03 Novembre 2022 . FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Indonésie : Semeru , Japon : Sakurajima , Papouasie Nouvelle Guinée / Bougainville : Bagana .

Home / Bagana / 03 Novembre 2022 . FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Indonésie : Semeru , Japon : Sakurajima , Papouasie Nouvelle Guinée / Bougainville : Bagana .

03 Novembre 2022 . FR. Italie / Sicile : Etna , Italie : Stromboli , Indonésie : Semeru , Japon : Sakurajima , Papouasie Nouvelle Guinée / Bougainville : Bagana .

03 Novembre 2022 .

 

Italie / Sicile , Etna :

BULLETIN MENSUEL , Octobre 2022 . (date d’émission 02 Novembre 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :

1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Activité de dégazage de niveau variable au niveau des cratères sommitaux, rugissements audibles provenant du cratère de la Bocca Nuova.
2) SISMOLOGIE : activité sismique de fracturation globalement faible, niveau d’amplitude du tremor moyen.
3) INFRASONS : Activité infrasonore avec de fortes fluctuations.

4) DEFORMATIONS DU SOL : Les données des déformations des réseaux permanents confirment la persistance d’un état d’inflation de l’édifice volcanique.
5) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen
Le flux de CO2 du sol affiche des valeurs moyennes.
La pression partielle de CO2 dissous dans les eaux souterraines montre des valeurs dans la variabilité saisonnière.
Les données du rapport isotopique de l’Hélium relatives à la campagne du 13-10-2022 montrent une augmentation par rapport aux précédentes, s’établissant à un niveau élevé.
6) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Le suivi de l’activité volcanique de l’Etna, au cours de la période d’observation en question, a été réalisé en analysant les images du réseau de caméras de surveillance de l’INGV, Osservatorio Etneo (INGV-OE) et à travers diverses inspections dans la zone sommitale réalisées par Personnel INGV-OE les 6, 21, 28 et 30 octobre.

Au cours de la période sous revue, l’activité de l’Etna n’a montré aucun changement par rapport à celle observée les mois précédents, et a été caractérisée par un dégazage à taux variable des cratères sommitaux . En particulier, le cratère de la Bocca Nuova (BN) a été caractérisé par un dégazage variable  . Lors des observations faites par le personnel de l’INGV-OE, des grondements provenant de BN-1 et BN-2 étaient clairement audibles. En outre, lors des observations effectuées également avec l’aide des caméra thermique, aucun lancement de produits pyroclastiques n’a été observé en dehors des évents actifs . Les fonds des cratères de la Voragine et du Cratère Nord-Est  , comme les mois précédents, sont obstrués et ne montrent qu’une faible activité fumerolienne.

Enfin, le cratère Sud-Est était caractérisé par une faible activité de dégazage et principalement, comme observé lors des inspections, par une activité fumerolienne . Lors de l’inspection effectuée le 23 octobre par le personnel de l’INGV-OE à l’aide du drone, il a également été observé que le cratère Sud-Est présente des anomalies thermiques modérées au voisinage de quelques fractures localisées sur le versant Sud supérieur.

L’amplitude du tremor était généralement moyenne, touchant parfois le haut de la gamme. Les sources du signal sont situées sous les cratères centraux, à un niveau d’environ 2,5 à 3 km au-dessus du niveau de la mer.

Source : INGV.

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/705-bollettino-Mensile-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Etna-del-2022-11-02/file

Photos : Giuseppe Distefano , Gio Giusa .

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 25 Octobre 2022 au 31 Octobre 2022, (date d’émission 02 Novembre 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Au cours de cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée avec une activité d’éclaboussures dans la zone du cratère Nord. La fréquence horaire totale oscillait entre faible (3 événements/h) et moyenne-faible (7 événements7h) ) . L’intensité des explosions était faible à élevée dans la zone du cratère Nord et faible à moyenne dans la zone du cratère Central Sud.
2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques ne présentent pas de variations significatives.
3) DÉFORMATIONS DU SOL : Il n’y a pas de variations significatives dans les séries temporelles des stations d’inclinaison et GNSS
4) GEOCHIMIE : Flux total de SO2 à un niveau moyen et décroissant
Les flux de CO2 dans la zone du cratère sont à des valeurs moyennes à élevées.
Le rapport C/S dans le panache se situe à des valeurs moyennes-élevées (C/S = 9,6).
Il n’y a pas de mises à jour sur le rapport isotopique de l’hélium dans les eaux souterraines.
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période sous observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE à une altitude de 190 m (SCT-SCV), Punta dei Corvi et Pizzo ce dernier restauré le 25 Octobre , alors que la caméra d’altitude 400 m en raison de problèmes d’acquisition du signal vidéo causés par des dommages à la fibre optique reliant Punta Labronzo et COA en raison du mauvais temps qui a frappé l’île le 12 août 2022, n’est pas disponible pour le moment. L’activité explosive a été principalement produite par 4 (quatre) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Nord et par 2 (deux) évents situés dans la zone Centre-Sud. Toutes les bouches sont situées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère.

Observations de l’activité explosive captées par des caméras de surveillance.
Le secteur N1, avec deux points d’émission, situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions de faible intensité (moins de 80 m de haut) émettant des matériaux grossiers (bombes et lapilli) mélangés à des matériaux fins (cendres). Le secteur N2, avec deux points d’émission, a montré une activité explosive d’intensité variable de faible à moyenne-élevée (parfois les produits dépassaient 150 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers et une activité de projection discontinue uniquement pendant la journée du 29 octobre. La fréquence moyenne des explosions variait de moins de 1 à 4 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud aucune activité explosive n’a été observée dans les secteurs S1 et C, tandis que dans le secteur S2, avec deux points d’émission, une activité explosive d’intensité faible et parfois moyenne (moins de 150 m de hauteur) a été mise en évidence ,  émettant des matériaux grossiers. La fréquence moyenne des explosions variait entre 2 et 4 événements/h

Source : INGV.

Lire l’article :  https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/704-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2022-11-02/file

Photo :  Stromboli Stati d’animo / Sebastiani Cannavo.

 

Indonésie , Semeru :

Éruption avec nuage de cendres volcaniques à 22h07 UTC (05h07 local). La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 960 pieds (300 m) au-dessus du niveau de la mer, peut-être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol. Nuage de cendres se déplaçant vers le Sud. On observe que les cendres volcaniques sont blanches à grises. On observe que l’intensité des cendres volcaniques est moyenne..

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA

Émis : 02 novembre 2022
Volcan : Semeru (263300)
Code Couleur Aviation Actuel : ORANGE
Code Couleur Aviation précédent : orange
Source : Observatoire du volcan Semeru
Numéro d’avis : 2022SMR696
Emplacement du volcan : S 08 deg 06 min 29 sec E 112 deg 55 min 12 sec
Région : Java oriental, Indonésie
Altitude du sommet : 11763 FT (3676 M).

Résumé de l’activité volcanique :
Eruption avec nuage de cendres volcaniques à 22h07 UTC (05h07 locale).

Hauteur des nuages ​​volcaniques :
La meilleure estimation du sommet du nuage de cendres est d’environ 960 pieds (300 m) au-dessus du niveau de la mer, peut être plus élevée que ce qui peut être observé clairement. Source des données de hauteur : observateur au sol.

Autres informations sur les nuages ​​volcaniques :
Nuage de cendres se déplaçant vers le Sud. On observe que les cendres volcaniques sont blanches à grises. On observe que l’intensité des cendres volcaniques est moyenne.

Remarques :
Eruption enregistrée sur sismogramme avec une amplitude maximale de 15 mm et une durée maximale de 50 secondes. Tremor enregistré sur sismogramme avec une amplitude maximale de 11 mm.

OBSERVATION DE LA SISMICITE:
35 tremblements de terre d’éruptions/explosions avec une amplitude de 12-24 mm et une durée de 70 à 110 secondes.
2 tremblements de terre d’avalanches avec une amplitude de 5-6 mm et une durée de 35 à 72 secondes.
5 tremors harmoniques avec une amplitude de 6-15 mm et une durée de 100 à 4000 secondes.

Source : Magma Indonésie .

Photo : Andi Volcanist.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive en cours dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima ) et une incandescence nocturne du cratère. Deux événements éruptifs et une explosion ont été enregistrés du 24 au 28 octobre. Des panaches volcaniques se sont élevés jusqu’à 1,2 km au-dessus du bord du cratère et de gros blocs ont été éjectés jusqu’à 1,3 km de l’évent. De très petits événements éruptifs ont été occasionnellement enregistrés du 28 au 31 octobre. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et les résidents ont été avertis de rester à 2 km du cratère.

La caldeira d’Aira dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima contient le volcan post-caldeira Sakurajima, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira d’Aira, ainsi que plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur le bord Sud de la caldeira d’Aira et a construit une île qui a finalement été reliée à la péninsule d’Osumi lors de la grande éruption explosive et effusive de 1914. L’activité du cône du sommet de Kitadake s’est terminée il y a environ 4850 ans, après quoi des éruptions ont eu lieu depuis le Minamidake. De fréquentes éruptions historiques, enregistrées depuis le VIIIe siècle, ont déposé des cendres sur Kagoshima, l’une des plus grandes villes de Kyushu, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption historique a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : GVP , Agence météorologique japonaise (JMA)

Photo : Web cam

 

Papouasie Nouvelle Guinée / Bougainville , Bagana :

Le VAAC de Darwin a rapporté que du 31 octobre au 1er novembre, les panaches de cendres du Bagana ont atteint 2,1 à 2,7 km (7 000 à 9 000 pieds) au-dessus du niveau de la mer et ont dérivé vers le Nord-Est, le Nord et l’Ouest-Sud-Ouest , sur la base des données satellitaires. Une intense anomalie thermique était présente au sommet.

Le volcan Bagana, occupant une partie reculée du centre de l’île de Bougainville, est l’un des volcans les plus jeunes et les plus actifs de Mélanésie. Ce cône massif et symétrique a été en grande partie construit par une accumulation de coulées de lave andésitique visqueuse. L’ensemble de l’édifice aurait pu être construit en environ 300 ans à son rythme actuel de production de lave. L’activité éruptive est fréquente et caractérisée par un épanchement non explosif de lave visqueuse qui maintient un petit dôme de lave dans le cratère sommital, bien qu’une activité explosive produisant occasionnellement des coulées pyroclastiques se produise également. Les coulées de lave forment des lobes en forme de langue spectaculaires et fraîchement conservés jusqu’à 50 m d’épaisseur avec des digues proéminentes qui descendent les flancs de tous les côtés.

Source : Centre consultatif sur les cendres volcaniques de Darwin (VAAC), GVP.

Photo : CD. Branch, 1964 (avec l’aimable autorisation de Ben Talai, Observatoire du volcan Rabaul).

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search