07 Décembre 2022.

 

 

 Italie , Stromboli :

Communication sur l’activité de Stromboli , 06 Décembre 2022 , 13:24 (12:24 UTC).

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, communique que la coulée de lave décrite dans le communiqué de presse du 12/5 (11:38 UTC) continue d’être alimentée. Au cours des dernières vingt-quatre heures, des fluctuations ont été observées, avec des phases durant lesquelles l’alimentation à l’évent est apparue plus rare et d’autres durant lesquelles elle s’est accrue et de modestes explosions ont été observées au niveau de la bouche éruptive. Les explosions au niveau des cratères sommitaux sont rares. D’après les images des caméras, le front du flux qui a atteint le littoral ces derniers jours se refroidit.
D’un point de vue sismique, au cours des dernières 24 heures, l’amplitude moyenne du tremor volcanique n’a montré aucune variation, restant toujours, jusqu’à présent, dans la gamme des valeurs moyennes.
Depuis le dernier communiqué de presse publié, les signaux des réseaux de surveillance de la déformation du sol (GNSS et inclinaison) n’ont pas montré de variations significatives.

D’autres mises à jour seront communiquées rapidement.

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 28 Novembre 2022 au 04 Décembre 2022, (date d’émission 06 Décembre 2022)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Au cours de cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée avec une activité d’éclaboussures dans la zone Nord du cratère et une activité effusive par débordement de lave accompagnée de coulées pyroclastiques. La fréquence horaire totale a oscillé entre des valeurs moyennes (10 événements/h) et moyennes-élevées (16 événements/h). L’intensité des explosions était principalement faible dans la zone Nord du cratère et moyenne à élevée dans la zone Centre-Sud du cratère.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne présentent pas de variations significatives, à l’exception de l’apparition de la coulée pyroclastique le 4/12 et de l’augmentation de l’amplitude du tremor à des valeurs très élevées.
3) DEFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de surveillance des déformations du sol n’ont pas mesuré de variations significatives. De légères variations impulsionnelles ont été observées sur le signal de la station inclinométrique de Timpone del Fuoco.
4) GEOCHIMIE : Le flux de SO2 à un niveau moyen-élevé et en augmentation.
Les flux de CO2 dans la zone du cratère montrent une tendance à la baisse mais sont toujours sur des valeurs moyennes à élevées.
Rapport CO2/SO2 : il n’y a pas de mises à jour ; les dernières données indiquaient des valeurs moyennes égales à 12,7.
Rapport isotopique de l’hélium dans les eaux souterraines : en baisse mais toujours sur des valeurs moyennes à élevées (4,31).
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était modérée à élevée en correspondance avec l’éruption effusive dans la zone sommitale.

Activité effusive du 4 décembre 2022
Ci-dessous la chronologie des événements éruptifs :
– Après une intense activité d’éclaboussures au secteur N1 de la zone du cratère Nord, le 4 décembre à 14h10 UTC un débordement de lave a commencé à couler dans la partie supérieure de la Sciara del Fuoco , suivi à partir de 14h : 28 UTC d’une petite coulée de lave qui s’est allongée dans la partie centrale de la Sciara del Fuoco.
– A 14h31 UTC il y a eu une coulée pyroclastique suivie d’une seconde plus impressionnante à 15h18 UTC ). Cette dernière, en particulier, est né de l’ouverture d’une fracture sur le flanc Nord-Ouest de la zone du cratère Nord, au sein de la Sciara del Fuoco, et a atteint la côte après quelques secondes. Au fur et à mesure que la couverture de cendres s’amincissait, il a été possible d’observer la niche de détachement et les points d’émission de la coulée de lave qui sont situés entre 50 et 80 mètres sous le bord du cratère de la zone du cratère Nord  ).
La coulée de lave a atteint la côte vers 16h00 UTC et a continué son écoulement même après la fin de la période d’observation hebdomadaire.

Source : INGV.

Lire l’article en entier :  https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/715-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2022-12-06/file

Photos : Stromboli Stati d’animo .

 

Hawaii , Mauna Loa :

Mardi 6 décembre 2022, 16 h 36 HST (mercredi 7 décembre 2022, 02 h 36 UTC)

19°28’30 » N 155°36’29 » O,
Altitude du sommet : 13681 pieds (4170 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : AVERTISSEMENT
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE

L’éruption de la Rift Zone Nord-Est du Mauna Loa se poursuit. Une fissure active, la fissure 3, alimente une coulée de lave en aval.

La fissure 3 génère une coulée de lave se déplaçant vers le Nord en direction de Saddle Road qui a atteint un sol relativement plus plat et a considérablement ralenti au cours des derniers jours, comme prévu.

L’observatoire du volcan hawaïen n’a pas fait d’observations de l’éruption depuis ce matin en raison des conditions météorologiques obscurcissant les vues et empêchant le travail sur le terrain.

