18 Aout 2022. FR. Islande / Péninsule de Reykjanes : Meradalur , Italie : Vulcano , Iles Samoa : Ta’u , Japon : Sakurajima , Alaska : Pavlof .

Home / Alaska / 18 Aout 2022. FR. Islande / Péninsule de Reykjanes : Meradalur , Italie : Vulcano , Iles Samoa : Ta’u , Japon : Sakurajima , Alaska : Pavlof .

18 Aout 2022. FR. Islande / Péninsule de Reykjanes : Meradalur , Italie : Vulcano , Iles Samoa : Ta’u , Japon : Sakurajima , Alaska : Pavlof .

18 Aout 2022.

 

 

Islande / Péninsule de Reykjanes , Meradalur :

Durant la semaine du 8 au 14 août, le réseau SIL a détecté environ 900 tremblements de terre, une baisse significative de l’activité par rapport à la semaine précédente où environ 9500 tremblements de terre avaient été détectés. Sur les 900 événements de cette semaine, environ 700 ont été examinés manuellement. La baisse d’activité est liée au début d’une éruption sur la péninsule de Reykjanes qui a commencé le 3 août juste à l’Ouest de Meradalahnúkar. Le plus grand événement de la semaine dernière était un M 3.1 qui a eu lieu le 13 août sur la crête de Reykjanes. Un autre événement supérieur à la magnitude 3 a été détecté. Il a eu lieu le 11 août près du lac Kleifarvatn et a été mesuré à M 3,0.

L’éruption de la fissure dans le système volcanique Krýsuvík-Trölladyngja qui a commencé le 3 août s’est poursuivie dans la vallée de Meradalur du 10 au 16 août. La lave a été émise principalement à partir d’un cône central et a coulé vers l’Est-Sud-Est. Selon l’Institut des sciences de la Terre, le taux d’épanchement avait considérablement diminué, passant d’une moyenne de 11 mètres cubes par seconde du 4 au 13 août à 3-4 mètres cubes par seconde du 13 au 15 août. Un article de presse a déclaré que le taux d’épanchement avait considérablement diminué entre 05h30 et 06h30 le 13 août sur la base des informations du personnel de l’OMI qui enquêtait sur le site de l’éruption . L’Institut des sciences de la Terre a estimé que 10,6 millions de mètres cubes de lave avaient couvert une superficie de 1,25 kilomètre carré au 15 août. Les données recueillies lors d’un survol le 16 août ont indiqué que le taux d’épanchement s’était encore réduit à 2 mètres cubes par seconde au cours de la journée précédente, bien que l’incertitude de cette estimation soit élevée. Le 16 août, les habitants ont rapporté avoir vu un nuage de dioxyde de soufre teinté de violet au-dessus de la zone d’éruption dérivant lentement vers le Sud-Ouest au lever du soleil.

Source : Vedur is , GVP .

Photo : Traveller In The Whole World

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 08 Aout 2022 au 14 Aout 2022. (date d’émission 16 Aout 2022).

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Les températures enregistrées sur le rebord du cratère montrent des valeurs stables autour de 373°C.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : Le flux de CO2 vers le cratère reste à des valeurs élevées.
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : flux de SO2 à un niveau moyen-élevé et stable
4) Géochimie des gaz fumeroliens : Aucune mise à jour n’est disponible.
5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Valeurs de flux de CO2 élevées, en légère augmentation sur le site de Camping Sicilia et stables sur le site de Rimessa. Sur les sites Faraglione et P4max ils enregistrent des valeurs proches du niveau de fond.
6) Géochimie des aquifères thermiques : Les paramètres physico-chimiques enregistrés dans le puits Camping Sicilia montrent des valeurs stables à des niveaux élevés par rapport à mai. Les valeurs de niveau mesurées dans le puits Bambara montrent une tendance légèrement à la hausse.
7) Sismicité locale : Faible taux d’occurrence de micro-sismicité locale avec un pic spectral supérieur à 1 Hz. Fréquence quotidienne élevée d’événements de basse fréquence (VLP).
8) Sismicité régionale : Absence de séismes régionaux de magnitude égale ou supérieure à 1,0.
9) Déformations – GNSS : Le réseau de stations GNSS n’a pas enregistré de changements significatifs.
10) Déformations – Inclinométrie : Il n’y a pas de variations significatives
11) Gravimétrie : Aucune variation significative à moyen-long terme n’a été enregistrée.
12) Autres remarques : GNSS mobile. Le réseau mobile GNSS acquiert et transmet les mouvements en temps réel à une fréquence de 1 Hz. Les séries temporelles acquises jusqu’à présent ne montrent pas de variations significatives autour de la zone portuaire orientale.

 

FLUX DE CO2 À LA BASE DU CÔNE DE LA FOSSA ET DANS LA RÉGION DE VULCANO PORTO
Les flux de CO2 à la base du cratère dans le site C. Sicilia suivent une légère tendance à la hausse la semaine dernière, s’établissant sur des valeurs légèrement supérieures à celles du mois précédent. Le site Remessa a enregistré des valeurs stables par rapport à la semaine dernière ; cependant, les valeurs restent à des niveaux plus élevés que l’ arrière-plan. Les sites P4max et Faraglione affichent des valeurs stables proches du niveau de fond.

SISMICITÉ LOCALE
Dans la semaine considérée, le nombre de micro-chocs locaux de haute fréquence, avec un pic spectral supérieur à 1 Hz, était globalement faible et comparable à celui observé la semaine précédente. Il est à noter que les pluies abondantes survenues le 12 août ont pu influencer le taux d’occurrence de ce type d’événement pour cette journée.
En ce qui concerne la micro-sismicité locale à basse fréquence (VLP ; pic spectral inférieur à 1 Hz) la fréquence d’occurrence des événements reste élevée ; cependant, à l’exception de quelques valeurs journalières isolées, la légère tendance à la baisse de ce paramètre enregistrée depuis la fin de la semaine précédente se confirme.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/680-bollettino-Settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Vulcano-del-2022-08-16/file

Photo : INGV-Roma1

 

Iles Samoa , Ta’u :

Le HVO a signalé que des tremblements de terre avaient été ressentis par les habitants du groupe d’îles de Manu’a dans les Samoa américaines à partir du 26 juillet. Les habitants des îles Ofu et Olosega ont commencé à signaler des tremblements de terre le 10 août. Des experts du HVO, du Pago Pago National Weather Service Office (NWS), du Pacific Tsunami Warning Center de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), de la NOAA-IOC (NOAA-Commission océanographique intergouvernementale), du Centre international d’information sur les tsunamis et du Centre national d’information sur les tremblements de terre de l’USGS ont ont travaillé ensemble pour répondre aux troubles. Des scientifiques de l’USGS sont arrivés sur les îles et ont installé deux micro-sismomètres, l’un dans le village de Fitişuta sur l’île de Taşu le 13 août et l’autre dans le village d’Olosega le 14 août. Les instruments ont commencé à enregistrer environ 20 tremblements de terre par heure. Les plus grands tremblements de terre, y compris les événements ressentis, ont été estimés entre les magnitudes 2 et 3 ; la plupart des événements étaient trop petits pour être ressentis. L’emplacement exact et la profondeur de ces tremblements de terre étaient inconnus, en raison de l’équipement limité de surveillance des tremblements de terre, bien que les données suggèrent que les événements se sont produits sous les îles Manu’a, probablement plus proches de l’île de Ta’u plutôt que d’Ofu-Olosega, et n’étaient probablement pas lié au mont sous-marin Vailulu’u récemment actif. Le HVO a noté que les volcans des Samoa américaines étaient surveillés à distance par des satellites et une station sismique éloignée à Apia, Samoa ; le manque de stations de surveillance au sol ne permet pas d’être averti à l’avance d’une nouvelle activité. Le niveau d’alerte volcanique et le code couleur de l’aviation ont été classés comme non attribués en raison de l’absence de réseau de surveillance des volcans.

L’île de Ta’u ( Photo ci dessus) , large de 10 km et située à l’extrémité Est des îles Samoa, est entourée de falaises. C’est la partie émergente du grand volcan bouclier de Lata. Un événement majeur d’effondrement de flanc il y a 22 ka a entraîné des escarpements abrupts sur le côté Sud de l’île. Deux boucliers plus petits ont été construits le long des zones de rift aux extrémités Nord-Ouest et Nord-Est de l’île. Le coin Nord-Ouest de l’île présente un complexe de cônes de tuf qui a éjecté de grands xénolithes ( enclave d’une roche incluse dans une roche différente) de dunite ( roche ultrabasique du groupe des péridotite contenant 90% ou plus d’olivine ) et des blocs de corail. De nombreux cônes post-caldeira datant de l’holocènes se trouvent au sommet et sur les flancs.

Source et photo : GVP.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé que l’incandescence nocturne dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima dans la caldeira Aira  ) était visible du 8 au 15 août. Le réseau sismique a enregistré 33 événements éruptifs et 12 explosions. Des panaches volcaniques se sont élevés jusqu’à 2,5 km au-dessus du bord du cratère et de grandes projections balistiques ont été éjectées jusqu’à 1,7 km au-dessus du sommet. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et les résidents ont été avertis de rester à 2 km du cratère.

La caldeira d’Aira dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima contient le volcan post-caldeira Sakurajima, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira d’Aira, ainsi que plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur le bord Sud de la caldeira d’Aira et a construit une île qui a finalement été reliée à la péninsule d’Osumi lors de la grande éruption explosive et effusive de 1914. L’activité du cône du sommet de Kitadake s’est terminée il y a environ 4850 ans, après quoi des éruptions ont eu lieu depuis le Minamidake. De fréquentes éruptions historiques, enregistrées depuis le VIIIe siècle, ont déposé des cendres sur Kagoshima, l’une des plus grandes villes de Kyushu, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption historique a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : GVP.

Photo : Archive webcam.

 

Alaska , Pavlof :

55,25’2″ N 161,53’37 » O,
Altitude du sommet 8261 pieds (2518 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE

Le volcan Pavlof continue son éruption depuis l’évent sur le flanc Est du volcan juste en dessous du sommet. Des secousses sismiques et de petites explosions ont été détectées dans les données sismiques et infrasonores locales. Des températures de surface élevées ont été observées sur les images satellites. Quelques images de webcam et un rapport de pilote ont indiqué de petites émissions de cendres restant généralement sous le sommet et se dissipant rapidement.

De petites explosions associées à l’éruption actuelle peuvent se produire à tout moment et peuvent être accompagnées de petits panaches de cendres à proximité immédiate du volcan. Le niveau d’agitation sur le Pavlof peut changer rapidement et la progression vers une activité éruptive plus importante peut se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Le Pavlof est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux régionaux de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO.

Photo : Dietterich, Hannah , 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search