28 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili : Nevados de Chillan , Indonésie : Bromo .

Home / blog georges Vitton / 28 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili : Nevados de Chillan , Indonésie : Bromo .

28 Décembre 2020. FR . Hawaii : Kilauea , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Chili : Nevados de Chillan , Indonésie : Bromo .

28 Décembre 2020.

 

 

Hawaii , Kilauea :

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Altitude du sommet :4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE

Résumé de l’activité:
L’activité de lave est confinée dans le cratère Halemaʻumaʻu avec émission de lave d’un évent sur le côté Nord-Ouest du cratère. À 7 heures du matin ce matin (27 décembre), le lac de lave avait une profondeur de 177 m (581 pieds) avec un étroit rebord noir autour de lui. Des émissions réduites de SO2 ont été mesurées hier soir.

Observations du sommet:
L’analyse préliminaire des taux d’émission de dioxyde de soufre mesurés hier après-midi (26 décembre) montre que les taux sont tombés à environ 5000 tonnes / jour, passant d’environ 40000 t / j (21-23 décembre) à environ 20000 t / j (25 décembre). ). Les inclinomètres du sommet ont continué d’enregistrer une faible inclinaison inflationniste. La sismicité est restée élevée mais stable, avec un tremor constant et quelques tremblements de terre mineurs.

Les équipes de terrain du HVO n’ont pas pu observer l’activité d’éruption matinale dans le cratère Halema’uma’u au sommet du Kīlauea en raison des vents violents. À leur retour sur le site de l’éruption ce matin, les équipes de terrain du HVO ont noté la vigueur réduite de l’évent Ouest. L’évent Nord / Est reste inactif. À environ 7 h 30 HST aujourd’hui (27 décembre), les équipes de terrain du HVO ont mesuré le lac de lave à 177 m (581 pi) de profondeur. Le niveau du lac de lave n’a pas changé de manière significative au cours des dernières 24 heures.

Observations sur la zone du Rift Est:
Les moniteurs géodésiques indiquent également que la partie supérieure de la zone du Rift Est s’est contractée pendant que le sommet se dégonflait. Cela était associé au retrait de magma pour alimenter les évents du sommet. Il n’existe pas de données sismiques ou de déformation pour indiquer que le magma se déplace dans l’une ou l’autre des zones de Rift du Kīlauea.

Observations du lac de lave de Halema’uma’u:
L’évent Ouest a continué à faire éruption de lave dans le lac de lave à l’intérieur du cratère Halema’uma’u avec deux canaux étroits visibles et une vigueur légèrement réduite ce matin.

Le lac de lave dans le cratère Halema’uma’u a peu changé au cours de la dernière journée et était à environ 177 m (581 pieds) de profondeur et à environ 408 m (1340 pieds) en dessous du bord Sud de l’Halema’uma’u ce matin (27 décembre). Le volume du lac est resté d’environ 21 millions de mètres cubes (27 millions de yards cubes ou 4,8 milliards de gallons). La carte thermique la plus récente indiquait que les dimensions du lac étaient de 790 sur 520 m (864 sur 569 yds) pour une superficie totale de 29 ha (72 acres). Le rebord étroit (10-30 m ou 11-22 yd) autour du lac était à environ 1-2 m (1-2 yds) au-dessus de la surface active du lac, suggérant que la surface du lac a chuté au cours des 2 derniers jours.

Au cours de la dernière journée, l’île de lave plus fraîche et solidifiée flottant dans le lac de lave a dérivé lentement vers l’Ouest dans le lac et est restée stable en taille – environ 260 m (850 pieds) de longueur et 115 m (375 pieds) de largeur basé sur la carte thermique du 23 décembre. Les mesures de ce matin suggèrent que l’île a augmenté de 1 à 2 m (3-7 pi) depuis hier après-midi.

 

L’éruption en cours dans le cratère Halema’uma’u se poursuit au niveau des évents de fissure Ouest. Hier matin, le 26 décembre vers 2 h 40 HST, les trois évents ont augmenté en vigueur éruptive et envoyaient des canaux de lave dans le lac de lave. L’augmentation des décharges de lave des évents occidentaux s’est poursuivie jusqu’à hier après-midi (photo de gauche). Aujourd’hui, 27 décembre, l’activité éruptive semble avoir légèrement diminué. Ce matin vers 9 h 30 HST (photo de droite), l’évent le plus à l’Ouest (à gauche) avait un petit skylight visible avec des éclaboussures occasionnelles éjectées. Le canal de ventilation central était recouvert de croûtes, mais un courant rapide pénétrait visiblement dans le lac de lave près de la base des tubes. L’évent Est (à droite) continue de produire un canal ouvert qui alimente le lac de lave.

Analyse de risque:
Les niveaux élevés de gaz volcanique, les chutes de pierres, les explosions et les particules de verre volcanique sont les principaux risques de préoccupation concernant cette nouvelle activité au sommet du Kīlauea. De grandes quantités de gaz volcanique – principalement de la vapeur d’eau (H2O), du dioxyde de carbone (CO2) et du dioxyde de soufre (SO2) – sont continuellement libérées lors des éruptions du volcan Kīlauea. Au fur et à mesure que le SO2 est libéré depuis le sommet lors de cette nouvelle éruption, il réagira dans l’atmosphère avec l’oxygène, la lumière du soleil, l’humidité et d’autres gaz et particules, et se convertira en quelques heures à quelques jours en fines particules. Les particules diffusent la lumière du soleil et provoquent la brume visible qui a été observée sous le vent du Kīlauea, connue sous le nom de vog (smog volcanique), lors des précédentes éruptions au sommet. Le Vog crée un potentiel de risques sanitaires aériens pour les résidents et les visiteurs, endommage les cultures agricoles et autres plantes, et affecte les opérations d’élevage.

 

Une photo agrandie du lac de lave du cratère Halema’uma’u au sommet du volcan Kīlauea. L’évent de fissure Nord (centre supérieur) est inactif et le drainage lent du lac de lave continue sur le site. L ‘«anneau de baignoire» de lave refroidie est visible autour du périmètre du lac de lave, et les plusieurs mètres (yards) de baisse du niveau de lave sont également visibles autour de l’île  radeau (au centre).

Des chutes de pierres et des explosions mineures, comme celles qui se sont produites lors de l’éruption du lac de lave de 2008 à 2018 au sommet du Kīlauea, peuvent survenir soudainement et sans avertissement. Cela souligne la nature extrêmement dangereuse du bord de la caldeira du Kīlauea entourant le cratère Halema’uma’u, une zone qui est fermée au public depuis fin 2007. Les cheveux de Pelé et d’autres fragments de verre volcanique léger provenant des fontaines de lave dans le cratère Halema’uma’u se propageront sous le vent , saupoudrant le sol à quelques centaines de mètres (yards) de l’évent. Les vents violents peuvent entraîner des particules plus légères sur de plus grandes distances. Les résidents sont priés de minimiser l’exposition à ces particules volcaniques, qui peuvent provoquer une irritation de la peau et des yeux semblable à celle des cendres volcaniques.

Source : HVO.

Photos :  USGS photos by M. Patrick. USGS photo by N. Deligne.

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

La température du lac du cratère du mont Ruapehu a baissé à 41 ̊C mais le tremor volcanique est toujours élevé. Publié: lun.28 déc.2020 , 13:00 .

Le niveau d’alerte volcanique reste à 2
Le code couleur de l’aviation reste en jaune

Au cours de la semaine dernière, la température du lac de cratère (Te Wai ā-moe) du mont Ruapehu a diminué de 43 à 41 ° C. Le niveau de tremor volcanique continue d’être modéré à fort et un petit nombre de tremblements de terre volcaniques peu profonds ont été enregistrés. Alors que le lac de cratère a peut-être cessé de chauffer, l’activité volcanique du mont Ruapehu reste élevée. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2 et le code couleur de l’aviation reste au jaune.

Depuis notre dernière mise à jour (VAB RUA – 2020/10), la température du lac de cratère du Ruapehu (Te Wai à moe) a légèrement diminué. La température a atteint un maximum de 43 ºC le lundi 21 décembre, puis est descendue à ~ 41 ºC. Un pic de température du lac de ~ 40 à 46 ºC est courant pendant ces cycles de chauffage-refroidissement; à au moins 7 reprises depuis 2007, la température du lac a dépassé 40 ºC. En utilisant cette baisse de la température du lac, nous estimons que l’apport d’énergie dans le lac a diminué de ~ 400 à ~ 200 MW (mégawatt).

 

Des tremors volcaniques élevés sont toujours en cours ainsi que quelques tremblements de terre volcaniques. Le plus grand de ces tremblements de terre (M2.2) s’est produit le 26 décembre et a été localisé sous le volcan. Les tremblements de terre volcaniques de cette taille sont rares et la combinaison avec un tremor élevé et une température du lac encore élevée indique une agitation volcanique modérée à accrue. Pour cette raison, le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2.

Nous continuons à surveiller de près Le Ruapehu, et cette semaine, nous tenterons un vol de mesure de gaz pour vérifier les émissions de gaz volcaniques. Nous tenterons également d’échantillonner l’eau du lac de cratère pour d’autres analyses chimiques. Ensemble, ceux-ci nous aideront à identifier les processus se produisant en profondeur sous le volcan.

Le niveau d’alerte volcanique est toujours au niveau 2, ce qui reflète le niveau actuel d’activité volcanique. Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il se trouve dans un état d’agitation volcanique. Le code couleur de l’aviation reste au jaune.

Le niveau d’alerte volcanique 2 indique que les principaux dangers sont ceux attendus pendant les troubles volcaniques: décharge de vapeur, gaz volcanique, tremblements de terre, glissements de terrain et activité hydrothermale. Alors que le niveau d’alerte volcanique 2 est principalement associé à des risques environnementaux, des éruptions peuvent encore se produire avec peu ou pas d’avertissement.

Source : Geonet / Agnes Mazot , Volcanologue de service

Photo : Geonet.

 

Chili , Nevados de Chillan :

Au cours de la période, 192 événements sismiques classés comme étant de type volcano-tectonique ont été enregistrés, associés à des processus de rupture fragiles dans les systèmes volcaniques; l’événement le plus énergique a enregistré une valeur de magnitude locale (ML) égale à 2,8 et a été localisé à 1,5 km au Nord-Est avec une profondeur de 3,9 km. De plus, 1093 événements sismiques classés comme type longue période ont été enregistrés, associés à la dynamique des fluides présents dans un système volcanique; le plus grand tremblement de terre avait une énergie évaluée à partir du paramètre de déplacement réduit (DR) égale à 466 cm2. Enfin, 518 événements sismiques ont été classés comme étant de type tremor, associés avec la dynamique soutenue des fluides présents dans le système volcanique; le tremor le plus élevé présentait une valeur DR égale à 141 cm2.

– 551 événements ont été identifiés comme  activité explosive discrète. L’explosion à plus haute énergie avait un signal sismique associé à un DR égal à 466 cm2.
– Les images fournies par les caméras fixes installées autour du complexe ont permis d’observer une activité effusive et explosive pendant cette quinzaine de jours. Cette activité était caractérisée par la présence d’explosions avec des colonnes de faible à moyenne hauteur (<1240 m) et une teneur modérée en matière particulaire; la plupart des explosions visibles proviennent du dôme niché dans le cratère actif (cratère Nicanor). Lorsque les conditions météorologiques le permettaient, une incandescence de jour et de nuit était appréciée , récurrente et focalisée sur le bord Est du cratère.
– Concernant l’activité effusive, le développement du processus extrusif de la coulée de lave appelée « L5 » se poursuit, dont la distribution a dépassé la limite Nord du cratère actif vers le versant Nord du volcan. Cette coulée de lave, à ce jour, atteint une distance de 750 m et une épaisseur d’environ 20 m dans sa partie distale. Par rapport à la vitesse d’avance du front de lave, une valeur de 0,16 m / heure a été enregistrée pendant la quinzaine de décembre , avec un volume de 579 922 m3, valeur estimée vers la mi-novembre 2020. 
En ce qui concerne la zone du dôme niché dans le cratère Nicanor, un développement vertical plus important de celui-ci est reconnu, dépassant 45 m d’épaisseur maximale et un volume approximatif de 222768 m3 , valeur également estimée vers la mi-novembre 2020. À l’aide de techniques de photo-interprétation des images satellitaires (Planet Scope), des variations morphologiques liées à la présence d’un cratère d’explosion en surface ont été identifiées, cohérentes avec des épisodes explosifs diurnes et nocturnes avec émission de fragments de roche incandescente, pour laquelle un processus de destruction partielle du dôme est déduit.
De plus, grâce aux observations faites lors d’un survol, le développement d’une fissure au Nord du dôme emboîté a été reconnu, estimé à 50 m en direction Nord-Est-Sud-Ouest et à au moins 10 m de profondeur; son extrémité Nord se connecte avec le début du canal central de la coulée de lave L5.
– En traitant les images thermiques disponibles, des températures maximales de 338 ° C ont été observées lors de la survenue d’explosions et de 182 ° C pour la coulée de lave L5 actuellement située sur le versant Nord.

 

Selon les données fournies par les stations de surveillance qui mesurent la déformation dans le complexe volcanique (5 GNSS et 2 inclinomètres), un changement est observé dans les déplacements de toutes les stations, témoignant d’un processus inflationniste, éventuellement lié à des augmentations de pression à l’intérieur des conduits volcaniques; Ce qui précède implique également que les composantes verticales et les longueurs de ligne entre les stations GNSS montrent cette nette tendance d’inflation et d’allongement respectivement, avec des taux maximum de 0,5 cm / mois en déplacements horizontaux et un maximum de 1,1 cm / mois dans les déplacements verticaux, considérés comme élevés.  

Le Complexe Volcanique Nevados de Chillán continue d’évoluer progressivement, restant dans le contexte d’un cycle éruptif soutenu lié à des phases d’activité effusive (avance de la coulée de lave L5) et à une faible explosivité, due à la croissance et à la destruction partielle du dôme de lave. Ce dôme, actuellement situé à l’intérieur du cratère actif, s’étend jusqu’au bord Est (E), augmentant la probabilité d’effondrements gravitationnels vers le versant Est (E) de l’édifice volcanique. Les données qui contribuent à montrer la déformation associée à la dynamique interne continuent de montrer une tendance à la hausse des composantes verticales, suggérant la permanence d’un processus inflationniste. L’activité sismique résultant de la dynamique des fluides a présenté une diminution de son énergie, présentant toujours un comportement avec une tendance stable. La sismicité associée à la dynamique des fluides , les explosions, ainsi que les alertes thermiques, le dégazage à basse altitude et le processus inflationniste, continuent d’être cohérents avec le développement des corps magmatiques de surface. Malgré ce qui précède, l’évolution du processus actuel ne montre pas de signes suggérant pour le moment une plus grande déstabilisation du système volcanique.

Par conséquent, l’alerte est maintenue dans:
ALERTE TECHNIQUE JAUNE: Modifications du comportement de l’activité volcanique.

Source : Sernageomin .

Photos : Josefauna ,

 

Indonésie , Bromo :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION – VONA.

Diffusion: 28 décembre 2020
Volcan: Bromo (263310)
Code couleur de l’aviation actuel: ORANGE
Code couleur de l’aviation précédent: non attribué
Source: Observatoire du volcan Bromo
Numéro de l’avis: 2020BRO01
Emplacement du volcan: S 07 deg 56 min 31 sec E 112 deg 57 min 00 sec
Zone: Java Est, Indonésie
Altitude du sommet: 7453 FT (2329 M)

Résumé de l’activité volcanique:
L’émission de gaz a produit des cendres volcaniques observées avec l’éruption à 22h50 UTC (05h50 local).

Hauteur du nuage volcanique:
La meilleure estimation du sommet des nuages de cendres est d’environ 9053 FT (2829 M) au-dessus du niveau de la mer, ce qui peut être plus élevé que ce qui peut être observé clairement. Source des données d’altitude: observateur au sol.

Autres informations sur le nuage volcanique:
Émission de gaz avec cendres volcaniques. Chute de cendres dans la région de Ngadirejo, à environ 5 km au Nord-Est du cratère.

 

Remarques :
L’activité sismique est caractérisée par un tremor continu.

Niveau d’activité de niveau II (WASPADA). Le mont Bromo (2 329 m d’altitude) est en éruption continuellement. La dernière éruption s’est produite le 19 juillet 2019, la hauteur de la colonne d’éruption n’ayant pas été observée.

La montagne était clairement visible jusqu’à ce qu’elle soit recouverte de brouillard. Il a été observé que le cratère émettait une fumée blanche  faible , moyenne à épaisse, haute à environ 50-600 mètres du sommet. Le temps est nuageux à pluvieux, les vents faibles au Nord, au Nord-Est et à l’Est. Il y avait une légère odeur de soufre au Bromo PGA Post.

Selon les sismographes du 27 décembre 2020, il a été enregistré: Tremor continu, amplitude 0,5 à 1 mm (valeur dominante 1 mm)

Recommandation:

Les gens autour du mont Bromo et les visiteurs / touristes / grimpeurs ne doivent pas entrer dans la zone d’un rayon de 1 km autour du cratère actif du mont Bromo

Les gens autour du mont Bromo, les commerçants, les touristes, les alpinistes et les gestionnaires du tourisme du mont Bromo devraient être conscients des éruptions phréatiques soudaines sans être précédés par des symptômes volcaniques évidents.

Source : Magma Indonésie . PVMBG.

Photo : Oystein Lund Andersen .

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search