03 Mai 2024.

 

La Réunion , Piton de la Fournaise :

Bulletin mensuel , Institut de physique du globe de Paris , Observatoire volcanologique du Piton de la Fournaise : Avril 2024.

Sismicité
Au mois d’avril 2024, l’OVPF-IPGP a enregistré au niveau du massif du Piton de la Fournaise au total :
• 32 séismes volcano-tectoniques superficiels (0 à 2,5 km au-dessus du niveau de la mer) sous les cratères sommitaux ;
• 3 séismes profonds (sous le niveau de la mer) ;
• 75 séismes de type longue-période ;
• 285 éboulements.

Après une augmentation de la sismicité en mars 2024, le mois d’avril 2024 aura été marqué par une faible sismicité sous le Piton de la Fournaise avec uniquement 32 séismes volcano-tectoniques superficiels et 3 séismes profonds enregistrés.
Seuls 6 séismes volcano-tectoniques superficiels et 1 séisme profond ont pu être localisés, respectivement sous le cratère Dolomieu et sous le flanc est . Les autres – de plus faibles magnitudes – n’ont pas pu être localisés. De nombreux (263) éboulements dans le Cratère Dolomieu, au Cassé de la Rivière de l’Est et au niveau des coulées de lave récentes ont aussi été enregistrés.

Déformation
Après une reprise en février 2024, l’inflation de l’édifice s’est arrêtée au début du mois d’avril 2024  . Depuis, aucun déplacement significatif du sol n’a été enregistré sur le réseau GNSS.

Bilan
En avril 2024, la sismicité est restée faible – avec seulement 32 séismes volcano-tectoniques superficiels enregistrés sous les cratères sommitaux – et l’inflation de l’édifice s’est arrêtée.
Cela montre que la recharge magmatique et la pressurisation du réservoir magmatique superficiel ont cessé.
A noter que depuis 2016, les réalimentations du réservoir magmatique superficiel sous le Piton de la Fournaise se font par impulsions, ainsi de telles phases d’accalmie dans les déformations et la sismicité ont déjà été observées à plusieurs reprises entre 2016 et 2023 sur des périodes allant de 15 jours à plusieurs mois.

Source et photo : OVPF

 

Indonésie , Ruang :

Communiqué de presse sur l’activité du volcan Ruang , 2 mai 2024.

Les derniers développements de l’ activités du G. Ruang jusqu’au 2 mai 2024 sont les suivants :

Après l’éruption explosive du 17 avril 2024, l’activité éruptive a diminué. Le 22 avril 2024 à 09h00 WITA, le niveau d’activité du G. Ruang a été abaissé du niveau IV (AWAS) au niveau III (SIAGA).
Les tremblements de terre du 29 avril 2024 jusqu’à 24h00 WITA enregistrés via la station RAPS étaient : 15 tremblements de terre d’avalanches, 237 tremblements de terre volcaniques peu profonds, 425 tremblements de terre volcaniques profonds, 15 tremblements de terre tectoniques locaux et 6 tremblements de terre tectoniques distants. La fumée issue du cratère a été observée jusqu’à 200 / 1 000 m au dessus du sommet avec une épaisse couleur blanche. À 17h02 WITA, une faible éruption a été observée avec de la fumée provenant du cratère jusqu’à 1 000 m du sommet.


Le 30 avril 2024 à 01h15 WITA, une éruption s’est produite, commençant par un tremor ressenti jusqu’à l’île de Tagulandang, avec une colonne d’éruption grise, d’intensité moyenne à épaisse, inclinée vers le Nord. La hauteur de la colonne éruptive atteignait 2 000 m au-dessus du sommet. Le niveau d’activité du G. Ruang a été augmenté du niveau III (SIAGA) au niveau IV (AWAS) à 01h30 WITA, avec une distance de danger recommandée dans un rayon de 6 km. À 09h00 WITA, la distance de danger recommandée a été étendue à 7 km.

