10 Mars 2018. FR. Shinmoedake , Mayon , Poas , Popocatepetl .

Home / blog georges Vitton / 10 Mars 2018. FR. Shinmoedake , Mayon , Poas , Popocatepetl .

10 Mars 2018. FR. Shinmoedake , Mayon , Poas , Popocatepetl .

10 Mars 2018.

 

Shinmoedake , Japon :

Le volcan du Sud-Ouest du Japon a repris son activité  vendredi après-midi après s’être arrêté une demi-journée.

L’Agence météorologique dit que le Mt. Shinmoe, qui chevauche les préfectures de Kagoshima et de Miyazaki, a repris son éruption peu avant 16h vendredi. Les éruptions s’étaient arrêtées tôt le matin.

Les panaches de fumée ont atteint 3200 mètres, le plus haut depuis le début de la crise le 1er mars. De gros morceaux de roche ont été projetés à 800 mètres du cratère.

Les responsables de l’agence ont dit qu’il y avait une coulée de lave sur la pente Nord-Ouest du cratère.
L’agence déclare que les gens n’ont pas besoin d’évacuer en ce moment parce qu’aucune maison ou installation touristique n’est située sur la pente et que la coulée de lave avance lentement.
L’agence maintient le niveau d’alerte volcanique à 3, sur l’échelle de 1 à 5. Cela signifie que les gens doivent rester loin de la montagne.

 

Un flux de lave a été confirmé sur le mont Shinmoe, a annoncé l’Agence météorologique japonaise (JMA) le 9 mars.

Vers 9 h 10 le 9 mars, un employé de l’Institut national des sciences et technologies industrielles avancées, impliqué dans une inspection sur place, a informé le JMA que de la lave s’échappait de la section Nord-Ouest du cratère  . L’agence a confirmé plus tard une coulée de lave, et étudie sa nature.
Le JMA avait annoncé le même jour que les éruptions du volcan, qui chevauchent les préfectures de Miyazaki et de Kagoshima, s’étaient arrêtées à 1h45 du matin, mais il semble que la lave accumulée à l’intérieur du cratère ait ensuite continué à couler .

L’agence a maintenu son alerte volcanique au niveau 3 – entrée limitée au volcan – et les gens sont invités à faire attention aux grands dépôts de cendres à moins de 3 kilomètres du cratère, ainsi qu’aux flux pyroclastiques sur une distance de 2 kilomètres.
Pendant ce temps, l’Autorité géospatiale de l’information du Japon a annoncé le 9 mars que l’analyse des images satellitaires indiquait un changement de la forme circulaire dans le cratère du volcan.

Le cratère du Shinmoedake  et le « lava cake » – à gauche, 06.11.2017 – à droite, 07.03.2018 – doc.PASCO

Le changement géomorphologique mesure maintenant environ 650 mètres de diamètre, contre environ 550 mètres le 7 mars. Un expert a fait remarquer qu’il s’agit d’un dôme de lave.
La première des éruptions les plus récentes du volcan a eu lieu le 1er mars. Elle a été suivie le 6 mars par les premières éruptions explosives en sept ans. Au total, il y a eu 34 éruptions explosives jusqu’au 7 mars.

 

Source : 3.nhk.or.jp ,Mainichi.jp.

Photo : Art photo AYA , via Sherine France.

 

Mayon , Philippines :

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN MAYON , 09 mars 2018 , 08:00 A.M.

L’activité du Mayon au cours des dernières 24 heures a été caractérisée par des fontaines de lave, des coulées de lave et un dégazage du cratère sommital. Sept (7) événements de fontaines de lave de 07h19 hier à 06h00 aujourd’hui, ont généré des panaches de cendres qui se sont élevés de 300 mètres au-dessus du cratère sommital avant de dériver vers le Sud-Ouest. Celles-ci étaient accompagnées de grondements sonores audibles au-delà de 10 kilomètres du cratère sommital. La nuit, les coulées de lave ont continué de se déplacer vers le bas à 3,3 kilomètres, 4,5 kilomètres et 1,9 kilomètres du cratère dans les rigoles de Miisi, Bonga et Basud, respectivement.
Un total de cent quatre-vingt-sept (187) séismes volcaniques et trente-et-un (31) événements de chutes de pierres ont été enregistrés par le réseau de surveillance sismique du Mayon. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées en moyenne à 2 060 tonnes / jour le 08 mars 2018. La déflation des pentes inférieures entamée le 20 février est toujours enregistrée par mesures d’inclinaison électronique et par des relevés de nivellement précis (PL). Néanmoins, les données générales sur la déformation du sol indiquent que l’édifice est encore gonflé par rapport aux lignes de base antérieures à l’éruption.


