10 Septembre 2019. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Chili : Villarica .

Home / blog georges Vitton / 10 Septembre 2019. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Chili : Villarica .

10 Septembre 2019. FR. Italie / Sicile : Etna , Pérou : Ubinas , Pérou : Sabancaya , Chili : Villarica .

10 Septembre 2019.

 

 

Italie / Sicile , Etna :

COMMUNICATION sur l’activité volcanique du 09 Septembre 2019, 15:30:00 (UTC) – ETNA.

L’Osservatorio Etneo, de l’Institut national de géophysique et de volcanologie, signale que l’activité strombolienne du cratère Nord-Est persiste, ce qui produit des émissions de cendres diluées qui se dispersent dans l’atmosphère à proximité du sommet.

L’amplitude du tremor volcanique reste à un niveau élevé; de plus, il convient de noter qu’à partir de 08h50 UTC, il a enregistré une nouvelle augmentation par rapport à ce qui avait été communiqué précédemment (Etna Press Release Update 8). L’emplacement des sources du tremor volcanique est situé sous le cratère Nord-Est à une altitude d’environ 3 000 m. Les sources de signaux infrasonores continuent d’être situées dans le même cratère.

Le réseau inclinométrique de l’Etna montre de modestes changements observables, notamment aux stations de Punta Lucia et de Pizzi Deneri. De plus, le signal d’inclinaison a un bruit typiquement associé à des phases de tremor élevé. Le réseau GPS ne montre pas de variations substantielles.

 

Le flux de SO2 mesuré à travers le réseau FLAME indiquait à 15h25 UTC une valeur moyenne quotidienne de 4 800 t / j , ce qui plaçait le dégazage à un niveau moyen / inférieur au seuil d’attention de 5 000 t / j. En détail, les données infra-journalières ont montré une grande variabilité avec des transitoires de flux atteignant des maxima allant jusqu’à 11 650 t / j , attestant du régime de dégazage à un niveau élevé.

Source : INGV Vulcani.

 

Pérou , Ubinas :

Période d’analyse: du 3 au 9 septembre 2019. Arequipa, le 9 septembre 2019
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que le volcan Ubinas poursuit son processus éruptif. La semaine dernière, il a présenté une activité explosive avec l’expulsion de fragments de roche et de cendres. À ce jour, il continue à enregistrer une activité sismique qui serait associée à la remontée du magma à l’intérieur du volcan, en plus des émissions de gaz bleus (d’origine magmatique) et de vapeur d’eau observées à l’aide de caméras de surveillance. Selon ce scénario, une activité explosive et / ou des émissions de cendres sont attendues dans les prochains jours.

L’IGP a enregistré et analysé un total de 2858 événements sismiques associés au processus éruptif du volcan Ubinas, la majorité liée à une fracturation sismique (VT) avec une valeur moyenne de 223 événements par jour, tous avec des magnitudes inférieures à M2.2. Au cours des dernières 48 heures, l’enregistrement des événements sismiques qui seraient associés à une éventuelle remontée de magma (hybrides) est maintenu. Au cours de cette période, 3 explosions volcaniques ont généré des colonnes éruptives de moins de 2500 m. La plus importante de ces explosions s’est produite le 3 septembre à 13 h 58 (heure locale), entraînant l’expulsion de fragments de roche et de volumes importants de cendres et de gaz qui ont touché plusieurs districts de la région de Moquegua située au Sud et au Sud-Est du volcan.

Après ces événements, les caméras de surveillance ont enregistré des émissions continues de gaz bleus (d’origine magmatique) et de vapeur d’eau d’une hauteur inférieure à 1 000 mètres au-dessus du sommet du volcan. La surveillance de la déformation de la structure volcanique, à l’aide de données GNSS (traitées avec des orbites rapides), a montré une tendance négative de la composante verticale, ce qui suggère une déflation du système volcanique éventuellement associée à des processus de dégazage observés sur le volcan ces 4 derniers jours La surveillance par satellite MIROVA n’a pas révélé d’anomalies thermiques significatives (toutes inférieures à 1 MW).

RECOMMANDATIONS:
• Maintenir le niveau d’alerte volcanique orange.
• Ne vous approchez pas d’un rayon de moins de 10 km du cratère du volcan. Chaque ascension sur le volcan comporte un risque très élevé.

Source : IGP Peru.

Photo : ANDINA/Difusión

 

Pérou , Sabancaya :

Période d’analyse: du 2 au 8 septembre 2019 .Arequipa, le 9 septembre 2019.
Niveau d’alerte: ORANGE

L’Institut géophysique du Pérou (IGP) rapporte que l’activité éruptive du volcan Sabancaya s’est maintenue à des niveaux modérés; c’est-à-dire avec la survenue d’explosions continues et l’émission de cendres. Par conséquent, pour les jours suivants, aucun changement significatif n’est attendu.

L’analyse des enregistrements obtenus à partir du réseau sismique du volcan Sabancaya pour la période du 2 au 8 septembre 2019 a permis d’identifier l’apparition d’environ 2575 tremblements de terre d’origine volcanique, liés pour la plupart aux mouvements de fluides magmatiques. Au cours de cette semaine, on a observé en moyenne 29 explosions par jour d’intensité moyenne à faible.

Le suivi de la déformation de la structure volcanique, à l’aide de données GNSS (traitées avec des orbites rapides), ne présente pas d’anomalies significatives. La surveillance visuelle, à l’aide de caméras de surveillance, a permis d’identifier l’apparition de colonnes de gaz et de cendres atteignant 1,5 km de haut au sommet du volcan, qui ont ensuite été dispersées vers les secteurs Sud et Sud-Est du Sabancaya. La surveillance par satellite a permis d’identifier, sur le volcan, la présence de 9 anomalies thermiques d’une valeur comprise entre 13 et 70 MW, associées à la présence d’un corps chaud près de la surface et à la survenue d’explosions en continu.

RECOMMANDATIONS
• Maintenir le niveau d’alerte volcanique orange.
• Ne vous approchez pas d’un rayon de moins de 12 km du cratère. En cas de chute de cendres, couvrez-vous le nez et la bouche avec des chiffons humides ou des masques. Gardez les portes et les fenêtres des maisons fermées.

Source : IGP Peru.

Photo : Auteur inconnu.

 

Chili , Villarica :

VOLCAN VILLARRICA EN ALERTE ORANGE .

Au cours de l’après-midi de ce lundi 9 septembre, le Service national de géologie et des mines a lancé l’alerte technique pour le volcan Villarrica au niveau Orange . Cela est dû à d’importantes variations de l’activité sismique, enregistrant des signaux de tremors en bandes, qui sont généralement attribués à la présence d’un lac de lave moins profond.

Le SERNAGEOMIN souligne dans les rapports d’activité que la dynamique du lac de lave est fluctuante et que la situation pourrait devenir un événement éruptif majeur.
Compte tenu de cela, une zone d’exclusion de 2 km autour du cratère a été prévue, étant donné la possibilité d’une activité similaire à celle de 2015, avec éjection de matériau pyroclastique sur les pentes du volcan et génération de lahars (inondations volcaniques) de magnitude modérée (carte jointe).
L’appel est à se préparer en cas d’éruption, en sachant quels sont les protocoles d’évacuation et les zones de sécurité.

Le rapport de l’organisation chilienne a fondé sa décision sur « une augmentation rapide du RSAM (amplitude du signal sismique) et une tendance qui continue à augmenter, suggérant une plus grande instabilité du système volcanique ».

«La sismicité du type de tremor enregistré a une énergie élevée sur de courtes périodes. Ceci a été mis en corrélation avec les changements d’activité de surface, dus à la dynamique du lac de lave situé dans le cratère actif. Il est à noter que la dynamique du lac de lave fluctue et qu’en raison de son emplacement près de la surface, il est possible, dans le contexte actuel, la survenue d’explosions mineures pouvant affecter les zones proches du cratère ».

 

Surveillance en alerte orange pour les municipalités de Villarrica, Pucón et Curarrehue dans la région de La Araucanía et la commune de Panguipulli dans la région de Los Ríos pour l’activité du volcan Villarrica.

D’après les indications du dernier REAV, il est signalé que, au cours des dernières heures, les stations de surveillance installées à proximité du volcan Villarrica continuent à enregistrer des variations importantes de l’activité sismo- volcanique, notamment par l’enregistrement de signaux acoustiques, qui ont atteint un record approximatif de 50 événements par heure, avec une valeur maximale de 18 pascals réduite à un kilomètre, une valeur considérée comme élevée.
Les conditions mentionnées dans les précédents rapports sont conditionnées par une surpression du système, probablement due à un scellement partiel de la surface du lac de lave logé dans le cratère, qui pourrait s’être affaibli , se manifestant par les signaux acoustiques décrits. Cependant, le même comportement sismique signalé se poursuit sans diminution notable de l’activité.
Il convient de noter que les caractéristiques du conduit ouvert, ajoutées à la fluctuation persistante du lac de lave et aux changements actuels de l’augmentation de l’amplitude sismique du tremor continu et de l’apparition de signaux acoustiques, suggèrent une surpression dans le système magmatique, qui est facilitée par des obstructions partielles à l’intérieur du conduit principal. Cette situation pourrait évoluer vers un événement éruptif majeur ou une relaxation du système volcanique.

Sources : Volcanologie en Chile. Rionegro.com , Onemi .

Photo : Auteur inconnu.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search