21 Fevrier 2019 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Mexique : Popocatepetl , Italie / Sicile : Etna , Costa Rica : Poas .

Home / blog georges Vitton / 21 Fevrier 2019 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Mexique : Popocatepetl , Italie / Sicile : Etna , Costa Rica : Poas .

21 Fevrier 2019 . FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Mexique : Popocatepetl , Italie / Sicile : Etna , Costa Rica : Poas .

21 Février 2019 .

 

 

La Réunion , Piton de la Fournaise : 

Bulletin d’activité du mercredi 20 février 2019 à 11h00 (Heure locale) .

La reprise de l’activité éruptive débutée le 19 février 2019 au Piton de la Fournaise aux alentours 19h10 heure locale – après une séquence de plus d’une heure de dégazage – se poursuit (Figure 1). Après une baisse de son intensité, le trémor éruptif (indicateur de l’intensité de l’éruption) est relativement stable depuis 06h heure locale (02h UTC).

Figure 1 : Evolution du RSAM (indicateur du trémor volcanique et de l’intensité de l’éruption) entre 09h48 (05h48 UTC) le 18 février et 10h30 (06h30 UTC) le 20 février sur la station sismique de FLR. (© OVPF/IPGP) (OVPF/IPGP)

Suite à une reconnaissance aérienne réalisée ce jour par une équipe de l’OVPF le nouveau site éruptif a pu être localisé avec précision à 1800m d’altitude au pied du Piton Madoré (juin 2001 ; Figure 2). Une seule fissure éruptive s’est ouverte, et à 6h20 ce matin une seule fontaine était active. Le front de coulée se situait à 1300m d’altitude (Figure 3). Actuellement seule cette fissure éruptive est active.

Figure 2 : Localisation des trois fissures éruptives qui se sont ouvertes sur le flanc externe du cratère Dolomieu le 18/02/2019 et de la fissure éruptive qui s’est ouverte en contre bas sur le flanc est le 19/02/2019. (Fond de carte GoogleEarth). (OVPF/IPGP)

Comme à chaque éruption, les scientifiques de l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise vont au plus près des coulées de lave. Ils effectuent des prélèvements, déterminent le débit du feu liquide, évaluent la température …  le but est de réaliser le maximum de mesures pour mieux analyser l’éruption. Ce mercredi 20 février 2019 ce sont Aline Peltier, la directrice de l’Observatoire volcanologique du Piton de La Fournaise (OVPF), et Nicolas Villeneuve, volcanologue, qui se sont rendus sur place.

 


Figure 3 : Prise de vue infrarouge du site éruptif le 20/02/2019 à 06h20 heure locale. (OVPF/IPGP)

Les débits de surface estimés à partir des données satellites, via la plateforme MIROVA (université de Turin) et HOTVOLC (OPGC – université d’Auvergne), restent faibles et sont compris entre 3 et 7 m3/s.

Niveau d’alerte : Alerte 2-2.

 

Source : OVPF, Ipreunion.

Photos : OVPF , IP Réunion.

 

Mexique , Popocatepetl :

19,023 ° N, 98,622 ° W
Altitude : 5393 m

Le CENAPRED a indiqué que chaque jour du 13 au 19 février, de 20 à 140 émissions de vapeur et de gaz étaient émises par le Popocatépetl, dont certaines contenaient des cendres. La sismicité a commencé à augmenter à 14 heures le 14 février, parallèlement au début de l’activité strombolienne. Des matériaux incandescents ont été éjectés sur les flancs sur une distance de 1,5 km et des panaches de gaz et de cendres s’élevaient jusqu’à 2 km au-dessus du bord du cratère et dérivaient vers le Sud-Ouest. La phase a duré environ sept heures. Des explosions ont été enregistrées à 14 h 28, 15 h 28, 18 h 18 et 19 h 35, et à 15 h 40 le 15 février. Des chutes de cendres ont été signalées dans les zones sous le vent, notamment  à Tetela del Volcán (20 km au Sud-Ouest), Zacualpan (31 km au Sud-Ouest), Jonacatepec (43 km au Sud-Ouest), Cuautla (à 43 km au Sud-Ouest), Ocuituco (24 km au Sud-Ouest) et Yecapixtla (31 km au Sud-Ouest). et à Tochimilco (16 km au Sud-Sud-Est).

Le 16 février , de 00h44-06h06, l’activité strombolienne a éjecté des matériaux incandescents qui sont retombés dans le cratère. Les panaches de gaz et de cendres se sont élevés de 1 km et ont dérivé vers le Sud-Est. Une période de tremor harmonique a commencé à 16h, accompagnée d’émissions de vapeur d’eau et de gaz qui se sont élevés de 1,5 km. A 18h30, des fragments incandescents éjectés étaient visibles et tombaient sur les flancs à 400 m du cratère. Les panaches se sont élevés de 2 km et ont dérivé vers le Nord-Nord-Est. La sismicité a diminué vers 21h00 et les matériaux n’ont plus été éjectés au-dessus du bord du cratère, bien que l’incandescence du cratère reste visible. Au moins 14 explosions ont été détectées le 17 février; les événements les plus significatifs ont été enregistrés à 0438, 0457, 0719, 0821 et 09h56, générant des panaches qui se sont élevés de 2 km et qui ont dérivé vers le Nord. Des chutes de cendres mineures ont été signalées dans les zones sous le vent, notamment à Tlaxco (85 km au Nord-Est) et Xalostoc, à Nativitas (à 40 km au Nord-Est), à Hueyotlipan (à 57 km au Nord-Ouest), à Amaxac de Guerrero (à 60 km au Nord-Ouest), à Tepetitla de Lardizábal (à 37 km au Nord-Ouest), à Texoloc. et Tlaxcala (51 km au Nord-Est). Une explosion survenue le 18 février à 07h04 a donné naissance à un panache qui s’est élevé de 2 km et a dérivé vers le Nord. Une explosion a été détectée à 19h13 le 19 février. Le 20 février, le CENAPRED a noté la croissance du dôme de lave n ° 82.

Le niveau d’alerte est resté à Jaune, Phase Deux (niveau moyen sur une échelle de trois couleurs).

20 février, 11h00 (20 février, 17h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, grâce aux systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 11 exhalations ont été identifiées accompagnées de vapeur d’eau et de gaz , et de deux explosions à 02: 10h et 04: 07h  . De plus, un séisme volcano-tectonique a eu lieu hier à 21h02, avec une magnitude calculée de M1,9. De même, 1424 minutes de tremor harmonique d’amplitude faible à moyenne ont été enregistrées au cours de cette période.

Au moment de la rédaction de ce rapport, le nombre de tremors de faible amplitude est conservé et les émissions de gaz sont continues et se dispersent dans la direction Nord-Nord-Est

Source: Centre national de prévention de désastres (CENAPRED), GVP.

Photos : Webcamdemexico , Cenapred.

 

Italie / Sicile , Etna :

L’ Etna grogne et émet des cendres: nouvelle éruption ou activités de routine?

Les images qui circulent à la fois sur les médias sociaux et dans les médias traditionnels  montrent sur l’Etna un impressionnant panache de cendres sombres (voir figure 1 et vidéo enregistrée par une caméra de surveillance INGV à Catane), parfois même des scènes de balcons et voitures recouvertes des mêmes cendres. Tous ces messages pourraient nous faire comprendre que le volcan est de nouveau en éruption après les événements éruptifs et sismiques dramatiques de la fin décembre 2018. En fait, il ne s’agit pas exactement d’une nouvelle éruption, mais d’une simple reprise de l’activité persistante au sommet. qui caractérise la vie normale du volcan.

Figure 1 – Emission de cendres du cratère Nord-Est (NEC) le matin du 18 février 2019, capturée par la caméra de surveillance de l’INGG-OE de Catane, située à Milo. Les lignes colorées indiquent différemment les profils topographiques observables à partir de cette position , des différents cratères de sommet de l’Etna: NSEC = Nouveau Cratère du Sud- Est   ; BN = Bocca Nueva , VOR = Voragine.

L’éruption qui s’est produite entre le 24 et le 27 décembre 2018 avait pour origine une fissure qui s’est ouverte sur le haut flanc Sud-Est de l’Etna, générant ainsi la bouche éruptive la plus basse située à 2400 mètres d’altitude, dans la Valle del Bove.  Une éruption d’une durée de trois jours seulement, très modeste à la fois pour les volumes de lave émises (environ 3 à 4 millions de mètres cubes) et pour la zone couverte par les laves (moins d’un kilomètre carré), mais accompagnée d’une intense sismicité culminant avec le tremblement de terre du 26 décembre (magnitude ML = 4,8), produit par la Faille de Flandaca, causant de nombreux dégâts aux habitations situées le long du bas flanc Sud-Est du volcan.

Après la fin de l’éruption, l’activité sismique a continué, même si elle a diminué progressivement. Le dernier séisme important, un événement de magnitude ML = 4,1, s’est produit le 8 janvier 2019 dans la faille de Pernicana, du côté Nord-Est de l’Etna. Depuis lors, l’activité sismique a été caractérisée par des chocs fréquents, mais d’ampleur modeste, des niveaux tout à fait « usuels » pour les normes de l’Etna, même si la perception de la population résidente peut être très différente et être amplifiée après les événements de décembre 2018.

