20 Juillet 2018. FR. Colombie : Galeras , Ebeko : Kamchatka , Hawai : Kilauea , Italie : Etna , Mexique : Popocatepetl .

Home / blog georges Vitton / 20 Juillet 2018. FR. Colombie : Galeras , Ebeko : Kamchatka , Hawai : Kilauea , Italie : Etna , Mexique : Popocatepetl .

20 Juillet 2018. FR. Colombie : Galeras , Ebeko : Kamchatka , Hawai : Kilauea , Italie : Etna , Mexique : Popocatepetl .

20 Juillet 2018.

 

Colombie , Galeras :

Objet: Bulletin hebdomadaire d’activité du volcan Galeras

Le niveau d’activité du volcan continue au niveau :
NIVEAU JAUNE ■ (III): CHANGEMENTS DANS LE COMPORTEMENT DE L’ACTIVITÉ VOLCANIQUE.

Suite à l’activité du volcan GALERAS , le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN informe que:

Pour la période comprise entre le 10 juillet et le 16 juillet 2018, la prédominance des événements associés à la fracturation de la roche se poursuit (dénommée Volcano-tectonique), maintenant une diminution, à la fois dans l’occurrence et dans l’énergie sismique relâchée. La plupart des événements continuent d’être situés de manière épicentrale au Nord-Est du sommet du bâtiment volcanique à des distances allant jusqu’à 6 km, avec des profondeurs inférieures à 10 km sous le sommet du volcan (niveau de référence supérieur à 4200 m.s.); D’autres tremblements de terre sont situés au Nord-Ouest du volcan, à des distances allant jusqu’à 13 km, avec des profondeurs inférieures à 15 km . Les événements de type VT enregistrés durant cette période ont montré des amplitudes inférieures à M 1,3 sur l’échelle de Richter.

Image aérienne du cône actif du volcan Galeras. Cratères et champs de fumerolles du côté Ouest, 28 septembre 2005.

Pendant la période évaluée, lorsque les conditions climatiques dans la région du volcan l’ont permis, il était possible d’observer les émissions de gaz des principaux champs fumeroliens du cône actif, avec une faible pression de sortie, une couleur blanche, une faible hauteur et une direction de dispersion variable selon à la direction prédominante des vents dans la région du pic volcanique.

Les autres paramètres de type géophysique et géochimique de la surveillance volcanique du Galeras ne permettent pas d’enregistrer de variations qui montrent un changement dans le niveau d’activité du volcan.

Le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN reste attentif à l’évolution du phénomène volcanique et continuera à informer en temps utile des changements observés.

Source : SGC

Photo : SGC

 

Ebeko , Kamchatka :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA).

Délivré: 20 Juillet 2018 
Volcan: Ebeko (CAVW # 290380)
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE
Code couleur de l’aviation précédent: orange
Source: KVERT
Numéro de l’avis: 2018-64
Localisation du volcan  : N 50 deg 41 min E 156 deg 0 min
Région: Kouriles du Nord, Russie
Sommet  : 3791.68 ft (1156 m)

Résumé de l’activité volcanique:
Selon les données satellitaires, une activité explosive modérée continue sur le volcan Ebeko  . Le nuage de cendres dérive au Nord-Est du volcan.

L’activité gaz-vapeur modérée avec émission d’ une certaine quantité de cendres se poursuit sur le volcan  . Des explosion de cendres jusqu’à 16 400 pieds (5 km)  pourraient se produire à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les avions volant à basse altitude et l’aéroport de Severo-Kurilsk.

Hauteur des nuages ​​volcaniques:
8200 ft (2500 m) AMSL Temps et méthode de détermination du panache de cendres / nuages: 20180720 / 0045Z – MODIS TERRA (31m32)

Autres informations sur les nuages ​​volcaniques:
Distance du panache de cendres / nuage du volcan: 15 km
Sens de la dérive du panache de cendres / nuage du volcan: E / azimut 80 deg
Temps et méthode de détermination du nuage de cendres / panache : 20180720 / 0045Z – MODIS TERRA (31m32)

Source : Kvert.

