10 Février 2023.

 

Italie , Campi Flegrei :

Au cours du mois de janvier 2023, 217 tremblements de terre ont été enregistrés dans la région des Campi Flegrei avec une magnitude maximale=2,6±0,3. Parmi ceux-ci, 206 événements (environ 95 % du total) avaient une amplitude inférieure à 1,0 ou n’ont pas pu être déterminés, en raison de la faible amplitude du signal qui ne se distinguait pas clairement du bruit de fond, 7 événements (environ 3 % du total) avaient une magnitude comprise entre 1,0 et 1,9 et 4 événements (environ 2 % du total) avaient une magnitude supérieure ou égale à 2,0. Au total, 97 événements ont été localisés (environ 45% de ceux enregistrés) situés principalement entre Pozzuoli, M. Olibano, la zone Solfatara-Pisciarelli et le golfe de Pozzuoli, avec des profondeurs concentrées dans les 2 premiers km et une profondeur maximale d’environ 4,5 km.

 

Les réseaux de surveillance de la déformation du sol confirment une géométrie radiale du soulèvement centré dans la région de Pozzuoli avec une vitesse maximale d’environ 15 ± 3 mm/mois. Le soulèvement enregistré à la station GPS de Rione Terra (RITE), à partir de novembre 2005, est d’environ 103,5 cm dont environ 70 cm à partir de janvier 2016. Les mesures thermographiques dans les zones surveillées montrent des tendances de température à la baisse dans la zone de Solfatara et à l’augmentation dans celle de Pisciarelli. Les paramètres géochimiques confirment les tendances pluriannuelles de réchauffement et de pressurisation du système hydrothermal. Le flux de CO2 du sol dans la zone de Solfatara est confirmé à environ 3000t/j, valeurs comparables à celles trouvées dans le panache des volcans actifs avec un dégazage persistant.

Source : INGV.

Photo : Stanley-goodspeed.

 

Italie , Vulcano :

BULLETIN HEBDOMADAIRE , du 30 Janvier 2023 au 05 Février 2023 . (date d’émission 07 Février 2023)

RÉSUMÉ DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

A la lumière des données de suivi, il est mis en évidence :
1) Température des fumerolles du cratère : Les températures enregistrées sur le bord du cratère sont stables sur des valeurs élevées.
2) Flux de CO2 dans la zone du cratère : Le flux de CO2 dans la zone du cratère reste à des valeurs élevées, même s’il montre une légère tendance à la baisse
3) Flux de SO2 dans la zone du cratère : à un niveau modérément moyen-élevé et en diminution
4) Géochimie des gaz fumeroliens : Le CO2 pour les fumerolles FO et F5AT affiche des valeurs autour de 15%.
Le rapport isotopique de l’hélium montre des valeurs en légère diminution.
5) Flux de CO2 à la base du cône de La Fossa et dans la zone de Vulcano Porto : Dans les sites Camping Sicilia et Rimessa, les flux de CO2 présentent des valeurs supérieures au niveau de fond et des niveaux stables ; au site P4max les débits sont en légère diminution, alors qu’au site de Faraglione les valeurs relevées sont proches du niveau de fond.
Campagne mensuelle de flux de CO2 : les émissions de CO2 dans la zone de Vulcano Porto restent stables à des valeurs légèrement supérieures au niveau de fond.
6) Géochimie des aquifères thermiques : Des valeurs de température stables sont observées dans le puits Camping Sicilia ; dans le puits Bambara, une légère tendance à la hausse est observée dans les paramètres suivis.

Campagne de forage mensuelle : de manière générale, on observe une stabilisation de l’apport de fluides fumeroliens à la nappe thermale, qui reste cependant encore à des niveaux anormaux dans certains sites depuis quelques paramètres surveillés.
7) Sismicité locale : Faible taux d’occurrence de micro-sismicité locale.
8) Sismicité régionale : Faible activité sismique due à la fracturation.
9) Déformations – GNSS : Le réseau GNSS permanent n’a pas enregistré de variations significatives.
10) Déformations – Inclinométrie : Le réseau inclinométrique n’a pas enregistré de variations significatives.
11) Gravimétrie : Aucun changement significatif n’a été enregistré.

GEOCHIMIE DES GAZ FUMEROLIENS
L’analyse des échantillons prélevés dans les fumerolles du cratère le 23/01/2023 montre que la concentration des espèces indicatrices d’un apport magmatique (CO2, He) est relativement stable, avec des valeurs comprises entre 13 et 17% pour le CO2, et 1,6 -1,7 ppmv pour l’He, et rester dans un niveau moyen.
Les valeurs de la composition isotopique en carbone du CO2 ne montrent pas de variations significatives.
Les valeurs du rapport isotopique de l’hélium diminuent légèrement.

Source et photo : INGV.

 

Guatemala , Fuego :

Activité:
L’observatoire du volcan OVFGO Fuego signale un dégazage blanc à une altitude de 4 500 m, qui se disperse vers le Sud-Ouest. Il y a eu 5 à 10 explosions faibles et modérées par heure. À la suite des explosions, des colonnes de cendres ont été générées de 4 500 à 4 800 mètres au-dessus du niveau de la mer (14 763 à 15 748 pieds) qui se dispersent sur 12 km en direction Sud-Ouest. Des grondements faibles et modérés sont signalés qui ont généré une faible onde de choc qui fait vibrer les toits et les fenêtres des maisons proches du volcan. La nuit et tôt le matin, des impulsions incandescentes de 100 mètres au-dessus du cratère sont observées. Des avalanches faibles à modérées ont également été observées autour du cratère et en direction des ravins de Santa Teresa, Taniluya, Ceniza et Trinidad.

 

L’INSIVUMEH a signalé que 4 à 12 explosions par heure ont été enregistrées sur le Fuego du 31 janvier au 6 février, générant des panaches de cendres qui s’élevaient jusqu’à 1,1 km au-dessus du bord du cratère et dérivaient jusqu’à 20 km au Sud-Ouest, Ouest- Sud-Ouest et Ouest. Des chutes de cendres était enregistrées du 2 au 4 février dans des zones sous le vent, notamment Morelia (9 km Sud-Ouest), Panimaché I et II (8 km Sud-Ouest), Santa Sofía (12 km Sud-Ouest), El Porvenir (8 km Est-Nord-Est), San Pedro Yepocapa (8 km Nord-Ouest ), et Finca Palo Verde. Des avalanches de blocs quotidiennes ont descendu divers bassins versants, notamment Ceniza (Sud-Sud-Ouest), Seca (Ouest), Trinidad (Sud), Taniluyá (Sud-Ouest), Honda, Las Lajas (Sud-Est) et El Jute (Est-Sud-Est), et ont souvent atteint des zones végétalisées. Des ondes de choc quotidiennes ont secoué les structures dans les communautés autour du volcan et des grondements ont souvent été entendus. Des explosions ont éjecté chaque jour des matériaux incandescents à 100-200 m au-dessus du sommet. Les dépôts de cendres remis en suspension par les vents violents des 3 et 4 février ont formé des « rideaux » de cendres sur le flanc Sud.

Sources :Insivumeh , GVP

Photo : Diego Rizzo.

 

Chili , Tupungatito :

Sismologie
L’activité sismologique de la période a été caractérisée par l’enregistrement de :
439 Événements sismiques de type VT, associés à la fracturation des roches (Volcano-Tectonique). Le tremblement de terre le plus énergétique a présenté une valeur de magnitude locale (ML) égale à 3,5, situé à 3,4 km à l’Est-Nord-Est de l’édifice volcanique, avec une profondeur de 15,5 km en référence au cratère.
143 événements sismiques de type LP, associés à la dynamique des fluides au sein du système volcanique (Longue Période). La taille du plus grand tremblement de terre évaluée à partir du paramètre Déplacement réduit (DR) était égale à 4 cm2.
6 événements sismiques de type TR, associés à la dynamique entretenue dans le temps des fluides au sein du système volcanique (TRemor). La taille du plus grand tremblement de terre évaluée à partir du paramètre Déplacement réduit (DR) était égale à 6 cm2.
3 événements sismiques de type HB, associés à la fois à la fracturation des roches et à la dynamique des fluides au sein du système volcanique (hybride). La taille du plus grand séisme évalué à partir du paramètre de déplacement réduit (DR) était égal à 1 cm2. Aucun événement n’a présenté assez d’énergie pour être localisé.

 

 

Géochimie des fluides
Aucune anomalie des émissions de dioxyde de soufre (SO2) dans l’atmosphère n’a été signalée dans le secteur proche du système volcanique, selon les données publiées par le Tropospheric Monitoring Instrument (TROPOMI) et le Ozone Monitoring Instrument (OMI) Sulfur Dioxide Group.

Anomalies thermiques satellitaires
Au cours de la période, aucune alerte thermique n’a été enregistrée dans la zone associée à l’édifice volcanique, selon le traitement analytique des images satellite Sentinel 2-L2A, en combinaison de bandes de fausses couleurs.

L’activité est restée à des niveaux considérés comme faibles, suggérant une stabilité du système volcanique.
L’alerte technique volcanique est maintenue au niveau d’ ALERTE TECHNIQUE VERTE : Volcan actif au comportement stable – Il n’y a pas de risque immédiat.

Source et photo : Sernageomin.

 

Hawaii , Kilauea :

Jeudi 9 février 2023, 8 h 19 HST (jeudi 9 février 2023, 18 h 19 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : SURVEILLANCE
Code couleur actuel de l’aviation : ORANGE

Résumé de l’activité :
L’éruption au sommet du volcan Kīlauea, dans le cratère Halema’uma’u, s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Toute l’activité éruptive récente a été confinée au cratère. Aucun changement significatif n’a été observé au sommet ou dans l’une ou l’autre des zones de faille.

Lors d’un survol de surveillance matinal au sommet du Kīlauea le 2 février 2023, les scientifiques du HVO ont documenté l’activité de l’éruption Halema’uma’u en cours, illustrée sur cette photo regardant vers le Sud-Ouest à 7h30 HST. Le Mauna Loa est visible en arrière-plan.

Observations du lac de lave du cratère Halemaʻumaʻu :
L’éruption de lave à trois endroits du fond du cratère Halema’uma’u s’est poursuivie au cours des dernières 24 heures. Le lac oriental reste stable et l’activité dans ce lac reste d’environ 25 acres. La petite fontaine de lave du Sud dans le lac oriental est active et reste à des hauteurs normales de 1-2 m (3-6 pi). Le plus petit lac occidental dans le bassin du lac de lave 2021-2022 reste actif. Le plus petit bassin de lave dans la partie centrale du fond du cratère reste également actif avec des fontaines intermittentes et plusieurs débordements ce dernier jour. L’activité du petit bassin de lave du Sud a diminué .

Observations du sommet :
Les inclinomètres du sommet sont restés essentiellement stables au cours des dernières 24 heures avec une tendance déflationniste typique commençant tôt ce matin. Le tremor volcanique reste au-dessus des niveaux de fond. Un taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) d’environ 2 800 tonnes par jour (t/j) a été mesuré le 6 février 2023.

Observations de la zone de Rift :
Aucune activité inhabituelle n’a été notée le long de la zone de rift Est ou de la zone de rift Sud-Ouest ; des taux constants de déformation du sol et de sismicité se poursuivent le long des deux. Les mesures des stations de surveillance continue des gaz sous le vent de Puʻuʻōʻō dans la zone du Rift du Sud-Est ont été inférieures aux limites de détection de SO2, ce qui indique que les émissions de SO2 de Puʻuʻōʻō sont négligeables.

Source : HVO

Photo : USGS / K. Lynn

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *