09 Novembre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Philippines : Taal , Nouvelle Zélande : White Island , Alaska : Pavlof .

Home / Alaska / 09 Novembre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Philippines : Taal , Nouvelle Zélande : White Island , Alaska : Pavlof .

09 Novembre 2021. FR . Espagne / La Palma : Cumbre Vieja , Pérou : Sabancaya , Philippines : Taal , Nouvelle Zélande : White Island , Alaska : Pavlof .

09 Novembre 2021.

 

 

Espagne / La Palma , Cumbre Vieja :

08 Novembre 2021 , 09h00 UTC. L’activité éruptive se poursuit sur La Palma.

Depuis la dernière déclaration, 62 tremblements de terre ont été localisés dans la zone touchée par la réactivation volcanique de Cumbre Vieja, 7 de ces tremblements de terre ont été ressentis par la population, ayant atteint l’intensité maximale de IV (EMS98) dans la zone épicentrale .
Le séisme le plus important a été celui qui s’est produit à 17:07:10 (UTC) hier, avec une magnitude de 4,6 mbLg à une profondeur de 37 km et ressenti avec une intensité IV sur l’île de La Palma. 8 secondes plus tard, un autre séisme de magnitude 4,5 a été localisé dans la même zone, à 38 km de profondeur, formant ainsi un double séisme.

 

Dans la période considérée, 7 séismes ont été localisés à une profondeur d’environ 30 km, le reste des hypocentres de la période sont situés à une profondeur moins importante, à environ 12 km.
L’amplitude du signal de tremor volcanique a considérablement diminué, avec de faibles niveaux moyens et aucune impulsion d’intensification.

Le réseau de stations GNSS permanentes de l’île montre que l’inflation enregistrée les 4 et 5 à la station LP03, qui est la plus proche des centres éruptifs, est revenue à un niveau inférieur à celui précédemment établi. La déformation Sud-Ouest enregistrée à la station se poursuit.
Dans le reste des stations, une légère déflation s’est maintenue, peut-être liée à une sismicité profonde.
Au vu de l’image calibrée, une hauteur de colonne de 2 500 m est estimée à 08h45 UTC, avec une direction Sud-Ouest.

Les coulées de lave s’écoulent sur les précédentes, sans envahir de nouvelles surfaces. Presque tout le flux de matériaux volcaniques va à la coulée principale, qui était celle qui a atteint la mer.
Les deux coulées qui préoccupent le plus les experts sont la 8, qui se trouvent à La Laguna depuis le 23 octobre; et 14, qui fermeraient l’accès actuel des autorités à Puerto Naos. Pour le moment, les deux continuent d’être arrêtées.
La largeur maximale des coulées de lave atteint 3 100 mètres.
La hauteur du panache de cendres atteint 2 500 mètres de hauteur et est dispersée à l’Ouest et au Sud-Ouest. On s’attend à ce qu’il continue comme ça, ce qui est favorable à l’activité de l’aéroport.
La sismicité reste faible par rapport aux semaines précédentes, et est située à une profondeur de 15 kilomètres en moyenne. La magnitude maximale était de 4,6 hier après-midi. Une tendance à la baisse est observée.
Les tremors et les déformations maintiennent également une tendance à la baisse.
Les émissions de dioxyde de soufre atteignent des valeurs comprises entre 16 600 et 23 100 tonnes par jour. Ces niveaux restent élevés, mais l’évolution temporelle reflète une tendance à la baisse.
La contribution magmatique a une origine plus superficielle.

Les experts du comité scientifique du Plan d’urgence volcanique des îles Canaries (Pevolca) étudient les signes d’épuisement des apports magmatiques à de plus grandes profondeurs et ont constaté que la lave qui sort en ce moment a une origine plus superficielle. La porte-parole du Pevolca, Carmen López, a expliqué que toutes les données observables (composition chimique du panache, sismicité et déformation du terrain) indiquent que le système « se relâche » et que les réserves de lave « deviennent plus petites ». López a abondé dans le fait que « toutes les données observables coïncident avec la partie la plus profonde » de ce système qui alimente le volcan qui « est moins actif et a moins de capacité à nourrir en magma, à nourrir l’éruption plus longtemps ». L’une de ces indications est la tendance à la baisse des émissions de dioxyde de soufre. Les autres sont une faible sismicité et un signal de tremor volcanique, ainsi qu’une tendance à la baisse de la déformation du terrain. Malgré ces indications, López a indiqué que « nous devons attendre un certain temps » pour que ces paramètres se stabilisent pour confirmer leur tendance à la baisse et rendre prévisible que la fin de l’éruption est plus proche. 

Source : IGN es ,El Pais .

Photos : Dominic Blaser , Adriana Felker

Carte : Copernicus.

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 02 Novembre 2021 au 07 Novembre 2021 , Arequipa, 08 Novembre 2021.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya reste à des niveaux modérés, c’est-à-dire avec l’enregistrement d’une moyenne de 64 explosions quotidiennes , avec des colonnes de cendres et de gaz jusqu’à 2,5 km d’altitude au dessus du sommet du volcan et leur dispersion consécutives . Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu concernant l’ activité éruptive.

L’IGP a enregistré et analysé l’occurrence de 817 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides magmatiques à l’intérieur du volcan Sabancaya. Une moyenne de 64 explosions a été enregistrée quotidiennement . Au cours de cette période, les tremblements de terre de type Volcano-Tectoniques (VT) associés à des fracturations rocheuses ont été localisés principalement dans le Nord- Ouest , le Nord-Est et le Nord du Sabancaya et ont présenté des magnitudes comprises entre M 2,0 et M 3,6 . 

 

 

Le suivi de la déformation de la structure volcanique à l’aide de techniques GNSS (traitées avec des orbites rapides) ne présente pas d’anomalies significatives. Cependant, de manière générale, un processus d’inflation a été observé dans le secteur  Nord ( environs du volcan Hualca Hualca ). La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 2,5  km d’altitude au dessus du sommet du volcan , qui étaient dispersées vers les secteurs Sud-Est , Sud-Ouest , Ouest et Nord – Est du  Sabancaya.  Les enregistrements par satellites ont identifiés la présence de 11 anomalies thermiques ( valeur maximale de 30 MW ) associées à la présence d’un corps de lave à la superficie du cratère du volcan  . 

RECOMMANDATIONS
• Garder le niveau d’alerte volcanique en orange.
• Ne pas s’ approcher dans un rayon de moins de 12 km du cratère.

Source et photo : IGP.

 

Philippines , Taal :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN TAAL , 09 novembre 2021  ,8:00 AM .

Au cours des dernières 24 heures, le réseau de capteurs du volcan Taal a enregistré cent onze (111) tremblements de terre volcaniques, dont vingt-six (26) événements de tremor volcanique ayant des durées d’une (1) à deux (2) minutes, quatre-vingt-cinq ( 85) tremblements de terre volcaniques à basse fréquence et un tremor de fond de faible niveau qui persiste depuis le 7 juillet 2021. L’activité du cratère a été dominée par la remontée de fluides volcaniques chauds dans le lac qui a généré un panache de 1 500 mètres de haut qui a dérivé vers le Sud-Ouest. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) étaient en moyenne de 11 435 tonnes/jour le 8 novembre 2021. Sur la base des paramètres de déformation du sol provenant de mesures d’inclinaison électronique, de la surveillance continue par GPS et InSAR, l’île du volcan Taal a commencé à se gonfler en août 2021 tandis que la région du Taal continue de subir une extension très lente depuis 2020.

 

Le niveau d’alerte 2 (agitation accrue) prévaut sur le volcan Taal. Le DOST-PHIVOLCS rappelle au public qu’au niveau d’alerte 2, des explosions soudaines de vapeur ou de gaz, des tremblements de terre volcaniques, des chutes de cendres mineures et des accumulations ou expulsions mortelles de gaz volcanique peuvent se produire et menacer des zones à l’intérieur et autour de la région du Taal.

Source : Phivolcs.

Photo : Val Cuenca, ABS-CBN News

 

Nouvelle Zélande , White Island :

Les troubles volcaniques se poursuivent, avec des émissions de gaz accrues. Les températures des évents actifs sont stables et on note l’élévation du niveau du lac. Publié: mar 9 nov. 2021 14:00

Le niveau d’alerte volcanique reste à 2
Le code couleur de l’aviation reste au jaune

Les récents vols de mesures de gaz et d’observation sur Whakaari / White Island montrent une augmentation des émissions de gaz et du niveau du lac. Les températures des évents restent stables autour de 200-220 °C. Le volcan émet occasionnellement des traces de cendres volcaniques et reste dans un état de troubles modérés à accrus. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

La semaine dernière, des scientifiques du GNS ont effectué un vol d’observation visuelle et un vol de mesure des émissions de gaz. Des mesures de température de la zone de ventilation active ont également été effectuées.

Les mesures de gaz ont montré que les émissions de gaz volcaniques ont augmenté depuis les dernières mesures du 14 octobre. Le dioxyde de soufre (SO2) est passé à 681 tonnes par jour, contre 267 tonnes par jour à la mi-octobre. Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) sont passées de 757 à 2712 tonnes par jour, tandis que celles de sulfure d’hydrogène (H2S) ont également augmenté, passant de 10 à 38 tonnes par jour. Ces données montrent une autre impulsion de gaz s’échappant de la matière en fusion en profondeur sous le volcan.

Les températures mesurées dans la zone de ventilation active variaient de 252 °C à 202 °C de septembre à octobre. En juillet et août, les températures dépassaient les 500-600 °C.

Le niveau d’eau dans le lac de cratère est légèrement plus élevé que ce que nous avons observé fin octobre. La quasi-totalité de cette augmentation est due à de fortes précipitations.

Une très faible émission de cendres se produisait lors des observations de la semaine dernière, mais les dépôts récents sont mineurs et visibles uniquement à proximité des évents actifs. L’émission intermittente de cendres est toujours possible. Les récentes conditions météorologiques nuageuses et humides permettent d’observer des panaches de vapeur et de gaz spectaculaires au-dessus de l’île, mais aussi le temps obscurcit souvent les vues depuis la côte.

L’activité sismique du site dégradé reste similaire, avec de faibles niveaux de tremor volcanique et des tremblements de terre volcaniques occasionnels à basse fréquence.

Panache de vapeur et de gaz au-dessus de White Island/Whakaari le 7 novembre à 19h30 NZDT

Le niveau d’activité actuel correspond à des niveaux d’agitation modérés à accrus. En tant que tel, le niveau d’alerte volcanique reste à 2 et le code de couleur de l’aviation reste au jaune.

Les équipements qui assurent une surveillance en temps réel sur l’île restent dégradés. Nous continuons à travailler sur les options de restauration.

Le niveau d’alerte volcanique reflète le niveau actuel d’agitation ou d’activité volcanique et n’est pas une prévision d’activité future. Alors que le niveau d’alerte volcanique 2 est principalement associé aux risques de troubles volcaniques (y compris les rejets de vapeur et de gaz volcaniques chauds, les tremblements de terre, les glissements de terrain et l’activité hydrothermale), il existe également un potentiel de risques d’éruption et des éruptions peuvent toujours se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Source : Geonet / Mike Rosenberg / Volcanologue de service .

Photos : Geonet.

 

Alaska , Pavlof :

55°25’2″ N 161°53’37 » O,
Altitude du sommet : 8261 pi (2518 m)
Niveau d’alerte volcan actuel : ATTENTION
Code couleur aviation actuel : ORANGE

De petites explosions ont été détectées pendant la nuit et ce matin sur le Pavlof, ainsi que des températures de surface élevées dues à la mise en place d’une petite coulée de lave de 30 m de long provenant de l’évent actuel au Nord-Est du sommet. Aucun nuage ou dépôt de cendres n’était visible sur les images satellite ou webcam claires au cours de la dernière journée, cependant, de petites émissions de cendres pourraient s’être produites entre les acquisitions de la caméra et se dissiper rapidement près de l’emplacement de l’évent, similaire aux événements explosifs précédents lors de l’éruption actuelle.

Émission mineure de cendres du volcan Pavlof,  vue de Cold Bay. Photo reproduite avec l’aimable autorisation de Royce Snapp.

De petites explosions accompagnées d’émissions de cendres de faible niveau peuvent se produire à tout moment et constituent généralement un danger à proximité immédiate du sommet. Le niveau d’agitation sur le Pavlof peut changer rapidement et la progression vers une activité éruptive plus importante peut se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Le Pavlof est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, des caméras Web et des réseaux distants de capteurs d’infrasons et de foudre.

Source : AVO.

Photo : Snapp, Royce / AVO.

 

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search