13 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Hawai : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Vanuatu : Ambrym .

Home / Ambrym / 13 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Hawai : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Vanuatu : Ambrym .

13 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Hawai : Kilauea , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Vanuatu : Ambrym .

13 Juillet 2018.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du vendredi 13 juillet 2018 à 00h00 (Heure locale)

Depuis 23h40 heure locale (le 12 juillet), une forte augmentation de la sismicité est observée. Et depuis minuit une crise sismique est enregistrée sur les instruments de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise. Cette crise sismique est accompagnée de déformation rapide, Ceci indique que le magma est en train de quitter le réservoir magmatique et se propage vers la surface. Une éruption est probable à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures.

Niveau d’Alerte : Alerte 1

Bulletin d’activité du vendredi 13 juillet 2018 à 05h00 (Heure locale)

Suite à la crise sismique débutée un peu avant minuit le 12 juillet, le trémor volcanique synonyme d’arrivée du magma à proximité de la surface est apparu très progressivement sur les enregistrements sismiques de l’OVPF depuis 03h30 environ heure locale le 13 juillet. D’après les enregistrements de l’OVPF, la source de ce trémor est localisée sur le flanc Nord du volcan.
Les premières lueurs attestant d’un début d’éruption sont apparues sur les webcams de l’OVPF à 4h30 (heure locale).

Niveau d’alerte : Alerte 2-2 : Eruption dans l’Enclos.

Piton de la Fournaise : passage en alerte 2-2 éruption en cours dans l’enclos

 Le préfet de la Réunion a déclenché ce jour à 4h30, l’alerte 2-2 du plan « ORSEC* Volcan » : éruption en cours.

Les Premiers Instants De La Troisième Éruption De L'année 2018Vidéo De ©Imaz Press Réunion (Page officielle)

Publiée par Piton De La Fournaise sur Jeudi 12 juillet 2018

L’accès du public à la partie haute de l’enclos Fouqué, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier, ainsi que le poser d’aéronefs dans la zone du volcan, sont interdits jusqu’à nouvel avis. Le sentier du Nez Coupé de Sainte-Rose est actuellement interdit à la circulation pédestre à partir du Piton Partage en raison d’un danger réel et imminent d’effondrement.
Toute évolution significative fera l’objet d’une nouvelle communication.

Bulletin d’activité du vendredi 13 juillet 2018 à 10h30 (Heure locale)

Suite au survol du site éruptif réalisé ce matin avec le concours de la Section Aérienne de Gendarmerie et du PGHM, le site éruptif a pu être localisé avec précision. Il se situe sur le flanc nord du volcan.
Au total 4 fissures éruptives se sont ouvertes sur 1 km de long, se propageant de l’amont de la Chapelle de Rosemont en direction du Formica Leo (Figure 1).

Figure 1 : Localisation des deux extrémités du site éruptif. Au total ce sont 4 fissures qui se sont ouvertes entre ces deux points. (© OVPF/IPGP)

A 08h00 (heure locale), les 4 fissures étaient toujours actives avec des hauteurs de projections ne dépassant pas les 20 m de haut. Les coulées aa qui s’en écoulaient se propageaient sur des distances de l’ordre de 200 m (Figures 2).

Figure 3 : Prise de vue du site éruptif ce matin vers 8h, heure locale (© OVPF/IPGP)

Figure 4 : Prise de vue du site éruptif ce matin vers 8h, heure locale (© OVPF/IPGP)

Figure 4 : Prise de vue du site éruptif ce matin vers 8h, heure locale (© OVPF/IPGP)

Niveau d’alerte : Alerte 2-2 : Eruption dans l’Enclos

Source : OVPF

Photos :  Brieuc Coessens Studio .

Video : Imaz press reunion

 

Hawai , Kilauea :

Jeudi 12 juillet 2018, 10 h 51 HNT (jeudi 12 juillet 2018, 20:51 UTC)

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Altitude 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVERTISSEMENT
Code   couleur actuel de l’aviation: ORANGE

Volcan Kīlauea Lower East Rift Zone .

La fissure 8 continue de faire éruption de lave dans le canal perché menant vers le Nord-Est à partir de l’évent. Les niveaux de lave dans le chenal supérieur entre la Fissure 8 et Pohoiki Rd. sont faibles ce matin mais devraient augmenter après le prochain effondrement / évènement explosif au sommet du Kīlauea. Cette nuit, le flux détourné canalisé à l’Ouest du cratère Kapoho a avancé vers l’océan détruisant l’école Kua O Ka La Charter School et le parc Ahalanui Count Beach , établissant une entrée océanique robuste. Malgré l’absence de connexion de surface visible avec le canal de lave de la Fissure 8, la lave continue de déborder à plusieurs endroits sur le front d’écoulement de 6 km de large dans l’océan.

La fissure 22 n’a aucune activité visible. Aucune autre fissure n’est active.

Sommet du volcan Kīlauea

Les tremblements de terre dans la zone sommitale ont repris après l’effondrement / explosion d’hier à 05h46 HST, qui avait une énergie équivalente à un séisme de magnitude 5,3. Le taux actuel de tremblements de terre varie de 20 à 35 / h et devrait continuer comme cela a été le cas avant l’effondrement / explosion, ce qui devrait se produire plus tard aujourd’hui. L’effondrement vers l’intérieur du bord et des parois du cratère Halema’uma’u continue en réponse à l’affaissement continu du sommet.

Source : HVO

Photo : Bruce Omori.

 

Equateur / Galapagos , Sierra Negra : 

Jeudi 12 juillet 2018 09:42  Rapport de terrain du volcan Sierra Negra, 27-28 juin 2018

Thermographie, cartographie et échantillonnage des nouvelles coulées de lave, secteur du Volcan Chico.

Résumé
Les 27 et 28 Juin 2018, un groupe de scientifiques de l’Institut de Géophysique de l’Ecole nationale polytechnique (IGEPN), en profitant d’un vol logistique (Latacunga – Puerto Villamil -. Quito) géré par le Département de la gestion des risques, a approché la région du volcan Chico, sur le volcan Sierra Negra (île Isabela, Galapagos), pour effectuer un travail de terrain sur les dépôts de l’éruption du 26 Mars. Les travaux ont été réalisés avec l’autorisation et le soutien du Parc National des Galapagos. La nuit du 27 était une première approche de la zone active avec l’imagerie thermique des fissures éruptives et des dépôts des coulées de lave. Le 28 au matin, une seconde approche a été faite pour compléter les images thermiques avec des mesures directes avec thermocouple et l’échantillonnage des produits éruptifs (scories, bombes et lave volcanique), et la prise de photos avec drone pour la cartographie. Les champs de lave étaient encore très chauds avec des températures allant jusqu’à 975 ° C.

De plus, il a été observé que les champs de lave étaient particulièrement instables avec de nombreux tunnels de lave effondrés ou en cours d’effondrement . Les produits éruptifs sont typiques des éruptions basaltiques avec des scories, des cheveux de Pelée et des bombes volcaniques (éclaboussures) autour des fissures éruptives,  des dépôts de lave de type Pahoehoe et AA sur le flanc Nord du volcan et à l’intérieur de la caldeira . À la demande du ministre du gouvernement du Conseil du régime spécial des Galápagos, du secrétaire de la gestion des risques, ainsi que de la direction du PNG, le personnel de l’IGEPN a participé à la réunion du COE au cours de laquelle a eu lieu une information sur le statut d ‘activité du volcan et a fourni des conseils sur le sujet aux autorités et à la communauté. En conclusion, il n’est pas recommandé d’approcher les champs de lave en raison de la présence de gaz, des températures élevées et du danger d’effondrement des tunnels de lave.

Figure 1. Champs de lave du volcan Sierra Negra, secteur Chico Volcano (photo: Benjamin Bernard, IGEPN).

1. Surveillance thermique

1.1. Images infrarouges
Dans la nuit du 27 juin, il a été possible d’atteindre le site où se trouvent les antennes des stations de surveillance de l’IGEPN, sur le bord de la caldeira et avec l’utilisation d’une caméra infrarouge  , il a été possible d’observer la fissure sur le volcan Chico, d’où plusieurs coulées de lave ont été émises le 26 juin, identifiables par sa température élevée (figure 2). La plupart des laves se sont dirigées vers l’extérieur de la caldeira, vers le flanc Nord, où l’on a observé plusieurs dépôts de coulées qui descendaient en direction de la baie Elizabeth (figure 2). Un petit écoulement est descendu dans la caldeira à partir de la même fissure (figure 2) et n’a plus montré de mobilité.

Figure 2: Composition d’ images thermiques montrant les coulées de lave qui ont été émis à partir de la fissure sur le volcan Chico, vers le bord extérieur Nord (droite) et vers l’intérieur de la caldeira (à gauche) (images thermiques: Silvia Vallejo; IGEPN).

Compte tenu de l’extension et de la température de ces coulées de lave, il n’a pas été possible de continuer à observer et à obtenir des images thermiques des écoulements provenant d’autres fissures vers le Nord-Ouest  de cette dernière position.

1.2. Mesures directes
Les mesures de température ont été faites en utilisant une caméra IR et un thermocouple. Les températures ont été prises à partir de la zone de fissure et en descendant le long du bord de la coulée de lave la plus orientale et à l’avant d’un petit lobe formé par ce flux.
Dans la zone de la fissure d’où proviennent les laves, des températures maximales apparentes (TMA) de 580 ° C ont été observées dans l’une des fissures. Les températures moyennes à la surface de la coulée de lave étaient généralement d’environ 60 ° C, mais elles pouvaient atteindre des températures de l’ordre de 200 ° C. Sous la surface, la température atteint des valeurs plus élevées. La température maximale mesurée était de TMA = 975 ° C, dans une fissure à l’intérieur de la coulée de lave qui avait été arrêtée par les laves préexistantes (Fig. 3).

Figure 3. L’image de droite montre l’endroit où la température est la plus élevée dans la coulée de lave ; à gauche l’image thermique du site avec la température mesurée (photo de gauche : Francisco Vásconez, l’image Thermique: Silvia Vallejo; IGEPN ).

Les mesures faites avec le thermocouple au voisinage de la fissure ont montré des températures de 485 ° C dans une fissure  , tandis que dans les dépôts de scories et de projections voisins, on a mesuré des températures de 284 ° C. Dans une fissure dans la coulée , une température de 585 ° C a été mesurée. De même , à l’intérieur d’un flux de lave Pahoehoe une température de 724 ° C a été mesurée  (figure 4A).

2. Cartographie
Une série de photos aériennes a été réalisée à l’aide d’un drone, volant à ~ 60 m au-dessus du niveau de la fissure et des dépôts de lave. Nous avons obtenu une orthophoto et un modèle de surface numérique avec une résolution de ~ 3 cm / px. Vous pouvez voir clairement la fissure éruptive, les différents types de coulées de lave et aussi les tunnels de lave. Les fissures visibles sont légèrement arquées avec une direction générale ENE, comme les fissures de 1979 et 2005 dans la région du Volcan Chico. La plus grande mesure plus de 150 m de long. Dans cette zone, les coulées de lave atteignent jusqu’à 130 m de large dans les zones plates, mais seulement entre 25 et 35 m lorsqu’elles sont canalisées. Dans les zones plates elles ressemblent à une lave Pahoehoe (surface lisse, texture parfois cordée et tunnels de lave ) tandis que dans les zones canalisées avec pente plus élevée elles ont un aspect de lave AA (surface rugueuse avec levées naturelles ) . En général, les bords des coulées ont une épaisseur de 0,5 à 1 m et, à plusieurs endroits, la lave a rempli des fissures ou des dépressions antérieures.

Figure 4. Carte générale  (Benjamin Bernard, IGEPN). Les cartes sont projetées dans le système de coordonnées universel transverse Mercator (UTM), Zone 15S, WGS84.

3. Échantillonnage
Des échantillons de scories et de bombes volcaniques ont été recueillis près des fissures ainsi que des blocs de lave dans les champs de lave  Pahoehoe (figure 5). En raison du temps, les coulées de lave de type AA n’étaient pas accessibles. Tous les échantillons sont presque afanitiques (pas de cristaux visibles à la loupe) à forte irisation, sont généralement vésiculés et ont des textures fluides indiquant une forte teneur en gaz et une faible viscosité. Tous les échantillons ont une composition basaltique apparente, cependant, il est nécessaire de faire une analyse chimique pour déterminer leur composition.

Figure 5. Échantillonnage de matériaux rocheux dans une coulée de lave et prise de température avec un thermocouple et une caméra thermique (photo: Patricio Ramón, IGEPN).

Source : BB, PR, SV, FJV , Institut de géophysique , École nationale polytechnique.

 

Vanuatu , Ambrym :

BULLETIN D’ALERTE VOLCAN VANUATU N ° 5 – ACTIVITE AMBRYM, mercredi 11 juillet 2018

16 ° 15’00 « S 168 ° 07’00 » E
Sommet: 4377ft (1334m)
Niveau actuel d’alerte du volcan : Niveau 2

Le volcan d’Ambrym continue dans l’état d’agitation majeur. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

L’agitation volcanique continue sur Ambrym. L’activité volcanique devrait se poursuivre à des niveaux similaires, conformément au niveau 2 d’alerte volcanique. La zone de danger pour la vie est limitée à la zone d’exclusion permanente du Benbow, qui s’étend sur environ 1 km autour du cratère  et de la zone de danger du Marum, ( incluant Maben-Mbwelesu, Niri-Mbwelesu et Mbwelesu) qui fait environ 2,7 km autour du cratère du Marum.

Les observations de juin 2018 confirment que l’activité est confinée dans les cratères Benbow et Marum. L’activité consiste en une activité de lacs de lave en cours à l’intérieur des évents actifs, induisant un dégazage substantiel soutenu et l’émission d’un nuage de vapeur. Le gaz continuera d’être ressenti à l’approche de la zone volcanique et des cratères.

Ces observations et l’analyse des données sismiques confirment que le niveau d’agitation de l’activité volcanique se poursuit.

Le niveau d’alerte pour le volcan Ambrym est au niveau 2 depuis le 7 décembre 2017. Les observations actuelles sont cohérentes avec l’activité Niveau d’alerte 2. Le niveau 2 indique «Troubles majeurs»; la Zone de danger est à 1 km autour du cratère Benbow et 2,7 km autour du Marum ‘.

Le volcan Ambrym est un volcan très actif au Vanuatu avec une grande caldeira de 12 km de diamètre et 2 cratères actifs Marum et Benbow. Le volcan a été actif au cours des temps historiques au niveau des bouches d’évent et des flancs, produisant des éruptions explosives modérées et des coulées de lave qui ont atteint la côte. Les événements les plus importants comprennent des éruptions en 1820, 1894, 1913 ou 1929. Au cours des soixante-dix dernières années, il n’y a pas d’éruptions extra-caldera. L’éruption de 2015 était concentrée dans la caldeira.

Source : Geohazard Vanuatu.

Photo : G Vitton

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search