14 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Chili : Nevados de Chilian , Islande : Öræfajökull , Hawai : Kilauea , Activité de la Terre.

Home / blog georges Vitton / 14 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Chili : Nevados de Chilian , Islande : Öræfajökull , Hawai : Kilauea , Activité de la Terre.

14 Juillet 2018. FR . La Réunion : Piton de la Fournaise , Chili : Nevados de Chilian , Islande : Öræfajökull , Hawai : Kilauea , Activité de la Terre.

14 Juillet 2018. 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin d’activité du vendredi 13 juillet 2018 à 16h30 (Heure locale)

L’éruption débutée le 13 juillet 2018 entre 03h30 (début du trémor enregistré sur les stations sismiques de l’OVPF) et 04h30 (premières lueurs visibles sur les webcams de l’OVPF) se poursuit (Figure 1). L’intensité du trémor (indicateur de l’intensité éruptive en surface) est en décroissance depuis sa phase d’intensité maximale enregistrée à 06h00 heure locale (02h00 heure T.U, Figure 1).
Alors que les 4 fissures éruptives ouvertes en début d’éruption étaient toujours actives à 08h00 ce matin, la fissure la plus en amont (n°1) ainsi que le haut de la fissure n°2 n’étaient plus actives à 12h30 (Figure 2).


Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 20h40 (00h40 heure locale) et 11h30 (15h30 heure locale) le 13 juillet sur la station sismique de BOR, localisée au sommet.

Figure 2 : Prises de vue du site éruptif le 13 juillet 2018 entre 12h00 et 14h00 (heure locale). (©OVPF/IPGP)

Les premières mesures réalisées sur le terrain par une équipe de l’OVPF ont permis de cartographier de manière plus précise les fissures éruptives et l’avancée des coulées (Figure 3). Cette cartographie a été réalisée à partir d’images prises au sol, et a permis d’affiner les observations aériennes, mais est toujours susceptible d’évoluer.
La longueur de propagation des 4 fissures a été revue à la baisse (500 m vs 1000 m dans les estimations aériennes). Lors de cette reconnaissance pédestre, deux bras de coulées, les plus en aval, ont pu être échantillonnés.


Figure 3 : Localisation des fissures éruptives (rouges) et des coulées (blanches) au 13 juillet 14h00 (heure locale). Fond de carte GoogleEarth. (©OVPF/IPGP)

– Aucun séisme volcano-tectonique n’a été enregistré depuis le début de l’éruption.
– Aucune déformation significative n’a été enregistrée depuis le début de l’éruption.
– Les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plateforme MIROVA (université de Turin), étaient compris ce matin entre 2.88 et 5.34 m3/s.

Niveau d’alerte : Alerte 2-2 : Eruption dans l’Enclos.

Bulletin d’activité du vendredi 13 juillet 2018 à 23h00 (Heure locale)

L’éruption débutée le 13 juillet 2018 entre 03h30 (début du trémor enregistré sur les stations sismiques de l’OVPF) et 04h30 (premières lueurs visibles sur les webcams de l’OVPF) heure locale s’est arrêtée ce jour, le 13 juillet à 22h00 heure locale, après une phase de décroissance continue du trémor et environ 3 heures de gaz pistons (« bouffées de gaz » typiques des fins d’éruption du Piton de la Fournaise).

Plus aucune lueur n’est visible sur les webcams de l’OVPF au niveau des fissures éruptives, seuls quelques rougeoiements restent perceptibles au niveau du front de coulée non refroidi.

Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir à brève échéance (reprise de l’activité sur le même site, reprise de l’activité ailleurs, arrêt définitif). Des séismes sommitaux sont toujours enregistrés.

Niveau d’alerte: Sauvegarde.

Source : OVPF

 

Chili , Nevados de Chillan :

Rapport spécial sur l’activité volcanique (REAV).
Région Del Bio Bio, C.V. Nevados de Chillan , 13 Juillet 2018, 22:00 Heure locale (Chili continental)

Le Service national de géologie et d’exploitation minière du Chili (Sernageomin) publie les informations PRÉLIMINAIRES suivantes, obtenues grâce à l’équipement de surveillance du Réseau national de surveillance volcanique (RNVV), traitées et analysées à l’Observatoire volcanologique des Andes. Sud (OVDAS):

Ce 13 Juillet à 20h55 Heure locale ( 14 Juillet 00h55 GMT) , les stations de surveillance installées dans les environs du volcan Nevados de Chillan ont enregistré un séisme associé à une explosion impulsée par la dynamique des fluides à l’intérieur du système volcanique , dans les environs du cratère Nicador , à 430 m de profondeur.

Les caractéristiques du séisme sont les suivantes :

TEMPS D’ORIGINE : 20h55 Heure locale ( 14 Juillet 00h55 GMT )
LATITUDE: 36 ° 52,17′ S
LONGITUDE : 71 ° 22,32′ O
PROFONDEUR: 0,43 km
MAGNITUDE LOCALE: 3,7 (ML)
SIGNAL ACOUSTIQUE: 17 Pa réduit à 1 km
DÉPLACEMENT RÉDUIT: 985 cm2

OBSERVATIONS :

C’est l’explosion d’énergie la plus élevée enregistrée pendant cette crise. Il est possible que cette explosion ait détruit une partie du dôme, émettant des projectiles balistiques autour du cratère Nicanor, ce qui pourrait être corroboré par le survol.
La communauté près du volcan n’a signalé aucune anomalie liée à cet événement.
Les conditions climatiques ont empêché l’enregistrement visuel de l’événement.
Au moment de la publication de ce rapport, il n’y a aucun changement dans le comportement sismique du volcan, qui a été confirmé plus tard.

Le niveau d’alerte technique se maintien au niveau ORANGE .

Source : Sernageomin.

 

Islande , Öræfajökull :

Des signes évidents de troubles sur le volcan Öræfajökull.

Le Département de la gestion civile et des situations d’urgence en Islande a promulgué un nouveau statut pour le volcan Öræfajökull en indiquant qu’il montre des signes évidents de troubles.
Le ministère indique dans la déclaration que le volcan Öræfajökull montre des signes évidents de troubles avec une phase d’inflation depuis au moins un an et demi. L’inflation est en cours et se traduit par une augmentation de l’activité sismique et un schéma de déformation caractéristique. Il n’y a aucun signe de diminution du taux d’inflation ou de la sismicité. L’état d’agitation persiste malgré une diminution de l’activité géothermique depuis décembre dernier.

La source causant l’inflation est probablement l’injection de nouveau magma. Le changement de volume depuis le début des troubles est de l’ordre de 10 millions de m3 (environ 0,2 m3 / sec) comparable à l’activité d’intrusion sur l’ Eyjafjallajökull quelques années avant l’éruption de 2010
De nouvelles mesures de résistivité indiquent la présence de roches altérées géothermiquement à des niveaux peu profonds à l’intérieur de la caldeira, ce qui est cohérent avec l’activité géothermique intermittente à haute température observée sur de nombreux autres volcans.

Scénarios et dangers:
L’Öræfajökull est dans une phase de préparation typique avant une éruption mais l’évolution temporelle et le résultat sont inconnus.
L’augmentation de l’activité géothermique associée aux inondations et aux rejets de gaz est un scénario possible.

Source : Icelandmonitor.

Photo : mbl.is/RAX

 

Hawaï , Kilauea :

Vendredi 13 juillet 2018, 10h35 HST (vendredi 13 juillet 2018, 20:35 UTC)

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Sommet: 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVERTISSEMENT
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

Volcan Kīlauea , Lower East Rift Zone

La fissure 8 continue de faire éruption de lave dans le canal perché menant vers le nord-est à partir de l’évent. Les niveaux de lave dans le chenal supérieur entre la Fissure 8 et Pohoiki Rd. sont faibles ce matin mais devraient augmenter après le prochain effondrement / évènement explosif au sommet du Kīlauea.

Une vue plus rapprochée de la nouvelle «île», qui a été estimée à seulement quelques mètres au large, et peut-être 6-9 mètres (20-30 pieds) de diamètre. Cela fait probablement partie du flux de lave qui pénètre dans l’océan – et peut-être un tumulus sous-marin qui s’est accumulé sous l’eau et qui a émergé au-dessus du niveau de la mer.

Le flux canalisé à l’ouest du cratère Kapoho continue d’être la principale entrée océanique au bord sud du front d’écoulement ce matin. Malgré l’absence de connexion de surface visible avec le canal de la Fissure 8, la lave continue de déborder à plusieurs endroits sur le front d’écoulement de 6 km de large dans l’océan. En général, les panaches de laves du suintement semblent plus faibles ce matin. De plus, une petite île est apparue hier au large de la bordure nord qui continue à suinter de la lave ce matin.

La fissure 22 n’a aucune activité visible. Aucune autre fissure n’est active mais beaucoup fumaient ce matin, probablement en raison de l’humidité croissante dans la région.

Sommet du volcan Kīlauea.

