09 Juin 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Sabancaya , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Gareloi , Chili : Nevados de Chillan .

Home / Alaska / 09 Juin 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Sabancaya , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Gareloi , Chili : Nevados de Chillan .

09 Juin 2021. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Sabancaya , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Gareloi , Chili : Nevados de Chillan .

09 Juin 2021.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

Communiqué de presse sur l’activité de l’ETNA  , 08 Juin 2021, 02:35 (00:35 UTC) .

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo , annonce qu’à partir d’environ 23h10 UTC, les images des caméras de surveillance montrent une activité strombolienne avec émission de cendres associée au Cratère Sud-Est. Basé sur modèle de prévision, le nuage éruptif produit par cette activité se disperse vers l’Est.
L’amplitude moyenne du tremor volcanique montre quelques légères fluctuations et reste dans la gamme des valeurs moyennes. Le centre de gravité des sources de tremor volcaniques est situé dans la zone du Cratère sud-est à une altitude de 2800-2900 m au-dessus du niveau de la mer. L’activité infrasonore reste à des niveaux faibles.
Aucun changement significatif n’est observé dans les séries chronologiques des stations de surveillance de la déformation du sol.

Communiqué de presse sur l’activité de l’ETNA  , 08 Juin 2021, 20:30 (18:30 UTC) .

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, annonce que pendant la journée, l’amplitude moyenne du trémor volcanique a montré des fluctuations continues, avec des valeurs maximales augmentant progressivement . A partir d’environ 17h20 UTC, elle a atteint des valeurs élevées  . Le centre de gravité des sources de tremor volcaniques est
situé dans la zone du Cratère Sud-Est à une altitude de 2800-2900 m au-dessus du niveau de la mer. L’activité infrasonore reste à des niveaux faibles.
A partir des caméras de surveillance, il a été possible d’observer que la faible activité strombolienne au niveau du Cratère Sud-Est, rapportée dans le précédent communiqué de presse  , s’est poursuivie tout au long de la journée avec une intensité variable. Cette activité continue de produire des émissions de cendres occasionnelles qui  se dispersent rapidement dans la zone du sommet.
Aucun changement significatif n’est observé dans les séries chronologiques des stations de surveillance de la déformation du sol.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement.

 

Bulletin hebdomadaire du 31 Mai 2021 au 06 Juin 2021. (date d’émission 08 Juin 2021)

RÉSUMÉ DE L’ACTIVITÉ

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Épisodes éruptifs au Cratère Sud-Est ; émissions de cendres occasionnelles au Cratère Nord-Est ; dégazage pulsé et émissions de cendres diluées au cratère de la Bocca Nuova ; dégazage ordinaire au cratère de la Voragine.
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique de fracturation ; amplitude moyenne du tremor volcanique variable entre le niveau bas, moyen et haut, avec des valeurs maximales enregistrées lors des événements paroxystiques.
3) INFRASONS : activité infrasonore élevée en conjonction avec les épisodes de fontaine de lave au Cratère Sud-Est, faible dans la période restante.
4) DEFORMATIONS : Les réseaux de suivi des déformations des sols ne montrent pas de variations substantielles, à l’exception de celles observées par le réseau inclinométrique lors des fontaines de lave.
5) GÉOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen avec des valeurs infra-journalières moyennes-élevées
Flux de HCl à un niveau moyen-bas
Le flux de CO2 du sol a montré des valeurs croissantes depuis avril, s’installant sur un régime de dégazage moyen.
La pression partielle de CO2 dissous dans l’aquifère ne montre pas de variations significatives.
Aucune nouvelle donnée de rapport C/S n’est disponible.
Le rapport isotopique de l’hélium ne montre plus de diminutions par rapport aux données précédentes restant sur des valeurs moyennes
6) OBSERVATIONS SATELLITES : L’activité thermique dans la zone sommitale était élevée à très élevée en correspondance avec les fontaines de lave.