À 5 heures du matin aujourd’hui, le 6 décembre, le front d’écoulement était à environ 1,93 mi (3,1 km) de Saddle Road. La coulée de lave a progressé à une vitesse moyenne d’environ 68 pieds par heure (21 mètres par heure) au cours de la période de 24 heures avant ce matin ; ce taux est environ le double du taux des derniers jours. Sur des périodes plus courtes hier, le taux d’avance a varié de 62 à 90 pieds par heure (18,8 à 27,4 m par heure). La coulée de lave reste active et est continuellement alimentée par l’évent de la fissure 3.

Des taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) d’environ 120 000 tonnes par jour (t/j) ont été mesurés le 4 décembre 2022 et restent élevés à ce jour. Le gaz volcanique monte haut et verticalement dans l’atmosphère avant d’être soufflé vers l’Ouest à haute altitude, générant du vog (pollution volcanique de l’air) dans les zones sous le vent.

Les fragments de cheveux de Pele (brins de verre volcanique) sont transportés sur de grandes distances et ont été signalés jusqu’à Honoka’a.

Le tremor ( signal associé au mouvement du fluide sous la surface) continue sous la fissure actuellement active. Cela indique que le magma est toujours fourni à la fissure et que l’activité est susceptible de se poursuivre tant que nous verrons ce signal.

Il n’y a pas de lave active dans la caldeira de Moku’āweoweo ni dans la zone du Rift Sud-Ouest. Nous ne prévoyons aucune activité éruptive en dehors de la zone du Rift Nord-Est.

Source : HVO.

Photo : Joseph Anthony

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 28 Novembre 2022 au 04 Décembre 2022, (date d’émission 06 Décembre 2022)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ.

A la lumière des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage à niveau variable au niveau des cratères sommitaux. Activité effusive d’ évents éruptifs ouverts dans la Valle del Leone, avec la formation de petites coulées de lave.
2) SISMOLOGIE : Faible activité sismique due à la fracturation ; amplitude moyenne du tremor volcanique principalement dans le niveau moyen.
3) INFRASONS : activité infrasonore modeste.
4) DEFORMATIONS DU SOL : La tendance à l’inflation de l’édifice volcanique s’est poursuivie. Le 15 novembre, les stations inclinométriques de la zone sommitale ont mesuré une inclinaison de l’ordre du microradian, ce qui indique un soulèvement centré dans la zone sommitale.

5) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen.
Le flux de CO2 du sol affiche des valeurs moyennes.
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines montre des valeurs qui s’inscrivent dans la variabilité saisonnière.
Le rapport isotopique de l’hélium diminue mais se situe toujours à des valeurs moyennes à élevées.
6) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était modérée à élevée en correspondance avec l’éruption effusive dans la zone sommitale.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES :
Au cours de la période considérée, l’activité des cratères sommitaux de l’Etna  a été caractérisée par un dégazage à taux variable . En particulier, le cratère de la Bocca Nuova (BN) a été caractérisée par un dégazage d’intensité variable, parfois de nature impulsive. Les fonds du cratère de la Voragine (VOR) et du Cratère Nord-Est (CNE) n’ont produit qu’un faible dégazage fumerolien . Le cratère Sud-Est (CSE) a été caractérisé par un dégazage fumerolien d’intensité variable au bord du cratère et par des fractures le long du cône. De faibles éclairs sporadiques ont parfois été enregistrés au niveau de l’évent actif en mai-juin 2022. 

Carte de la coulée de lave mise à jour au 30 novembre obtenue à partir de l’analyse de l’image satellite Skysat du 28 novembre et des images acquises par la caméra Piedimonte Etneo. L’image de fond est le modèle ombré du relief de la zone sommitale de l’Etna, obtenu par traitement des images drone acquises lors de plusieurs survols (15 et 21 septembre 2022, 6, 21 et 23 octobre), superposé au modèle ombré dérivé à partir des images Pléiades du 22 août 2020 (AO Remote Sensing).

Le 27 Novembre , les conditions météorologiques améliorées à partir de 17h00 UTC ont permis d’observer qu’un évent éruptif s’était formé à la base Nord-Est du cratère Sud-Est (CSE), à une altitude d’environ 2800 m   . L’évent a alimenté une petite coulée de lave qui s’est dirigée vers la Valle del Leone. La coulée de lave, qui a pu être clairement observée aux premières lueurs du 28 Novembre, a couvert environ 300 m, atteignant une altitude d’environ 2700 m au-dessus du niveau de la mer.  A partir de 9h00 UTC le 28 Novembre et jusqu’à la fin du 29 Novembre, les mauvaises conditions météorologiques n’ont pas permis de faire des observations directes, même si la présence d’éclairs dans les nuages ​​a démontré la poursuite de l’activité éruptive. Le 30 Novembre , lorsque les conditions météorologiques se sont améliorées, on a observé la présence d’un autre évent éruptif positionné un peu plus en amont que celui du 27 Novembre , à environ 2900 m d’altitude   ; l’évent a alimenté une coulée de lave qui s’est étendue sur environ 450 m parallèlement à celle du 27 Novembre , atteignant une altitude de 2700 m au-dessus du niveau de la mer.  L’activité effusive est toujours en cours au 30 Novembre .
Depuis le début de l’activité effusive le 27 Novembre , les images des caméras n’ont pas montré d’activité explosive significative au niveau des bouches éruptives.

Source : INGV.

Lire l’article en entierhttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/716-bollettino-Mensile-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Etna-del-2022-12-06/file

Photos : Etnaway , INGV.

 

Nouvelle Zélande , Lac Taupo :

Depuis mai, l’activité sismique associée aux troubles du volcan Taupō se poursuit. Le séisme de magnitude 5,6 du 30 novembre est l’un des plus importants enregistrés sous le lac Taupō. Après ce tremblement de terre, il y a eu plus de 600 répliques localisées par GeoNet. Le nombre de répliques est typique à la suite d’un tremblement de terre de cette ampleur. Les mouvements de terrain associés au tremblement de terre ont été mesurés par nos instruments de positionnement GNSS sensibles dans et autour du lac Taupō. L’instrument à Horomatangi a montré 250 mm de mouvement horizontal (vers le Sud-Est), ce qui est le plus grand mouvement au sol jamais enregistré à cet endroit. Les stations GNSS à terre enregistrent un mouvement beaucoup plus faible (~10 à 20 mm) associé au tremblement de terre. Une analyse plus approfondie de cet ensemble de données est en cours.

Les experts évaluent le tsunami lié au tremblement de terre dans le lac qui s’est produit à cause du tremblement de terre M5.6. Cela a provoqué une montée des eaux le long de la rive du lac à plusieurs endroits, principalement concentrée sur l’extrémité Nord du lac Taupō. Nos équipes de terrain ont utilisé des images de drones et des techniques d’arpentage pour mesurer l’effondrement localisé des rives du lac et les inondations causées par le tsunami. Les lieux de l’enquête ont été guidés par l’information publique le long de la rive du lac. La position des lignes de pierre ponce à Wharewaka Point semble montrer la plus grande inondation causée par le tsunami, mesurée à ~40 m à l’intérieur des terres. L’action des vagues est probablement le résultat d’au moins un tsunami, mais nous évaluons toujours leurs causes. Une analyse plus poussée des données existantes, associée à des résultats d’enquêtes de terrain supplémentaires, devrait permettre à nos experts de développer des modèles de ce qui s’est passé.

Série temporelle des répliques depuis le M5.6 du 30 novembre.

L’activité sismique semble être une séquence principale de choc-réplique qui a ponctué un enregistrement de troubles par ailleurs stable à ce jour. La dernière réplique ressentie était un événement M4.1 le 1er décembre à 13h53. L’ampleur et le taux des répliques ont commencé à diminuer, mais devraient se poursuivre pendant plusieurs semaines. Dans les 7 prochains jours, il y a 7% de chances d’un ou plusieurs tremblements de terre de M5 ou plus. Dans les 30 prochains jours, il y a 16% de chances d’un ou plusieurs tremblements de terre de M5 ou plus.

Pour évaluer tout changement à grande échelle sur le volcan, nous avons échantillonné les gaz géothermiques à Motuoapa. Cette zone semble inchangée par rapport à notre dernière enquête par échantillonnage en septembre. Nous procédons à l’installation d’instruments sismiques et GNSS supplémentaires pour améliorer notre saisie de données. Lorsque le temps le permettra, nous effectuerons un relevé de nivellement du lac qui complétera les résultats de notre analyse des données GNSS.

Les troubles précédents sur Taupō se sont poursuivis pendant des mois, voire des années. Sur la base de ces antécédents, la période de troubles actuelle pourrait se poursuivre pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à des rythmes ou des intensités variables.

Source et photos : Geonet./ Geoff Kilgour Volcanologue de service.

 

Indonésie , Kerinci :

Une éruption du G. Kerinci s’est produite le mardi 06 décembre 2022 à 08h22 WIB. La hauteur de la colonne éruptive a été observée à ± 700 m au-dessus du sommet (± 4505 m au-dessus du niveau de la mer). On a observé que la colonne de cendres était grise à noire avec une intensité épaisse , orientée au Sud-Ouest. L’éruption a été enregistrée sur un sismographe avec une amplitude maximale de 3 mm et une durée de 60 secondes.

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Émis : 06 décembre 2022
Volcan : Kerinci (261170)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code Couleur Aviation précédent : orange
Source : Observatoire du volcan Kerinci
Numéro d’avis : 2022KER504
Emplacement du volcan : S 01 deg 41 min 49 sec E 101 deg 15 min 50 sec
Région : Jambi, Sumatra occidental, Indonésie
Altitude du sommet : 12176 FT (3805 M)

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 01h22 UTC (08h22 locale).

Hauteur des nuages volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 14416 FT (4505 M) au-dessus du niveau de la mer ou 2240 FT (700 M) au-dessus du sommet. Peut être plus élevé que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers le Sud-Ouest. On observe que la cendre volcanique est grise. On observe que l’intensité des cendres volcaniques est épaisse.

Remarques :
Tremor enregistré sur sismogramme avec une amplitude maximale de 1 mm.

Source et photo : Magma Indonésie.

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *