11 Mai 2022. FR. Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Cleveland , Italie : Stromboli , Colombie : Purace , Islande : Péninsule de Reykjanes .

Home / Alaska / 11 Mai 2022. FR. Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Cleveland , Italie : Stromboli , Colombie : Purace , Islande : Péninsule de Reykjanes .

11 Mai 2022. FR. Nouvelle Zélande : Ruapehu , Alaska : Cleveland , Italie : Stromboli , Colombie : Purace , Islande : Péninsule de Reykjanes .

11 Mai 2022.

 

 

Nouvelle Zélande , Ruapehu :

L’agitation volcanique accrue se poursuit sur le mont Ruapehu avec une production de gaz volcanique, de fortes secousses et des panaches de vapeur : le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2. Publié: mer 11 mai 2022 10:00

Le code couleur de l’aviation reste au jaune

Des niveaux élevés d’émissions de gaz volcaniques et de fortes secousses volcaniques se poursuivent sur le mont Ruapehu. La température du Crater Lake (Te Wai ā-moe) est montée à 41°C et des panaches de vapeur peuvent être observés dans des conditions atmosphériques froides et immobiles. Le volcan est toujours à un niveau élevé d’agitation. Le niveau d’alerte volcanique reste à 2, avec de plus grandes chances d’éruption au cours des quatre prochaines semaines qu’au niveau d’alerte volcanique 1.

La semaine dernière, des panaches de vapeur ont été observés au-dessus du lac de cratère du mont Ruapehu (Te Wai ā-moe). Des vols d’observation ont confirmé que ces panaches de vapeur n’étaient pas causés par une éruption. Au lieu de cela, ils étaient liés à une combinaison d’un flux de chaleur accru au niveau du lac de cratère et de conditions atmosphériques encore froides. Au cours des 12 derniers jours, la température de Crater Lake a culminé à 41 °C après une période de quatre semaines à 36-38 °C. Notre modélisation suggère que le maintien de la température du lac et la hausse récente ont nécessité environ 300 à 400 MW d’énergie thermique.

Depuis début mars, nous enregistrons une forte secousse volcanique sur le mont Ruapehu. Il s’agit du tremor volcanique le plus soutenu et le plus vigoureux enregistré en deux décennies, et il a accompagné l’augmentation de la température du lac de cratère. Bien que les niveaux de tremor restent élevés, il y a eu une diminution du tremor la semaine dernière.

Dans l’ensemble, la période d’agitation volcanique accrue se poursuit. Au cours des quatre prochaines semaines, le résultat le plus probable de cet épisode de troubles est une activité éruptive mineure confinée au bassin du lac, ou aucune éruption. Ce niveau d’activité peut générer des lahars (coulées de boue volcaniques dangereuses) dans la rivière Whangaehu. Le scénario suivant le plus probable est une éruption plus importante qui impacte le plateau sommital avec des surtensions volcaniques et génère des lahars dans plusieurs bassins versants, comme ce qui a été observé après l’éruption de septembre 2007, ou des événements plus anciens comme ceux de 1975 et 1969. Une éruption de cette taille serait provoquer des dangers mortels sur le plateau sommital et dans les vallées touchées par les lahars.

La probabilité d’un épisode éruptif prolongé ou d’une éruption plus importante, comme celle qui s’est produite en 1995-96 avec des impacts de chutes de cendres plus larges, est plus élevée qu’elle ne l’était il y a deux mois, mais dans les 4 prochaines semaines reste très improbable. Une telle éruption ne suivrait très probablement qu’une séquence d’éruptions plus petites.

En raison de l’intensification des troubles volcaniques, le personnel de GNS Science effectue des observations aériennes, des mesures de gaz et des échantillonnages du Crater Lake plus fréquents. Un vol de mesure de gaz du 4 mai 2022 a confirmé des flux élevés de dioxyde de soufre (SO2) et de dioxyde de carbone (CO2), respectivement de 260 et 1970 tonnes par jour de gaz. Les deux gaz sont des gaz indicateurs dérivés de corps magmatiques relativement peu profonds. Les observations du vol de mesure de gaz et de 2 vols d’observation supplémentaires ont confirmé que la remontée d’eau des zones d’évent central et d’évent Nord se poursuit. D’autres vols seront effectués lorsque les conditions météorologiques le permettront.

La production élevée de dioxyde de soufre (SO2) et de dioxyde de carbone (CO2) et le fort tremor volcanique soutenu continuent d’indiquer que la roche en fusion (magma) est à l’origine de cette période de troubles accrus. L’augmentation de la température du Crater Lake reflète la remontée croissante de fluides et de gaz chauds à travers les évents actifs. Les analyses de laboratoire disponibles des derniers échantillons de fluide et de gaz du Crater Lake montrent des températures élevées dans le système hydrothermal mais aucune réaction avec le matériau magmatique.

Notre interprétation des données d’observation et de l’activité est cohérente avec une agitation volcanique élevée au niveau élevé et, par conséquent, le niveau d’alerte volcanique reste au niveau 2. Le code de couleur de l’aviation reste au jaune.

Le mont Ruapehu est un volcan actif et a le potentiel d’entrer en éruption avec peu ou pas d’avertissement lorsqu’il est dans un état d’agitation volcanique élevée.

Le niveau d’alerte volcanique reflète le niveau actuel d’agitation volcanique élevée. Le niveau d’alerte volcanique ne doit pas être utilisé pour prévoir l’activité future. Cependant, au niveau d’alerte volcanique 2, les éruptions sont généralement plus probables qu’au niveau d’alerte volcanique 1.

Source : Geonet / Brad Scott Volcanologue de service .

Photos : Geonet / Gns Science.

 

Alaska , Cleveland :

Avis d’activité volcanique AVO/USGS

Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Niveau d’alerte volcanique précédent : NON ASSIGNÉ
Code couleur actuel de l’aviation : JAUNE
Code couleur aviation précédent : NON ASSIGNÉ

Émis : mardi 10 mai 2022, 16 h 19 AKDT
Source : Observatoire des volcans d’Alaska
Numéro d’avis : 2022/A502
Emplacement : N 52° 49 min O 169° 56 min
Altitude: 5676 pieds (1730 m)
Zone : Aléoutiennes

Résumé de l’activité volcanique :
Des températures de surface élevées et des émissions de dioxyde de soufre ont été détectées dans les données satellitaires au cours des deux derniers jours, ce qui représente un écart par rapport à l’activité de fond. L’AVO augmente le code couleur de l’aviation et le niveau d’alerte volcan de JAUNE/AVIS.

Le volcan Cleveland est surveillé avec un réseau sismique limité en temps réel. Ce réseau plus petit inhibe la capacité d’AVO à détecter des troubles précurseurs pouvant conduire à une éruption explosive. La détection rapide d’une éruption produisant des cendres peut être possible en utilisant une combinaison de données sismiques, infrasonores, de foudre et satellitaires. Les éruptions du Cleaveland génèrent généralement de petits nuages ​​de cendres volcaniques qui constituent un danger à proximité immédiate du volcan, bien que des émissions de cendres plus importantes soient possibles.

Observations récentes :
[Hauteur des nuages ​​volcaniques] non applicable
[Autres informations sur les nuages ​​volcaniques] non applicable

Analyse de risque:
[Autres dangers] températures de surface élevées détectées
[Gaz volcanique] dioxyde de soufre détecté

Remarques:
Le volcan Cleveland forme la partie Ouest de l’île de Chuginadak, une île isolée et inhabitée du Centre-Est des Aléoutiennes. Le volcan est situé à environ 45 miles (75 km) à l’Ouest de la communauté de Nikolski et à 940 miles (1500 km) au Sud-Ouest d’Anchorage. La période d’éruption la plus récente a commencé en février 2001 et a produit 3 événements explosifs qui ont généré des nuages ​​​​de cendres atteignant 11,8 km au-dessus du niveau de la mer. L’éruption de 2001 a également produit une coulée de lave et une avalanche chaude qui a atteint la mer. Depuis lors, le Cleveland a été actif par intermittence en produisant de petites coulées de lave, souvent suivies d’explosions qui génèrent de petits nuages ​​de cendres généralement en dessous de 20 000 pieds (6 km) au-dessus du niveau de la mer. Ces explosions projettent également des débris sur les pentes du cône produisant des avalanches pyroclastiques chaudes et des lahars qui atteignent parfois le littoral.

Source : AVO.

