18 Novembre 2019. FR. Japon : Shimmoedake , Nouvelle Zélande : White Island , Guatemala : Fuego , Alaska : Shishaldin .

Home / Alaska / 18 Novembre 2019. FR. Japon : Shimmoedake , Nouvelle Zélande : White Island , Guatemala : Fuego , Alaska : Shishaldin .

18 Novembre 2019. FR. Japon : Shimmoedake , Nouvelle Zélande : White Island , Guatemala : Fuego , Alaska : Shishaldin .

18 Novembre 2019.

 

Japon , Shimmoedake :

Niveau d’alerte élevé pour le volcan Shimmoedake au Sud-Ouest du Japon.

Le niveau d’alerte du volcan dans le Sud-Ouest du Japon a été relevé lundi face à une activité sismique croissante dans la région, selon l’Agence météorologique japonaise.
Le niveau étant maintenant de 2 sur une échelle de 5, les gens ont été avertis de ne pas s’approcher du cratère du mont Shimmoe, un volcan de 1 421 mètres situé à cheval entre les préfectures de Kagoshima et de Miyazaki.

Selon l’agence, 22 séismes provenant directement de sous le cratère ont été observés entre dimanche midi et 5 heures lundi.
L’agence a mis en garde contre des éruptions potentielles et le risque de projection de roches dans un rayon de 2 km autour du cratère, ainsi que du risque de coulées pyroclastiques dans un rayon de 1 km  autour du cratère.
Le Mt. Shimmoe, qui a fait sa dernière éruption en juin dernier, est l’un des 50 volcans actifs surveillés en permanence au Japon.

Source : KYODO NEWS  .

Photo : S. Nakano 08.03.2011 / Geological survey of Japan.

 

Nouvelle Zélande , White Island :

Whakaari / White Island: l’activité de fond augmente encore . Publié: Lun. 18 Novembre 2019 , 12:00 .

Bulletin d’alerte volcaniqueWI – 2019/09
Le niveau d’alerte volcanique est relevé à 2
Le code couleur de l’aviation passe au jaune

Les troubles volcaniques se poursuivent sur Whakaari / White Island et certains paramètres surveillés montrent une nouvelle augmentation d ‘activité. Les risques sur l’île sont maintenant plus importants qu’au cours des dernières semaines et le niveau d’alerte volcanique est élevé au niveau 2.
Au cours des dernières semaines, nous avons observé une augmentation de la quantité de gaz SO2 émis. Le SO2 provient du magma (roches en fusion) en profondeur et les données à long terme des derniers mois suggèrent une augmentation possible du gaz traversant le volcan à partir de la profondeur.

Au cours des dernières semaines, le niveau de tremor volcanique est également passé de faible à modéré. Un tremor volcanique peut survenir pour diverses raisons, notamment du mouvement du gaz à travers le volcan, des modifications du système géothermique et même d’une activité de surface (par exemple, un geyser). Le nombre ou la localisation des séismes sous ou près de l’île n’a pas changé.

Le niveau du lac dans le cratère augmente lentement depuis le début du mois d’août et une faible activité de type geysering a été observée au bord du lac autour des orifices d’évents actifs du côté Ouest du fond du cratère.
D’autres mesures récentes effectuées sur l’île (flux de gaz dans le sol, chimie des fumerolles et de l’eau, déformation du sol, magnétisme, images visuelles des caméras Web et activité sismique) ne montrent aucun changement significatif. Les modifications des paramètres de surveillance du volcan comme celles-ci sont courantes et peuvent être expliquées par une série de processus se déroulant à l’intérieur du volcan et près de la surface. L’incertitude quant à la signification exacte de ces changements provient souvent de l’éventail de processus possibles.
Dans l’ensemble, les paramètres surveillés se situent juste au-dessus de la plage attendue pour les troubles volcaniques mineurs et les dangers associés. Les modèles de signaux sont similaires à ceux de la période 2011-2016 et suggèrent que Whakaari / White Island pourrait entrer dans une période où l’activité éruptive serait plus probable que la normale. Les observations récentes peuvent également s’expliquer par l’augmentation du flux de gaz qui conduit au geyser , ainsi que les changements de niveau du lac.


 
Le GNS Science et le centre national de surveillance des géorisques continuent de surveiller de près l’ île Whakaari / White afin de détecter d’autres signes d’activité. Le niveau d’alerte 2 est principalement associé à des troubles sur le volcan et peut inclure des éruptions de vapeur, de gaz, de boue et de roches. Ces éruptions peuvent survenir avec peu ou pas d’avertissement.

Les volcanologues du GNS Science surveillent le volcan et de plus amples informations seront publiées dès qu’elles seront disponibles.

Source : Geonet /Michael Rosenberg / Volcanologue de service.

Photos : Geonet ; rfleming .

 

Guatemala , Fuego :

FAIBLE LAHAR DANS LA RAVINE CENIZA .

Type d’activité: Vulcanienne
Morphologie: stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 28’54˝Latitude N; 90 ° 52’54˝Longitude O.
Hauteur: 3,763msnm.

Les précipitations enregistrées ces dernières heures dans la région du volcan Fuego génèrent maintenant des lahars faibles à modérés dans le ravin Ceniza.
Ces lahars ont les caractéristiques suivantes: ils entraînent des matériaux volcaniques tels que des cendres, du sable et des blocs qui font vibrer le sol et génèrent des sons de chocs rocheux. Le matériel entraîné a été déposé par l’activité éruptive constante et il est prévu que des événements similaires se poursuivent, la probabilité qu’ils puissent augmenter et devenir plus forts dans leur descente vers l’ aval ne doit pas être exclue.
Comme les pluies se poursuivent, la probabilité que des lahars puissent être générés dans n’importe lequel des canyons du volcan Fuego n’est pas exclue.

Source : Insivumeh .

 

Alaska , Shishaldin :

54 ° 45’19 « N 163 ° 58’16 » W,
Sommet : 9373 pi (2857 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur de l’aviation actuel : ORANGE.

L’éruption de bas niveau sur le volcan Shishaldin a été interrompue durant la journée écoulée avec de faibles tremors sismiques et des températures de surface modérément élevées, compatibles avec le refroidissement des coulées de lave. Un petit panache de vapeur était présent pendant la majeure partie de la journée et aucun panache de cendres n’a été détecté. La sismicité a commencé à augmenter ce matin, ce qui suggère que l’activité éruptive pourrait reprendre.

Le Shishaldin est surveillé par des capteurs sismiques et infrasons locaux, des données satellitaires, une caméra Web, un réseau géodésique télémétrique et des réseaux de capteurs infrasons et d’éclair distants.

Source : AVO.

Photo : R. McGimsey , 23 avril 1999

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search