06 Mai 2021 . FR. Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , Japon : Sakurajima , Guatemala : Pacaya , La Martinique : Montagne Pelée .

Home / blog georges Vitton / 06 Mai 2021 . FR. Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , Japon : Sakurajima , Guatemala : Pacaya , La Martinique : Montagne Pelée .

06 Mai 2021 . FR. Islande : Geldingadalur / Fagradalsfjall , Saint Vincent : Soufrière Saint Vincent , Japon : Sakurajima , Guatemala : Pacaya , La Martinique : Montagne Pelée .

06 Mai 2021 .

 

 

Islande , Geldingadalur / Fagradalsfjall :

Aucune preuve que l’éruption ne s’arrête .

Les changements récents dans le comportement éruptif à Fagradalsfjall, où soit des jets de magma élevés sortent du cratère, soit l’activité éruptive ralentisse, ne semblent pas avoir eu d’effet significatif sur la coulée de lave, du moins pas encore, selon les dernières mesures de la coulée par l’Université d’Islande.

Le flux de lave la semaine dernière a été en moyenne de 7,5 mètres cubes par seconde. Le débit a été légèrement plus élevé mais similaire à la semaine précédente. L’Institut des sciences de la Terre affirme qu’il n’y a aucun signe que l’éruption ne s’arrête .

Le volume de l’éruption a maintenant atteint 23 millions de mètres cubes et la superficie de la lave est de 1,41 kilomètres carrés. Le plus grand changement la semaine dernière est située dans la dépression entre Stórahrút et les collines à l’Est de Geldingadalur et dans la langue de lave jusqu’à Meradalur.

Il n’est pas possible de dire combien de temps l’éruption pourrait durer, mais on peut s’attendre à ce que le développement des coulées de lave l’indique à l’avenir.

« Une comparaison avec d’autres éruptions montre que le flux est similaire à ce qui a été le plus long à Surtsey après l’éruption de lave qui y a commencé en avril 1964 jusqu’à la fin de l’éruption en juin 1967. Les éruptions ne sont pas tout à fait comparables, car dans les premières semaines de l’éruption de Surtsey, le flux de magma à la surface était plusieurs fois plus important. Le débit à Geldingadalur représente environ 5% du débit moyen à Holuhraun pendant les six mois qu’ont duré l’éruption, de septembre 2014 à fin février 2015 », indique le site Internet de l’Institut des sciences de la Terre.

Source : RUV.

Photo : Volcano chaser / Marc Szeglat

 

Saint Vincent , Soufrière Saint Vincent :

Le Centre de recherche sismique de l’Université des Antilles (UWI-SRC) a signalé que la sismicité sur la Soufrière Saint-Vincent (souvent simplement appelée «La Soufrière») est restée faible du 28 avril au 4 mai, avec quelques évènements de type hybrides de longue période, et les tremblements de terre volcano-tectoniques enregistrés quotidiennement. Plusieurs lahars importants ont été générés par les précipitations du 28 au 29 avril. Les Lahars ont probablement descendu toutes les vallées des zones rouge et orange, et certains étaient chauds et visiblement fumants. Les arbres abattus par les lahars ont été balayés vers la mer; les grumes flottantes ont créé des conditions dangereuses pour les petits bateaux le long du littoral. L’UWI-SRC et l’Organisation nationale de gestion des urgences (NEMO) ont tous deux averti le public de rester à l’écart des drainages et des zones sujettes aux inondations, et ont noté que les lahars avaient causé une érosion notable et des dommages aux drainages et à certaines parties du littoral. Des lahars plus petits ont été enregistrés le matin du 30 avril et du 1er mai. Plusieurs lahars ont été détectés dans tous les drainages du volcan pendant une période d’environ six heures le 3 mai, les lahars les plus intenses se produisant entre 11h00 et 12h00. Les émissions de dioxyde de soufre ont été mesurées à partir d’un bateau près de la côte Ouest, produisant un flux de 1 036 tonnes par jour. Des photos ont montré des gens de Sandy Bay en train de pelleter des cendres sur les toits le 4 mai. Le niveau d’alerte du volcan est resté au rouge.

«Il s’agit de la nouvelle rive de la rivière Wallibou de 40 pieds de haut. Regardez attentivement, il y a 3 personnes pour l’échelle . « 

La Soufrière St. Vincent, – MISE À JOUR SCIENTIFIQUE du 05 Mai 2021 18:00
– L’activité sismique à La Soufrière est restée faible depuis le tremor associé à l’explosion et à la mise en décharge des cendres du 22 avril.
– Au cours des dernières 24 heures, seuls quelques tremblements de terre hybrides et volcano-tectoniques de longue période ont été enregistrés et il n’y a eu aucun autre tremor sismique.
– Le volcan continue d’être en état d’agitation.
– Des explosions accompagnées de chutes de cendres, de taille similaire ou supérieure à celles qui se sont déjà produites lors de cette éruption, peuvent avoir lieu avec peu ou pas d’avertissement.
– Il faut être prudent en traversant les vallées fluviales sur le volcan en raison du risque accru de lahars (coulées de boue) pendant les périodes de pluie sur le volcan.
– Le volcan est au niveau d’alerte ROUGE.

Sources : GVP , UWI.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé que du 26 avril au 3 mai, l’incandescence du cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima dans la caldeira Aira ) était visible tous les soirs. Il y a eu un total de 10 explosions, produisant des panaches de cendres qui s’élevaient jusqu’à 2,4 km au-dessus du sommet et des bombes éjectées à 1,3-1,7 km du cratère. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et les habitants ont été avertis de rester à 2 km du cratère.