Le 30 avril 2024 à 02h32 WITA, il y a eu une autre éruption suivie d’un rugissement. La hauteur de la colonne d’éruption n’a pas été observée en raison des conditions d’obscurité. Il a été signalé que des pluies de pierres se sont produites au poste Ruang PGA à P. Tagulandang. L’éruption a duré jusqu’à 04h30 WITA. L’équipement de surveillance sismique du G. Ruang (RAPS) a été endommagé. A 08h35 WITA, une éruption a été observée accompagnée de flux de nuages ​​chauds qui ont atteint la mer dans le secteur Nord-Est de l’île  . La colonne d’éruption atteint 5 000 m au dessus du sommet, de couleur grise à noire, intensité épaisse , orientée vers l’Est et le Sud.
La sismicité du 1er mai 2024 a été dominé par des tremors continus, même si 3 tremblements de terre volcaniques profonds et 10 tremblements de terre volcaniques peu profonds ont été enregistrés. Une éruption s’est produite le 1er mai 2024 à 17h43 WITA avec la hauteur de la colonne de cendres observée à ± 600 m au-dessus du pic. La colonne de cendres a été observée comme étant de couleur blanche à grise, avec une intensité moyenne à épaisse, orientée vers le Nord.
La sismicité du 2 mai 2024 jusqu’à 09h00 WITA était encore dominé par des tremors continus. 4 tremblements de terre volcaniques peu profonds, 2 tremblements de terre tectoniques locaux et 2 tremblements de terre tectoniques profonds ont été enregistrés. La fumée issue du cratère a été observée comme étant de couleur blanche et grise, d’intensité moyenne à épaisse et élevée dans une plage de 300 à 500 m au dessus du sommet du cratère.

 

Même si le nombre de séismes semble diminuer, la station PGA G. Ruang Post (PRUA) est située à 5 km du cratère actif, la sensibilité n’est donc pas aussi bonne que les stations RUA3 (1,5 km du cratère actif) et RAPS (à 2,7 km du cratère actif) qui se situe sur l’île. Les deux stations ont été endommagées après l’éruption du 17 avril 2024 et du 30 avril 2024. En dehors de cela, la fumée est toujours de couleur grise avec une intensité épaisse et une hauteur de 500 à 700 m au-dessus du pic, cela indique toujours que l’activité du G. Ruang est toujours élevée.
Les dangers potentiels actuels incluent des éruptions produisant des nuages ​​chauds, des éjections de matériaux incandescents et une exposition aux cendres volcaniques qui dépendent de la direction et de la vitesse du vent et de lahars en cas de fortes pluies autour du mont Ruang.

Sur la base des résultats de la surveillance visuelle et instrumentale, l’activité volcanique du mont Ruang est toujours élevée et est fixée au niveau IV (AWAS) avec les recommandations suivantes :
Les communautés autour du mont Ruang et les visiteurs/touristes doivent rester vigilants et ne pas pénétrer dans la zone d’un rayon de 7 km à partir du centre du cratère actif du mont Ruang
Les personnes qui vivent dans la zone de P. Tagulandang dans un rayon de 7 km doivent être immédiatement évacuées vers un endroit sûr en dehors du rayon de 7 km.
Les habitants de l’île de Tagulandang, en particulier ceux qui vivent près de la côte, doivent être conscients du potentiel d’émission de roches incandescentes et de nuages ​​chauds (surges).

Source : PVMBG

Photos : PVMBG , Dwikoen Sastro

 

Colombie , Nevado del Ruiz :

Bulletin d’activité hebdomadaire : Volcan Nevado del Ruiz

Concernant le suivi de l’activité du VOLCAN NEVADO DEL RUIZ, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Dans la semaine du 23 au 29 avril 2024, le volcan a continué avec un comportement instable. Par rapport à la semaine précédente, les principales variations des paramètres surveillés ont été :
– L’activité sismique associée à la fracturation des roches à l’intérieur de l’édifice volcanique a diminué en nombre de tremblements de terre enregistrés et augmenté dans l’énergie sismique libérée. Les tremblements de terre ont été localisés dans le cratère Arenas et sur les flancs Nord, Nord-Est, Sud-Sud-Ouest et Sud-Est du volcan, à des distances principalement inférieures à 6 km du cratère. Les profondeurs des événements variaient entre moins de 1 et 9 km par rapport au sommet du volcan. Les tremblements de terre étaient de faible niveau d’énergie (magnitudes inférieures à 1). La magnitude la plus élevée de la semaine a été de 1,0, correspondant au séisme enregistré le 29 avril à 04h49 dans le cratère Arenas, à une profondeur d’environ 2 km.
Par ailleurs, l’enregistrement de la sismicité liée à l’activité du dôme de lave (protubérance ou monticule) situé au fond du cratère s’est poursuivi, avec de faibles niveaux d’énergie. Ce type de sismicité a sensiblement diminué.


