre de tremblements de terre enregistrés et a maintenu des niveaux d’énergie sismique libérés similaires à la semaine précédente. Cette activité sismique était situé principalement dans les secteurs distaux Nord, Nord-Est, Sud-Est, Sud-Sud-Ouest et Ouest-Sud-Ouest du volcan et dans le cratère Arenas. Les profondeurs des tremblements de terre variaient de 0,5 à 7,4 km. La magnitude la plus élevée enregistrée au cours de la semaine était de 0,6 ML (magnitude locale), correspondant au tremblement de terre survenu le 9 février à 03h07 (heure locale), situé à 4,5 km au Sud-Sud-Ouest du cratère, à une profondeur de 3,9 km.

La sismicité liée à la dynamique des fluides, à l’intérieur des conduits volcaniques, a maintenu un niveau similaire dans le nombre d’événements et a augmenté en énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était caractérisée par la survenue de tremor volcanique continu, d’impulsions de tremor, de tremblements de terre de type longue et très longue période, qui présentaient des niveaux d’énergie et un contenu spectral variables. Les tremblements de terre ont été localisés dans le cratère Arenas.
La déformation de la surface volcanique, mesurée à partir des stations GNSS (Global Navigation Satellite System) et des inclinomètres électroniques a continué à montrer quelques changements mineurs sur le volcan.

Source : Ingeominas .

Photo : C Rios.

 

Philippines , Kanlaon :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN KANLAON , 18 février 2021 , 08h00 .

Le réseau de surveillance du volcan Kanlaon a enregistré sept (7) tremblements de terre volcaniques au cours de la période d’observation de 24 heures. On a observé une émission modérée de panaches blancs chargés de vapeur qui s’élevaient de 300 mètres avant de dériver vers le Nord-Ouest et le Sud-Ouest. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées à une moyenne de 587 tonnes / jour le 17 février 2021. Les données de déformation du sol provenant de mesures continues de GPS et d’inclinaison électronique enregistrent une légère inflation des pentes inférieures et moyennes depuis juin 2020. Ces paramètres peuvent indiquent des processus magmatiques hydrothermaux, tectoniques ou profonds se produisant profondément sous l’édifice.

Le PHIVOLCS a signalé une légère augmentation de l’activité sismique et du flux de gaz volcanique sur le Kanlaon. Le réseau sismique a enregistré 28 séismes volcaniques du 11 au 13 février avec des magnitudes locales comprises entre 0,7 et 2,2. Ils étaient situés à de faibles profondeurs d’environ 10 km dans les parties Nord et Est de l’édifice. Le taux d’émission de dioxyde de soufre le 13 février était de 1 130 tonnes par jour, la valeur la plus élevée enregistrée cette année. Les émissions de dioxyde de soufre étaient plus élevées que les niveaux de fond de 300 tonnes / jour depuis juin 2020. Les données de déformation du sol provenant des mesures continues du GPS et de l’inclinaison indiquaient une légère inflation des flancs inférieurs et moyens depuis juin 2020. L’activité sismique s’est poursuivie jusqu’au 16 février; de 08h00 le 14 février à 08h00 le 16 février il y a eu un total de 59 tremblements de terre. Le niveau d’alerte est resté à 1 (sur une échelle de 0 à 5) .

Le PHIVOLCS a rappelé au public de rester à l’extérieur de la zone de danger permanent de 4 km de rayon.

Source : Phivolcs . GVP .

Photo : BongBong Woo Tadifa.

 

Saint Vincent , Soufrière Saint Vincent :

BULLETIN LA SOUFRIÈRE , 17 FÉVRIER 2021 , 12H00 .

Toutes les données de surveillance indiquent que l’épanchement continu (écoulement) de magma sur le fond du cratère se poursuit.

Le taux global de croissance depuis le début de la croissance du dôme est d’environ 1,9 mètre cube par seconde. Il n’y a pas d’indication claire que l’activité augmente ou diminue en intensité, mais il y a des changements périodiques dans la vitesse à laquelle la croissance du dôme se produit.

Les mesures des émissions de gaz (rejets) du nouveau dôme, ainsi qu’une inspection visuelle préliminaire des échantillons de roche prélevés dans le dôme indiquent un nouveau matériau magmatique en profondeur, contribuant à l’extrusion de lave qui se déroule actuellement dans le cratère.

Il y a un panache de gaz clair (colonne / nuage ) provenant du dôme qui endommage la végétation dans les zones sommitales au Sud-Ouest du volcan.

L’Organisation nationale de gestion des urgences rappelle au public qu’aucun ordre ou avis d’évacuation n’a été émis.

NEMO continue d’appeler le public à s’abstenir de visiter le volcan La Soufrière, en particulier de pénétrer dans le cratère, car cela est extrêmement dangereux.

Source : Nemo .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search