02 Aout 2018. FR . Equateur : Reventador , Etats-Unis : Yellowstone , Indonésie : Dukono , Hawai , Kilauea , INGV Vulcani : le carburant des éruptions .

Home / blog georges Vitton / 02 Aout 2018. FR . Equateur : Reventador , Etats-Unis : Yellowstone , Indonésie : Dukono , Hawai , Kilauea , INGV Vulcani : le carburant des éruptions .

02 Aout 2018. FR . Equateur : Reventador , Etats-Unis : Yellowstone , Indonésie : Dukono , Hawai , Kilauea , INGV Vulcani : le carburant des éruptions .

2 Aout 2018.

 

Equateur , Reventador :

Changements morphologiques sur le volcan Reventador , Avril – Juin 2018.

Résumé :
Le volcan El Reventador est actif depuis 2002 et a présenté d’importants changements morphologiques tout au long de son activité éruptive, en particulier au cours des derniers mois. Lors d’un survol de surveillance effectué en juin de cette année, un escarpement a été identifié sur le flanc Ouest du volcan à côté d’une nouvelle coulée de lave. Cependant, les données obtenues par le réseau de surveillance, les survols et les informations satellitaires analysées suggèrent que le principal changement se serait produit entre le 15 et le 27 avril de cette année. Cet escarpement serait le résultat d’événements explosifs successifs qui auraient pu produire des colonnes d’émission à forte teneur en cendres. Cette activité aurait pu générer des chutes de cendres dans les provinces de Napo et Pichincha entre les mois de mai et juillet.

Antécédents :
Après l’activité éruptive a commencé en 2002, le sommet du cône actif a été détruit entraînant la formation de deux nouveaux sommets, l’Est (3440 m) et  l’Ouest (3530 m) ainsi que deux dépressions formées sur les flancs Nord et Sud. Depuis lors, le volcan a été caractérisé par ayant une activité effusive et explosive, ce qui a permis l’accumulation continue de matériau volcanique dans le cratère gauche en 2002. La direction préférentielle de ses coulées de lave et coulées pyroclastiques a été principalement vers le Nord et au Sud, puis au Nord-Est, à l’Est et au Sud-Est. Depuis l’année 2012, l’activité éruptive a été explosive, ce qui a permis une plus grande génération et une accumulation subséquente de matériaux pyroclastiques au sommet. Cet effet a facilité la génération de coulées pyroclastiques de taille petite à moyenne (<1,5 km de longueur). En 2017, il y a eu une activité explosive courte mais intense et avec elle des dépôts de coulées pyroclastiques vers le flanc Est, atteignant une distance d’environ 3,5 km du cratère. Ces flux ont été les plus longs depuis ceux qui ont été générés en 2002 qui étaient descendus entre 8 et 9 km.

Observations d’activités récentes:
Survol du 26 avril 2018
Lors d’un vol au-dessus du volcan le 26 avril dernier, la génération d’une coulée de lave sur le flanc Ouest a été identifiée pour la première fois. On suppose que ce flux aurait commencé à être émis à partir du 12 avril, ceci à partir d’observations aériennes visuelles et thermiques. Ce flux a été actif au moins 38 jours civils et a atteint une distance maximale de 3,8 km du cratère, Fig. 1. Pendant ce survol, il n’a pas été possible d’observer le sommet car il était complètement nuageux.

Figure 1. Répartition de la coulée de lave générée en avril (polygone violet) qui aurait été générée sur le flanc nord-ouest du volcan. De plus, le flux de lave généré en juin / juillet 2017 est observé et atteint 2,6 km (Source: IG-EPN).

Survol du 20 juin 2018 :
Au cours du survol du 20 juin 2018, un escarpement situé entre le sommet et le flanc Ouest du volcan a été observé. Grâce à l’analyse des images thermiques et des photographies, il a été possible d’observer l’existence de trois évents (Fig. 2, 3) qui auraient une activité explosive avec au moins l’évent inférieur qui présente une activité effusive avec la génération d’une petite coulée de lave. Il est supposé que sa formation aurait été générée entre le 15 et le 27 avril à partir des observations d’images satellites (Sentinel 1), comme indiqué sur la figure 5. L’effondrement possible correspond à ce qui avait déjà été mentionné dans le Rapport spécial n ° 2, 2017 du volcan El Reventador, qui indiquait une zone de faiblesse au sommet, qui pourrait devenir une source potentielle instable capable de générer des événements tels que celui mentionné ci-dessus.

Fig. 2. À gauche: Photographie et image thermique du flanc Ouest du volcan El Reventador le 12 avril 2018, montrant que jusqu’à ce moment le volcan maintint sa morphologie intacte. À droite: Photo et image thermique du même flanc prise le 20 juin 2018 montrant l’escarpement et la présence de trois évents.

En outre, il a été possible d’observer des dépôts de coulées pyroclastiques récentes qui auraient pu être générées par l’évent 3. En outre, à la base de cet évent , il a été observée la présence d’un petit écoulement de lave descendant vers le flanc Ouest.
Pendant tout le survol, l’activité explosive était presque permanente à partir de l’évent 1. Ces explosions ont généré des colonnes jusqu’à 1,5 km  d’altitude , avec une teneur élevée en cendres.
Cet escarpement est le plus important enregistré depuis 2002 et aurait une différence de hauteur d’environ 150 m entre le point le plus haut et le point le plus bas, avec un diamètre maximum de 550 m dans la direction SE-WN (figure 4). Sur la base de l’analyse des différents types de données instrumentales, des dépôts observés sur le terrain et des informations satellitaires, il est probable que l’activité à l’origine de l’escarpement puisse être associée à plusieurs événements, qui n’étaient pas d’une ampleur significative et qui se seraient développés entre le 15 et le 27 avril 2018.

Figure 3. Photo du flanc Nord-Ouest montrant l’escarpement qui aurait été généré par des événements successifs entre le 15 et le 27 avril. Il y a aussi une colonne d’explosion générée par l’ évent 1, des dépôts de coulées pyroclastiques dans la partie inférieure du flanc Ouest et une petite coulée de lave provenant de l’ évent 3. (Photo: S. Vallejo Vargas, IG-EPN).

Figure 4. A gauche: Carte du volcan El Reventador indiquant la direction d’un profil effectué dans la direction NNW-SSE et les niveaux des sommets Est et Ouest laissés en 2002. Droite: Coupe NNW-SSE montrant le profil NNW-SSE du volcan (ligne noire) et morphologie actuelle (zone jaune) en raison de l’activité enregistrée en avril 2018 (Source: IG-EPN).

Figure 5. À gauche: Image radar du satellite Sentinel 1 ,  prise le 15 Avril 2018. A droite: Image radar du satellite  Sentinel 1 prise le 27 Avril 2018, dans lequel le changement topographique est clairement visible vers l’ Ouest du cratère du cône actif et cela indiquerait qu’il s’est produit avant l’image du 27 avril.

Conclusions:
Il est important de considérer que le volcan maintient des niveaux élevés d’activité interne et superficielle.
Les enregistrements thermiques observés depuis avril 2018 montrent des zones permanentes présentant des anomalies thermiques. Cela pourrait correspondre à des zones de plus grande faiblesse dans le volcan, susceptibles de générer des effondrements sectoriels et des flux pyroclastiques associés.
La possibilité qu’un événement de moindre magnitude ou similaire à ceux précédemment observés puisse se produire sur le volcan, générant des écoulements pyroclastiques et des chutes de cendres dans les parties proches et lointaines, n’est pas exclue. Ce dernier phénomène en particulier dépendra principalement de paramètres tels que la quantité de matériau généré et la direction du vent.
Enfin, il est important de mentionner que l’activité éruptive actuelle combinée avec les hautes pentes du cône volcanique peut générer des avalanches sectorielles à partir du sommet du cône, comme le montre celles qui ont eu lieu en Juin 2017 (Rapport des travaux de l’IGEPN sur le volcan El Reventador, publié en mai / 2018).).

Source : IGEPN , SV,FN,PR,MA,EG
Instituto Geofísico
Escuela Politécnica Nacional

Photos : J. L. Espinosa Naranjo , IGEPN.

 

Etats-Unis , Yellowstone :

44 ° 25’48 « N 110 ° 40’12 » W,
Sommet : 9203 pi (2805 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: NORMAL
Code couleur actuel de l’aviation: VERT

Travaux récents et nouvelles :

Le geyser Steamboat est resté actif en juillet, avec des éruptions les 6 et 20 juillet. Des travaux de terrain ont également eu lieu dans le parc, notamment la cartographie géologique et l’installation d’une nouvelle installation de surveillance des gaz à Bison Flat près de Norris Geyser Basin. Les capteurs de gaz sont conçus pour fonctionner toute l’année et sont les premiers du genre à Yellowstone. Tous les autres contrôles de gaz dans le parc consistent en des vérifications ponctuelles ou des déploiements temporaires qui n’ont jamais été continus depuis plus de quelques mois à la fois. Nous espérons que ce nouveau flux de données permettra de mieux comprendre comment les concentrations de gaz varient selon les conditions saisonnières (été / hiver) et environnementales (vent, pluie, température, humidité, etc.).

Les scientifiques de l’Observatoire du volcan de Yellowstone continuent également d’aider leurs collègues à Hawai’i à réagir à la crise en cours sur le volcan Kīlauea.

Sismicité :

En juillet 2018, les stations sismologiques de l’Université de l’Utah, responsables du fonctionnement et de l’analyse du réseau sismique de Yellowstone, ont localisé 153 séismes dans la région du parc national de Yellowstone. Le plus grand événement était un micro-tremblement de terre de magnitude 2,5 le 4 juillet à 19h09 (MDT) et faisait partie d’une petite séquence de 12 tremblements de terre situés à environ huit miles au sud-est de West Thumb, WY.  

Une plus grande séquence de 77 séismes s’est produite à environ 14 milles au sud-sud-ouest de Mammoth, au WY, du 16 au 27 juillet. Le plus gros séisme de cet essaim a été un micro-séisme de magnitude 2,3 le 24 juillet à 20h40 .

Des séquences de tremblements de terre comme celles-ci sont courantes et représentent environ 50% de la sismicité totale dans la région de Yellowstone.

L’activité sismique de Yellowstone reste à des niveaux de fond.

Déformation du sol :

Les enregistrements de presque toutes les stations GPS à Yellowstone était plat tout au long de Juillet. Au cours de la première moitié de 2018, les tendances de la subsidence de la caldeira et du soulèvement à Norris étaient stables, suivant des tendances persistantes depuis 2015. Cependant, depuis la fin de juin et jusqu’en juillet, aucune déformation significative n’a été enregistrée dans les zones Norris et caldeira. Que ce soit un hoquet saisonnier ou un changement à plus long terme , cela reste à voir. Des pauses similaires dans les tendances de la déformation ont eu lieu au cours des étés précédents, suggérant que les changements saisonniers, peut-être en raison des conditions de surface et de sous-surface, jouent un rôle dans la déformation de Yellowstone.

L’observatoire du volcan Yellowstone (YVO) assure une surveillance à long terme des activités volcaniques et sismiques dans la région du parc national de Yellowstone.

Source : YVO.

Photos : USGS

 

Indonésie , Dukono :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Délivré: 31 Juillet 2018 
Volcan: Dukono (268010)
Code   couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur aviation précédent: orange
Source: Observatoire du volcan Dukono
Numéro de l’avis: 2018DUK141
Localisation du volcan : N 01 deg 41 min 35 sec E 127 deg 53 min 38 sec
Région: Moluques du Nord, Indonésie
Altitude du sommet: 3933 FT (1229 M)

Résumé de l’activité volcanique:
Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 22h05 UTC (07h05 local).

Hauteur du nuage volcanique:
La meilleure estimation du sommet des nuages de cendres est d’environ 20370.9FT (1929 M (6173 FT) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce que l’on peut observer clairement. Source de données de hauteur: observateur au sol.

Autres informations sur le nuage volcanique:
Nuage de cendres se déplaçant vers Nord-Nord-Ouest.

Remarques:
L’éruption et l’émission de cendres se poursuivent.

Source : Magma Indonésie

Photo : S Chermette / 80 Jours voyages .

 

Hawai , Kilauea :

Mercredi 1er août 2018, 12 h 29 HST (mercredi 1er août 2018, 22:29 UTC)

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Sommet :4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVERTISSEMENT
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

Volcan Kīlauea , Lower East Rift Zone

La fissure 8 continue de faire éruption de  lave dans le chenal partant de l’évent vers le Nord-Est. Aucun débordement n’a été signalé ce matin et les niveaux de lave dans les parties les plus éloignées du système de canaux semblent faibles. Sur la côte, le bord Sud de la coulée de lave n’a pas avancé vers l’Ouest au cours de la dernière journée et reste à moins de 175 m de la rampe de Pohoiki dans le parc Isaac Hale. La lave pénètre activement dans l’océan le long d’un large front d’écoulement de 2 km (1.2 mi) centré près de l’ancien parc de la plage Ahalanui.

Vue aérienne vers le sud-est du canal de lave de la fissure 8 . Les débordements ont formé une mare de lave dans le méandre du chenal juste à l’ouest du cratère Kapoho (cône végétalisé à gauche).

 

Aucune autre fissure n’est active ce matin.

Sommet du volcan Kīlauea

La sismicité au sommet de Kilauea est de retour à 20-35 tremblements de terre par heure après l’effondrement à 07h59 HST le 31 juillet, ce qui était très similaire aux événements précédents.

Source : HVO

 

INGV Vulcani , le carburant des éruptions :

Gaz volcanique: le carburant des éruptions.
par Giorgio Capasso

L’étude des gaz volcaniques permet d’obtenir des informations très importantes sur l’état d’activité d’un volcan. Ils sont comme des télégrammes envoyés par le magma pour décrire ses conditions de température et de pression.


Figure 1 – Île Vulcano. Champ fumerolien à haute température au bord du cratère « La Fossa »

Figure 2 – Système d’échantillonnage des gaz volcaniques à haute température.

Les émissions gazeuses sont toujours présentes lors d’une éruption et sont souvent la seule manifestation visible d’un volcan en période de quiescence. Lors d’une éruption, d’énormes quantités de gaz sont émises de l’ordre de plusieurs milliers de tonnes par jour.
Les gaz volcaniques sont dissous dans le magma et parmi eux le plus important et aussi le plus abondant est l’eau (H2O). En plus de l’eau, ils sont constitués de dioxyde de carbone (CO2), de soufre (SO2, H2S), d’hydrogène (H2), de monoxyde de carbone (CO), de méthane (CH4), de chlore et de fluor (HCl, HF ) en plus de très petites quantités de gaz rares tels que l’hélium (He), le néon (Ne) et l’argon (Ar).
Près des bouches volcaniques, les gaz sont à l’origine de dépôts de soufre, de chlorure de fer et de sublimats d’ammonium.

Figure 3 – Sublimés de soufre et de chlorure d’ammonium d’une fumerolle du cratère « La Fossa » (île Vulcano)

De nombreux métaux tels que le fer, le plomb, l’étain et l’or ont également été identifiés dans les sublimats, ce qui donne une indication importante de la façon dont les métaux sont transportés à travers les roches de la croûte terrestre pour ensuite se concentrer sur les dépôts minéraux.
En termes généraux, une éruption peut être considérée comme le transfert de l’énergie thermique contenue dans le magma vers la surface de la Terre. Ainsi, un volcan peut être comparé à une machine thermique qui transforme l’énergie thermique en mécanique. Les gaz en général, mais l’eau en particulier, permettent cette transformation de l’énergie. En effet, lorsqu’une certaine quantité d’eau passe de l’état liquide à l’état de vapeur, elle augmente son volume d’environ 1000 fois.
De plus, les gaz volcaniques ont joué un rôle important dans l’évolution géologique de la planète et probablement dans la naissance de la vie sur Terre. Des théories de plus en plus accréditées indiquent que l’atmosphère terrestre et l’eau des océans peuvent être largement dérivées des gaz émis par l’activité volcanique.

Source : Giorgio Capasso , https://ingvvulcani.wordpress.com/2018/07/30/i-gas-vulcanici/

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search