– La sismicité liée à la dynamique des fluides à l’intérieur des conduits volcaniques a diminué dans le nombre de séismes enregistrés et dans l’énergie sismique libérée. Ces signaux sismiques présentaient des niveaux d’énergie variables avec des valeurs allant de faibles à modérées, et la plupart d’entre eux étaient associés à des émissions pulsatiles de cendres et de gaz dans l’atmosphère. Les signaux de longue durée étaient occasionnels. Malgré les conditions persistantes de forte nébulosité dans la zone volcanique, grâce aux caméras utilisées pour surveiller le volcan, il a été possible de confirmer certaines émissions de cendres et des changements de température des matériaux émis associés à certains de ces événements sismiques.
– Sur le volcan, l’émission de vapeur d’eau et de gaz dans l’atmosphère depuis le cratère Arenas se poursuit.
Les taux de dégazage du dioxyde de soufre (SO2) étaient variables et ont augmenté par rapport à la semaine précédente. La hauteur maximale de la colonne de gaz était de 1 400 m en vertical et de 1 600 m en dispersion. Ces valeurs ont été estimées au sommet du volcan les 27, 28 et 29 avril. La direction de dispersion de la colonne de gaz était variable avec une tendance préférentielle vers le flanc Nord-Ouest du volcan.
– Lors du suivi de l’activité de surface, depuis les plateformes de surveillance satellitaire, les conditions météorologiques (par exemple une forte nébulosité) ont limité la détection d’anomalies thermiques au fond du cratère Arenas. Ce n’est que cette semaine qu’un rapport d’anomalie avec un faible niveau d’énergie a été obtenu.

Source : SGC

Photo : Diana M Bustamante.

 

Hawaii , Kilauea :

Jeudi 2 mai 2024, 8 h 49 HST (jeudi 2 mai 2024, 18 h 49 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur aviation actuel : JAUNE

Cette photo montre la partie Sud-Ouest de Kaluapele (caldeira sommitale du Kīlauea). Dans le coin inférieur droit de l’image se trouve le cône formé lors de l’éruption de juin 2023. Ce cône abritait une impressionnante fontaine de lave qui fournissait de la lave à travers un canal étroit dans l’étang de lave dans la partie inférieure gauche de l’image.

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea n’est pas en éruption. La sismicité élevée sous la zone supérieure du Rift Est et la caldeira au Sud du cratère Halema’uma’u, qui a commencé le 27 avril, se poursuit.

Observations du sommet et de la zone supérieure du Rift Est :
Une augmentation de l’activité sismique a commencé juste après minuit le 27 avril sous la zone supérieure du Rift Est et sous la caldeira du Kīlauea, au sud du cratère Halema’uma’u. Au cours des derniers jours, les lieux des tremblements de terre se sont concentrés principalement entre le côté Sud-Est de la caldeira du Kīlauea, sous le cratère Keanakākoʻi, et l’intersection avec Hilina Pali Road. Le nombre de séismes est similaire à celui d’hier avec environ 270 séismes dans cette zone au cours des dernières 24 heures. Cependant, depuis minuit, l’activité sismique horaire est passée de 10 à 12 tremblements de terre par heure à 12 à 15 tremblements de terre par heure, la majeure partie de l’activité étant située au Sud-Est du cratère Puhimau. Les profondeurs restent concentrées entre 2 et 3 km (1,2 à 1,9 miles) sous la surface avec des tremblements de terre dispersés à moindre profondeur. Il y a eu peu de tremblements de terre dans la caldeira au Sud du cratère Halemaʻumaʻu au cours de cette même période. La magnitude des séismes dans les deux zones n’a pas dépassé M3,0 au cours des dernières 24 heures, la grande majorité étant inférieure à M2,0. Depuis le début des troubles, il y a eu plus de 1 500 tremblements de terre sous la zone supérieure du Rift Est et environ 225 tremblements de terre sous l’extrémité Sud de la caldeira du Kīlauea.

Cette carte représente les récents troubles sur le volcan Kīlauea. Les cercles jaunes marquent les emplacements d’environ 1 600 tremblements de terre survenus entre le 27 avril et le 2 mai 2024, alors que la zone supérieure du Rift Est réagit à la pressurisation des chambres magmatiques situées sous la région sommitale du Kīlauea. La plupart des tremblements de terre ont été inférieurs à la magnitude 2, avec des emplacements regroupés dans une zone connue sous le nom de zone supérieure du Rift Est ou connecteur du Rift Est. La zone supérieure de la zone du Rift Est a connu plusieurs éruptions dans les années 1960 et 1970, qui sont étiquetées et représentées en violet. Plus récemment, en novembre 1979, une brève éruption d’une journée s’est produite dans et à proximité du cratère Pauahi. En juillet 1974, une éruption de trois jours a commencé dans le cratère Keanakāko’i, avec des fissures orientées Est-Ouest s’ouvrant ensuite au sein de Kaluapele et au Sud-Est en direction du cratère Luamanu. Une éruption d’un mois en novembre 1973 s’est étendue du cratère Pauahi à l’Est en direction de Pu’uhuluhulu. Et une éruption d’une journée en mai 1973 s’est étendue d’environ 1 km à l’Ouest de Hi’iaka jusqu’au cratère Pauahi.

La déformation du sol se poursuit avec un soulèvement continu au sommet et au Sud de la caldeira dans la zone du rift Sud-Ouest. Hier, vers 13h00, le signal d’inclinaison à Uēkahuna s’est transformé en inflation dans le cadre d’un événement de déflation-inflation (DI) qui a débuté le 29 avril à 18h00. L’inflation a ralenti vers 21 heures et se poursuit à ce rythme ce matin. L’inclinomètre de Sand Hill continue d’enregistrer une inflation constante de l’extrémité Sud de la caldeira et a légèrement augmenté vers 21 heures pour atteindre les taux observés ce matin.

Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) restent faibles. Un taux d’émission de SO2 d’environ 52 tonnes par jour a été enregistré le 23 avril.

Observations de la zone de Rift :
Toute activité sismique dans la zone du Rift Est est confinée à la zone supérieure du Rift Est, aucun tremblement de terre significatif ne se produisant au-delà de la région du Mauna Ulu. À l’heure actuelle, il n’y a toujours aucun signe de déformation sous la zone supérieure du Rift Est au-delà du cratère Keanakākoʻi. La sismicité dans la zone du rift Sud-Ouest du Kīlauea reste globalement faible. Les mesures des stations de surveillance continue des gaz sous le vent de Pu’u’ō’ō dans la zone du Rift du Sud-Est – le site de l’activité éruptive de 1983 à 2018 – continuent d’être inférieures aux limites de détection du SO2, ce qui indique que les émissions de SO2 de Pu’u’ō’ō sont négligeables.

Source : HVO.

Photos : USGS / M. Patrick , HVO.

 

Russie / Iles Kouriles , Ebeko :

AVIS D’OBSERVATION DU VOLCAN POUR L’AVIATION (VONA)

Publié : 02 mai 2024
Volcan : Ebeko (CAVW #290380)
Code couleur aviation actuel : ORANGE
Code couleur aviation précédent : orange
Source : KVERT
Numéro d’avis : 2024-25
Emplacement du volcan : N 50 degrés 41 min E 156 degrés 0 min
Région : Kouriles du Nord, Russie
Altitude du sommet : 1 156 m (3 791,68 pi)

Résumé de l’activité volcanique :
Une éruption explosive modérée du volcan se poursuit. Selon les données visuelles de Severo-Kurilsk, une explosion a envoyé des cendres jusqu’à 2,5 km d’altitude et un nuage de cendres a dérivé vers le Sud-Est du volcan.
L’ éruption explosive modérée du volcan se poursuit. Des explosions de cendres jusqu’à 6 km (19 700 pieds) d’altitude pourraient survenir à tout moment. L’activité en cours pourrait affecter les avions volant à basse altitude et l’aéroport de Severo-Kurilsk

Hauteur des nuages volcaniques :
2 000-2 500 m (6 560-8 200 ft) AMSL Heure et méthode de détermination du panache de cendres/hauteur des nuages : 20240502/2056Z – Données visuelles

Autres informations sur les nuages volcaniques :
Distance panache de cendres/nuage du volcan : 5 km (3 mi)
Direction de dérive du panache de cendres/nuage du volcan : SE
Heure et méthode de détermination du panache/nuage de cendres : 20240502/2056Z – Données visuelles

Source : Kvert.

Photo : L. Kotenko. IVS FEB RAS (archive)

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *