06 Octobre 2022. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Hawaii : Mauna Loa , Comores : Karthala .

Home / blog georges Vitton / 06 Octobre 2022. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Hawaii : Mauna Loa , Comores : Karthala .

06 Octobre 2022. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Italie : Stromboli , Nouvelle Zélande : Ruapehu , Hawaii : Mauna Loa , Comores : Karthala .

06 Octobre 2022.

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Communiqué , Institut de physique du globe de Paris , Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise , 05 octobre 2022 – 8h30 (heure locale) – 4h30 (heure UTC) .
Éruption en cours

L’éruption débutée le 19/09/2022 aux alentours de 07h48 heure locale se poursuit. Au cours des dernières 24 heures, l’amplitude du trémor éruptif (indicateur d’une émission de lave et de gaz en surface) fluctue avec des phases d’augmentation et de décroissance à l’échelle de quelques heures (Figure 1). Sur les enregistrements sismiques proches du site éruptif, on constate également une augmentation des hautes fréquences du trémor, suggérant une potentielle instabilité structurelle du site éruptif .

Évolution du RSAM (indicateur d’une émission de lave et de gaz en surface) depuis le 19/09/2022 00h00 heure UTC (04h00 heure locale) sur la station sismologique RVA située au niveau du cratère Rivals (© OVPF/IPGP).

La sismicité sous le sommet reste importante ; au cours de la journée du 4 octobre, 65 séismes volcano-tectoniques ont été enregistrés à l’aplomb de la zone sommitale. Les événements de plus fortes magnitudes sont situées sous la bordure Est du cratère Dolomieu et présentent des polarités négatives indiquant des effondrements au niveau du toit du réservoir .

En parallèle, les données des stations GPS permanents de l’OVPF-IPGP montrent des signaux associés à une déflation (dégonflement) de l’édifice de l’ordre de 2 cm en 4 jours.
Cette sismicité et cette déflation suggèrent une dépressurisation du réservoir magmatique.
Un fort dégazage est observé au niveau des bouches éruptives et du champ de lave avec un panache de gaz recouvrant tout le secteur Ouest du volcan jusqu’à la Plaine des Sables (Figure 2). Tous ces paramètres (trémor instable, forte sismicité, déflation et fort dégazage) font craindre des déstabilisations au niveau du site éruptif ainsi qu’un paroxysme (comme cela a été observé par exemple lors de l’éruption d’avril 2020).
C’est pourquoi les équipes de l’OVPF-IPGP ont décidé ce matin d’annuler leur mission de terrain prévue ce jour sur le site éruptif.

Les images de la webcam de l’OVPF-IPGP située au Piton de Bert montrent :
– une activité de projection de lave toujours présente au niveau de la bouche éruptive principale ;
– l’évent secondaire, situé sur le flanc sud du cône, ne semble plus actif (Figure 3) ;
– un dégazage important qui persiste au niveau du site éruptif (Figures 2 et 3) ;
– la majorité des écoulements de lave se font toujours par tunnels de lave au sein desquels de nombreuses résurgences sont visibles jusqu’à plusieurs kilomètres du cône éruptif.
En date du 3 octobre 2022, la taille du cône éruptif en cours de formation était de 39 m de hauteur pour 140 m de large à sa base. La bouche éruptive d’où s’échappe les projections de lave à son sommet faisait 75 m de large .

Les estimations de débit de lave établies par méthode satellite sur les plateformes HOTVOLC (OPGC – université Clermont Auvergne) et MIROVA (Université de Turin) indiquent un débit moyen de 10 m3 /s (fluctuation entre 7 et 25 m3 /s). L’activité d’écoulement de lave se faisant désormais en partie en tunnel, ces estimations sont des valeurs minimales.

Niveau d’alerte : Alerte 2-1 (Accès à l’Enclos interdit ; éruption dans l’Enclos sans menace particulière pour la sécurité des personnes, des biens ou de l’environnement).

Communiqué de l’OVPF-IPGP – 5 octobre 2022 – 10h30
Arrêt de l’activité éruptive
 
 
L’éruption débutée le 19 septembre 2022 aux alentours de 07h48 heure locale s’est arrêtée ce jour, 5 octobre 2022, aux alentours de 10h10 heure locale (6h10 UTC) suite à un arrêt brutal du trémor éruptif. Plus aucune projection de lave n’est visible en surface.
Aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir (pause de l’éruption, arrêt définitif, reprise de l’activité sur le même site, reprise de l’activité sur un autre site), compte tenu de la forte sismicité qui a été enregistrée ces derniers jours.

