23 Décembre 2021 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Islande : Geldingadalur .

Home / blog georges Vitton / 23 Décembre 2021 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Islande : Geldingadalur .

23 Décembre 2021 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Kamchatka : Sheveluch , Colombie : Nevado del Ruiz , Islande : Geldingadalur .

23 Décembre 2021 .

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué du 23 Décembre 2021 – 12h00

L’éruption débutée le 22 décembre 2021 aux alentours de 3h30 heure locale se poursuit. Avec la décroissance des premières fontaines de lave, l’amplitude du trémor éruptif (indicateur d’une émission de lave en surface) a fortement diminué au cours de la journée d’hier, et s’est stabilisée aujourd’hui à environ 30% de son amplitude initiale . Quelques séismes superficiels, et de Magnitude< 0.5, sont encore décelés à l’aplomb du sommet, et deux séismes ont été localisés sous le flanc Est du volcan à environ 0,6 km sous le niveau de la mer.

 

Sur les dernières 24h :
– Les déformations de surface ne montrent pas de déplacement particulier.
– A la faveur d’une météorologie plus clémente, des estimations de débit de lave ont pu être établies par méthode satellite avec la plateforme HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne), avec une moyenne de 4-7 m3/ sec et des pics à 22 m3/sec.
Depuis hier soir, l’activité ne se focalise plus que sur une seule des fissures éruptives, celle la plus en aval (aux alentours de 2030 m d’altitude  ), où un cône a commencé sa formation.

Une reconnaissance de terrain a pu être faite ce matin grâce au concours de la Section Aérienne de Gendarmerie et du PGHM. Cette mission a permis de localiser avec précision l’évent qui est toujours actif et le front de coulée . Aux alentours de 9h30 (heure locale) :
– la coulée de lave, en graton, avait parcouru 2,2 km depuis son point d’émission (et se situait à 2000 m d’altitude environ)
– le front de coulée se situait à :
. 550 m du rempart sud
. 3,2 km du haut des grandes pentes
. 8,1 km de la route
. 9 km de l’océan.

Cette mission a permis également de récupérer des échantillons de lave (scories projetées par les fontaines de lave et coulées de lave) qui seront très utiles, un fois analysés, pour mieux comprendre le cheminement pris par le magma en profondeur et le dynamisme de l’éruption . A 9h30 heure locale, le régime de fontaines de lave était toujours bien actif mais avec des hauteurs ne dépassant que de manière intermittente la hauteur du cône, estimée à 10 m.

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (éruption dans l’Enclos)

Source et photos : OVPF.

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE , du 13 décembre 2021 au 19 décembre 2021. (date d’émission 21 décembre 2021)

SOMMAIRE DU STATUT D ‘ACTIVITÉ

Au vu des données de suivi, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES :  Durant cette période, une activité explosive normale de type strombolienne a été observée avec activité d’éclaboussures dans la zone N. La fréquence horaire totale des explosions ont fluctué entre des valeurs moyennes et élevées (11-25 événements / h). L’intensité des explosions a varié de faible à moyenne à la fois dans la zone du cratère Nord et dans la zone du cratère Centre-Sud.

2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne montrent pas de variations significatives.
3) DEFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de surveillance de la déformation du sol de l’île n’ont pas montré de changements significatifs à signaler pour la période sous revue.
4) GEOCHIMIE : Le flux de SO2 est à niveau moyen Le flux de CO2 des sols dans la zone sommitale montre une légère augmentation vers un niveau entre haut et très haut.
La valeur C/S dans le panache mis à jour et validé dans le panache est de 7,23, s’installant sur des valeurs moyennes-élevées.
Il n’y a pas de changements significatifs dans les rapports isotopiques par rapport à l’échantillonnage précédent (15 novembre 2021), s’installant sur des valeurs élevées avec un R/Ra de 4,41.
5) OBSERVATIONS SATELLITES : Après l’événement effusif du 26 novembre, l’activité thermique observée par satellite a montré des anomalies de bas niveau.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES

Dans la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190m, Punta Corvi, altitude 400m et Pizzo). L’activité explosive a été principalement produite par 7 (sept) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Nord et 4 (quatre) cheminées éruptives situées dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont placées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère (Fig. 3.1).

Description de l’activité éruptive enregistrée par les caméras de surveillance.
Le secteur N1, avec deux points d’émission, situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions d’intensité principalement moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers (lapilli et bombes). Le secteur N2, avec cinq points d’émission, montrait une activité explosive d’intensité moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers avec une activité de projection qui fut intense jusqu’au 16 décembre. La fréquence moyenne des explosions variait de 8 à 18 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, le secteur S1 n’a pas montré d’activité explosive significative, tandis que les trois évents situés dans le secteur S2 ont produit des explosions, parfois en même temps, d’intensité principalement moyenne-faible (parfois les produits des explosions dépassaient 80 m de hauteur ) émettant des matière fine (cendres) mélangée à des matières grossières. Le secteur C montrait de modestes explosions de gaz et de matières grossières.
La fréquence des explosions variait de 2 à 7 événements/h .

Description de l’activité éruptive suite aux inspections dans la zone sommitale.
Dans la zone Nord, le cratère N1 était caractérisé par la présence d’un évent actif avec des explosions émettant des matériaux grossiers et sans cendres, dont la fréquence était variable entre 3 et 1 explosions/heure, respectivement pour les 15 et 16 décembre.
La zone du cratère N2 a été caractérisée par un évent actif le 15 décembre et sept évents différents le lendemain. Le 15, pendant la période d’observation, l’activité était localisée exclusivement au niveau d’un cône construit en bordure Nord-Ouest de la zone N2 vers la Sciara del Fuoco et était caractérisée par des bouffées et des éclaboussures continues, avec des épisodes d’importante intensité durant plus d’une minute. Les explosions étaient caractérisées par l’émission de matériaux grossiers et sans cendres, avec une fréquence de 10 explosions/heure. Le 16 décembre, l’activité d’éclaboussures s’était déplacée vers un évent à la base d’un cône inactif la veille et situé en bordure Nord-Est de la zone N2 vers la Sciara del Fuoco . Le matériau qui s’est accumulé près de l’évent éruptif avec l’activité d’éclaboussures a déterminé la croissance rapide du cône. Le 16, dans le secteur N2, 5 autres évents étaient actifs, tous incandescents, dont trois, parfois quatre, produisaient une activité explosive simultanée avec une fréquence explosive de 6 événements/heure. Une seule de ces bouches produisait une quantité modeste de cendres.
Pendant la période d’observation, le panache a empêché l’observation détaillée de la zone Centre-Sud dans laquelle, le 15, il y avait un évent incandescent dans le secteur le plus à l’Est de la zone du cratère CS1.
L’activité explosive était de 2 et 1 événements/heure, respectivement pour les 15 et 16 décembre et était caractérisée par l’émission de cendres remodelées produites par un ou plusieurs évents situés dans le secteur Sud du CS1.

Source : INGV.

Lire l’articlehttps://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/574-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2021-12-21/file

Photos : INGV , webcam.

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

22 Décembre 2021 09h00 UTC. La surveillance volcanique se poursuit sur La Palma.

Depuis la dernière déclaration, 19 tremblements de terre ont été localisés sur l’île de La Palma, aucun d’entre eux n’a été ressenti par la population. Les magnitudes varient entre 1,4 et 3,0 (mbLg). La localisation des hypocentres se poursuit sous la zone centrale de Cumbre Vieja dans les mêmes zones que les jours précédents. 16 séismes ont été localisés à des profondeurs comprises entre 9 et 15 km et 3 séismes à des profondeurs inférieures à 5 km. Durant cette période, aucun séisme n’a été localisé à une profondeur supérieure à 15 km.
Il n’y a toujours pas de tremor volcanique observé, le bruit sismique reste à des niveaux proches de la période pré-éruptive.

Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre que l’élévation à la station LP03, qui est la plus proche des centres éruptifs, reste au niveau qu’elle a atteint le 19 décembre. Dans le reste des stations, aucune déformation significative n’est observée qui pourrait être associée à l’activité volcanique.
Au vu de l’image calibrée à 08:45 UTC, aucun type d’émission n’est visible.

La hauteur du cône est mesurée en obtenant une valeur de 1 122 m sur le niveau de la mer.

Sources : IGNes , El Pais .

Photo : I love the world .

 

Kamchatka , Sheveluch :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA)

Émis : 23 décembre 20211223/0117Z
Volcan : Sheveluch (CAVW #300270)
Code couleur aviation actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : KVERT
Numéro d’avis : 2021-155
Emplacement du volcan: N 56 deg 38 min E 161 deg 18 min
Région : Kamchatka, Russie
Altitude du sommet : 3 283 m (10 768,24 pi), élévation du dôme ~2 500 m (8 200 pi).

Résumé de l’activité volcanique :
La croissance du dôme de lave se poursuit, une forte activité fumerolienne, une incandescence du dôme de lave et des avalanches chaudes accompagnent ce processus. Les données satellitaires du KVERT ont montré que des explosions ont envoyé des cendres jusqu’à 5,7-6,0 km d’altitude. et le panache de cendres s’est étendu sur 31 km au Nord-Est du volcan.
L’éruption extrusive du volcan se poursuit. Des explosions de cendres jusqu’à 10-15 km (32 800-49 200 pieds) d’altitude pourraient survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les aéronefs internationaux volant à basse altitude.

Hauteur des nuages ​​volcaniques :
5700-6000 m (18696-19680 ft) AMSL Heure et méthode de détermination de la hauteur du panache de cendres/nuage : 20211223/0010Z – Himawari-8

Autres informations sur les nuages ​​volcaniques :
Distance du panache de cendres/nuage du volcan : 31 km (19 mi)
Direction de dérive du panache de cendres/nuage du volcan : NE / azimut 51 deg
Heure et méthode de détermination du panache de cendres/nuage : 20211223/0040Z – Himawari-8
Heure de début de l’explosion et mode de détermination : 23 décembre 2021 – Données satellitaires

Source : Kvert

Photo : Yu. Demyanchuk, IVS FEB RAS, KVERT

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin du niveau d’activité du volcan Nevado del Ruiz.

Le niveau d’activité continue au : Niveau d’activité jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

Concernant le suivi de l’activité du volcan Nevado del Ruiz, le SERVICIO GEOLÓGICO COLOMBIANO rapporte que :

La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a augmenté en nombre de séismes enregistrés et dans  l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était caractérisée par l’apparition de trémors volcaniques continus, d’impulsions de trémors, de séismes de longue et de très longue période, qui présentaient des niveaux d’énergie modérés et un contenu spectral variable. Ces séismes ont été localisés principalement dans le cratère Arenas. Certains de ces signaux étaient associés à des émissions de cendres, confirmées par les caméras installées dans la zone du volcan et par le rapport des responsables du service géologique colombien et du parc naturel national de Los Nevados. 

 

La sismicité générée par la fracturation de la roche a maintenu des niveaux similaires dans le nombre de tremblements de terre et dans l’énergie sismique libérée par rapport à la semaine précédente. Cette activité sismique était localisée principalement dans les secteurs distaux Sud-Sud-Ouest, Nord-Est et Nord-Nord-Ouest du volcan, dans le cratère Arenas et ses environs et, dans une moindre mesure, dans le secteur Sud-Est. Les profondeurs des tremblements de terre variaient de 0,5 à 7,0 km. L’augmentation sismique enregistrée aujourd’hui se démarque, à environ 5,0 km au Nord-Nord-Ouest du cratère Arenas. La magnitude maximale enregistrée lors de l’augmentation et cette semaine était de 1,7 ML (Magnitude Locale) correspondant au séisme enregistré le 21 décembre à 13h00 (heure locale), situé à 5,2 km au Nord-Nord-Ouest du cratère Arenas, à 6,5 km de profondeur .

Source : SGC.

Photo : Diana M Bustamante.

 

Islande , Geldingadalur :

Mise à jour sur l’éruption de Geldingadalur .
Début d’un essaim sismique intense, 22 Décembre 2021.

Aucune nouvelle coulée de lave n’a été détectée à Fagradalsfjall au cours des trois derniers mois. Le soulèvement est toujours en cours dans la région et les scientifiques travaillent actuellement à la modélisation des processus en cours et à l’identification des scénarios possibles.

« Il peut être difficile de dire avec précision quand une éruption est terminée, car l’activité volcanique peut être intermittente », explique Sara Barsotti, coordinatrice des risques volcaniques à l’OMI. « Avant le début de l’activité éruptive à Geldingadalur, la péninsule de Reykjanes était très active en termes d’activité sismique et de troubles magmatiques. Comme nous le savons par le passé, lorsque la péninsule est réactivée, des éruptions épisodiques peuvent se produire en série », explique Sara.

Trois mois se sont écoulés depuis qu’aucune nouvelle lave n’a été produite à partir du cratère principal de Geldingadalur, donc l’éruption qui a commencé le 19 mars a duré environ six mois et peut être considérée comme terminée. Les données de déformation montrent qu’il y a encore un afflux de magma dans la croûte vers Fagradalsfjall, il est donc difficile de prédire comment la situation va évoluer. „ Nous continuons à surveiller de près la péninsule de Reykjanes mais nous pouvons dire que l’éruption spécifique qui a commencé le 19 mars s’est terminée. Cependant, même si cet épisode est clos, nous savons que l’activité dans la région est toujours en cours et que d’autres phases éruptives pourraient commencer dans un proche avenir », explique Sara.

L’OMI surveille de près la zone et à 18h00 UTC la nuit du 21 décembre , un essaim sismique a commencé à 2 à 4 km au Nord-Est de Geldingadalur. L’activité a ensuite augmenté vers 00:30UTC et elle est toujours très active avec de 1 à 10 tremblements de terre par minute. Plus tard dans la nuit, l’activité s’est déplacée vers le volcan de Geldingardalur. Cette activité peut s’expliquer par une intrusion de magma dans la croûte. Il n’y a actuellement aucune indication de tremor volcanique dans la région.

Jusqu’à présent, cet essaim sismique comptait environ 1 400 séismes détectés automatiquement et 90 d’entre eux sont supérieurs à M2. Le plus grand tremblement de terre était M4,9 et s’est produit à 09:23UTC à environ 2 km au Sud-Ouest de Geldingadalur.

En raison de l’activité sismique élevée, le code de couleur de l’aviation est passé du jaune à l’orange.

Source : Vedur is.

Photo : Matthias Vogt – Volcano Heli

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search