25 Février 2020. FR. Pérou : Sabancaya , Pérou : Ubinas , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) , Guatemala : Fuego .

Home / blog georges Vitton / 25 Février 2020. FR. Pérou : Sabancaya , Pérou : Ubinas , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) , Guatemala : Fuego .

25 Février 2020. FR. Pérou : Sabancaya , Pérou : Ubinas , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) , Guatemala : Fuego .

25 Février 2020.

 

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: 17-23 février 2020 . Arequipa, 24 février 2020 .
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya s’est maintenue à des niveaux modérés; c’est-à-dire avec l’enregistrement continu d’explosions modérées et d’émissions conséquentes de cendres et de gaz. En conséquence, pour les jours suivants, aucun changement significatif d’activité n’est attendu.

L’IGP a enregistré et analysé la survenue d’environ 782 tremblements de terre d’origine volcanique, associés à la circulation de fluides (magma, gaz, etc.) à l’intérieur du volcan. En moyenne, 16 explosions ont été enregistrées quotidiennement d’intensité moyenne à faible.

Le suivi de la déformation de la structure volcanique n’enregistre pas d’anomalies significatives. La surveillance visuelle a permis d’identifier des colonnes de gaz et de cendres jusqu’à 3 km de haut au dessus du sommet du volcan, qui ont été dispersées dans les secteurs Sud, Sud-Ouest et Sud-Est du Sabancaya. La surveillance par satellite a permis d’identifier la présence de 2 anomalies thermiques de valeurs comprises entre 2 MW et 3 MW, associées à la présence d’un dôme de lave d’environ 280 m de diamètre dans le cratère du volcan.

Le 24 février à 13 h 23, l’IGP a enregistré et signalé via l’application mobile Volcanes Pérou la présence d’un lahar (coulée de boue volcanique), qui descendait le ruisseau Huayuray-Pinchollo vers la rivière Colca, avec effets probables sur la route principale Chivay-Cabanaconde.

Source : IGP.

Photo : Ingemmet

 

Pérou , Ubinas :

Période d’analyse: 17-23 février 2020 . Arequipa, 24 février 2020 .
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Ubinas reste à de faibles niveaux. À ce jour, l’enregistrement de tremblements de terre associés à la remontée du magma vers la surface est rare. Il y a des émissions faibles et sporadiques de gaz bleutés (d’origine magmatique) et de vapeur d’eau. Selon ce scénario, la possibilité d’explosions volcaniques et / ou d’émissions de cendres est faible.

L’IGP a enregistré et analysé un total de 103 événements sismiques associés au comportement dynamique du volcan Ubinas, avec la prédominance de signaux sismiques de type Volcano-Tectonique (VT), liés à la fracturation des roches à l’intérieur du volcan. En moyenne, 7 tremblements de terre ont été enregistrés par jour avec des magnitudes inférieures à M1,9. L’activité sismique liée à la remontée du magma (type hybride) a diminué tant en nombre d’événements (4 tremblements de terre quotidiens) qu’en énergie.

La surveillance visuelle enregistre de légères émissions de gaz volcaniques et de vapeur d’eau. Le suivi de la déformation de la structure volcanique n’enregistre pas d’anomalies significatives. La surveillance par le satellite MIROVA n’a pas enregistré d’anomalies thermiques.

Le 24 février à 15 h 52, l’IGP a enregistré et signalé au moyen de l’application mobile Volcanes Peru la descente d’un lahar (coulée de boue volcanique) à travers les gorges de Volcanmayo. L’événement a présenté des volumes jugés modérés à élevés avec une affectation des routes de communication et des terres agricoles dans le district d’Ubinas.

Source : IGP.

Photo : Archive , Auteur inconnu.

 

El Salvador , San Miguel ( Chaparrastique ) :

Après la phase d’activité volcanique de 10h55 Samedi 22, le volcan San Miguel a montré une détente dans son système interne, qui a duré environ 11 heures. Après cette période, la sismicité a présenté un changement dans son schéma. Il y a une augmentation du nombre de tremblements de terre et de signaux de tremor de faible amplitude (vibrations sismiques), associés à des périodes de léger dégazage (voir figure 1).

Figure 1. Changements dans la sismicité du volcan enregistrés du 17 au 24 février.

L’enregistrement des derniers tremblements de terre, montre de très petites magnitudes, non perçues par la population, suivies de périodes de tremors (figure 2). Au cours des dernières 24 heures, l’amplitude sismique enregistrée dans la station VSM, située dans la partie supérieure du flanc Nord du volcan, a montré des valeurs comprises entre 33 et 97 unités RSAM, en moyenne / heure  , 150 unités étant normales (voir figure 3) .

Figure 2. Séquence d’impulsions de dégazage observée ce matin, liée à de courtes périodes de tremors et de microséismes.

Jusqu’au moment de la publication de ce rapport, le volcan a présenté des périodes de léger dégazage depuis son cratère, observées à 6h30 ce jour, un panache qui a atteint environ 400 mètres de haut.

Figure 3. Comportement des vibrations sismiques du volcan, en unités RSAM, du 18 au 24 février.

Le flux de dioxyde de soufre émis par le cratère du volcan démontre la présence du dégazage observé, maintenant un taux d’émission similaire aux jours précédents (figure 4).

Selon l’évaluation de l’activité volcanique, le scénario actuel pourrait se poursuivre au cours des prochains jours, sans exclure qu’il pourrait présenter un processus de plus grande énergie, qui pourrait générer des colonnes plus élevées avec plus de cendres se dispersant suivant la direction du vent.

Figure 4. Débit de dioxyde de soufre (SO2), émis par le cratère du volcan, avec de légères fluctuations dépassant le seuil, entre le 10 et le 23 février.

Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MARN) assure une surveillance 24h / 24 et 7j / 7 du volcan et une communication étroite avec la Direction générale de la protection civile et les observateurs locaux. Nous appelons les résidents, les touristes et les alpinistes et, en général, à rester à l’écart du cratère du volcan en raison des petites explosions avec des émanations de cendres qu’il présente.
Ce rapport sera mis à jour vendredi prochain, le 28 février. En cas de changement significatif dans l’activité du volcan, un rapport spécial préalable sera publié.

Source: MARN.

 

Guatemala , Fuego :

Activité:
Présence de fumerolles de dégazage  à une hauteur de 4300 m d’altitude qui se déplacent vers le Sud et le Sud-Ouest. 7 à 14 explosions faibles à modérées sont générées par heure qui expulsent des colonnes de cendres grises à une hauteur de 4500 à 4800 m d’altitude (14765-15750 pieds) qui se dispersent sur 10 à 15 km vers l’Ouest et le Sud-Ouest. La nuit et tôt le matin des impulsions  incandescentes ont été observées à 200 – 300 m de haut avec des avalanches modérées sur le contour du cratère, principalement vers les ravins de Seca, Taniluya, Ceniza , Trinidad et Las Lajas,

 

Des grondements faibles, modérés à forts sont perçus , qui provoquent des ondes de choc modérées faisant vibrer les maisons près du volcan. Des sons similaires à ceux des locomotives de train sont entendus avec des intervalles de 4 à 6 minutes . On note des chutes de fines particules de cendres dans les villages de Sangre de Cristo, La Soledad, Yepocapa et autres. Une coulée de lave d’une longueur de 800 m avance en direction du Canyon Ceniza , avec des avalanches modérées à fortes lors de son avance.

Source : Insivumeh .

Photo : Moises Castillo / Sputnik. ( Archives)

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search