27 Fevrier 2020. FR . Alaska : Great Sitkin , Islande : Thornbjorn / Grindavík , Japon : Sakurajima , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

Home / Alaska / 27 Fevrier 2020. FR . Alaska : Great Sitkin , Islande : Thornbjorn / Grindavík , Japon : Sakurajima , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

27 Fevrier 2020. FR . Alaska : Great Sitkin , Islande : Thornbjorn / Grindavík , Japon : Sakurajima , Colombie : Chiles / Cerro Negro .

27 Février 2020.

 

 

Alaska , Great Sitkin : 

Avis d’activité volcanique AVO / USGS

Niveau actuel d’alerte volcanique: AVIS
Niveau d’alerte volcanique précédent: NORMAL
Code couleur actuel de l’aviation: JAUNE
Code couleur de l’aviation précédent: VERT

Émis: mercredi 26 février 2020, 11 h 58 AKST
Source: Alaska Volcano Observatory
Emplacement: N 52 deg 4 min W 176 deg 6 min
Altitude: 1770 m (5709 pieds)
Région: Aléoutiennes

Résumé de l’activité volcanique:
Au cours du mois dernier, l’activité sismique a augmenté sur le volcan Great Sitkin et est maintenant au-dessus des niveaux de fond. Ainsi, l’AVO augmente le code couleur de l’aviation à JAUNE et le niveau d’alerte à AVIS. Il n’y a eu aucune preuve d’activité éruptive dans les flux de données géophysiques ou dans les observations par satellite.

Vue sur le dôme du sommet du Great Sitkin lors d’un vol de mesures de gaz. Un dégazage diffus très faible est observé tout autour des marges du dôme et également à l’intérieur du petit cratère au sommet. La vue est à peu près orientée à l’Ouest. Le volcan Kanaga est visible au loin en haut à gauche.

 

Le Great Sitkin est surveillé avec un réseau sismique local en temps réel, ce qui permet généralement à l’AVO de détecter les changements d’agitation qui peuvent conduire à une éruption explosive. La détection rapide d’une éruption produisant des cendres serait réalisée à l’aide d’une combinaison de données sismiques, infrasonores, foudre et satellitaires.

Observations récentes:
[Hauteur des nuages ​​volcaniques] n / a
[Autres informations sur les nuages ​​volcaniques] n / a

Remarques:
Le volcan Great Sitkin est un volcan andésite / basaltique qui occupe la majeure partie de la moitié Nord de la grande île Sitkin, membre du groupe des îles Andreanof dans les îles Aléoutiennes centrales. Il est situé à 43 km (26 miles) à l’Est de la communauté d’Adak. Le volcan est une structure composite composée d’un volcan disséqué plus ancien et d’un cône parasite plus jeune avec un cratère sommital de 3 km de diamètre. Un dôme de lave à parois abruptes, mis en place lors d’une éruption en 1974, occupe le centre du cratère. Le Great Sitkin est entré en éruption au moins trois fois au 20e siècle, plus récemment en 1974. Cette éruption a produit au moins un nuage de cendres qui dépassait probablement une altitude de 25 000 pieds au-dessus du niveau de la mer. Une éruption mal documentée s’est produite en 1945, produisant également un dôme de lave qui a été partiellement détruit lors de l’éruption de 1974. Au cours des 280 dernières années, une grande éruption explosive a produit des coulées pyroclastiques qui ont partiellement rempli la vallée de Glacier Creek sur le flanc Sud-Ouest.

Source : AVO.

Photo : Clor, Laura ( Juin 2019) , Clum, Dave ( Septembre 2018 ).

 

Islande , Thornbjorn / Grindavík :

63,85 ° N, 22,566 ° O
Élévation : 140 m

Le 25 février, l’IMO a signalé que l’activité sismique à Reykjanes, dans une zone au Nord de la ville de Grindavík, avait considérablement diminué au cours des derniers jours et qu’aucune inflation n’avait été détectée dans les données GPS et InSAR. Le code de couleur de l’aviation a été abaissé au vert. Les données préliminaires suggèrent un petit signal de déflation à partir de la mi-février, bien qu’une analyse plus approfondie soit nécessaire pour confirmation. Le rapport a averti le public de ne pas explorer les tubes de lave dans la région d’Eldvörp car les mesures de gaz montraient un niveau dangereux d’appauvrissement en oxygène; il n’y a pas de mesures de pré-agitation pour comparaison.