Source : Direction OVPF / IPGP.

Photos : OVPF , Vincent Cheville / Tunnels de lave Réunion.

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du  26Septembre 2022 au 02 Octobre 2022, (date d’émission 04 Octobre 2022).

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ

À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Au cours de cette période, on a observé une activité explosive normale de type strombolienne avec une activité d’éclaboussures et un événement majeur de la zone du cratère Nord. La fréquence horaire totale oscillait sur des valeurs moyennes-faibles (5-10 événements / h). L’intensité des explosions était faible et moyenne dans la zone du cratère Nord alors qu’elle était moyenne dans la zone du cratère Centre-Sud.
2) SEISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques surveillés ne montrent pas de changements significatifs, à l’exception de la survenue, à 13:24:30 (UTC) le 29/09, d’une explosion d’amplitude supérieure à la normale depuis la zone du cratère Nord.
3) DEFORMATIONS DU SOL : Les réseaux de surveillance de la déformation du sol n’ont pas détecté de variations significatives.
4) GEOCHIMIE : Flux de SO2 à un niveau moyen
Le flux de CO2 des sols de la zone sommitale après une première augmentation, ces derniers jours est passé à des valeurs moyennes-élevées.
Le rapport C/S dans le panache ressort sur des valeurs moyennes (C/S = 3,8).
Rapport isotopique de l’Hélium dissous dans les puits thermiques : il n’y a pas de mise à jour par rapport à l’échantillonnage du 07 septembre 2022.
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite dans la zone sommitale était faible.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Dans la période sous observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée par l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE à l’altitude 190m (SCT-SCV) qui ont été restaurées le 21 septembre 2022 et Punta dei Corvi, tandis que les autres caméras à l’altitude 400m et Pizzo, suite à des problèmes d’acquisition de signaux vidéo causés par des dommages à la fibre optique reliant Punta Labronzo et COA en raison du mauvais temps, qui ont frappé l’île le 12 août 2022, sont actuellement indisponibles. L’activité explosive a été principalement produite par 3 (trois) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Nord et par au moins 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Centre-Sud. Tous les évents sont situés à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère .
Le 29 septembre 2022, un événement explosif majeur a été observé depuis la zone du cratère Nord.

Evénement explosif majeur du 29 septembre 2022.
Le 29 septembre à partir de 13:24:55 UTC un événement explosif majeur s’est produit dans le secteur N2 de la zone de cratère N . La première impulsion, la plus énergique dure environ 8
secondes . Il a produit un panache de matériaux fins (cendres), qui a atteint 300 m de hauteur au-dessus des cratères, mélangés à des matériaux grossiers (lambeaux de lave, bombes et lapilli) qui sont retombés en abondance le long de la Sciara del Fuoco. La première impulsion, toujours dans le secteur N2, a été suivie d’au moins 4 événements explosifs de faible intensité (moins de 100 m de hauteur) de matériaux grossiers. La durée totale de l’événement était d’environ 1 minute.

Images de l’événement majeur du 29 septembre 2022 prises par la caméra infrarouge à l’altitude 190 (SCT).
d) Images de l’événement majeur du 29 septembre 2022 prises par la caméra infrarouge de Punta dei Corvi (SPCT).

Observations de l’activité explosive captées par des caméras de surveillance
Le secteur N1 situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions de faible intensité (moins de 80 m de haut) à moyenne (moins de 150 m de haut) émettant des matériaux grossiers (bombes et lapilli). Le secteur N2, avec deux points d’émission, a montré une activité continue d’éclaboussures intense depuis l’événement du 29 septembre jusqu’au 30 septembre. Les explosions étaient de faible intensité émettant des matériaux grossiers. La fréquence moyenne des explosions variait de 3 à 5 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, il n’a pas été possible de discriminer les différents secteurs en raison du cadrage rapproché des caméras à une altitude de 190m vers la zone du cratère Centre Sud. Dans cette zone de cratère, avec au moins deux points d’émission, des explosions d’intensité principalement moyenne (moins de 150 m) émettant des matériaux grossiers parfois mélangés à des fines (cendres) ont été observées. La fréquence des explosions variait entre 1 et 5 événements/h.

 COMMUNIQUÉ DE PRESSE SUR L’ACTIVITE DE STROMBOLI , 03 Octobre 2022 , 12:26 (10:26 UTC), 

L’Institut National de Géophysique et de Volcanologie, Osservatorio Etneo , annonce que les réseaux de surveillance ont enregistré à 11h15 (09h15 UTC), le début d’un débordement de lave du cratère nord, ce débordement a provoqué le roulement de matériel de lave le long de la Sciara del Fuoco, le front de lave mal alimenté reste à la base du cratère Nord-Est.
Du point de vue sismique, il n’y a pas de variation significative de l’amplitude du tremor volcanique.
Il n’y a actuellement pas de changements significatifs dans les déformations du sol mesurées par le réseau GNSS.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE SUR L’ACTIVITE DE STROMBOLI , 04 Octobre 2022 ,  10:11 (08:11 UTC), 

L’Institut national de géophysique et de volcanologie, Osservatorio Etneo, rapporte que d’après les observations des caméras de surveillance, la coulée de lave décrite dans le communiqué précédent est mal alimentée. L’activité explosive se poursuit dans les deux secteurs (Nord et Centre-Sud). Du point de vue sismique, il n’y a pas de variations significatives dans l’amplitude du tremor volcanique. Les signaux des stations GNSS et Tilt ne montrent pas de changements significatifs.

COMMUNIQUÉ DE PRESSE SUR L’ACTIVITE DE STROMBOLI , 04 Octobre 2022 ,  11:43 (09:43 UTC) , 

L’Institut National de Géophysique et de Volcanologie, Osservatorio Etneo, annonce qu’à partir de 09:07 UTC un nouveau débordement de lave est observé depuis le cratère Nord qui chevauche le précédent. Ce débordement a provoqué le roulement des matériaux de lave le long de la Sciara del Fuoco et le front de la coulée reste actuellement confiné à la partie supérieure de celle-ci.

De plus, une légère augmentation de la fréquence de l’activité explosive et des éclaboussures est observée. Du point de vue sismique, il n’y a pas de variation significative de l’amplitude du tremor volcanique. Les signaux du réseau GNSS ne présentent pas de variations significatives. Les signaux d’inclinaison de la station Timpone Del Fuoco au cours des dernières heures montrent une légère variation de tendance.

05 Octobre 2022 , 13:00 (11:00 UTC) : Les réseaux de surveillance ont enregistré le retour des paramètres à une activité normale à 12h59 (10h59 UTC).

Source : INGV.

Photos : Stromboli stati d’animo / Sebastiano Cannavo , INGV ,

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

Les troubles volcaniques restent faibles sur le mont Ruapehu. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1.

Les données d’observation du mont Ruapehu indiquent que le niveau d’activité des troubles volcaniques reste faible. Les niveaux de tremor volcanique sont à des niveaux de fond typiques, la chimie du lac et les données sur les gaz ne montrent aucun changement , la température du lac reste chaude. Le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1 et le code couleur de l’aviation reste vert.

Au cours des 3 derniers mois, le niveau de tremor volcanique est resté faible sur le mont Ruapehu, représentant des niveaux de fond typiques. Au cours de la même période, la température du Crater Lake (Te Wai ā-moe) a baissé d’environ 26 °C début juillet pour fluctuer entre 21 et 25 °C en août et septembre. Actuellement la température du lac est de 23 °C. Ceci est cohérent avec un flux de chaleur dans le lac d’environ 150-200 MW.

Les analyses disponibles des échantillons d’eau du lac Crater (Te Wai ā-moe) n’ont montré aucun changement dans la chimie du lac. Cela indique qu’il n’y a eu aucune preuve d’interaction chimique entre le magma (nouvelle roche en fusion) et le système hydrothermal contrôlant la composition, le niveau et la température du Crater Lake.

En résumé, tous les indicateurs de surveillance restent à des niveaux de fond et le potentiel d’activité éruptive diminue généralement. Cependant, comme le magma s’est déplacé vers des niveaux plus élevés dans le volcan plus tôt cette année et est toujours présent à l’intérieur du volcan, l’incertitude demeure quant à son impact potentiel sur l’activité future. En conséquence, tout en diminuant, la probabilité d’une éruption au mont Ruapehu au cours des 3 prochains mois reste toujours plus élevée qu’elle ne l’était à VAL 1 au début de 2022.

Le résultat le plus probable des troubles en cours est l’absence d’éruption ou une activité éruptive mineure confinée au bassin du lac. Si cela se produisait, cela pourrait éventuellement générer des lahars (coulées de boue volcaniques) dans la rivière Whangaehu.

Les faibles niveaux de tremor volcanique, les données chimiques de Crater Lake et une température stable de Crater Lake sont compatibles avec un faible niveau d’agitation volcanique sur le mont Ruapehu et, par conséquent, le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 1. Le code de couleur de l’aviation reste vert.

Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement en cas d’agitation volcanique mineure.

Source et photo : Geonet /Brad Scott / volcanologue de service.

 

Hawaii , Mauna Loa :

19°28’30 » N 155°36’29 » O,
Altitude du sommet : 13681 pieds (4170 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur actuel de l’aviation : JAUNE

Le Mauna Loa n’est pas en éruption et il n’y a aucun signe d’une éruption imminente pour le moment.

Cependant, le Mauna Loa connaît actuellement des troubles accrus. L’activité sismique est passée de 5 à 10 tremblements de terre par jour depuis juin 2022 à 10 à 20 tremblements de terre par jour en juillet et août, et a atteint environ 40 à 50 tremblements de terre par jour au cours des deux dernières semaines. Des pics de plus de 100 tremblements de terre par jour se sont produits les 23 et 29 septembre.

L’inflation ou l’expansion du sommet du Mauna Loa accompagne l’activité sismique et a également augmenté au cours des deux dernières semaines. La dernière fois que le Mauna Loa a affiché une activité sismique élevée et une expansion de la région du sommet similaires, c’était de la fin janvier à la fin mars 2021. Des périodes supplémentaires d’activité sismique accrue se sont également produites au cours des 38 années écoulées depuis la dernière éruption du Mauna Loa en 1984.

Le niveau d’alerte pour le Mauna Loa reste à AVIS/JAUNE.

À partir de demain, le 6 octobre, le HVO changera la fréquence des MISES À JOUR pour le Mauna Loa de HEBDOMADAIRE à QUOTIDIEN, reflétant le niveau accru d’agitation.

Le HVO continue de surveiller attentivement les conditions et publiera les mises à jour appropriées si les conditions changent.

Source : HVO

Photo : Bruce Omori.

 

Comores , Karthala :

Selon la Direction générale de la sécurité civile (DGSC) – Comores, le 4 octobre, l’Observatoire volcanologique du Karthala (OVK) a signalé que l’activité à Karthala avait considérablement diminué au cours des derniers jours. L’OVK a recommandé que le niveau d’alerte reste au niveau jaune (le deuxième niveau le plus bas sur une échelle à quatre niveaux).

Le plus méridional et le plus grand des deux volcans boucliers formant l’île de Grand Comore (également connue sous le nom d’île de Ngazidja), le Karthala , contient une caldeira sommitale de 3 x 4 km générée par des effondrements répétés. Des zones de rift allongées s’étendent vers le Nord-Nord-Est et le Sud-Est à partir du sommet du bouclier basaltique de style hawaïen, qui a un profil asymétrique plus raide vers le Sud . La zone de rift inférieure Sud-Est forme le Massif du Badjini, une péninsule à la pointe Sud-Est de l’Ile. Les éruptions historiques ont modifié la morphologie de la caldeira sommitale composée et irrégulière. Plus d’une vingtaine d’éruptions ont été enregistrées depuis le XIXe siècle à partir de la caldeira sommitale et des évents des flancs Nord et Sud. De nombreuses coulées de lave ont atteint la mer des deux côtés de l’île. Une coulée de lave datant de 1860 de la caldeira sommitale a parcouru environ 13 km vers le Nord-Ouest, atteignant la côte Ouest au Nord de la capitale Moroni.

Source : GVP , OVK

Photo : Nicolas-Villenueve-Universite-de-La-Reunion-

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search