Photo : Herstand, Malcolm / Alaska Volcano Observatory / Alaska Division of Geological & Geophysical Surveys

 

Italie , Stromboli :

BULLETIN HEBDOMADAIRE, du 02 Mai 2022 au 08 Mai 2022. (date d’émission 10 Mai 2022)

SOMMAIRE DE L’ÉTAT DE L’ACTIVITÉ
À la lumière des données de surveillance, il est mis en évidence :
1) OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES : Dans cette période une activité explosive normale de type strombolienne a été observée. La fréquence horaire totale des explosions a oscillé entre des valeurs faibles (4 événements/h) et des valeurs moyennes (10 événements/h). L’intensité des explosions était faible et moyenne dans la zone du cratère Nord et faible dans la zone du cratère Centre-Sud.


2) SISMOLOGIE : Les paramètres sismologiques suivis ne montrent pas de variations significatives, à l’exception du signal sismique, avec composante LP, enregistré à 12h03 (UTC) le 7 mai.
3) DÉFORMATIONS DES SOLS : Les réseaux de surveillance des déformations des sols de l’île n’ont pas montré de variation significative.
4) GEOCHIMIE : flux de SO2 sur un niveau moyen-bas, les flux de CO2 restent sur des valeurs moyennes-hautes, la valeur C/S reste sur des valeurs hautes d’environ 20.
Enfin, la valeur du rapport isotopique de l’Hélium dissous dans l’aquifère thermique montre une augmentation atteignant la valeur de 4,38 R/Ra lors du dernier prélèvement du 26 avril 2022.
5) OBSERVATIONS SATELLITAIRES : L’activité thermique observée par satellite était à un niveau bas.

OBSERVATIONS VOLCANOLOGIQUES
Observations sur le terrain avec les inspections in situ des 5 et 7 mai.
Dans le cadre des activités de la convention DPC/INGV Annexe A et du projet départemental de l’ONU, 2 inspections ont été réalisées dans la zone sommitale les 5 et 7 mai afin de faire des constats à l’aide de drones de la zone du cratère et caractériser son agencement morpho-structural. Grâce à l’analyse des données, DSM (Digital Surface Model; figure 3.1 A) a été obtenu de la zone du cratère avec une résolution de 45 cm et deux ortho-mosaïques avec une résolution de 11 cm (figure 3.1 B) et 53 cm (figure 3.1 C ). Lors de l’inspection du 5 mai, l’activité était principalement caractérisée par de légères explosions de cendres noires.
Dans le détail, le secteur CS1 et le secteur N1 produisaient des explosions émettant des matières fines (cendres) parfois mêlées à des matières grossières (bombes, même de dimensions décimétriques ; figure 3.1 D – E) tandis que le secteur N2 était caractérisé par un dégazage pulsé (bouffées). Le 7 mai, la couverture nuageuse a permis une observation discontinue de l’activité, mais en général il a été observé que l’activité était de moindre fréquence et intensité que la veille.

Au cours de la période d’observation, l’activité éruptive du Stromboli a été caractérisée grâce à l’analyse des images enregistrées par les caméras de surveillance de l’INGV-OE (altitude 190 m, Punta Corvi, altitude 400 m et Pizzo). L’activité explosive a été principalement produite par 3 (trois) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Nord et 2 (deux) évents éruptifs situés dans la zone du cratère Centre-Sud. Toutes les bouches sont situées à l’intérieur de la dépression qui occupe la terrasse du cratère.

Le secteur N1 situé dans la zone du cratère Nord a produit des explosions principalement de faible intensité (moins de 80 m de haut) et moyenne (moins de 150 m de haut) émettant des  matériaux grossiers (lapilli et bombes) mélangés à des matières fines (cendres). Le secteur N2, avec deux points d’émission, a montré une activité explosive de faible intensité (moins de 80 m de hauteur) émettant des matériaux grossiers. La fréquence moyenne des explosions variait entre 3 et 6 événements/h.
Dans la zone Centre-Sud, les secteurs C et S1 n’ont pas montré d’activité explosive significative. Le secteur S2, avec deux points d’émission, a montré principalement des explosions de faible intensité (moins de 80 m de haut) émettant des matériaux grossiers mélangés à des matières fines . La fréquence des explosions variait entre moins de 1 et 5 événements/h.

Source : INGV.

Lire l’article https://www.ct.ingv.it/index.php/monitoraggio-e-sorveglianza/prodotti-del-monitoraggio/bollettini-settimanali-multidisciplinari/635-bollettino-settimanale-sul-monitoraggio-vulcanico-geochimico-e-sismico-del-vulcano-Stromboli-del-2022-05-10/file?utm_content=buffer6a198&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer&fbclid=IwAR0ksKRr8VA0YmeTquLHPMXOvSUshFE1K6VhhHm1IC1VCw1rI6sJlr1N4LQ

Photos : INGV , Stromboli Stati D’animo.

 

Colombie , Purace :

Bulletin hebdomadaire de l’activité du volcan Puracé – Chaîne volcanique Los Coconucos.

Le niveau d’activité du volcan continue au Niveau d’activité Jaune ou (III) : changements dans le comportement de l’activité volcanique.

À partir de l’analyse et de l’évaluation des informations obtenues grâce au réseau de surveillance du volcan Puracé – chaîne volcanique Los Coconucos, au cours de la semaine du 3 au 9 mai 2022, le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN – Observatoire volcanologique et sismologique de Popayan rapporte que :

En ce qui concerne le nombre et l’énergie libérée par les événements sismiques enregistrés, un comportement stable a été observé, par rapport aux semaines précédentes. Pour la période évaluée, 512 événements sismiques ont été enregistrés, dont 75 étaient associés à des processus de fracturation des roches (type VT) et 437 à la dynamique des fluides dans des conduits volcaniques ; parmi ces derniers, 329 ont été classés comme événements de type longue période (type LP), trois (3) comme événements hybrides (type HB), 12 comme événements basse fréquence (type BF), huit (8) comme événements de type  » Tornillos » (type TO) et 85 sous forme d’impulsions de tremor de basse énergie (type TR).
Le réseau géodésique de stations GNSS (Global Navigation Satellite System) pour la surveillance de la déformation du sol continue d’enregistrer un processus associé à l’inflation.

 

En ce qui concerne la surveillance des gaz volcaniques, les émissions de flux de dioxyde de soufre (SO2) enregistrées par la télémétrie et les stations de terrain, ont montré un comportement stable
par rapport à la semaine précédente, atteignant des valeurs de débit dans l’instrument mobile de 1841 t/jour pour le 4 mai et un débit dans les stations permanentes avec un maximum émis de 727 t/jour. Les autres instruments d’analyse de gaz dans la zone d’influence volcanique ne montrent pas de changements pertinents pour la période évaluée.

Dans le suivi de l’activité de surface, les images obtenues au cours de la semaine grâce aux caméras Web Mina, Lavas Rojas et Cerro Sombrero ont montré un dégazage du système volcanique, avec une colonne blanche orientée préférentiellement vers le Nord-Ouest.

Les capteurs de surveillance des champs magnétiques et électriques et des ondes infrasonores n’ont pas enregistré les variations associées aux changements de l’activité volcanique.
Par conséquent, il est conclu que des variations importantes de l’activité volcanique continuent d’être enregistrées, conformément au comportement attendu au niveau d’activité III (niveau jaune), qui pourrait évoluer vers des états d’activité plus importante. Le Service Géologique Colombien continue de surveiller l’évolution du phénomène volcanique et signalera tout changement qui pourrait survenir en temps opportun.

Source et photo : SGC.

 

Islande , Péninsule de Reykjanes :

Une activité sismique est en cours dans la péninsule de Reykjanes. À 02h32 hier soir, un évènement d’une magnitude de 3,2 était localisée à environ 7 km au Nord de Reykjanestá, le tremblement de terre a été ressenti dans les environs. Un M3.0 a été enregistré lundi soir à 22h55 au même endroit.

Un tremblement de terre de magnitude 3,2 a été détecté juste à l’Est de Grimsey au Nord de l’Islande tôt hier matin. L’événement fait partie d’un petit essaim qui se poursuit aujourd’hui.

Environ 2 200 tremblements de terre ont été localisés par le système SIL cette semaine. Sur ces 2 200 événements, environ 850 ont été examinés manuellement. L’activité la plus élevée s’est produite sur la péninsule de Reykjanes et s’est largement répandue dans la région. Des essaims distinctifs ont été localisés vers la centrale électrique de Reykjanes, Eldvörp, Sundhnjúkagígar, Hagafell à l’Est du mont Þorbjörn et du lac Kleifarvatn. Trois séismes de magnitude supérieure à 3 ont été enregistrés près du lac Kleifarvatn, un juste après minuit le jeudi 5 mai et deux le samedi 7 mai. Les trois tremblements de terre ont été ressentis dans la région de la capitale. En dehors de Reykjanes, une activité sismique a été observée, vers Bárðarbunga, Langjökull et à Öxarfjörður. Deux petits événements ont été détectés autour de Hekla.

Source et photo : Vedur is .

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search