Photo :  T. Kotenko, IVS FEB RAS , 12/1/2017

 

Hawaï , Kilauea :

Jeudi 19 juillet 2018, 12 h 27 HST (jeudi 19 juillet 2018, 22:27 UTC)

19 ° 25’16 « N 155 ° 17’13 » W,
Sommet : 4091 pi (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel: AVERTISSEMENT
Code couleur actuel de l’aviation: ORANGE

Volcan Kīlauea , Lower East Rift Zone

La fissure 8 continue de faire éruption de lave dans le canal perché menant vers le Nord-Est  de l’évent. Les niveaux de lave dans le canal sont apparus un peu bas ce matin et aucun débordement n’a été noté. La marge Sud du flux se situe à environ 500 m (0,3 mi) de la rampe d’accès au parc Isaac Hale ce matin. Malgré l’absence de connexion visible à la surface du canal de la fissure 8, la lave continue à déborder en quelques points sur le front d’écoulement de 6 km de large dans l’océan.

Aucune autre fissure n’est active ce matin.

Une vue aérienne vers le sud, avec la fissure 8 canal de lave sur le côté ouest du cratère Kapoho, visible à gauche. En s’approchant de l’océan, la lave canalisée transite vers un large courant a’a qui s’étend latéralement et vers la côte. Le panache d’entrée de l’océan est à peine visible au loin (en haut).

Sommet du volcan Kīlauea :

Après l’événement d’effondrement qui s’est produit à 1 h 28 ,  le 18 juillet, la sismicité au sommet a diminué immédiatement après l’événement et est maintenant revenue à une fréquence de  25-35 tremblements de terre par heure avant le prochain événement d’effondrement / explosion, ce qui devrait se produire cet après-midi.

Source : HVO.

 

Italie , Etna :

Les cratères sommitaux de l’Etna, le volcan transformiste!

L’Etna est le plus haut volcan actif d’Europe continentale (3324 m au-dessus du niveau de la mer) et s’élève le long de la côte orientale de la Sicile sur une superficie de plus de 1250 km2. Le volcan est défini comme un «conduit ouvert», c’est-à-dire qu’il a un conduit central qui relie l’intérieur de la Terre, d’où les magmas Etnéen proviennent , à plus de 30 km de profondeur, avec la surface de la Terre. Ce conduit ouvert permet au magma de remonter en permanence, libérant les phases volatiles à travers la zone des cratères sommitaux d’où émerge le panache gazeux caractéristique observé chaque jour au sommet de l’Etna.
La zone des cratères sommitaux ne reste jamais la même au fil du temps, au contraire, elle change continuellement. Il suffit de dire qu’il y a seulement cent vingt ans, le sommet du volcan culminait avec un seul cratère central, alors qu’aujourd’hui nous en trouvons cinq, preuve de changements morpho-structurels rapides et marqués (figure 1).

Figure 1 – Photographie aérienne de la zone des cratères sommitaux de l’Etna prise du Sud-Est. À côté des noms des cinq cratères actifs, l’année de leur naissance est indiquée entre parenthèses. Photo : Marco Neri.

Comment est disposé le sommet de l’Etna?
Dans la zone apicale du volcan, il existe aujourd’hui cinq principaux appareils éruptifs qui se sont formés et se sont agrandis au cours des dernières décennies. Jusqu’au début du XXe siècle, seul le cratère central était présent au sommet de l’Etna. En 1911, le cratère Nord-Est est né sur le flanc Nord du cratère central. Par la suite, la Voragine (en 1945) et la Bocca Nuova (en 1968) se sont formés à l’intérieur du cratère central. En 1971, sur le flanc Sud-Est du cratère central , se forme le cratère Sud-Est, qui reste actif jusqu’en 2007. Puis a aussi commencé à se développer le nouveau cratère du Sud-Est, reposant sur le flanc Est du « vieux » cratère du Sud-Est. Ci-dessous, nous essayons de résumer l’histoire éruptive de ces appareils.

Le cratère central
C’est la seule bouche active du sommet  ,qui existe depuis au moins un siècle avant 1911 (figure 2). Un grand cratère avec un bord circulaire d’environ 500 mètres de diamètre, certainement plusieurs dizaines de mètres de profondeur, peut-être hérité de l’effondrement du cratère qui a eu lieu sur le mont Etna lors de l’éruption violente de 1669 qui a touché l’ensemble du flanc Sud du volcan.

Figure 2 – Cartes topographiques publiées par l’Institut géographique militaire mises à jour jusqu’en 1932. Au centre de la carte se trouve le cratère central, qui est approché, juste au nord, par le cratère Nord-Est qui a commencé son activité en 1911.

Le cratère Nord-Est:
Il est né au printemps 1911, juste au Nord du cratère central (figure 2). Ce cratère devient plus actif en 1917, quand il nourrit un bref épisode de fontaine de lave (ou paroxysme). Par la suite, son activité est, pour la plupart du temps , de fréquentes explosions stromboliennes d’énergie modeste, accompagnées par des émissions de lave, qui déterminent ensemble, en particulier à partir de 1955, la croissance progressive d’un cône pyroclastique massif. A partir de l’été 1977, les épisodes paroxystiques sont devenus plus fréquents, produisant des colonnes éruptives atteignant 12 km de haut. Un grand nombre de ces paroxysmes sont accompagnés par l’émission de coulées de lave qui atteignent des longueurs maximales de plus de 6 km, comme en Mars 1978. Avec la dernière série de paroxysmes (entre 1995 et 1998), le cratère Nord-Est atteint sa taille maximale, qui s’élève comme le plus haut sommet de l’ensemble du volcan (environ 3330 mètres d’altitude, mesuré en 2008) . Par la suite, son activité diminue considérablement, se limitant à de faibles explosions stromboliennes intra – cratériques. Ce n’est que lors des éruptions de décembre 2015 et de mai 2016 que le cratère Nord-Est montre à nouveau une activité strombolienne plus intense, qui provoque finalement l’obstruction presque totale du cratère et l’effondrement de sa bordure Sud. Enfin, en novembre 2017, le fond du cratère Nord-Est s’enfonce et s’ouvre, permettant d’émettre le panache gazeux qui le caractérise. Aujourd’hui, le cratère Nord-Est continue d’être, quoique légèrement, le point culminant de l’Etna (3324 m au-dessus du niveau de la mer, mesuré en décembre 2015, figure 3).

Figure 3 – Vue panoramique du sommet de l’Etna vu depuis le Nord, en juillet 2017. Au premier plan, le cratère Nord-Est, dont le bord Sud-Ouest est le point culminant du volcan. Photo : Marco Neri.

La Voragine :
Le cratère de la Voragine est né à l’automne 1945 dans le cratère central et précisément dans sa partie Nord-Est. Ce cratère est moins actif que les autres cratères sommitaux, mais a produit quelques-uns des paroxysmes les plus violents de l’histoire récente de l’Etna. Les plus forts de ces paroxysmes (1960, 1998, 1999, 2015) produisent de hautes colonnes éruptives jusqu’à 15 km. Les dernières éruptions de la Voragine, très explosives, se déroulent dans les premiers jours de décembre 2015 (figure 4) et en mai 2016. Les produits de ces éruptions sont déversés dans la voisine Bocca Nuova puis débordent, versant sur le haut du flanc Ouest du volcan. Le 7 août 2016, près de la limite Nord-Est de la Voragine, une bouche de dégazage s’ouvre, toujours active aujourd’hui. Dans les premiers mois cette nouvelle  bouche de la Voragine se caractérise par l’émission de gaz très chaud (> 700 ° C) et dont la baisse de température coïncide avec la «réouverture» du Cratère Nord-Est, en novembre 2017.

Figure 4 – Activité éruptive paroxystique du cratère de la Voragine, décembre 2015, prise de l’Ouest. Photo par Veronica Testa.

La Bocca Nuova :
Ce cratère est né au printemps 1968 sur le flanc Ouest du cratère central. Jusqu’au milieu de l’année 1997, la Nuova Bocca est principalement caractérisée par des phénomènes d’affaissement du cratère et de temps en temps, une activité strombolienne modeste et effusive intra-cratérique, qui provoquent l’élargissement progressif du cratère jusqu’à un diamètre maximum de plus de 350 m. Au cours des années 1997-1999, une intense activité éruptive intra-cratérique provoque le remplissage progressif de la Bocca Nuova,, qui culmine alors dans une violente éruption en Octobre-Novembre 1999 (figure 5). Après une nouvelle phase d ‘affaissement et d’approfondissement du cratère, à partir de 2011 , la Bocca Nuova retourne à une production intra-cratérique strombolienne et expansive, mais modeste. Les fortes éruptions de sa voisine Voragine de décembre 2015 et mai 2016 déchargent une grande partie de leurs produits à l’intérieur de la Bocca Nuova, la remplissant à ras bord et obstruant son fond. À partir d’octobre 2016, le fond de ce cratère s’approfondit et s’ouvre. Aujourd’hui la majeure partie du panache de gaz de l’Etna est produite par les gaz issus de la Bocca Nuova.

Figure 5 – Activité strombolienne violente du cratère de la Bocca Nuova prise de l’Ouest, octobre 1999. Le phénomène éruptif s’accompagne d’une abondante coulée de lave sur le bord Ouest. Photo par Marco Neri.

Le cratère du Sud-Est et le nouveau cratère du Sud-Est:
Comme dans les cas précédemment illustrés, le cratère Sud-Est commence aussi son activité avec la formation d’une petite bouche qui s’ouvre lors de l’éruption de 1971, située du côté Sud-Est du cratère central. Par la suite, entre 1978 et 1979, le cratère Sud-Est produit de courts épisodes paroxystiques et de modestes épanchements de lave. Ce style éruptif continue sur les deux  décennies suivantes , avec des fontaines de lave qui forment des colonnes éruptives de plusieurs kilomètres de haut et l’émission de grandes coulées de lave (en 1980, 1985, 1986, 1989, 1998-1999), entrecoupés avec une activité strombolienne qui persiste pendant plusieurs mois (1984, 1996-1998). Depuis 2000, il augmente considérablement la fréquence de ses éruptions (66 fontaines de lave et épanchements de lave entre Janvier et Août 2000, 16 entre mai et Juillet 2001, 20 en 2006, 4 au printemps 2007), qui déterminent la croissance rapide du  système éruptif. Après 4 paroxysmes de Mars à mai 2007, l’activité éruptive se déplace du sommet du cône à une nouvelle bouche qui ouvre sur son côté Est inférieur, qui produit trois paroxysmes violents entre Septembre 2007 et mai 2008. Après une accalmie d’environ un demi-année, en Janvier 2011, cette nouvelle bouche produit une fontaine de lave supplémentaire, suivie par des dizaines d’autres épisodes stromboliens et paroxystiques qui déterminent la croissance rapide d’un nouveau cône pyroclastique massif appelé nouveau cratère du sud-est (Figure 6 et 7). En à peine quatre ou cinq ans, ce nouveau cratère sommital atteint les mêmes dimensions que le «vieux» cratère Sud-Est au cours des quarante dernières années. Depuis la fin de l’année 2013, l’activité du nouveau cratère du Sud-Est est devenue moins violente et fréquente.

Figure 6 – Activité éruptive strombolienne et effusive du Nouveau Cratère Sud-Est, prise de Zafferana Etnea. Sur la droite, le clocher de l’église Santa Maria della Provvidenza. Photo par Marco Neri.

Figure 7 – Carte topographique du sommet de l’Etna mise à jour en décembre 2015, récemment publiée dans le Journal of Maps (Neri et al., 2017, Taylor & Francis Group, doi: 10.1080 / 17445647.2017.1352041) et téléchargeable gratuitement via le portail Internet du même magazine.

Source : Dr. Marco Neri ( https://ingvvulcani.wordpress.com/2018/07/19/i-crateri-sommitali-delletna/ ).

 

Mexique , Popocatepetl :

19 juillet, 11h15 (19 juillet, 16h15 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, avec les systèmes de surveillance du volcan Popocatepetl , 51 exhalaisons de faible intensité accompagnées de vapeur d’eau et de gaz ont été identifiées , ainsi qu’une explosion,  à 08:31 h  . En outre, deux tremblements de terre de type volcano-tectoniques enregistrés hier à 22:25 h et à 5:39 h aujourd’hui, avec une amplitude de M1,8 et M2,6 respectivement ont été détectés. En outre, 28 minutes de tremor harmonique de faible amplitude ont été enregistrées.

Pendant la nuit nous avons observé une incandescence qui augmentait au moment des émissions .

Au moment de ce rapport, il y a visibilité du volcan, l’émission de vapeur d’eau et de gaz a une direction Ouest  .

Le CENAPRED a demandé de ne pas approcher le volcan et en particulier du cratère, à cause du risque de chute de projectiles, et en cas de forte pluie , de rester loin du fonds des ravins à cause du  danger de glissements de terrain et de coulées de boue.

Le feu de signalisation d’alerte volcanique du Popocatepetl est situé à Amarillo Phase 2.

19 juillet, 23h00 (20 juillet, 04h00 GMT)

A partir de 21h30, une séquence de petites explosions accompagnées de légères émissions de cendres vers l’Ouest s’est présentée sur le volcan .
Ce qui précède est envisagé dans les scénarios prévus et n’implique pour l’instant aucun changement dans le niveau d’avertissement volcanique du volcan Popocatépetl
Le feu de signalisation d’alerte volcanique du Popocatepetl est situé à Amarillo Phase 2.

Source : Cenapred.

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search