 

La caldera Aira dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima contient le volcan Sakurajima, l’un des plus actifs au Japon, après la caldera. L’éruption du volumineux flux pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldera de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La caldera plus petite de Wakamiko a été formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldera d’Aira, avec plusieurs cônes post-caldera. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur le rebord Sud de la caldeira d’Aira et a construit une île qui a finalement été reliée à la péninsule d’Osumi lors de la grande éruption explosive et effusive de 1914. L’activité au sommet du cône de Kitadake s’est terminée il y a environ 4850 ans après quoi des éruptions ont eu lieu depuis le Minamidake. De fréquentes éruptions historiques, enregistrées depuis le VIIIe siècle, ont déposé des cendres sur Kagoshima, l’une des plus grandes villes de Kyushu, située dans la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption historique a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : GVP.

Photo : Rizal M.

 

Guatemala , Pacaya :

Activité:
L’observatoire du volcan Pacaya rapporte qu’en raison des conditions météorologiques, la visibilité vers le volcan a été limitée, seul un dégazage blanc est observé à la hauteur du cratère Mackenney, mais aucune explosion ou grondement ou autre bruit n’est entendu. Dans la fissure du flanc Nord-Ouest, l’expulsion de matière incandescente est parfois observée à basse altitude, et la coulée de lave qui sort de cette fissure continue d’avancer lentement vers l’Ouest, sur une longueur d’environ 2100 mètres avec son front situé à au Sud du secteur connu sous le nom de La Breña. Des détachements de blocs incandescents continuent à se produire tout au long du flux, en particulier là où la pente est plus grande. Les stations sismiques autour du volcan enregistrent des tremors internes, associés au mouvement du magma à l’intérieur du bâtiment volcanique et aux périodes de dégazage dans le cratère.

L’INSIVUMEH a signalé que du 27 au 29 avril, des explosions occasionnelles dans le cratère Mackenney du Pacaya ont éjecté des matériaux incandescents jusqu’à 250 m au-dessus du sommet. Le 27 avril, une coulée de lave a émergé d’une nouvelle fissure sur le flanc supérieur Sud-Est parcourant 200 m. Vers 5 h 00 le 29 avril, le réseau sismique a enregistré des signaux indiquant un passage d’une activité essentiellement explosive à une activité essentiellement effusive. Vers 6 h 45, une nouvelle fissure s’est ouverte sur le flanc Nord, produisant une coulée de lave qui s’est rapidement étendue vers le Nord en direction du Cerro Chino, puis a tourné vers le Sud et s’est propagée vers l’Ouest et le Sud-Ouest. L’activité explosive à la fissure a été mineure du 29 au 30 avril. Le 3 mai, l’écoulement mesurait près de 2,1 km de long et continuait de progresser vers l’Ouest et le Sud-Ouest au moins jusqu’au 4 mai.

Source : Insivumeh , GVP.

Photo : Ultramix TV

 

La Martinique , Montagne Pelée :

Bilan hebdomadaire de l’activité de la Montagne Pelée pour la période du 23 au 30 avril 2021 .

La sismicité d’origine volcanique a fortement augmenté au cours de la dernière semaine. Entre le 23 avril 2021 à 16 heures (UTC) et le 30 avril 2021 à 16 heures (UTC), l’OVSM a enregistré
au moins 312 séismes de type volcano-tectonique de magnitude inférieure ou égale à 1.0, dont 241 entre le 27 et le 29 avril avec près de 163 séismes le 28 avril. Ces séismes ont été localisés à l’intérieur de l’édifice volcanique entre 3.0 km sous le niveau de la mer et 1 km au dessus du niveau de la mer. Aucun de ces séismes n’a été ressenti par la population. Cette sismicité superficielle de type volcano-tectonique est associée à la formation de micro-fractures dans l’édifice volcanique. Durant la période de ce rapport, l’OVSM a aussi enregistré 13 séismes de type hybrides. Ces signaux contenant des basses fréquences sont associés à la présence de fluides (gaz, eaux hydrothermales) dans l’édifice volcanique.

Malgré cette forte augmentation de la sismicité et une évolution de ses caractéristiques (profondeur et formes d’ondes sismiques) en quelques jours, il faut souligner que l’énergie sismique libérée reste modérée avec des séismes dont la magnitude moyenne est restée nettement inférieure à 1. Lors des phases de réactivation volcanique, des périodes de plus forte activité sismique alternent souvent avec des phases de sismicité plus faible. L’activité a nettement diminué le 30 avril mais une sismicité au-dessus du niveau de base est toujours enregistrée. Aucun autre changement n’a été constaté dans l’activité de la Montagne Pelée.
Une zone principale de végétation fortement dégradée est toujours observée sur le flanc sud-ouest de la Montagne Pelée, entre la haute rivière Claire et la rivière Chaude.
Ces observations reflètent la dynamique variable des processus d’origine magmatique et hydrothermale à la Montagne Pelée en cohérence avec son regain d’activité depuis avril 2019.

Le niveau d’alerte reste JAUNE : vigilance.

Source :  Direction de l’OVSM IPGP

Lire l’article http://volcano.ipgp.jussieu.fr/martinique/Bulletins/2021/OVSM_20210430_Bilanhebdomadaire_fra.pdf

Photo : Jmp48 / Wikipedia

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search