25 Aout 2022. FR. Iles Samoa : Ta’u , Chili : Nevados de Chillan , Colombie : Nevado del Ruiz , Equateur : Sangay , Japon : Sakurajima .

Home / blog georges Vitton / 25 Aout 2022. FR. Iles Samoa : Ta’u , Chili : Nevados de Chillan , Colombie : Nevado del Ruiz , Equateur : Sangay , Japon : Sakurajima .

25 Aout 2022. FR. Iles Samoa : Ta’u , Chili : Nevados de Chillan , Colombie : Nevado del Ruiz , Equateur : Sangay , Japon : Sakurajima .

25 Aout 2022.

 

Iles Samoa , Ta’u :

14°13’48 » S 169°27’14 » O,
Altitude du sommet : 3054 pieds (931 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur actuel de l’aviation : JAUNE

Il n’y a eu aucun changement significatif dans l’activité sismique sous ou autour des îles Taʻū et Ofu-Olosega depuis la mise à jour d’hier. Le personnel de l’USGS a installé deux sismomètres avancés sur l’île de Taʻū et un autre est en cours d’installation sur l’île d’Ofu aujourd’hui. Les experts sismiques de l’USGS examinent et évaluent actuellement la qualité des données dès qu’elles sont disponibles.

Au cours des derniers jours, environ 20 tremblements de terre par heure ont été enregistrés. Bien que le nombre exact ne soit pas disponible, le nombre de tremblements de terre enregistrés au cours des dernières 24 heures semble légèrement inférieur. Les estimations préliminaires placent la source des tremblements de terre plus près de l’île de Taʻū que d’Ofu-Olosega. Les magnitudes estimées de la plupart des séismes les plus importants se situent entre les magnitudes 2 et 3.

A 20h33 Heure de Samoa hier soir, le 23 août, les habitants des îles Manuʻa et de l’île Tutuila ont signalé un tremblement de terre largement ressenti. Des secousses légères à modérées, avec une intensité maximale de V sur l’échelle d’intensité modifiée de Mercalli, ont été signalées pendant le tremblement de terre. Ce tremblement de terre est l’un des plus importants enregistrés à ce jour depuis que des instruments ont été installés dans les îles Manuʻa à partir de la deuxième semaine d’août. La magnitude, qui est probablement de magnitude 3 ou plus, sera déterminée à une date ultérieure si possible lorsque le réseau sismique des Samoa américaines aura été calibré. Les rapports de sons (grondements) continuent d’être étudiés, mais à ce jour, ils n’ont pas été corrélés avec des événements sismiques spécifiques.

Les scientifiques de l’USGS surveillent les tremblements de terre avec des micro-sismomètres (petits détecteurs de tremblement de terre de base) placés sur les îles Tutuila, Taʻū et Ofu-Olosega. Des sismomètres plus grands, plus sophistiqués et plus précis sont installés cette semaine pour former un réseau de base. Les données du nouveau réseau aideront à localiser avec précision les tremblements de terre et à développer de meilleures évaluations des risques futurs possibles.

Source : HVO.

 

Chili , Nevados de Chillan :

Sismologie
L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
37 séismes volcano-tectoniques (VT) associés à des processus de rupture fragile ; le tremblement de terre le plus énergétique avait une magnitude locale (ML) égale à 2,5, dont la localisation a été estimée avec une profondeur de 3,5 km et une distance épicentrale de 1,8 km à l’Est-Nord-Est par rapport au cratère actif.
La sismicité de type longue période (LP), d’explosion (EX) et de tremor (TR) a continué d’être enregistrée, associée à la dynamique des fluides au sein du système volcanique. 696 séismes de type LP ont été classés, dont 170 liés à des explosions en surface, dues à la présence d’ondes acoustiques et/ou d’émissions gazeuses (on notera que l’observation des deux caractéristiques évoquées ici est rendue difficile par des intempéries , ce qui pourrait induire une diminution par rapport au décompte idéal de ce type d’événement). La taille du plus grand séisme LP estimée à partir du paramètre de déplacement réduit (DR) a atteint une valeur égale à 245 cm2. Concernant la sismicité de type TR, 255 épisodes ont été identifiés dont le plus important a atteint un DR de 113 cm2. L’analyse des énergies sismiques totales ne montre pas d’augmentation générale qui soit liée à l’augmentation du volume extrudé en surface durant cette quinzaine  , montrant un changement important de comportement par rapport aux augmentations effusives précédentes.

Géochimie des fluides
Les données sur les émissions de dioxyde de soufre (SO2) obtenues par l’équipement de spectroscopie optique d’absorption différentielle (DOAS), correspondant aux stations Philippi et Chillán, installées à 1,5 km au Sud-Sud-Est (SSE) et à 2,7 km à l’Est-Sud-Est (ESE) du cratère actif , respectivement, ont présenté une valeur moyenne de 507 ± 83 t/j, avec une valeur journalière maximale de 1017 t/j, enregistrée le 9 août. L’augmentation des taux d’émission de SO2, observée depuis la période précédente, se maintient, associée à une augmentation de la disponibilité du dioxyde de soufre au voisinage du complexe volcanique, cohérente avec l’accélération du taux d’extrusion du dôme 4.

Anomalies thermiques satellitaires
Trois alertes thermiques ont été enregistrées dans la zone associée au complexe volcanique au cours de la période, avec une Puissance Radiative Volcanique (VRP) maximale de 15 MW le 10 août, liée à une activité explosive, une valeur considérée comme modérée selon les données traitées par Moyen Infrarouge. Observation de l’Activité Volcanique (MIROVA ). Une augmentation de la puissance de ces anomalies est observée au cours de la période rapportée, avec une surface radiante totale estimée à 1 800 m2, limitée au cratère actif.

Analyse géomorphologique satellitaire
D’après l’analyse avec les images satellites Planet Scope OrthoTile, Sentinel 2 L2A et SkySat Collect, un plus grand développement du cratère actif est observé vers le bord Nord-Est, augmentant sa superficie d’environ 4000 m2, depuis le mois de mai. Dans le même temps, un développement ultérieur du dôme 4 est identifié, atteignant une superficie de 2900 m2 ; avec une forte présence de fissures et de fractures à sa surface, principalement avec une orientation Nord-Est/Sud-Ouest et oblique à cette direction au second ordre. Les fissures principales ont une extension de 30 m. La surface du dôme 4 correspond aux anomalies thermiques de Sentinelle 2 L2 A, les changements de distribution sont limités et restent dans ceux associés à ce corps effusif particulier. Autour du dôme 4, il y a des zones de matériaux non consolidés qui montrent des morphologies de cratères d’impact et un centre d’émission gazeuse.

Source et photo : Sernageomin.

Lire l’article https://rnvv.sernageomin.cl/rnvv/TI_Santiago_prod/reportes_LB/2022/RAV_20220824_%C3%91uble_v15.pdf

 

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin de niveau d’activité du volcan Nevado del Ruiz.
Le niveau d’activité continue au Niveau d’activité jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN rapporte que :

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a montré une augmentation à la fois du nombre de tremblements de terre enregistrés et de l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. En général, les signaux sismiques associés à ce processus présentaient des niveaux d’énergie modérés, et étaient localisés principalement dans le cratère Arenas. Grâce aux caméras installées dans la zone du volcan et au rapport des responsables du parc naturel national de Los Nevados, sur le terrain, les émissions de gaz et de cendres associées à certains de ces signaux sismiques ont été confirmées. De même, les changements de température relative du matériau observés dans les colonnes de gaz et de cendres.  

La sismicité associée à la fracturation des roches a également montré une augmentation du nombre de tremblements de terre enregistrés et de l’énergie sismique libérée, par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était localisée principalement dans le secteur Nord-Est, dans le cratère Arenas, et dans une moindre mesure dans les secteurs Sud-Est et Sud-Ouest. La profondeur des tremblements de terre variait entre 0,2 et 7,2 km. La magnitude maximale enregistrée au cours de la semaine était de 1,3 ML (Local Magnitude), correspondant au séisme du 17 Août à 05h51 (heure locale), situé dans le cratère Arenas à une profondeur de 2,0 km.
Cette semaine, la sismicité liée aux processus d’ascension, de mise en place, de croissance et d’évolution d’un dôme de lave au fond du cratère Arenas a également été enregistrée.
La déformation de la surface volcanique continue de montrer des changements mineurs. Le volcan continue d’émettre de la vapeur d’eau et des gaz, principalement du dioxyde de soufre (SO2).
La colonne de gaz et de vapeur a atteint une hauteur de 3 200 mètres mesurée au sommet du volcan, le 18 août.  

Concernant l’analyse des échantillons prélevés dans les dépôts pyroclastiques, associés aux émissions de cendres les 4 et 5 août, sur des panneaux solaires situés dans le secteur de la station de
surveillance volcanique multiparamétrique de Bruma, située à 2,2 km au Nord-Ouest du cratère Arenas, il est rapporté que les résultats obtenus, ainsi que l’analyse compositionnelle et granulométrique qui est effectuée en continu sur des échantillons collectés à partir des émissions de cendres, suggèrent une origine éventuellement liée à des processus de rupture partielle du dôme de lave situé au fond du cratère Arenas.

Source : SGC.

Photo : Ramirez Jorge .

 

Equateur , Sangay :

RAPPORT QUOTIDIEN DE L’ETAT DU VOLCAN SANGAY , Mercredi 24 Aout 2022.
Information Geophysical Institute – EPN.

Niveau d’activité Superficiel: Haut , Tendance de surface : Pas de changement .
Niveau d’activité interne: Haut , Tendance interne : Pas de changement .

Sismicité : Du 23 Aout 2022 , 11:00h au 24 Aout 2022 , 11:00h : 

Il n’y a pas de données de sismicité.

Explosion (EXP) 183
Longues périodes (LP) 45
Tremors d’émissions (TREMI ) 49

Pluies / Lahars :
Aucune pluie n’a été enregistrée. **En cas de fortes pluies, celles-ci pourraient remobiliser les matériaux accumulés, générant des coulées de boue et de débris qui descendraient sur les flancs du volcan et se déverseraient dans les rivières adjacentes.**

Émission / colonne de cendres :
Ce matin, une émission continue de vapeur et de cendres d’une hauteur inférieure à 500 mètres en direction Sud-Ouest a été observée. Le VAAC de Washington a publié 3 rapports d’émission de cendres avec des hauteurs de 870, 1 470 et 1 770 mètres à l’Ouest et au Sud-Ouest du volcan.

Autres paramètres de surveillance :
Le système FIRMS enregistre 14 anomalies thermiques et MIROVA enregistre 1 anomalie thermique élevée (188 MW) et 2 modérées au cours des dernières 24 heures.

Observation:
Au cours de la nuit, une incandescence a été observée dans le cratère ainsi que blocs roulants sur le flanc Est. L’activité de surface est principalement caractérisée par des émissions continues de gaz et de cendres avec des hauteurs inférieures à 500 mètres en direction du Sud-Ouest.

Niveau d’alerte: Orange.

Source : IGEPN.

Photo : AlexBoasphoto

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé que le 15 août à 00h09, une explosion dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima dans la caldeira Aira ) a généré un panache de cendres qui s’est élevé à 2 km au-dessus du bord du cratère. Les émissions de dioxyde de soufre étaient légèrement élevées à 1 500 tonnes par jour, mesurées lors d’une visite sur le terrain le 16 août. Deux événements éruptifs ont été enregistrés du 19 au 22 août. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et les résidents ont été avertis de rester à 2 km du cratère.

La caldeira d’Aira dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima contient le volcan post-caldeira Sakurajima, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira d’Aira, ainsi que plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur le bord Sud de la caldeira d’Aira et a construit une île qui a finalement été reliée à la péninsule d’Osumi lors de la grande éruption explosive et effusive de 1914. L’activité du cône du sommet de Kitadake s’est terminée il y a environ 4850 ans, après quoi des éruptions ont eu lieu depuis le Minamidake. De fréquentes éruptions historiques, enregistrées depuis le VIIIe siècle, ont déposé des cendres sur Kagoshima, l’une des plus grandes villes de Kyushu, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption historique a eu lieu entre 1471 et 1476.

Sources : JMA , GVP.

Photo : Rizal M.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search