REMARQUES VOLCANOLOGIQUES

Après le dernier épisode de fontaine de lave , à partir du 31 mai, l’activité du Cratère Sud-Est s’est caractérisée par des émissions occasionnelles de cendres qui se sont rapidement dispersées à proximité de la zone sommitale . Le matin du 2 juin, à partir des caméras de surveillance, la reprise d’une faible activité strombolienne visible en surface a été observée qui a produit des émissions discontinues et légères de cendres diluées. Cette activité s’est intensifié à partir de 08h00 UTC, pour passer en 30 minutes environ au stade de fontaine de lave d’une durée d’environ 2,15 heures  . La fontaine a alimenté un nuage éruptif qui a atteint une hauteur d’environ 5 à 6 km d’altitude . Le personnel d’INGV sur le terrain a signalé une chute des produits au nord de Zafferana, dans la localité de Petrulli et à Santa Venerina. La fontaine de lave avait produit un débordement de lave du versant Sud du Cratère Sud-Est qui s’était propagé vers l’Ouest et qui, le 4 juin au matin, se refroidissait. À 10h45 UTC, la fontaine de lave était terminée.

À partir de 18h50 UTC le 2 juin et entre le 3 et le 4 juin au matin, le Cratère Sud-Est a alimenté une faible activité intra-cratère strombolienne continue observable la nuit. A partir de 13h30 UTC le 4 juin, l’augmentation de l’activité a produit des émissions de cendres discontinues et, à partir de 16h04 UTC, a également alimenté un débordement de lave qui s’est propagé le long du versant Sud du Cratère Sud-Est vers le Sud-Ouest. A partir d’environ 16h20 UTC, la transition de l’activité strombolienne au stade de fontaine de lave a été observée. Cette dernière a alimenté un nuage éruptif qui s’est dispersé dans une direction Sud-Est atteignant une hauteur d’environ 6,5 km d’altitude. À 17h30 UTC, la fontaine de lave s’était progressivement épuisée. Le personnel d’INGV sur le terrain a signalé une chute de cendres à Aci Castello, Acitrezza, San Giovanni La Punta, Tremestieri, Catane, Viagrande, entre Pedara , Fleri et Syracuse. Vers 21h00 UTC, d’après les images des caméras de surveillance, il a été observé que dans la zone proximale, le débordement de lave était encore alimenté et son front se situait à une altitude d’environ 2800 m. Entre le 4 et le 5 juin, le Cratère Sud-Est a produit des émissions de cendres discontinues, qui ont progressivement diminué en intensité. A 11h40 UTC le 5 juin, ces émissions étaient occasionnelles, très légères et se sont dispersées rapidement dans la zone sommitale. Le front du débordement de lave s’était arrêté, se fixant à la même altitude que la veille.
Au cours de la période d’observation, le Cratère Nord-Est a été caractérisé par des activités de dégazage, à l’exception du 4 juin, où il a produit des émissions de cendres occasionnelles qui se sont rapidement dispersées dans la zone du sommet . La Bocca Nuova montrait un dégazage pulsé parfois associé à des émissions sporadiques et légères de cendres diluées . La Voragine alimentait un dégazage ordinaire.

Source : INGV.

Photos : Gio Giusa , INGV , Gio Giusa ( Voragine)

Lire l’article en entier : https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/509-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-etna20210608/file

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 31 Mai 2021 au 06 Juin 2021 , Arequipa, 07 Juin 2021.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement d’une moyenne de 96 explosions quotidiennes , avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 4 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 716 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 96 explosions a été enregistrée quotidiennement . Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) associés à des fracturations rocheuses ont été localisés principalement dans le Nord-Est , le Nord , et le Nord-Ouest du Sabancaya et ont présenté des magnitudes comprises entre M1,0 et M3,5. 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur  Nord ( environs du volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 4  km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Sud-Est , Sud , Est et Nord- Est du Sabancaya.  Les enregistrements par satellites ont identifiés la présence de 6 anomalies thermiques ( valeur maximale de 16 MW ) associées à la présence d’un corps de lave à la superficie du cratère du volcan . 

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source : IGP.

Photo : Ingemmet

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

Mise à jour sur l’état du mont Ruapehu : l’activité volcanique reste à faible niveau, le lac du cratère (Te Wai ā-moe) est à 26°C. Publié: mar. 8 juin 2021 15:30

Après la période d’agitation accrue en décembre 2020, l’activité volcanique sur le mont Ruapehu est restée à un faible niveau au cours des six derniers mois, avec des émissions de gaz, une chimie du lac et des trémors volcaniques tous dans des niveaux normaux. Après la période de températures élevées de décembre, le lac du cratère (Te Wai ā-moe) s’est refroidi puis réchauffé début avril avant de se refroidir à nouveau à environ 26°C. Le niveau d’alerte volcanique du mont Ruapehu reste au niveau 1.

