17 Fevrier 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Costa Rica : Poas / Turrialba , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) .

Home / blog georges Vitton / 17 Fevrier 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Costa Rica : Poas / Turrialba , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) .

17 Fevrier 2019. FR. La Réunion : Piton de la Fournaise , Equateur / Galapagos : Sierra Negra , Costa Rica : Poas / Turrialba , El Salvador : San Miguel ( Chaparrastique ) .

17 Février 2019.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Piton de la Fournaise : passage en alerte 1 – éruption probable à brève échéance
Mis à jour le 16/02/2019

Depuis 15h21 heure locale ( le 16/02) , une crise sismique est enregistrée sur les instruments de l’observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise. Cette crise sismique est accompagnée de déformation rapide, ce qui indique que le magma est en train de quitter le réservoir magmatique et se propage vers la surface.
Une éruption est probable à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures.

Dans ces conditions, le préfet a décidé de mettre en œuvre la phase d’alerte 1 « éruption probable » du dispositif spécifique ORSEC* volcan à compter de ce jour à 16h30.
En conséquence, l’accès du public à la partie haute de l’enclos du Piton de la Fournaise, que ce soit depuis le sentier du Pas de Bellecombe ou depuis tout autre sentier est interdit. Il est rappelé que le poser d’aéronefs dans la zone du volcan est réglementé et soumis à autorisation de la Préfecture.
La gendarmerie nationale et l’office national des forêts ont été chargés de veiller à l’application de ces mesures de sécurité sur le site.

Ce dimanche matin, l’Observatoire enregistre « une petite sismicité ». « Cela montre toujours qu’on a toujours le toit du réservoir qui se fragilise », poursuit Aline Peltier qui envisage trois hypothèses. « Il peut y avoir une nouvelle injection de magma vers la surface, une propagation de magma depuis le réservoir vers la surface, ou alors ça peut s’arrêter ».

« Nous savons qu’il y a du magma présent dans le réservoir et qu’il faudra bien qu’il sorte un jour. Ce réservoir est en train de se fragiliser. Il faut donc s’attendre à une éruption probable à brève ou moyenne échéance », conclut la direction de l’Observatoire Volcanologique.

Hier, alors que la préfecture déclenchait le dispositif ORSEC volcan, l’Observatoire et la préfecture de La Réunion envisageaient une « éruption dans les minutes ou les heures qui viennent ». Finalement, il semblerait que cette première éruption de l’année se fasse désirer.

Source : OVPF, la 1er frtvinfo

Photo : planete vivante

 

 

Equateur / Galapagos , Sierra Negra :

Campagne de gravimétrie et échantillonnage de gaz associés au volcan Sierra Negra.

Une fois l’activité éruptive du volcan Sierra Negra, située sur l’île Isabela de la province des Galapagos, qui s’est produite entre le 26 juin et le 15 août 2018 terminée , et afin de poursuivre les recherches et la surveillance du volcan Sierra Negra, des techniciens , du 31 janvier au 10 février 2019 de l’Institut de géophysique de l’École polytechnique nationale (IG-EPN) ont mené une nouvelle campagne de surveillance à l’aide d’un microgravimètre Scintrex CG-5 . Des mesure de gaz SO2 par FLYSPEC dans la région de Minas de Azufre, le secteur Sud-Ouest du volcan Sierra Negra ont aussi été réalisées.

 

Fig. 1: Partie Sud-Est de la caldera du volcan Sierra Negra vue du Nord, avec fissures ouvertes lors du processus éruptif de 2005. La distance verticale entre le bas de la caldeira et le bord est de 100 mètres. (Photos: E. Gaunt IG-EPN).

La campagne menée dans les environs et à l’intérieur de la caldera du volcan Sierra consistait en un total de 8 itinéraires avec plusieurs points de mesure situés dans la partie centrale de la caldera et sur ses flancs Nord, Nord-Est, Est et Sud-Ouest. L’objectif était de mesurer le champ gravitationnel local, associé au processus éruptif récent du volcan. À l’aide du microgravimètre, nous pouvons percevoir les minuscules variations de la gravité associées aux changements de masse produits pendant le processus éruptif d’un volcan.

Fig. 2: Personnel de l’Institut de géophysique effectuant la mesure au micro gravimètre situé à l’intérieur de la caldeira du volcan Sierra Negra, les parapluies recouvrent le gravimètre afin de réduire les effets que peuvent produire le vent et le soleil. (Photo: E. Gaunt IG-EPN).

D’autre part, dans la partie Sud-Ouest, des mesures ont été effectuées sur la quantité de SO2 émis par les fumerolles de la « Minas de Azufre » par le biais de FLYSPEC.

Figure 3. Mesure par FLYSPEC de la quantité de SO2 émise par les fumerolles « Minas de Azufre » situées dans la partie Sud-Ouest du volcan Sierra Negra (photographies: E. Gaunt IG-EPN).

L’Institut géophysique de l’École polytechnique nationale assure le suivi permanent de l’activité volcanique présentée par le volcan Sierra Negra et informera sans délai de toute anomalie constatée.

Source : IGEPN

Photos :  E. Gaunt IG-EPN.

 

Costa Rica , Poas / Turrialba :

Rapport quotidien de l’état des volcans.  Date: 15 Février 2019 , Mise à jour à: 10:54:00.

Volcan Poas :

Depuis le 8 février 2019, il y a une éruption continue sur le volcan Poas, avec une colonne qui culmine à 1000 mètres d’altitude et à 3708 mètres d’altitude. (mètres au dessus du niveau de la mer , 12162.24 ft).
L’activité sismique est similaire à celle d’hier.
Au moment de ce rapport, les vents soufflent du Sud-Ouest.


L’éruption du volcan Poás se poursuit avec une émission continue de cendres. Des fluctuations d’intensité sont notées, mais en général les signaux surveillés restent stables. La sismicité est faible avec des tremors de faible amplitude. Les gaz présentent des rapports CO2 / SO2 et H2S / SO2 faibles et stables

Volcan Turrialba:

Le 15 février 2019 à 8 h 34, heure locale, il y a une éruption sur le volcan Turrialba, avec une colonne qui s’élève à 300 mètres au-dessus de la hauteur du cratère et à 3 640 mètres d’altitude. (mètres au dessus du niveau de la mer , 11939.2 ft).
Durée de l’activité: minutes.
L’activité sismique est similaire à celle d’hier.
Au moment de ce rapport, les vents soufflent vers l’Ouest.


L’activité éruptive sur le volcan Turrialba se poursuit avec des émissions de cendres presque constantes. L’émission est de basse énergie avec plusieurs impulsions un peu plus énergétiques qui produisent des colonnes de cendres plus denses. La sismicité montre les signaux de type LP et les éruptions les plus énergétiques sont associées à des signaux infrasons.

Source : OVSICORI-UNA

Photos : RSN.

 

El Salvador , San Miguel ( Chaparrastique ) :

Dossier spécial 1. Augmentation de l’activité du volcan Chaparrastique. 

Date et heure de publication du: 12 Février 2019, 14:30:00.

La présence périodique de micro-séismes, combinée à une augmentation des vibrations sismiques et au dégazage du volcan Chaparrastique, montre une augmentation significative de son activité à compter du 9 février de cette année. Les signaux obtenus par le réseau de stations sismiques qui surveillent le volcan ont enregistré diverses périodes de vibrations sismiques (tremors avec bandes) d’amplitudes atteignant 280 unités RSAM par heure moyenne, dépassant le seuil de 150 unités.
Au cours des dernières heures, la vibration sismique du volcan San Miguel a fluctué entre 205 et 263 unités horaires moyennes RSAM . Ce sont des signaux sismiques prolongés liés aux changements de pression de fluide dans le bâtiment volcanique, indicateurs d’un canal bouché et d’une plus grande activité du volcan Chaparrastique.

Rapport spécial 2. Poursuite de l’activité du volcan Chaparrastique.

L’enregistrement de tremors ou de vibrations sismiques au-dessus de la normale sur le volcan Chaparrastique persiste, indiquant un mouvement de fluides magmatiques à l’intérieur.
Au cours des dernières 24 heures, les valeurs de la vibration sismique (RSAM) du volcan Chaparrastique sont restées fluctuant entre 153 et 207 unités, avec une heure moyenne de 182 unités (figure 1), lorsque le seuil normal est de 150 unités. C’est, au-dessus de ce qui est établi comme normal, en observant une tendance à la baisse

Figure 1. Comportement des vibrations sismiques du volcan enregistrées au cours de la dernière semaine. Notez la hausse à partir de 21 heures le lundi 11 février.

Panoramique du volcan Chaparrastique pris avec la caméra installée dans le volcan Pacayal à 8h15. aujourd’hui, vendredi 15 février (figure 3).

Figure 3. Un volcan apparemment calme est observé sans la présence d’un panache de gaz dans son cratère. La nébulosité est typique des conditions météorologiques.

Le ministère de l’Environnement et des Ressources naturelles (MARN) poursuit le suivi systématique du volcan et maintient une communication étroite avec la Direction générale de la protection civile et les observateurs locaux.
En outre, il appelle la population en général à rester à l’écart de la partie supérieure du volcan, car des changements soudains de comportement se produisent souvent.
Si l’activité n’évolue pas, le prochain rapport sera publié le lundi 18 février 2019.

Source : Marn

Photos :  Marn / Epa

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search