Le niveau d’alerte 3 prévaut actuellement sur le volcan Mayon. Cela signifie que, bien que les troubles du Mayon se poursuivent, il y a moins de risques d’éruption explosive dangereuse. Le PHIVOLCS-DOST rappelle au public que des explosions soudaines, des effondrements de lave, des courants de densité pyroclastiques ( PDC ) et des chutes de cendres peuvent encore se produire et menacer des zones dans les pentes supérieures à moyennes du Mayon. Le PHIVOLCS-DOST recommande que l’entrée dans la zone de danger permanent de six kilomètres et une zone de danger prolongée de sept kilomètres dans le secteur Sud-Sud-Ouest à Est-Nord-Est, s’étendant d’Anoling, Camalig à Sta. Misericordia, Sto. Domingo, doit être strictement interdite. Les personnes résidant à proximité de ces zones dangereuses sont également invitées à observer les précautions associées aux chutes de pierres, aux PDC et aux chutes de cendres. Les canaux fluviaux actifs et ceux qui sont éternellement identifiés comme des zones sujettes aux lahars dans les secteurs méridionaux et orientaux devraient également être évités, en particulier lorsque le temps est mauvais ou lorsque les précipitations sont abondantes et prolongées. Les autorités de l’aviation civile doivent conseiller aux pilotes d’éviter de voler à proximité du sommet du volcan car les cendres en suspension dans l’air et les fragments balistiques provenant des explosions soudaines et des PDC peuvent présenter des dangers pour les aéronefs.

Le PHIVOLCS-DOST surveille de près l’activité du volcan Mayon .

BULLETIN D’ACTIVITE DU VOLCAN  MAYON , 10 mars 2018 , 08:00 A.M.

L’activité de Mayon au cours des dernières 24 heures a été caractérisée par une quiescence générale, une coulée de lave entraînée par la gravité et un dégazage du cratère sommital. Des émissions modérées de panaches blancs chargés de vapeur qui se sont élevés à 2 500 mètres au-dessus du cratère sommital avant de dériver vers le Sud-Ouest ont été observées tôt ce matin à 5 h 30. La nuit, les coulées de lave ont continué de se déplacer vers le bas à 3,3 kilomètres, 4,5 kilomètres et 1,9 kilomètres du cratère dans les rigoles de Miisi, Bonga et Basud, respectivement.
Au total, dix-huit (18) tremblements de terre volcaniques et dix-neuf (19) évènements de chutes de pierres ont été enregistrés par le réseau de surveillance sismique du Mayon. Les émissions de dioxyde de soufre (SO2) ont été mesurées en moyenne à 2 060 tonnes / jour le 8 mars 2018.

Source : Phivolcs.

 

 

Poas , Costa Rica :

Le lac de cratère du volcan Poas s’est asséché.  

9 mars 2018. Le lagon chaud du volcan Poás a disparu et s’est asséché au cours des 12 derniers jours. Les experts attribuent cela à une diminution des pluies et à une augmentation de la température du fond du cratère.
Au 5 mars, seules de petites flaques persistaient. De plus, il est devenu évident que la production de gaz a augmenté. Ces changements n’étaient pas attendus. Ils ont d’abord été perçus par des spécialistes le 18 février.

Le lundi 5 mars dernier, il ne restait que de petites flaques et il était très évident que la production de gaz augmentait. Photos de Raul Mora

Ceci est considéré comme un événement naturel basé sur une diminution de l’approvisionnement en eau du système hydrothermal du volcan. Cela s’est déjà produit avant et n’est pas considéré comme une source de préoccupation.

Le volcan Poás a surpris les volcanologues avec un nouveau changement. Maintenant, en l’espace de 12 jours, le lagon d’eau chaude s’est asséché.
La transformation a commencé à etre perçue par les spécialistes le 18 février et ce lundi 5 mars, ils ont vérifié qu’il ne restait que de petites flaques d’eau.
Raul Mora Amador, volcanologue du State University (UNED), a déclaré que ce changement est dû à la diminution des précipitations dans la région où le volcan est situé , à la chaleur accrue du cratère et une baisse de la l’approvisionnement en eau du système hydrothermal du volcan.
L’expert a averti que cela ne signifie pas un risque d’éruption immédiate, car la sismicité, selon les rapports du Réseau sismologique national (RSN) et de l’Observatoire sismologique  et volcanologique national (OVSICORI),  est très faible.
Mora, qui le lundi était sur le volcan , a ajouté que la faible quantité de liquide pourrait faciliter la sortie des gaz émis par le volcan et cela conduirait à des problèmes respiratoires pour les personnes qui les perçoivent directement.

Le 18 février, on a pu observer le lac et le cône pyroclastique formé en 2017. Le mur plein de soufre (jaune-vert) peut également être vu, et il semble que le niveau du lac commence à baisser. Photo de Raul Mora.

« Le comportement est normal pour un volcan actif. Le lac avant son éruption (en avril 2017) avait une profondeur de 50 mètres et s’est asséché en juin. Les gardes du parc voient le 8 janvier (cette année) de petites flaques d’eau et le 20 janvier le lagon a pu être revu. Il pourrait atteindre 10 à 15 mètres de profondeur.
« Le lagon que nous avions rencontré auparavant avait un diamètre d’environ 300 mètres, celui qui était formé maintenant était plus grand, il avait une forme de huit  et une seule de ces parties pouvait avoir 300 mètres de diamètre », explique Mora.

 

Le 23 janvier, la lagune était bien formée, dans laquelle un cône de soufre faisait saillie. Ce cône a été détruit par la dynamique du lac. On voit aussi du soufre flottant dans l’eau .

Photo de Raúl Mora.

Ce n’était pas la première fois que le lagon d’eau chaude, à l’intérieur du cratère, s’assèche  .
La première fois que cela se produisit, et dont un compte rendu est donné, eut lieu en 1953. Dix ans plus tard, en 1963, on discuta de la formation d’une petite flaque d’eau et ce n’est qu’en 1965 que le lac s’est formé.
En avril 1989, il s’est asséché et récupéré en mai de la même année. La même chose s’est produite en 1994. A partir de ce moment, il y a eu des occasions où le volume d’eau avait baissé, mais il n’a pas complètement séché.

Source : COSTARICAN TIMES NEWS ,  nacion.com .

Photos : Raul Mora Amador,

 

Popocatépetl , Mexique :

09 mars, 11h00 (09 mars, 17h00 GMT)

Au cours des dernières 24 heures, grâce aux systèmes de surveillance du volcan Popocatépetl, 305 exhalaisons de faible intensité accompagnées de vapeur d’eau et de gaz ont été identifiées .

Durant la nuit, une incandescence a été observée sur le cratère au moment de quelques exhalaisons  .

A partir d’aujourd’hui , ce matin jusqu’au moment de ce rapport, le cratère du volcan n’a pas été observé continuellement, en raison des conditions de nébulosité  .

Le CENAPRED demande instamment de ne pas approcher le volcan et surtout le cratère, en raison du danger de chute de fragments balistiques , et en cas de fortes pluies de s’éloigner du fond des ravins en raison des risques de glissements de terrain et de coulées de boue.

Le feu de signalisation d’alerte volcanique du volcan Popocatepetl est situé à Amarillo Phase 2.

Source : Cenapred

Recommended Posts

Leave a Comment

Nous contacter

Nous ne sommes pas disponibles pour le moment. Mais vous pouvez nous envoyer un email a l'aide du formulaire ci-dessous.

Not readable? Change text. captcha txt

Start typing and press Enter to search