En décembre 2020, nous avons observé une activité volcanique élevée sur le mont Ruapehu, portant le niveau d’alerte volcanique (VAL) à 2. Ces troubles ont diminué en janvier et le niveau d’alerte volcanique a été abaissé au niveau 1 le 11 janvier 2021. Le lac de cratère (Te Wai ā-moe) s’est refroidie à environ 30°C en février-mars.

Depuis la période d’agitation élevée de décembre 2020, nous avons effectué des vols de mesure de gaz , de surveillance de routine et des échantillonnages d’eau du lac Crater (Te Wai ā-moe). Les résultats de ces visites et de notre surveillance continue de l’activité sismique volcanique, des niveaux de tremors, ainsi que de la température et du niveau d’eau du lac Crater (Te Wai ā-moe) indiquent que les principaux paramètres de surveillance restent dans des plages normales.

La plus grande variation d’activité observée au cours des derniers mois a été la température du lac de cratère. Elle a dépassé les 43 °C début janvier 2021, puis s’est refroidie à environ 30 °C en février-mars, avant de se réchauffer à un peu plus de 40 °C début avril. Depuis, il s’est à nouveau refroidi à 26°C ces dernières semaines.

Pour maintenir la température de l’eau du lac à environ 40 °C, notre modélisation indique qu’environ 400 MW (mégawatts) de chaleur pénétraient dans le lac. L’apport de chaleur est actuellement d’environ 100 MW.  Toutes ces observations suggèrent que l’activité de troubles volcaniques reste à de faibles niveaux sur le mont Ruapehu.

Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1, ce qui reflète le niveau actuel de troubles volcaniques. Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il est dans un état d’agitation volcanique. Le code couleur de l’aviation reste de couleur verte.

Le niveau d’alerte volcanique ne doit pas être utilisé pour prévoir une activité future, mais au niveau d’alerte volcanique 1, les éruptions sont moins probables qu’au niveau d’alerte volcanique 2.

Source : Geonet .

Photo : Brad Scott / GNS

 

Alaska , Gareloi :

Avis d’activité volcanique AVO/USGS

Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS 
Niveau d’alerte volcanique précédent : NORMAL
Code couleur de l’aviation actuel : JAUNE
Code couleur aviation précédent : VERT

Émis: mardi 8 juin 2021, 9h43 AKDT
Source : Observatoire des volcans de l’Alaska
Numéro d’avis : 2021/A338
Emplacement : N 51 deg 47 min W 178 deg 47 min
Élévation : 5161 pi (1573 m)
Région : Aléoutiennes.

Photographie aérienne du cratère au sommet du volcan Gareloi, vu en direction Nord-Nord-Ouest. Depuis les années 1940, le cratère est tour à tour humide ou enneigé, et un lac a été observé en 2015. Le sommet Sud du volcan a une fumerolle active qui n’est pas visible sur cette photo.

Résumé de l’activité volcanique :
Une légère augmentation de l’activité sismique a été observée sur le mont Gareloi le 18 mai, et à partir du 27 mai, il y a eu une augmentation soutenue du taux et de la taille des petits tremblements de terre volcaniques. Étant donné que le niveau d’activité sismique est maintenant supérieur au bruit de fond, l’AVO élève le code de couleur de l’aviation à JAUNE et le niveau d’alerte volcanique à AVIS. Il n’y a eu aucun autre changement notable sur le volcan dans les données satellites ou les vues des caméras Web. Du dioxyde de soufre a été détecté dans les images satellites du Gareloi au cours de la semaine dernière et correspond aux mesures des dernières années. Aucune activité n’a été observée par une équipe de terrain de l’AVO survolant le sommet le 23 mai.

Le volcan Gareloi émet de manière persistante des gaz magmatiques à partir d’un champ de fumerolles sur le cratère Sud et présente généralement une activité sismique de faible niveau. Ces observations suggèrent la présence de magma peu profond et une interaction potentielle avec un système hydrothermal. L’augmentation actuelle de la sismicité reflète probablement un changement dans le système magmatique-hydrothermal, mais il n’est pas clair que la probabilité d’une éruption volcanique ait augmenté. L’AVO continuera de surveiller l’activité pour déterminer si les changements récents sont liés à l’afflux de nouveau magma ou à d’autres changements dans le système magmatique.

Le Gareloi est surveillé par un réseau local de capteurs sismiques et d’infrasons, des données satellitaires et des réseaux régionaux de capteurs d’infrasons et de détection de la foudre.

 

Évent au sommet du volcan Gareloi.

Remarques:
Le mont Gareloi, qui constitue l’ensemble de l’île Gareloi, est un stratovolcan situé dans le groupe des îles Delarof des îles Aléoutiennes, à environ 2 000 km (1 242 mi) à l’Ouest-Sud-Ouest d’Anchorage et à environ 150 km (93 mi) à l’Ouest d’Adak, le communauté la plus à l’Ouest de l’Alaska. Ce petit volcan mesure 10 × 8 km (6,2 × 5,0 mi) de diamètre à sa base avec deux sommets, séparés par une selle étroite. Le pic Nord, légèrement plus élevé, contient un cratère d’environ 300 m (1 000 pi) de diamètre. Le sommet Sud a un cratère ouvert au Sud et un évent de dégazage persistant (fumerole) sur son bord Ouest. Le Gareloi a été l’un des plus actifs dans les Aléoutiennes depuis les années 1740, avec 16 rapports d’activité éruptive depuis 1760. En 1929, sa plus grande éruption historique a produit seize petits cratères avec une orientation Sud-Sud-Est qui s’étendent du sommet Sud à la côte, ainsi que des coulées de lave et des dépôts pyroclastiques sur le flanc Sud-Est du volcan. Les éruptions du Gareloi produisent généralement des nuages ​​de cendres et des coulées de lave, et le principal danger est constitué de nuages ​​de cendres en suspension dans l’air qui pourraient affecter les avions. Depuis que les instruments sismiques ont été installés en 2003, ils ont détecté des signaux sismiques petits mais cohérents sous l’édifice du Gareloi.

Source : AVO.

Photo : Ketner, Dane , Read, Cyrus / USGS-AVO.

 

Chili , Nevados de Chillan :

Les paramètres de sismicité associés aux processus de fracturation des matériaux rigides (VT) ont montré une légère diminution en quantité, maintenant des niveaux d’énergie similaires à ceux de la période précédente. L’activité liée à la dynamique des fluides (LP et EX) a montré une augmentation du nombre d’événements et de l’énergie émise. De même, des événements de très longue période (VLP) et des impulsions de tremor (TR) avec une énergie et un nombre plus élevés que dans la période précédente ont été enregistrés.
L’événement VT de plus haute énergie, avec une magnitude locale (ML) de 2,6, était situé à 4,7 km à l’Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif et à une profondeur de 4,2 km.
De l’analyse des images fournies par les caméras de surveillance appartenant à OVDAS ainsi que des images satellites, une vitesse d’avance quasi nulle a pu être déduite pour la coulée de lave appelée L5 avec une portée estimée à 966 m. En raison de la croissance de la fissure qui l’alimente, il a été possible de distinguer le rehaussement de flux secondaires et le recouvrement de morphologies préexistantes. Aucune croissance du dôme niché dans le cratère n’est observée, mais une destruction partielle est notée . La coulée de lave appelée L6, qui avance à une vitesse de 1,16 m/h a une portée de 894 m.

L’activité explosive a présenté des hauteurs de colonnes maximales inférieures à 1400 m, avec un contenu récurrent de matière particulaire. À son tour, le niveau élevé d’intensité, de distribution et de fréquence des événements incandescents associés aux explosions, à la balistique, aux éclaboussures et aux glissements de terrain des coulées de lave concentrées sur l’Est (E) du cratère et les pentes Est, Sud-Est et Nord-Est dans une moindre mesure est maintenu.   Les explosions ont occasionnellement généré des coulées pyroclastiques proximales avec une extension maximale de 1,1 km vers le Nord-Est de l’édifice volcanique.
Selon les données obtenues du réseau de stations GNSS installées sur le volcan, un changement a été observé dans les composantes verticales des stations situées sur le bâtiment volcanique, témoignant d’une déflation avec un maximum de -0,51 cm/mois. De même, les lignes de base de surveillance inter-stations suggèrent une déflation qui pourrait être le résultat d’une éjection de matière à la surface.
Trente-six (36) alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone avec une valeur maximale de 86 MW le 23 mai, considérée comme modérée pour ce volcan. À leur tour, des anomalies de radiance ont été détectées les 20, 23, 25, 28 et 30 mai à partir de l’analyse d’images Sentinel 2-L2A.
Il y a une tendance à la hausse des températures de surface, qui pourrait être associée à l’émission de la nouvelle coulée de lave L6. Une augmentation de la température des deux flux, L5 et L6, est notable durant le 25 mai.

Source et photo : Segemar.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search