Figure 2 – Émission de cendres du cratère Nord-Est de l’Etna à l’aube du 19 février 2019, vue de Tremestieri Etneo (à 20 km au Sud du sommet du volcan). Photo de Boris Behncke, INGV-OE.

En revanche, depuis les premiers jours de janvier 2019, les émissions de cendres continuent de façon intermittente à partir de deux des cratères supérieurs du volcan: principalement du cratère Nord-Est (Figure 2) et plus sporadiquement du cratère de la Bocca Nuova. L’INGV Osservatorio Etneo surveille de près cette activité, avec des observations volcanologiques sur le terrain, une analyse de la sismicité et d’autres paramètres géophysiques , ainsi que l’étude des roches et des produits qui ont été émis.

L’examen préliminaire des cendres tombées sur le sol et prises à des moments différents indique qu’il s’agit principalement de « vieux » matériau rocheux, déjà présent dans le système des canaux centraux du volcan. Le fait qu’à l’heure actuelle il ne semble pas y avoir de nouveau magma remontant à la surface est également confirmé par l’amplitude du tremor volcanique relativement faible, dont la source se situe dans une position plus profonde par rapport aux semaines précédant l’éruption de décembre.

Cependant, les panaches gazeux émis au cours de ces semaines sont souvent très chargés en cendres. Par conséquent, dans ces cas, les autorités aéronautiques sont obligées de fermer temporairement l’aéroport international de Catania Fontanarossa, ce qui exclut certains espaces aériens autour de l’Etna.

Article écrit par Boris Behncke et Marco Neri, utilisant les données obtenues des réseaux de surveillance INGV.

Source : INGV Vulcani . https://ingvvulcani.wordpress.com/2019/02/19/letna-sbuffa-ed-emette-cenere-nuova-eruzione-o-attivita-di-routine/

Photos : INGV , Boris Behncke , Gio Giusa .

 

Costa Rica , Poas :

10,2 ° N, 84,233 ° W
Altitude : 2708 m

L’OVSICORI-UNA a indiqué que depuis le 8 février, des émissions de gaz quasi continues ont été enregistrées sur le Poás, les panaches s’élevant jusqu’à 1 km et dérivant principalement vers le Sud-Ouest. Du 13 au 14 février, les émissions contenaient des cendres; des panaches de gaz et de cendres ont dérivé vers le Sud-Ouest et ont touché des zones sous le vent, notamment Naranjo, Zarcero et Grecia (16 km au Sud-Ouest). Les émissions de gaz et de cendres se sont élevés du cratère le 15 février et des émissions de gaz ont été enregistrées le 18 février.

À partir du week-end dernier, les pluies acides émanant du Poás ont diminué après six jours d’activité intense. Photo: Federico Chavarría Kopper

Après la libération intense de gaz et de cendres la semaine dernière, le volcan Poás semble donner un répit à ses voisins et aux agriculteurs de Grecia et de Sarchi, principalement touchés par les éruptions.
Dans ces zones, l’herbe et les cultures brûlées par les pluies acides et une forte odeur de soufre dans l’environnement ont été détectées. De plus, les cendres ont provoqué un inconfort dans les maisons et dans 27 écoles. Dans certains cas, les élèves ont suivi des cours avec des masques.
La situation a obligé des entités telles que la Commission nationale d’urgence (CNE), le ministère de l’Agriculture et de l’Élevage et le Service national de santé animale (Senasa) à effectuer des inspections et à prendre des mesures.
Le panorama semble changer. Mauricio Mora, volcanologue au Réseau sismologique national (RSN), a assuré qu’il y avait une réduction de la quantité de cendres et que les émissions étaient plus sporadiques.

« Le système actuel semble être plus stable et cela procure un soulagement », a-t-il déclaré.
Tôt le matin de ce mardi, il y avait une colonne importante, mais moins chargée en cendres. Les émissions sont constituées de gaz magmatiques, d’aérosols et de vapeur d’eau, qui peuvent s’élever jusqu’à 300 mètres au dessus du cratère et durer plusieurs minutes.
Aucune incandescence n’a été enregistrée dans la bouche principale, à la base de l’ancien dôme.

Source: Observatoire volcanologique et sismologique du Costa Rica – Université nationale (OVSICORI-UNA) , GVP. Nacion.com .

Photo : Federico Chavarría Kopper , RSN.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search