Activité sismique près de Grindavík
L’activité sismique près de Thorbjorn a considérablement diminué ces derniers jours. Le soulèvement n’est plus observé, ce qui est probablement dû à l’arrêt de l’afflux de magma. Les indications montrent un affaissement mineur à partir de la mi-février mais pour l’instant, il est trop tôt pour interpréter les données. La prochaine réunion du conseil scientifique de la protection civile aura lieu le mardi 12 mars.

Source: GVP ,Icelandic Met Office (IMO) .

Photo : Visit Reykjanes.

 

Japon , Sakurajima :

31,593 ° N, 130,657 ° E
Élévation 1117 m

Le JMA a signalé que du 17 au 25 février, 34 explosions et 19 éruptions non explosives ont été détectées par le réseau sismique du cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima dans la caldeira  Aira  ). Les panaches de cendres ont atteint 2,4 km au-dessus du bord du cratère et des matériaux ont été éjecté à 600 / 1 100 m au dessus du cratère. L’incandescence du cratère était visible chaque nuit. Le taux d’émission de dioxyde de soufre a été enregistré à 1 900 tonnes / jour le 20 février. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle à 5 niveaux).

Le réseau sismique a enregistré 73 tremblements de terre volcaniques et 63 tremors associés aux éruptions au cours de la période du 21 au 25 février 2020. L’incandescence continue d’être observée depuis le cratère.
Des blocs ont été éjectés jusqu’à 1 km du cratère Showa.
Un panache de cendres s’est élevé à 7 874 pieds (2 400 m) au-dessus du cratère sommital.
Le volcan émet une grande quantité de gaz volcanique (dioxyde de soufre).
Le bulletin d’avertissement indique que les impacts balistiques des bombes volcaniques et des écoulements pyroclastiques pourraient affecter une zone à environ 2 km de distance des cratères.

La caldera Aira dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima contient le volcan Sakurajima, l’un des plus actifs au Japon, après la caldera. L’éruption du volumineux flux pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldera de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La caldera plus petite de Wakamiko a été formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldera d’Aira, avec plusieurs cônes post-caldera. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur le rebord Sud de la caldeira d’Aira et a construit une île qui a finalement été reliée à la péninsule d’Osumi lors de la grande éruption explosive et effusive de 1914. L’activité au sommet du cône de Kitadake s’est terminée il y a environ 4850 ans après quoi des éruptions ont eu lieu depuis le Minamidake. De fréquentes éruptions historiques, enregistrées depuis le VIIIe siècle, ont déposé des cendres sur Kagoshima, l’une des plus grandes villes de Kyushu, située dans la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption historique a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source: GVP , Agence météorologique japonaise (JMA) , Volcanodiscovery .

Photos : Kagoshima MBC webcam, Koki Arima .

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité hebdomadaire des volcans Chiles et Cerro Negro
L’activité des volcans se poursuit au NIVEAU JAUNE ■ (III): CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE.

Suite à l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le COLOMBIAN GEOLOGICAL SERVICE (SGC) rapporte que:

Au cours de la période évaluée entre le 18 et le 24 février 2020, une légère augmentation de l’occurrence sismique a été observée, tandis que l’énergie libérée a maintenu les mêmes niveaux, par rapport à la période précédente. On note la prédominance des tremblements de terre associés aux fracturations de roches, qui ont été localisés dans la région d’influence des deux volcans. En général, les tremblements de terre étaient situés à des distances comprises entre 0,8 et 6 km, avec des profondeurs inférieures à 6 km, par rapport au sommet du volcan Chiles (4700 m d’altitude) et leur magnitude locale maximale a été de 1,5 sur l’échelle de Richter. Bien que cette semaine, leur nombre ait diminué par rapport aux semaines précédentes, la survenue de tremblements de terre associés à des mouvements de fluides à l’intérieur du système volcanique se poursuit, avec 9% de la sismicité totale. Ces événements indiquent un changement dans le comportement de l’activité volcanique.

Les changements enregistrés par l’un des capteurs de déformation volcanique se poursuivent depuis septembre 2019. Les autres paramètres de surveillance volcanique n’ont pas montré de variations significatives et aucune manifestation d’activité de surface n’a été observée.

Source : SGC.

Photo : hablemosdevolcanes.com

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search