29 Février 2024.

 

Japon , Sakurajima :

Le JMA a signalé une activité éruptive continue dans le cratère Minamidake (sur le volcan Sakurajima , dans la caldeira d’Aira) du 17 au 26 février avec une incandescence nocturne du cratère. De très petits événements éruptifs ont été enregistrés du 17 au 23 février. Une explosion à 17h34 le 24 février a généré un panache de cendres qui s’est élevé à 400 m au-dessus du bord du cratère avant de pénétrer dans les nuages météorologiques et a éjecté des blocs jusqu’à 1,2 km de l’évent. Le niveau d’alerte est resté à 3 (sur une échelle de 5 niveaux) et le public a été averti de rester à 2 km des deux cratères.

La caldeira d’Aira, dans la moitié Nord de la baie de Kagoshima, contient le volcan Sakurajima post-caldeira, l’un des plus actifs du Japon. L’éruption de la volumineuse coulée pyroclastique d’Ito a accompagné la formation de la caldeira de 17 x 23 km il y a environ 22 000 ans. La plus petite caldeira de Wakamiko s’est formée au début de l’Holocène dans le coin Nord-Est de la caldeira, avec plusieurs cônes post-caldeira. La construction du Sakurajima a commencé il y a environ 13 000 ans sur la rive Sud et a donné naissance à une île qui a été reliée à la péninsule d’Osumi lors de l’éruption explosive et effusive majeure de 1914. L’activité au cône sommital de Kitadake a pris fin il y a environ 4 850 ans, après quoi les éruptions ont duré lieu depuis le cratère Minamidake. De fréquentes éruptions depuis le VIIIe siècle ont déposé des cendres sur la ville de Kagoshima, située de l’autre côté de la baie de Kagoshima, à seulement 8 km du sommet. La plus grande éruption enregistrée a eu lieu entre 1471 et 1476.

Source : Agence météorologique japonaise (JMA), GVP

Photo : Deniss García Mendoza

 

Indonésie , Tangkuban Parahu :

Communiqué de Presse sur l’activité volcanique du Mont Tangkuban Parahu , 28 février 2024 .

Le mont Tangkuban Parahu est un volcan actif situé dans la régence de Bandung Ouest et la régence de Subang, dans la province de Java Ouest. Ce volcan possède 9 cratères dont les deux principaux cratères se trouvent dans la zone du sommet, à savoir Kawah Ratu et Crater Upas. L’éruption du mont Tangkuban Parahu prend généralement la forme d’une éruption phréatique du Kawah Ratu. La dernière augmentation de l’activité volcanique au mont Tangkuban Parahu a eu lieu en 2019. La phase d’éruption avait commencé le 26 juillet 2019 à 15h48 WIB, une éruption s’est produite dans le cratère Ratu avec une colonne de boue mélangée à un peu de cendres atteignant une hauteur de 200 mètres depuis le fond du cratère, d’une épaisse couleur gris noirâtre. Une activité éruptive continue a été observée jusqu’au 9 août 2019. La répartition des matériaux sableux retombait généralement au fond du cratère, tandis que les cendres d’éruption étaient dispersées autour du cratère en fonction de la direction et de la vitesse du vent.

Le 28 février 2024 à 05h30 WIB et 06h01 WIB, un séisme d’émission a été enregistré avec une amplitude de 42 mm et 56 mm et une durée du séisme de 8 minutes . Les résultats des contrôles autour des cratères Ratu, Ecoma et Domas du 28 février 2024 n’ont révélé aucun nouveau dépôt de matière volcanique dans ces trois cratères.

Les derniers développements des activités du mont Tangkuban Parahu jusqu’au 28 février 2024 à 12h00 WIB, sur la base des résultats de la surveillance visuelle et instrumentale, sont les suivants :

Les résultats des contrôles autour des cratères Ratu, Ecoma et Domas du 28 février 2024 n’ont révélé aucun nouveau dépôt de matière volcanique dans ces trois cratères. Les émissions de fumée dans les trois cratères n’a montré aucune augmentation en hauteur, en pression ou en épaisseur.

