22 Février 2020 . FR . Indonésie : Merapi , Alaska : Semisopochnoi , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique) , Guatemala : Fuego .

Home / Alaska / 22 Février 2020 . FR . Indonésie : Merapi , Alaska : Semisopochnoi , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique) , Guatemala : Fuego .

22 Février 2020 . FR . Indonésie : Merapi , Alaska : Semisopochnoi , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique) , Guatemala : Fuego .

22 Février 2020 .

 

 

Indonésie , Merapi :

Rapport d’activité du volcan Merapi, 14-20 février 2020

RÉSULTATS D’OBSERVATION
Visuels
Le temps autour du mont Merapi est généralement ensoleillé le matin , tandis que l’après-midi jusqu’au soir est brumeux. On note une fumée blanche, fine à épaisse avec une faible pression. Une hauteur maximale de fumée de 400 m a été observée depuis le poste d’observation du mont Merapi à Kaliurang le 14 février 2020 à 05h40  .
L’analyse morphologique de la zone du cratère basée sur des photographies du secteur Sud-Est a montré un léger changement morphologique.  Le volume du dôme de lave basé sur des mesures utilisant la photographie aérienne avec des drones le 19 février 2020 s’élevait à 291 000 m3 soit une réduction de 116 000 m3 par rapport aux données de mesure du 12 novembre 2019 .

 

Sismicité :

20 tremblement de terre d’émission (DG),
1  tremblement de terre volcanique peu profond (VTB),
95 tremblements de terre à phases multiples (MP),
45 séismes d’avalanche . (RF),
15 tremblements de terre à basse fréquence (LF)
19 tremblements de terre tectoniques (TT).

L’intensité sismique cette semaine est inférieure à la semaine dernière.

Déformation :
La déformation du G. Merapi qui a été surveillée par EDM et GPS cette semaine n’a montré aucun changement significatif.  

Pluie et lahars :
Cette semaine, le 15 février 2020, il y a eu de la pluie au poste d’observation du mont Merapi avec la plus forte intensité de pluie de 62 mm / heure au poste de Kaliurang.

Conclusion :
Sur la base des résultats des observations visuelles et instrumentales, il a été conclu que:
1. Le dôme de lave est actuellement dans un état stable.
2. L’activité volcanique du mont Merapi est encore assez élevée et est déterminée par le niveau d’activité « WASPADA ».
3. Le danger potentiel actuel se présente sous la forme de nuages chauds provenant de l’effondrement du dôme de lave et d’éruptions de matériaux volcaniques résultant d’explosions .

Source : BPPTKG.

Photo : Oystein Lund Andersen

 

Alaska , Semisopochnoi :

51 ° 55’44 « N 179 ° 35’52 » E,
Altitude du sommet : 2625 pi (800 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: ATTENTION
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

L’activité sismique a augmenté à la fin de la semaine dernière, entraînant une augmentation du code couleur / niveau d’alerte à Orange / Attention. De courts éclats énergiques de tremors sismiques se sont produits par intermittence toute la semaine, mais n’ont été associés à aucun autre signe d’activité éruptive. Aucun nuage d’éruption n’a été observé dans les images satellites claires à nuageuses cette semaine. Aucun signal infrason n’a été détecté sur les stations régionales pendant les périodes de sismicité élevée. Une activité explosive s’est produite par intermittence sur le Semisopochnoi au cours de l’année écoulée et pourrait reprendre sans avertissement préalable.

Le Mt Cerberus vu depuis l’Est. La station sismique AVO CERB est située au sommet d’une colline triangulaire en bas à gauche. Photos de l’île de Semisopochnoi prises en mai 2017 lors des activités de maintenance de la station AVO et prises en charge par la Garde côtière américaine.

Le Semisopochnoi est surveillé avec un réseau sismique sur l’île et à distance par satellite et capteurs de foudre. De plus, un réseau de capteurs d’infrasons sur l’île d’Adak peut détecter les émissions explosives du Semisopochnoi avec un retard de 13 minutes si les conditions atmosphériques le permettent.

L’ éloigné volcan Semisopochnoi  occupe la plus grande et jeune île volcanique des Aléoutiennes occidentales. Le volcan est dominé par une caldeira de 8 km (5 miles) de diamètre qui contient un petit lac et un certain nombre de cônes et de cratères post-caldeira. L’âge de la caldeira n’est pas connu avec certitude mais il est vraisemblablement du début de l’Holocène. La dernière éruption connue du Semisopochnoi s’est produite en 1987, probablement à partir du Sugarloaf Peak sur la côte Sud de l’île, mais les détails manquent. Le Mont Cerberus, un groupe de cônes à trois sommets dans la partie Sud-Ouest de la caldeira, est un autre relief post-caldeira important et jeune. L’île est inhabitée et fait partie de l’Alaska Maritime National Wildlife Refuge. Il est situé à 65 km (40 mi) au Nord-Est de l’île d’Amchitka et à 200 km (130 mi) à l’Ouest d’Adak.

Source : AVO.

Photo : Kaufman, Max.

 

El Salvador , San Miguel ( Chaparrastique) :

À partir de 19h00 le 20 février et jusqu’à 7 h 50 Vendredi 21, le Réseau d’observateurs locaux a signalé la survenue d’une série de grondements provenant du volcan. Les données de surveillance indiquent que le volcan San Miguel a présenté un changement de comportement, mis en évidence par l’augmentation de l’amplitude des microséismes et de légères émissions de gaz de son cratère central. La sismicité enregistrée sur le volcan montre des signes qui peuvent être liés à des fracturations et de petites explosions internes du volcan, ce qui indique une augmentation de sa pression interne, avec la possibilité de l’apparition d’un dégazage plus important qui peut être accompagné de petites émanations de cendres, qui , s’ils se produisent, seront de préférence transportés vers le flanc Sud-Ouest du volcan.
La sismicité des sept derniers jours enregistrée dans la station VSM est illustrée à la figure 1.

 

Figure 1. Sismicité du volcan enregistrée du 14 au 21 février 2020, associée à des fractures et de petites explosions internes dues au mouvement des gaz et des fluides. Le nombre de tremblements de terre oscille entre 10 et 15 tremblements de terre par heure, ce qui est normal dans ce volcan.

Le nombre de tremblements de terre enregistrés varie entre 10 et 15 tremblements de terre par heure. Cette valeur est considérée comme normale, cependant, l’amplitude des tremblements de terre détectés indique une plus grande énergie, ce qui se traduit par une instabilité dans le système interne du volcan (voir figure 2).

 

Figure 2. Comportement sismique du volcan Chaparrastique au cours des dernières heures.

Concernant la classification des tremblements de terre enregistrés, des changements associés à des événements d’impulsion plus importants ont été observés, mettant en évidence la survenue de petites fractures dans le conduit du système volcanique.
Sur la figure 3, les points rouges correspondent aux microséismes enregistrés. Ceux qui apparaissent en haut de la ligne noire (indice de fréquence) sont classés comme tremblements de terre associés à la fracturation. S’ils apparaissent au bas de la ligne noire, ils sont classés comme tremblements de terre associés à des mouvements de fluides dans le système interne du volcan. Notez la tendance à la hausse au 15 février.

Figure 3. L’indice de fréquence indique une augmentation du contenu en fréquence des tremblements de terre au 15 février, plus évidente au 20 février.
Source: MARN

L’image satellite d’anomalie thermique de ce jour, obtenue sur le site de MIROVA (http://www.mirovaweb.it/?action=volcanoDetails&volcano_id=343100) ne montre pas d’anomalies pour le volcan San Miguel. 

Le débit de dioxyde de soufre émis par le cratère du volcan a augmenté, atteignant la limite supérieure du seuil normal (620 tonnes / jour), témoignant de l’augmentation de la pression interne du système volcanique, de sorte qu’une impulsion de dégazage est observée à partir du cratère
Les émissions de dioxyde de soufre du volcan enregistrées par la station de surveillance située à San Jorge sont illustrées à la figure 4.

Figure 4. Débit SO2, du 13 au 20 février, le débit de dioxyde de soufre émis par le cratère du volcan a augmenté dépassant le seuil normal fixé à 620 tonnes / jour.

L’image du volcan capturée par la webcam située dans le volcan Pacayal (figure5), montre l’occurrence d’impulsions de gaz et de vapeur émises par le cratère du volcan.

Figure 5. Panache de gaz et de vapeurs du volcan, capturée aujourd’hui vendredi 21 février à 6 h 03.
Source: MARN

Les paramètres de surveillance indiquent que le volcan est en déséquilibre, car soudainement de petites explosions internes se produisent  . Ces variations sont surveillées en permanence et, s’il y a des conditions qui montrent une activité accrue, avec un danger potentiel pour la population, elles seront annoncées en temps voulu.
En cas d’augmentation de l’activité, le scénario le plus probable serait l’émanation de gaz, qui pourraient s’accompagner de petites impulsions de cendres et se déplacer vers le flanc Sud-Ouest.

Source: MARN.

Lire l’article en entier https://www.marn.gob.sv/informe-especial-1-aumenta-la-actividad-del-volcan-de-san-miguel/

 

Guatemala , Fuego :

Type d’activité: Vulcanienne
Morphologie: stratovolcan composite
Situation géographique: 14 ° 28’54˝ Latitude N; 90 ° 52’54˝ Longitude O.
Hauteur: 3 763 msnm.
Conditions atmosphériques: Clair
Vent: du nord-est à 4 km / h
Précipitations: 0,0 mm.

Activité visible et audible d’un dégazage blanc à une hauteur approximative de 4 200 mètres au-dessus du niveau de la mer (13780 pieds) se dispersant dans une direction Ouest et Nord-Ouest. Cette activité génère de 8 à 15 explosions faibles à modérées par heure qui expulsent les colonnes de cendres grises à une hauteur de 4500 à 4800 m d’altitude (14 764 à 15 748 pieds) se dispersant sur environ 15 à 25 kilomètres vers  l’Ouest et le Nord-Ouest. Des impulsions incandescentes du cratère , de 200 à 400 mètres de haut ont été observées la nuit durant les premières heures , avec des avalanches modérées autour du cratère vers les ravins Seca, Taniluya, Ceniza, Santa Teresa, Trinidad, Las Lajas. Une partie du matériel éjecté descend vers le bord de la végétation. Des grondements faibles à modérés sont signalés générant des ondes de choc qui provoquent des vibrations dans les portes et les fenêtres des maisons dans les communautés proches du volcan. Le dégazage soutenu génère des sons similaires à une locomotive de train pendant 6 à 8 minutes. En raison de l’activité, des chute de cendres se poursuivent à Sangre de Cristo, San Pedro Yepocapa, La Soledad et dans les environs.

Source : Insivumeh .

Photo : 660citynews.com.

 

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search