Des scientifiques de l’USGS ont capturé cette superbe photo aérienne du cratère Halema’uma’u et une partie de la caldera du Kīlauea lors d’un survol en hélicoptère du sommet du Kīlauea ce matin. Dans le tiers inférieur de l’image, vous pouvez voir les bâtiments qui abritaient l’observatoire du volcan hawaïen de l’USGS et le musée Jaggar du parc national des Volcans d’Hawaï, le parking du musée et une section de la promenade Crater Rim du parc. Bien que les récentes explosions au sommet aient produit peu de cendres, le paysage gris terne est le résultat de multiples minces couches de cendres qui ont recouvert la zone du sommet au cours des explosions en cours.

 

Les tremblements de terre dans la zone sommitale ont repris après l’événement d’effondrement / explosion d’hier à 14h42 HST, qui avait une énergie équivalente à un séisme de magnitude 5,3. Le taux actuel de tremblements de terre varie de 25 à 30 heures par heure et devrait continuer jusqu’à un autre événement d’effondrement / explosion, qui devrait se produire tard aujourd’hui ou du jour au lendemain. L’effondrement vers l’intérieur du bord et des parois du cratère Halema’uma’u continue en réponse à l’affaissement continu du sommet.

Source : HVO

 

Activité de la Terre , Dr Boris Behncke :

L’activité volcanique de la Terre augmente-t-elle? Non, tout est normal

Ces dernières semaines, dans les médias et sur les réseaux sociaux, on parle beaucoup de volcans et d’éruptions, en particulier celles du Kīlauea (Hawaii) et du Volcan de Fuego (Guatemala), qui ont causé des dégâts matériels considérables et, dans le second cas, un nombre élevé de victimes. À ces événements désastreux, d’autres éruptions ont été ajoutées, spectaculaires mais heureusement moins dommageables, comme les éruptions des volcans Fernandina et Sierra Negra dans les îles Galápagos (Equateur) et un nouveau réveil, jusqu’ici modeste, du Gunung Agung sur l’île de Bali (Indonésie) (fig. 1).

Figure 1 – Eruption du mont Agung sur l’île de Bali (Indonésie) le matin du 28 Juin 2018 Source: MAGMA Indonésie (https://magma.vsi.esdm.go.id/press/view.php?id=175 )

Compte tenu de la couverture médiatique intense des éruptions récentes, on peut avoir l’impression que l’activité volcanique globale augmente. Il y a beaucoup de gens sur les « réseaux sociaux » qui demandent si c’est le cas et si ces événements sont liés les uns aux autres. Une autre question très fréquente concerne une relation hypothétique entre l’activité volcanique et l’activité sismique à l’échelle mondiale, notamment parce que celle-ci, dans l’année en cours, est – jusqu’à présent – plus faible que les années précédentes. Il ne manque pas d’experts « bricoleurs » avec leurs nombreux adeptes, qui disent que oui, l’activité volcanique est en augmentation, et qui n’hésitent pas souvent à accuser les « scientifiques officiels » de dissimuler ou de falsifier la vérité.
En fait, toutes les informations nécessaires pour comprendre la signification du volcanisme actuel sur Terre sont disponibles sur le net. Pour avoir une idée générale de l’évolution de l’activité volcanique dans le temps, il est nécessaire de consulter différentes sources, presque exclusivement en anglais, et surtout de vérifier leur fiabilité (Figure 2).

Figure 2 – Le graphique montre le nombre de volcans dont l’activité a été signalée depuis l’année 1400. La ligne fine indique le nombre de volcans en éruption par an, et la ligne rouge grossière représente la moyenne sur 10 ans des mêmes données. . Les éruptions dont les dates sont incertaines n’ont pas été incluses. Un volcan avec plus d’une éruption dans une année est montré seulement une fois. Les « volcans connus » sont le nombre total de volcans dont, dans l’année respective, on savait qu’ils avaient fait des éruptions historiques. « Population » est l’estimation de la population humaine mondiale. Source: Réseau Global Volcanism (http://volcano.si.edu/faq/index.cfm?question=historicalactivity)

En consultant des sites fiables, il s’avère que l’activité volcanique actuelle est tout à fait normale. A tout moment, une vingtaine de volcans sont en activité dans le monde entier, certains pendant de nombreuses années, des décennies, ou, comme Stromboli, pendant des siècles. D’autres se réveillent brièvement puis reviennent à un état de calme, et d’autres encore entrent dans une nouvelle période d’activité qui peut durer plus ou moins longtemps. Comme ils se produisent dans des régions éloignées et inhabitées de la planète, beaucoup de ces éruptions n’entrent pas dans la sphère de l’intérêt des médias et donc le grand public ne le sait pas. Lorsque, par hasard, une ou plusieurs éruptions ont un impact fort et soudain sur les zones habitées ou touristiques, l’attention des médias devient très forte. Par la suite, sur la longue vague de la notoriété des éruptions élevées dans les médias, d’autres éruptions, souvent inoffensives mais bien observées, sont en mesure pendant un certain temps de faire leur apparition dans les « grands médias », car à ce moment-là il y a un intérêt public vif. Cependant, si auparavant il n’y avait pas d’événements ayant un fort impact, comme ceux du Kīlauea et du Volcan de Fuego, des événements mineurs échapperaient à l’attention des médias et donc des masses. En fait, au cours de la première moitié de 2018, il y avait déjà plus de 40 volcans dans le monde qui ont enregistré une activité éruptive. Très peu d’entre eux ont fait les manchettes, en partie parce que, heureusement, seulement quelques éruptions ont causé des dommages importants.

En regardant les données contenues dans les archives américaines du Global Volcanism Program de la Smithsonian Institution à Washington, il est évident qu’au cours des derniers siècles, le nombre de volcans actifs connus a régulièrement augmenté et, en même temps, le nombre d’éruptions observées. La figure 2 montre également la croissance de la population mondiale; cela contribue aussi clairement à la connaissance des volcans et de leurs éruptions. Il faut considérer qu’à l’époque romaine, lorsque furent écrits les premiers traités sur les volcans, seuls neuf volcans actifs étaient connus, tous dans la région méditerranéenne.

Figure 3 – Nombre de volcans dont l’activité a été rapporté depuis l’année 1800. La mince ligne au-dessus montre le nombre de volcans en éruption depuis des années, tandis que la grande ligne rouge supérieure montre la moyenne sur 10 ans des mêmes données . Les lignes inférieures montrent le nombre annuel de grandes éruptions (avec des volumes de matériaux pyroclastiques ou de lave dépassant 1 km3). Il est à noter que le nombre d’éruptions mineures a considérablement augmenté, tandis que celui des éruptions majeures est resté très régulier tout au long de la période. Le haut indique les dates de deux éruptions extrêmement dévastatrices et de grand impact médiatique (Krakatau en 1883, Pelee 1902), les deux guerres mondiales (au cours de laquelle les rapports des éruptions ont beaucoup baissé), la publication du catalogue des volcans actifs du monde (CAVW), du Bulletin des Eruptions Volcaniques (BVE) et le début de la publication régulière de nouvelles sur l’activité volcanique du Global Volcanism Program (GVP). Source: Réseau Global Volcanism (http://volcano.si.edu/faq/index.cfm?question=historicalactivity).

En regardant les données pour les deux derniers siècles (fig. 3), nous constatons que le nombre d’éruptions déclarés par an a augmenté après des événements d’impact particulier, tant en termes de dommages et de victimes humaines, que médiatiques, comme ceux du Krakatau en Indonésie (1883) et de la Montagne Pelée dans les Caraïbes (1902), tandis que pendant les deux guerres mondiales, les rapports d’éruptions ont fortement diminué. Le début d’un catalogage systématique des volcans actifs (Catalogue des volcans actifs du monde, CAVW, depuis 1955) et ensuite la création de publications régulières sur l’activité volcanique (Bulletin des éruptions volcaniques, depuis 1960, et rapports du Global Volcanism Project de la Smithsonian Institution, depuis 1975) ont conduit à une nette augmentation du nombre d’éruptions signalées, qui s’est toutefois atténué dans les années 80 et 90 du siècle dernier. La figure 3 montre cependant une nouvelle augmentation au début du siècle actuel, qui peut être attribuée à l’avènement de l’Internet et des « médias sociaux », qui permettent une diffusion immédiate et généralisée de l’information, même par des experts qui ont l’occasion d’observer et de documenter les événements volcaniques, en particulier dans les zones reculées, qui autrement échapperaient à l’attention du monde scientifique.

La donnée la plus significative contenue dans la figure 3 est, cependant, que sur les éruptions majeures – donc avec des effets perceptibles sur des zones plus étendues les événements ont une forte probabilité d’être remarqués même dans les régions plus éloignées. Les rapports de tels événements montrent une tendance très régulière au cours des deux derniers siècles, montrant qu’en réalité l’activité volcanique n’augmente pas du tout, mais plutôt que ce sont nos connaissances et notre perception qui ont changé. Revenant ensuite à l’attention médiatique actuelle causée par les éruptions du Kilauea et du Volcan de Fuego, nous pouvons affirmer que c’est une attention qui sera drastiquement réduite dès que les médias n’auront plus de nouvelles à traiter, avec pour conséquence immédiate que le nombre d’éruptions qui seront remarquées par le grand public redescendra.

Source : Boris Behncke / ingvvulcani.wordpress.com. https://ingvvulcani.wordpress.com/2018/07/13/lattivita-vulcanica-della-terra-sta-aumentando-no-e-tutto-nella-normalita/

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search