L’activité volcanique du mont Tangkuban Parahu au cours de la période de février 2024 est dominée par des tremblements de terre de basse fréquence qui indiquent une activité de mouvement des fluides à faible profondeur ou près de la surface. En février, il y a eu une augmentation relative du nombre de séismes de basse fréquence, corrélée à une augmentation de l’intensité des précipitations. Cette augmentation pourrait se produire en raison de changements (accumulation) de pression à faible profondeur dus à une augmentation de la quantité de pluie tombée ce mois-ci, alors qu’il s’agit d’une indication d’une accumulation de pression provenant du magma profond qui n’a pas été observée.
Les résultats de la surveillance des déformations avec un inclinomètre et un équipement de mesure électronique de distance (EDM) ce mois-ci n’ont montré aucune tendance significative de pression supplémentaire sous la surface en réponse au gonflement du corps du mont Tangkuban Parahu.

Graphique d’amplitude sismique (RSAM) du mont Tangkuban Parahu pour la période du 1er janvier 2019 au 28 février 2024 Station RATU (en haut) et station TOWER (en bas).

Il faut être conscient du danger potentiel que représente une éruption phréatique, c’est-à-dire une éruption qui se produit sans augmentation claire ou significative des symptômes volcaniques. Si une éruption phréatique se produit, elle peut s’accompagner de chutes de cendres et d’éjections de matière autour du cratère.
Sur la base des résultats des évaluations visuelles et instrumentales, le niveau d’activité du mont Tangkuban Parahu le 28 février 2023 à 12h00 WIB est toujours au niveau I (normal) avec des recommandations pour le public et les visiteurs/touristes :
Ne pas s’ approcher du fond du cratère, ne pas s’attarder trop longtemps et ne pas passer la nuit dans la zone des cratères actifs du mont Tangkuban Parahu.
Éloignez-vous/quittez immédiatement la zone autour du cratère si une augmentation de l’intensité/de l’épaisseur de la fumée du cratère est observée et/ou si vous sentez une forte odeur de gaz pour éviter le danger potentiel d’exposition à des gaz toxiques ou d’éruptions phréatiques.

Source et photos : PVMBG

 

Mexique , Popocatepetl :

Le CENAPRED a signalé que l’activité éruptive s’est poursuivie sur le Popocatépetl du 21 au 27 février. Le réseau sismique a enregistré des périodes quotidiennes de tremors de haute fréquence et de faible amplitude qui ont duré entre 90 minutes et près de 22 heures. Le VAAC de Washington a rapporté que les panaches de cendres quotidiens visibles sur les images webcam et satellite s’élevaient généralement à 5,2-6,7 km (17 000-22 000 pieds) d’altitude et dérivaient principalement vers l’Est, le Sud-Est, le Sud et le Sud-Ouest. Les émissions de cendres ont été continues pendant un certain temps, les cendres restantes continuant d’être visibles sur les images satellite ultérieures, dérivant de 75 à 140 km avant de se dissiper. À 11h51 le 24 février, un dense panache de cendres s’est élevé à 7,6 km (25 000 pieds) d’altitude et a dérivé vers l’Est-Nord-Est ; le panache était visible sur les images satellite le lendemain, dérivant à près de 225 km au Sud-Est. Plusieurs émissions de cendres d’une durée d’une à deux heures chacune étaient visibles sur les images webcam et satellite les 26 et 27 février.

Sur la base des informations fournies par El Centro Nacional de Comunicación y Operación de Protección Civil (CENACOM), le CENAPRED a noté que des chutes de cendres mineures ont été signalées à Hueyapan (17 km au sud-sud-ouest), à Tetela del Volcán (20 km au sud-ouest) et à Jiutepec (59 km au sud-ouest) en dans l’État de Morelos le 21 février et dans les municipalités de Jiutepec (60 km à l’ouest-sud-ouest), Atlatlahucán (30 km à l’ouest-sud-ouest), Cuautla (43 km au sud-ouest), Tlaltizapan (65 km au sud-ouest) et Ciudad Ayala à Morelos et à Huaquechula ( 30 km au SE) et Tlapanalá (39 km au SE), Puebla, le 22 février. Le niveau d’alerte est resté au jaune, phase deux (le niveau intermédiaire sur une échelle à trois couleurs) et le public a été averti de rester à 12 km du cratère.

Sources : Centro Nacional de Prevencion de Desastres (CENAPRED), Washington Volcanic Ash Advisory Center (VAAC) , GVP.

 

Colombie , Chiles / Cerro Negro :

Bulletin d’activité hebdomadaire du Complexe Volcanique Chiles et Cerro Negro (CVCCN)

Concernant le suivi de l’activité des VOLCANS CHILES ET CERRO NEGRO, le MINISTÈRE DES MINES ET DE L’ÉNERGIE, à travers le SERVICE GÉOLOGIQUE COLOMBIEN (SGC), rapporte que :

Pour la période évaluée entre le 20 et le 26 février, dans des niveaux faibles et fluctuants, tant l’occurrence que l’énergie sismique libérée ont augmenté, maintenant la prédominance des tremblements de terre liés à la fracture des roches. Avec une faible fréquence, les événements sismiques associés au mouvement des fluides au sein du système volcanique continuent d’être enregistrés, certains d’entre eux avec des contenus de très basse fréquence.

Les séismes de fracture ont été localisés très concentrés vers le secteur Sud du volcan Chiles, à des distances inférieures à 3,5 km et à des profondeurs comprises entre 2,5 et 5 km par rapport à son sommet (4 700 m d’altitude) et quelques autres événements ont été localisés de manière dispersée avec un maximum magnitude de 2,6. Aucun des tremblements de terre n’a été signalé comme étant ressenti par les habitants de la zone d’influence volcanique.

De plus, les processus de déformation volcanique enregistrés par des capteurs installés au sol et par des capteurs satellites distants se sont poursuivis.
L’évolution de l’activité dans le CVCCN est le résultat de processus internes dérivés de l’interaction complexe entre le système magmatique, le système hydrothermal et les failles géologiques de la zone. Ainsi, la probabilité d’apparition de séismes énergétiques pouvant être ressentis par les habitants de la zone d’influence du CVCCN continue.

L’activité volcanique reste en ALERTE JAUNE Statut : Volcan actif avec des changements dans le comportement du niveau de base des paramètres surveillés et d’autres manifestations

Source et photo : SGC

 

Hawaii , Kilauea : 

Mercredi 28 février 2024, 6 h 59 HST (mercredi 28 février 2024, 16 h 59 UTC)

19°25’16 » N 155°17’13 » O,
Altitude du sommet : 4091 pieds (1247 m)
Niveau d’alerte volcanique actuel : AVIS
Code couleur aviation actuel : JAUNE

Résumé de l’activité :
Le volcan Kīlauea n’est pas en éruption. Des taux de sismicité faibles à modérés au sommet et le long du système de failles de Koa’e au Sud-Ouest du sommet se poursuivent suite à une intrusion de magma dans la zone fin janvier.

Observations du sommet :
La sismicité sous le sommet et s’étendant sur 8 à 11 km au Sud-Ouest de la caldeira sous la zone de faille de Koa’e se poursuit. Les tremblements de terre sont largement dispersés du sommet vers le Sud-Ouest. Huit tremblements de terre ont été enregistrés autour du sommet au cours des dernières 24 heures. Les profondeurs sous le sommet se situent entre 1 et 8 km sous la surface et les magnitudes sont généralement inférieures à M2,0.

La déformation du sol reste faible, les inclinomètres près de Sand Hill montrant de légers changements au cours de la dernière journée.

Les taux d’émission de dioxyde de soufre (SO2) sont restés faibles depuis octobre 2023. Un taux d’émission de SO2 d’environ 117 tonnes par jour a été enregistré le 22 février.

Observations de la zone de rift :
La sismicité dans la zone supérieure du Rift Est et la zone du Rift Sud-Ouest du Kīlauea reste faible. Aucune activité inhabituelle n’a été notée le long des sections moyennes et inférieures de la zone du rift Est du Kīlauea. Nous continuons de surveiller de près les deux zones de fracture.

Source : HVO

Photo : USGS / N. Deligne

 

Recommended Posts

No comment yet, add your voice below!


Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *